29/11/17

Celle qui fuit et celle qui reste (L'amie prodigieuse 3) de Elena Ferrante

Celle qui fuit et celle qui resteJ'ai accueilli avec joie la parution du troisième tome, après L'amie prodigieuse & Le nouveau nom, en format audio, puisque je n'envisage plus de connaître la suite de l'histoire autrement qu'en écoutant Marina Moncade. C'est un plaisir que je n'explique plus, mais j'aime cette plongée directe dans les chroniques napolitaines racontées avec tendresse et authenticité.
Nous retrouvons ainsi les deux amies dont les choix de vie ont pris des directions opposées - Lena se glorifie du succès inattendu de son premier roman, elle part s'installer à Florence avec son fiancé et s'enorgueillit du milieu intellectuel dans lequel elle gravite. De son côté, Lila trime dans une usine de salaisons et bousille sa santé, elle se sensibilise à la cause syndicale et se lance dans des revendications pour défendre les droits de la femme. Comme toujours, les deux amies vont reprendre contact et se tirer la bourre, par jalousie ou simple incompréhension. Leur relation n'en finit plus d'être “le reflet de leurs insuffisances” et se couvre d'amertume. Lila est devenue une personne sèche et aigrie, tandis que Lena demeure obstinément obsédée par son béguin de toujours, Nino Sarratore, avec lequel son amie a eu une brève liaison. À jamais insatisfaite, Lena ne parvient plus à se contenter de son bonheur conjugal et part en vrille. 
Certes, ce troisième tome évoque les engagements politiques soulevés après Mai 68, les ouvriers revendiquent de meilleures conditions de travail, les femmes dénoncent les abus de pouvoir et le harcèlement... Mais il est aussi question de sexualité, de maternité, d'épanouissement personnel, d'équilibre et d'accomplissement. Lena et Lila ne sont pas des mères exemplaires, elles recherchent un autre sens à leur vie mais sont enfermées dans des rôles et des carcans établis de longue date dans leur quartier napolitain. Lila n'a pas renoncé à son désir de diriger sa propre entreprise, alors que Lena peine à écrire un autre roman et à perdurer sur la scène littéraire. Les deux jeunes femmes se perdent dans leur course à l'intelligence, à la beauté, à la richesse, l'une est lâche, l'autre méchante, les deux sont égoïstes, et la cruauté de leur relation est flagrante. 
Quelle conclusion apporter à cette histoire ? Pour le savoir, il faudra patienter jusqu'en janvier 2018 avec la parution de 
L'enfant perdue en simultané avec le format audio - chic ! 

©2013 Titre original : "Storia di chi fugge e di chi resta" ("L'amica geniale", volume terzo), Traduit par Elsa Damien

(P)2017 Éditions Gallimard - coll. Écoutez lire, texte lu par Marina Moncade (durée : 13h 45)

 

 

**** Promo d'automne sur Audible ! ****

30 TITRES ISSUS DES MEILLEURES VENTES À MOITIÉ PRIX !

Parmi lesquels, on trouve : L'amie prodigieuse (L'amie prodigieuse 1) à 8.99€

Offre valable jusqu'au 3 décembre

 

Posté par clarabel76 à 11:45:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,


22/02/17

Le nouveau nom, d'Elena Ferrante

le nouveau nom CD

J'ai donc, sans plus tarder, écouté la suite des aventures de Lena et Lila, après une première rencontre dans L'amie prodigieuse, pour les retrouver face à leur destin - un mariage, une trahison, des désillusions à la pelle.
Les napolitaines ont le réveil lourd des lendemains difficiles et l'amertume en bouche, mais elles n'ont guère le temps de s'apitoyer. La vie les entraîne dans une tourbillon de futilités, d'études, de doutes et de lassitudes. L'été venant, et sur les conseils du médecin, toutes deux partent en vacances au soleil, sur l'île d'Ischia, où Lena croise son béguin de toujours, son amoureux secret, Nino Sarratore, qui n'aura d'yeux que pour son amie Lila, laquelle s'enorgueillira d'exercer cette fascination sur un jeune homme aussi cultivé. Ah, cette éternelle soif de reconnaissance qui constitue la quête absolue des deux jeunes femmes ! Marquées par leurs origines modestes, elles veulent s'en extirper mais retombent souvent dans leurs filets par manque de chance, par fatalité ou par dépit. Cette ambition affichée a aussi un impact sur leur relation, car les deux amies sont souvent à couteaux tirés, sans s'affronter ouvertement. Ce sont surtout des coups bas ou des non-dits qu'elles appliquent sournoisement, chacune cherchant à doubler l'autre, à la dépasser, à prouver sa supériorité. C'est assez déconcertant, et cela ne nous les rend guère sympathiques, car malgré leur histoire fascinante, Lila et Lena sont toutes deux très agaçantes. 
Pourtant, la “magie” a encore opéré et j'ai parcouru cette lecture avec avidité. D'abord, pour l'ambiance du quartier populaire qui s'anime sous nos yeux, avec les camorristes, les alliances et les affaires louches, mais aussi pour les hasards de la vie, les fiançailles, les ruptures, les scandales et les ragots. C'est toujours aussi coloré et braillard, étouffant et doucereux. De l'autre côté, on goûte aussi à l'univers plus ouaté de l'université, son milieu intellectuel, les discours politiques, l'utopie d'une société en train de réviser le monde... Le décalage est énorme, le fossé lui aussi se creuse, Lila et Lena en ont conscience mais ne se donnent plus la peine d'élaborer des ponts pour maintenir un semblant de lien.  
J'ai déjà hâte de lire la suite - de préférence, en audio. L'interprétation de Marina Moncade est inaliénable à mon plaisir de lecture. Elle imprime force et justesse à une saga qui ne manque ni de souffle ni de passion et qui nous séduit par son caractère romanesque d'une fluidité remarquable.

Texte intégral lu par Marina Moncade (durée : env. 16h) pour Gallimard, coll. Ecoutez Lire / Janvier 2017

Série : L'amie prodigieuse, Livre 2 - Collection Folio (n° 6232) - Trad. de l'italien par Elsa Damien

 

le nouveau nom

L'amie prodigieuse, Le nouveau nom & Celle qui fuit et celle qui reste 
sont les trois premiers tomes de la saga d'Elena Ferrante.

Posté par clarabel76 à 15:30:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

20/02/17

L'amie prodigieuse, d'Elena Ferrante

lamie prodigieuse ecoutezlireÀ force de voir cette série encensée à tout bout de champ, j'ai fini par céder aux appels des sirènes, non sans une pointe d'appréhension, car le résumé ne m'emballait pas des masses (ainsi que le bouche-à-oreille unanime, toujours effrayant). D'ailleurs, j'ai eu un peu de mal à accrocher au début du roman, deux gamines grandissent dans un quartier populaire de Naples, fin des années 50, avec en toile de fond la violence, la misère, les légendes urbaines (l'ogre des contes) et les cancans. Mon intérêt est finalement devenu grandissant au fil des chapitres, plus je découvrais l'évolution de l'amitié des deux héroïnes, Lena et Lila, plus je m'imprégnais de l'ambiance. Pauvreté, destin, famille, ambition, infortune, amour et jalousie. Les filles rêvent d'y échapper en souhaitant un avenir meilleur, décrocher des diplômes, écrire des livres, comme Louisa May Alcott, leur idole. Et pourtant, seule Lena aura la chance de poursuivre ses études, aidée par leur institutrice, qui snobera Lila, fille de cordonnier, malgré ses résultats brillants. Blessée dans son orgueil, celle-ci va s'enfermer dans l'échoppe de son père et envisager le projet fou de lancer sa propre ligne de chaussures. Pendant ce temps, Lena rejoint le collège, puis le lycée, part à la mer pendant les vacances, nourrit une passion aveugle pour le fils du poète et s'agace du silence de son amie, de ses sautes d'humeur et de son éternelle inconstance. Entre Lila et Elena, l'amitié s'est toujours nourrie de cette rivalité inavouée, chacune cherchant à surpasser l'autre, à monopoliser l'attention, à enjoliver la vérité, et ce en dépit de leur attachement profond et sincère. Adolescentes et vaniteuses, nos deux héroïnes souffrent des erreurs qui façonnent leurs parcours, lesquels les entraînent malgré elles sur des chemins parallèles.

J'avais beau lire partout que c'était une lecture envoûtante, je trouvais cet engouement exagéré. Au final j'ai eu tort. C'est un vrai bon roman, qui dégage de l'authenticité et qui nous chante les charmes d'un conte populaire, avec tout le flonflon traditionnel (les mamas qui hurlent, la racaille qui roule des mécaniques, les voitures rutilantes qui frôlent les jolies filles...). Le dépaysement est assuré, les personnages semblent plus vrais que nature, l'ambiance est colorée et bruyante, la chaleur du sud nous colle à la peau. La vie se raconte, sous nos yeux ou nos oreilles, elle roule sur un fil, sans tricher, sans sensiblerie. Et c'est ce qui plaît. J'ai absorbé tout ça, pas mécontente, en écoutant Marina Moncade qui interprète avec beaucoup de talent, de maîtrise et de pudeur ce premier chapitre d'une saga flamboyante. Une agréable surprise, à la hauteur des promesses, à écouter sans réserve ! 

Texte intégral lu par Marina Moncade (durée : 11h 24) pour Gallimard, coll. Ecoutez Lire / Janvier 2016

L'amie prodigieuse, Livre 1 - Collection Folio (n° 6052) - Trad. de l'italien par Elsa Damien

lamie prodigieuse

Téléchargement disponible sur Audible FR

Posté par clarabel76 à 09:30:00 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

18/06/15

Les Années, par Annie Ernaux

Les années

Le récit s'ouvre sur un album-photos que consulte l'auteur, comme pour se souvenir ou se raconter une histoire. Celle d'une fillette qui grandit au lendemain de la guerre, dans la petite ville d'Yvetot, adolescente engoncée, élève brillante, jeune femme impatiente, entre la Normandie et Paris... Mais le tableau ne s'attache à aucun point, le regard survole et s'échappe de toute ébauche autobiographique pour se focaliser sur l'époque et livrer une rétrospective globale. C'est alors un drôle de récit qu'on écoute, au son de la belle voix de Marina Moncade, un récit sur les années écoulées, au rythme du chamboulement politique, économique et social des 4 dernières décennies, un récit qui nous rappelle notre enfance, celle de nos parents ou grands-parents, et qui mêle aussi le parcours de l'auteur. Touchant, sans être attachant. Sensible, mais pas nostalgique. On retient de ce diaporama des bribes d'anecdotes plus ou moins intéressantes, débitées sur un ton volontairement neutre et impersonnel. Et hélas trop distant. On attend simplement du lecteur d'être attentif mais peu impliqué, inutile d'envisager de se fondre ou d'écouter d'une traite ce récit au déroulement assez glaçant. Je ne sais pas si cette absence d'émotion est liée à l'écoute, ou si la lecture impose tout simplement des barrières. Toujours est-il qu'une découverte par petites bouchées serait mieux indiquée.

Gallimard / Écoutez Lire ♦ avril 2015 ♦ texte lu par Marina Moncade (durée : env. 7 h)  

L'écoute en classe du CD est autorisée par l'éditeur.

♦♦♦

« Sauver quelque chose du temps où l'on ne sera plus jamais. »

Posté par clarabel76 à 18:30:00 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , ,