13/09/22

Froid brûlant (Black Blade #1) de Jennifer Estep

froid brulantBienvenue à ...

Cloudburst Falls (...) célèbre en tant que « l’endroit le plus magique d’Amérique », un lieu où « les contes de fées sont réels ».


Lila Merriweather est lycéenne le jour et voleuse la nuit. Elle vit ainsi depuis la mort tragique de sa mère et se débrouille comme une grande en squattant le sous-sol de la bibliothèque municipale. Elle tient à sa tranquillité. À sa vie invisible. Mais tout vole en éclats le jour où elle est témoin d'une attaque contre trois jeunes privilégiés et sauve la vie de l'un d'eux. Elle a beau fuir la scène du crime et se planquer comme jamais. Le destin finit par la rattraper. Elle est recrutée pour devenir le nouveau garde du corps pour l'héritier d'une Famille. Elle obtient avec ce poste des tas d'avantages mais également une existence sous le feu des projecteurs. Désormais elle ne peut plus mentir sur son passé et ses dons cachés. Toute une survie construite avec minutie qui se disperse. Seul avantage pour Lila : pouvoir approcher son Ennemi de toujours et obtenir sa vengeance.

L'immersion dans l'intrigue est assez dense au tout début car les présentations pullulent et sont méticuleuses. Mais une fois que c'est fait, la lecture s'avère captivante ! Certes, j'ai eu un certain recul quand j'ai découvert l'âge des personnages (17-20 ans). Heureusement ils se comportent de façon plus mature donc c'est moins gênant au fil des chapitres. Du moins, c'est surtout Lila qui détient la palme de l'héroïne. L'histoire est centrée sur son parcours, ses choix, ses secrets, ses émotions. En ce qui concerne Devon, par exemple, ça reste assez flou. Le personnage paraît attachant et très gentil. Toutefois, on ne le perçoit que de loin ou grossièrement. Je pense que les deux prochains tomes permettront d'étoffer cette sensation et d'apporter plus de piquant. Pour l'instant, la série tient la distance et révèle de jolies surprises aussi ! Je suis très contente.

Moi ? Garde du corps pour une Famille ? Ça me laissait plus que perplexe. J’étais une voleuse, voilà tout. Je mentais, je trichais et je volais pour survivre, pour obtenir ce que je convoitais, pour protéger et servir mes intérêts… Les miens et ceux de personne d’autre. Surtout pas ceux d’une Famille.

Éditions Alter Real, 2021 pour la traduction. Traduit par Annabelle Blangier

⭐⭐⭐⭐

Posté par clarabel76 à 07:00:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,


23/09/11

“My name is Gin, and I kill people.”

IMG_5422 book-bites-psd

Voilà une lecture qui ne m'a pas complètement séduite, sans me décevoir non plus. Quel casse-tête ! J'avais plus d'une fois envie de me dire, laisse tomber, mais j'étais trop curieuse de connaître la suite et, de fil en aiguille, je suis arrivée à la dernière page, la maudite, qui me lâche une info vile et mesquine, du genre à me donner (presque) envie de signer pour la suite. 
Argh ! Que de perversité dans ce monde de brutes. 
Jennifer Estep n'a rien inventé de nouveau, ce qui ne signifie pas que ça ne plaise pas aussi. L'héroïne est une dure, une vraie, elle est tueuse à gages, avec la conscience d'accomplir un nettoyage juste (elle ne zigouille que les pourris, les violeurs d'enfants, etc.). Elle a connu la rue, en est sortie à l'âge de 13 ans et doit son salut à Fletcher, son mentor, patron du Pork Pit, un second père. Et si la dame est aussi froide et intransigeante, c'est parce qu'elle aurait trop souffert de son passé et de sa faiblesse. 
Elle masque bien cette vulnérabilité derrière sa façade de bombe atomique et de redoutable machine à tuer. Elle fait du boulot vite fait, bien fait. C'est la meilleure sur le marché, aussi lorsque sa dernière mission vire à la catastrophe, ça chauffe à tous les étages car Gin, surnommée l'Araignée, ne tolère pas d'avoir été doublée. Assistée du fils de Fletcher, l'irrésistible Finnegan Lane, elle va donc jurer vengeance en levant son poing au ciel. 
En cours de route, elle s'associe également avec l'enquêteur de police, Donovan Caine, le type le plus intègre de la ville (Ashland serait un peu la soeur jumelle de Gotham City). Ces deux-là ont bien du mal à collaborer, ils sont ennemis par principe mais, bon, ils sont tous deux séduisants et le savent, ils se plaisent et s'attirent, ils jouent un jeu trouble et dangereux, pas de quoi arranger leurs petites affaires... 
A lire comme ça, c'est très excitant sauf que l'alchimie ne fonctionne pas du tout ! Déjà, Gin et Donovan ont l'un et l'autre des personnalités peu glamour, de ce fait leurs scènes de séduction sont risibles et ne produisent aucun effet. L'apparition d'un autre candidat, dans le tome 2, pourrait corriger l'erreur de casting de ce premier volume - ouf. 
C'est un peu juste pour se prononcer sur cette série, parce que l'histoire laisse entrevoir une intrigue sombre et retorse qui colle bien avec l'ambiance générale, mais je ne sais pas, il me manque le fameux petit truc en plus...

Le Baiser de l'Araignée (L'Exécutrice#1) - Jennifer Estep
J'ai Lu, coll. Crépuscule, 2011. Traduit par Agnès Girard.