25/01/11

Teaser Tuesday #4

Plaisir régressif ...

- Tu m'embrasses maintenant ou plus tard ?
- Tout de suite.
Il en reste ébahi, je le vois à ses mains crispées.
A la maison, papa et maman régissent ma vie. Au lycée, les choses sont différentes. Il faut que je garde le contrôle et la maîtrise de mes actes pour ne pas être qu'un mannequin sans cervelle.
- Vraiment ?
- Oui.
Je place sa main dans la mienne. J'avoue qu'à ce moment, j'apprécie grandement l'intimité du rayon Biographies. Sa respiration ralentit tandis que je me mets à genoux et me penche vers lui. J'évite de penser à ses doigts longs et rugueux que je touche pour la première fois. Je suis nerveuse. Pourtant, je n'ai pas de raison de l'être. C'est moi qui contrôle la situation.
Je sens qu'il se retient. Il me laisse prendre les devants. Je pose sa main sur ma joue ; il gémit. J'ai envie de sourire car sa réaction montre à quel point j'ai du pouvoir sur lui.
Nos regards se croisent, Alex demeure immobile.
De nouveau, le temps s'arrête.
Puis soudain je tourne la tête et lui embrasse la paume de la main.
- Voilà, je t'ai embrassé !
Je lui rends sa main, le jeu est terminé.
Monsieur Latino et son grand ego se sont fait plumer par la blonde écervelée.

IMG_2277

J'ai reçu les épreuves non corrigées du roman qui va paraître en VF le 10 février aux éditions La Martinière jeunesse ! Je ne relis que certains passages, qu'est-ce que ça me fait rigoler ! C'est encore EXACTEMENT ça !  (Bon je ne regrette pas de l'avoir lu en VO non plus. La trad. tient la route, ils ont conservé tous les dialogues en espagnol pour faire style...) 

Posté par clarabel76 à 10:45:00 - - Commentaires [9] - Permalien [#]
Tags : , , ,


18/01/11

Maybe things can get back to normal after all.

IMG_1938Je ne sais pas ce à quoi je m'attendais en ouvrant ce roman, le fait est qu'il m'a totalement bouleversée et captivée. C'est bien simple, je l'ai lu d'une traite. C'est l'histoire de Grace qui se réveille dans une pièce toute blanche où se trouve une table avec du papier et des stylos. Où est-elle ? Impossible d'obtenir la moindre information de la part d'Ethan, lorsque celui-ci lui apporte ses plateaux avec ses repas préférés. Tout juste attend-il de Grace qu'elle raconte son histoire. Qu'elle écrive. Qu'elle se délivre.

Grace accepte difficilement de se prêter à l'exercice de la confession, sa vie est en vrac, elle ne sait plus pourquoi, comme si elle avait verrouillé ses souvenirs. Elle a dix-sept ans, vit seule avec sa mère, son père est décédé. Elle mène une adolescence tumultueuse, elle boit énormément, couche avec tous les types qu'elle croise, elle fuit sa maison le plus souvent possible, elle s'inflige des incisions qui laissent des cicatrices sur son corps. Et pour finir, elle s'est fâchée avec sa meilleure amie, Sal, qui refuse de confier ce douloureux secret qu'elle porte en elle depuis les vacances de Pâques.

Bon, au milieu de tout ce fatras, Grace rencontre Nat pour qui elle ne craque pas immédiatement. Elle apprend d'abord à le connaître, puis elle tombe sous son charme et ne peut plus se passer de lui. Pour la première fois, elle ressent des sentiments très forts. Elle tombe amoureuse, irrésistiblement et fatalement amoureuse. Et cette histoire lui apporte enfin la sérénité et l'équilibre qui lui manquaient.

Hélas, nous ne sommes pas dans un conte de fées non plus. Et puis on devine très vite où va nous conduire l'histoire. Malgré cela, impossible d'en finir, de reposer mon livre, j'étais scotchée. Je voulais assister au dénouement, voir les masques tomber, m'apitoyer, pousser des cris d'horreur, tendre les bras vers Grace pour la secouer ou la consoler. C'était tout simplement inconcevable de lui tourner le dos. D'extérieur, Grace est une nana impossible, au comportement extrême, alors que dans le fond c'est un chaton frileux, vulnérable, maltraité et incompris. Oui, elle m'a énormément touchée !

A la fin, je n'avais pas du tout envie de tourner la dernière page. J'avais une grosse boule au ventre, je sentais que j'en voulais encore, que je n'avais pas toutes les réponses à mes questions... mais que voulez-vous ? Je pense que cette lecture m'accompagnera pendant un bon moment, je ne suis pas prête d'oublier sa petite mélodie.

Entangled - Cat Clarke smileyc219
First published in Great Britain in 2011 by Quercus.
> l'avis de Mélanie

 

 

LUENVO Lu en VO - 5

20/12/10

C'est à la fois triste et drôle à quel point les souvenirs de deux personnes à propos de la même chose peuvent être différents.

IMG_1376

Encore un roman doux-amer de Sara Zarr, et franchement ça me plaît énormément.
Deanna traîne une solide réputation de Marie-Couche-toi-là depuis que son père l'a surprise dans la voiture de son petit copain. Elle avait treize ans. Plus de deux ans ont passé depuis, mais à Pacifica les vieilles histoires ne s'effacent pas d'un coup de baguette magique. A la maison, la vie est morose. Son père ne lui a plus jamais adressé la parole. Son frère aîné vit avec sa copine et leur bébé au sous-sol. La situation est tendue et prête à éclater.
Ce sont les vacances d'été, Deanna dégote un job dans une pizzeria. Et là, elle retrouve Tommy, celui par qui le scandale est arrivé. Sera-t-elle capable de gérer la tension entre eux ? Elle a besoin de cet argent, elle rêve de quitter la maison et d'offrir un nid d'amour pour son frère auprès de qui elle a envie de vivre. C'est un projet secret, un peu désabusé. Car Deanna se sent mal dans sa peau, elle ne sait plus ce qu'elle veut. Elle pense que son passé a pourri son avenir. Elle s'imagine aussi que c'est la principale raison qui aurait poussé son meilleur ami Jason dans les bras de Lee, également sa meilleure amie depuis peu.
Et ainsi défile le roman, dans une atmosphère teintée d'amertume, dépeignant une petite ville américaine où tout est figé, ancré à jamais dans les esprits. Toutefois, comme le souligne l'un des personnages, à quoi bon fuir un lieu si les problèmes demeurent ? C'est le nerf de la guerre, et si l'on ne choisit pas d'affronter ses fantômes, de les combattre, de vivre avec ou de les chasser, on peut parcourir la planète entière, sans jamais trouver la paix ou le bonheur.
C'est loin d'être une lecture légère, l'histoire nous laisse une saveur amère, le ton est désenchanté, et pourtant c'est scotchant. Le portrait de l'adolescente complètement paumée est juste, tendre, attachant, sans concession aussi. Et puis le style, secondé par la traduction de Valérie Dayre, est de grande qualité !

Une fille comme ça (en VO : Story of a Girl) - Sara Zarr
Editions Thierry Magnier (2008) - 218 pages - 10,50€
traduit de l'anglais (USA) par Valérie Dayre

Posté par clarabel76 à 18:30:00 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , ,

Life needed a fast forward button. Because there were days you just don't want to live through, not again...

IMG_1373

Ohlala. J'ai été complètement bernée par ce coeur rose et ce titre en couverture, non ce roman n'est pas craquant, il est plutôt déchirant (*heartbreaking*) ! Jennifer et Cameron étaient les meilleurs amis du monde. Un jour, Cameron a disparu. Les rumeurs ont couru : le garçon est mort. Jennifer est anéantie. A l'époque, elle se sent seule au monde, elle n'a aucun ami, à l'école on la traite de Fattifer et sa mère a bien du mal à joindre les deux bouts. Huit ans plus tard, Jennifer est devenue Jenna. Sa mère a épousé un type génial. Au lycée, Jenny est populaire. Son charme fait des merveilles. Elle a un petit ami, Ethan, qui ne vit que pour elle. Son passé appartient au passé. Et paf, Cameron réapparaît. Jenna est sous le choc. Comme elle, je me suis demandée pourquoi il était parti, pourquoi sa mère n'a jamais démenti les rumeurs, pourquoi Cameron est de retour et pourquoi, à la fin, ... argh ! C'est terrible. Un petit roman qui brise le coeur. Si vous aimez les histoires qui tournent autour des amitiés qui datent de l'enfance et qui laissent une empreinte indélébile, c'est forcé, vous allez aimer. Par contre, il n'y a pas d'action, c'est un roman qui s'écoule lentement et qui évoque essentiellement ce pouvoir des amitiés fortes et des rencontres qui vous marquent à jamais.

 

"There are certain people who come into your life, and leave a mark. . . Their place in your heart is tender; a bruise of longing, a pulse of unfinished business. Just hearing their names pushes and pulls at you in a hundred ways, and when you try to define those hundred ways, describe them even to yourself, words are useless."

Sweethearts - Sara Zarr
Little, Brown Young Readers (2008)

LireEnVo

 

 

challenge Lire en VO - 44

Posté par clarabel76 à 11:15:00 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , ,

11/11/10

Maintenant, c'est ma vie

IMG_0754

Ce roman n'a pas usurpé son étiquette de : petit objet littéraire non-identifié ! Premier roman de Meg Rosoff, et quel roman ! Il ne ressemble à nulle autre lecture, il est sévère et sauvage, mystérieux et inquiétant, il dit des choses mais n'en dévoile pas la moitié, il est bizarre, très bizarre.

C'est l'histoire de Daisy, une new-yorkaise de quinze ans. Elle est envoyée par son père et sa nouvelle épouse en Angleterre, chez la tante Penn et ses quatre enfants. Tante Penn n'est pas beaucoup présente, et les enfants sont habitués à se débrouiller tout seuls. Leur maison est un refuge chaleureux, perdu en pleine campagne, où Daisy se sent comme dans du coton et cela lui convient plutôt bien. Et puis, tout bascule. Une bombe éclate dans une gare londonienne, le pays prend peur et se replie sur lui-même, les frontières sont fermées, la tante Penn est en déplacement à l'étranger, incapable de rentrer, les enfants vont alors vivre en autarcie.

Ce qu'il y a de terrible, et de génial, dans cette histoire, c'est la grande inconnue qui plane tout du long. Rien n'est défini, tout est décrit approximativement mais en des faits si véridiques et qui collent à toutes ces situations catastrophiques quand un pays entre en état de guerre. Ne pas savoir rend aussi le récit plus troublant et impénétrable. "On aurait pu interroger mille personnes sur sept continents en leur demandant ce qui se passait sans obtenir deux fois la même réponse ; personne ne savait au juste, mais on pouvait être sûr qu'un des mots suivants allait figurer dans leur version des faits : le pétrole, l'argent, la patrie, les sanctions, la démocratie."

Daisy nous raconte cette période inimaginable en des termes décousus et hallucinés, ce n'est plus une charmante partie de campagne avec premiers émois adolescents, c'est un rapport de survie et de colère. A quinze ans, Daisy est en crise avec la nouvelle femme de son père, qui attend un bébé, et inflige à son corps ce qu'elle ne parvient pas à exprimer. En Angleterre, elle rencontre Edmond (en plus de Piper, Isaac et Osbert), mais Edmond est le plus important, tous les deux peuvent se parler par télépathie, ils se comprennent, ressentent les mêmes choses. Et paf.

Naît un premier grand amour, oui ils sont cousins, mais leur relation ne m'a pas du tout choquée (je vous choque ?) car ce qui pourrait déranger est éludé, nous sommes dans quelque chose de beau, de doux, de tendre et d'évident. De plus, rien n'est facile à cause de la guerre. Viendra aussi la séparation, et franchement j'en ai eu le coeur fendu pour eux, car les conséquences sont affreuses !

Maintenant, c'est ma vie est un petit roman qui vous parle de violence, sans vous la claquer en pleine figure, et l'effet est tout aussi saisissant ! J'ai trouvé cette histoire émouvante et magnifique, très difficile à cerner ou à raconter, et c'est tant mieux.

  Maintenant, c'est ma vie - Meg Rosoff
Editions Albin Michel, 2006 / Hachette Livre LdP jeunesse, 2008
255 pages - 5,50€
traduit de l'anglais par Hélène Collon

Posté par clarabel76 à 11:45:00 - Commentaires [13] - Permalien [#]
Tags : , , ,


02/11/10

Là où j'irai - Gayle Forman

IMG_0688

Voilà la suite la plus attendue de l'année !!! En 2009, ma plus belle émotion m'avait été donnée par Si je reste, de Gayle Forman. Rappelez-vous, Mia et Adam, un accident de voiture, une famille brisée et une jeune fille qui ne sait plus s'il lui faut rester ou partir avec les siens... C'était beau, c'était fort mais ce n'était pas assez. Aussi, l'auteur a exaucé nos prières muettes et a écrit la suite de leur histoire, trois ans après.

Et c'est là que notre coeur se brise, car Mia et Adam ne sont plus ensemble ! Leurs chemins se sont séparés : elle est partie à New York pour ses études, elle n'a plus jamais donné de nouvelles. Aujourd'hui elle est en train de devenir une violoncelliste de renom et donne un concert au Carnegie Hall. De son côté Adam a propulsé son groupe de rock sous les feux de la rampe, c'est la consécration mais notre rocker n'est point satisfait. L'histoire, cette fois, nous est donc reportée par son intermédiaire, et rien que pour ça, cela vaut toutes les danses de la joie, car Adam est un garçon formidable !

En cette soirée d'août, Mia et Adam vont se revoir par le plus grand des hasards, ils vont passer une nuit à parcourir les rues new-yorkaises, tout en tournant autour du pot. Pas une fois ils n'aborderont le passé, même si le malaise est palpable, Adam notamment voudrait crever l'abcès mais ne s'en sent pas capable. On le découvre amer, torturé et meurtri par la rupture, encore à fleur de peau, partagé entre la colère et la rancune. Il est donc nécessaire que notre petit couple se parle vraiment.

Mais avant d'en arriver là, Gayle Forman fait appel aux flashbacks pour tisser sa toile, pour parler de la vie qui a filé pendant ces trois années, et nous rappeler l'amour fou et véritable que nourrissait Adam pour Mia. C'est si touchant, j'en avais des papillons dans le ventre (la première fois où ils sont partis camper, par exemple), et cela alimentait d'autant plus mon incrédulité et mon envie de savoir pourquoi, mais pourquoi, hein, Mia !?!

Lorsque les langues se délient, et les larmes coulent, c'est toujours aussi fort et aussi bon. C'est une délivrance pour tout le monde, mais ça ne signe pas le point final, au contraire c'est toujours si mouvementé, comme les montagnes russes, et ça continue, encore et encore, rien n'est jamais gagné, mais qu'est-ce qu'on reste scotché jusqu'au bout, le coeur débordant d'espoir. Je n'en dis pas davantage, mais Adam je t'aime d'amour. C'est tout.

Là où j'irai - Gayle Forman
Oh ! Editions (2010) - 280 pages - 16,90€
traduit de l'anglais (USA) par Marie-France Girod

Je rappelle un passage du livre précédent, parce qu'il dit tout et parce qu'il me donne les larmes aux yeux, rien que d'y repenser ... "If you stay, I'll do whatever you want. I'll quit the band, go with you to New York. But if you need me to go away, I'll do that, too. I was talking to Liz and she said maybe coming back to your old life would be too painful, that maybe it'd be easier for you to erase us. And that would suck, but I'd do it. I can lose you like that if I don't lose you today. I'll let you go. If you stay."
Gayle Forman (If I Stay)

Lu avec le casque sur les oreilles ... ce roman est également pétri de musique (du rock, du blues, du folk), j'adore !

 

Elle est partie pour la Juilliard School au début septembre. Je l'ai accompagnée en voiture à l'aéroport. Elle m'a dit au revoir, m'a embrassé. Et elle a déclaré qu'elle m'aimait plus que la vie même. Puis elle s'est avancée vers le portique de sécurité.
Elle n'est jamais revenue.

Posté par clarabel76 à 11:19:00 - - Commentaires [15] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

10/09/10

Deux têtes dans les étoiles

Deux_tetes_dans_les_etoiles

 

 

 

C'est une histoire comme une autre, une histoire d'amour strictement banale, et pourtant il y a une vraie magie derrière les mots, derrière la rencontre entre Liana et Hank, c'est simple, oui, mais c'est beau, juste attachant, tout simplement attendrissant, et plus on avance dans l'histoire et plus on sent le manque à venir, quand il faudra tourner la dernière page.

Hank et Liana se rencontrent dans les toilettes pour dames dans un hôpital. Ils promettent de se revoir, ne réalisant pas encore qu'ils viennent de vivre un instant rare et précieux. Je pense que leur relation a besoin de mystère, d'ailleurs elle se construit petit à petit, ils se rencontrent au café ou à la plage, ils discutent, Hank parle énormément de musique, c'est un grand passionné, Liana est plus sur la réserve, un peu dans les étoiles, désolée pour l'image, car la jeune fille est véritablement accro à l'astronomie et bosse comme une folle pour étudier cette matière à l'université. En fait, Hank et Liana ont aussi leurs petits secrets. On connaît celui de Liana dès le début : après avoir reçu un billet dans son casier, avec le mot "allumeuse" griffonné dessus, elle se sent minable et cherche à comprendre pourquoi elle éprouve ce besoin de toujours vouloir embrasser les mecs. Avec Hank, elle est sur ses gardes. Elle craque pour lui, mais ce n'est pas un garçon comme les autres. Non, Hank est ... Il est spécial, et c'est un chouette type. Je vous laisse le découvrir, parce que ce n'est pas révélé tout de suite non plus. N'en faites pas une obsession. C'est aussi ce qui rend Hank si particulier et si attachant.

C'est un livre assez bavard, pour ne pas dire long, mais j'ai trouvé que c'était une longueur bénéfique, importante pour l'histoire et pour la relation amoureuse qui naît sous nos yeux. C'est ce qui la rend encore plus authentique et émouvante. J'ai beaucoup aimé, surtout beaucoup apprécié les chapitres avec Hank (les points de vue sont alternés), je buvais toutes ses paroles, j'étais sous le charme, oui, complètement... Et une vraie BO ressort de ce livre, wow, c'est hallucinant !

Deux têtes dans les étoiles, de Emily Franklin et Brendan Halpin (La Martinière J., 2010)
traduit de l'anglais (USA) par Corinne Julve
282 pages - 13,90€

Posté par clarabel76 à 09:30:00 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , , ,

21/07/10

Leaving Paradise

 

Leaving_Paradise__Simone_Elkeles

L'histoire réunit deux adolescents - Caleb et Maggie - qui se connaissent depuis toujours, ils sont voisins, ont grandi ensemble, la jumelle du garçon est aussi la meilleure amie de la jeune fille. Et puis, un soir, tout bascule. Caleb, ivre, prend le volant de sa voiture, renverse Maggie en chemin, fait demi-tour en abandonnant son corps meurtri sur le bas-côté. Il sera arrêté, envoyé dans un centre de détention pour mineurs, tandis que Maggie engage son propre combat pour remarcher.

Un an a passé, Caleb reçoit son autorisation de sortie. Maggie est écoeurée. Elle a gardé de profondes séquelles de l'accident, en plus des cicatrices sur sa jambe, elle boîte, a renoncé au tennis, ses camarades la traitent comme une pestiférée. Sa vie est fichue, par la faute de Caleb, qu'importe ses vieux sentiments à son égard, aujourd'hui elle le déteste, panique rien qu'à l'idée de le revoir, se sent misérable et encore plus désireuse de quitter Paradise, sa petite ville natale, pour étudier en Espagne.

Néanmoins, le retour de Caleb implique aussi que le garçon doit affronter son passé, renouer avec ses copains, retrouver sa petite amie, reprendre le lycée, affronter sa famille totalement ravagée et revoir Maggie. Pendant longtemps, le roman nous montre l'étendue des dégâts. C'est long, poignant, assez lourd. Et puis, Maggie et Caleb vont travailler ensemble chez une vieille dame excentrique. Peu à peu, l'amitié va renaître. Tous deux réalisent avec stupeur qu'en plus du poids de la culpabilité ils sont seuls face à eux-mêmes, pire, ils se comprennent, se font confiance et tombent amoureux l'un de l'autre. Mais alors là, si vous attendiez une bluette facile et papillonnante, vous risqueriez d'être déçues !

C'est une histoire plus profonde, plus sensible et plus touchante. Un puits sans fond de douleur, de remords, de non-dits, de culpabilité. Je sentais mon estomac se nouer alors que je suivais l'histoire impossible entre Caleb et Maggie, je tombais des nues en tournant les pages, surtout lorsqu'une certaine révélation nous explose en pleine figure, et puis tous ces noeuds impossibles à délier, la somme des tourments qui pèsent dans le coeur des protagonistes et de leurs proches. C'est une histoire douce-amère, qui nous accompagne longtemps après la dernière page tournée.

J'ai envie de conseiller cette lecture à toutes celles qui sont allergiques aux histoires trop romantiques et cousues de clichés. C'est un roman assez inattendu, bouleversant et qui se termine sur un déchirement. La suite - Return to Paradise - est d'ailleurs espérée en septembre prochain.

Leaving Paradise / Simone Elkeles

LireEnVochallenge lire en VO - 22

Posté par clarabel76 à 10:15:00 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags : , , ,

19/07/10

The Lonely Hearts Club

Les garçons sont tous des mufles ! Penny Lane en a soupé des relations bidons, et depuis sa récente déconfiture avec Nate, le fils des meilleurs amis de ses parents, dont elle était follement amoureuse depuis des années, la jeune fille a choisi de faire un trait sur les relations sans lendemain. Elle renonce aux garçons, ne veut plus sortir avec eux, elle crée alors the Lonely Hearts Club (en référence à la chanson des Beatles, un héritage de ses parents qui sont des fans invétérés, d'où son prénom). Très vite, le club gagne en popularité car la majorité des filles du lycée revendique le droit de ne plus être prise pour du bétail. Même le directeur va s'en mêler, tant le club va semer - malgré lui - la zizanie. Cela sent la révolution !  !

The_Lonely_Hearts_Club_Elizabeth_Eulberg

The Lonely Hearts Club est un roman sur la solidarité féminine, sur le choix d'être respecté sans pour autant renoncer à aimer et être aimé, il y a une limite à ne pas franchir (all you need is love, après tout !). Les filles du club ne sont pas des harpies, au contraire l'histoire montre qu'il est surtout question d'amitié et de bonne humeur. L'héroïne, Penny, va même être prise à son propre piège puisqu'elle va rencontrer un garçon charmant, délicieux et attentionné qui va lui faire battre le coeur, alors qu'elle a pour règle d'or de ne pas déroger aux principes du Club (stop dating boys !). Pas facile, pas facile... Et pourtant, c'est tellement simple ! Le club n'est pas une prison non plus, et les copines sont là pour le lui rappeler !

Cela se lit vite et bien, non ce n'est pas le roman de l'année non plus, mais étant donné que ce livre est - je crois - le premier bouquin qui trouve grâce à mes yeux depuis deux semaines, j'estime qu'il mérite une mention plus qu'honorable.

Les petites références aux Beatles ont été également fort appréciables, et cette allusion sur l'influence de la musique dans la vie ... si cruciale à mes yeux :

There was only one thing I could do to ease the pain. I turned to the only four guys who'd never let me down. The only four guys who'd never broken my heart, who'd never disappointed me.
John, Paul, George, and Ringo.

Anybody who has ever clung to a song like a musical life raft will understand. Or put on a song to bring out an emotion or a memory. Or had a soundtrack playing in their head to drown out a conversation or a scene.

The Lonely Hearts Club ~ Elizabeth Eulberg

LireEnVo  challenge Lire en VO - 21

Rules of Attraction

 

rules_of_attraction

A la fin de Perfect Chemistry, la mère d'Alex quitte Chicago avec ses deux jeunes fils pour retourner au Mexique. Là-bas, Carlos a mené la vida loca en séchant l'école, en fréquentant des gangs et en dealant de la drogue. En punition, il est expédié auprès de son frère dans le Colorado afin de revenir sur le droit chemin. D'entrée de jeu, Carlos se révèle un rebelle qui refuse l'autorité d'Alex, qui ne croit pas en l'égalité des chances et qui ne fait confiance en personne. Au lycée, il est accueilli par Kiara Westford qui sera sa tutrice pendant une semaine. La rencontre frise la catastrophe - Kiara est une fille toute simple, qui ne casse pas la baraque et son look (tshirt informe, grosses chaussures de randonnée) horripile notre bad boy. Ces deux-là ne peuvent pas se supporter, mais jouent un jeu dangereux. Et nous, lecteur, on adore ça !

Car peu de temps après son arrivée, Carlos a des démêlés avec la police pour une histoire de drogue, le juge le place chez la famille de Kiara. Bonjour la cohabitation, mais le lecteur est toujours aux anges ! Il faut que ça pulse, il faut que nos antagonistes se fassent du rentre-dedans, il faut du clash et de la séduction sous-jacente. Yipi, on en a et on en redemande. Cela commence par une farce avec une floppée de cookies collée dans le casier de Carlos, cela s'enchaîne par des dialogues muy caliente (lors d'un repas en famille, Carlos réplique au petit frère de six ans qu'il pratique comme seule activité sportive le tango horizontal ! ). Malgré eux, Carlos et Kiara se cherchent de plus en plus. Et le type va se servir d'elle en lui demandant d'être sa fausse petite amie au lycée, au nez et à la barbe de la reine Madison qui voit rouge, en échange Kiara lui fait promettre d'être son partenaire au bal, condition qu'il accepte si la miss se décide à porter une robe et des chaussures à talons. Bref, notre couple se lance des défis à tout bout de champ (Kiara ne doit absolument pas tomber amoureuse de Carlos, il a été clair, le lecteur rigole, ha ha, car certains signes ne trompent pas).

Je pourrais vous en coller d'autres, des anecdotes et de ces moments forts et croustillants qui font le sel de l'histoire. Simone Elkeles a pratiquement ressorti la même recette qu'on savoure dans Perfect Chemistry (sweet girl meets bad boy), même si je trouve que la tension sexuelle est un cran inférieur entre Carlos et Kiara qu'elle ne l'était entre Alex et Brittany (argh, c'est d'ailleurs extrêmement frustrant de se contenter de cette pâle copie d'Alex, dans ce livre il est limite fade et moins sexy tellement il est lisse, gentil, amoureux etc.). Néanmoins, l'alchimie est bel et bien présente, Kiara est une petite nana au caractère bien trempé, élevé dans du coton, avec des parents extraordinairement ouverts et tolérants et bien sûr Carlos Fuentes es muy bonito, miam, on en mangerait !

... et la couverture du roman est aussi une scène du livre. La voici !

He leans out his window, meeting me halfway. We're both wet and soaked, but neither of us seems to care. " Don't run away from me when I need to tell you somethin' important. "
" What ? " I say, hoping he doesn't notice the tears running down my face, and praying they're getting mixed up with the rain.
" Tonight was... well, it was perfect for me, too. You've turned my world upside down. I've fallen in love with you, chica, and it scares the fuckin' shit outta me. I've been shakin' all night, because I knew it. I've tried to deny it, to make you think I wanted you as a fake girlfriend, but that was a lie. "
" I love you, Kiara, " he says before his lips move forward and meet mine.

LireEnVoChallenge lire en VO - 20