14/12/11

“Life's not that simple. Not so easy to move on when the anger you've got is what keeps you going.”

IMG_6083

La lecture du tome 1 m'avait laissé une impression mitigée, j'ai cependant voulu donner une chance au suivant en m'appuyant sur la caution que le livre était meilleur. Bon, j'ai lu, j'ai vu et je n'ai toujours pas été convaincue ! Je ne sais pas, cette série me glace et me met mal à l'aise, je n'arrive pas à saisir pourquoi.

Place à l'histoire. Adam, le fils de Jem, a quinze ans et vit chez sa grand-mère depuis la disparition de ses parents. Lui aussi voit des chiffres, qui correspondent à la date de la mort des concernés. Et depuis quelque temps, le fait de découvrir la même date chez plusieurs personnes commence à le stresser. Janvier 2027, à Londres. Un drame se prépare. Pour l'heure, nous sommes au mois de septembre, Adam a repris le lycée où il a rencontré Sarah, une adolescente paumée, qui a frôlé la crise de panique dès qu'elle a posé les yeux sur lui. En fait, elle rêve de lui depuis des lustres. Dans ses rêves, il incarne le Mal, celui qui lui enlève son enfant pour se jeter dans les flammes de l'Enfer. Cette pensée l'horrifie. Et pour cause, nul ne le sait mais Sarah est enceinte (la pauvre vit une situation particulièrement malsaine, puisque c'est son propre père le coupable !). Elle se sent acculée et décide de fuir en trouvant refuge dans un squat. De son côté Adam est en guerre avec tout le monde, isolé et incompris, il ne sait plus comment agir pour faire bouger les choses. Seule certitude : la course contre la montre a commencé.

Encore une fois, le roman se repaît d'une ambiance sordide, désolante et démoralisante, où j'ai vraiment eu le sentiment de couler à pic. Rachel Ward prend peut-être son pied avec l'idée du sursis afin de mieux malmener son lecteur, mais se mettre dans la peau d'Adam ou de Sarah, puisque la narration est alternée, ne procure aucune exaltation bénéfique. Les enjeux sont énormes, c'est trop lourd à porter et on s'en lave les mains sans état d'âme. Le roman propose toutefois une autre perspective, puisque Adam va réaliser qu'il peut jouer avec les ficelles du destin, mais à quel prix ? C'est ce que révélera le tome 3, à paraître je ne sais pas quand. 

Intuitions (tome 2 : Chaos) - Rachel Ward
Michel Lafon, 2011. Traduit de l'anglais par Isabelle Saint-Martin

Posté par clarabel76 à 11:15:00 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , ,


03/10/11

"When he was sitting by you at lunch, he oozed so much testosterone that it was hard to breathe. He wants your body."

IMG_5479

Ok, c'est loin d'être une lecture originale, puisqu'elle surfe sur la tendance du moment, et nul doute qu'elle trouvera grâce aux yeux des jeunes lectrices qui en apprécient les ficelles, pour ma part je suis restée sur ma faim. 
L'héroïne, Kylie, a dix-sept ans et est suivie par un psy du fait de cauchemars nocturnes qui angoissent sa mère. Après sa rupture avec son petit copain, elle décide de se changer les idées en se rendant à une soirée qui tourne à la catastrophe. Résultat, Kylie doit passer ses vacances d'été dans un camp pour ados rebelles à Shadow Falls. 
L'adolescente ne décolère pas et cela triple ses ressentiments envers ses parents, ces derniers sont en cours de divorce et elle le vit très mal. De toute façon, Kylie m'est vite apparue comme une jeune fille compliquée et tête à claques, également donneuse de leçons en rapport avec l'attitude de sa copine Sara (qui couche !) ou de son ex, Trey (qui veut coucher !). Autre détail agaçant : Kylie s'entiche d'un type qui ressemble physiquement à son ex ! Pff, quelle gourde, me suis-je dit. 
Je n'ai pas tout de suite été irritée par l'héroïne, c'est venu tout doucement, au fil des chapitres. Au départ, le climat à Shadow Falls est étrange et captivant, on y découvre que c'est finalement un camp réservé aux jeunes possédant des spécificités surnaturelles mais il semblerait que Kylie demeure une inconnue. Ses cauchemars seraient-ils la clef de l'énigme ? 
L'histoire est assez longue, elle prend son temps pour planter le décor, pour présenter les personnages, pour amorcer les relations sentimentales aussi. A partir de là, j'ai lâché prise. Quel ennui ! C'est plat, affreusement volage et inconsistant. Partout où elle passe, Kylie fait tourner les têtes et passe pour une mijaurée : un jour dans les bras d'un type, à ressentir "le vent de la passion" en échangeant un simple baiser, un jour suivant aux crochets d'un autre, à imaginer "les étoiles étinceler, comme tout droit sorties d'un film de Disney"... mouaip ! 
Bémol sur le casting, donc. Sans quoi, l'intrigue se révèle mystérieuse et envoûtante, la quête d'identité un cheminement lent et insolite, le tout passerait facilement pour un cocktail judicieux et alléchant, mais le parfum ne m'a pas enivrée plus que de raison. C'est une affaire de goût, je n'en tire aucune conclusion bien entendu. :)

Nés à Minuit, tome 1 : Attirances par C.C. Hunter
Michel Lafon 2011 - 400 pages - 15,95€
traduit de l'anglais (USA) par Marianne Roumy 

à découvrir : la fan page du livre

Posté par clarabel76 à 13:00:00 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , , ,

06/06/11

Être en vie, ça signifie parfois prendre des risques.

IMG_4321

J'avais besoin de changer d'air, après avoir brassé pas mal de lectures qui touchaient à des univers de dystopie (souvent sombres et oppressants), j'avais envie d'une histoire plus légère et distrayante. Mon voeu a été exaucé ! Le roman d'Alexandra Bullen est simple, romantique et touchant, j'ai passé un très bon moment en sa compagnie.

Olivia est une adolescente solitaire, qui souffre de l'absence de sa soeur jumelle, Violette, disparue trop tôt l'été précédent. Toute la famille a bousculé ses projets en s'installant à San Francisco pour fuir les souvenirs mais l'ambiance reste morose. Un peu par hasard, Olivia se retrouve dans la boutique d'une couturière qui lui promet une robe, puis deux autres, quand la jeune fille va découvrir qu'elles peuvent réaliser trois voeux. Aussitôt la vie d'Olivia va connaître un bel enchantement et sous l'impulsion du fantôme de sa soeur (oui, oui) elle va dépasser ses limites, affronter sa timidité, s'ouvrir aux autres, se faire des amis, tomber amoureuse (ah ! Soren...), prendre des décisions et assumer ses choix (briser une amitié naissante ou faire confiance aux battements de son coeur).

Sans mentir, c'est aussi bon qu'un roman de Sarah Dessen, le cadre de San Francisco est juste idyllique, ça donne envie de tout plaquer pour explorer la ville (sous la houlette de Soren), il règne aussi une ambiance bobo-chic qui n'est pas du tout agaçante, c'est dire comme le charme opère instantanément. A signaler, la petite touche fantastique (la magie, les voeux, le fantôme, etc.) est purement décorative car il s'agit davantage d'un roman sur le deuil et la reconstruction. C'est même extrêmement touchant de suivre le parcours d'Olivia et sa famille, au bord de la rupture, incapables d'avancer parce qu'ils sont encore trop englués dans le passé. En somme, voilà un livre sans prétention, où le charme et la fraîcheur sont une garantie de pur divertissement, et qui n'a pas volé son titre de conte de fées moderne.

Fais un voeu - Alexandra Bullen
Michel Lafon, 2011 - 317 pages - 14,95€
traduit de l'anglais (USA) par Josette Chicheportiche

11/05/11

There are places where kids like me go. Sad kids, bad kids, bored kids, and lonely kids, kids that are different.

IMG_3965

Comme beaucoup d'autres lecteurs, j'attendais de ce roman une intrigue plus fantastique (Jem, l'héroïne de quinze ans, voit une succession de chiffres dès qu'elle pose le regard sur quelqu'un, et depuis ses six ans elle a compris que cela signifiait la date de la mort de la personne en question). Finalement, ce sera le seul détail "peu ordinaire" du roman, qui servira davantage à marginaliser la jeune fille, ballotée de foyer en foyer durant toute son enfance, et portant comme un poids mort ce don devenu une malédiction. Jem est une adolescente qui n'a pas une vie facile, et qui a choisi d'être seule, de s'isoler des autres jeunes, car elle refuse de s'attacher.

Vient la rencontre avec Spider, un camarade de classe beaucoup plus intrépide et fonceur qu'elle, au départ elle le fuit (surtout depuis qu'elle connaît "sa" date), mais tous deux ont beaucoup en commun et finissent par passer un temps fou ensemble. C'est ainsi qu'ils se rendent à la Grande Roue de Londres, où Jem comprend qu'un drame va arriver, et c'est en prenant la fuite qu'ils deviennent, pour les autorités, les principaux suspects de l'attentat. L'essentiel du roman se passe donc en course-poursuite, et non franchement je n'ai pas été embarquée dans l'aventure, je trouvais que c'était lourd et lent, déjà l'ambiance de départ était amère et sinistre, je ne vous raconte pas le moral au moment de la fin, j'étais éreintée.

Ce n'est pas un reproche non plus, chacun y trouvera son compte, mais en ce qui me concerne, ce n'était pas du tout mon envie du moment et j'ai été très déçue par cette lecture (atmosphère pesante, personnages peu attachants, à part la grand-mère Val). La suite doit paraître en vf le 18 mai, le résumé m'intrigue mais je me dis qu'il ne faudra plus espérer une histoire trop fantastique, sous peine de frustration. Wait and see.

Intuitions (tome 1) - Rachel Ward
Michel Lafon (2010) - 330 pages - 15,95€
traduit de l'anglais par Isabelle Saint-Martin

Posté par clarabel76 à 19:30:00 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : ,

22/03/11

Indiana Teller : Lune de Printemps

IMG_3051Les aventures d'Indiana Teller pourront séduire les plus jeunes lecteurs (dès 11 ans) mais satisferont difficilement un lectorat aux attentes plus exigeantes. Ce n'est pas que l'histoire soit mauvaise, elle n'est cependant pas très originale et semble surfer sur la tendance actuelle qui fait les beaux jours des intrigues avec des créatures fantastiques, comme les loups garous. (Toutefois, comme on le sait, il faut en prendre et en jeter !)

Indiana Teller, en hommage au célèbre aventurier de l'Arche perdue, est fils de loup garou, petit-fils de l'Alpha, orphelin depuis la mort de son géniteur, suite à un drame familial. La mère d'Indiana est folle, c'est elle qui s'est acharnée sur son époux, elle vit aujourd'hui dans un internat spécialisé. Ce n'est pas une louve, mais une rebrousse-temps. Une particularité qu'a également héritée le jeune garçon. (Sous le coup d'une émotion, le garçon s'éclipse et voyage brièvement dans le temps.)

Longtemps, il a grandi avec cette frustration d'être le plus petit, le plus frêle, celui qui ne se transforme pas, au sein d'une meute où les corps gras, lourds et costauds s'imposent. Malgré tout, l'enfant a souvent tenu tête, s'est même entraîné en cachette pour acquérir expérience et maîtrise du combat, et en devenant jeune homme, n'a pas hésité à affronter les siens pour aller à l'université. C'est un peu contre les règles du clan, comme le fait de ne jamais s'amouracher d'une humaine - sous peine de condamnation à mort. C'est sûr que ça ne semble pas la foire tous les jours, mais ce sont des principes ancestraux sur lesquels le grand-père d'Indiana s'appuie en tant que Grand Seigneur des Loups.

Or, Indiana a cette spécificité de braver les interdits - en ne se transformant pas, du fait de son patrimoine génétique qu'il doit protéger comme un secret, en se liant d'amitié avec un Semi, l'ennemi juré du loup garou depuis toujours, en s'éloignant de la meute et en rencontrant des humains, envers lesquels il est attiré, et surtout en tombant fou amoureux de Katerina, la plus jolie fille de l'université.

L'histoire est mignonne, l'intrigue n'est pas très solide, même si cela ne manque pas de scènes d'action ni de rebondissements, mais j'ai trouvé l'ensemble plutôt convenu et prévisible. La personnalité d'Indiana m'a aussi posé un problème, car je le trouvais souvent immature pour un garçon en âge d'entrer à l'université. Et je pense que c'est un gros souci pour qui espère lire cette série - quel lectorat est visé ? Selon moi, c'est davantage indiqué pour les plus jeunes. Si seulement Indiana avait été collégien, ou lycéen, je pense que mes attentes auraient été revues à la baisse. Car je me suis sentie frustrée !

Globalement, j'ai trouvé l'histoire assez lente à démarrer, toute la partie sur l'enfance et l'adolescence du garçon, trop détaillée, m'a très moyennement intéressée. De plus, il n'y a rien de neuf dans le récit - les conflits au sein de la meute, la jalousie entre les clans, les menaces et tentatives d'assassinat, même la révélation du coupable n'est guère surprenante, sans compter l'histoire d'amour *fatalement* impossible - avec l'humaine, Katerina. Plus d'une fois, j'ai trouvé certains éléments cruches et désespérants de naïveté. Cette série est donc à considérer avec énormément de recul, ou à conseiller aux plus jeunes.

Indiana Teller, tome 1 - Sophie Audouin-Mamikonian
Michel Lafon (2011) - 375 pages - 17€

Posté par clarabel76 à 11:30:00 - - Commentaires [11] - Permalien [#]
Tags : ,


27/01/11

Pêle-Mêle Clarabel #20

IMG_2296

Eternels, tome 3 : Le pays des ombres par Alyson Noël

Mes réserves de patience sont épuisées. Ever, la jeune fille censée tenir le haut de l'affiche, brille par sa bêtise et ses actes irresponsables ! Ce tome 3 prouvera encore qu'elle n'écoute jamais rien, ni personne et que son expérience passée - souvent malheureuse - ne lui sert strictement pas de leçon ! Pff. Mais comment peut-on être aussi bête ?
Vite fait, ce qu'il se passe : Ever a pu sauver Damen, mais en lui faisant avaler sa potion, elle condamne leur couple à ne plus pouvoir se toucher. Encore une sale coup de Roman... il connaît l'antidote de l'antidote, et fait bouillir Ever en exerçant son chantage habituel. C'est un prodige, car la demoiselle met à chaque fois les deux pieds dans le plat. De son côté, Damen est convaincu que sa longue vie d'immortel n'a pas toujours été clean et qu'il est temps pour lui de rattraper ses erreurs en bichonnant son karma. (Le type canon et qui roule des mécaniques laisse place à un semblant de hippie, on n'y croit pas du tout !!!) Dans ce tome 3, on rencontre aussi Jude. Et on retrouve les jumelles, Romy et Rayne. Mais tout ceci intervient bien trop tardivement pour rattraper mon intérêt perdu, je me suis lassée de cette série. Cela tourne en rond, tout est cliché et les personnages n'ont aucun charme. Trop d'ennui tue l'ennui ! ^-^

Une réplique qui m'a bien fait rigoler...
- Ces deux-là ! Ils sont de plus en plus bizarres, je te jure !
Miles daigne enfin lâcher son téléphone et nous lance un regard sceptique.
- C'est vrai que vous êtes bizarres. Et puis, excuse-moi, Damen, mais l'hommage à Michael Jackson, tu ferais mieux d'oublier. Même toi, l'ex-top model, tu as l'air ringard avec ton gant.


(Explication : En buvant la potion qui lui a sauvé la mise, Damen s'est également condamné à ne plus pouvoir toucher sa petite copine, ou il passe l'arme à gauche, d'où ce gant qu'il porte à une seule main ! Oui, je sais. Heureusement le ridicule ne tue pas.)

Michel Lafon (2010) - 332 pages - 15,95€
traduit de l'anglais (USA) par Laurence Boischot et Sylvie Cohen

Autre série qui a eu raison de ma patience : Beautiful Dead par Eden Maguire.

Après un premier essai peu concluant, j'ai tenté de lire ce deuxième tome mais définitivement, non je n'accroche pas. C'est dommage, car je trouvais le début un poil meilleur. On ne s'embarrasse plus des détails, on connaît les Beautiful Dead, on n'oublie pas que Darina a perdu son petit copain Phoenix, poignardé lors d'une rixe. Il est devenu une de ces apparitions fantasmagoriques, il attend son heure. Darina est seule capable de les voir et a accepté de leur venir en aide (comprendre la face cachée de leur mort brutale afin qu'ils puissent franchir l'autre rive). Bref, ce deuxième livre est consacré au personnage d'Arizona (oui, les prénoms ont été choisis exprès... c'est bizarre ?). Elle se serait noyée dans le lac, mais des doutes persistent. Au tour de Darina de mener son enquête... Comme toujours, ce drame va révéler des faits sordides et qui dérangent.
En fait, je ne me sens pas du tout à l'aise avec cette série, l'ambiance est glauque et les Beautiful Dead m'effraient plus qu'ils ne le devraient. De plus, je me demande vraiment comment l'histoire entre Darina et Phoenix va se boucler. Bientôt son tour de comprendre ce que dissimule sa mort violente. Aussi, curieuse mais pas du tout motivée pour en lire davantage, j'ai été à la pêche aux spoilers (mon sport favori). Bah, bah, bah... ça ne promet rien du tout ! J'avais vu venir le truc dès le premier tome, je suis déçuuue !!! Au revoir Darina et Phoenix, je n'ai pas su vous aimer à votre juste valeur. Tant pis.

Flammarion (2010) - 357 pages - 13€
traduit de l'anglais (USA) par Luc Rigoureau

 

Bientôt : Bloody Valentine de Melissa de La Cruz ... le recueil renfermant trois histoires courtes de la série des Vampires de Manhattan ! 

Posté par clarabel76 à 11:45:00 - - Commentaires [22] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

20/09/10

Lune Bleue, t.2

lune_bleueC'était trop beau pour être vrai, l'amour éternel dont rêvaient Ever et Damen va être de nouveau compromis. Un nouvel élève, Roman, vient de débarquer au lycée, tout le monde l'adore, à l'exception de la jeune fille (*spoilers* ceci ne l'empêchera pas de tomber dans le panneau à la fin du roman, mais bon... cherchez la logique !?). Depuis son arrivée, le comportement de Damen est différent, pour ne pas dire effrayant ! Un bref instant, j'ai éprouvé de la compassion pour Ever.

L'histoire, donc, se focalise sur la maladie de Damen, sur l'antidote, sur la lente descente aux enfers, sur le choix d'Ever à reprendre sa vie d'avant, croyant à une punition divine, etc. Je pense sincèrement que l'auteur aurait pu faire plus court, le choix d'une narration à la première personne étant déjà pénible, du fait du caractère de l'héroïne, donc suivre les atermoiements de l'adolescente sur plus de 300 pages, hmm, j'ai rongé mon frein. Et quand cesserons-nous enfin de prendre le lectorat YA plus prude qu'il n'est !?! Je pense bien sûr à l'acte sexuel, ici souvent songé, esquissé mais jamais abordé car constamment repoussé. C'est d'une hypocrisie ! 

C'est loin, très loin, d'être une série fétiche, mais la curiosité l'emportant, je lirai très probablement la suite, pour de multiples raisons peu avouables, et aussi parce que d'après certains spoilers, on abordera la magie noire ! ... Tentée, non ?

Tome 2 de la série Eternels, Alyson Noël
Michel Lafon (2010) - 315 pages - 15,95€
traduit de l'anglais (USA) par Laurence Boischot et Sylvie Cohen

A paraître : Eternels, Tome 3 : Le pays des ombres de Alyson Noël (14 octobre 2010)

Posté par clarabel76 à 11:00:00 - - Commentaires [18] - Permalien [#]
Tags : , ,

12/11/09

Night World 1 : Le secret du vampire ~ L.J. Smith

Michel Lafon, 2009 - 282 pages - 14,95€
traduit de l'anglais (USA) par Isabelle Saint-Martin

nightworldPremier jour des vacances d'été.
Poppy tombe malade et apprend qu'elle a un cancer incurable.
Assommée par la nouvelle, elle accepte que James lui vienne en aide.
Comment son meilleur ami, son ami d'enfance, peut-il réussir là où la médecine s'avoue impuissante ?
Alors, James va lui confier son secret et convier la jeune fille à le rejoindre dans son Monde... peuplé de créatures de la Nuit (vampires, sorcières, loups-garous).
Mais les choses se compliquent, à commencer par la transformation. Par ses conséquences. En agissant ainsi, James a enfreint les Lois de sa communauté - ne jamais révéler son existence et ne jamais tomber amoureux d'un Humain.
Là aussi, c'est un sujet sensible car, en dépit des sentiments éclatants de la jeune fille, James s'est toujours protégé en refusant d'admettre son attachement profond.
Phillip, le frère jumeau de Poppy, veut protéger sa soeur, et naturellement il veut la protéger de James. Jusqu'où est-il capable d'agir pour son bien ?

Après ma première tentative (pour rappel, Vampire Diaries a également été écrit par LJ Smith), je suis maintenant fixée : l'univers de cet auteur n'est pas ma tasse de thé.
La couverture de cette série, également remise au goût du jour alors qu'elle date des années 90, est pourtant jolie et peut suffire pour attirer le lecteur.
Personnellement je n'ai pas accroché. C'est mon point de vue. Je n'y ai pas trouvé de suspense, tout m'est apparu très prévisible, la maladie, la mort et l'issue de secours qui ouvre la porte vers d'autres dangers, ok il y a bien quelques sursauts ici et là pour ponctuer l'intrigue, mais ce n'était pas assez pour me captiver. J'ai trouvé les personnages simples, à l'image de leurs sentiments... chastes, sans saveur, sans surprise. C'est bien le problème, tout est incroyablement simpliste et mou.
Et puis le style de LJ Smith est assez caractéristique, les thèmes pas tellement novateurs, la fin évite tout danger, c'est dommage, mais ce bouquin va néanmoins plaire et trouver son public (cible visée : collège-lycée) parce que ce que je trouve basique va au contraire soulever émotion et palpitation dans le coeur d'autres lecteurs.
Chacun ses goûts, après tout... ;o)

Annoncée avec un total de 10 tomes au compteur, la série Night World est particulière car il n'est pas besoin de lire les livres les uns après les autres. Chaque volume correspond à une histoire différente, le seul point commun est d'y retrouver des créatures appartenant au Night World. Donc, sur les 10 livres, on peut tout lire ou en lire une partie. Ce 1er livre nous a fait connaître Poppy et James, le prochain livre est déjà annoncé : Les soeurs des ténèbres (l'histoire de trois soeurs vampires qui vivent parmi les humains jusqu'au jour où leur frère Ash vient les rechercher pour les ramener au sein de leur communauté, mais au même moment le garçon tombe amoureux d'une amie de ses soeurs).
La sortie française n'a pas encore été communiquée. 

 

> l'avis de Camille, plus enthousiaste   > Ankya et Virginie ont également beaucoup aimé !
(mode *seule au monde* on)

 

Posté par clarabel76 à 16:45:00 - - Commentaires [29] - Permalien [#]
Tags : ,

13/10/09

Eternels, tome 1 : Evermore ~ Alyson Noel

Michel Lafon, 2009 - 340 pages - 15,95€
traduit de l'anglais (USA) par Laurence Boischot et Sylvie Cohen

Je vous préviens, toute ressemblance avec des personn(ag)es ayant déjà existé serait purement fortuite !

evermore_1Ever, seize ans, a perdu sa famille dans un accident de voiture, en plus de se sentir coupable, elle traîne un chagrin très, très lourd, limite un peu trop lourd au bout de 300 pages...
Et pour ajouter à son conflit intérieur, Ever s'est réveillée de son coma avec un don de télépathe. C'est-à-dire qu'elle est désormais capable d'entendre les pensées des autres, de voir la couleur de leur aura et d'apercevoir des personnes mortes, comme sa jeune soeur Riley, qui n'a pas franchi le pont et flotte toujours dans l'entre-deux monde.
Bref, Ever a choisi de faire de sa vie un enfer. Elle a troqué son look de pom-pom girl pour des pulls amples avec capuche pour camoufler sa belle chevelure blonde, en plus elle porte des lunettes noires et elle écoute à fond de la musique rock sur son ipod. Tout pour chasser la cacophonie dans sa tête.
Et puis, tadam... arrive le nouvel élève, Damen. Un mannequin ambulant, un type d'une beauté inadmissible, avec un look de bad boy, mais charmant et incroyablement séducteur. La demoiselle en reste bouche bée (et manque tomber en apoplexie) lorsque son regard se pose la première fois sur lui.
Bah oui, ça rappelle insidieusement quelque chose.
Damen dégage en plus une sensation de bien-être ; dès qu'il l'approche ou la touche, Ever n'entend plus le monde autour, elle est même incapable de cerner ses pensées et ne perçoit aucune aura autour de sa personne. C'est troublant, mais la fascination efface le doute.
Ever tombe amoureuse, et pourtant Damen est un garçon mystérieux. Il va et vient, il semble mentir, il a une aisance remarquable, il fait même apparaître des fleurs comme par magie, tout ceci semble trop beau pour être vrai.
Charmant, fascinant... ce sont des termes qui reviennent pour qualifier l'histoire de ce roman, 1er tome d'une série de 5 ! (Argh, ça calme). La série connaît un gros succès outre-atlantique, notamment auprès des lectrices qui sont à peine sevrées du phénomène commençant par la lettre t.
Je ne nomme pas, surtout pas. J'en ai assez qu'on compare sans cesse, mais j'avoue que la matière première est crispante, le coup du lycée et de l'histoire d'amour entre une fille qui manque de confiance en elle et le garçon plus beau que dans un rêve, ça sent le déjà vu.
Toutefois, nous sommes ici dans un registre différent... bien qu'on flirte encore et toujours avec le paranormal. N'en cherchez pas davantage, certains trouveront que c'est limpide et aussi gros que le nez au milieu de la figure, moi je n'ai rien vu venir !

Franchement je ne sais pas si j'ai aimé, oui un peu et assez pour ne pas décrocher jusqu'à la fin, mais dans le fond j'ai trouvé l'histoire poussive et molle. Ever est une jeune fille agaçante, elle se flagelle à n'en plus pouvoir, c'est d'ailleurs interminable et agaçant, j'étais à deux doigts de craquer tant j'avais envie de lui secouer les puces, c'est bon, ça va cinq minutes, ça ne réveillera pas les morts, hélas. Et Damen, aussi beau soit-il, reste tout de même très pâle et sans consistance. J'espère que la suite étoffera son personnage, pour l'instant il lui manque un truc.
Parlons-en de la suite... j'imaginais une trilogie, mais cinq tomes c'est beaucoup. D'autant plus que pour l'instant la trame m'apparaît floue et plate. Voilà pourquoi je suis impatiente de lire le prochain (Blue Moon), en espérant y trouver plus de densité et de rebondissements, et pas uniquement des regards énamourés, du je t'aime, je te veux, non je te déteste, pars, ne reviens plus, pitié tu me manques, tu es mon Autre, et blablabla.
Aucun cynisme de ma part, j'assume avoir pris bien du plaisir à lire ce livre tout en lui trouvant des défauts et, par la même occasion, une voie ouverte pour me poser trop de questions. Je crois aussi que j'attendais plus de cette série follement encensée et qui s'affiche partout sur les blogs anglo-saxons.
Mais je vais lire la suite, oui c'est promis.

 

Posté par clarabel76 à 21:00:00 - - Commentaires [64] - Permalien [#]
Tags : ,

05/05/09

Lila et les neuf plantes du désir ~ Margot Berwin

Lila Grace Nova, trente-deux ans, divorcée, travaillant dans la pub, emménage dans un appartement totalement aseptisé en plein coeur de New York. Pour chasser la déprime, elle se rend au marché d'en face et rencontre un individu qui lui vend une plante tropicale, l'oiseau du paradis. Il faut l'aimer d'amour et la bichonner pour être payée en retour. Lila s'y emploie avec ferveur. Peu de temps après, elle croise sur son chemin une laverie qui n'en a pas l'apparence, l'endroit croule sous les plantes, le sol est couvert de mousse et une étonnante fougère de feu arbore ses plus belles feuilles derrière la vitrine. Deuxième rencontre déterminante : Armand, propriétaire de la laverie, un homme qui n'a pas d'âge et ose lui parler avec culot, son physique impressionne, ses connaissances sont sans limite, et en cadeau il lui offre une bouture de la fougère. Il faut la mettre dans un verre d'eau tiède, dans le noir total, et attendre. Si des racines blanches apparaissent, alors Lila pourra revenir et obtenir le droit de passage pour admirer le secret d'Armand.

lila_et_les_neuf_plantes

Comme le souligne l'auteur, ce livre est un voyage qui nous transporte du monde de la publicité, à New York, aux forêts tropicales de la péninsule du Yucatàn, des vendeurs de plantes du marché d'Union Square aux curanderos, herboristes, chamans et charlatans, et jusque dans l'esprit des plantes.

Comment rester insensible à cette couverture fraîche et printanière, moi je ne sais pas. J'ai craqué, et au début je n'étais pas mécontente de la découverte. Je lisais avec un plaisir grandissant, je trouvais l'héroïne idiote mais j'enviais secrètement son aventure. En deuxième partie, j'ai commencé à trembler, en pleine jungle mexicaine, j'avais peur de me lasser, j'avais les yeux ronds comme des billes et la moue dubitative par l'amoncellement de circonstances avantageuses pour notre new-yorkaise, cela devenait un chouia trop téléphoné et pourtant j'étais toujours sous le charme.

Au-delà de la fiction (très agréable, il ne faut pas croire le contraire), il y a une importante description des plantes et de leurs vertus, de leurs pouvoirs cachés. Les plantes ont un langage qu'on ne soupçonne pas (du moins, personnellement je l'ignorais, notamment parce que je n'ai pas du tout la main verte !) mais cela n'a pas empêché que je m'y intéresse sans mentir. Les plantes sont vivantes, elles nous parlent et elles savent aussi dégager incroyablement de sensualité et éveiller le désir (à la fin, pfiou la tête vous tourne !). Je ne suis pas surprise que les droits aient déjà été achetés par le cinéma (Julia Roberts serait sur le coup), le roman réunit tous les ingrédients pour une comédie idéale : New York, une célibattante branchée et agaçante, de l'amour, de la trahison, des rencontres, de l'aventure, du mystère, un peu de fantastique... oups non, de la magie et des plantes, des couleurs, des odeurs. J'ai beaucoup aimé !

(Pour l'évasion et la détente, c'est parfait !)

Michel Lafon, 2009 - 305 pages - 17,90€
traduit de l'anglais (USA) par Cécile Dutheil de la Rochère

extrait :

« - Venez avec moi au Mexique. Faites ça pour moi, et pour vous.
- Pour moi ?
- La légende dit que si les neuf plantes sont volées le coupable ne trouvera jamais la paix. Exley est coupable. Et indirectement, vous l'êtes aussi. Pour rompre le sortilège, vous devez rendre les plantes à leur gardien. Je ferai de mon mieux pour vous aider.
- Je n'en doute pas.
- J'ajoute que vous devez également acomplir ce voyage à cause de votre froideur.
- Pardon ?
- Vous êtes froide. Vous êtes une femme froide sous des dehors aimables. Vous êtes une artiste, un génie de l'apparence, une mise en scène permanente d'un personnage doux et naïf, alors que vous êtes distante, froide et calculatrice. Et dans le genre vous êtes excellente. C'est un réel talent, qui nous sera utile à tous les deux au Mexique.
- Je ne vois pas de quoi vous parlez.
- Bien sûr que si, vous voyez. Pensez un peu à la façon dont vous comptiez m'exploiter, moi, un vieux schnock qui bosse dans une laverie. Tout ça pour le fric. Et vous comptiez exploiter mes plantes. Vous vouliez me duper, alors que je vous ai offert un cadeau très spécial, ma fougère adorée. Voilà pourquoi non seulement vous êtes froide, mais sotte. »

Posté par clarabel76 à 08:00:00 - - Commentaires [18] - Permalien [#]
Tags : , , ,