17/09/18

On n'est jeune que deux fois, de Adena Halpern

on n'est jeune que deux foisLe jour de son 75ème anniversaire, Ellie porte un regard amer sur le chemin parcouru et émet le souhait de retrouver sa jeunesse, rien qu'une journée, au moment de souffler ses bougies.
Le lendemain matin, le miracle a eu lieu. Ellie se retrouve dans la peau d'une belle jeune femme de vingt-neuf ans - une version d'elle plus pimpante, déterminée à saisir cette seconde chance et s'affranchir des limites de son âge.
Quelle joie de gambader à nouveau, de sentir sa peau lisse et ferme, d'être admirée et courtisée... Trop superficielle, notre Ellie ? Pas du tout. Très vite, sa journée va se transformer en un marathon existentiel, avec sa petite-fille Lucy, seule complice du subterfuge.
Toutes deux vont en effet échanger, partager, évoquer leurs expériences et leurs désirs. Car sous ses aspects volages, le roman est également sensible et poignant à évoquer le temps qui passe, la vie, l'amour, l'amitié, la famille.
C'est touchant... sans oublier d'être drôle. Car pendant que Ellie plonge dans la fontaine de Jouvence, sa quinquagénaire de fille et sa meilleure amie Frida s'inquiètent de n'avoir aucune nouvelle de notre héroïne et se font des films insensés en apprenant qu'une pseudo cousine de Chicago utilise sa carte bancaire en courant les boutiques et les bars branchés.
La morale de l'histoire est gentillette. Elle nous enseigne le poids des regrets et des actes manqués... et pas seulement. Ce n'est d'ailleurs pas la première fois que l'auteur se sert des artifices de la comédie pour aborder des sujets pas si anodins (cf. Les dix plus beaux jours de ma vie).
J'aime beaucoup ce ton désinvolte et la tendresse qu'on trouve dans les personnages et l'histoire qui se dessine cahin-caha. Une jolie lecture, adorable et attachante.

HarperCollins, coll. Mosaïc (2016) - traduit par Karine Xaragai

on n'est jeune que deux fois harpercollins

 

Posté par clarabel76 à 09:55:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,


11/09/18

Trop beau pour être vrai, de Kristan Higgins

Trop beau pour être vraiGrace a rompu avec Andrew quand celui-ci est tombé amoureux de sa sœur Natalie. Malgré sa souffrance, la jeune femme a longtemps fait bonne figure pour éviter toute compassion excessive, jusqu'à l'annonce de leurs fiançailles. Pour échapper à la honte et à la pitié de ses proches, elle s'invente donc un petit ami idéal.
Mais Grace en a assez de son statut d'éternelle célibataire et cherche à trouver un nouvel homme dans sa vie. Pourquoi pas son voisin ? Lorsque Cal s'est installé dans la maison d'à côté, Grace l'a d'abord accueilli en l'assommant avec une crosse de hockey. Elle pensait qu'il s'agissait d'un cambrioleur et a prévenu la police (elle était certes un peu éméchée et bouleversée).
Depuis, Cal lui lance des regards incendiaires et l'évite comme la peste. Quel sombre idiot... mais ô combien sexy et attirant ! Grace se rince souvent l'œil depuis son grenier mais Cal n'est pas aveugle et lui demande de cesser ses séances d'espionnage. Voilà, c'est dit.
Cal et Grace forment donc un couple impossible et aux réparties explosives. On applaudit des deux mains en savourant le ton comique. On y retrouve aussi tous les ingrédients chers à Kristan Higgins : des personnages entiers, passionnés, sensibles et attachants. L
a famille occupe toujours une place primordiale : encombrante mais indispensable. Et la relation entre Grace et ses sœurs est farfelue (par contre le coup du fiancé qui permute les prétendantes... au secours !).
Prof d'histoire, Grace est passionnée par les reconstitutions géantes et pousse ses élèves à l'accompagner. Cal est forcément torride dans son genre. Dès lors qu'il y a rapprochement entre Grace et lui, cela va beaucoup trop vite (aaaah Autant en emporte le vent sur grand écran, comment ne pas craquer ?!). Par contre je n'ai pas vu venir la fin et c'est tant mieux. J'ai adoré. Kristan Higgins, tu es définitivement mon héroïne !

HarperCollins (2015) - traduit par Sandrine Jehanno

 

11/04/18

Au royaume des aveugles, de Felicia Yap

Au royaume des aveugles

Claire, l'épouse de l'écrivain Mark Henry Evans, voit son monde s'effondrer en apprenant que celui-ci est dans le collimateur de la police, après la découverte d'une jeune femme noyée dans la Cam. Pour l'inspecteur Hans, chargé de l'enquête, Mark connaissait Sophia Ayling. La lecture de son iDiary devrait mettre à jour ce détail et révéler les dessous de cette affaire aux relents sulfureux.

En effet, dans le monde de Felicia Yap, la société est divisée entre Monos, ceux capables de se souvenir des dernières 24 heures, et Duos, l'élite pouvant se remémorer jusqu'à deux jours entiers. Chaque individu a pour obligation de rédiger son journal électronique quotidiennement. Fait assez rare, le couple Evans est mixte - Mark, qui aspire à se lancer dans une carrière politique, a d'ailleurs choisi de prendre son histoire en exemple pour défendre son programme.

L'ouverture d'une enquête pourrait compromettre ses chances, même si dans cet univers de flou et de faux-semblants, toutes les vérités n'ont pas fini d'être dévoilées. « Ton journal ne dit que ce que tu lui fais dire. La mémoire, ce sont les faits que tu choisis de retenir. Nous sommes tous victimes des souvenirs que nous préférons. »

Troublant et captivant, ce roman mêle l'art du suspense et de la manipulation, la tension psychologique, la vengeance et la folie dans une intrigue rondement ficelée. On passe un bon moment de lecture, surtout au début, quand on découvre les personnages et l'étendue de la toile, puis l'excitation se tasse et donne lieu à une simple curiosité pour démasquer tous les non-dits. L'auteur explore assez superficiellement son univers et conclut son histoire sur un dénouement qui loupe, selon moi, son effet de surprise. Mais cela reste une découverte engageante !

HarperCollins Noir, 2018. Trad. Thibaud Eliroff [Yesterday]

 

Posté par clarabel76 à 19:00:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

21/03/18

Les jumelles, de Claire Douglas

les jumelles

Dévastée par la mort tragique de sa sœur jumelle, dont elle porte la lourde responsabilité, selon elle, Abbi part s'installer à Bath où elle rencontre Beatrice et son frère Ben. Eux aussi sont jumeaux et inséparables. Ils vivent dans une grande demeure bourgeoise, où cohabitent d'autres artistes en herbe, et proposent à Abbi de se joindre à eux. Celle-ci est aimantée par le couple, d'abord par Beatrice qui ressemble physiquement à sa sœur, puis par Ben dont la beauté la trouble et lui donne des palpitations dans le ventre. L'entente idyllique ne va pourtant guère durer. Une étrange attirance se tisse au sein du trio et on ne sait plus bien qui en tire les ficelles - Beatrice met son frère en garde contre le comportement paranoïaque de Abbi, laquelle est convaincue d'être poussée à bout pour paraître folle aux yeux de Ben, tiraillé entre sa loyauté familiale et son béguin amoureux. En clair, c'est très ambigu, très flou, totalement déroutant. L'auteur brouille les pistes et nous plonge dans un terrible imbroglio où la manipulation s'impose comme maître d'orchestre. Résultat, on doute tout le temps, on accuse tout le monde, on se cogne la tête contre le mur. On slalome d'une pensée à l'autre et on ne sait plus sur quel pied danser. L'histoire a des effets perfides et inquiétants... jusqu'à la fin ! Certaines révélations détonnent, comme si le roman voulait montrer la relation gémellaire comme une sombre affaire de dépendance. C'est tordu et étouffant, ça aurait pu creuser plus loin et gratouiller la dernière couche de vernis qui sauve les maigres apparences. Du moins, cela se lit vite et bien. Le suspense est au taquet, même si les personnages sont tous extrêmement agaçants et le dénouement discutable. Je referme néanmoins le livre sur une note positive et agréablement surprise.

HarperCollins Poche, 2018 - traduit par Florence Guillemat-Szarvas [The Sisters]

================================================================

Posté par clarabel76 à 08:30:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,