27/11/17

Y aura-t-il trop de neige à Noël ? par la #TeamRomCom

Isabelle Alexis, Tonie Behar, Adèle Bréau, Sophie Henrionnet, Marianne Levy et Marie Vareille forment la #TeamRomCom, un collectif d'auteures de comédies romantiques. 

Y aura-t-il trop de neige à Noël

Pour être en parfaite osmose avec la saison, voici une lecture au contenu savoureux ! Ce sont en effet douze nouvelles drôles et romantiques qui composent le menu, avec le tralala traditionnel - de la douceur, des bons sentiments, de la famille, des rires, du partage, des roucoulades, des rêves et des cadeaux... La recette magique ! Chaque histoire est une invitation à voyager, entre Paris, New York ou la Toscane, et à se réfugier dans une parenthèse enchantée. Ce sont en effet de charmantes bluettes, se déroulant durant les fêtes de Noël, avec des personnages dont la vie va connaître un merveilleux soubresaut, par une simple rencontre... Une farouche activiste découvre que son avocat guindé n'est finalement pas si coincé... Une jeune avocate est bloquée chez elle avec un vendeur de neige... Un charmant fromager fait tourner la tête d'une héroïne en quête de brie à la truffe... Une autre fuit une déception amoureuse en acceptant un poste en Italie #dolcevita ou #arnaque... Un gentleman grognon, allergique à la magie de Noël, rencontre une Cendrillon des temps modernes... Une mère Noël est coincée dans la cabine d'essayage d'un grand magasin parisien et croise en pleine nuit un Arsène Lupin... Miam miam miam. Le format est court - donc frustrant - mais réussit à offrir une jolie alternative en gonflant une petite bulle autour de chaque aventure. Résultat, on s'y sent bien et on se console vite de quitter un univers pour en découvrir un autre. Cela donne une fabuleuse sensation de tournis, c'est génial ! Aux six histoires préalablement publiées fin 2016, sous le titre Let it snow, viennent s'ajouter 6 nouvelles inédites racontant la suite, un an après. J'avoue, je préfère l'étincelle de la première fois, avec ses révélations et ses surprises. J'ai tout de même apprécié cette petite prolongation, même si cela reste pour moi accessoire. Car au final, j'ai succombé à la “magie de Noël”, à son décorum et à ses bonnes ondes positives. Cela m'a réchauffé le cœur. Et ça tombait bien, j'en avais vraiment besoin ! ☺

La version audio, comprenant la participation de six comédiennes, est également excellente à écouter !

>> Ce livre audio est proposé en exclusivité par Audible et est uniquement disponible en téléchargement.

©2017 Leduc.s (P)2017 Audible Studios

Durée : 5 h 52 min 

 


17/06/14

Ta vie est belle, par Isabelle Alexis

Ta vie est belle

Catastrophe pour Aurélie ! Virée de son poste de bibliothécaire, elle court se réfugier dans les bras de son fiancé et le découvre en train de batifoler avec une autre. Éplorée, elle décide de quitter sa Bretagne natale pour rejoindre son frère à Paris.
Débarquant à l'improviste, au cœur d'une soirée bien arrosée, elle suscite la naissance d'une supercherie. Sa troublante ressemblance avec la journaliste et écrivain Connie Pinson donne l'idée aux potes de Fred de l'inscrire sur Facebook sous un profil bidon. La bonne vieille blague potache. Sauf que cette fois, des contacts professionnels se tissent, l'opportunité de rencontrer l'étoile montante du tennis français, puis de tomber folle amoureuse du jeune homme coulent de source...
Et Aurélie de tromper vertement son monde.
Là où la lecture devient cocasse, c'est la réapparition soudaine de la vraie Connie Pinson (qui confirme sa réputation de peste abjecte, mais douée d'un humour grinçant). Oui, franchement on sourit de la vague de quiproquos annoncée.
C'est donc la parfaite petite comédie romantique à la française, dont on savoure le ton enjoué, pétillant et les piques sans rancune contre le snobisme du microcosme parisien.
Apprécions aussi que ce sont les personnages féminins qui affichent un caractère trempé et truculent, car notre minet au service renversant fait bien pâle figure dans cet imbroglio sentimental ! Comment craquer pour cet échalas qui porte une casquette à l'envers et qui collectionne les mauvais jugements dans sa vie amoureuse... arf ! Mais on se laisse prendre au filet, on sourit niaisement et on déguste cette lecture très sympathique, à prescrire pour la détente.

J'ai Lu, avril 2014 ♦ illustration de couverture : Madeleine Martin

22/07/09

Je n'irai pas chez le psy pour ce con ! ~ Isabelle Alexis

je_nirai_pas_chez_le_psyDeux femmes se rendent, le même jour, dans un studio de télévision. L'une doit passer un entretien d'embauche, l'autre est invitée à une émission littéraire à propos de son livre. Une histoire d'amour et de rupture, intitulée Je n'irai pas chez le psy pour ce con ! Mais au moment de passer à l'antenne, il y a une épouvantable confusion et c'est Juliette, à peine trente ans, chômeuse et consciente du quiproquo, qui se voit discuter du bout de gras sur sa relation avec un député au comportement goujat. La cata ! Loren Abysse, l'auteur spolié, rue dans les brancards mais c'est trop tard. En prime, elle récolte des excuses et une nouvelle admiratrice très pot-de-colle.
C'est clair, Juliette ne quitte plus Loren. Elle est fascinée par l'écrivain, par son sens de créativité et d'imagination. Ensemble, elles passent une nuit de folie à danser, boire et se bécoter.
Le lendemain, c'est la douche froide. Juliette rentre chez son petit ami, se dispute avec et lui défonce le crâne. Ni une ni deux, elle supplie Loren de l'aider à masquer son crime, car elle plaide non-coupable mais perd les pédales.
Au rayon chick-lit haut de gamme, je demande une aventure cocasse doublée d'une comédie policière et j'obtiens un roman déjanté, dans lequel on suit deux femmes qui n'ont pas leur langue dans la poche et qui tentent par tous les moyens de se dépatouiller avec un corps, la police, un maître chanteur et leur conscience.
Il n'y a franchement rien de crédible dans l'histoire, c'est truffé d'aberrations et d'inepties, les héroïnes sont deux têtes à claques insupportables, mais finalement c'est ce qui rend cette lecture divertissante et proche du lecteur !
J'ai bien aimé, par exemple, lorsque les nanas font référence à des feuilletons américains (Les Experts ou FBI Portés disparus) pour situer leur cas, c'est dire l'influence de la télé et le manque de discernement des demoiselles.   
Un niveau de tolérance maximale est donc demandé pour celui ou celle qui se penchera sur ce livre, spécialement voué à la détente. C'est drôle, oui, ça ne mange pas de pain, non. Mais j'avoue qu'il n'aurait pas fallu dépasser les 300 pages, sous peine d'indigestion.

Albin Michel, 2009 - 278 pages - 18,50€

Posté par clarabel76 à 09:30:00 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : ,