30/11/11

“Sometimes you want to remember. And sometimes you need to forget.”

IMG_5962

Amber s'échappe de chez elle en laissant un mot d'excuse à sa mère. Elle a besoin d'être seule toute une journée et part ainsi à la plage. Sa vie est en plein naufrage, elle est partagée entre la colère, l'incompréhension, le désoeuvrement et l'impuissance. Elle a juste besoin d'oublier, de se vider la tête et seuls le mouvement des vagues et les rires des mouettes pourront apaiser ses tourments.
Sur place elle rencontre Cade, lui aussi en échappée belle pour une journée, lui aussi le coeur chaviré par des évènements de la vie qu'il préfère mettre de côté pour la journée. Ils font donc le pacte de rester ensemble sans poser la moindre question. Accord conclu.
Cade et Amber, c'est l'histoire d'une rencontre miraculeuse, teintée de musique, de films, de rêves à partager, de bonbons à déguster et de jeux débiles à réaliser en n'en croyant pas ses yeux, et tout ça sur fond de drames familiaux auxquels leur jeunesse et leur innocence sont trop brutalement confrontés.
L'histoire d'Amber m'a particulièrement touchée, franchement je comprends son désarroi, mais pas seulement le sien non plus, celui qui touche ses proches et d'autres... C'est tellement horrible comme histoire ! J'avais le coeur lourd rien que d'y penser.
Ce n'est pas mon livre préféré de Lisa Schroeder, mais j'apprécie toujours autant sa prose lyrique. Elle parvient à toucher au but, à trouver les mots justes pour décrire toute la beauté d'une rencontre, d'une reconnaissance, d'une détresse et d'une leçon de vie. Je crois que, de plus en plus, je tombe amoureuse de sa façon d'écrire plutôt que de m'attacher aux histoires en elles-même.

The day before - Lisa Schroeder
Published June 2011 by Simon Pulse 

LUENVOLu en VO - 42

 

"There is something 
comforting 
about a lighthouse. 
In the dark of the night, 
hold on to the light, 
and you’ll get 
back home safely. 

I need a personal lighthouse." 

Posté par clarabel76 à 11:15:00 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , ,


06/02/10

Someday you'll get to the place of joy

The songs move through the stages of grief, she said.
Someday you'll get to the place of joy.
Maybe not tomorrow or next week or next month.
But someday you will.

Voici le troisième roman que je lis de Lisa Schroeder. J'ai déjà exprimé combien cet auteur savait me toucher, par sa façon d'écrire exclusivement en vers, parce que ses histoires sont justes et émouvantes, sans trop en faire.

Chasing_Brooklyn__Lisa_SchroederChasing Brooklyn confirme une nouvelle fois mon sentiment, j'ai lu malgré mon humeur chagrine ce roman, j'ai aimé, je me suis sentie dans la peau de Brooklyn, cette jeune fille qui a perdu son petit copain un an auparavant et qui peine à remonter la pente. Un nouveau drame vient fragiliser son équilibre précaire, lorsque Gabe, un ami commun, trouve la mort tragiquement. La nuit, Brooklyn fait des cauchemars, elle se sent traquée, elle se réveille en sursaut, toujours plus seule et désemparée. Jusqu'au jour où Nico la contacte. Lucca était son frère. L'approche est maladroite. Il n'ose pas lui avouer que Lucca ne cesse de le hanter en le priant de veiller sur Brooklyn, de l'aider à tout prix.

Oui, l'histoire est très, très proche du tout premier, I heart you, You haunt me, (c'est d'ailleurs un "companion book"). Le coup des fantômes, du petit ami décédé, du deuil et de la détresse de l'héroïne, on nous l'a déjà fait, c'est vrai. Le roman est ici simplement original parce que l'histoire est racontée par deux points de vue - Brooklyn et Nico. Je n'imaginais pas une romance possible entre eux, le destin en a décidé autrement et ce choix me laisse légèrement sceptique. Néanmoins, l'essentiel de l'intrigue se passe ailleurs et, pendant de très longues pages, fait étalage  de la douleur d'avoir perdu un être aimé, de se sentir responsable de la perte d'un autre, de l'incapacité de gérer un monde où tout a repris sa place et où soudainement on ne trouve plus la sienne. C'est un roman très triste, bourré d'état d'âme, à déconseiller les jours de blues, c'est certain !

Excellente nouvelle : on retrouve Ava au début et à la fin de l'histoire, et ça fait incroyablement plaisir de la croiser et d'apprendre ce qu'elle devient. Le prochain roman de Lisa Schroeder paraîtra en mars 2010 et s'intitule It's Raining Cupcakes.

Challenge LIRE EN VO - 10

LireEnVo

Dans Chasing Brooklyn, on peut noter des tonnes de références musicales. Il m'est venu à l'idée de vous poser la question, quelles sont pour vous les chansons d'une compilation baptisée Joy, not sorrow ?
Merci !  (Petit moral en ce moment, j'attends vos suggestions.)

Posté par clarabel76 à 18:30:00 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags : ,

22/01/10

Far from You ~ Lisa Schroeder

far_from_youFirst Simon Pulse paperback edition January 2010
355 pages

Mom got cancer

Cancer sucks.

She died.

Dad remarried.

The end.

Malgré l'impression donnée par ces quelques lignes, non ce livre n'est pas du tout déprimant ! On suit l'histoire d'Alice qui vit très mal la mort de sa mère, qui ne parvient pas à faire son deuil et qui ne supporte pas le nouveau bonheur de son père avec l'arrivée du bébé. Entre Victoria, la belle-mère, et elle, c'est le silence radio. Aucune connivence. Pas un mot, pas un geste. Respect total, même si chez Ali cela se manifeste plus intérieurement, par une envie de hurler, de claquer la porte, de fuir, d'écrire des chansons tristes, de se plaindre, de se sentir seule et incomprise. Ali trouve refuge auprès de sa meilleure amie Claire, de son petit copain Blaze, de sa musique et son culte à l'église tous les dimanches. Elle croit aux anges, car elle pense que sa mère veille ainsi sur elle.

Pendant les fêtes de Thanksgiving, toute la famille se rend chez les parents de Victoria. L'ambiance n'est pas très joyeuse, Ali fait la tête et son père doit rentrer plus tôt pour son travail, Victoria, le bébé et elle vont donc rentrer toutes seules en voiture. C'est alors qu'une tempête de neige les surprend et les coince en pleine campagne. 

L'histoire est toute simple, mais très belle, écrite en vers, comme le précédent livre de Lisa Schroeder, I heart you, You haunt me, et une nouvelle fois l'émotion est au rendez-vous, insaisissable et pourtant palpable. J'aime beaucoup le principe d'écriture en vers, c'est comme dire en peu de mots l'essentiel, cela touche instinctivement et l'impact devient donc plus fort.

Memories
fall
like
snowflakes
upon
my dreams.

Me and Mom,
a piece of art,
a promise,
a hug.

Me and Dad,
a thousand tears,
a bouquet,
a loss.

Me and Blaze,
an autumn day,
a walk,
a kiss.

Me and Claire,
a flowing skirt,
a song,
a fight.

Je me souviens avoir lu son premier livre avec cette sensation de frissons sur tout le corps, l'histoire était tellement bouleversante en plus ! Ce deuxième livre ne renferme pas la même intensité émotionnelle, c'est dilué autrement mais c'est aussi très touchant. Alice est une jeune fille qui souffre du mal de mère, elle est en pleine crise, c'est un sujet difficile et douloureux, pourtant le personnage n'est jamais imbuvable. C'est toute la délicatesse de l'auteur - dessiner des caractères sensibles et authentiques, envers lesquels on ressent beaucoup d'amour, de compassion ou d'admiration. On tombe amoureux de tous les personnages, on les aime d'amour, c'est tout !

Toute la partie où Alice est bloquée dans la voiture, à cause de la neige, est un moment où j'ai été surprise, un peu tenue par le suspense, même si je ne croyais pas trop à une fin malheureuse, et aussi intriguée par ces passages qui flirtent avec le fantastique, l'apparition de l'ange, entre rêve ou réalité, fantasme ou délire, c'est un léger flottement dans le livre et ce n'est pas ce qui m'a le plus noué l'estomac, j'avoue, pourtant c'est une partie essentielle, qui permettra à Victoria et Alice de mieux se comprendre, d'abord, et ensuite qui permettra à Alice de dire un dernier au revoir à sa maman. Bon, c'est vrai qu'il y a eu un moment ou un autre où j'avais un sourire béat et un tout petit peu la gorge nouée. (Non ! je n'ai pas pleuré.)

Une dernière mention spéciale pour Blaze, sexy boy, he rocks so bad !
Big. Sigh.

challenge Lire en VO - 8

LireEnVo

Posté par clarabel76 à 11:45:00 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
Tags : ,

22/04/08

I heart you, You haunt me - Lisa Schroeder

I_heart_youI_heart_youCe roman est une pépite, il est stupéfiant, sensible, émouvant et ne pourra pas vous laisser insensible. Ava, la narratrice de quinze ans, vient de perdre son grand amour, Jackson. Le garçon est mort, rompant ainsi la promesse de ne jamais se quitter. Inconsolable, la jeune fille pleure à longueur de journée, se rappelant leur rencontre et les instants passés ensemble. Plus que tout, Ava se sent responsable de la mort de Jackson, et malgré l'attention de ses meilleures amies et l'affection de ses parents, elle s'enfonce dans sa douleur et l'accablement.

Puis, vient un souffle, un frisson, un courant d'air, une impression, bref elle sent qu'IL est près d'elle, que SON FANTÔME est à ses côtés. Elle n'est pas folle. Il y a bien quelqu'un, quelque chose près d'elle, quand elle est chez elle, seule. Non l'histoire ne flirte soudainement pas avec le fantastique, c'est au contraire plus fin et intelligent car l'esprit de Jackson se manifeste de façon fluide et poétique, souvent à travers la musique, qui remplace toutes les paroles que nos deux jeunes amoureux ne peuvent plus se dire. Ce n'est pas pathétique, ni un insupportable mélo.

C'est un récit renversant, qui vous transperce et vous soutire toutes les larmes de votre corps ! Le texte est composé de strophes très courtes, les plus allergiques aux vers tirent la langue, hanlala, ce n'est pas possible. Ce n'est pas de la poésie, c'est comme un mode d'emploi pour une incantation, qui donne ainsi un impact plus troublant et plus fort qu'un simple texte narratif. Les mots sont récités, dictés sous le poids de l'émotion, emportés par le flot du désarroi. Quand Ava pleure, à se remémorer ce qui était et ce qui ne sera plus, ou à tourner en rond pour s'échapper de cette emprise qu'elle veut et ne veut pas abandonner, c'est automatique pour le lecteur (pour moi) : dégoulinade de larmes.

C'est vraiment un très beau livre, avec une sensibilité bénéfique, même si elle provoque quelques effets secondaires. C'est poignant, puissant, avec des passages d'un lyrisme qui n'est pas ronflant. Jusqu'au bout, on accompagne Ava dans son deuil et on pleure beaucoup avec elle !
"Was it hard ?" I ask.
"Letting go ?"
"Not as hard as holding on to something that wasn't real."
I gulp.
"Can I ask how you did it ?"
"I just decided, Ava.
That's all.
I just decided."

Je sors en larmes de ce roman, je ne vous raconte pas, après l'effet Twilight (toujours pas cicatrisé) je suis passée à l'état de flaque... Mais lisez ce livre, il est surprenant !

I heart you, You haunt me - Lisa Schroeder.

Simon Pulse, 2008.

Posté par clarabel76 à 17:45:00 - - Commentaires [31] - Permalien [#]
Tags :

I heart you, You heart me ~ Lisa Schroeder

I_heart_youCe roman est une pépite, il est stupéfiant, sensible, émouvant et ne pourra pas vous laisser insensible. Ava, la narratrice de quinze ans, vient de perdre son grand amour, Jackson. Le garçon est mort, rompant ainsi la promesse de ne jamais se quitter. Inconsolable, la jeune fille pleure à longueur de journée, se rappelant leur rencontre et les instants passés ensemble. Plus que tout, Ava se sent responsable de la mort de Jackson, et malgré l'attention de ses meilleures amies et l'affection de ses parents, elle s'enfonce dans sa douleur et l'accablement.

Puis, vient un souffle, un frisson, un courant d'air, une impression, bref elle sent qu'IL est près d'elle, que SON FANTÔME est à ses côtés. Elle n'est pas folle. Il y a bien quelqu'un, quelque chose près d'elle, quand elle est chez elle, seule. Non l'histoire ne flirte soudainement pas avec le fantastique, c'est au contraire plus fin et intelligent car l'esprit de Jackson se manifeste de façon fluide et poétique, souvent à travers la musique, qui remplace toutes les paroles que nos deux jeunes amoureux ne peuvent plus se dire. Ce n'est pas pathétique, ni un insupportable mélo.

C'est un récit renversant, qui vous transperce et vous soutire toutes les larmes de votre corps ! Le texte est composé de strophes très courtes, les plus allergiques aux vers tirent la langue, hanlala, ce n'est pas possible. Ce n'est pas de la poésie, c'est comme un mode d'emploi pour une incantation, qui donne ainsi un impact plus troublant et plus fort qu'un simple texte narratif. Les mots sont récités, dictés sous le poids de l'émotion, emportés par le flot du désarroi. Quand Ava pleure, à se remémorer ce qui était et ce qui ne sera plus, ou à tourner en rond pour s'échapper de cette emprise qu'elle veut et ne veut pas abandonner, c'est automatique pour le lecteur (pour moi) : dégoulinade de larmes.

C'est vraiment un très beau livre, avec une sensibilité bénéfique, même si elle provoque quelques effets secondaires. C'est poignant, puissant, avec des passages d'un lyrisme qui n'est pas ronflant. Jusqu'au bout, on accompagne Ava dans son deuil et on pleure beaucoup avec elle !
Was it hard ?  I ask.  Letting go ?
Not as hard as holding on to something that wasn't real.
I gulp.
Can I ask how you did it ?
I just decided, Ava. I just decided.

Je sors en larmes de ce roman, je ne vous raconte pas, après l'effet Twilight (toujours pas cicatrisé) je suis passée à l'état de flaque... Mais lisez ce livre, il est surprenant !

Simon Pulse, 2008.

réédition d'un billet qui a mystérieusement disparu des pages du blog ! gros mystère ... les commentaires suivront, ou pas, si je récupère l'original. :/

Posté par clarabel76 à 14:52:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :