07/04/21

L'odeur de la colle en pot, d'Adèle Bréau

L'odeur de la colle en potVoilà un roman qui cogne en plein cœur tout ado ayant survécu aux années 90 et qui nous régale d'une bonne grosse couche de nostalgie ! Waouh, le choc.

Au-delà des petits détails qui comptent énormément, on trouve une histoire banale d'une jeune fille de treize ans qui emménage dans un appartement à Paris avec ses parents et sa petite sœur. La rentrée approche avec son lot de considérations (image de soi et relation avec les autres). Ce nouveau départ était censé améliorer le quotidien de la famille, mais c'est loupé, le père est de plus en plus absent et la mère alterne crises de larmes et engueulades. Tout ça sent la séparation. Mais la narratrice a d'autres chats à fouetter car elle aussi traverse une période très floue, très compliquée - cette fichue crise d'adolescence. 

Adèle B. raconte tout ça avec tact, tendresse et mélancolie. Comme si l'on ouvrait un journal intime et qu'on replongeait dans les souvenirs (du temps où il fallait prendre son mal en patience pour appeler ses amis ou son amoureux, bredouiller sa timidité au téléphone sous les oreilles indiscrètes de l'entourage, rêver et pleurer entre les quatre murs de sa chambre en écoutant de la musique avec un casque sur les oreilles). L'effet miroir est franchement étonnant.

J'ai évidemment été enchantée par ce voyage dans le temps, qui exhale l'innocence et l'apprentissage de la vie. Après coup, ça semblait plus facile. Ou ça nous paraît moins sombre et dramatique en vieillissant. Argh ! C'est finalement cet aspect “regard en arrière” qui me touche le plus. Le fond reste ordinaire : l'adolescence ou l'ascenseur émotionnel par excellence. Un sujet ô combien universel. En tout cas, c'était un très joli moment de lecture, fort appréciable.

JC Lattès, 2019

Septembre 1991. Caroline a treize ans et restitue le portrait d’une génération désenchantée, les professeurs, les premiers flirts, les cafés où l’on fume encore, les cabines téléphoniques, les vidéoclubs, la musique triste dans son walkman, les cahiers Clairefontaine, les Guignols de l’Info, le bruit des craies et c’est toute une époque qui ressurgit comme lorsqu’on plonge son nez dans ces petits pots de colle à l’odeur d’amande.

 

Posté par clarabel76 à 10:45:00 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,


06/04/21

Rouge, de Julie Huleux

RougeEn voilà une histoire adorable et très fleur bleue que j'ai beaucoup, beaucoup aimée. ♥

Lui est pompier, elle est étudiante en cinéma. Ils se rencontrent après une soirée trop alcoolisée (elle vomit sur ses rangers). Mais leurs regards sont connectés. Alexandre et Ophélie se retrouvent au bal des pompiers quand lui vient alors une brillante idée. Après avoir fait des pieds et des mains pour décrocher une autorisation, elle débarque dans sa caserne pour son nouveau projet (filmer l'équipe sur le terrain). Et c'est Alex qui est chargé de sa sécurité.

Leur relation devra cependant rester strictement conventionnelle - pas d'écart de conduite. Non, non. Sauf que ces deux-là se dévorent des yeux et sont proches de la combustion sitôt qu'ils sont côte à côte. Oh oui, c'est chaud chaud chaud.

Place donc à une romance exquise, qui prend tout son temps pour s'épanouir. Ophélie est une nana espiègle et habituée à draguer les garçons sans complexe. Mais en présence d'Alexandre, elle sent qu'elle doit se retenir car c'est un homme droit, sûr et respectueux. Ouhlala. Dois-je vous présenter ce fameux lascar ? Toujours est-il que ce cher Alexandre a franchement l'étoffe du superhéros. Comment ne pas succomber ! ?

Sinon le roman met également en avant la camaraderie, le sens du devoir et de l'honneur chez les pompiers. On plonge au cœur de l'action, on vibre, on glousse, on soupire. Que c'était chouette, vraiment chouette, mazette !

JC Lattès, collection &moi, 2019

 

Posté par clarabel76 à 11:45:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

28/03/21

Frangines, par Adèle Bréau

FranginesOn entre dans ce roman comme dans une grande maison de famille, bruyante et bordélique.

Trois sœurs se retrouvent dans la maison de leur enfance où vit leur maman (séparée de leur père). Elles débarquent avec leurs enfants ou partenaires, mais surtout avec leurs bagages émotionnels.

Elles doivent en effet mettre à plat des années de non-dits qui ont pu porter à confusion et fragiliser des liens ô combien sacrés (j'en sais quelque chose).

On pose vite ses valises pour écouter leurs histoires, de mères, de filles, d'épouses, de femmes. Et moi, j'ai bu leurs paroles. Touchée par ce roman qui me parle et m'embarque dans sa bulle en faisant écho à mon propre vécu.

J'ai beaucoup aimé cette sensation presque apaisante car l'histoire se déroule en Provence en plein été, mais surtout elle me berce dans son cocon familial si cher à mon cœur.

Très doux, très joli roman !

JC Lattès, 2020

Mathilde, Violette et Louise sont sœurs. Depuis l’enfance, elles vivent leurs plus belles heures à La Garrigue, une bâtisse que leurs parents ont achetée autrefois à Saint-Rémy-de-Provence.

Tout les oppose et pourtant rien ne peut séparer Mathilde, éblouissante et dominatrice, Violette, qui a grandi dans l’ombre de son aînée, et Louise, la benjamine, née des années plus tard.

Cet été, les frangines se réunissent dans la demeure familiale pour la première fois depuis le drame de l’année précédente.

Entre petites exaspérations et révélations inattendues, ces retrouvailles vont bouleverser à jamais leur vie. Car les murs de La Garrigue, gardiens des secrets de trois générations, ne les protégeront peut-être plus.

Posté par clarabel76 à 16:45:00 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,

14/11/20

Play (Stage Dive #2), de Kylie Scott

PlayCe deuxième roman ne tient pas la comparaison avec Rock que j'avais adoré ! De toute façon, nul ne pourra tenir la distance avec David Ferris. Cet homme est un dieu vivant. Son aventure avec Evie est sans fausse note. Je suis sûre de la relire avec grand plaisir !

L'histoire ici présente se révèle également très sympa en étant drôle et sexy à la fois. Mal, le batteur du groupe, file un mauvais coton. Ses copains s'interrogent mais notre viking au sex-appeal assumé se renferme dans sa bulle. Un soir, il croise Anne et lui demande de jouer le rôle de sa petite amie sans qu'elle pose la moindre question. La nana tombe des nues (*sourire de psychopathe*) et s'embarque pour une relation complètement dingue. Car Mal est infatigable. Il va droit au but, il réclame une attention exclusive, mais aussi de la tendresse, de la patience et de la dévotion, tout ça pour détourner la moindre sollicitude pouvant le désarçonner. Mal Ericsson est un grand mystère mais au fond on devine un garçon fragile et au bord du précipice.

Pour moi, la romance se résume à de la séduction voilée avant d'être franchement coquine. Si Anne est totalement conquise par son sexy rocker, elle montre néanmoins un bon sens de la répartie prouvant qu'elle mène la danse aussi. En face, Mal incarne la sensualité et la force brute. C'est du tout cuit. Et bien, pas forcément. Ils ne vont pas se jeter dessus d'entrée de jeu. Ils ne vont pas faire monter la pression non plus (je n'ai pas ressenti une tension sexuelle à vous coller la fièvre). Ils ont une relation assez extraordinaire entre fous rires, blagues polissonnes et attirance physique. Par comparaison (avec David et Evie), c'est beaucoup moins électrique et passionnel mais la complicité est réelle & sincère donc très touchante.

En tout cas, c'est une série que j'apprécie beaucoup. Le style de Kylie Scott est moderne et décomplexé. Ses personnages sont très attachants. On se marre vraiment bien ! ​🥳​🤩​

JC Lattès, coll. &moi, 2015

Posté par clarabel76 à 11:45:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

25/05/20

Minuit dans le jardin du manoir, de Jean-Christophe Portes

Minuit dans le jardin du manoirScandale au manoir de Caudebec : la tête tranchée d'un inconnu a été plantée sur un pieu en bois au beau milieu du parc ! Denis Florin est aussitôt interpellé par la police et suspecté d'avoir également éliminé sa grand-mère Colette qui a mystérieusement disparu.

Notre ami notaire jure pourtant ses grands dieux qu'il est innocent et choisit de s'enfuir dans une cabane au fond des bois pour éviter la folie des hommes. Une journaliste plus finaude que les autres va alors lui proposer de bosser en équipe en échange d'une interview exclusive.

Seulement leur aventure va prendre des tours et des détours improbables - avec d'étonnantes révélations à la clef. Mais que c'est drôle ! J'ai franchement passé un très bon moment à suivre cette aventure farfelue et riche en rebondissements.

Dans le genre comédie policière, c'est tout bon, très bien écrit et hyper distrayant. 

Le Masque (2019)

Posté par clarabel76 à 11:30:00 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , ,


15/04/20

En théorie tout va bien, de Sarah Bussy

en théorie tout va bien sarah bussyEn tableau, la famille Lauper incarne l'harmonie parfaite : l'homme attentif, la femme glamour, les enfants charmants, les pains au chocolat du dimanche... Leurs soirées sont toujours délicieuses et conviviales. Les gens se bousculent pour les fréquenter.

Nul ne pourrait supposer que l'épouse verse de grosses larmes le soir, derrière la porte de sa chambre vide. Nul n'imagine qu'un lourd secret pèse sur cette famille... et c'est vers l'âge de douze ans que Cassis Lauper va brutalement y être confrontée.

La révélation n'est pas cataclysmique. C'est seulement l'impact qu'elle aura sur les uns et les autres au fil du temps qui est assez sidérante. Genre, le frère de Cassis va tout ignorer jusqu'au jour de son mariage !

Sous l'innocence et les non-dits, on déniche finalement des drames et de l'amertume. Trop de désespoir pour une lectrice à fleur de peau (moi)... donc déception au moment de refermer ce roman peut-être trop commun mais qui dépeint l'enfance et les souvenirs avec une tristesse immense.

JC Lattès, 2019

 

Posté par clarabel76 à 11:30:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

30/01/20

Allô, Major Tom ? de David M. Barnett

Allô Major TomRien de prédisposait un simple technicien en chimie à devenir le prochain astronaute pour une mission sur Mars. Le jour de la présentation à la presse, Thomas Major croise le candidat en question sauf que celui-ci s'écroule à ses pieds. Plouf, arrêt cardiaque. Thomas saisit sa chance et enfile la combinaison avant de sourire béatement aux photographes du pays. Comme dans la pub !
L'agence spatiale britannique est en ébullition. Qui est cet intrus ? comment endiguer l'engouement des médias ?
« La cité des étoiles, en Russie, veut connaître son expérience avant de démarrer l'entraînement. Est-ce qu'il a au moins quelques heures de vol à son actif ?
La responsable des embauches collaborateurs parcourt ses notes et dit : - Seulement sur Ryanair, pour être honnête.
Baumann se ragaillardit.
- Il a été pilote de ligne ?
- Non. Il est parti en vacances, une fois. Il a détesté, d'après nos informations. »
Trop tard pour reculer. La chargée de communication propose de façonner ce nouveau visage pour devenir l'idole d'une génération. Mais Thomas n'est pas très coopératif. S'il a choisi de tout plaquer sur Terre, c'est parce qu'il est grincheux, solitaire et amer. Son dernier coup de fil, pense-t-il, est réservé à son ex (Janet). À la place, c'est Gladys qui répond. 
Gladys Ormerod est une mamie qui élève seule ses deux petits-enfants, pendant que leur père est en prison. Elle perd aussi un peu la tête. Soucieuse de ne pas alerter les services sociaux, Ellie, l'adolescente de quinze ans, se démène car la situation est grave : mamie a été escroquée sur internet et a perdu tout l'argent du foyer, son frère James se fait harceler à l'école et souhaite participer à un concours pour scientifiques en herbe. Le coup de fil de Major Tom va donc tomber à pic pour cette famille aux abois !

En attendant, la lecture tourbillonne en émotions et en épopées farfelues. On suit avec bonheur Ellie et ses proches dans leur course désespérée pour ne pas boire le bouillon... à côté de ça, on découvre un homme dans l'espace qui fuit lui aussi ses fantômes et qui pensait n'avoir rien à perdre. Son voyage et sa rencontre avec les Ormerod lui font revoir sa copie au terme d'incroyables retournements de situation !
Scientifiquement, cette histoire est bien évidemment en toc - l'auteur s'en excuse - mais on s'en moque car on s'attache surtout à partager les hauts et les bas de ces personnages meurtris et en pleine dérive. Le roman est aussi un clin d'œil à David Bowie (la conférence de presse tombe le jour de son décès). La mission Mars s'essoufflait déjà avant même de décoller - douce ironie. Ground Control to Major Tom ! C'est le leitmotiv du roman : un roman drôle, tendre, attachant, optimiste et bienveillant. On le referme non sans émotion... There's a starman waiting in the sky ♪♫
https://youtu.be/tRcPA7Fzebw

JC Lattès (2018) - Traduit de l’anglais par Claire Breton

 

Posté par clarabel76 à 16:00:00 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , ,

10/10/19

Le Retour d'Arsène Lupin, par Frédéric Lenormand

Un retour d'Arsène Lupin qui colle davantage à l'original !
Le Retour d'Arsène Lupin

Après mon incursion chez les Héritiers, je retrouve notre fringant gentleman sur les traces d'un Delacroix disparu (pour le compte d'une baronne assez roublarde).

Lupin vient de suivre une thérapie et a résolu de soigner son addiction au vol en créant sa propre agence de détectives privés (sous couvert d'anonymat bien sûr). Ceci n'est pas une blague. Or, Jim Barnett a plus d'un tour dans son sac et traite ses affaires avec une redoutable célérité. Cette fois, son enquête le pousse à croiser artistes fauchés, beautés exotiques et fieffés coquins... non sans un certain goût pour l'emphase et l'ironie.

L'auteur est très en verve avec son infatigable trublion qui conduit cette intrigue tambour battant. C'est truculent à souhait, dans un Paris d'un autre temps et mettant en scène des créatures légendaires (comme la fascinante Mata Hari). L'exubérance de notre héros n'est point "un concours de vanité, d'apparences et d'égoïsme" mais accuse "la beauté sans la morale, l'élégance sans la générosité, la verve sans la culture, l'esprit sans la profondeur".

Lupin n'a pas fini de s'allonger sur le divan pour explorer la part sombre de ses tourments ! ... Mais que d'humour et d'espièglerie. C'est charmant.

Le Masque (2018)

Dans les fastes de la Belle Époque, à travers une intrigue riche en rebondissements, Frédéric Lenormand nous offre un Arsène Lupin ivre d’astuce et de rouerie.

 

 

Posté par clarabel76 à 11:30:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

18/03/19

Le cas Fitzgerald, John Grisham

Le cas Fitzgerald AudiolibCinq manuscrits de Francis Scott Fitzgerald ont été dérobés à la bibliothèque de Princeton. Le FBI traque aussitôt le gang des cinq braqueurs mais perd de vue les ouvrages rares. Peu de temps après, ils seraient retracés sur l'île de Camino en Floride. Une jeune romancière, sans boulot et en manque d'inspiration, est alors recrutée pour jouer les espionnes en infiltrant la bande de joyeux drilles qui entoure Bruce Cable, le propriétaire de la célèbre librairie Bay Books. Sa mission consiste à découvrir où se cachent les fameux manuscrits mais Mercer va tomber sous le charme du climat et du charismatique libraire. Elle succombe également à l'esprit de camaraderie qui règne sur place. Et peu à peu, renoue avec l'écriture et se fond une place au soleil en grappillant quelques secrets.

C'est donc une fabuleuse ambiance de livres, de copinages, de flirt, d'insouciance et de débauche coquine que dresse cette histoire  pour le moins distrayante et agréable à suivre. On est loin du suspense chevillé au corps, des courses infernales, des procès retentissants et du scénario qui torture les méninges... loin de tout ça. Au contraire, c'est bon enfant et attachant. On pénètre le petit monde des libraires et des écrivains de façon cocasse et inattendue. Le résultat est très plaisant. J'ai beaucoup aimé... séduite aussi par la lecture de François Tavares (sobre et efficace). Un très bon moment, parfait pour la détente.

©2018 Éditions Jean-Claude Lattès (P)2019 Audiolib

 

Posté par clarabel76 à 11:45:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

26/01/19

iRachel, de Cass Hunter

iRachelRachel était une femme brillante, ingénieure surdouée, elle avait créé son double androïde sans imaginer que cela aurait un impact sur sa vie et ses proches. Car Rachel va mourir dans un accident de voiture (nulle préméditation, triste fatalité). Contacté par son collègue, Aidan va alors découvrir le projet secret de son épouse : iRachel, un prototype unique d'une intelligence artificielle remarquable.

Le robot a également été programmé pour s'installer dans leur maison et vivre à leurs côtés. Son but ? Absorber leurs émotions, anticiper les lendemains difficiles et permettre un travail de deuil moins douloureux. Le père et la fille sont choqués et mal à l'aise en sa présence. Mais iRachel est un modèle de patience, de dévouement et de compassion. Elle finit par se fondre dans le décor et réussit à compenser l'absence de Rachel tout en ravivant les souvenirs de la famille.

Franchement, c'est magnifique ! J'étais loin de me douter dans quoi je m'embarquais, mais sitôt ouvert, ce roman a été avalé en une goulée. J'ai été captivée par l'histoire... histoire d'amour et de tendresse, histoire de perte et de manque, histoire de sacrifice et de partage, histoire de trahison et de conquête. On découvre à chaque coin de page un aspect nouveau et étonnant de cette lecture. C'est poignant, c'est doux, c'est romantique, en gros c'est bouleversant. Les personnages sont touchants et très attachants. On a envie pour eux la meilleure solution possible, et puis... on a le cœur gros aussi. Lu en une soirée, ce roman a été un compagnon inattendu et bienveillant. Une découverte pleine d'émotions et qui me laisse avec un sourire jusqu'aux oreilles. J'ai adoré !

JC Lattès (2018) - Traduit par Lucie Delplanque

Titre VO : The After Wife

 

Posté par clarabel76 à 17:45:00 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,