20/12/06

Les Origimots - Claude Duneton

origimotsClaude Duneton est un détective un peu particulier, il poursuit les mots, il les débusque et les découvre pour raconter leur histoire. D'où viennent les mots ? Quels sont leurs secrets ? Il faut savoir peu ou beaucoup de choses pour pouvoir l'expliquer mais Claude Duneton a privilégié la méthode douce pour son "coup d'oeil touristique" concernant quelques-unes des créations de la langue française au fil des époques, en remontant le temps, de siècle en siècle...

Cette méthode implique qu'elle va remonter aux sources, vers les racines des mots, et leur sens véritable - cette démarche s'appelle étymologie. Le 20ème siècle, qui marque l'époque des chaos, des progrès et des bouleversements, donne naissance au terme de la "vie moderne" avec l'émergence du cinéma, de la télévision, de l'avion, des vacances, des satellites, etc. Des nouveaux mots fleurissent dans la bouche des français : baladeur, basquets (!), carte à puce, DVD, internet, micro-ondes... et il est très intéressant de remarquer que leurs sens dérivent des termes anglo-saxons mais aussi du latin. Le 20ème siècle est donc le joyeux chamboule-tout  entre la modernité et la tactique "à l'ancienne".

En fait, au fil des pages, grâce à l'enseignement malicieux de Claude Duneton, le lecteur s'aperçoit que tout mot ne se laisse pas facilement prendre au piège, plusieurs sont insaisissables et glissent comme des anguilles entre les mains. Les mots, de tout temps, ont voyagé, ce qui explique la naissance des nouveaux mots, des sens cachés et des orthographes belliqueuses !

Les mots bougent, les mots changent... Le mot "cacahuète" est rigolo et vient de l'espagnol lui-même adapté d'un mot aztèque, qui signifie "cacao de terre". Le "camembert" tire son nom d'une petite ville de Normandie où il fut fabriqué avec du bon lait des vaches normandes ! "Clochard" vient de l'expression d'argot "filer la cloche" ou "être à la cloche" / "ne pas avoir de maison". Le "croissant" possède une histoire qui vaut son pesant de beurre ! Une "gifle" désignait seulement la "joue" avant d'être ce que vous savez... Un "kaléidoscope" est une vraie salade grecque. La "mayonnaise" devrait être déconseillée en Angleterre car elle représente là-bas la célébration d'une défaite. Le "chignon", dans sa signification du début du 17ème siècle, rappelle mollement l'art de séduction que cette coiffure inspire, vive le 18ème pour lui donner ses lettres de noblesse ! La "coccinelle" prévoit la météo, un "orang-outang" est un "homme des forêts" en Malaisie, un "moustique" s'est toujours appelé "moustique" (les sales bêtes !). L'abricot, originaire de la Chine, a été découvert par les Arabes qui l'appelèrent "fruit précoce", puis les Espagnols le trouvèrent bon aussi et transformèrent le mot en "albaricoque", avant d'être amputés par les Français, toujours plus pressés que la musique, en "abricot". Un "arlequin" vient du nom d'un diable très ancien en vieux français "hellequin", le "boucan" est né au Brésil. Le "bouquin" désigna d'abord de vieux livres au 16ème siècle, la "patate" vient du centre du Chili et la "marmelade" des Grecs anciens. Etc etc ...

Les exemples pullulent dans ce livre très amusant et instructif. Il rappelle également que le mot "Papa" date du 13ème siècle, désignant en latin "aïeul, grand-père". Je pourrais en tartiner des lignes sur les nombreux modèles cités par Claude Duneton, aussi je vous le conseille, à vous et vos enfants, s'ils sont curieux de découvrir ce que signifie plus exactement les mots "enfant", "maison", "fantôme" ou "ogre"... On peut lire ce livre à sa guise, selon son rythme, quelques pages ou deux-trois mots par soir, même une seule découverte par jour peut amplement suffire ! Claude Duneton a également introduit chaque siècle en un bref chapitre récapitulant avec burlesque la tendance de l'époque. On en apprend à chaque instant, "Les Origimots" (création personnelle du magicien Duneton) est une lecture perspicace, intelligente et drôle !

Gallimard jeunesse, coll. Giboulées

Posté par clarabel76 à 14:50:00 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags : ,


Le voleur de lettres - François Caradec

voleur_de_lettresFrançois Caradec est le grand-père d'une petite fille prénommée Camille, elle a 7 ans et apprend à lire. Pour faire de cet apprentissage un amusement, l'écrivain s'est mis à la plume pour rédiger une collection dédiée à sa petite-fille. Sont déjà parus "Les Histoires pour Camille" et "Les cinq diamants du diable".

"Le voleur de lettres" est dans le même esprit un exercice à la fois ludique et instructif sur l'initiation à la typographie. L'histoire se passe dans le quartier des Graphes, les commerçants se réveillent en constatant chacun qu'une ou plusieurs lettres de leurs enseignes ont été dérobés. Auprès de l'inspecteur Quoi, les victimes font leur déposition et constatent ainsi qu'il existe un "tableau d'identité des lettres".  Il y a donc les caractère romains et italiques, majuscules ou minuscules, gras ou maigres, plus les empattements où l'on croise les Antique, Elzévir, Egyptienne, Auriol, Mistral etc.

Le texte est suivi de : La maison de Camille, sous forme de ritournelle, La tarte de la princesse, ou comment peupler un royaume, Le Corbeau et le Renard, façon terrine, Histoire de Plume le distrait et de sa bonne fée, Une omelette sans oeufs (n'est pas possible, il faut au moins trois E plus un O, sans E tu sais rôtir un gigot ou blanchir un chou farci... ), La légende du lac sans fond, histoire typiquement irlandaise.

Cette lecture est accessible pour les lecteurs d'au moins 7-8 ans, capables de jongler avec les subtilités de la langue française, qui parfois rechignent à retenir leurs leçons d'orthographe ou leurs comptines. En lisant ce livre de François Caradec, illustré par Jean-Pierre Cagnat (le plaisir de lire est adouci par les dessins fantaisistes), tout lecteur peut donc retenir en s'amusant. C'est astucieux, les histoires sont drôles, plutôt courtes. Le plaisir de lire s'associe véritablement au pouvoir mystérieux du bonheur d'apprendre... les jeunes lecteurs apprécieront, sans s'en rendre compte !

Gallimard jeunesse, coll. Giboulées

Posté par clarabel76 à 10:55:00 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : ,

08/12/06

Artemis Fowl - Eoin Colfer

artemis_fowlFaut-il aimer Artemis Fowl ?

D'abord, qui est-il ? Un gamin de douze ans, héritier d'une fortune et fils d'un père aux activités louches (d'ailleurs porté disparu aux large des côtes russes depuis deux ans) et d'une mère déclarée folle qui s'enferme dans sa chambre. Artemis s'élève tout seul, aidé d'un homme à tout faire du nom de Butler, puissant colosse dévoué pour son jeune maître.  Artemis est aussi un génie, son récent exploit est d'avoir dérobé le Livre des Fées puis d'avoir kidnappé une certaine Holly Short (officier féminin du corps d'élite des fées) pour réclamer une rançon en tonnes d'or et arrondir ses fins de mois !...

Voilà pour le 1er tome. Dans le tome 2, Artemis Fowl devient l'allié des fées ! ... Hum, c'est louche ? Que signifie ce pacte d'alliance ? En fait, il réunit à nouveau Artemis et Holly pour une mission périlleuse et désespérante. Artemis veut sauver son père de la mafia russe, Holly doit enrailler l'insurrection des Gobelins qui veut prendre le pouvoir du pays des Fées. La série d'aventures ne laisse aucun repos à ces deux guerriers, la bataille est rude et le temps est compté !

mission_polaireQuoi retenir de ce début de série ? 1- c'est facétieux, malicieux, ingénieux... 2- Artemis Fowl est un anti-héros qui veut des sous et ne recule jamais devant l'interdit. 3- l'histoire est drôle, inattendue, riche en rebondissements 4-  on n'hésite pas à fantasmer sur un croisement entre James Bond et Indiana Jones habitant un pays imaginaire.  5- en plus de la féérie, des légendes et des contes, on découvre un univers opposé fait de technologies avancées et futuristes.  6- les dialogues sont percutants et incisifs. 7- Holly Short est un sacré bout de petite fée au caractère bien trempé 8- les personnages secondaires sont aussi attachants que les protaganistes "héros".  9- Artemis est drapé d'un flegme britannique absolument craquant.  10- finalement Artemis Fowl est un type bien, qui ne manque pas de jugeotte. Le tome 2 casse un peu son image de "génie du mal", il s'investit dans une mission d'équipe, ça le change. Toutefois il reste un gredin, un chenapan, un garnement, une canaille (etc...) mais on l'aime tout court !

Gallimard jeunesse / Folio jeunesse

  • A suivre :  Code Eternité (3) & Opération Opale (4) & parution récente en anglais The lost colony (5)

Posté par clarabel76 à 10:45:00 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , ,

23/11/06

Le Royaume d'Outrebrume II. Le prisonnier de Grisemine - M.I. McAllister

prisonnier_de_grisemineIl y a du nouveau sur l'île d'Outrebrume depuis les récentes péripéties rencontrées par le jeune Oursin des Etoiles dans le tome 1. Aujourd'hui une ombre plane : un navire accoste et le royaume s'inquiète... Les côtes d'Outrebrume sont réputées inabordables grâce aux brumes enchantées qui les enveloppent.. alors, étrange ? Les ambassadeurs de ce bateau viennent solliciter l'aide d'Oursin. Ils arrivent de Grisemine, une île régentée par Bois d'Argent et menacée par des indigents expulsés d'Outrebrume. Est-ce un piège ?
Oursin fait également face à ses origines : lui, l'orphelin abandonné sur les flancs de l'île, par une nuit d'étoiles filantes... Une prophétie le poursuit : il est l'Ecureuil Marqué, il provoquera la chute d'un puissant souverain. Qu'est-ce que cela cache ?

Ce tome 2 explore donc quelques nouvelles sources sur la personnalité de l'écureuil Oursin des Etoiles. C'est un jeune héros qui ne manque pas d'intelligence ni de sensibilité. Il va vivre une aventure particulièrement angoissante dans cet épisode, exilé quelque part hors de son paradis insulaire. Des rebondissements sont au sommaire. Le royaume d'Outrebrume n'est pas à l'abri de menaces terribles et de complots dans l'ombre. La duperie est un élément capital dans cette suite, où fourmillent encore plus d'esprit chevaleresque, plus de piquant (merci la petite hérissonne Finaiguille) et toujours plus de charisme inspiré par ces petits animaux qui sont les héros de cette trilogie inventée par M.I. McAllister. L'histoire enchantera petits et grands.

Gallimard jeunesse

Posté par clarabel76 à 11:12:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

22/11/06

Le royaume d'Outrebrume I. Oursin des Etoiles - M.I. McAllister

oursin_des_etoilesL'île d'Outrebrume est un royaume secret, protégé par des brumes enchantées qui s'enroulent autour d'elle comme une cape. Elle est gouvernée par un roi d'une grande bonté qui vit dans une tour où des écureuils, des hérissons, des taupes et des loutres habitent et travaillent ensemble. Par une nuit d'étoiles filantes, un petit être vient au monde, recueilli par le Capitaine Crispin et le prêtre Frère Sapin. C'est un petit écureuil orphelin, au poil blanc, prénommé Oursin.

Oursin grandit dans l'espoir de servir dans la Tour d'Outrebrume, auprès du roi Coeurdepique et des Chevaliers Crispin l'écureuil, Pastor la loutre et Bogue l'autre écureuil. Mais hélas, le roi et la reine sont frappés d'un grand drame : leur fils, le prince héritier, Culbute a été assassiné. Le chevalier Crispin est reconnu coupable et condamné à l'exil. Oursin voit partir son grand ami et refuse de croire à sa culpabilité. Il devient le page de Pastor et va vivre auprès de ce dernier et d'autres fidèles de palpitantes aventures. Ils sont quelques-uns à comprendre qu'un complot se trame dans le dos du couple royal, que le meurtrier du petit Culbute vit toujours au coeur d'Outrebrume, qu'il faut donc être prudent et vigilant auprès des suivants du Cercle du royaume.

Si vous pensiez qu'il fallait nécessairement ressembler à l'espèce humaine qui se tient sur ses deux pattes pour être un héros prodigieux et doué d'intelligence, vous allez complètement changer d'opinion en ouvrant ce premier tome des Chroniques d'Outrebrume. Ce sont des écureuils, des hérissons, des loutres et des taupes qui sont les rois de ce royaume imaginaire, ce sont eux les principaux acteurs de cette aventure passionnante. Leurs histoires sont excitantes, préconisées pour des jeunes lecteurs de 9-10 ans, mais la vieille de 30 ans (que je suis) s'avoue avec fierté totalement charmée et enthousiaste à ce début de trilogie. L'auteur M.I. McAllister a prêté à ses petits animaux les traits de caractère des humains : loyal comme un hérisson, déterminé comme une taupe, brillant comme un écureuil, courageux comme une loutre... Ou peut-être que c'est l'inverse, après tout ?! Une lecture divertissante, où se mêlent l'esprit des Mousquetaires et des légendes de la Table Ronde. Une aventure palpitante au suspense haletant.

Folio junior

Posté par clarabel76 à 14:00:00 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , ,

16/11/06

La prédiction - Alice Hoffman

prediction_laLa figure mythique des Amazones vous intéresse ? Alors, je vous conseille d'ouvrir ce livre. Il raconte le destin de Pluie, enfant né d'un viol, fille de la reine Alina, qui grandit loin du regard aimant de celle-ci. La vie des Amazones est celle d'une tribu qui se bat pour sa défense, qui a la haine des hommes, qui cultive une osmose avec le cheval, qui se nourrit du lait et de sa viande, qui se vêtit de sa peau, qui s'occupe des abeilles dont le miel couvre le visage des mortes et des filles qui vont franchir le cap, gagner en séduction pour conquérir le corps d'un prisonnier et procréer... Pluie grandit dans cette organisation qu'elle semble remettre en question, de son côté, à force d'observation et de réflexion. Sa mère ne pose pas le regard sur elle, a le désir d'un autre enfant pour en faire une véritable reine... et alors ? Pluie ne sait pas si elle souhaite perpétuer les traditions, elle est curieuse, intriguée sur la vie d'autres communautés, rencontre un jeune homme et commence à nourrir des sentiments qui ne sont pas du ressort des guerrières. Pluie expérimente la pitié et la compassion, est-ce absolument une honte ?

Sa vie et sa place au coeur de sa tribu vont évoluer. Les années passant, Pluie doit se plier aux règles du sang, du combat et de l'héritage. Sa vision est très honorable, car Pluie met de plus en plus en doute la nécessité de la guerre pour se préserver. Elle comprend aussi qu'elle devra prouver sa loyalité au sein de sa propre tribu... des combats, des preuves, encore et toujours. "La prédiction" d'Alice Hoffman en raconte l'histoire et le parcours initiatique d'une jeune fille livrée à son sort. Ce roman est classé chez la jeunesse, pourtant je déconseille au lectorat de moins de treize ans de s'y attarder. Le texte est brut, sans fioritures. Il livre dans les détails la sauvagerie des tribus qui s'affrontent, l'art de la guerre, la soif de pouvoir en dépit de tout. La sagesse de Pluie est édulcorée, la jeune fille fait également face à des choix cruciaux. Pourtant certaines prises de risques (de la part de l'auteur) ne sont pas totalement poussées jusqu'au bout, comme les rapports entre femmes et l'homosexualité. Certes Alice Hoffman ne fait pas dans la dentelle, son style est franc mais ensorcelant, comme le chant de la jeune Io (autre personnage au passé maudit). Bref, moi j'ai aimé la couverture du roman, j'ai cru une histoire plutôt sage mais finalement j'ai été stupéfaite et enthousiaste car ce roman ose et va au-delà de son étiquette !

Gallimard Scripto

Posté par clarabel76 à 18:36:00 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : , ,

06/11/06

Seize ans ou presque, torture absolue - Sue Limb

seize_ans_ou_presqueVous pensiez avoir passé l'âge ? Détrompez-vous, car lire ce roman désopilant de Sue Limb est l'équivalent d'un bain dans la fontaine de jouvence. C'est revigorant et frais comme un bonbon à la menthe. Miam, j'en redemande ! "Seize ans ou presque, torture absolue" est en fait le tome 2, la suite de "Quinze ans, charmante mais cinglée", où une jeune adolescente, Jess, fille unique de parents divorcés, traverse avec humour et cynisme sa crise de l'âge bête.

Dans ce tome 2, Jess apprend par sa mère qu'elles vont passer l'été chez son père à St-Ives, en bord de mer. Pour Jess, ce projet (en apparence idyllique) se révèle un dilemme : la jeune fille est amoureuse, elle comptait profiter de ses vacances pour passer chaque seconde avec ce soupirant. Impossible d'en toucher mot à sa mère, bibliothécaire de 40 ans, farouchement opposée à ce qu'un représentant de sexe masculin franchisse le seuil de la maison, n'ayant jamais digéré sa séparation ni expliqué les raisons de son divorce à sa progéniture.

Jess, sa mère et la grand-mère Gertrude partent donc toutes les trois pour une tournée des châteaux d'Angleterre avant de débarquer en Cornouailles. S'ensuivent des situations irrésistibles entre l'exaltation de la mère, la moue boudeuse de la fille et les pensées rêveuses de la grand-mère... Cependant Jess est rongée par la jalousie en pensant à son petit copain, seul, livré aux ongles longs et acérés de belles blondes prêtes à lui sauter dessus (pense-t-elle).

Jess envoie des sms, des lettres, fait des rêves qui virent aux cauchemars, traîne les pieds, soupire profondément... ah, c'est dur la jeunesse ! Cruelle est la vie de passer des vacances (culturelles) en famille ! Jess donnerait tout l'or d'un empire pour rentrer chez elle et retrouver son chéri.

Le roman ne manque pas d'humour, de rebondissements et d'ingénuité. C'est vivifiant, très peu niais (quand on a trente ans, c'est plutôt drôle de lire les chichis d'une ado qui se torture les méninges par jalousie...). J'ai foncièrement adoré, un peu regretté la fin trop lisse et prévisible, dommage, mais j'ai plongé les deux mains en avant d'entrée de jeu. Un régal, à conseiller si vous avez des enfants de cet âge et même si avez atteint l'âge "canonique" de trente ans (et plus, n'hésitez pas) !... Croyez-moi, Sue Limb et son héroïne Jess Jordan vont devenir vos nouvelles copines !

Gallimard jeunesse

Posté par clarabel76 à 21:30:00 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags : , , , ,