14/09/17

Princesse Catastrophe #3: Troisième trimestre à Hautes-Tours, de Lou Kuenzler

Princesse catastropheL'académie des princesses de Hautes-Tours ouvre ses portes pour un nouveau trimestre et annonce à ses jeunes élèves surexcitées qu'elles vont commencer par des leçons de natation. Ce sont deux sirènes, Océane et Ondélie, qui sont chargées d'encadrer la joyeuse troupe, parmi lesquelles s'illustrent Princesse Rose et ses amies Scarlett et Izumi.
Alors que les fillettes pataugent dans le bassin en toute insouciance, Scarlett avoue avoir peur de l'eau et préfère patienter sagement sur le bord, près du collier de perles de Précieuse, la pimbêche du groupe. Et bim, Rose fait accidentellement tomber le collier dans l'eau. Aussitôt, Scarlett plonge comme une flèche, révélant des talents insoupçonnés de nageuse hors pair.
Au lieu de savourer ce bref moment de gloire, Scarlett s'enfuit dans sa chambre et refuse d'évoquer cet épisode malheureux. Après quoi, la demoiselle va se comporter bizarrement, comme se réveiller la nuit et agir en somnambule. Mais en voulant sauver son amie, Rose va chambouler l'équilibre des sirènes et apprendre que seul un sacrifice de sa part pourrait tirer Ondélie du danger. 

Cette charmante série ne manque pas de souffle romanesque ! C'est époustouflant avec quelle facilité elle entraîne ses lecteurs dans son univers coloré et merveilleux de princesses. Ici, les héroïnes ne sont pas des nunuches mais elles débordent de pep's et d'audace. C'est franchement adorable.
Je me souviens, il y a quelques années, ma fille dévorait la série de Titania Woods (L'école des fées) et aurait également adoré partager le quotidien des princesses des Hautes-Tours. On retrouve bien les ficelles du genre : des copines soudées, des chipies vaniteuses, des créatures fantastiques, des légendes et des mystères, de l'imagination et la débrouillardise. Ça n'a rien de remarquable, seulement c'est frais, rigolo, ravissant. Et ça fonctionne très bien auprès des jeunes lecteurs qui aiment les aventures pleines d'humour et de féerie.

Avec une jolie couverture cartonnée & des illustrations pimpantes par Kimberley Scott.

Gallimard Jeunesse, 2017 - Traduit par Marie Leymarie

DANS LA MÊME SÉRIE : 

Princesse Catastrophe : Kuenzler, Lou  Princesse Catastrophe : Kuenzler, Lou

Posté par clarabel76 à 11:30:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,


12/09/17

Pax et le petit soldat, de Sara Pennypacker

Pax et le petit soldat

Peter vit seul avec son père, depuis l'accident mortel de sa mère. Enfermé dans sa douleur et sa colère, le garçon a trouvé du réconfort auprès d'un jeune renard, qui grelottait de froid et de faim dans son terrier. L'enfant et l'animal ont aussitôt développé une connivence rare et sont devenus inséparables. Le père de Peter a consenti à cette amitié hors norme, précisant cependant qu'un jour viendrait où il faudrait rendre sa liberté au renard.
À l'annonce d'une guerre imminente, le père de Peter prévient qu'il doit partir chez son grand-père, et donc abandonner son renard. La séparation dans les bois est déchirante. Peter est inconsolable et décide de fuguer pour retrouver son animal.
Un long chemin semé d'embûches va attendre le garçon, qui va se blesser et être obligé de se réfugier dans une ferme en rongeant son frein. De son côté, Pax est lui aussi livré à lui-même. Seul, dans un environnement sauvage qu'il découvre avec brutalité, il fait face à d'autres renards qui le rejettent car “il sent l'humain”.
Dès lors, Peter et Pax n'auront de cesse de s'accrocher à cet espoir insensé de leurs retrouvailles. Leur ténacité force l'admiration, car tous deux vont être mis à l'épreuve et endurer leur bravoure et leur loyauté au gré de leurs périples. C'est en parallèle qu'on suit leurs parcours et leurs tentatives de survie, dans un monde secoué par la guerre, la violence et la destruction. Les ravages sont énormes, mais c'est avec intelligence et pudeur que l'auteur en fait étalage.
En effet, le roman dénonce avec tact et subtilité les dommages qu'entraînent les conflits armés et leur impact sur les plus vulnérables. C'est une histoire à la fois poignante, pleine de fureur, et en même temps d'une grande beauté dans sa description du lien unique qui rattache Peter et Pax.
Une jolie lecture, qui ravit aussi les yeux avec les illustrations raffinées de Jon Klassen.
Un roman triste, doux, sensible et bouleversant.
Une petite bulle hors du temps. 

Gallimard Jeunesse, 2017 - Illustré par JON KLASSEN - Traduit par Faustina Fiore

Posté par clarabel76 à 08:00:00 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , ,

11/09/17

Robot sauvage, de Peter Brown.

Robot sauvageUn cargo fait naufrage au large d'une île, crachant dans l'océan sa cargaison de caisses en bois. Toutes vont voler en éclats contre les rochers, à l'exception d'une seule. À l'intérieur, se trouve un robot indemne que des loutres curieuses vont initialiser en appuyant sur le bouton derrière la bête. Rozzoum unité 7134, alias Roz, prend vie, étincelante sous le soleil. Et les loutres prennent la poudre d'escampette en poussant des cris d'horreur.
La rumeur court aussitôt dans toute l'île qu'un monstre vient de faire son apparition ! Deux jeunes ours vont la pourchasser, un rouge-gorge va la bombarder de fientes et la sève de pin va achever d'éteindre son lustre. Roz demeure stoïque et comprend qu'elle doit se fondre dans le décor pour sa survie. Elle se met ainsi à observer les autres animaux, copie leurs habitudes, apprend leur langage et apporte timidement son aide - quand ils daigneront enfin lui accorder sa confiance.
Consécration ultime, Roz va s'initier au rôle de maman en adoptant un oison orphelin !

J'étais loin de m'imaginer à quel point les aventures de Roz allaient m'enchanter. D'où le bonheur de plonger dans cette lecture merveilleuse et captivante.
Roz est une héroïne hors du commun - un robot, pensez donc. Avec son esprit pragmatique et son absence d'émotion, elle se révèle bien plus attachante et inspire une réelle empathie à travers ses efforts et ses tentatives d'adaptation dans un monde hostile. C'est sa simplicité et sa sincérité qui la feront gravir les échelons, c'est aussi son don inné à aider les autres qui rendront son apprentissage de vie aussi émouvant.
J'ai été clairement enchantée par cette histoire, qui parle d'amitié, d'entraide et de nature sauvage à préserver parmi le chaos général. Une vraie bonne surprise et une très belle rencontre. 

Je recommande ! ♥

Gallimard Jeunesse, 2017 - Trad. Alice Marchand - Illus. Peter Brown

Posté par clarabel76 à 08:00:00 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , ,

Ma vie sens dessus dessous, de S.E. Durrant

ma vie sens

Baladés depuis des années dans des foyers d'accueil, Ira et son frère Zac sont finalement envoyés à Skilly House, une austère maison tenue par Mrs Clanks, dans l'attente d'être adoptés ou de retrouver leur mère. Ils n'ont aucun souvenir de celle-ci, mais possèdent une précieuse photo les montrant en train de jouer avec un chien. Un souvenir très flou pour la fillette de neuf ans et le garçon de sept ans.
Leur vie à Skilly n'est ni remarquable ni tragique. Chouchoutés par Hortense, la cuisinière, et Silas, le jardinier, les enfants grandissent avec ce sentiment de ne pas appartenir au monde et de ne pas être aimés. La souffrance est grande, mais Ira refuse de s'apitoyer sur son sort, trop soucieuse du bien-être de son frère.
Car Zac occupe toutes ses pensées - lui, le môme turbulent et renfrogné, qui n'accorde aucune confiance aux adultes, est en fait un petit garçon hyper sensible et désespéré. À trop vouloir le protéger, Ira oublie de penser à ses rêves et d'espérer qu'ils se réalisent. C'est en rencontrant Martha, une solitaire coincée dans sa grande maison à la campagne, qu'elle prendra la mesure de son talent pour les dessins et la peinture. Jusqu'à présent, seule son amie imaginaire, Glenda Hyancinthe, était sa correspondante de cœur et la dépositaire de ses petits secrets...

En ouvrant ce roman, vous aurez donc la surprise de plonger dans un univers fabuleux et poétique, où tout est beau, doux, touchant et attachant. La plume de la jeune Ira vous transperce, ses mots vous envahissent la tête et son histoire vous obsède. C'est une lecture miraculeuse, pour la tendresse et la sensibilité qu'elle dégage. Pour l'espoir qu'elle incarne. Ce sont 215 pages d'une rencontre bouleversante et ensorcelante. J'ai tout simplement adoré. Et c'est avec le regret de quitter le monde d'Ira beaucoup trop tôt que j'ai refermé le livre

Je recommande fort, fort, fort.  ♥

Gallimard Jeunesse, 2017 - Trad. Marie Leymarie - Ill. Kathie Harnett

 

sensdessus

 

Posté par clarabel76 à 08:00:00 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

04/07/17

La soupe de poissons rouges, de Jean-Philippe Arrou-Vignod

La soupe de poissons rouges

La famille des Jean-Quelque-Chose est enfin installée à Toulon, dans une grande et belle maison, dont les nombreux couloirs et autres recoins impressionnent nos bambins, avides de parties de cache-cache. Mais la colline environnante est trop tentante pour ne pas y installer une cabane et devenir leur nouveau terrain de jeux d'espionnage. Or, le territoire est disputé par la bande des Castors, que les garçons Jean vont canarder de patates grâce à une carabine... chipant sans le savoir le repas du soir, au grand mécontentement de leur maman. Ce sera gratin de chou-fleur en compensation ! Et une bonne soupe à la grimace. Nos jeunes héros ne manquent, en effet, jamais de ressources, ils composent avec l'ordinaire du quotidien pour le transformer en une folle épopée virevoltante. Ils peuvent toujours quémander auprès de leurs parents pour avoir une télé et suivre comme tout le monde La Piste aux étoiles et les épisodes de Zorro. En attendant, les garçons redoublent d'imagination et se traitent joyeusement de bananes pour se taquiner.

Dans cet épisode, on assiste également à la rentrée de Jean-B en sixième, on rencontre la voisine alsacienne qui les gave de spécialités régionales peu ragoûtantes, on se rend complice de la première boum de Jean-A, on part en mer avec Wellington et Zakouski les poissons rouges, on s'attendrit des premiers émois amoureux, on sourit aux rêves des Jean quant à leur avenir (espion comme James Bond ou écrivain comme Enid Blyton), on assiste à la pendaison de crémaillère lors d'un barbecue explosif, on prend la pose pour des photos de groupe mémorables...

Bref. Cette chronique familiale est une fois encore une lecture touchante et attachante. La lecture faite par Laurent Stocker est également malicieuse et vive, elle nous fait vivre l'histoire avec un sentiment de légèreté, de jovialité et de candeur. C'est adorable, cocasse et surtout très drôle. Un superbe rendez-vous à savourer pour toutes les générations. C'est un petit bout de nostalgie, un album de famille à partager. Et on s'y sent parfaitement bien. 

Une série incontournable, qui ravive les souvenirs d'enfance et qui raconte avec bonheur et émotion des petits fragments de vie autour d'une famille nombreuse. Super drôle et agréable à écouter. ♥

 

Illus. de couverture : Dominique Corbasson

Gallimard Jeunesse - Coll. Écoutez lire (durée 2h 15) / Juin 2017

 

Promo de l'été sur Audible avec l'intégralité du catalogue 0-10 ans à moins de 6 € (jusqu'au 31 août).

En voiture, à la plage ou en montagne, passez un bel été en famille... et en audio !

 Voir le catalogue Kids ►

 

©2007 Éditions Gallimard Jeunesse (P)2017 Éditions Gallimard Jeunesse

La soupe de poissons rouges (Histoires des Jean-Quelque-Chose 2) | Livre audio

Lu par : Laurent Stocker (version intégrale) pour Gallimard

 

☼ Écoutez, c'est l'été ! ☼

 

 


Fantastique Maître Renard, de Roald Dahl

Fantastique maitre renard

Trois fermiers, gros, gras et idiots, rêvent d'attraper Maître Renard afin de mettre un terme à ses menus larcins. En effet, celui-ci est particulièrement doué pour chaparder leurs volailles, et ainsi nourrir sa famille de renardeaux. Aussi, le jour où les fermiers ont dégainé leur fusil, Maître Renard a eu chaud aux fesses ! Le temps de l'insouciance est envolé. Notre goupil va devoir davantage ruser pour échapper à ses poursuivants. C'est comme ça qu'a débuté une campagne de déboisement dans cette paisible vallée, au point d'alerter les curieux, mais surtout mettre en panique les terriers. Branle-bas de combat chez les blaireaux, les taupes, les lapins, les belettes... La famine guette tous les animaux fouisseurs. Heureusement, Maître Renard a un plan et il promet de sauver la situation !

Quelle farce, quelle fantastique comédie ! Outre le comique de situation, on apprécie beaucoup l'interprétation vive et enjouée de Daniel Prévost, soutenu par une Christine Laroche qui joue le rôle de Dame Renard et des petits renardeaux avec une tendresse et une candeur délicieuse. L'affrontement entre Maître Renard et les trois fermiers s'étend sur une centaine de pages (format poche, coll. Folio cadet) et nous régale en une franche bouffonnerie de 55 minutes, au cours de laquelle se mêlent l'espièglerie, l'énergie et la drôlerie. 

C'est court, mais exaltant ! Un bon moment à découvrir et à écouter. 

Illus. de couverture : Quentin Blake

Trad. : Raymond Farré, Marie Saint-Dizier

Gallimard Jeunesse - Coll. Écoutez lire (2016 pour la présente édition)

10% de tous les droits d'auteur de Roald Dahl sont versés à nos partenaires de bienfaisance. Pour en savoir plus, rendez-vous sur www.roalddahl.com.

 

 

Promo de l'été sur Audible avec l'intégralité du catalogue 0-10 ans à moins de 6 € (jusqu'au 31 août).

En voiture, à la plage ou en montagne, passez un bel été en famille... et en audio !

 Voir le catalogue Kids ►

 

 

 

©1977 Éditions Gallimard Jeunesse (P)2008 Editions Gallimard Jeunesse

 

Fantastique Maître Renard | Livre audio

 

Lu par : Christine Delaroche Daniel Prévost / Durée : 55 min 

 

☼ Écoutez, c'est l'été ! ☼

 

 

09/06/17

Confessions d’une catastrophe ambulante : Le journal de Chloe Snow, de Emma Chastain

Confessions d’une catastrophe ambulanteChloe Snow a quatorze ans et la trouille au ventre de rentrer au lycée (qui commence par l'année de troisième aux USA) sans avoir jamais embrassé un garçon ! Il est plus que temps d'y remédier, aussi dresse-t-elle une courte liste de futurs prétendants en tirant des plans sur la comète. C'est assuré du soutien de sa meilleure amie, Hannah, que Chloe va multiplier les sourires, les contacts, les suivis sur les réseaux sociaux... S'éparpiller pour mieux atteindre son but ? CQFD. Face à son succès, notre adolescente en perd la tête mais risque également de se brûler les ailes, ouille !

À la maison, rien ne va plus également. Son père est aux petits soins pour elle, depuis que sa mère est partie au Mexique pour écrire son roman, juste pour quatre mois, la cohésion familiale est quelque peu ébranlée. En attendant son retour, la jeune fille rédige son journal intime où elle rapporte TOUT pour ne rien oublier. Les journées passent, le bilan des conquêtes est au point mort, alors que son amie Hannah vit sa première grande histoire d'amour, en cachette de ses parents. Chloe compense sa frustration en multipliant les pistes, entre Tristan, son nouveau confident, Zach, le musicien au look rebelle, ou Mac, le sportif sûr de son charme et à la petite amie sublime... 

Chloe Snow brille par sa mauvaise foi, ses maladresses et ses audaces mal placées. Elle vient aussi de décrocher le premier rôle de la comédie musicale organisée par sa prof de théâtre, s'attire les foudres de la jalousie, ne touche plus terre et batifole avec l'interdit. À force de jouer ce jeu dangereux, Chloe bascule dans la zone rouge. Crise générale. Il faut sauver le soldat Snow. On a donc une lecture honteusement délectable, même si elle parle essentiellement de garçons et de baisers baveux. Mais on s'attache à l'héroïne, fofolle et inconséquente, et on suit son parcours à la va-comme-je-te-pousse avec des yeux hallucinés. Chloe fait tout de travers, et va heureusement apprendre de ses erreurs. Cela se lit sur le ton de l'humour - second degré - c'est léger, futile et ça dégouline d'hormones en folie. Contient aussi des propos crus, pour les plus farouches. ^-^

Gallimard Jeunesse, coll. Scripto, 2017

Trad. Nathalie Peronny [Confessions of a High School Disaster: Chloe Snow's Diary]

Posté par clarabel76 à 11:45:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

Toute la beauté du monde n'a pas disparu, de Danielle Younge-Ullman

Tout la beauté du mondeEnvoyée à Peak Wilderness, un camp d'été dans la nature la plus sauvage, dans les conditions les plus rudes, avec un groupe d'adolescents ravagés du bocal, Ingrid doit tester au mieux sa résistance pour prouver à sa mère sa force de caractère avant d'intégrer une prestigieuse école de chant. Margot-Sophia Lalonde, également une ancienne cantatrice, désapprouve totalement son choix. C'est comme réveiller un vieux traumatisme, auquel sa mère est encore prisonnière, et non merci.

Depuis le jour où sa carrière a brutalement pris fin sur scène, face à un public ébahi, Margot-Sophia n'a plus du tout été la même. Prostrée dans sa chambre, dans un état dépressif, elle a complètement ignoré sa fille, livrée à elle-même, avant de refaire surface pour mener une existence banale et ordinaire, de laquelle elle a effacé toute trace de son passé. Nul ne pouvait évoquer son drame ou sa vie d'avant en sa présence. Et Ingrid a grandi dans l'ombre de cette mère dévastée par un gouffre jamais comblé, ne sachant jamais comment faire pour lui plaire ou la satisfaire.

Ingrid débarque ainsi à Peak Wilderness sans se douter du sort qui l'attend, elle qui s'imaginait passer trois semaines dans des cabanes en bois, autour d'un feu de camp, en communion avec des compagnons épris de nature et attentifs à leur bien-être intérieur, la voilà en train de s'aventurer dans un trek épuisant, éprouvant et fracassant. Le vrai choc. Ingrid va pourtant s'accrocher, se découvrir une endurance à toute épreuve, et en même temps, crever l'abcès qui l'empoisonne depuis l'enfance. 

Suivre le parcours de cette héroïne combative et attachante a été sincèrement stimulant. J'ai souvent souri, beaucoup compati, malgré moi gloussé et halluciné à la lecture de son apprentissage, mais c'est raconté à la fois avec fraîcheur, humour et ironie. Il faut lire toutes les lettres que la jeune fille adresse rageusement à sa mère, sa montagne de reproches tournés en dérision, sa sensation de subir un rite initiatique auquel elle n'était pas préparée (et on la comprend, imaginez vous balader avec vos papiers WC usagés pour protéger l'environnement... eh ouais !). Bref. Le roman cache aussi une bonne couche d'émotions, en traçant les contours d'une relation mère-fille conflictuelle et bancale, on l'appréhende au compte-gouttes et on reçoit l'onde sismique avec autant d'effarement que d'incompréhension. Mais on ressort de cette histoire émouvante en inspirant bien fort et en levant le nez vers le soleil. C'est tout plein d'espoir, d'amour et de résilience. Un concentré de passion, de détermination et d'énergie positive. Top. ♥

Gallimard Jeunesse, coll. Scripto, 2017

Trad. Laetitia Devaux [Everything beautiful is not ruined]

 

Posté par clarabel76 à 10:45:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

18/05/17

Demain n'est pas un autre jour, de Robyn Schneider

Demain nest pas un autre jourLane avait déjà bâti son avenir selon un plan parfait - avec ses résultats brillants et sa motivation gonflée à bloc, le garçon visait une entrée en grandes pompes à Stanford. Au lieu de ça, c'est à Latham House qu'il pose ses valises avec un profond sentiment d'échec. Latham est un sanatorium pour jeunes malades atteints de tuberculose. Récemment diagnostiqué, Lane est contraint au confinement et au repos. Sur place, le garçon retrouve une ancienne camarade de colo, Sadie, qui s'est entourée d'une bande de potes turbulents, aimant flirter avec les limites du raisonnable. Lassé de son rôle de garçon modèle, au parcours irréprochable, Lane tente de les approcher mais se heurte à une Sadie hargneuse et rancunière. 

C'est parce que j'avais beaucoup apprécié le premier roman de Robyn Schneider, Cœurs brisés, têtes coupées, que j'ai décidé de me plonger dans celui-ci. Car un livre traitant de maladie et d'amour n'a généralement pas mes faveurs... L'autre aspect positif du roman, c'est son ambiance en vase clos, où des jeunes gens patientent et luttent contre une fin programmée, mais choisissent de profiter pleinement plutôt que de s'avachir dans leur coin en tremblant de peur. Ce sont des résistants, des guerriers, des héros. J'ai aimé suivre leurs transgressions dans les bois ou à la bibliothèque. Leurs échanges aussi sont pleins d'autodérision. Et sous leurs airs bravaches, forcément, on devine leurs failles, leurs trouilles, leurs espoirs... C'est très bon, merveilleusement écrit, avec certes un sujet réchauffé, mais le roman possède le même charme que Auprès de moi toujours de K. Ishiguro, autre lecture empreinte de nostalgie, de beauté et de poésie. Si vous aimez John Green, vous ne pouvez louper Robyn Schneider !

Gallimard Jeunesse, 2017 - Trad. Nathalie Peronny [Extraordinary Means]

« Jamais je n'ai eu autant envie de faire partie d'une bande qu'à cet instant précis. Ils détonnaient avec le reste de Latham, mais pas comme moi. Ils se comportaient comme dans un pensionnat strict à l'ancienne où on défiait l'autorité et où on enfreignait les règles en cachette. Je les trouvais plus combatifs que les autres. Moins enclins à pleurnicher sur leur sort et à passer leurs journées au lit. Ils n'étaient pas en vacances, ils vivaient une aventure. »

Posté par clarabel76 à 09:00:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

03/05/17

Anna Z42 : Margaux-Grenouille a disparu, de Aurélie Gerlach & Jess Pauwels

Anna Z42Anna est une étonnante petite fille aux cheveux verts, qui aime chahuter en classe pour attirer l'attention de ses camarades, mais ses efforts sont vains puisqu'elle est souvent l'objet de moqueries et de réprimandes. Or, Anna a un secret : sa mère vient d'une autre planète et vit à Aquatix, qu'elle rejoint un weekend sur deux à bord d'une voiture-bulle conçue exprès pour traverser en quelques secondes les étoiles dans le ciel et survoler la galaxie. Sa maman est ethnologue et a rencontré le père d'Anna au cours d'un voyage d'études en mode incognito. En plus de ses longs cheveux verts, dont Anna a hérité, elle a aussi une peau couleur petit pois et sent bon l'air marin. Sur Aquatix, Anna a pour meilleure amie Margaux, une grenouille à parfums, capable d'imiter toutes les odeurs qui existent (gare à ses sautes d'humeur, sa vengeance est alors terrible). Ses parents veillent aussi à protéger ses origines mi-extraterrestres, mais Anna passe outre en glissant subrepticement Margaux dans son baluchon, à l'heure du retour sur Terre, car elle compte s'en servir pour un exposé en classe ! La grenouille non plus n'est pas contente et l'exprime en se carapatant pour se planquer dans les recoins de la cantine, de la bibliothèque ou du bureau de la directrice. Branle-bas de combat à l'école. La situation n'est plus sous contrôle - Anna Z42 craint désormais pour son pédigrée. 

L'histoire est adorable et follement drôle, tenue principalement par une héroïne très attachante. J'avais déjà adoré l'humour d'Aurélie Gerlach dans ses romans ados (Où est passée Lola Frizmuth? ; Qui veut la peau de Lola Frizmuth? ; La Légende de Lee-Roy Gordon) et j'ai été une fois encore séduite dans ce nouveau registre, qui s'adresse aux plus jeunes lecteurs. Il y a de la fraîcheur, de l'imagination, de la légèreté et de l'originalité dans cette histoire qui se passe à la fois dans un univers proche des enfants (l'école, les copains, les bisbilles, le divorce, les devoirs, les punitions...) mais qui leur offre aussi une évasion appréciable avec Aquatix, où Anna mène une vie différente qui suscite de la curiosité. Ce court roman, illustré avec fantaisie par Jess Pauwels, donne le ton d'une nouvelle série aux aventures pittoresques et colorées. Une belle entrée en matière pour passer du bon temps. ☺

Gallimard Jeunesse - 2017

Posté par clarabel76 à 09:45:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,