18/02/15

Celui qui sera mon homard, de Tom Ellen & Lucy Ivison

« Elle est sexy, elle vit dans une maison immense et elle porte le nom d'une bière. C'est la femme idéale. »

Celui qui sera mon homard

Sam et Hannah se rencontrent à une fête (passent dix minutes ensemble dans les toilettes) puis se quittent sans s'être échangés leurs noms ou leurs coordonnées. Hannah le jure à ses amies, « c'est son homard », celui pour qui elle serait prête à sacrifier sa virginité. C'est lui, le bon, le seul, l'unique. De son côté, Sam aussi en pince sérieusement pour la jolie inconnue mais vient de décrocher un rencard avec une autre demoiselle ... la meilleure amie d'Hannah ! C'est l'été, le temps des vacances, de l'insouciance et de la tortueuse question du “déniaisement”. Sam et Hannah ont 17-18 ans, des tonnes d'arrière-pensées et la trouille de se tromper. Alors ils vont se perdre, se retrouver, se méprendre ou balbutier des vérités arrangées. Croyez-le ou non, c'est une lecture hyper attendrissante et aux effets inattendus ! Car le roman est très drôle, confondant de maladresse, adorable et authentique, truffé d'allusions à Harry Potter, Twilight et tout le reste, qui nous font rire énormément. L'histoire vous embarque dans les aventures délirantes d'une bande de potes (soirées, plage, rencontres, beuveries, bisous, camping, festival dans un champ, séance d'épilation, trampoline, le grand soir, etc.). Il est question d'amour, d'amitié, d'avenir, d'études, du temps qui passe (trop vite), du changement d'attitude, des attentes et de la frustration. Mais c'est surtout raconté de façon cocasse, sans détour ni vulgarité. Et j'ai adoré. C'est comme un livre de Sarra Manning : audacieux, tendre et sincère. Sans complexe. Sans tabou. Et très, très drôle. Je le conseille fortement. ♥♥♥

Gallimard, coll. Scripto, février 2015 ♦ traduit par Julie Lopez (Lobsters)

Existe dans le même registre : L'amour, mode d'emploi de William Nicholson, qui est nettement moins drôle mais moins daté que Pour toujours de Judy Blume.

 « We need more books like this. »

« Plus grands sont les obstacles, plus vous êtes faits pour être ensemble. Regarde Ron et Hermione. Des obstacles partout. Mais Hermione a-t-elle baissé les bras quand Ron est sorti avec Lavender Brown ? Ron a-t-il baissé les bras quand Hermione s'est tapé ce joueur de Quidditch bulgare ? Ont-il laissé la pression de devoir retrouver les derniers Horcruxes les séparer ? Non. Grâce à tous les drames qu'ils ont traversés, ça a été encore plus poignant quand ils se sont finalement mis ensemble. » ☺


06/02/15

Max, de Sarah Cohen-Scali

« Ma mère, c'est l'Allemagne, et mon père, le Führer ! »

Max

Le 20 avril 1936, naît le premier bébé issu du programme Lebensborn initié par Himmler. Konrad von Kebnersol. Un modèle de perfection, selon les critères aryens en vigueur. Et il est clair que cet enfant a une très haute opinion de lui et porte un regard assez glaçant sur le monde qui l'entoure. Konrad, alias “Max” selon sa génitrice, grandit dans le culte du Führer et la certitude de son appartenance à la classe supérieure. Jamais il ne met en doute ce qu'il voit ou entend, son discours est formaté, récité avec force et conviction.

L'amour maternel, les gestes de tendresse, l'amitié, la confiance ou l'insouciance de l'enfance sont pour lui des notions abstraites et contraires à ses principes. Il a grandi dans une institution stricte, il est devenu la mascotte du programme et a toujours servi au mieux les intérêts du IIIe Reich (piéger des enfants polonais, se joindre aux rafles, démasquer les traîtres et dénoncer les mères qui refusaient le sacrifice...).

Cette lecture est saisissante, mais fait aussi effet de douche froide tant la démonstration de l'embrigadement est rendue à la perfection, via la voix d'un enfant, même bébé, tellement fier d'être un rouage du système, dont il admire les codes et leurs bien-fondés. C'est parfois dur à encaisser, raconté sans état d'âme, mais le procédé est remarquable. On reste scotché aux pages du livre, tiraillé entre la fascination et l'horreur. C'est très bien écrit, exécuté avec intelligence et à-propos, également richement documenté.

On en prend peut-être plein la tête, mais c'est une lecture indispensable, à lire sans limite d'âge.

Gallimard jeunesse, coll. Scripto, mai 2012 

Prix des Dévoreurs de livres 2014, pour les collégiens de 3ème ♦ Prix Sorcières Romans Ado 2013

Posté par clarabel76 à 08:30:00 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

04/02/15

Sujet : Tragédie, d'Elizabeth LaBan

« Je ressemble un peu à la neige. - Tu as raison. La neige a quelque chose de très particulier. »

Sujet Tragédie

Comme le veut la tradition à Irving, l'attribution des chambres aux élèves de terminale relève d'un vrai cérémonial (le dernier jour, les anciens inscrivent sur la porte le nom de leur remplaçant et lui laissent un petit “trésor”). Manque de bol, Duncan vient de décrocher le cagibi du fond, de la part de Tim MacBeth, ainsi qu'une flopée de CD où il a enregistré de « la matière première » pour sa dissertation à rendre en fin d'année pour son cours de littérature. Sujet : la tragédie.

Et Tim de raconter son arrivée dans cet internat privé, après un long voyage chaotique, des déboires météorologiques et une rencontre éblouissante avec la belle Vanessa... Le garçon souffre de solitude, du manque de confiance en lui, de son physique (il est albinos), bref c'est un pauvre type, qui craque pour la plus belle fille de l'école, laquelle sort déjà avec un spécimen de foire (beau, sportif, arrogant) mais apprécie de passer son temps avec un autre. On soupire d'aise.

J'envisageais cette lecture comme un ersatz de Treize Raisons de Jay Asher, Coeurs brisés, têtes coupées de Robyn Schneider ou un roman de John Green, mais le résultat est nettement en-dessous des attentes. Cette tragédie aux accents modernes est, pour moi, triste, lourde et monotone. Une franche désillusion. Les personnages n'ont aucun charme, ils sont vides, ennuyeux, plus particulièrement Duncan, dont on se fiche un peu de connaître l'histoire. Tim fait figure du pauvre gars qui n'a rien compris au film. Typique, mais désespérant.

La relation triangulaire, assez peu crédible, laisse très vite supposer un drame à venir, tout est mis en place pour y croire fortement, jusqu'au récit haché exprès et la mise en scène exécutée avec soin pour entretenir le suspense. Le dénouement est malheureusement très décevant car trop faible par rapport à l'intensité dramatique du récit. J'en sors déçue, pas du tout convaincue. 

Gallimard jeunesse, janvier 2014 ♦ traduit par Catherine Gibert (The Tragedy Paper)

Posté par clarabel76 à 08:45:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

22/01/15

Détectives de père en fils, de Rohan Gavin

Détectives de père en fils

Après quatre années de coma hypnotique, le brillant détective, Alan Kingsley, se réveille en sursaut, prêt à en découdre avec la Combinaison, une association du Mal qui rôde partout, à l'insu de tous. Il reprend aussitôt du service, avec l'aide de son fils Darkus qui, non seulement s'habille comme son père (en tweed) mais a appris par cœur toutes ses enquêtes pour mieux calquer son esprit de déduction. Le duo est ainsi paré pour de palpitantes aventures, à commencer par comprendre l'étrange ascendant qu'exerce un livre (« Le Code ») sur ses lecteurs. L'auteur est anonyme, son éditeur préserve son secret, même la secrétaire sort les griffes dès que le garçon fourre son nez dans leurs bureaux... L'histoire mêle habilement le mystère, le danger et l'humour, avec une belle brochette de personnages épatants (Tilly la jeune surdouée, Clive le beau-père benêt, Oncle Bill l'excentrique et bedonnant chef de Scotland Yard, Alan le narcoleptique...). Cette nouvelle série signe les prémices de rendez-vous émoustillants, qui ne manqueront pas de charmer petits et grands lecteurs (à partir de 10 ans, préconise l'éditeur... sauf que livre fait déjà 385 pages !). L'auteur a rendu hommage à ses idoles, Conan Doyle, Dickens, Ian Fleming et Roald Dahl, à travers cette lecture pleine d'entrain et estampillée « british touch » !

Gallimard jeunesse,  octobre 2014 ♦ traduit par Anne Krief

Posté par clarabel76 à 08:45:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

21/01/15

Attraction mortelle, de Lucy Christopher

Attraction mortelle

Le père d'Emily est accusé d'avoir tué Ashlee Parker, alors qu'elle errait dans les bois. Ancien soldat souffrant de stress post-traumatique, Jon Shepherd fait souvent des crises, comme lors de cette nuit d'orage, où il est rentré chez lui avec le corps de la jeune fille dans les bras, sans le moindre souvenir. Damon Hillary, son petit copain, ne se console pas de cette perte et brûle de la venger. Emily devient son obsession, entre attraction et répulsion, il attend d'elle plus qu'une part de vérité.

Le garçon se trouvait aussi dans les bois, lors de cette nuit cauchemardesque, mais il était trop saoul pour se rappeler du moindre détail et cherche par tous les moyens à reconstituer sa mémoire en vrac. Ses interactions avec Emily venant le déstabiliser, il finit par se convaincre de sa culpabilité, au grand dam de ses amis. Les deux lycéens, confrontés au même drame, sont tiraillés par des sentiments contradictoires et ne cessent de se tourner autour, attendant de l'autre qu'il parvienne à le délivrer de ses démons.

J'avais beaucoup aimé “Lettre à mon ravisseur” et il me tardait de lire un autre roman de Lucy Christopher et retrouver son empreinte, à travers une atmosphère troublante, d'où l'on voudrait déguerpir, sans jamais y parvenir, car une force invisible nous pousse à aller jusqu'au bout du bout. On se sent ainsi prisonnier du livre, de ses mystères et mensonges, des dérives adolescentes et des bois qui plantent l'essentiel du décor. On ne se sent pas super à l'aise non plus, mais on ne décroche jamais avant de connaître la fin ! La tension psychologique est au taquet, la construction habile et redoutable.

Par contre, le casting est loupé : les personnages ne sont franchement pas attachants. Damon est lâche, très superficiel. Emily dévoile une vraie force de caractère au début, puis s'effondre au fil des révélations. Tous deux sont esclaves de leurs émotions, mais peinent à se montrer sincèrement touchants. On reste donc en marge du récit, éprouvant un mélange d'amertume et de frustration, car il y a peu de subtilité et le résultat est glaçant. Par contre, la lecture a rempli aux exigences du thriller - noir et implacable - ça se lit d'une traite.

Gallimard jeunesse, coll. Scripto, octobre 2014 ♦ traduit par Julie Lopez

Posté par clarabel76 à 09:00:00 - - Commentaires [27] - Permalien [#]
Tags : , , , ,


09/01/15

Terre-Dragon : Le Souffle des pierres (tome 1), par Erik L'Homme

IMG_2851

Pourchassée par des villageois en colère, Sheylis, petite-fille d'une sorcière, se réfugie dans les montagnes où elle rencontre AEgir, un garçon couvert d'une peau d'ours, qui vient de s'échapper d'une cage où il était retenu prisonnier depuis des années. À bout de force, le garçon ne tient pas la distance et voit la jeune fille poursuivre seule sa course, après lui avoir lancé un sort de protection. Mais c'était sans savoir qu'elle allait déclencler une stupéfiante métamorphose chez ce garçon, qui ignorait alors sa nature de Dakan ! 

Qui, que, quoi ? À peine le temps de dire ouf, et les informations défilent sous nos yeux à un train d'enfer. Rythme intense, action sans temps mort et une belle brochette de personnages tous plus intriguants les uns que les autres : sorcier aveugle, scalde maladroit, guerriers, chefs de tribus ennemies, et même un tigre ! Les enjeux de l'histoire tendent encore à s'affirmer mais tissent leurs toiles dans un embrouillamini calculé.

C'est donc à force de grands gestes, de paroles truculentes et d'actions trépidantes qu'on plonge dans cette série, qui s'adresse avant tout aux plus jeunes (10-12 ans). Le ton humoristique, le déroulement simple et accessible, les héros juvéniles et leur douloureux apprentissage de la vie font de cette lecture un rendez-vous excitant, rempli de fougue et de fureur, qui ne manquera pas de séduire le plus grand nombre.

 Gallimard jeunesse, septembre 2014 ♦ couverture : Matthieu Bonhomme

Posté par clarabel76 à 11:30:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

29/12/14

Wakanda et les rêves volés, de Françoise Jay & Frédérick Mansot

IMG_3990

 

Esthétisme saisissant, non dénué de charme, pour une histoire captivante... 

Présentation de l'éditeur

Dans la tribu de Wakanda la petite indienne d'Amérique du Nord, les enfants ne rêvent plus. Où sont passés les rêves ? Sans eux plus de vrai repos. Wakanda décide de résoudre cette énigme, sa quête lui fait rencontrer Nokomis la belle sorcière qui lui révèle que quelqu'un vole les rêves des enfants. Il s'agit de Yapalama un sorcier puissant et malfaisant. Wakanda sera-telle assez forte pour vaincre ces maléfices ?

Gallimard jeunesse, coll. Giboulées, octobre 2014

IMG_3991   IMG_3992

IMG_3992   IMG_3993

Posté par clarabel76 à 09:00:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

26/12/14

❄ De belles lectures de saison ! ❄

IMG_2841

Orpheline, sans le sou, Sophie Smith vit en pension dans une école privée à Londres. A l'approche des vacances, ses amies et elle sont invitées à se rendre en Russie pour rencontrer la princesse Volkonski. Cette dernière occupe un palais d'hiver, en rase campagne, dans la région de St-Petersburg. L'endroit est féérique, même s'il porte encore les stigmates des vieilles querelles politiques et des tragédies familiales. Sophie est, pour sa part, avide d'aventures merveilleuses. Elle tombe sous le charme de cette princesse au charisme ravageur - si énigmatique, mais envoûtante. D'autres mystères entourent les lieux, dont la forêt qui sert de refuge à une meute de loups. Chaque nuit, leurs hurlements hantent les rêves de Sophie qui se sent de plus en plus perdue, mélangeant la réalité et la fiction. Elle ressasse aussi des souvenirs de son père, qui avait coutume de lui chanter une même berceuse ou aimait lui raconter des légendes lointaines. Comment expliquer ces soudaines réminiscences, sinon qu'elles sont ravivées par le décor qui l'entoure et lui fait tourner la tête ?

Son histoire s'éclairera à l'aube de révélations éclatantes, qui surviendront dans les derniers chapitres. Mais n'imaginez surtout pas que celles-ci vous surprendront plus que de raison, car finalement la trame romanesque est toute simple et évidente. C'est finalement dans la forme et son décor que l'histoire est attachante. On baigne dans un cadre idyllique, au cœur de la Russie, en plein hiver, on vit et partage des activités toutes plus extraordinaires les unes que les autres (pique-nique de minuit sur un lac gelé, balades en vozok, patin à glace au coucher du soleil...). En somme, c'est un joli conte enchanteur qui séduit pour sa simplicité, son élégance et sa tenue. C'est ravissant, et cela m'a beaucoup plu.

Sophie et la Princesse des Loups, de Cathryn Constable - Gallimard jeunesse, trad. Alice Marchand

 

Petite feuille nenetse

Prenons notre envol pour Novgorod, dans le pensionnat Biriozy, où se trouvent trois camarades de chambrée, Pénélope, Ludmila et Sanouk. Elles trompent leur ennui en se racontant des histoires, quand débarque leur nouveau professeur de littérature, Anton Mordiev, qui leur fait découvrir un petit livre sur la civilisation nénètse (un peuple qui vit de l'élevage de rennes au-delà des Monts Oural). Mais cette lecture n'est pas du goût de la sous-directrice, Olga Petrovna, qui va tout mettre en œuvre pour les en détourner.

Avec une élégance très appréciable, Anne Bouin nous enchante, nous séduit et nous divertit en un tour de main. Car ce roman est fabuleux ! L'intrigue y est étonnamment riche et d'une imagination débordante, avec du suspense et beaucoup de poésie. On y croise aussi trois jeunes filles attachantes, liées par une amitié sincère et rafraîchissante, portées par une passion romanesque éblouissante, comprenant son petit lot de miracles. Naturellement cette lecture nous réserve un dépaysement assuré, à travers la belle Russie, glaçante ou fascinante, qu'on soit entre les murs du pensionnat austère, dans la très coquette isba bleue de la babouchka de Sanouk, ou sous un tchoum, à se réchauffer sous une peau de renne... Bref, le charme opère et j'ai été plus qu'enchantée par cette première approche, qui se poursuit avec Un été sibérissime et La vie est une flèche.

Petite feuille nénètse, d'Anne Bouin - L'École des Loisirs

 

IMG_2842

Moscou, hiver 1948. La maman de Nina Volkovitch, qui travaille au musée d'art, est arrêtée par des hommes en noir, envoyée au goulag, tandis que sa fille est expédiée manu militari dans un orphelinat. Nina, âgée de 15 ans, est une enfant chêtive, pas plus grosse ou grande qu'une enfant de huit ans. Considérée comme fille de traîtres, elle subit les brimades en silence et attend son heure pour s'enfuir et retrouver sa mère. 

La suite de ses aventures sera tout aussi captivante et embarque le lecteur à travers une Russie Stalinienne effrayante, truffée de magouilles politiques scandaleuses. L'atmosphère y est certes sordide et frileuse, pourtant chaque avancée de l'histoire réserve un enthousiasme grandissant ! L'histoire n'a effectivement pas tout livré de ses secrets et autres mystères, mais l'on devine un univers foisonnant, riche et excitant. Cette série en trois tomes est également servie par un style élégant, des propos intelligents, des personnages attachants, et propose un ton neuf et original dans le paysage actuel ! Une magnifique saga historique et fantastique.

Nina Volkovitch, de Carole Trebor - Gulf Stream

23/12/14

Benjamin, le Père Noël du jardin, d' Antoon Krings

IMG_2824

Un matin, Benjamin reçoit une lettre de Loulou, destinée au Père Noël. Le lendemain, sa boîte aux lettres est remplie de listes de cadeaux. Benjamin tente d'expliquer qu'il n'est pas le Père Noël mais tous font la sourde oreille. Grincheux, Benjamin refuse cette reponsabilité et décide de se débarrasser de ce courrier encombrant.

Mais ses amis insistent et le dorlottent, lui apportent des douceurs et sont convaincus qu'il travaille d'arrache-pied toutes les nuits. En vérité, Benjamin est un fieffé escroc (ho-ho-ho !) mais l'histoire apportera tout de même sa conclusion magique, avec une touche de cocasserie.  

Quelle jolie petite histoire, au graphisme ludique ! Les Petites Bêtes d'Antoon Krings ont définitivement la cote auprès des enfants, qui trouveront là tous leurs personnages réunis autour d'une intrigue mignonne et attachante, sur la croyance ou non en la magie de Noël. On craque forcément pour ce lutin qui va s'investir de la plus belle des missions, au grand soulagement de tous ! ;-)

Gallimard jeunesse, coll. Giboulées, novembre 2002

IMG_2825  IMG_2826

IMG_2827  IMG_2828

Posté par clarabel76 à 10:45:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

15/12/14

La Guerre des bisous, de Vincent Cuvellier & Suzanne Arhex

IMG_2562

On sait pas trop comment ça a commencé...Un petit garçon est entré dans la salle de sport, une petite fille l'a suivi... et paf, elle lui a fait un gros bisou sur la bouche. Carrément ! Un bécot. Un gros bécot ! Et c'est comme ça qu'à débuté l'épisode connu dans l'histoire sous le nom de « Guerre des bisous ».

Faites l'amour, pas la guerre ! Distribuez des bisous, des câlins, de la tendresse, des sourires ! Donnez du rêve et du bonheur, suivez vos pulsions, lâchez tout, ne retenez rien, rendez canaille cette existence qui vire à la grisaille ! Allez, zou... Cet album tendrement déjanté donnera des ailes aux lecteurs qui le découvriront avec étonnement.

Car c'est décalé, complètement barré, une fille embrasse un garçon, qui rend le bisou à une autre, et c'est la bagarre à coups de bécots, même les adultes s'y mettent, bref comment voulez-vous rester hermétique à une histoire pareille ? On plonge donc naturellement dans cette frénésie collective, même les illustrations communiquent cette sensation de rythme effréné. Et ça fait du bien.

C'est très drôle, assez original et ça bourdonne d'énergie positive. De quoi dynamiser une foule et motiver ceux qui ruminent leurs idées noires. 

Gallimard jeunesse, coll. Giboulées, septembre 2014

IMG_2563  IMG_2564

IMG_2565  IMG_2566

Posté par clarabel76 à 08:30:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,