31/07/14

Revivre à Butternut, Tome 2 : Un merveilleux été, de Mary McNear

Un merveilleux été

Daisy avait prévu des retrouvailles au sommet, entre sa mère, son père et elle, autour d'un déjeuner familial pourtant voué à l'échec. Un, sa mère ne pardonne pas ce coup bas. Deux, son père a déserté le foyer peu de temps après sa naissance. Trois, Daisy le voit en cachette depuis un an.
Caroline s'inquiète, à juste titre. Elle connaît le pouvoir de séduction de Jake, ne s'explique pas son soudain retour dans leur existence, se fait du souci pour sa fille et redoute tous les faux espoirs qu'il peut faire naître, avant de les briser sans état d'âme.
Pour l'heure, Jake s'installe à Butternut dans un chalet près du lac, qu'il vient d'hériter. Caroline veut le tenir à distance.
Et puis, entre son amant, son boulot et ses soucis financiers, elle n'a pas la tête pour basculer dans ses vieux souvenirs... pourtant, tenaces. Le corps lui aussi parle, sitôt que Caroline est en présence de son ex, elle se déteste de sentir son cœur battre plus fort.
En parallèle, nous suivons aussi l'histoire sentimentale de Daisy, qui a rencontré un ancien camarade du lycée, désormais garagiste avec son ami d'enfance. Will Hughes était le vilain petit canard, qui n'aimait pas l'école et rêvait d'une vie meilleure pour oublier la misère chez lui. C'est aussi un redoutable tombeur, habitué à faire craquer les filles à l'arrière de son pick-up.
Tout un poème.
Il tente aussitôt sa chance avec Daisy, mais la soirée tourne au désastre. « Je suis vierge. Pas lépreuse. » lui confie-t-elle. Et lui se sauve à toutes jambes !

L'anecdote prête à sourire, mais n'a pas eu l'effet escompté. J'étais plutôt épouvantée.
En vrai, l'histoire est doucereuse, mais assez plate et dépourvue de séduction digne d'une romance d'aujourd'hui. Certes, je n'aime pas la vulgarité ni l'étalage de chair ou les descriptions scabreuses... j'attends un juste milieu. Là, la lecture m'a semblé appartenir à un autre temps. 
À moins d'être férue de sentimentalisme exacerbé, de se contenter de miel onctueux, qui colle aux doigts, ne jugeant pas anormale l'absence de passion au programme ?!
Donc, l'histoire ne surprend pas, ou peu. Grosso modo, elle se base sur les secondes chances, un genre qui ne m'enthousiasme pas follement. Seule la fin s'en tire à bon compte, en proposant une alternative originale. J'ai plutôt apprécié.

Pleine d'indulgence envers cette série, car séduite par l'ambiance estivale et heureuse de retrouver à Butternut un nid douillet et accueillant, j'ai plutôt été déçue du rendez-vous. Le contenu est effectivement charmant, mais beaucoup trop lisse... À la place, cher éditeur, j'aimerais la suite de la série (Destiny) de Toni Blake, merci !!! ;o)

J'ai Lu, coll. Promesses, juillet 2014 ♦ traduit par Sophie Dalle

Posté par clarabel76 à 09:30:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,


29/07/14

Revivre à Butternut, Tome 1 : Mon voisin du bord du lac, de Mary McNear

Revivre à Butternut, Tome 1

Veuve depuis deux ans, Allie décide d'offrir à son fils Wyatt un cadre de vie meilleur en s'installant à Butternut, où elle avait gardé de bons souvenirs d'enfance. Mais impossible de chasser son humeur morose et ses doutes constants quant à savoir si elle a pris la bonne décision ! Pourtant, elle peut compter sur le soutien sans faille d'amies précieuses, Jax et Caroline, mais aussi sur son voisin, le séduisant Walker Ford.
Ne vous emballez pas trop vite en fantasmant sur la rencontre, il n'y aura point d'idylle folle et sauvage à l'horizon, car la jeune femme est fermée aux autres, complètement éteinte. « Si elle est éteinte, à toi de souffler sur les braises. » confie le frère de Walker à celui-ci. Mouahaha.
L'histoire, aussi charmante soit-elle, n'est pourtant pas débordante de séduction, pour qui s'attend à une romance dans les règles de l'art. On suit aussi plusieurs histoires, et pas seulement celle d'Allie, qui tente de se reconstruire après son deuil.
Il y a, par exemple, Jax, l'amie d'enfance, désormais comblée en amour et mère d'une famille nombreuse, qui voit un spectre de son passé resurgir et fragiliser cette belle harmonie, et aussi Caroline, la gentille propriétaire du café, qui se sent terriblement seule depuis le départ de sa fille unique à l'université.
En somme, la lecture n'est que douceur, pudeur et sensibilité, un cocktail pas désagréable non plus. Surtout si l'on s'attache à la communauté de Butternut, un havre de paix, un cadre idyllique, bref le rendez-vous qui se voudrait incontournable le temps d'un été... (mais qui ne réussit pas à m'attacher complètement).

J'ai Lu, coll. Promesses, mars 2014 ♦ traduit par Sophie Dalle

Posté par clarabel76 à 08:45:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,