17/01/22

Un Palais de Colère et de Brume (A Court of Thorns and Roses #2) de Sarah J. Maas

Un Palais de colère et de brume collector

Si j'ai traîné des jours et des jours pour lire les 700 pages de ce livre, ce n’est pas par ennui mais pour le plaisir de m'y enfermer chaque soir en savourant chaque instant perdu au royaume de Prythian.

Les retrouvailles avec Feyre ont pourtant un goût amer - la jeune femme n'est plus que l'ombre d'elle-même et ressasse ses idées noires. De nouvelles expériences vont cependant s'offrir à elle et élargir son horizon. Désormais elle ne peut plus ignorer le poids de ses décisions ni leurs conséquences.

Le changement de programme est excitant ! Cette fois encore, le rythme est étonnant et permet de découvrir les multiples facettes de la série. Entre les personnages, les lieux et les enjeux, l'univers se trouve grandement enrichi. On découvre la Cour de la Nuit, la garde rapprochée du terrible Rhysand, les traditions illyriennes, les faux-semblants et la quête d'un livre qui pourrait tout résoudre.

Oh my gosh. Quelle lecture … ! On frise franchement l'excellence. Ce deuxième tome procure des sensations affolantes en matière d'émotions. Surtout si vous n'avez jamais lu les spoilers courant sur la série, vous allez vous shooter d'extase et de stupeur ! 😵 Naturellement, je poursuis mon marathon avec Un Palais de Cendres et de Ruines (736 pages). Ouep.

Quelques notes personnelles, toujours pour mon suivi de lecture. 🙄

Au début du roman, nous retrouvons une Feyre brisée et complètement paumée. Entre les événements traumatiques survenus Sous la Montagne et la vie d'immortelle qui s'offre à elle, la transition est brutale. La jeune femme ne l'encaisse pas bien du tout et n'est plus que l'ombre d'elle-même. Elle ne supporte plus son fiancé qui se plie en quatre pour son confort et sa sécurité, elle n'a plus goût à rien et s'éteint à petits feux.
Finalement c'est son marché conclu avec le Seigneur de la Cour de la Nuit qui va la tirer de sa léthargie. Alors qu'elle est éloignée de force de son cocon douillet, elle reprend doucement du poil de la bête. Le traitement qu'on lui inflige la pousse dans ses retranchements - elle est agacée par les provocations et y répond avec fougue.
Peu à peu, Feyre cherche à exploiter son héritage et à développer la force qui sommeille en elle. Un vrai miracle. Ce ne sera pas du goût de tout le monde et là encore l'échiquier va être chamboulé. OMG. Surtout si vous n'avez jamais lu les spoilers courant sur la série, vous allez vous shooter d'extase et de stupeur !

La Martinière J. // édition collector Novembre 2021 // avec couverture cartonnée & dorures

Traduit de l'anglais par Anne-Judith Descombey (2018)

⭐⭐⭐⭐⭐ 😍


10/01/22

Un Palais d'Épines et de Roses (A Court of Thorns and Roses #1) de Sarah J. Maas

Un Palais d'Épines et de RosesDepuis le temps que je me promettais de lire enfin cette série (je préfère ne pas cocher les cases sur les calendriers) je peux maintenant crier ô miracle hip hip hourra veni vidi vici etc. Cerise sur le gâteau : j'ai beaucoup aimé !

Quelques notes personnelles en guise de pense-bête.

Depuis la mort de leur mère, Feyre et ses sœurs ont plongé dans la pauvreté. Leur père a fait faillite et perdu leur maison. Tous vivent désormais dans une petite chaumière au cœur de la forêt. La jeune femme a appris à chasser pour nourrir ses proches. D'où sa rencontre avec un loup qu'elle abat froidement. Elle pressent qu'il s'agit d'une créature hors du commun mais se rend sans tarder au marché pour vendre sa fourrure.
Après quoi, une bête aveuglée de justice débarque chez eux et réclame la coupable qu'il embarque dans son palais. Direction le royaume de Prythian chez le Haut-Seigneur de la Cour du printemps. Feyre n'en mène pas large et ne comprend pas le traitement de faveur qu'elle reçoit. En effet, Tamlin (son ravisseur) se montre galant et attentionné. Son séjour ne ressemble en rien à celui d'une prisonnière.
Feyre n'oublie pas son objectif (fuir pour protéger les siens) avant d'accepter son triste sort. Elle se familiarise avec la hiérarchie des Faes et prend connaissance des guerres de pouvoir. Elle découvre également qu'une malédiction a frappé les grands seigneurs et décimé les rangs des surnaturels.

Okay, ça fait penser à la Belle et la Bête au début mais l'histoire s'en éloigne fort heureusement en révélant un potentiel incroyable. Mais quelle ambiance ! C'est envoûtant. Sexy. Sulfureux. Inquiétant. Bref, obsédant. Le rythme est d'ailleurs assez languide durant une grande partie du livre, puis la lecture s'emballe et WTF devient complètement dingue.

Cette série - qu'on voit partout et qui est adorée par quasiment tout le monde - tient donc ses promesses. Et moi je soupire d'aise. J'ai beaucoup, beaucoup aimé. Je poursuis même l'aventure ! *accro*

La Martinière J. // édition collector Novembre 2021 // avec couverture cartonnée & dorures

Traduit de l'anglais parAnne-Judith Descombey (2017)

⭐⭐⭐⭐ 😍

16/12/21

Au cœur du cercle (The Magpie Society #2) de Zoe Sugg & Amy McCulloch

Au coeur du cercle The Magpie SocietyDans le premier tome de The Magpie Society, nous découvrions le pensionnat anglais d'Illumen Hall. Ambiance bon chic bon genre. Traditions surannées. Sensation d'appartenir à une élite. Pourtant, un drame survient - une élève trouve la mort sur une plage. La police pense au suicide. La famille est effondrée. Malgré les doutes et les angoisses, les élèves sont invités à reprendre leur routine.

Audrey, une nouvelle étudiante venue des États-Unis, observe cette agitation mais se fait discrète (elle aussi a un scandale à ses trousses). Que sa colocataire se montre glaciale ne la perturbe pas outre mesure. En même temps, c'était la meilleure amie de la disparue. La douleur est encore vive. L'américaine se contente donc d'écouter les rumeurs de liaison et de jalousie ça et là. Au milieu, une Voix Mystérieuse s'élève pour balancer tous les non-dits à travers un podcast.

Et de nouveau, le drame s'invite et une autre camarade disparaît. Audrey et Ivy, enfin copines, lancent leur propre enquête face à l'inaction de la police. Elles vont fouiller dans les archives de l'école pour remonter aux sources du Cercle des Pies. Comprendre qui se cache derrière cette société secrète et pourquoi elle réapparaît après tant d'années. Drames en cascade et révélations choc vont également survenir. Pas au point de tomber à la renverse non plus.

Ce que je regrette, dans cette duologie, c'est finalement cette impression d'avoir étiré l'intrigue en vain. Pour moi, un seul livre aurait suffi ! Les couvertures sont magnifiques. Et l'ambiance... incroyable. Mais le reste me laisse sceptique. Personnages creux, lecture languissante, contenu artificiel et couru d'avance. Je reste sur ma faim. Reste la supercherie dévoilée dans l'épilogue. Et bim, dans ta face ! C'était plutôt malin.

La Martinière J. (2021) - Traduit par Christophe Rosson

⭐⭐⭐.5 

Posté par clarabel76 à 17:45:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

16/09/21

All Our Hidden Gifts, de Caroline O'Donoghue

All Our Hidden GiftsEh bien, ce roman est très, très différent de ce que j'avais imaginé ! Attirée par la couverture colorée, j'avais idée de plonger dans un monde imaginaire axé sur la magie (les cartes, la divination etc.) avant de réaliser que l'histoire est simplement ancrée dans le monde ordinaire (un petit village irlandais) avec seulement quelques incursions de magie. C'était très frustrant, oui !

Dans ce roman, on suit donc une jeune demoiselle en pleine crise existentielle. Maeve fréquente une école de filles, privée et catholique. Elle ne s'y sent pas particulièrement à sa place, même si elle fait tout pour être intégrée dans les sphères populaires.
Un jour, elle trouve un jeu de tarot ancien dans le cagibi de l'établissement et décide de s'en amuser pour épater la galerie. Sauf que le jeu finit par prendre un tour dramatique avec la disparition d'une camarade de classe. Et pas n'importe laquelle, puisqu'il s'agit de Lily O'Callaghan, son amie d'enfance.
Précision utile : les filles ne se calculent plus depuis deux ans. C'est Maeve elle-même qui s'est éloignée sans explication mais elle n'en est pas fière. Elle regrette aussi sa dernière entrevue avec Lily qui a craché son amertume en public après avoir flippé en découvrant l'étrange carte de La Gouvernante.
C'est une carte maléfique que Maeve avait rangée au fond d'un tiroir. Elle ne s'explique pas son apparition ni sa signification. Par contre, elle est convaincue que Lily a disparu par sa faute et veut se lancer à sa recherche.
Son amie Fiona (l'amoureuse de théâtre) et Roe O'Callaghan (le grand frère réservé de Lily) vont également lui prêter assistance et explorer ensemble des ressources insoupçonnées de leur propre sensibilité. Tout un programme.

Malheureusement, j'ai eu au fil de ma lecture la sensation étrange d'un roman décousu. Il y a trop de tout. C'est confus.
On a un soupçon de fantastique, des personnages en plein apprentissage, des expériences courageuses, un folklore gourmand, des familles généreuses, une société hermétique, une secte douteuse et homophobe...
C'est un désordre sans nom ! Et ça m'a finalement semblé trop brouillon et artificiel. Hélas, non, je n'ai pas été convaincue.

La Martinière J. (2021) - Traduit par Christophe Rosson

⭐⭐.5

- Mon nom dit-il. c'est Roe.
Je rouvre les yeux.
- Quoi ?
- Je tenais à ce que tu le saches.
La magie et l'intimité que nous venons de vivre se sont envolées. Ou pire : je les ai imaginées.
- Pour que tu puissent m'appeler par mon nom, ajoute-t-il.
- Roe, Roe, je répète. Tu veux qu'on t'appelle Roe ?
Il acquiesce.
- C'est mon nom. Je l'ai choisi.
- Waouh. OK, Roe. J'aime bien. C'est mystérieux.
Roe va pour s'en aller mais m'adresse un dernier sourire espiègle.
- Dans les histoires, les sorcières connaissent toujours le vrai nom des choses, pas vrai ?
Sur ce, il me laisse bouche bée devant la rivière.

 

Posté par clarabel76 à 14:45:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

23/06/21

Wolf Girl, tome 2 : La grande évasion ; par Anh Do

Wolf Girl, tome 2Je vous préviens : l'histoire fait suite au premier Wolf Girl et c'est sans temps mort. On plonge direct dans l'action. On ne musarde pas. L'heure est grave.

À partir de maintenant, je vous garantis quelques spoilers.

Souvenons-nous... Sa famille ayant disparu durant l'exode, Gwen a erré seule dans les bois jusqu'à sa rencontre avec une meute de chiens. Devenus ses fidèles amis, ils ont appris ensemble à survivre et à tenir le coup face à l'adversité.

Les années ont passé et les liens du groupe sont plus forts que jamais. Mais c'était avant de croiser deux individus au volant d'une camionnette. Gwen est enlevée manu militari, ses compagnons tentent alors de la secourir... en pure perte.

Gwen se replie aussitôt sur elle-même et se comporte comme une sauvageonne. Conduite dans un camp de travail forcé, elle est auscultée par un médecin, enfermée dans une cellule et privée de nourriture car elle refuse toujours de communiquer et tente sans cesse de s'échapper.

Désemparée (mais pas découragée), Gwen observe scrupuleusement ce lieu inconnu et échafaude déjà son plan d'évasion. 

Pendant ce temps, ses animaux n'ont pas renoncé à la retrouver, avec leur flair infaillible et leur foi aveugle en cette petite humaine qui ne les a jamais laissés tomber jusqu'à présent.

OUI !!! Ce deuxième tome est aussi bon et palpitant que le premier, cf. Wolf Girl : la vie sauvage. C'est toujours riche en émotion, action et folle équipée. Encore une fois, on se laisse vite surprendre et embarquer à fond.

Le livre est à mi-chemin entre roman d'aventure et dystopie. C'est également copieusement illustré, ce qui donne une dimension vivante et rythmée à la lecture. Et l'histoire valorise des notions importantes, comme l'instinct animal, la loyauté sans faille, le pardon et l'entraide.

Une chouette, très chouette série pour des lecteurs en devenir.

La Martinière J. / 2021 pour la traduction. Traduit par Christophe Rosson

⭐⭐⭐✨

Posté par clarabel76 à 11:30:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,


22/06/21

Le Vrai Visage de Tulip Taylor, par Anna Mainwaring

Le Vrai Visage de Tulip TaylorEncore un roman qui colle à l'air du temps : une héroïne ordinaire, devenue une gloire sur internet en prodiguant des conseils beauté. Tulip Taylor n'a pas volé son succès, mais admet que c'est une course sans fin et un renouvellement permanent.

En plus, sa mère ne cesse de la tanner en la poussant à alimenter son compte sans relâche. C'est connu : les étoiles sont éphémères. Il faut entretenir le mythe le (peu de) temps que cela dure. Sur ce point, Tulip et sa mère ne s'entendent plus. Ou ne se comprennent plus.

En fait, Tulip Taylor est une adolescente qui revient de loin. Elle a pris sa revanche sur des camarades qui la persécutaient et a construit sa carapace pour renvoyer une image forte. Elle a atteint son but en se badigeonnant de crèmes et autres produits de beauté. Elle est maintenant suivie par des milliers d'abonnés, sponsorisée par des marques etc.

Extérieurement, elle fait donc très fifille superficielle. Le nouvel élève de son lycée l'a cataloguée en un clin d'œil. Toutefois, Harvey McManus est lui aussi un vrai mystère. Le garçon est beau, charmant mais distant. Son arrivée n'est pas passée inaperçue (son père présente une émission de téléréalité sur la survie en milieu sauvage).

Mais Harvey affiche surtout une attitude hautaine et déverse des propos incendiaires dès qu'il s'agit du monde artificiel de Tulip. Celle-ci voit rouge et botte en touche. Sa revanche sera terrible. Ainsi, les débuts de notre couple ne volent pas haut, pense-t-on, car sans comprendre pourquoi, tous deux vont se retrouver propulsés dans le programme tv !

L'histoire va conduire avec intelligence la réflexion du lecteur. Après tout, il ne faut jamais se fier aux apparences. Tout est truqué, façonné, modelé pour plaire au public (et enrichir les annonceurs). En gros, cela signifie que Tulip va figurer pour la tête de linotte de service. La nana sans cervelle, accro à son téléphone et à ses cosmétiques. Harvey est a priori un rustre... et pourtant le garçon est prévenant, patient et sensible. Il va notamment réveiller la conscience de sa partenaire dont les envies sont loin d'être futiles. Contre toute attente, ils vont discuter et démontrer qu'ils baignent dans un univers pas si cool. Le regard des autres, le poids des attentes, le jugement hâtif et les contraintes qui rendent dingues. 

Au final, j'ai trouvé cette lecture totalement en phase avec les courants actuels. Elle pousse à méditer et à prendre du recul sur l'aspect moins glamour des blogs, des vlogs et des comptes instagram. Attention, les paillettes peuvent gratter ! La relation “meilleurs ennemis” vient également embellir le tableau - c'est adorable, touchant et attachant. Par contre, on ne passe pas assez de temps à exploiter l'expérience écossaise (et c'est bien dommage). Sinon ça reste un roman sympa et divertissant. Surtout pour ceux qui n'en peuvent plus de la pression digitale : go for it !

La Martinière J. / 2021 pour la traduction. Traduit par Frédérique Fraisse

⭐⭐⭐

Posté par clarabel76 à 11:45:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

03/05/21

The Block (The loop #2), de Ben Oliver

the blockDans cette suite de The Loop, nous retrouvons Luka toujours en mauvaise posture.

Sa tentative d'évasion a tourné court. Le garçon est de retour en cellule, sous le contrôle d'une intelligence artificielle (Happy) qui se montre redoutable. Désormais, Luka subit torture sur torture pour qu'il avoue où se cachent ses amis résistants.

Son cerveau est donc noyé sous un flot d'images improbables qui brouillent tous ses repères. Le garçon ne sait plus reconnaître la réalité de la fiction. Mais il refuse de lâcher prise et s'enferme dans un processus éreintant en laissant son esprit divaguer.

Ce nouveau scénario est encore plus retors et arbitraire. Certes, on plonge au cœur de l'action mais il faut s'accrocher car les tours de passe-passe se multiplient. Non seulement il fallait se farcir un flot de technologies à se coller un mal de tête ; on a maintenant une avalanche de faux-semblants à décrypter.

Cette lecture est franchement dingue. Si vous aimez l'univers sombre et angoissant des centres pénitentiaires, les intelligences artificielles qui partent en roue libre, les personnages qui cherchent un peu de salut dans la dérision, la folie, les drames et la sensation d'urgence qui collent à la peau, eh bien installez-vous.

Et méditez l'extrait suivant : « Voir l'humanité comme un virus informatique, c'est estimer qu'on peut la reprogrammer. » Rien que ça. Hmm.

Dans l'attente du troisième tome... bonne lecture !

La Martinière J. (2021) - Traduit par Christophe Rosson

⭐⭐⭐

Posté par clarabel76 à 11:30:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

Wolf Girl, tome 1 : La vie sauvage, par Anh Do

Wolf Girl 1Ce petit roman est étonnant. Action. Émotion. Aventure. Je n'avais rien soupçonné au moment de l'ouvrir, d'où la surprise quand j'ai réalisé son potentiel dramatique et son rythme entraînant.

Gwen et sa famille doivent quitter leur maison en catastrophe. Ils ont à peine le temps de charger la voiture puis de prendre la route pour suivre une longue file d'automobilistes déjà en fuite.

Le danger n'est pas loin. Des avions sillonnent le ciel et bombardent à tout-va. Sur ordre de sa mère, Gwen part en courant se réfugier dans la forêt. Mais elle chute et perd connaissance.

À son réveil, elle se retrouve seule au monde. Complètement paumée et effrayée. C'est alors qu'une drôle de petite chienne se pointe devant elle et lui apporte un peu de réconfort. 

Ce roman va ainsi nous raconter les doutes et les angoisses d'une jeune fille livrée à elle-même. Qui dit survie, dit courage et débrouillardise, angoisse et lassitude.

Mais l'histoire montre surtout les liens solides entre Gwen et la petite chienne (qui va devenir une louve). D'autres animaux vont rejoindre leur cercle. De nouvelles amitiés vont se tisser. Les échanges vont se réinventer. Et c'est juste incroyable !

C'est aussi un beau message de résilience qui nous parle. Le format du roman est d'ailleurs très sympa, car de nombreuses illustrations ponctuent l'histoire et rendent la lecture plus vivante. J'ai été agréablement séduite. C'est plein de tendresse et riche en rebondissements. Très mignon !

Le deuxième tome doit paraître au cours du mois de mai 2021.

La Martinière J., 2021 pour la traduction - traduit par Christophe Rosson & illustré par Jeremy Ley

 ⭐⭐⭐

Posté par clarabel76 à 11:00:00 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , ,

16/03/21

"C'est beau le rouge" (Pour briser le tabou des règles), de Lucia Zamolo

C-est-beau-le-rouge

Il est bon de rappeler que les règles sont naturelles. Et que ça ne devrait poser aucun problème de parler de douleurs menstruelles, de tampons ou de seins sensibles sans rougir jusqu'aux oreilles. Non, ce n'est pas tabou. Ce n'est pas non plus un sujet inapproprié ou quelque chose de sale.

Il est temps de briser ce cercle vicieux, dans lequel s'enferment la honte et la bienséance dans une lutte à mort, hahaha. Ça ne devrait pas exister. Ce n'est pas non plus une question de pudeur, juste un phénomène à banaliser. Et pour ce faire, il faut expliquer les règles, parler du corps, évoquer les hormones en folie, dénoncer les signes qui ne trompent pas, déculpabiliser les jeunes filles, panser et cajoler des générations affligées par ce flux menstruel.

Youhou. Lucia Zamolo a écrit un livre qui retrace tout : l'arrivée en fanfare, les situations gênantes, les boutons sur le visage, les migraines, la fatigue et les petits conseils entre copines. Solidarité féminine etc. En plus, elle dépoussière les vieilles idées reçues, selon les cultures et les pays. Diantre, les règles ne sont pas un poison non plus. Mais le monde est archaïque dès qu'il est question de sang, de femme et d'intimité.

Ce petit ouvrage est audacieux, drôle et pragmatique. Il s'adresse également à tout le monde, histoire que la société bouge un peu - un peu de compassion, d'émotion, d'éducation et de compréhension. Ça ne ferait pas de mal, tiens. Et puis ça permettrait de bousculer les mentalités, de libérer la parole et de désacraliser un sujet dit sensible. Que nenni. Pour finir, dites-vous bien qu'au-delà de l'inconfort et des courbatures, les règles sont un cadeau de Dame Nature, un gage de bonne santé et la possibilité de donner la vie. C'est pas sympa, ça ? 

Tentez cette lecture intelligente et très poétique ! Ça rend le monde plus beau. ♥

La Martinière Jeunesse / 2021

Bande annonce : https://youtu.be/3WxpWkACS1w

 

Posté par clarabel76 à 15:30:00 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,

19/02/21

Bearmouth, de Liz Hyder

BEARMOUTHAventurez-vous « à l'aveugle » dans cette mine aux couloirs labyrinthiques où vivent des hommes qui n'ont plus vu la surface de la terre depuis une éternité. Condamnés à trimer comme des brutes contre un salaire de misère, ils ont souvent été vendus ou expédiés contre leur gré dans cet enfer.

L'entraide entre les gars est cependant réelle - ça se serre les coudes, ça protège les plus jeunes, ça partage son savoir et ça apprend à lire et écrire. C'est d'ailleurs le petit Crapouille qui nous raconte son histoire : sa routine la semaine, son jour du Seigneur, ses leçons avec Thomas, son amitié avec Tobie.

Et puis un jour, un nouveau débarque - Desmond et ses yeux noirs qui expriment une colère froide. Crapouille pense au démon en entendant son prénom. Le garçon n'est pas comme les autres car il parle de révolution. Le début des embrouilles. Désormais les questions se bousculent face aux inégalités de plus en plus invivables.

Et là, ça fait BOUM dans votre tête. Vous, lecteur sourcilleux et attentif à comprendre le charabia du gamin - bravo à la traductrice pour son travail remarquable. Il faut décoder et polir cette langue râpeuse et maladroite. Ensuite il faut s'échapper de cette sensation d'étouffement qui se dégage du roman. Il y a une telle intensité derrière les chapitres qui s'enchaînent. L'action est lente mais la pression enfle dangereusement.

Je vous le dis : cette lecture m'a franchement bluffée. J'étais agrippée aux pages de mon bouquin que j'ai dévoré d'une traite. C'était incroyable. Tellement âpre et angoissant avec cette intuition qu'on nous roule mais qu'on ne sait pas où ça mène. Remarquable, vraiment.

La Martinière J. (2021) - Traduit par Rosalind Elland-Goldsmith

Une dystopie d'un réalisme à couper le souffle, inspirée par le quotidien des mines du nord de l'Angleterre au XIXe siècle. Une prose singulière qui met en avant l'écriture et le langage comme outils d'émancipation.

 ⭐⭐⭐⭐⭐

Posté par clarabel76 à 14:00:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,