22/09/16

Les Garçons (du collège) ne sont pas (tous) des Crapauds, de Barbara Dee

Les garçons ne sont pas des crapauds

Finley et sa meilleure amie Maya ont quatorze ans et ont traversé leurs années au collège en étudiant le comportement des garçons, qu'elles ont classé selon trois catégories : têtards, crapauds et grenouilles. Au fil du temps, leurs notes n'ont cessé d'évoluer avec des flèches partout, des déplacements de case, des surclassements ou des destitutions de titres. On le sait, l'adolescence est une période fébrile et variable. Les filles galèrent à tenir à jour leur Guide du développement amphibien. Elles sont d'autant plus perplexes depuis le retour au collège de Zachary Mattison, un Barjoïde métamorphosé en Super-Grenouille après avoir explosé toutes les étapes. Rien ne va plus, Finley s'arrache les cheveux, son amie Maya lâche l'affaire, les deux copines ne se comprennent plus et multiplient les disputes. Au collège, les garçons également se rebiffent. Bonjour la zizanie. Les adultes affolés mettent enfin les pieds dans le plat. À lire comme ça, on pourrait se demander dans quel cirque on débarque ! Bisbilles, clichés et fanfaronnades constituent le savoureux menu du jour - et nous rappellent douloureusement ces heures grotesques à ne parler que de garçons entre copines, tout en rêvant de changer le monde. Eh oui, à quatorze ans, on voit la vie autrement. C'est donc sans prétention que l'histoire cherche à nous intéresser à ce sujet qui nous préoccupe, à savoir les relations entre filles et garçons en pleine puberté, et de constater le gouffre béant entre les deux sexes (mais parvient-on réellement à le combler un jour ?). Cette lecture nous embaume de son parfum juvénile, pas franchement étourdissant, et tâche de tenir une ligne de conduite folâtre et désinvolte. Cela reste très au ras des pâquerettes, même si la couverture illustrée par Hubert Van Rie annonçait un rendez-vous plus sarcastique et décalé. L'ensemble est sympa - destiné aux préados.

Traduit par Rosalind Elland-Goldsmith pour les éditions de La Martinière J. / Août 2016

Titre original : The (Almost) Perfect Guide to Imperfect Boys

 

Posté par clarabel76 à 09:00:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,


07/02/15

Ma famille, le collège et autres cauchemars, de Carol Midgley

« Quand je le regarde, j'ai des papillons dans le ventre. Ou plutôt de grosses mites qui battent des ailes. »

Ma famille, le collège et autres cauchemars

Un soupçon de légèreté avec la lecture du journal de Dany, jeune anglaise de 12-13 ans, nous racontant joyeusement sa vie, sa famille, ses amis, ses amours et la jungle du collège... Et qu'est-ce qu'on se régale ! Dany possède ce solide sens de la répartie, de l'humour et du sarcasme dont seuls les British ont le secret.

Son univers n'est que dinguerie et futilité : oui, elle est amoureuse d'un garçon qui préfère la peste de l'école. Oui, elle a la honte de sa vie depuis l'accident du sachet dégoulinant des selles liquides de son chien. Oui, ses parents sont mortellement amoureux et l'affichent encore. (Mais la roue tourne, à force de messes basses, l'ambiance à la maison est devenue étrange et ses problèmes sont pris à la légère.)

Ajoutez une grand-mère qui ne pense qu'au transit intestinal (“avez-vous fait vos paquets ?”), une meilleure amie géniale dont elle n'écoute jamais les bons conseils, des promenades dans le parc, des tentatives de se métamorphoser en objet du désir, un garçon adorable et timide, de l'obstination, des échecs, des bulles de morve et de grosses mites qui battent des ailes !

Le ton est donné, décalé et déjanté, même si la base n'est pas neuve (Dany Dench ressemble à une vague cousine de Georgia Nicolson ou Jess Jordan) mais ça le fait à chaque fois. Cette propension qu'ont les adolescents à dramatiser leur quotidien est toujours source de fous rires ! Du moins, j'ai vraiment passé un bon moment. Lecture rapide et distrayante, totalement déculpabilisante. ;-)

La Martinière J. , août 2014 ♦ traduit par Corinne Julve (My Family and Other Freaks) ♦ illustrations et couverture : Hubert Van Rie

Posté par clarabel76 à 09:30:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

14/02/14

Anna et le French kiss, de Stephanie Perkins

IMG_0623

Voilà un joli petit roman pour illuminer quelques heures de lecture, un roman facile, franchement pas prétentieux, plutôt timide et gentillet, mais surtout délicatement mielleux. L'histoire nous parle d'une jeune américaine, Anna, qui part vivre à Paris. Inscrite pour une année scolaire, la demoiselle a du mal à prendre ses marques mais parvient à se glisser doucement au sein d'une bande de potes très attachante. Parmi eux, il y a Etienne St-Clair et là on a tout dit !

Franco-américain, ayant grandi à Londres, le garçon est sûr de lui, sûr de son charme, généreux, compatissant, attentif et dévoué. Tout de suite il prend sous son aile la craintive Anna et l'embarque dans des virées parisiennes, à l'écart des circuits touristiques (le livre est tout de même chargé de clichés et offre une image idyllique de la capitale française, après tout il faut vendre du rêve aux américains, qui ont tout gobé !). Pour ma part, j'ai été plus détachée. À tel point que je me suis complètement mise en retrait.

L'histoire est mignonne, mais avouons qu'il ne se passe pas grand-chose non plus. On passe la plupart du temps à s'enthousiasmer pour des anecdotes futiles, des situations attendues, des tours de passe-passe prévisibles, des psycho-drames exagérés, limite poussifs, bref j'étais finalement un peu surprise par la teneur de l'intrigue ! Anna et Etienne deviennent très proches, des amis complices, inséparables, mais disons que le garçon a déjà une copine, et puis “c'est compliqué”, vous savez... Hmm, j'ai trouvé ça tellement, tellement cliché !

Ceci dit, cela restera une lecture charmante, délectable et très séduisante... mais pas pour moi. J'ai été un peu déçue, car j'en avais trop espéré. Le couple vedette n'a pas su me convaincre, les types casés pour éviter la solitude, non merci, et que de naïveté ! Il en faut pour tous les goûts, c'est ainsi, j'avais envie de découvrir ce roman depuis quelques années, c'est fait, je ne regrette pas, mais l'étincelle n'a pas eu lieu. Tant pis.

La Martinière J., Février 2014 - traduit par Camille Bocquillon. Illustration de couverture : Hubert Van Rie

Posté par clarabel76 à 08:15:00 - - Commentaires [14] - Permalien [#]
Tags : , , , ,