05/07/17

La Rivière à l'Envers, de Jean-Claude Mourlevat

la riviere a l'enversTomek est un jeune orphelin de 13 ans, qui vit et travaille dans une petite épicerie toute simple, lorsqu'il rencontre pour la première fois la jolie et mystérieuse Hannah. Celle-ci lui annonce être en quête d'une eau rare, puisée d'une rivière qui coule à l'envers, et qui empêcherait de mourir. La jeune fille lui achète un sucre d'orge et repart aussitôt en mission, laissant le garçon hagard et sonné. Tomek vient de prendre conscience du ronronnement de son existence, il est donc décidé de partir à son tour pour trouver la rivière à l'envers, et ainsi retrouver la jolie Hannah. En chemin, le garçon s'égare toutefois dans la Forêt de l'Oubli, traverse le village des Parfumeurs, multiplie les rencontres et débarque sur l'Île Inexistante. Autant de lieux et de situations improbables pour un voyage aussi miraculeux que fabuleux ! 

La deuxième partie de l'histoire donne à lire le parcours de la délicieuse Hannah, depuis son enfance jusqu'à son départ pour débusquer la fameuse rivière Qjar, sa rencontre avec Tomek, leurs routes tracées en parallèle pour atteindre le même but, leurs rendez-vous loupés et leurs brèves retrouvailles... L'épopée est certes formidable, pleine de surprises, de rebondissements et d'étonnements, à jamais débordante de riches trouvailles et d'une imagination exubérante. Seulement, la partie consacrée à Hannah peine à se renouveler mais, comme elle appartient à un ensemble indissociable, elle se lit également avec plaisir et fait penser à un conte enchanteur, tout en souffle et en évasion. L'effet est ravissant, la lecture totalement dépaysante.  

J'ai également beaucoup apprécié vivre cette plongée émerveillée dans l'univers de Jean-Claude Mourlevat, en écoutant l'auteur me raconter lui-même son histoire. C'est un exercice auquel il excelle, cf. La ballade de Cornebique ou La Troisième Vengeance de Robert Poutifard, et qui réserve une expérience exaltante, pleine de fantaisie et de tendresse, mais aussi de mystères et de parfums. Une lecture qu'affectionneront les plus jeunes, dès 10-12 ans. 


Cette édition regroupe les tomes 1 (Tomek) et 2 (Hannah) de La rivière à l'envers.

Texte lu par Jean-Claude Mourlevat (durée : 6h 56) pour Audiolib

©2000 / 2002 / 2016 Éditions Pocket Jeunesse / Univers Poche (P)2017 Audiolib

 

Posté par clarabel76 à 17:00:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,


30/03/16

“Le mieux, c'est de commencer par le début.”

Deux nouvelles parutions dans la collection Pôle Fiction (le format poche chez Gallimard Jeunesse) avec deux romans qui cognent et frappent fort dans le ventre et le cœur ! Ne passez plus à côté... ;-) 

IMG_6085

La Décision, d'Isabelle Pandazopoulos

Louise est élève en Terminale S, brillante, entourée de nombreux amis et d'une famille aimante. Un jour, en classe de maths, elle sort précipitamment et se réfugie dans les toilettes où un camarade va la retrouver, peu de temps après, inconsciente et baignant dans une mare de sang. En bonus, un bébé est posé sur son ventre. Face à ce terrible déni de grossesse, son entourage s'interroge, raconte et tente de comprendre. Louise prétend n'avoir jamais couché avec un garçon. Elle ne veut rien entendre de cet enfant. Ses parents, impuissants, sont effondrés. On est alors pris dans un tel engrenage qu'il devient difficile de lâcher le livre. On tourne les pages, on a la boule au ventre, on reçoit en plein cœur toute cette émotion, qui est à la fois brute, douloureuse et si lourde. Le livre se lit aussi comme un roman à suspense, car on part dans une forme d'enquête pour percer le secret de Louise et découvrir l'envers du décor. C'est très bien fait, tout en étant flippant, complexe et inquiétant, mais cette lecture a aussi le mérite de faire avancer les mentalités, de réviser les jugements hâtifs et d'inviter à la réflexion. Un très bon livre.

Silhouette, de Jean-Claude Mourlevat

Dix histoires courtes et autant de rencontres possibles, dix histoires singulières, dépourvues d'aspérités, jusqu'à la fin qui tombe à chaque fois comme un couperet... Dix histoires pour se plonger dans un univers étrange et captivant. 
Actuellement en pleine relecture.  

 

Pôle Fiction chez Gallimard Jeunesse, mars 2016

Posté par clarabel76 à 09:00:00 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , ,

20/02/16

En poche ! # 51

Toujours plus de choix, en petit format ! ;-) 

   L'If et la rose   

Joyland, de Stephen King  [LU]

L'If et la rose, d'Agatha Christie (sous le pseudo de Mary Westmacott)

Le génie des coïncidences, de John IRONMONGER  [LU]

 

      Red Queen (Red Queen, Tome 1)

Six fourmis blanches, de Sandrine Collette

L'escalier hurleur (Lockwood & Co) de Jonathan Stroud  [LU]

Red Queen, de Victoria Aveyard

 

      

Je ne t'oublierai pas, de Sophie McKenzie  [LU]

La Blonde aux yeux noirs, de Benjamin Black [LU]

Jours parfaits, de Raphael Montes [LU]

 

      

Les Brillants, de Marcus Sakey

La Liste des Sept, de Mark Frost

Dernier meurtre avant la fin du monde, de Ben H. WINTERS [LU]

 

      

Et je danse aussi, de Anne-Laure Bondoux & Jean-Claude Mourlevat  [LU]

Les Mécanos de Vénus, de Joe R. Lansdale

Chiens perdus et cœurs solitaires, de Lucy Dillon

 

Une éducation catholique      

Une éducation catholique, de Catherine Cusset

Avant de t'oublier, de Rowan Coleman

Soyons fous, de Lisa Plumley [LU]

 

   La Galerie des maris disparus   Partition amoureuse

Les oubliées, de Tess Gerritsen

La galerie des maris disparus, de Natasha Solomons

Partition amoureuse, de Tatiana de Rosnay

 

20/05/15

Et je danse, aussi de Jean-Claude Mourlevat & Anne-Laure Bondoux

« J'aime bien votre image des poussins perdus, et nous en avons une pleine basse-cour, j'ai l'impression ! Par habitude professionnelle, vous semblez vous le reprocher. Vous avez tort. Laissez l'ordre et la cohérence chronologique. La vraie vie est foutraque, ce n'est pas à vous que je vais l'apprendre. Continuez de me raconter ce qui vous passe par la tête, j'adore ça ! »

Et je danse, aussi

Quelle lecture lumineuse ! De suite, elle vous transporte dans un tourbillon de lettres, ponctuées de charme et d'humour, toutes plus savoureuses les unes que les autres, si bien qu'on ne s'arrête plus, une fois ouvert ce livre, on ne le referme plus avant la dernière page.

J'ai adoré cette rencontre entre un romancier à succès en manque d'inspiration et une jeune femme “grande, brune et grosse” qui souhaite partager avec lui ses secrets, sa folie, sa tendresse. C'est magique ! On se laisse emporter par le flot des mots qui coulent depuis la Drôme jusqu'à la Sarthe, et vice versa, mais le résultat est là : on sourit énormément et on suit le fil de cette amitié exceptionnelle, en l'enviant secrètement.

Anne-Laure Bondoux et Jean-Claude Mourlevat ont accompli un petit miracle avec ce roman simple, généreux, attachant et merveilleux. Ce sont 280 pages de rires et de larmes. 280 pages d'une histoire où s'emmêlent la famille, les amis, les rencontres amoureuses, la trahison et les cœurs brisés, la perte des illusions et le chagrin incommensurable. L'euphorie du début fera peu à peu place à une note plus grave, sans plomber l'ambiance générale, laquelle finira par retrouver ses flonflons et ses confettis avec la même insouciance. C'est juste fabuleux et entraînant !

♪♫ Ce livre va vous donner envie de chanter, d'écrire des mails à vos amis, de boire du schnaps et des tisanes, de faire le ménage dans votre vie, de croire aux fantômes, de courir après des poussins perdus, de pédaler en bord de mer ou de creuser une piscine. Ce livre va vous donner envie d'aimer. Et de danser, aussi ! ♫♪

Fleuve Noir ♦ mars 2015

Posté par clarabel76 à 08:45:00 - - Commentaires [11] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

03/04/13

"Il faut pas rester les deux pieds dans le même sabot..."

IMG_8728

C'est l'heure de la retraite pour monsieur Robert Poutifard. L'instituteur soupire d'aise car ces longues années de labeur n'auront été que souffrance, frustration et amertume. Aussi, décide-t-il de se venger, en portant trois coups symboliques auprès d'anciens élèves qui lui auront valu sueurs froides, larmes de honte et sanglots révoltants.

Avec la complicité de sa mère, avec laquelle il vit toujours, Robert établit trois plans selon un scénario habile et démoniaque. Mais alors, qu'est-ce que c'est drôle ! D'abord, l'histoire nous plonge dans le passé en nous faisant revivre l'instant qui a valu cette haine indélébile. Puis, nous assistons à la vengeance. Mais que dire ? que dire, si ce n'est que je me suis amusée comme une folle !

Les deux premières vengeances sont hilarantes, au cœur de situations cocasses, avec des personnages hauts en couleur et de bonnes trouvailles pour rendre l'instant mémorable et complètement délirant. Seule la fin est différente, plus apaisante, avec une petite touche d'émotion. Il faut rendre la morale à cette histoire, bien entendu ! (Apprendre à pardonner, s'excuser, etc.) Bref, je découvre grâce à ce roman un J-C Mourlevat décontracté et déjanté. Et j'aime beaucoup ! D'ailleurs, il raconte lui-même son histoire dans la version audio, que je vous conseille fortement.

La Troisième Vengeance de Robert Poutifard, par Jean-Claude Mourlevat
Gallimard jeunesse, 2004 / collection Folio junior, 2009 / Ecoutez lire, 2013
Illustrations de Béatrice Alemagna

Posté par clarabel76 à 09:45:00 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , , , ,


26/02/13

Un lave-linge émotionnel

IMG_8613

Monsieur Mourlevat est un escroc : dix petites textes, dix petites histoires à déguster sur le pouce, dix anecdotes qui font sourire ou grincer des dents, dix brèves rencontres, dix portraits qu'on saisit à l'arrache, dix petits tours et puis s'en vont. C'est trop peu ! D'emblée, je l'avoue, j'aime infiniment la plume de cet auteur et lui attribue sans hésiter mon total dévouement. Par contre, j'admets préférer, très largement, lorsque l'auteur nous entraîne dans un monde plus travaillé, plus abouti, dans une histoire qui dure des pages et des pages, en bref j'aime le romancier, moins le nouvelliste.

Sur ces dix textes, j'ai aimé certaines histoires plus que d'autres, normal, j'ai souri en lisant les chutes, je n'ai pas frissonné non plus, j'avais d'ailleurs anticipé quelques intrigues et autres sorties de route, je l'ai vu venir aussi avec son dernier texte, qui boucle le livre, la fameuse histoire sur l'escroc, oui Monsieur Mourlevat, vous méritez ce titre ! Je reconnais que l'ensemble est élégant, un poil cynique et teinté d'humour noir, mais franchement, quelle frustration tout de même ! Vivement un vrai, bon, gros roman.

A compter de cet instant, Mme Maréchal eut la sensation qu'on l'avait jetée dans un lave-linge émotionnel, qu'on en avait fermé la porte et pressé le bouton on. Le tambour s'était mis à tourner à grande vitesse, la brassant, la battant, la ballottant, la roulant, la cognant sans relâche.

Silhouette, par Jean-Claude Mourlevat
Gallimard jeunesse, coll. Scripto, 2013

Posté par clarabel76 à 11:30:00 - - Commentaires [14] - Permalien [#]
Tags : , , ,

18/09/12

Humour, poésie et cirque ambulant !

Passage en format poche du roman de Jean-Claude Mourlevat, précédemment publié sous le titre : La prodigieuse aventure de Tillmann Ostergrimm.

IMG_7827   IMG_7829

Suite à une dispute avec son père, Tillmann Ostergrimm se rend sur la place du village où a lieu la traditionnelle fête du Carnaval. Et là, miracle, le garçon se soulève de terre, sans raison apparente, il peut voler ! Un dénicheur de talents croise son chemin et le pousse à accepter de le suivre : le Cirque de Globus n'attend plus que lui. C'est leur fortune assurée.

Face à ses protestations, Tillmann sera emmené de force. Un long périple l'attend, au cours duquel il fait la rencontre de Lucia, la plus petite femme au monde. Leur arrivée à Globus n'est pas sans heurt non plus, puisque le directeur est un type revêche et tyrannique. Le cirque, lui, ne ressemble à rien du tout. Plus malheureux que jamais, Tillmann comprend qu'il doit s'en échapper.

S'enchaîne alors une autre aventure complètement folle, où l'on appréciera la générosité de Tillmann. Avec ses compagnons d'infortune, il va fonder une troupe de théâtre ambulant et parcourir du pays. Il fera l'expérience de l'amitié, de l'amour, mais aussi de la trahison. Sa maison lui manque de plus en plus. Lui qui refusait d'être tonnelier de père en fils va pleurer de joie sur le chemin du retour, il était trop bête, il a cru que la belle vie était ailleurs.

Ce petit roman, signé J-C Mourlevat, se veut une lecture cocasse et émouvante sur la destinée d'un garçon qui possède soudainement le don de voler (on n'explique pas pourquoi, ni comment, ce n'est pas ce qui compte finalement !). C'est une lecture légère et rigolote, surtout destinée pour les plus jeunes, car ce texte n'a pas la force romanesque du Combat d'hiver ou du Chagrin du roi mort.

Le garçon qui volait, par Jean-Claude Mourlevat
Folio junior, éd. 2012 - couverture : Jean-François Martin
illustrations : Marcelino Truong

05/12/11

Contes d'hiver

petite piqûre de rappel, 

IMG_5756 

On pénètre dans ce roman comme dans un conte, c'est l'histoire de deux frères élevés comme des jumeaux, l'un d'eux va être enlevé. Nous sommes à Petite Terre, une île où on y trouve que des livres et de la neige. Pas besoin de chercher sur une carte, ni de situer dans le temps, c'est une histoire qui pourrait se passer ici ou ailleurs, une histoire qui n'a pas d'âge. Elle te touche, là, maintenant, et c'est le principal. 
Je conseille à tous ceux qui auront l'occasion de lire ce roman de ne pas aller à la pêche aux informations, de faire confiance à l'auteur exceptionnel qu'est Jean-Claude Mourlevat et d'ouvrir ce livre en acceptant de suivre le guide. 
Les 200 premières pages se lisent d'une traite, elles vous transportent à Petite Terre où le roi vient de mourir. Suivra alors une folle chevauchée où il sera question de séparation, de fraternité, d'amitié et de conquête. Les personnages sont attachants et semblent tout droit sortis de royaumes imaginaires et enchanteurs (un nain maniaque qui part à l'aventure avec son violon à l'épaule, une vieille sorcière qui mange les têtes de rat ou une femme aux yeux de louve qui vit pour l'amour exclusif d'un homme). 
Je pense d'ailleurs que toute la première partie est la plus belle, la plus envoûtante. La deuxième aussi est captivante, elle reprend les thèmes chers à l'auteur, que sont la guerre, la dramaturgie, l'absolutisme, le sacrifice, la rédemption. Forcément, à la fin, on ressent un petit pincement au coeur à l'idée de devoir quitter cette terre peuplée de personnalités inoubliables. Mais il nous reste le bonheur d'avoir lu et partagé un vrai, beau et grand roman. Comme seul JC Mourlevat a le mystère.

Le Chagrin du Roi Mort, par Jean Claude Mourlevatsmileyc002
Folio junior, coll. Pôle Fiction, 2011. 

Dans un registre tout aussi fascinant, il faut jeter un oeil à l'édition La Reine des Neiges illustrée par Stéphane Blanquet.

IMG_5993 IMG_5994 IMG_5995

Un petit côté sombre et effrayant pour un effet tout aussi envoûtant.

La Reine des Neiges, par H.C. Andersen - illustrations de Stéphane Blanquet.
Traduit du danois par P. G. La Chesnais. Gallimard jeunesse, coll. Giboulées, 2011.

24/01/11

(...) il se passerait quelque chose d'inattendu, quelque chose que personne n'aurait pu prévoir

IMG_2271Ce roman possède une force tranquille mais redoutable. J'ai longtemps regardé de loin mon livre, je n'osais pas m'y aventurer, quand enfin je l'ai ouvert, c'était pour ne plus le reposer avant la dernière page tournée ! Un truc complètement dingue. J'ai été totalement happée par l'histoire, j'avais le souffle court, le coeur battant, j'étais fébrile et impatiente, transportée par cette intrigue ô combien fantastique, étrange et envoûtante.
Le mieux, en fait, serait de ne pas déflorer le mystère de ce roman. C'est du Mourlevat, que voulez-vous que je vous dise, c'est forcément bon et fort et implacable.
Sachez juste qu'on y trouve Anne, prête à tout pour retrouver sa soeur Gabrielle. Celle-ci a disparu depuis un an. Anne va rencontrer M. Virgil, un écrivain qui prétend ne plus avoir d'imagination, un monsieur âgé et veuf, pas mécontent de mettre un peu de sel dans sa vie ronronnante.
S'il fallait donner une couleur à ce livre, ce serait ce blanc crèmeux et fantomatique comme la couverture. On suit Anne dans sa quête, on la suit dans le brouillard, on n'hésite pas un seul instant et on ne la lâche plus. On restera incrédule, choqué et émerveillé. Impatient, fâché et exigeant.
La fin, notamment, m'a quelque peu frustrée. Je m'attendais à plus de retentissement, j'espérais davantage du Saut de l'Ange ou du portefeuille et de la photographie (ceux qui savent comprendront), je suis restée sur ma faim. Ceci dit, je ne regrette rien.
Je n'oublie pas avoir avalé près de 400 pages d'une aventure hallucinante, au coeur d'un univers aseptisé, qui fait terriblement peur, qui rappelle d'autres références (littéraires, mythologiques ou historiques).
Je suis sortie de ma lecture en poussant un grand, gros soupir. Comme si j'avais besoin d'expirer. Besoin de respirer un bon bol d'air. L'histoire m'en avait tellement privé, mais pas seulement.
Découvrez ce que cela cache !

Et voilà que la porte de “l'ailleurs” s'entrouve. Cette fille, Anne Collodi, ce village qui n'existe pas, cette voix dans la nuit... « Est-ce que je serais en train de perdre la tête ? »

Terrienne, un roman de Jean-Claude Mourlevat smileyc219
Gallimard jeunesse (2011) - 387 pages - 16€

Posté par clarabel76 à 13:15:00 - - Commentaires [18] - Permalien [#]
Tags : , , ,

27/02/10

Nos français qui s'exportent !

... 

               

        wintersendcombat_d_hiver

Jean-Claude Mourlevat : Le Combat d'Hiver  -) Winter's End

mangez_moi     chez_moi

Agnès Desarthe -  Mangez-moi  -)  Chez moi

  larmes_de_lassassinthe_killers_tears

Anne-Laure Bondoux - Les Larmes de l'Assassin  -) The Killer's Tears

 

 

Posté par clarabel76 à 18:45:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,