04/04/07

Comment se passer d'une maman ...

Non, ce n'est pas moi qui le dis. C'est ma Miss C. qui découvre avec son nouveau livre un CD lu par Pef : Au loup tordu ! (ou comment on peut se passer d'une maman). au_loup_torduOui, vous avez reconnu l'histoire célébrissime du jeune prince de Motordu !? C'est une série qui remporte un très grand succès auprès des enfants, et d'ailleurs les livres sont même étudiés à l'école !

Il faut reconnaître que le principe est tout à fait drôle et ingénieux. Pef crée un personnage qui déforme les mots et les expressions comme le font souvent les enfants lorsqu'ils veulent répéter des mots. Le texte et ses mots tordus sont illustrés au pied de la lettre ce qui donne un attrait comique et poétique à la série. Ainsi les mots et les dessins ne vont pas l'un sans l'autre, c'est devenu un véritable exercice de style ! (Wikipedia)

Dans Au loup tordu !, le jeune prince sort son troupeau de boutons qui doit prendre gare aux coups de baron. Et sur une jolie colline fleurie, ce petit monde repose en paix quand survient un loup étranger à l'air bien égaré. Bonjour, jeune suis pas d'ici, je ne parle pas bon votre langue. Et, en se grattant la tête, le loup expliqua qu'il était venu de l'étranger spécialement pour manger quelque chose de très bon, mais dont, hélas, il ne se rappelait pas le nom ! Cette chose fait bêêê ... au_loup_tordu_2bêêê ... et se termine par on. Des boulons, des croûtons, des bonbons ? Des boutons ?! Content de lui, le jeune prince lui indique son troupeau en le prévenant qu'il risque de ne pas être rassasié. Qu'importe, il peut trouver des boutons partout. Mais malheur ! le loup étranger s'attaque à tout le monde pour dévorer ... des boutons ! Qu'à cela ne tienne ! L'histoire n'en reste pas là, car le jeune prince conseille au loup de coudre des moutons sur ses habits avant de rentrer dans son pays.

Quel charabia ! Pourtant, on ne peut pas dire qu'on fait avaler des couleuvres à nos enfants avec ces belles inventions astucieuses. Jamais dupe, le jeune lecteur rebondit aussitôt pour corriger les fautes du prince de Motordu ! Ce qui m'amène directement à parler du Cd : deux pistes sont disponibles. La 1ère est l'histoire lue par Pef lui-même et la 2ème est un exercice d'écoute qui invite l'enfant à reprendre les "mots tordus" du prince. Pas mal ! L'histoire lue est festive, avec musique, mise en scène etc. pendant presque 10 minutes. Toute une collection est disponible chez Gallimard jeunesse, en folio benjamin, à partir de 3 ans. Pour en découvrir plus, cliquez ici !

cacatoes

Autre sélection : Les cacatoès de Quentin Blake. Voici une histoire très drôle où le Professeur Dupont accomplit tous les matins le même rituel et salue ses 10 cacatoès d'un joyeux "Bonjour mes petits amis emplumés". Les cacatoès en ont un peu assez et décident de lui jouer un vilain tour. Ils s'échappent et vont se cacher quelque part dans la maison. Mais où ? Pas dans la salle à manger, pas dans la cuisine, pas dans la chambre, pas dans la salle de bains, ...  Non, vraiment pas ? Avez-vous bien regardé, Professeur Dupont ?

Et la fin aussi est très, très drôle ! Vraiment, il y a décidément des gens qui n'apprennent jamais rien !

cacatoes_2

Quentin Blake est une valeur sûre, illustrateur des plus grands auteurs britanniques, dont Roald Dahl. Il faudrait être bien difficile pour ne apprécier sa patte humoristique et l'histoire subtile et légère qu'il propose. C'est fin, lu sur le cd en moins de 4 minutes, avec mélodie entraînante, et un exercice proposé (des questions sur le texte). Plaisir et initiation font bon ménage !  Le site web de Quentin Blake

Gallimard jeunesse / folio benjamin - Livre avec Cd.

IMGP2328

Un petit oiseau s'échappe ...

Posté par clarabel76 à 15:00:00 - - Commentaires [21] - Permalien [#]
Tags :


03/04/07

Au théâtre, les enfants !

En recevant ce livre, j'ai été folle de joie de découvrir un très bel album qui parle de théâtre et qui soit accessible pour jeunes lecteurs, dès 7-8 ans. En plus de son histoire sympathique, ce livre offre la possibilité de parcourir les coulisses d'une pièce et de donner toutes les clés pour monter soi-même sa mise en scène.

arlequinPour ces multiples raisons, je conseille fortement ce livre aux enseignants et aux parents qui se creusent la tête pour occuper leurs enfants, ou encore pour remplir une après-midi goûter d'anniversaire !

C'est donc l'histoire inspirée de la comédie de Goldoni, dramaturge italien du 18ème siècle, qui met en scène Arlequin, personnage central de la Commedia dell'Arte. A la plume, c'est en fait Sylvia Lulin (auteur et illustratrice ayant une grande expérience du monde du théâtre) qui a décidé d'adapter en langage clair ce Classique. Grâce à ses dessins colorés, elle raconte avec simplicité l'enjeu de cette comédie.

L'histoire débute avec l'annonce du mariage entre Clarice et Silvio mais l'arrivée impromptue d'un dénommé Federigo Rasponi met tout à plat. Clarice lui était promise, les nouvelles fiançailles déclamées sont annulées. Or, personne ne devine que Federigo est un déguisement qui dissimule Béatrice, la soeur du prétendant, venue exprès à Venise de Turin pour retrouver la trace de Florindo, l'homme qu'elle aime et qui a tué son frère pendant un duel. Elle est accompagnée de son serviteur, le fameux Arlequin. Quel coquin ! Tiraillé par la faim, celui-ci décide d'entrer au service d'un gentilhomme arrivé dans la ville, et qui n'est autre que Florindo ! ... Nous voilà au coeur d'une situation de quiproquos, d'entourloupes et de chassé-croisés forts à-propos.

Cette adaptation est fidèle. Elle devient un outil enthousiasmant pour les enfants et les parents. La pièce est racontée avec humour, elle rapporte avec précision les méandres de la comédie. Le personnage d'Arlequin est dévoilé dans toute sa splendeur : menteur, polisson, impertinent et rusé comme un singe. Il parvient à embobiner deux Maîtres, ce tour de force. Avec beaucoup de peine et quelques boulettes, il est vrai. Il est fin, cet Arlequin !

 

 

 

 

 

En fin de livre, vous découvrirez un hors-texte de douze pages "un carnet de mise en scène" qui explique dans les plus stricts détails les combines pour monter soi-même sa pièce de théâtre et en faire un succès ! (Petite introduction sur Goldoni, la peinture italienne du 18ème, puis préparation au jeu, lecture de la pièce à voix haute, le choix des rôles, les répétitions, et autres trucs et astuces ! ).

Arlequin serviteur de deux maîtres, par Carlo Goldoni - traduit, adapté et illustré par Sylvia Lulin. (Gallimard jeunesse, Hors Série / Giboulées)

IMG00087

Hourra ! Sortons le boudine ! J'ai réussi ! Ils sont tous contents, ils ont été servis et ils ne veulent plus rien... J'ai servi à table deux maîtres et aucun ne s'est rendu compte qu'il y en avait un autre. Mais puisqu'il y en avait deux, maintenant, je vais manger pour quatre. Réjouis-toi, mon petit ventre !  (Arlequin)

Posté par clarabel76 à 20:15:00 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
Tags : , ,

21/03/07

Le combat d'hiver - Jean Claude Mourlevat

combat_d_hiver

Résumé

Dans un pays imaginaire, des orphelins sont dans un internat qui ressemble à une prison. Cet hiver-là, une lettre leur révèle qu'ils sont les enfants d'une génération d'hommes et de femmes éliminés une quinzaine d'années plus tôt par la faction totalitaire qui a pris le pouvoir. Quatre d'entre eux veulent s'évader.
Prix jeunesse France Télévisions 2006 (roman), prix Sorcières 2008 (romans ados).

Mon avis

"Le combat d'hiver" est un roman hors du commun, livrant une histoire sans concession en voulant dénoncer une société opprimée qui a soif de liberté. Le totalitarisme a ici pour nom la Phalange. Cela débute dans un pensionnat pour adolescents, où Helen, Milena, Bartolomeo et Milos reçoivent une éducation stricte et sévère. Il n'y a pas une seule étincelle de joie, de bonheur, de promesse ou d'espoir. C'est sinistre, mais déjà on sent que ce récit va nous embarquer loin, dans son univers et dans son combat.

Car c'est un roman audacieux, abordant des sujets sensibles (la dictature, les combats de gladiateurs, l'oppression envers les plus faibles, la torture, la mort). Oui, c'est étonnant pour un roman édité jeunesse mais c'est du Mourlevat. Le talent de cet homme n'est plus à démontrer, il peut tout écrire, tout proposer, c'est forcé que ça plaise. Et puis il connaît la frontière entre ce qui dénonce et ce qui est bêtement racoleur. Jamais chez lui on ne basculera dans l'horreur pour créer la sensation. L'homme est intelligent, son roman également. Il y a une vraie force derrière l'atmosphère de terreur qui règne dans LE COMBAT D'HIVER, un désir de vaincre et de vivre qui anime les personnages, lesquels sont guidés par des sentiments nobles (ceux de l'amour et de l'amitié).

Je vous épargne le catalogue des êtres étranges qui peuplent cet univers, c'est mieux d'en préserver la surprise. Comme je vais m'abstenir de vous présenter l'histoire, c'est beaucoup mieux d'entretenir le suspense en cultivant le doute et le mystère. De toute façon, vous ne serez nullement déçus - cette lecture est passionnante, sombre et intransigeante, son pouvoir d'attrait est irrésistible et la séduction fatale. Le rythme de lecture est soutenu, jamais on ne s'ennuie, le seul regret pourrait être cette fin précipitée et plutôt conventionnelle (là, oui je retrouve mon étiquette de l'édition jeunesse). Mais je ne peux en aucun cas m'avouer défaitiste ou déçue car ce roman reste pour moi formidable et captivant. Il FAUT le lire ! 

Gallimard jeunesse, 2007 -  330 pages.  15€

Posté par clarabel76 à 07:00:00 - - Commentaires [33] - Permalien [#]
Tags : ,

16/03/07

Tobie Lolness, Tome 1 la vie suspendue - Timothée de Fombelle

tobie_lolness_couvRésumé

Tobie Lolness, un millimètre et demi, appartient au peuple du grand chêne. Le père de Tobie, savant génial et sage, a refusé de livrer le secret d'une invention pour transformer la sève de l'arbre en énergie motrice. Furieux, le Grand Conseil a condamné les Lolness à l'exil dans les basses branches, territoire sauvage. Tobie y rencontre Elisha.
Prix Tam-Tam Je bouquine 2006 (Salon de Montreuil).

Mon avis

Il faut savoir que lire ce roman est un appel vers un ailleurs envoûtant et enchanteur. Pas seulement destiné à la jeunesse, ce livre est une invitation à la poésie, la philosophie et le respect pour l'environnement. L'arbre dans lequel vit et bondit le jeune Tobie détient un coeur qu'il faut sauver et préserver de la vilennie du terrible Jo Mitch. L'idée qu'une communauté s'affaiblit à force de subir la peur et l'humiliation fait émerger une étrange dualité entre l'amour et la trahison. Car dans ce roman on s'aperçoit bien vite qu'il est tout aussi facile de dénoncer et de s'en mordre les doigts, de combattre et de tromper les apparences.

Il y a cette volonté d'indétermination distillée par l'auteur et qui permet ce constat de rebondissements pour casser la routine et l'attente. Jusqu'à la dernière page, le souffle est tenu en haleine. Tobie Lolness est un garçon remarquable, qui ne manque jamais de ressources, malgré la somme d'épreuves offertes. Les personnages qu'il croise ont ces contours flous qui les rendent insaisissables. C'est une prodigieuse réussite, un joli monde sans magie, sans esprit surnaturel. C'est de la poésie, vibrante et touchante, accessible pour tous les lecteurs ! 

tobie_lolness

Gallimard jeunesse, avril 2006 - 311 pages. 16€
Illustrations de François Place. 
Le tome 2 Les Yeux d'Elisha va paraître à la mi-avril !

Posté par clarabel76 à 06:00:00 - - Commentaires [30] - Permalien [#]
Tags : , , ,

09/03/07

Le livre du Temps, Tome 1 : La pierre sculptée - Guillaume Prévost

livre_du_temps_1Samuel Faulkner vit chez ses grand-parents depuis la mort de sa mère, il y a 3 ans. Son père Allan, surnommé “le prototype de l'original”, a ouvert une librairie de livres anciens dans un quartier plus reculé de la ville. Quand dix jours passent sans avoir la moindre de ses nouvelles, Sam commence à s'inquiéter. Il se rend alors jusqu'à la librairie et découvre dans la cave une étrange statuette avec des jetons autour. Il touche à tout, puis ressent une sensation de chaleur... L'instant d'après, il se retrouve sur l'île d'Iona en l'an 800, chez une communauté de moines. L'aventure n'en finit pas. Et de chapitre en chapitre, Sam voyage dans le temps, débarque dans des situations épineuses. Il n'a toujours pas trouvé son père et tente malgré tout de rentrer chez lui. 

Ce tome 1 d'une saga absolument passionnante est une introduction fort habile et enthousiasmante. On y fait la rencontre d'un adolescent taciturne qui deviendra le héros d'aventures incroyables. Intrépide et futé, Samuel Faulkner se dévoile au fil des épisodes, à travers une épopée jubilatoire. On passe du Moyen-Age à l'Egypte ancienne sans moufter, puis retour dans le présent avant de reprendre l'enquête. C'est passionnant. Même le livre en lui-même est esthétiquement parfait, il se présente comme un grimoire, avec une couverture cartonnée et une jaquette étonnante. Ce début de trilogie est plus que prometteur ! 

Gallimard Jeunesse, 237 pages (2006)

  • Clin d'oeil : « Sam essaya de rassembler ses maigres connaissances sur l'alchimie : il avait entendu parler de la pierre philosophale - merci Harry Potter - , de la fabrication de l'or à partir du plomb ou du mercure - il ne se souvenait plus - et puis c'était tout. Il faudrait y aller à l'instinct... »

Posté par clarabel76 à 07:15:00 - - Commentaires [12] - Permalien [#]
Tags : , , ,


28/12/06

Rita et Machin - J.P. Arrou-Vignod & O. Tallec

Ne loupez pas les épisodes de Rita et machin, une série désopilante pour les enfants à partir de 4 ans, créée par deux artistes très inspirés : l’auteur/éditeur Jean-Philippe Arrou-Vignod et l’illustrateur Olivier Tallec. Rita est une fillette de son époque : à 5 ans, elle a déjà un caractère bien trempé. Pour son anniversaire, elle a décidé de casser les pieds — trop de cadeaux à ouvrir ! — mais un des paquets se met à faire des bonds… À l’intérieur se cache un petit chien blanc avec une tache sur l’œil. Rita décide de lui trouver un nom : pourquoi pas chaussette, serpillière ou… Machin?!

Voici donc l’entrée en fanfare d’un duo irrésistible croqué façon BD en bicolore (rouge et blanc).

IMGP2869

Pour Noël, il y a l'incontournable / l'indispensable / le très, très, très nécessaire : Le Noël de Rita et Machin où on suit les préparations de Rita et son chien pour la nuit de Noël durant laquelle on découvre un Super Machin qui veille au grain et ... fait fuir le visiteur nocturne ! Argh, se dit Rita, Catastrophe de catastrophe ! Machin a fait peur au Père Noël ! Bon allez, vite la suite ... Lisez, lisez donc !!! C'est franchement désopilant, drôle, pétillant et ça plaît aux petits comme aux grands. Oui, je l'avoue : j'y trouve dans ces petits albums la copie conforme du duo de la maison, Miss C. et le chien noir aux grandes oreilles. Et je rigole... noel_rita_machin

 

Questions à Jean-Philippe Arrou-Vignod

Comment est né ce duo, Rita la "commandante" et Machin le flegmatique? La proposition de série vient-elle de Gallimard?

Non, c'est une envie commune d'Olivier et moi de travailler ensemble. Olivier avait inventé ces deux petits personnages qui m'ont fait craquer. Il a fallu trouver des noms, un esprit, des histoires que l'on souhaitait inspirées de situations quotidiennes.
J'ai proposé à Olivier celle de la rencontre de nos deux copains. Le reste est venu de soi, et Gallimard a accepté notre projet avec enthousiasme.

 

On sent que vous vous amusez beaucoup, l'humour est-il prépondérant pour
vous dans les aventures de Rita et Machin?

Oui. On avait envie tous les deux d'une histoire d'amitié un peu acide et décalée, toujours vue à hauteur des personnages et de leur monde imaginatif et drôle.

Gallimard jeunesse

23/12/06

Le sapin de monsieur Jacobi - Robert Barry

sapin_de_monsieur_jacobiMonsieur Jacobi reçoit son beau sapin de Noël et l'installe dans son salon, mais il fait la grimace :

le sapin touche le plafond déjà haut, il faut donc couper un morceau !...

Et l'aventure commence : du morceau coupé, un nouveau sapin fera ainsi le bonheur de miss Adèle, du jardinier, de l'ours Barnabé, de Maître Renard etc etc. Chacun le trouvant trop grand l'épointera à son tour...

C'est une histoire à tiroirs, l'histoire d'un sapin trop haut dont le plumet coupé fait le bonheur d'une rimbabelle de personnages...  Ainsi va la vie du sapin, jusqu'à la toute dernière page qui ne manque pas d'humour.

Une lecture pour sourire, pour savourer le texte en prose, remis au goût du jour et en couleurs, car Le sapin de monsieur Jacobi est un classique paru en 1963 et qui peut se vanter de n'avoir pris aucune ride ! C'est un petit régal, on rigole et l'histoire respire l'ambiance magique de Noël où partage et tendresse font bon ménage.

Gallimard jeunesse, coll. Folio benjamin

Posté par clarabel76 à 20:43:00 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , ,

Les enquêtes de Vipérine Maltais : Mortels Noëls - Sylvie Brien

viperine_maltais_mortels_noelsLire les enquêtes de Vipérine Maltais, 13 ans, procure un réel dépaysement qui envoie le lecteur dans un Québec des années 1920, entre les murs d'un pensionnat religieux, où Vipérine et sa soeur Olivine sont élèves. Les fêtes de Noël ne sont qu'un décor de fond pour cette pièce de théâtre où le mystère frappe le sommeil de la soeur économe, Aurore, persuadée d'avoir été la victime manquée d'un meurtre. Vipérine mène son enquête, remonte quelques pistes d'un Noël ancien, sur les douces et mélodramatiques dernières lignes du conte d'Andersen et de La petite fille aux allumettes... C'était une belle rencontre de faire connaissance avec Vipérine Maltais, fillette très intelligente et qui pense avoir un physique ingrat. Dans "Mortels Noëls", le dénouement ne soulèvera guère de soupirs d'étonnement, surtout si le lecteur a bien suivi, dès la 50ème page les jeux sont faits (du moins, pour moi). Mais j'ai trouvé plutôt amusant que tous les suspects soient réunis autour de Vipérine en train de clamer les conclusions de son enquête, cela rappelle la méthode d'une certaine Dame Agatha Christie... Bref, une petite collection plaisante, qui ne chatouille pas les neurones, qui se contente donc d'être distrayante ET dépaysante !

Gallimard jeunesse, coll. Hors Piste

20/12/06

Les Origimots - Claude Duneton

origimotsClaude Duneton est un détective un peu particulier, il poursuit les mots, il les débusque et les découvre pour raconter leur histoire. D'où viennent les mots ? Quels sont leurs secrets ? Il faut savoir peu ou beaucoup de choses pour pouvoir l'expliquer mais Claude Duneton a privilégié la méthode douce pour son "coup d'oeil touristique" concernant quelques-unes des créations de la langue française au fil des époques, en remontant le temps, de siècle en siècle...

Cette méthode implique qu'elle va remonter aux sources, vers les racines des mots, et leur sens véritable - cette démarche s'appelle étymologie. Le 20ème siècle, qui marque l'époque des chaos, des progrès et des bouleversements, donne naissance au terme de la "vie moderne" avec l'émergence du cinéma, de la télévision, de l'avion, des vacances, des satellites, etc. Des nouveaux mots fleurissent dans la bouche des français : baladeur, basquets (!), carte à puce, DVD, internet, micro-ondes... et il est très intéressant de remarquer que leurs sens dérivent des termes anglo-saxons mais aussi du latin. Le 20ème siècle est donc le joyeux chamboule-tout  entre la modernité et la tactique "à l'ancienne".

En fait, au fil des pages, grâce à l'enseignement malicieux de Claude Duneton, le lecteur s'aperçoit que tout mot ne se laisse pas facilement prendre au piège, plusieurs sont insaisissables et glissent comme des anguilles entre les mains. Les mots, de tout temps, ont voyagé, ce qui explique la naissance des nouveaux mots, des sens cachés et des orthographes belliqueuses !

Les mots bougent, les mots changent... Le mot "cacahuète" est rigolo et vient de l'espagnol lui-même adapté d'un mot aztèque, qui signifie "cacao de terre". Le "camembert" tire son nom d'une petite ville de Normandie où il fut fabriqué avec du bon lait des vaches normandes ! "Clochard" vient de l'expression d'argot "filer la cloche" ou "être à la cloche" / "ne pas avoir de maison". Le "croissant" possède une histoire qui vaut son pesant de beurre ! Une "gifle" désignait seulement la "joue" avant d'être ce que vous savez... Un "kaléidoscope" est une vraie salade grecque. La "mayonnaise" devrait être déconseillée en Angleterre car elle représente là-bas la célébration d'une défaite. Le "chignon", dans sa signification du début du 17ème siècle, rappelle mollement l'art de séduction que cette coiffure inspire, vive le 18ème pour lui donner ses lettres de noblesse ! La "coccinelle" prévoit la météo, un "orang-outang" est un "homme des forêts" en Malaisie, un "moustique" s'est toujours appelé "moustique" (les sales bêtes !). L'abricot, originaire de la Chine, a été découvert par les Arabes qui l'appelèrent "fruit précoce", puis les Espagnols le trouvèrent bon aussi et transformèrent le mot en "albaricoque", avant d'être amputés par les Français, toujours plus pressés que la musique, en "abricot". Un "arlequin" vient du nom d'un diable très ancien en vieux français "hellequin", le "boucan" est né au Brésil. Le "bouquin" désigna d'abord de vieux livres au 16ème siècle, la "patate" vient du centre du Chili et la "marmelade" des Grecs anciens. Etc etc ...

Les exemples pullulent dans ce livre très amusant et instructif. Il rappelle également que le mot "Papa" date du 13ème siècle, désignant en latin "aïeul, grand-père". Je pourrais en tartiner des lignes sur les nombreux modèles cités par Claude Duneton, aussi je vous le conseille, à vous et vos enfants, s'ils sont curieux de découvrir ce que signifie plus exactement les mots "enfant", "maison", "fantôme" ou "ogre"... On peut lire ce livre à sa guise, selon son rythme, quelques pages ou deux-trois mots par soir, même une seule découverte par jour peut amplement suffire ! Claude Duneton a également introduit chaque siècle en un bref chapitre récapitulant avec burlesque la tendance de l'époque. On en apprend à chaque instant, "Les Origimots" (création personnelle du magicien Duneton) est une lecture perspicace, intelligente et drôle !

Gallimard jeunesse, coll. Giboulées

Posté par clarabel76 à 14:50:00 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags : ,

Le voleur de lettres - François Caradec

voleur_de_lettresFrançois Caradec est le grand-père d'une petite fille prénommée Camille, elle a 7 ans et apprend à lire. Pour faire de cet apprentissage un amusement, l'écrivain s'est mis à la plume pour rédiger une collection dédiée à sa petite-fille. Sont déjà parus "Les Histoires pour Camille" et "Les cinq diamants du diable".

"Le voleur de lettres" est dans le même esprit un exercice à la fois ludique et instructif sur l'initiation à la typographie. L'histoire se passe dans le quartier des Graphes, les commerçants se réveillent en constatant chacun qu'une ou plusieurs lettres de leurs enseignes ont été dérobés. Auprès de l'inspecteur Quoi, les victimes font leur déposition et constatent ainsi qu'il existe un "tableau d'identité des lettres".  Il y a donc les caractère romains et italiques, majuscules ou minuscules, gras ou maigres, plus les empattements où l'on croise les Antique, Elzévir, Egyptienne, Auriol, Mistral etc.

Le texte est suivi de : La maison de Camille, sous forme de ritournelle, La tarte de la princesse, ou comment peupler un royaume, Le Corbeau et le Renard, façon terrine, Histoire de Plume le distrait et de sa bonne fée, Une omelette sans oeufs (n'est pas possible, il faut au moins trois E plus un O, sans E tu sais rôtir un gigot ou blanchir un chou farci... ), La légende du lac sans fond, histoire typiquement irlandaise.

Cette lecture est accessible pour les lecteurs d'au moins 7-8 ans, capables de jongler avec les subtilités de la langue française, qui parfois rechignent à retenir leurs leçons d'orthographe ou leurs comptines. En lisant ce livre de François Caradec, illustré par Jean-Pierre Cagnat (le plaisir de lire est adouci par les dessins fantaisistes), tout lecteur peut donc retenir en s'amusant. C'est astucieux, les histoires sont drôles, plutôt courtes. Le plaisir de lire s'associe véritablement au pouvoir mystérieux du bonheur d'apprendre... les jeunes lecteurs apprécieront, sans s'en rendre compte !

Gallimard jeunesse, coll. Giboulées

Posté par clarabel76 à 10:55:00 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : ,