11/04/17

Cauchemars, de Jason Segel & Kirsten Miller

cauchemarsCharlie Laird, douze ans, a toujours habité à Cyprès-les-Bains, avec son petit frère Jack et son père Andrew qu'il pensait inconsolable depuis la mort de sa mère. Et puis, son père a rencontré Charlotte BelCanto qu'il a épousée... onze mois plus tard. Depuis, ils vivent tous ensemble dans son vieux manoir peint d'un affreux violet. Charlie est non seulement indigné par la trahison de son père, mais vit aussi un vrai calvaire depuis qu'une sorcière vient hanter ses rêves nuit après nuit. Pour lui échapper, le garçon s'empêche de dormir et se barricade dans sa chambre avec des tonnes de cartons, mais ses insomnies finissent par lui taper sur les nerfs et le rendent de plus en plus agressif. Se confier à son père ? Impensable. Charlie a ouvertement exprimé son opinion sur sa marâtre, en apparence charmante et excentrique. Son arrivée en ville et l'ouverture de sa boutique d'herboristerie avait pourtant fait sensation auprès des habitants, finalement séduits et envoûtés par ses potions. Seul Charlie n'est pas tombé dans le panneau. Il la soupçonne même d'être en relation avec des puissances occultes et de pratiquer des charmes et des maléfices en cachette. Se sachant incompris par sa famille, le garçon trouve refuge auprès de ses camarades d'école, Paige, Rocco et Alfie. Tous ont en commun de souffrir d'angoisses chroniques qu'ils vont finalement mettre à plat lorsque les événements vont se précipiter et conduire notre jeune héros vers un monde alternatif, le Royaume des Ténèbres, là où l'attendent ses pires cauchemars. Avant d'en arriver là, l'histoire installe longuement son décor, son ambiance, ses personnages et son contexte, mais c'est suffisant pour plonger le jeune lecteur dans un délire paranoïaque. Tout est absolument mystérieux, inquiétant et sombre. On n'en mène vraiment pas large et on avance avec précaution dans l'histoire qui dévoile ses secrets au compte-gouttes. Outre son aspect effrayant, le roman évoque aussi le chagrin, la perte et le deuil qui brident les élans et coupent les ailes. On découvre un jeune Charlie encore profondément marqué par la mort de sa maman, prostré dans sa tristesse et sa détresse, mais l'exprimant sans ambages et maladroitement. Avant d'ouvrir le livre, je n'avais pas capté que l'auteur Jason Segel était en fait l'acteur de la série How I Met Your Mother ! Pourquoi pas ? Après tout, j'avais beaucoup aimé la série de John Barrowman, Le réveil des créatures, dont la suite n'a jamais été traduite à ce jour. :/ Un acteur qui profite de sa notoriété pour donner goût à la lecture... je dis OUI. « Cauchemars » est une trilogie qui exploite un imaginaire assez noir et émouvant, tout en distillant de l'héroïsme, de l'humour et du suspense pour plaire aux plus jeunes. Le cocktail se déguste, tantôt séduisant, tantôt désinvolte. Dommage que l'édition française ne dispose pas des illustrations de Karl Kwasny qui rendent la lecture VO encore plus flippante ! 

Bayard jeunesse, 2017 - Trad. Marion Roman {Nightmares}

Posté par clarabel76 à 09:45:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,


04/04/17

Cléopâtre Princesse de l'espace, 1. La prophétie des étoiles, de Mike Maihack

cleopatreNouvelle série publiée sous le label Grafiteen des éditions Milan, CLÉOPÂTRE PRINCESSE DE L'ESPACE nous entraîne dans un drôle de méli-mélo foncièrement captivant ! Il est en effet question de la future reine d'Égypte, Cléopâtre, alors âgée de 15 ans, qui par un étrange concours de circonstances va être propulsée dans un univers futuriste, avec des robots-momies, un sphynx-sidecar, des pistolets laser, des chats qui parlent et même des extraterrestres. Tout a commencé la veille de son anniversaire. L'intrépide héritière a préféré bouder ses leçons de mathématiques pour gambader dans les jardins de son palais avec son ami Gozi et s'exercer en toute insouciance au lance-pierre. Ils ont ainsi découvert la porte secrète d'une pyramide, dans laquelle se trouve un portail spatio-temporel qui a conduit notre héroïne dans la dimension que l'on sait. Cléo découvre sans tarder qu'elle est appelée à accomplir une mission pour sauver la galaxie, etc. mais doit en attendant retourner à l'école pour suivre des cours de biologie, de langues, d'histoire, de diplomatie, d'astronomie... Une torture pour notre demoiselle, beaucoup plus férue en leçons de tir ou de combat ! C'est donc avec un esprit léger et primesautier que l'on parcourt cette lecture, au ton et à l'humour fort attrayants. Cléopâtre est une jeune héroïne audacieuse, qui privilégie l'action à l'inertie, qui soupire d'ennui dans son palais, confiée aux bons soins de serviteurs, tandis que son pharaon de père la néglige. Finalement, son voyage dans le temps est pour elle une formidable opportunité pour pimenter sa routine, pour découvrir de nouvelles technologies et pour rencontrer des camarades de son âge sans jamais s'émouvoir d'être déconnectée avec son époque. Le rythme est ainsi enlevé, joyeux et virevoltant, le tout emballé dans un joli décor, au graphisme et aux couleurs rafraîchissants. Un premier volume qui invite à en découvrir davantage - vivement la suite ! 

Milan, coll. Grafiteen, 2017 - Trad. Marion Roman

Posté par clarabel76 à 15:00:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

26/07/16

L'Emprise du passé, de Charlotte Link

L'emprise du passé

En apprenant la mort de son père, policier à la retraite, retrouvé assassiné chez lui, sa fille Kate débarque avec ses gros sabots d'agent de Scotland Yard, pensant faire avancer l'enquête confiée à Caleb Hale, lequel tente d'effacer son passé d'alcoolique notoire. Ce meurtre va néanmoins soulever d'autres secrets enfouis relatifs à la vie intime de son père, qui aurait entretenu une liaison amoureuse avec Melissa Cooper, alors que son épouse se battait contre un cancer. Le mythe du père adulé s'effondre. Kate écluse son chagrin à grosses lampées de whisky, sous le nez de Caleb, en plein sevrage, et se pend à son cou pour le débaucher, alors que le type ne rêve que de se tailler en douce... Réveil matinal douloureux et humiliant. L'enquête, cependant, poursuit sa route, entre les vieux dossiers traités par l'inspecteur Richard Linville, son histoire avec sa maîtresse et les autres fantômes dans le placard. En marge de cette histoire, l'auteur nous présente le couple Crane et leur fils adoptif Sammy, sa mère Terry et son nouveau petit copain Neil. En vacances dans les landes, un coin paumé dans le Yorkshire, où Stella et Jonas pensaient s'y ressourcer en toute quiétude, ils ont la désagréable surprise de croiser Terry et ses éternels atermoiements sentimentaux. Sans surprise, tous les ingrédients sont réunis pour annoncer le huis clos grinçant, venu exprès détourner notre attention et alimenter de folles spéculations. C'est que l'ambiance générale dans ce roman est lourde et pesante, entre secrets de famille, vendetta personnelle et drame du passé comme élément déclencheur de l'enchaînement de violence. Une intrigue assez formelle, construite avec des cubes de Lego pour ménager le suspense et donner l'illusion d'une tension psychologique édifiante. Pas mal ! 

Traduit de l'allemand (Die Betrogene) par Marion Roman pour les éditions Presses de la Cité, mars 2016

Posté par clarabel76 à 09:00:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

30/06/15

Et ils s'envoyèrent en l'air, d'Elizabeth Maxwell

Et ils s'envoyerent

Comédie légère et enjouée, probablement écrite sous euphorisant, cette histoire s'amuse des codes de la romance, de l'érotisme et du fantastique avec une ébouriffante décontraction. Sadie Fuller, 46 ans, divorcée d'un mari homo et mère d'une jeune ado, gagne sa vie en écrivant des romans érotiques sous le pseudonyme de KT Briggs et entretient une relation physique occasionnelle avec Jason, rencontré sur internet. Elle qui vend du rêve et du glamour sur papier est loin de partager un conte de fées, mais conserve un sens de l'autodérision franchement désopilant.

Tout bascule le jour où elle croise au supermarché un Adonis frappé d'une amnésie, qu'elle va loger sous son toit, à Billsford, dans la banlieue de Manhattan, et l'aider à accomplir sa mystérieuse mission dont il n'a aucun souvenir. Ce type surgi de nulle part lui donne des papillons dans le ventre et lui rappelle son héros fictif, Aidan Hathaway, multimillionnaire sexy, dont l'histoire peine à s'écrire ou prend des tournures inattendues. Et là, je vous assure, c'est très, très drôle, dans le genre lecture incroyable et purement récréative.

Sadie est une héroïne attachante, aux formes généreuses, pour ne pas dire « moelleuses », qui cultive un certain cynisme pour oublier les petits coups durs de la vie. Les lectrices pourront facilement se reconnaître en cette quadragénaire bafouée et malheureuse en amour, qui va être transportée dans une folle épopée, où l'imaginaire et le réel s'entrecroisent joyeusement, pour un truc insensé mais génial qui va changer sa vie. J'ai adoré slalomer entre les fantasmes, les clichés, le loufoque et le sérieux. C'est assez original et concrètement cinglé. Tout pour me plaire.

Presses de la Cité / avril 2015 ♦ Traduit de l'anglais par Marion Roman (Happily Ever After)

Posté par clarabel76 à 08:30:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,