06/11/17

Le Magicien d'Oz, par Maxime Rovere & Charlotte Gastaut

Gros coup de cœur pour cette nouvelle adaptation du classique de L. Frank Baum - Le Magicien d'Oz - par Maxime Rovere et la fantastique Charlotte Gastaut ! En plus d'y apporter sa touche personnelle avec ses illustrations raffinées, c'est aussi la narratrice de l'histoire à écouter dans cette édition avec CD. 

LE MAGICIEN D’OZ

C'est donc l'éternelle histoire de Dorothy qui vit dans une ferme au Kansas et qui se réveille au pays d'Oz, suite à un violent cyclone qui a tout ravagé sur son passage. Abasourdie, la fillette découvre qu'elle vient de mettre k-o la méchante sorcière de l'Est et hérite ainsi de ses souliers en argent. S'aventurant dans ce pays imaginaire, en compagnie de son chien Toto, Dorothy croise en chemin un épouvantail en paille, qui rêverait avoir un cerveau, puis un bûcheron en fer blanc, qui voudrait un cœur, et enfin un lion craintif, désireux de trouver du courage ! Ils partent ainsi rencontrer le puissant magicien d'Oz avant d'affronter une autre vilaine sorcière et sa redoutable armée des singes ailés...  La route s'annonce longue pour rentrer à la maison !

Cette œuvre classique a déjà été lue, relue, adaptée et revisitée dans d'autres éditions prestigieuses (cf. Le magicien d'Oz chez Didier Jeunesse), mais cette revisite portée par le talent de Charlotte Gastaut réunit le charme, la poésie et la magie ! On y trouve en effet un graphisme époustouflant, des illustrations élégantes, des traits fins et des dorures, de l'entrain et de l'émotion, des rebondissements, du mystère, des surprises et de l'allégresse. Ce sont ainsi de pleines pages féeriques qu'on parcourt, avec des champs de coquelicots... capables d'endormir votre vigilance, on voit du pays et on croise des créatures effarantes, comme les Munchkins ou les kalidahs, avant de rencontrer l'énigmatique magicien, parfaitement insaisissable, puisqu'il apparaît sous différentes formes selon ses interlocuteurs. Dorothy fait néanmoins preuve de courage et tient la dragée haute à ses adversaires, même s'il lui arrive parfois de craquer en doutant de retrouver le Kansas. J'ai adoré le look de la fillette - son béret, ses chaussettes et ses souliers magiques - et son arrivée à la cité d'émeraude réserve aussi de splendides pages d'émerveillement !

C'est donc une lecture assez conséquente, mais passionnante à suivre tous les soirs, qui comporte parfois des séquences fortes et inquiétantes, comme lors des attaques des singes, mais heureusement le souvenir de celles-ci est balayé par un dénouement jovial et de bon aloi. La lecture faite par Charlotte Gastaut est plaisante et douce à l'oreille. Sincèrement rafraîchissante à découvrir. Bon public et passionnée de cette histoire intemporelle, je suis fatalement conquise. ♥

Milan, 2017

Suivre l'actualité de Charlotte Gastaut  : https://www.instagram.com/charlotte.gastaut/

 

Posté par clarabel76 à 12:45:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,


22/10/15

Classique Maudit pour le #Challenge Halloween : Docteur Jekyll et Mister Hyde

IMG_5318

illustré par Sébastien Mourrain ♦ traduit et adapté par Maxime Rovere

Magnifique adaptation de ce classique de R.L Stevenson, qui propose, rien par sa couverture et ses illustrations mystérieuses, une immersion radicale dans un univers fiévreux et inquiétant. 

Dans le Londres de la seconde moitié du XIXe siècle, le notaire Utterson revient sur sa rencontre avec mister Hyde, un personnage abject, qui prétend connaître le respectable docteur Jekyll, dont il serait le légataire universel. « Comment un véritable suppôt du diable peut-il fréquenter un parfait gentleman ? » Utterson cherche à obtenir une explication de son ami, mais le docteur Jekyll se ferme comme une huître et Utterson s'en retourne à ses basses besognes. Un an plus tard, mister Hyder fait de nouveau parler de lui en assassinant cruellement un honorable conseiller municipal. La ville est sous le choc mais l'individu est introuvable. Jekyll est prostré chez lui, clamant qu'il ne reverra plus jamais de sa vie ce rustre, ce maudit, ce dément. Il remet également au notaire la confession écrite du coupable, que celui-ci aurait déposée devant sa porte avant de disparaître. Peu de temps après, Utterson s'entretient avec un ami commun, le docteur Lanyon, qui lui avoue avoir reçu un choc dont il ne se remettra pas. « Je ne veux plus entendre un mot à propos du docteur Jekyll. Ne parlons pas d'un homme que je considère comme mort. Un jour, vous apprendrez peut-être la vérité sur toute cette histoire. » Après bien des drames et autres tragiques disparitions, Utterson finira par percer le mystère du lien étrange entre le docteur Jekyll et mister Hyde. Une découverte susceptible de bouleverser sa vision de l'être humain (le civilisé et le sauvage, l'animalité et l'humain, la mort et la vie) et qui préfigure sans nul doute la schizophrénie actuelle.

J'ai toujours eu un faible pour cette histoire sombre et fantastique, palpitante et endiablée. Elle reste pour moi un titre inconditionnel de la littérature classique anglaise indémodable. Cette adaptation sous forme d'album au grand format (26,5 x  32,5 cm) lui rend un formidable hommage, avec une mise en couleurs extraordinaire qui crée d'office une aura envoûtante.

Milan / Coll. Albums Classiques ♦ Octobre 2015

IMG_5319   IMG_5320

IMG_5321

Posté par clarabel76 à 09:00:00 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , , ,

19/12/14

Le Tour du Monde en 80 jours, de Jules Verne & ill. de Jonathan Burton

Adaptation de Maxime Rovere

IMG_2672

Cette adaptation du classique de Jules Verne est une brillante réussite, qui se veut accessible pour des enfants (texte abrégé et remodelé avec pertinence), mais propose aussi une lecture délicieusement guindée, avec des illustrations traditionnelles et d'une grande sobriété.

Phileas Fogg, gentleman de la haute société anglaise, se lance dans un pari insensé : faire le tour du monde en 80 jours. Réputé pour être casanier et toujours d'une grande ponctualité, l'homme relève le défi de partir à l'aventure, en bateau, en train ou encore à dos d'éléphant, en compagnie de son nouveau majordome, le très efficace Passepartout. 

À leurs trousses, on retrouve un inspecteur de police, Fix, convaincu et borné que ce sont les suspects recherchés après le cambriolage à la Banque de Londres. Selon lui, ils tentent de masquer leur fuite à travers cette course contre la montre. Fogg, imperturbable, trace sa route, dans la plus grande insouciance.

Il est vrai que le personnage apparaît hautain et peu attachant : de plus, il est indifférent aux lieux qu'il visite ou aux us et coutumes des civilisations. Car, il « ne voyage pas, mais décrit une circonférence ». Moi qui le voyais jovial et conquérant d'après le dessin animé des années 80 !... un Mythe s'effondre. ;-)

Et puis, sur sa route, il croise la douce Mrs Aouda... et enfin son attitude engoncé va vaciller ! Ce voyage ne rapportera probablement rien au gentleman, sur  un plan culturel ou financier, mais il connaîtra l'Amour ! « Et ne ferait-on pas, pour moins que cela, le tour du monde ? » C'est d'un romantisme !

Pour une première approche, voilà une lecture appropriée, soignée et délicate, où l'on saisit de subtiles descriptions, qui font « l'effet d'une belle coquille de colimaçon, éclairée et chauffée ». Cela donne forcément envie d'en parcourir davantage !  

Milan, octobre 2014

IMG_2673  IMG_2677

IMG_2675

Posté par clarabel76 à 11:45:00 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , , ,