07/02/14

Ma Terre vue de l'espace, par Yann Arthus-Bertrand

IMG_0966

Un véritable portrait de notre planète qui invite à réfléchir sur le devenir de notre Terre.

Prendre de la hauteur sur les enjeux écologiques, voilà ce que propose ce documentaire. Quinze thèmes essentiels sont abordés et parmi eux, les changements climatiques, la pollution, la désertification ou les problèmes d'alimentation qui en découlent. Les photographies spectaculaires offrent des points de vue satellite et terrestre et permettent de confronter les images dans le temps. Depuis l'espace, nous observons ainsi la nature et les installations de l'Homme pour préserver la vie.

Un beau livre à rabat pour une sensibilisation intelligente et ludique ; une maquette dynamique qui repose sur la force et la juxtaposition des photographies de Yann Arthus-Bertrand et des photographies satellites de la NASA et d'Astrium.

La Martinière J. - coll. GoodPlanet ♦ Février 2014

L’exposition "Ma Terre vue de l’espace",  imaginée à partir de l’ouvrage éponyme qui associe photographies de Yann Arthus-Bertrand et images satellites, se tiendra au Pavillon de l’eau du 7 juin au 30 décembre 2014.

IMG_0967

IMG_0968

IMG_0969

IMG_0970


27/01/14

Attirance & Confusion, par Simone Elkeles

IMG_0453

Les avis étaient partagés, mais j'ai tenté le coup et je ne le regrette absolument pas ! Je crois même que cela a contribué à mon enthousiasme, puisque j'avais globalement anticipé une grosse déception, j'ai été finalement surprise et complètement folle de Derek Fitzpatrick ! Beau gosse, insupportable, avec blessure secrète, sans attache, ou presque, bref notre Derek débarque dans la petite ville de Fremont le temps d'un été, pense-t-il, et va tout déchirer.

Il a suivi la nouvelle femme de son père, Brandi, une jolie écervelée, maman d'un petit bonhomme de 5 ans, Julian, car elle souhaitait se rapprocher des siens, dans la maison de son père, un type bourru et acariâtre, qui vit coupé du reste du monde, mais aussi de sa soeur, la ravissante Ashtyn, blonde, sportive, frondeuse et décidée, tout juste élue capitaine de son équipe (de football américain).

Tout de suite, la première rencontre entre Ashtyn et Derek fait des étincelles : c'est drôle, mais drôle. Cela donne le ton des échanges que ces deux-là vont s'envoyer pendant tout le roman, car c'est clair, ils se plaisent, ils sont attirés l'un par l'autre, mais ils se barricadent, ils ont leurs soucis personnels, et pourtant tout va participer à les jeter dans les bras l'un de l'autre, à moult reprises, et pour notre plus grand plaisir.

Je ne dis pas le contraire, le schéma est répétitif, il n'y a rien de nouveau sous le soleil, mais ça a suffi pour me faire passer un très bon moment de lecture. Après tout, je n'en attendais pas moins non plus. Moi qui décrétais, par avance, qu'il serait temps que l'auteur change de crèmerie, je retire aussitôt mes dires. Qu'elle ne change rien ! Absolument pas ! C'est tout bon comme ça, c'est frais, c'est pétillant, c'est coquin, c'est attendrissant, c'est gros, c'est niais, c'est dégoulinant de guimauve, ça colle aux doigts... mais c'est tellement bon !

C'est le 1er tome d'une nouvelle série, autour de joueurs d'une équipe de football américain. L'auteur a placé ses billes, déjà présenté les autres protagonistes, et je me frotte les mains de les retrouver tous, les uns après les autres !

La Martinière J., janvier 2014 - traduit par Cyril  Laumonier

Posté par clarabel76 à 08:00:00 - - Commentaires [14] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

03/12/13

Sept messages pour mes 15 ans, par Stewart Lewis

IMG_0092

Luna porte le deuil de sa mère depuis un an, celle-ci a été renversée par un taxi et a laissé une famille choquée. En fouillant dans son studio, Luna trouve son portable et découvre qu'il contient sept messages. Elle écoute le premier et se réserve le droit d'écouter le reste au fil des jours. Sa mère, qui était un mannequin célèbre, aurait, semble-t-il, emporté ses secrets dans sa tombe. Car au fil de ses découvertes, Luna est de plus en plus perplexe, convaincue que son père lui ment, que sa mère menait une double vie, que d'autres personnes étaient dans la confidence et doivent aujourd'hui jouer cartes sur table avec elle.

Cette quête, finalement, permettra à la jeune adolescente de se remettre sur les rails. Depuis un an, elle se sentait déboussolée et complètement à l'ouest. Elle a même pris l'initiative de taper à la porte de son voisin, le bel Oliver, qui joue du violoncelle sous sa fenêtre, à longueur de journée, pour lui proposer de l'assister. Ainsi, de rencontres en surprises, de révélations en désillusions, d'interrogations en confidences, Luna dresse un portrait pas tout rose de sa jolie maman, mais apprend aussi d'autres vérités sur la vie, l'amour et l'engagement en général.

C'est un doux roman, plutôt doux-amer, très sensible, touché par la grâce et arrosé d'un voile de suspense, que j'ai eu plaisir de picorer. Peut-être le charme finit-il par s'étioler au fil des chapitres, la fin se révélant trop lisse, trop facile, mais du moins le reste du roman n'aura jamais manqué de m'émouvoir, de me troubler et de m'interpeller. Le parcours de Luna est celui d'une adolescente brisée, qui cherche de nouveaux repères et qui va brillamment se sortir de son long tunnel avec tact et beaucoup d'acuité. C'est un très beau et doux moment que nous propose cette lecture !

La Martinière J., octobre 2013, traduit par Sophie Passant

Posté par clarabel76 à 08:00:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

30/11/13

Fées de légende de Anja Klauss et Christine Pompéï

IMG_0058

Ma fille a longtemps adoré lire des histoires de fées et de princesses. Aujourd'hui elle lit des romans avec des anges, des sorcières et des vampires, néanmoins revenir à ses premières amours n'est pas non plus une mauvaise idée. Ainsi, ces Fées de légendes ont-elles été accueillies avec une petite étincelle dans les yeux ! 

IMG_0059

Ce magnifique album (ô ces illustrations ... mamma mia !) réunit dix histoires de légendes du monde entier : petit tour en Allemagne avec le conte de Dame Holle, retour en France, dans nos régions, avec la Fée Mélusine (conte poitevin) et La Dame du Lac (conte breton), petite pensée à Shakespeare, inspiré aussi par la légende de Titania la reine des fées, puis évasion italienne, pour puiser à la source, via La descente des fées ...

IMG_0060

... on s'évade, encore et toujours, avec La fée des bois (conte hongrois), La Vila (conte slave) et la fée Babouchka (conte russe), avant de quitter le continent pour écouter ce que les contrées lontaines ont de beau à nous raconter, rencontre avec la fée Zhinu (conte chinois) puis la fée Âu Co (conte vietnamien). 

IMG_0061

Ce petit tour du monde nous enchante, avec des histoires magnifiques, pour certaines assez rares, et joliment illustrées par Anja Klauss. C'est un vrai régal ! Cela faisait un petit bout de temps que je n'avais plus lu de recueils de contes ou légendes mettant en scènes des personnages féériques, ce fut donc une agréable surprise ! 

Fées de légende de Anja Klauss et Christine Pompéï (de la Martinière jeunesse, octobre 2013)

Posté par clarabel76 à 09:30:00 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,

26/11/13

Anton et le cadeau de Noël, de Ole Könnecke

IMG_0078

Anton se promène tranquillement en forêt lorsqu'un cadeau s'échappe d'un traîneau dans le ciel. Vite, vite, il faut le suivre pour rapporter le paquet. C'est ainsi que commence une course folle à travers les bois enneigés, les rivières, les vallons, les forêts sombres peuplées d'animaux sauvages, réservant aussi des rencontres saugrenues (avec un ours jongleur, par exemple !). 

IMG_0080

C'est mucho, mucho rigolo ! L'album se compose de couleurs neutres, d'un style épuré, d'une ambiance hivernale et d'une histoire teintée de suspense (certes, mignonnet). Le petit Anton est bougrement attachant, appliqué et consciencieux. Car j'ai tout de même posé la question autour de moi, que feriez-vous si vous voyiez un cadeau tomber du ciel ? Réponse : je le garde pour moi. Anton, lui, pense tout de suite à son destinataire qui risque d'être frustré si l'objet perdu n'est pas récupéré. 

IMG_0081

Ah, ah, la fin aussi est toute mimi et peut s'interpréter comme une juste récompense à l'intégrité et la persévérance du garçon ! Bravo. Sans quoi, l'aventure vécue à ses côtés aura été réjouissante et saupoudrée d'un zest d'humour (le passage dans la cabane qui semble attendre son occupant, soupe chaude et feu de bois inclus, fais comme chez toi, Anton !). ;o)

IMG_0082

Et un album de Noël, encore un, qui ne souffre pas d'un ton geignard et de paillettes qui collent aux doigts, mais offre une bouffée de fraîcheur et la sensation d'avoir lu une petite histoire tendrement espiègle ! 

IMG_0083

Anton et le cadeau de Noël de Ole Könnecke (de la Martinière Jeunesse, novembre 2013, traduit par Bernard Friot)

Posté par clarabel76 à 09:45:00 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,


13/11/13

Bulle, de Charlotte Demanie et Justine Brax

IMG_9473

Bulle est aussi légère qu’une plume. Elle ne pèse rien. Elle a sûrement la tête vide. D’ailleurs, quand on lui parle, cela rentre par une oreille mais ressort tout de suite par l’autre.

IMG_9474

Pour ne pas s'envoler, été comme hiver, Bulle porte plusieurs manteaux et un gros bonnet. Quand le vent est trop fort, Bulle accroche à ses poignets tous ses objets préférés. Ils l'aident à garder les pieds sur terre.

IMG_9475

Mais un jour, Bulle, trop occupée à regarder en l'air, oublie de s'attacher et s'envole doucement. Et elle monte, elle monte, elle monte... Soudain le monde d'en bas est vraiment petit. Les oiseaux l'accompagnent, la lune se lève, les étoiles dansent avec elle et le temps continue de filer. Il fait plus froid, Bulle commence à s'inquiéter. Elle se sent fatiguée. Comment faire pour rentrer ? 

IMG_9755

Ce magnifique ouvrage, aux illustrations poétiques, relate l'histoire d'une petite fille toujours dans les nuages. Heureusement, son papa veille sur elle grâce à un mince fil accroché à sa cheville !

Comme les illustrations merveilleuses, le texte aussi transporte le lecteur ! Jamais l'expression «être dans les étoiles» n'a semblé si réelle et subtilement traduite. 

On notera, en passant, les nombreux clins d'oeil à notre ami Totoro. Evidemment. ♥

Bulle, de Charlotte Demanie et Justine Brax (De La Martinière Jeunesse, octobre 2013)

Posté par clarabel76 à 18:45:00 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,

05/11/13

J'ai laissé mon âme au vent de Eric Puybaret et Roxane Marie Galliez

IMG_0408

Un album superbe, poétique, merveilleusement écrit.
Les illustrations sont aussi douces et apaisantes.
C'est une histoire de deuil, de disparition, de souvenirs.
Une lecture bouleversante.

J'ai eu le coeur serré, la boule au ventre. J'ai lu et relu ce livre qui m'a donné les larmes aux yeux. Les mots me manquent pour exprimer tout ce qu'il a réveillé en moi...

Promets-moi de ne pas trop pleurer
Je n'aime pas l'océan dans tes yeux
Promets-moi de penser à mon rire
De temps en temps, ça me rendra joyeux.

La Martinière jeunesse, septembre 2013

IMG_0409

IMG_0410

IMG_0411

IMG_0412

Posté par clarabel76 à 18:30:00 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , ,

22/10/13

“People lied. That's just what they did.”

hemlock

Très, très bon roman que voilà ! Son ambiance sombre, son ton vif, ses personnages à fleur de peau, son danger alentour et ses garous particulièrement effrayants font de cette lecture un rendez-vous incontournable. Le résultat est en effet captivant ! Tout de suite, on plonge dans une histoire noire et pleine d'amertume, marquée par la mort d'une adolescente. Son groupe d'amis est dévasté, chacun cherche un refuge, que ce soit dans l'alcool ou dans le besoin d'avoir des réponses, pour avancer et oublier le drame. Mackenzie est une jeune fille qui se juge quelconque, mais qui, finalement, est une nana entourée par deux potes irrésistibles, qui se chamaillent pour obtenir son attention et décrocher son cœur, oui, un triangle amoureux est au programme, attention les yeux, mais franchement c'est plutôt bien amené, pas trop nunuche non plus. L'héroïne fait même preuve d'auto-dérision à ce sujet :

« Nom de Dieu ! Ma vie n'allait quand même pas devenir aussi débile que toutes ces séries pour ados !
Une coulée de graviers et de poussière a dévalé la pente. Je me suis retournée. Kyle était au sommet de la colline. J'ai senti ma poitrine qui se fendait en deux. Sans un mot, il a fait demi-tour. Et voilà, c'était officiel : ma vie était digne d'une série débile. »

Autour, nous avons aussi une enquête criminelle, pour cerner le mystère qui entoure le meurtre d'Amy. L'arrivée en ville d'une milice privée sème la zizanie, Mac se heurte à leur chef et devient une cible à éliminer. Elle réalise dans le même temps que ses amis proches lui cachent aussi de nombreux secrets, parfois assez déconcertants. Et ce climat de délation, de suspicion et de peur panique autour des garous finit par enfoncer le clou : c'est globalement sombre, vif et envoûtant. L'auteur n'a pas versé dans la facilité, elle malmène ses personnages, elle dessine une histoire pas toujours joyeuse, ça change un peu et ça fait du bien. C'est le 1er tome d'une trilogie, la suite est déjà disponible en VO : Thornhill.

Hemlock, par Kathleen Peacock (La Martinière J., juin 2013 - traduit par Nathalie Azoulai)

23/09/13

“It is one thing to ask questions; what do you do with the answers?”

IMG_9254

Kyla, seize ans, vient de subir une opération. Elle a été « effacée ». C'est une coutume courante, décrétée par les hautes instances, pour éradiquer la délinquance galopante. Des jeunes gens en crise ou désoeuvrés sont reprogrammés pour une nouvelle vie, avec une mémoire toute neuve, les émotions bridées par le port d'un Nivo greffé au bras. Toute montée d'adrénaline peut désormais les mettre en danger. Ce sont ainsi une flopée de jeunes gens aux sourires niais, qui ne se posent pas de questions, qui évoluent dans un semblant de vie ordinaire. Leurs nouvelles familles sont accueillantes, mais prudentes, car le système en place surveille tout, contrôle les moindres faits et gestes, et la police (les Lorders) n'hésite pas à arrêter tout élément perturbateur. Bizarrement, Kyla est consciente du climat pesant et suspicieux qui règne autour d'elle. Toutefois, elle a bien compris qu'il fallait qu'elle garde pour elle ses interrogations. Son opération aurait posé un léger couac, elle n'a pas la même attitude ni les mêmes compétences que ses pairs. Elle est innocente et naïve dans sa façon d'être avec les autres, et pourtant son esprit est vif dès lors qu'elle capte une anomalie dans son paysage (la disparition de camarades dans son lycée). Kyla a aussi des flashs durant son sommeil, elle est réveillée par des cauchemars qui lui dictent de vieux souvenirs, mais elle ne sait pas encore ce qu'ils cherchent à lui révéler.

J'ai aimé, beaucoup aimé ce livre. L'histoire, aussi captivante soit-elle, ne s'écoule pas sur un rythme effréné, au contraire c'est plutôt lent, mais on prend le temps d'apprendre un tas de petites choses, de savourer l'ambiance, assez glauque et flippante, de se poser des questions et de se surprendre à attendre la suite avec impatience. Ce roman vous réservera bien des surprises ! Au départ, il m'a un peu rappelé celui de Rachel Cohn, Version BETA, sans son parfum sulfureux, mais il est beaucoup plus angoissant, sombre et oppressant. C'est franchement fascinant, j'ai été scotchée.

Effacée, par Teri Terry (La Martinière J., septembre 2013 - traduit par Maïca Sanconie)

“It's the fate of all creators: They fall in love with their creations.”

IMG_9232

Victime d'un grave accident, Eve est envoyée dans les locaux de Spiker Biopharm, qui appartiennent à sa famille, pour y recevoir les meilleurs soins. Dans son état, seul un miracle est possible. Bingo ! Alitée, la jeune fille s'ennuie et se plaint auprès de sa mère, qui lui confie alors un nouveau projet : créer un spécimen humain parfait, physique et génétique comprises. L'adolescente se prend au jeu et s'inspire de Solo, qui travaille comme homme à tout faire chez Spiker.

Intriguée par l'idée de base, j'ai finalement été déçue par le traitement de l'histoire. C'est assez long, surtout à se mettre en place, les personnages ne sont pas touchants, ils font preuve d'humour et d'intelligence, mais ils ne dégagent rien. Aucune alchimie amoureuse non plus, là où il était attendu d'y avoir. C'est finalement une lecture qui me laisse un sentiment de lassitude et de grande perplexité. J'aurais pu me réconcilier avec l'espionnage auquel se livre Solo en douce, ou constater que la deuxième partie est plus enlevée, plus riche en action, oui c'est bien, ça bouge enfin, mais mon esprit voguait déjà vers d'autres rivages...

Projet Adam, par Michael Grant et Katherine Applegate
La Martinière J., septembre 2013 - traduit par Eric Marson

Posté par clarabel76 à 08:15:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,