13/04/15

Les Souvenirs, de David Foenkinos

« Comment puis-je laisser cette femme qui m'a tant aimé, qui m'a consolé, qui m'a fait des soupes et des moussakas, comment puis-je la laisser là ? »

Les souvenirs

J'ai beaucoup aimé le début du récit, qui évoque avec tendresse et mélancolie, la famille, les souvenirs d'enfance, la vie conjugale, la vieillesse, le deuil etc. Après la mort de son grand-père, le narrateur tente d'adoucir le quotidien de sa grand-mère en lui rendant visite dans sa maison de retraite. Un jour, elle se fait la belle et lui adresse une carte postale énigmatique, l'invitant à partir à sa recherche.

Toute la première partie est un vrai régal à lire et raconte une histoire universelle qui touche et fait réfléchir. J'étais enchantée et émue d'y trouver des bribes de souvenirs plus personnels. Malheureusement mon enthousiasme a été douché avec l'apparition de Louise. Le grand amour du narrateur. Et l'auteur de basculer dans ce qu'il affectionne tant, la vie de couple, sa banalité et son échec. À partir de là, je me suis beaucoup ennuyée.

Au micro, Loïc Corbery tente une approche compatissante, d'une voix posée, sans emphase. Cela peut sembler fastidieux pendant 8 heures d'écoute, sauf si l'on considère que ce récit s'écoute par petites touches pour en apprécier pleinement l'impact émotionnel. La deuxième moitié du récit n'échappe malheureusement pas au sentiment de vide et de niaiserie que m'a inspiré la relation amoureuse. Dommage d'avoir bouclé ce tour de piste sur une note aussi amère et désabusée...

Gallimard, coll. Écoutez Lire, janvier 2015 ♦ texte lu par Loïc Corbery, de la Comédie-Française (env. 8 h)

À noter aussi que Jean-Paul Rouve vient d'adapter le roman en une comédie vraisemblablement enjouée et pleine de sensibilité, d'après la bande-annonce.

Posté par clarabel76 à 17:30:00 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : , , ,


27/03/15

Charlotte, de David Foenkinos

« Charlotte a appris à lire son prénom sur une tombe. »

Charlotte

David Foenkinos retrace la vie de Charlotte Salomon, une artiste peintre juive, née à Berlin, réfugiée dans le sud de la France pour fuir la montée du nazisme, et déportée en 43 à Auschwitz où elle trouvera la mort à seulement 26 ans. Jeune femme au tempérament fragile et morose (le suicide était une récurrence dans son histoire familiale), elle avait trouvé dans la peinture un exutoire à ses crises d'angoisse et de désespoir.

Et c'est bien là le problème, car j'ai trouvé la lecture très, très déprimante. Le style, sans fioriture, n'est pas plus passionnant qu'une note biographique piochée dans une encyclopédie. On discerne la quête obsessionnelle de l'auteur dans son désir de comprendre l'artiste et de nous faire partager ses mystères, sans jamais chercher à supplanter la véritable héroïne, Charlotte. Sa posture reste en retrait, et c'est tout à son honneur.

Malgré les bonnes intentions de l'auteur, le récit m'a semblé sans vie, sans flamme, sans passion. La voix du comédien est calme et posée, proposant une écoute pleine de retenue mais assez plate. Résultat, le portrait de cette jeune femme douée, tétanisée par les spectres de la mort, et qui connaîtra une destinée tragique, ne m'a pas touchée outre mesure, du fait de l'exécution clinique et froide du récit. Je suis assez déçue.

Gallimard, coll. Écoutez Lire, janvier 2015 ♦ Lu par Yves Heck (durée : 5 h 15) ♦ L'écoute en classe de ce CD est autorisée par l'éditeur.

Posté par clarabel76 à 08:45:00 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

25/03/15

La Garçonnière, d'Hélène Grémillon

La garçonnière

Le psychiatre Vittorio Puig est accusé du meurtre de sa femme (la belle Lisandra a été retrouvée morte défenestrée, au pied de son immeuble). Eva Maria, une de ses patientes, cherche à le disculper en menant sa propre enquête. Pour cela, elle doit fouiller le passé de la victime, mais aussi écouter toutes les séances de psy enregistrées sur cassette, à l'insu des patients. Or, ses découvertes vont mettre à mal ses convictions et réveiller ses vieux démons.

L'histoire réserve de nombreux tours de passe-passe où se mêlent des hommes et des femmes aux parcours traumatisants. Nous sommes à Buenos Aires, en 1987. Le pays se sent encore lourd des séquelles laissées par la dictature militaire, les familles pleurent leurs disparus, bourreaux et victimes n'ont pas tourné la page. Ce livre est un trou béant de détresse, que vivent des mères et des épouses, mais pas seulement. C'est assez tendu comme ambiance.

Et l'auteur de jongler entre cet héritage historique et le mystère de Lisandra, supputant les théories les plus folles. Héroïne tragique ou maîtresse de son sort ? L'histoire ne dit pas tout et cultive les zones d'ombre à la façon d'un polar. Suspense à foison, pistes multiples et compliquées, embrouillamini de versions pour une seule et même vérité (et encore ?). On gobe tout. J'émets, toutefois, une petite réserve sur la révélation finale, assez perturbante et plutôt mal venue... mais cela n'altère pas mon enthousiasme général.

Cette lecture bénéficie aussi d'une interprétation talentueuse grâce à un casting exceptionnel (Elsa Lepoivre, Danièle Lebrun, Jennifer Decker, Thierry Hancisse, Michel Favory et Thierry Frémont). C'est comme voir une pièce de théâtre se jouer sous notre nez, pour une exécution enlevée et parfaitement maîtrisée, qui pousse l'auditeur à zigzaguer entre soupçons et mensonges, traquant le moindre indice, en vain. Une lecture brillante et captivante !

Gallimard, coll. Écoutez Lire, janvier 2015 ♦ Lu par Elsa Lepoivre, Danièle Lebrun, Jennifer Decker, Thierry Hancisse, Michel Favory et Thierry Frémont (durée d'écoute : 7 h 30)

23/03/15

En poche ! # 39

Actualité florissante pour 2 auteurs que j'affectionne, Nathacha Appanah (En attendant demain, chez Gallimard) et Kazuo Ishiguro (Le Géant enfoui, aux éditions des Deux Terres). Pour l'occasion, Folio réédite 2 titres ... entre plaisir et découverte. ☺

 

Blue Bay Palace

Blue Bay Palace, de Nathacha Appanah 

Folio, rééd. 2015

Première parution en 2004

 

« Je me suis redressée brusquement et une goutte de sueur s'est échappée derrière mon oreille. Elle a suivi un moment la ligne de ma mâchoire, a glissé le long de mon cou pour trouver son chemin entre mes seins. Aujourd'hui encore, je la sens, cette trace première qui m'a marquée jusqu'au creux de mon ventre. Je regardais en silence ce garçon qui se tenait devant moi et tout ce que je sentais, c'était cette goutte de sel qui me caressait l'oreille, la mâchoire, le cou, la peau tendue entre les seins pour mourir dans mon nombril. J'ai eu l'impression stupide et pourtant si agréable que c'était son doigt qui descendait lentement, lentement... » 

Maya, une jeune beauté de dix-neuf ans, vit à Blue Bay où elle travaille au Palace, qui accueille les touristes fortunés. Folle amoureuse de Dave, patron du restaurant, elle découvre sa trahison en apprenant ses fiançailles dans le journal local. Dès lors, la jeune fille blessée décide de se venger en prenant pour cible “l'autre” qui a brisé son bonheur.

Cette spirale de la folie amoureuse est rapportée de façon étonnante, avec des termes lumineux et enflammés, qui entrent en symbiose avec le décor paradisiaque. Et pourtant, la réalité décrit une violence passionnelle, vouée à la tragédie, et les clivages sociaux de cette île qui ne vit que du tourisme. Quel contraste ! L'effet est saisissant, mais c'est magnifique et bouleversant. 

 

 

Auprès de moi toujours

Auprès de moi toujours, de Kazuo Ishiguro

Trad. de l'anglais par Anne Rabinovitch

Folio, Nouvelle édition 2015

 

Kath, Ruth et Tommy ont été élèves à Hailsham dans les années 90, une école idyllique, nichée dans la campagne anglaise, où les enfants étaient protégés du monde extérieur et élevés dans l'idée qu'ils étaient des êtres à part. Bien des années plus tard, Kath raconte cette enfance, en apparence heureuse, qui n'a jamais cessé de les hanter, au point de corrompre leurs vies d'adultes. 

La force de ce beau roman réside dans son charme mystérieux et romantique, alors que l'on découvre son histoire avec autant d'impatience que de curiosité. Personnellement j'ai à la fois été envoûtée, intriguée et décontenancée par les révélations distillées au compte-goutte. J'ai beaucoup aimé.

C'est une lecture sensible, d'une grande délicatesse, pudique et instinctive, servie par une plume classieuse et élégante (ah, Kazuo Ishiguro !...). À aborder avec la même minutie dont fait preuve l'auteur, sans attente particulière. 

 

Posté par clarabel76 à 18:00:00 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , ,

17/09/14

Les Royaumes du Nord (1) par Stéphane Melchior & Clément Oubrerie

Adaptation réussie de l'œuvre de Philip Pullman en bande dessinée !

Les Royaumes du Nord

Et pourtant, il en fallait du culot (ou de l'inconscience) pour se coller à cet univers foisonnant, fourmillant de détails, enveloppé dans de longues descriptions littéraires et invitant souvent le lecteur à se façonner sa propre interprétation. De quoi filer les chocottes. Mais Stéphane Melchior et Clément Oubrerie n'ont pas failli et ont retranscrit les émotions du livre, en conservant ses mystères et faux-semblants, à travers une vraie dynamique, enthousiasmante. Le récit est vif, enlevé, emmené par une Lyra intrépide et facétieuse, curieuse du monde extérieur et impatiente de quitter les murs de l'austère Jordan College où elle a reçu une éducation stricte auprès des Érudits.

L'arrivée de la très belle et richissime Mme Coulter va être pour elle l'occasion de découvrir une vie plus excitante (courir les boutiques, porter de jolies toilettes, fréquenter du beau monde, assister à des dîners guindés...). Lyra supporte ce tralala en attendant son heure : sa bienfaitrice a promis de la mener en expédition dans le Nord. Ce territoire secret, peuplé de créatures féroces, où semblent se tramer des phénomènes louches, serait aussi le lieu où son jeune ami Roger, le garçon de cuisine, aurait été conduit après son enlèvement par les Enfourneurs.

Ce 1er volume en bande dessinée n'a finalement adapté qu'un 1/3 du roman (tome 1) de la saga ! Les auteurs n'ont donc négligé aucun détail, mais sans peser sur le rythme de la lecture. L'univers de Pullman trouve ici une exécution magistrale et fabuleuse : ambiance vespérale, personnages troubles et inquiétants, suspense et angoisse rampante... On cultive l'art de la mise en scène en grand apparat. Franchement, c'est passionnant ! J'ai également beaucoup aimé les dessins et la vision qui a été faite de cette série. Il me tarde de lire la suite de l'aventure.

Gallimard, septembre 2014  ♦  Premières pages à feuilleter sur le site

Posté par clarabel76 à 10:45:00 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , , , ,


28/07/14

Ma maman est en Amérique, elle a rencontré Buffalo Bill, par Jean Regnaud et Émile Bravo

IMG_1505

Jean fait sa rentrée en cours préparatoire, avec un peu la trouille au ventre. Quand la maîtresse demande à chaque enfant la profession des parents, Jean s'inquiète et répond dans un souffle : "Mon père est patron, ma mère secrétaire". En vérité, cette dernière est depuis longtemps absente, car elle voyage autour du monde. Et c'est à la petite voisine, Michèle, qu'elle envoie des cartes postales à faire lire au garçon. Très vite, Jean se prend à rêver... Buffalo Bill, les cowboys, les indiens, il en a des étoiles plein les yeux.

L'histoire de Jean est un fabuleux mélange d'innocence et d'émotion, ponctuée par les jeux d'enfant, l'insouciance, les rires, mais aussi les espoirs insensés. Sa maman lui manque, mais Jean n'ose pas se confier à son père ou à sa gouvernante (Yvette, la reine du chocolat glacé). Il compense plutôt par son imagination débordante, même si ça ne trompe pas le lecteur non plus ! C'est une histoire très belle et émouvante, qui respire aussi la tendre nostalgie des années 70 (ah, ces fameuses tirettes !). C'est dégoulinant de tendresse, sans être un bonbon trop sucré.

Cette petite merveille de bande dessinée raconte un aspect tragique de l'enfance de l'auteur, Jean Regnaud, entre rires et larmes. Les illustrations d'Émile Bravo, qui ont une apparente candeur, n'en sont pas moins chargées de délicatesse et ont su mettre en scène cette histoire poignante, sans sombrer dans le pathos. « Ma maman est en Amérique, elle a rencontré Buffalo Bill » a été adapté au cinéma par Marc Boreal et Thibaut Chatel. Et c'est une jolie réussite !! 

Gallimard, rééd. septembre 2013

IMG_1506

IMG_1507

IMG_1508

IMG_1509

IMG_1510

IMG_1511

 

À noter : des parents ont été vexés par la fin de l'histoire (eh oui, c'est un peu triste... et le père-noël, c'est que pour les enfants qui ont envie d'y croire). Pas besoin de sanctionner l'œuvre, mieux vaut prévenir... et accompagner les plus jeunes.

 

Posté par clarabel76 à 16:30:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

28/05/14

J'ai pas volé Pétain (mais presque...), de Bruno Heitz

J'ai pas volé Pétain

Troisième rendez-vous avec notre cher Jean-Paul, grand amateur de combines foireuses et toujours au cœur de situations délicieusement louches. Comme on se marre bien, on ferme les yeux sur ses petites escroqueries aux méthodes peu orthodoxes. Cette fois, notre bougre hérite de sa vieille tante lorraine une série de garages, dont la location lui rapporte un beau petit pactole. Et puis, un box se libère, son pote Gérard, l'ancien flic, lui présente un riche client, un avocat, qui a juste besoin de stocker des meubles. De fil en aiguille, notre Jean-Paul fait la causette avec sa secrétaire, la très gironde Jacotte, et le voilà embarqué dans une véritable fumisterie : déterrer le cercueil de Pétain, où il repose dans un cimetière de l'île d'Yeu, pour le ramener à Verdun, au milieu des Poilus. Mais quelle embrouille ! Il s'agit pourtant d'un fait-divers véridique, peu connu, que Bruno Heitz a exhumé avec panache et qui fait sourire de consternation. L'histoire se laisse lire sans déplaisir et fait état d'une arnaque incroyable, racontée avec humour et ironie. Ce sont surtout les personnages qui valent leur pesant de cacahuètes, grotesques, bêtes, acharnés, malhonnêtes, animés par la rage, la folie, le désespoir... bref, c'est décidément une péripétie ébouriffante, qui s'inscrit comme un épisode attachant dans la biographie de notre Jean-Paul, l'anti-héros par excellence.

Gallimard ♦ coll. Bayou ♦ mai 2014

Posté par clarabel76 à 18:30:00 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , ,

17/03/14

Un thé pour Yumiko, par Fumio Obata

unthépouryumiko

Yumiko vit à Londres depuis dix ans et mène une carrière de graphiste avec succès. Même sa vie sentimentale est au beau fixe, puisqu'elle vient de se fiancer avec Mark. Le passé se rappelle douloureusement à elle lorsqu'elle apprend la mort de son père. Yumiko rentre alors au Japon pour assister à la traditionnelle cérémonie des obsèques.

D'abord groggy par le décalage horaire, Yumiko procède aux routines d'usage par automatisme, en se surprenant aussi de ne ressentir aucune émotion. Rien, absolument rien ne filtre. Certes, elle avait quitté son père et son pays en désaccord, elle était ambitieuse et voulait découvrir le monde tandis que son père espérait pour elle un avenir plus traditionaliste.

Ce retour aux sources finit par la déstabiliser, ça et sa vision obsédante d'un acteur du théâtre nô, qui la poursuit et cherche à lui faire passer un message. Yumiko n'est plus sûre de ses choix, ni de ses attentes. Elle a besoin de prendre le large, d'en discuter avec sa mère, une intellectuelle qui a toujours assumé son indépendance, bref ce voyage s'annonce plus perturbant qu'elle n'aurait pu l'imaginer.

C'est une très belle histoire, très touchante, qui nous interpelle sur nos rapports avec nos origines, la famille, les traditions, la perte et le deuil. On retrouve d'ailleurs beaucoup de finesse et de pudeur dans le dessin de Fumio Obata. L'ensemble est harmonieux et communique une grâce infinie, qui inspire respect et retenue. En somme, c'est une lecture pleine de subtilité, poignante et délicate, qui berce et séduit le lecteur en toute simplicité.

Gallimard, collection Bayou, mars 2014

Posté par clarabel76 à 10:00:00 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , ,

23/01/14

Ensemble, c'est tout - Anna Gavalda ❤

IMG_0427

Il s'agit en fait d'une relecture (ma première lecture date de 2004), mais cette fois c'est en version audio que j'ai tenté l'aventure, et quelle expérience grisante ! Très franchement, la mise en scène est impeccable, l'interprétation de tous les comédiens est irréprochable, accompagnée d'une réalisation sonore très présente, et surtout hyper mélodieuse et agréable à l'écoute. C'est du petit lait à boire, une plongée doucereuse et bichonnée avec amour, un vrai régal !

Par contre, le texte a été abrégé : sachez que les 600 pages du livre ont été réduites à une durée d'écoute d'environ 12 heures. Le texte a donc été pas mal amputé de passages croustillants, mais cela ne nuit pas du tout à la compréhension ni à l'appréciation globale. On retrouve les ingrédients essentiels à la magie du livre : l'humour, la tendresse, les répliques qui font mouche, les mots qui font rêver, qui font rager aussi.

Le duo formé par Camille et Franck est merveilleusement rendu, ces deux-là s'aiment ... mais maladroitement. Julie Gayet et Malik Zidi sont hyper crédibles, font naître la petite étincelle, c'est espiègle, taquin, savoureux. La charmante Paulette (Gisèle Casadeus) est attendrissante au possible, on a tous envie d'une mémé pareille, on crève d'envie de l'arracher à sa maison de repos, de la prendre sous son aile, de la cajoler pour adoucir ses derniers jours, et puis Philibert (Julien Rochefort) est un amour de camarade, surprotecteur, engoncé dans ses bonnes manières, attaché à ses principes, vaillant chevalier qui vole au secours des plus démunis. C'est qu'on en voudrait tous des Philibert dans notre vie !!!

Une fois encore, j'ai eu un sourire niais sur les lèvres à relire cette histoire, belle, miraculeuse et vibrante d'émotions. J'ai coutume de penser que la lecture a des vertus thérapeutiques, certaines rencontres le prouvent, comme celle-ci, Anna Gavalda est une conteuse née, une magicienne du coeur, qui rend la vie tellement plus joyeuse, éclairée et apaisante. Eh oui cela fait du bien ... à l'heure où le cynisme règne en maître, c'est bon de se gaver de douceurs aussi.

Gallimard, coll. Ecoutez lire, juin 2007 (durée d'écoute : 12 heures, texte abrégé). Lu par Julie Gayet, Gisèle Casadeus, Malik Zidi, Eric Elmosnino, Julien Rochefort et 13 comédiens.

Posté par clarabel76 à 08:15:00 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

07/11/13

Sailor Twain ou La Sirène dans l'Hudson, de Mark Siegel

IMG_8568

Fin du XIXe siècle, Elijah Twain est le capitaine du Lorelei, un bateau à vapeur qui navigue sur l'Hudson, dans l'État de New York. Quand il trouve sur le pont une sirène blessée, il la recueille secrètement, la soigne et tombe peu à peu sous son charme. Parce qu'il veut en savoir plus sur cette créature, Twain se retrouve au coeur d'un drame dont aucun occupant du bateau ne sortira indemne. Car nul ne peut côtoyer une sirène sans en payer un jour le prix.

Lu le temps d'un trajet, coincé dans les embouteillages... J'avais été immédiatement emportée, séduite, coupée du monde alentour. C'était magnifique - un décor de toute beauté, des personnages mystérieux, une histoire tout aussi ténébreuse (qui perd juste un peu en substance sur la fin) - mais quelle lecture incroyable ! Entre bande dessinée et roman graphique, l'ouvrage impose une certaine prestance, par son épaisseur et sa couverture cartonnée. Ajoutez ensuite des dessins en noir et blanc, au charme vaporeux et envoûtant... J'avais beaucoup aimé, puis j'ai oublié d'en parler sur l'instant, les mois ont passé, aujourd'hui je livre quelques bribes de souvenirs d'une émotion de lecture troublante, mais fascinante. Une lecture infiniment belle, qui laisse une empreinte éthérée et malgré tout gracieuse.

Gallimard, Bandes dessinées hors collection, janvier 2013 - traduit par Alexis Siegel

Posté par clarabel76 à 17:45:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,