09/04/17

Représailles, de Hans Koppel

represaillesCette couverture flippante donne une bonne indication de l'inconfort ressenti à la lecture du roman. Je ne suis clairement pas fan, mais j'ai passé outre pour me plonger dans une histoire au scénario navrant et implacable. Cela commence par un simple article dans un journal. Calle Collin a coutume de dresser des portraits de défunts à la demande des familles éplorées. C'est ainsi qu'il rencontre Margit Svensson, son fils Mattias et la maîtresse de celui-ci, Sara Vallgren. Calle écoute cette mère endeuillée lui parler de son fils Kent, victime innocente d'un chauffard ayant pris la fuite après son crime. Lorsque l'article est enfin publié, Calle ignore encore le fumier qu'il va remuer. Car cet article mielleux ravive la douleur d'Anders Malmberg. Aujourd'hui célèbre pour ses chroniques sulfureuses, il n'a jamais oublié ses années d'école où il était victime des brimades de ses camarades, dont un certain Kent Svensson. Anders réplique aussitôt en éditant à son tour un bulletin acrimonieux, qui va profondément blesser la famille du disparu et provoquer leur courroux. Après quoi, une avalanche de violence va se répandre sur les uns et les autres. Le couple infernal, formé par Mattias et Sara, va notamment orchestrer une vendetta féroce pour remettre de l'ordre dans leur business, mais aussi pour rappeler à ces “journaleux” qu'ils ne peuvent pas écrire ce qu'ils veulent en toute impunité. Deux enquêteurs de police vont également rôder non loin de nos suspects, emboîtant péniblement les pièces du puzzle, souvent avec un temps de retard. En somme, le roman nous glace d'effroi pour l'étendue de représailles exercées sans état d'âme dans un petit cercle de braves gens confrontés au pire de l'espèce humaine. Le scénario n'a sans doute rien d'exceptionnel, mais il a réussi à me tenir en haleine grâce à son arrangement minutieux et pertinent. J'ai d'ailleurs lu ce roman d'une traite, scotchée par l'engrenage infernal qui se déploie sous nos yeux. Effroyable et sidérant.

Presses de la Cité, 2017 - Trad. du suédois par Hélène Hervieu [Om döda ont]

Posté par clarabel76 à 11:30:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,


23/02/16

Gel nocturne, de Knut Faldbakken

Gel nocturne

Georg et Lydia Hammerseng formaient un couple tranquille, uni par des années de mariage, apparemment sans histoire. L'inspecteur de police, Jonfinn Valmann, peut d'ailleurs certifier cette aimable réputation d'après sa brève expérience, puisqu'il était un ami de leur fils Klaus au lycée. Depuis, leurs routes ont pris des chemins différents et l'homme n'a plus eu de nouvelles de son camarade. Sauf que... tout n'est pas dit. Et les apparences sont évidemment trompeuses. Quand la police découvre le couple mort dans leur maison, les premières hypothèses oscillent entre l'accident et le suicide. Le meurtre est loin d'être envisagé. C'est seulement lorsque les enquêteurs tentent de prévenir les enfants, Klaus et sa sœur Hanne, qu'ils sont surpris de ne plus trouver leur trace. Comme s'ils avaient disparu. En fouillant davantage dans les affaires de la famille Hammerseng, les secrets peu à peu se dévoilent et les failles vont apparaître. Du fait de sa lointaine accointance avec les victimes, Jonfinn Valmann a été écarté du dossier, lequel a été attribué à sa compagne, Anita Hegg. Le couple, dont la liaison dure depuis un an, va étrangement éprouver la résistance de leur attachement autour de cette affaire pas bien claire. Valmann ne dévoile pas tout de son passé et mène une enquête en parallèle, sans avertir qui que ce soit, tandis que sa partenaire aussi joue les cachottières. Quel imbroglio. Les 3/4 de l'histoire tiennent ainsi la route, du fait de la teneur classique, mais efficace, de l'intrigue policière. On tente de chiffonner une image trop lisse et on s'aventure vers des sentiers mouvants, en plus de s'inviter dans la vie des policiers (pour ceux qui aiment suivre l'ordre chronologique, ce livre vient après L'Athlète et Frontière mouvante). Seule la fin a été pour moi une déception, mais c'est une appréciation tout à fait relative, car cela reste un bon bouquin, vite lu, mais pas exceptionnel non plus

Seuil Policiers / Avril 2012 ♦ Traduit du norvégien par Hélène Hervieu (Nattefrost)

Challenge Nordique 2016

Posté par clarabel76 à 08:45:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

02/09/15

Désir mortel, de Hans Koppel

Désir mortel

Lors d'un séminaire, Anna cède inexplicablement à son attirance pour Erik, un beau jeune homme croisé au bar. Mariée et mère de famille, elle mène ce qu'on nomme communément une vie modèle. Cette incartade est pour elle une folie d'un soir car elle entend reprendre sa routine sans dire un mot à son mari. Mais Erik resurgit comme un diable hors de sa boîte. Pressant, enjôleur et troublant. Il séduit la jeune femme et cherche à tout prix à la revoir.

Anna se sent prise au piège. Son corps la trahit, tandis que sa raison la supplie de cesser tout contact avec ce dangereux inconnu. Dangereux ? Oui. Sous ses dehors charmeurs, Erik suscite des frissons d'angoisse et de doute. Et l'on suit ainsi un engrenage sournois, entre attraction et répulsion, à se demander si Anna va réagir plus fermement, cesser de se voiler la face et réprimer son penchant vers l'interdit.

Le roman, au scénario classique, mais peu sulfureux, manque finalement de subtilité, avec ses dialogues artificiels et poussifs. Après tout, les personnages ont des réactions qui tiennent la route, même si elles sont désespérantes de banalité. Et cela rend la lecture si conventionnelle, très peu excitante, sans tension psychologique crédible. J'ai été plutôt déçue. L'idée d'une obsession passionnelle vénéneuse était alléchante, sauf que son traitement est ici sans grande originalité...

Presses de la Cité / mars 2015 ♦ Traduit du suédois par Hélène Hervieu (Kom ska vi tycka om varandra)