22/12/09

Blue Cerises saison 2

Blue_Cerises

Milan, coll. Macadam, 2009 - 58 pages - 4€ le volume

La faute à Voltaire ~ Jean-Michel Payet

Les Blue Cerises sont sérieusement secoués dans cette nouvelle saison. L'annonce du prochain départ d'Amos pour le Canada menace leur amitié, un membre en moins équivaut à amputer ce corps solide. Satya et ses camarades tentent de trouver une solution, un point d'ancrage pour Amos, et une chambre de bonne se libère dans l'immeuble de Zik. Ce serait formidable. L'élan de l'espoir les pousse, en contrepartie ils ont conclu avec le proprio de repeindre un appartement défraîchi. Du coeur à l'ouvrage, l'envie d'y croire encore, tous ont néanmoins un noeud à l'estomac.
Car au-delà de cette belle solidarité, il y a des secrets. Cultivés avec lucidité. Tus par omission. Par souci de préserver leur communion d'esprit. Or, cela finit par les oppresser et la belle façade demande un soin constant pour être entretenue.
On trouve l'amour trop compliqué, mais l'amitié est aussi histoire d'amour...
Satya a perdu sa belle sous sa bulle, il croise une autre demoiselle qui a le coeur brisé et Satya se demande. C'est comment faire l'amour pour la première fois ?

Ciné ciné cinéma ~ Cécile Roumiguière

Violette se voit offrir une opportunité de rêve : être figurante du premier rôle féminin sur un tournage de film historique, pendant une semaine. Mais son frère a été catégorique : interdiction d'en toucher un mot à sa bande des Cerises. Alors, Vio ment, esquive, fait des courbettes, des pas chassés et croisés, elle s'emmêle les pinceaux.
Sur le plateau, elle tombe amoureuse d'un garçon qui lui rappelle Amos. L'amour interdit. Aucune ambiguité là-dessous, mais ce garçon est son lien caché, un pont à traverser mais aussi le poids d'une enclume dans le ventre. Elle va comprendre... trop tard.
De leur côté, Satya et Zik repeignent l'appartement. Vio téléphone à Amos en secret. Le garçon est douloureusement absent, comme déjà parti, et la bande a besoin d'un solide remontant. Un remède pour souder à nouveau ce noyau dur qui est en train de fondre comme neige au soleil.

Yapasphoto ~ Maryvonne Rippert

Zik a un secret ! C'est chose courante pour nos Cerises, car c'est décidément la saison du mensonge et du camouflage. Notre demoiselle cache un amoureux secret, donc. Elle ne peut en parler à ses amis, ils ne comprendraient pas. C'est simple, ils le détestent tous. S'ils savaient...
Et la peur de perdre sa petite bande se noue et Zik commet des petites bêtises.
C'est la saison des embrouilles et du brouillard. Les noeuds des intrigues s'emmêlent, les corps se disloquent, les bleus à l'âme apparaissent.
Heureusement, il y a aussi le secret de la mamie de Zik qui permet de détendre l'atmosphère. C'est cocasse, parfaitement risible, et souriant.

La phrase de la saison 2 : Je cherche un Kleenex dans mon sac. Je sais bien que j'en ai pas. Y'a que les mamans qui ont des réserves de mouchoirs...

Rôde movie ~ Sigrid Baffert

Enfin au tour d'Amos de prendre la parole ! Jusqu'à présent, c'était le grand absent alors que toute l'attention de nos Cerises est tournée vers lui. Donc, Amos doit partir. Deux ans au Québec. Il n'a pas le goût de briser le quatuor et il cherche une solution. Et un par un, les Cerises organisent un tête-à-tête secret avec lui.
Une virée dans un grand magasin la nuit, un rôde movie vers la pointe Saint-Mathieu, une chevauchée dans les bois avec une rencontre hallucinatoire... Dans cette saison 2, ôde aux secrets, il y a aussi le spectre d'Olivia qui hante les pages et frappe d'effroi les mémoires de nos charmants personnages.
Non, nous ne trouverons pas la solution mais c'est fait exprès. L'enquête peut commencer, fouiller les pistes, rejoindre les tuyaux, confondre les éléments. Je les attends !

L'autre phrase de la saison 2 :  Je les contemple l'un après l'autre, mes amis, mes piliers, ma bande. Les Cerises, comme on se surnomme.
- Putain de bordel de merde... lâche enfin Zik.
- Bon résumé de la situation, conclut Satya en recrachant son écorce.

Lire les blue Cerises, c'est du velouté instantané. Rapide et savoureux.
J'ai déjà évoqué mon amour cet été, alors que je lisais sous un soleil de plomb la saison 1. Je retrouve Amos, Zik, Satya et Violette avec le même grand plaisir. Je constate d'ailleurs qu'on passe à un échelon supérieur, nos Cerises entrent dans la cour des grands, se brûlent les ailes et s'enfoncent encore plus sous le sceau des secrets.
C'est rondement bien écrit et élaboré, une vraie communion d'esprit entre quatre auteurs dont les talents d'écriture ne sont plus à démontrer.
Vivement la saison 3 !

-) sont aussi sous le charme : Lily et Bladelor


05/12/09

Entre chiens et loups ~ Malorie Blackman

Milan, coll. Macadam, 2005 - 400 pages - 10,50€
traduit de l'anglais par Amélie Sarn

entre_chiens_et_loupsSephy et Callum sont amis depuis leur enfance, mais comme leurs familles se détestent, ils doivent se voir en cachette.  A quatorze ans, Sephy se prépare à rentrer dans son école bon chic bon genre, et grande nouveauté pour cette année, son ami Callum a été accepté pour rallier les rangs de cette illustre institution. Enfin, lui et quelques-uns de sa caste - les Nihils.

Sephy appartient au milieu dominant - les Primas. Elle est la fille du ministre Kamal Hadley, elle vit dans un monde fait de coton, elle s'excite comme une puce d'aller à l'école avec son meilleur ami mais cette rentrée signera le début de leur dissension. Car dès le premier jour, une manifestation éclate devant les portes de Heathcroft. Les Nihils ne sont pas les bienvenus, Callum et ses camarades sont chahutés, Sephy intervient pour aider son ami et commet son premier impair.

De maladresses en actes manqués, de divergences d'opinion en secrets de famille tous plus oppressants et coupables, la relation d'amitié entre Sephy et Callum n'a plus de beaux jours devant elle. Et pourtant, tous deux s'accrochent désespérément à cette branche qui est prête à rompre. Au départ, ce ne sont que des adolescents dépassés par la politique qui les entoure, écoeurés de vivre au coeur d'une société qui sépare les gens selon la couleur de leur peau, il y a les Primas - les noirs - et les Nihils - les blancs. Et puis, Sephy et Callum sont aussi responsables de leur jeune âge, ils ont des idées, des envies et se nourrissent de belles illusions. C'est difficile à raconter combien leur histoire ne cessera jamais d'être malmenée par la faute des circonstances fâcheuses et désastreuses. Impossible de recoller les pots cassés, et plus on progresse dans le roman et plus l'inéluctabilité de leur situation sans issue nous prend à la gorge.

Vous l'avez compris, c'est un roman très fort, qui remue beaucoup de sentiments et qui fait réfléchir sur la ségrégation, le racisme, la violence, les humiliations, l'injustice.  Callum et Sephy sont les nouveaux Roméo et Juliette, et leur histoire est tout simplement belle, émouvante et inoubliable. 

Les titres de cette série :

  • Entre chiens et loups
  • La couleur de la haine
  • Le choix d'aimer
  • Le retour de l'aube (publié en 2009)

Après le succès de la série Entre chiens et loups, Malorie Blackman nous offre un quatrième volet. De nouveau une magnifique histoire d’amour, construite comme une tragédie grecque. Des personnages qui se débattent dans une société pleine d’inégalités et qui doivent faire des choix décisifs, entre espoir et violence.En toile de fond, subsiste le combat entre Primas (Noirs) et Nihils (Blancs). S’y ajoute l’influence des gangs qui vivent de la corruption et du trafic de drogues.

Entre chien et loups a été récompensé du prix 2007 des incorruptibles (3ème/2nde).

 

Posté par clarabel76 à 12:00:00 - - Commentaires [22] - Permalien [#]
Tags : , , ,

18/08/09

Violette : L'amour basta ! ~ Cécile Roumiguière

Collection : Blue Cerises
Milan, coll. Macadam, 2009 - 57 pages - 4€

violette_lamour_bastaPremière saison, quatrième livre.
Violette, la deuxième fille de la bande des Cerises, est verte de frustration de savoir qu'elle ne sera pas de la partie pour la fête de Satya ni qu'elle passera ses dix jours de vacances avec ses amis très proches puisqu'elle part dans les Corbières chez son grand-oncle Ernesto.
Sensation de partir loin de tout. L'envie est pourtant là, car elle aime beaucoup son tio Ernesto, et ce goût de l'enfance retrouvée, au coeur de ce village perdu, au fin fond du pays.
Cependant, Violette a la trouille. Elle a aperçu un type en noir la pister dans les rues de Paris. Cela aurait un lien avec le fameux secret des Cerises... va-t-on lever le voile ? !
Dans les Corbières, Violette va aussi rencontrer un charmant jeune homme qui campe dans les environs. Il dégage à lui seul le séduisant sex-appeal de Louis Garrel et Anthony Perkins réunis. Le regard, le grain de beauté, la fossette.
La terre tangue, Violette, le bateau secoue. C'est la tempête.
Et dire que la demoiselle avait fait une croix sur l'amour... basta ! C'est rien que des emmerdes, comme elle déclare.
Dernier volet des aventures d'un quatuor fort attachant, avec une personnalité qui se distingue, au fil des livres, et des histoires uniques et propres à chacun. Il règne malgré tout une connivence exemplaire, touchante. Et pas simplement parce qu'ils ont juré sur le sceau du secret. C'est bien plus que ça, et c'est ce qui rend cette série belle et juste.
Cécile Roumiguière boucle la boucle. Et je ne crois pas me tromper en affirmant que c'est elle l'instigatrice de ce projet, réunir quatre auteurs autour d'une même histoire, se raconter sans se la péter ni jamais se répéter. Ecrire donc quatre histoires, avec quatre amis et un seul secret.
Le résultat est une réussite sur toute la ligne, tant sur le plan de la qualité littéraire que sur l'intérêt des histoires, le format, quatre romans courts à des petits prix, et des personnages charismatiques, des histoires qui se croisent et se tissent délicatement, sans oublier le fil rouge autour du secret des Cerises.
Je n'avais pas espéré autant de bonnes surprises dans d'aussi petits livres ! C'est une vraie, belle découverte.

La deuxième saison paraîtra en octobre 2009 !

le blog créé par / pour Violette : http://violetteorlach.blogspot.com/

 

 

  phare

une photo empruntée sur le site de Cécile Roumiguière

avec cette belle phrase :

Les lecteurs sont de grands aventuriers. De phare en phare, de livre en livre, ils découvrent leurs continents intérieurs.

 

Posté par clarabel76 à 20:15:00 - - Commentaires [9] - Permalien [#]
Tags : , ,

Zik : L'ange des toits ~ Maryvonne Rippert

Collection : Blue Cerises
Milan, coll. Macadam, 2009 - 55 pages - 4€

 

zik_lange_des_toitsPremière saison, troisième livre.
Zik est une ravissante gazelle qui ignore son potentiel glamour. Elle vit seule avec son père sous les toits de Paris, tandis que sa mère a refait sa vie en Ardèche, et elle aime se faufiler par le vasistas pour se réfugier sur les toits. Loin du bruit, loin du monde, loin des flics qui l'humilient dans le métro en lui demandant ses papiers.
Zik, comme ses amis de la bande des Cerises, aborde les vacances de la Toussaint avec un sentiment de blues qui ne va pas s'éteindre. Un soir, petit signe de tendresse réconfortante, elle trouve une fraise Tagada dans une enveloppe, le cadeau d'une main invisible.
Peu de temps après, c'est une silhouette vêtue de noir qui se faufile à ses côtés, lui prête ses écouteurs pour partager un ipod et plonger dans un univers musical explosif.
Zik a trouvé son ange des toits, mais découvrir qui il est vraiment n'est pas une mince affaire. La suite s'annonce mystérieuse, intriguante, pleine de poésie et de musique. C'est très beau.
Le secret des Cerises n'est toujours pas dévoilé, malgré les maigres indices éparpillés. L'écriture, assurée cette fois par Maryvonne Rippert, remplit toutes les lignes du contrat. On lit ce petit roman de 50 pages avec passion et gourmandise, on savoure ces instants d'une amitié unique avec un sens de la préciosité rarement atteint. Bref, j'aime beaucoup. Mais à chaque fois, après la sacro sainte séance à la Cinémathèque, lorsqu'il est temps de quitter les Blue Cerises, j'éprouve la sensation d'une frustration galopante. Quoi, c'est déjà fini ?
Encore un dernier livre, avant la deuxième saison qui paraîtra en octobre !

Quelques pépites : Parfois on ne veut pas savoir, parfois, il n'y a pas de mots. Juste l'amitié.

Et cet extrait, que j'aime beaucoup, et qui me rappelle que moi aussi j'avais ma bande-son durant ma grossesse... (pour information, il s'agissait de all that you can't leave behind de u2, c'est tout, fin de la parenthèse) 

« Maman m'a pris des mains la cassette, comme un objet infiniment précieux. Elle avait ce sourire des mères qui vont faire une confidence.
- Tu sais, cocotte, quand je t'attendais, ce disque des Doors, je l'ai écouté tout au long de ma grossesse. Je me disais qu'il fallait associer un enfant à une musique, que plus tard, cela pouvait lui servir de consolation, en cas de chagrin...
Une gestation au son de la musique des Doors ! Y a pire. »

Maryvonne Rippert est également l'auteur de L'amour en cage (un autre très beau roman à lire !).

A découvrir, comme pour les autres livres, le blog créé exprès pour / par Zik : http://zik-hoareau.blogspot.com/

 

 

Posté par clarabel76 à 20:00:00 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , ,

13/08/09

Satya : L'attentat ~ Jean-Michel Payet

Collection : Blue Cerises
Milan, coll. Macadam, 2009 - 62 pages - 4€

satya_lattentatPremière saison, deuxième livre. (finalement, l'ordre n'a aucune importance !)
Satya, orphelin depuis la mort accidentelle de ses parents, est élevé par ses deux mamies propriétaires de la libraire, La Malle de l'ange. Un vaste empire dédié à la jeunesse, s'enroulant sur trois niveaux autour d'un escalier bringuebalant.
Tuant le temps à dessiner au Jardin des Plantes, le garçon fait une étrange rencontre - une demoiselle au charme mutin, aux longs cheveux rouges, les yeux verts, le regard malicieux. Elle glisse un billet d'invitation, signé ED, qui ressemble davantage à un rébus poétique.
Le jeu de pistes commence. Celle qu'on surnomme la boîte de couleurs, ou la belle insaisissable, tend un piège amoureux et Sakya mord à l'hameçon avant de lâcher prise car la demoiselle n'est vraiment pas facile à harponner.
Mystérieuse, agile comme une anguille, le sourire canaille et la voix de canard, l'inconnue se dérobe et donne des rendez-vous mystérieux auxquels Sakya ne résiste pas. Même si le bonhomme est un peu usé en bout de course.
Un touche-touche poétique s'annonce, qui accusera en plus de la séduction, des baisses de régime, des interrogations et du vague à l'âme. A l'image des autres Cerises, les membres du groupe, Sakya a le coeur en vrille. Pas forcément le courage de se confier. Pas le temps de trouver un créneau pour de tels épanchements non plus. On a déjà suivi un Amos en pleine déroute sentimentale et familiale, on devine que Zik et Violette s'inscrivent, à leur tour, aux abonnés absents. 
Une chose est sûre :  tout est fait pour donner envie de savoir la suite. A l'instar de Sigrid Baffert, Jean-Michel Payet accomplit ici un enthousiasmant tour de force. Son style s'inscrit dans l'esprit des Blue Cerises, que le  lecteur n'a plus de mal à cerner, et c'est franchement une bonne tranche de plaisir... littéraire.
Le prix mini - seulement 4€ - est à noter comme une première et irrésistible tentation !

A découvrir, comme pour les autres livres, le blog créé exprès pour / par Satya :
http://satya-tempsdescerises.blogspot.com/

 

Posté par clarabel76 à 11:05:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,


07/08/09

Amos : Cibles mouvantes ~ Sigrid Baffert

Collection : Blue Cerises
Milan, coll. Macadam, 2009 - 60 pages - 4€

cibles_mouvantesPremière saison, premier livre.
Amos, 17 ans, vit seul avec sa soeur jumelle et leur père. Lorsque ce dernier leur annonce sa prochaine mutation pour le Québec, c'est une très mauvaise nouvelle. Amos n'a pas envie de tout quitter, il a sa bande d'inséparables - Satya, Zik et Violette - qui forment les Cerises, tous liés par un secret scellé l'année de leur quatorze ans. Inutile de creuser, nous n'en serons pas davantage dans ce livre.
Mais que c'est bon, que c'est agréable à lire. C'est très court, seulement 60 pages, cela raconte le désarroi d'un garçon qui en aime un autre, qui cherche à l'aborder, qui tente aussi de ne pas penser à sa mère absente, depuis trop longtemps, et qui voudrait que cessent ces harcèlements téléphoniques d'un anonyme, qui a du temps à perdre, matin et soir, c'est le même rituel.
Ambiance laxiste et détendue à la maison, le décor se plante, les personnages avancent sur la pointe des pieds, on devine des personnalités et déjà on s'attache.
Clap de fin, l'envie de lire le prochain (L'attentat) se noue très fort.
L'autre particularité de ce 'feuilleton'  est de trouver pour chaque tome la signature d'un auteur différent. Ici, c'est Sigrid Baffert qui s'y colle, et même qui explose la barraque. Car j'ai vraiment beaucoup apprécié son style et son écriture.
Je m'en vais lire un autre roman, On n'arrête pas les comètes, pour m'en prendre encore plein les mirettes.

Quelques liens :

Il faut que je glisse l'extrait qui parle d'une librairie... un antre de livres, qui fait drôlement envie !

* -- * -- *

Et une découverte en amenant une autre, voici Séverin et l'album (sortie fin septembre 2009) Cheesecake, pour reprendre la description du site de l'artiste : L'album « Cheesecake » est une gourmandise pop aux consonances multiples qui offre des mélodies sucrées, légères, punchy et inventives. ^.^

severin_cheesecake

à écouter, pour s'en convaincre !

 

 

Posté par clarabel76 à 09:45:00 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , ,

31/07/09

Triskellion ~ Will Peterson

Milan jeunesse, 2009 - 379 pages - 13€
Traduit de l'anglais par Jacqueline Odin

triskellionTandis que leurs parents règlent leur divorce, les jumeaux Rachel et Adam se rendent en Angleterre chez leur grand-mère maternelle. A Triskellion, l'atmosphère du village pèse. Il fait très chaud, pas un chien ne court les rues, les boutiques sont désertes. Le peu entr'aperçu donne des frissons, et en guise de bienvenue Adam se frotte à deux types du cru qui lui éclate le nez. Frère et soeur filent à toute allure sur leur bicyclette et se réfugient chez leur Bonne-maman Root. Le confort chez elle est rudimentaire, pas de réseau pour les portables, des pannes d'électricité dès qu'il pleut et une ligne téléphonique qui ne dépasse pas le coin de la rue.

Rachel et Adam n'ont pas fini de se questionner sur cette étrange localité, qui semble isolée du reste du monde et dont tous les bâtiments sont frappés du sceau de la triskèle, un symbole celtique avec des cercles. Un jour, en se perdant dans les bois, ils découvrent des hommes déguisés en train de constituer un tribunal improvisé, les deux accusés sont les sales types qui ont cassé la figure d'Adam. Attachés à un arbre, les garçons sont cagoulés et flagellés sévèrement. Les jumeaux sont intimement persuadés d'assister à une scène qu'ils ne devraient pas voir, ils sursautent au moment où les hommes des bois sortent d'une camionnette une tronçonneuse.

Il ne s'agit pas d'un livre d'épouvante, rassurez-vous, c'est simplement un roman fascinant, qui cultive la tension et l'angoisse dans un but mystérieux. Triskellion nous offre une véritable atmosphère, sombre et louche, au coeur d'un village où le temps semble s'être arrêté. La population a des secrets, même la grand-mère Root n'est pas extraordinairement hospitalière, elle est très pointilleuse sur l'appréciation à avoir concernant le commodore, Gerald Wing, le tenant du manoir, qui serait un homme bon et indispensable à Triskellion. Rachel et Adam ont pourtant failli être écrasés par son Land Rover alors qu'ils faisaient du vélo. Ce n'est pourtant pas la première fois qu'ils essuient les brusques virements d'humeur des habitants, entre agacement excessif et empressement soudain d'être aimable. C'est franchement déconcertant.

En s'introduisant chez le commodore, poussés par un instinct basique idiot, les jumeaux et Gabriel - un curieux bohémien taciturne, nouvellement arrivé au village - dérobent un document ancien, très précieux. Aidés des confidences de l'apiculteur, Jacob Honeyman - et ce n'est pas une blague ! -, les adolescents vont s'improviser archéologues, contacter une équipe de télévision et mettre le village en émoi en déterrant ce qu'ils n'auraient jamais dû.

Atmosphère étrange et fascinante, personnalités troubles et inquiétantes, un vrai climat de tension et d'angoisse s'installe au fil des pages. Ce roman n'est que le premier tome d'une trilogie, il est foncièrement captivant. D'un rythme très lent, qui prend le temps d'installer les choses et de créer le suspense, ce livre happe littéralement le lecteur et mêle un peu trop facilement les genres, dans la dernière moitié, mais sans générer la moindre frustration. Vivement la suite. 

le site : http://www.triskellion.fr/ (avec bande-annonce sur youtube)

Will Peterson est le pseudonyme de deux auteurs : Mark Billingham et Peter Coks.

 

Posté par clarabel76 à 10:30:00 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags : , , ,

03/06/09

Blues Bayou ~ Benjamin Lacombe

illustré par Daniela Cytryn

Amy et James ont coutume de sécher la messe dominicale pour pouvoir se retrouver et s'échapper à bord d'une barque dans le bayou. Cela donne lieu à l'exploration d'un univers délicieusement dangereux mais fascinant.

IMGP6474

Amy et James sont deux enfants dont seule la couleur de peau sépare. Nous sommes dans l'Amérique profonde des années 30, la peur de l'autre est partout. Les enfants eux-mêmes évoquent la maison de l'ogre dont les pilotis peints en rouge rappellent le sang des victimes qu'il dévore.

IMGP6470

Ce jour-là, leur escapade manque de virer au drame et les deux enfants doivent la vie sauve à un vieil  homme barbu qui va leur ouvrir les portes de la tanière de l'ogre. Ce n'est bien évidemment pas un piège, Amy et James seront d'ailleurs ravis par ce qu'ils vont découvrir !

IMGP6478

C'est un monde enchanté et enchanteur, qui swingue et qui danse, qui chante et qui groove, dans lequel on se berce aux doux sons des mots qu'on se mumure à soi-même ... bayou, mangrove, palétuvier, jaguarondi, jazz et blues. C'est aussi une histoire d'amitié et de découverte de l'autre, de confiance et de tolérance, avec pour idée globale que la musique adoucit les moeurs, qu'elle doit (ou devrait) réconcilier tout le monde. C'est vraiment très beau.

Pour vous en convaincre, Daniela Cytryn vous propose sa playlist colorée, qui donne envie de bouger du popotin !

 

 

d'autres avis : Estelle C. ; Gaelle ; Emmyne

et présentation par Benjamin Lacombe, l'auteur de cette histoire : http://benjaminlacombe.hautetfort.com/archive/2009/03/06/blues-bayou-news.html

Milan jeunesse, 2009 - 40 pages - 13,50€

blues_bayou

Les illustrations présentées sont des photographies personnelles, merci de ne pas reproduire. De même je m'excuse auprès des auteurs d'avoir pris cette liberté, n'hésitez pas à me contacter si cela vous dérange.

Et mon illustration fétiche...

IMGP6475

**********

Daniela Cytryn a également illustré hina_et_le_prince (un conte de Tahiti)

Posté par clarabel76 à 10:00:00 - - Commentaires [21] - Permalien [#]
Tags : , ,

05/04/09

Il n'y a pas de petits lecteurs ! #5

Un truc sur un machin, texte de Bernard Friot
illustrations de Christian Guibbaud

 

truc_sur_machinTous les enfants connaissent monsieur Friot grâce à ses Histoires pressées. Texte court et propos rigolo assurent un succès prouvé et approuvé auprès de tous les jeunes lecteurs !

Les Petits poèmes mécaniques reprennent le même principe. Il suffit de s'inspirer d'une comptine, d'y glisser fantaisie et plaisir, puis de s'en aller librement, de laisser champ libre à la création verbale et musicale, puis d'écouter, de s'étonner, d'exploser de rire.

On voit une poule qui en a marre de picoter du pain dur et qui veut de la brioche, danser sur un air de rumba et boire du coca-cola. Ou un steack haché danser le tango avec une escalope de veau. Une calculette amoureuse d'un boeuf. Un trappeur de l'Alaska partir à Copacabana bronzer de haut en bas. Ou encore, un corbeau sur un dictionnaire réciter ses règles de grammaire.
Et ainsi de suite.

Au total, une dizaine de petits poèmes dansent la farandole et s'amusent sur les créations complètement insolites et drôles. C'est très agréable à lire à haute voix ! 
Et c'est aussi le genre d'exercice qui pourra facilement être reproduit à l'école.

Milan Poche Cadet, 2009 - 40 pages - 5,20€
dès 6-7 ans

**********

Le secret des tutus truqués, texte de Gérard Moncomble
illustrations de Christophe Merlin

secret_des_tutusDe l'art de découvrir une nouvelle série pleine de panache !

Dix jalouses, une qui panique, une qui ronchonne. Sans oublier le roi des manettes. Un type pas net ! Treize coupables possibles !

Un soir à l'Opéra, Félix File-Filou s'enthousiasme à l'idée d'assister à un ballet. Malheureusement, le programme est annulé car il y a disparition de tutus ! Toutes les danseuses se posent des questions. Le mystère s'épaissit, mais le détective FFF prévient la directrice, Mme Gavotte, de retenir son public car le spectacle va bientôt reprendre.

Ni une ni deux, notre ami va résoudre cette affaire de tutus truqués !

Héros récurrent, Félix File-Filou ou le détective FFF est brillant, drôle, talentueux, élégant (avec sa casquette "Deerstalker" et sa cape "Inverness" comme Sherlock Holmes !). Le ton de Gérard Moncomble  est enlevé, très agréable à lire, en plus les illustrations de C. Merlin sont un régal pour les yeux.

Ma fille regrette juste que ce soit trop court ! 

Milan Poche Benjamin, 2009 - 24 pages - 4,90€
dès 6-7 ans

**********

Alice au Maroc, texte de Caryl Férey

alice_au_marocLa mère d'Alice est géographe, actuellement sur un chantier au Maroc. Elle voit son retour retardé de quelques semaines, suite au décès d'un de ses collègues, dont la mort ne serait pas accidentelle. La police ouvre une enquête. Alice et son père choisissent de la rejoindre pour les vacances, et embarquent avec eux la meilleure amie d'Alice, Atika. Or, à peine arrivée au Maroc, lors d'une représentation d'un montreur de serpents, Atika est enlevée sous les yeux de sa copine qui alerte ses parents. En compagnie d'Hamed, un jeune géologue de vingt ans, ils poursuivent les kidnappeurs jusqu'au fin fond du désert, chez un propriétaire de figuiers.

Cette enquête débordante d'enthousiasme et d'action est bien menée par la plume de Caryl Férey, qui est aussi un auteur fort apprécié dans la collection Série noire (cf. son roman Zulu sélectionné pour le prix des Lectrices de Elle). Je fais sa découverte grâce à ce roman policier qui s'adresse en fait aux plus jeunes (10 ans et plus), mais cela n'empêche pas de me voir conquise. Il réussit l'exploit de mêler un cadre dépaysant (le Maroc, avec sa vallée des Roses, l'Atlas, la médina, la place Jemaa-el-Fna, le riad etc.) à une intrigue habilement troussée, teintée d'écologie.
Ce roman ne s'adresse pas aux grands amateurs de polars et romans noirs, qui risqueraient d'être frustrés par le rythme très linéaire de l'intrigue, mais aux enfants de 10 ans, qui débutent dans le genre. Ils apprécieront les personnages sympathiques et la plongée sur le terrain d'un pays au charme envoûtant (pour rappel, le Maroc).

Syros, coll. Souris Noire, 2009 - 144 pages - 5,90€ 

05/01/09

La Couleur de la peur - Malorie Blackman

Si, comme moi, vous souhaitez la surprise, n'attendez pas qu'on vous raconte ce livre, et foncez en toute innocence, vous tomberez des nues !

515fEB5v1qL__SS500_

Mais si vous êtes d'une nature plus prudente, et aspirez à dépasser cette sombre couverture, bien énigmatique, vous pouvez choisir l'option 2 : je vous résume ce qu'il s'y cache. Accrochez-vous.

Le roman commence dans un train, lors d'une banale sortie scolaire, avec un groupe d'adolescents. Mais très vite, tout bascule, le train déraille et se retrouve suspendu au-dessus d'un précipice. Le jeune Kyle semble être le seul passager indemme. Et alors qu'il parcourt le wagon dévasté, tentant de porter secours à ses camarades inconscients, le récit bascule dans le surnaturel : Kyle se trouve projeté dans l'esprit de ses camarades, au coeur de leurs plus grandes peurs, de leurs pires cauchemars.

Quel impressionnant roman ! C'est un livre qui cherche à procurer des frissons, et c'est réussi, tout en distillant une angoisse permanente, qui jongle sans cesse entre la réalité et les cauchemars. Ces derniers nous mangent à différentes sauces, il y en a 13 au total, on y plonge corps et âme, on les vit et on les quitte brutalement. Argh, c'est frustrant. Puis on retrouve Kyle, adolescent de seize ans, au coeur de son propre cauchemar... après tout, vous vous imaginez dans un train suspendu dans le vide, frisant la folie à force de cogner contre les corps de vos camarades, lesquels sont peut-être morts, au mieux inconscients. Et il y a ce sang, cette odeur de métal, ce grincement de ferraille et cette voix qui lui chuchote dans l'oreille. Mais qu'est-ce que tout cela signifie ?

C'est véritablement une lecture singulière, captivante et menée à train d'enfer (désolée du jeu de mots!), très bien écrite aussi. Cela fouille dans vos sensations, vos peurs, vos pires cauchemars. On y adhère totalement. On tremble, on retient un cri, on tourne les pages avec fébrilité... pensant, très fort, mais que nous réserve-t-on encore. Personnellement j'ai été scotchée, même si au début je n'y comprenais rien, je ne voulais pas en démordre. J'étais déjà happée. Je connaissais Malorie Blackman de nom, et surtout par rapport à sa série qui s'ouvre avec Entre chiens et loups, mais ce roman qu'est La couleur de la peur me la fait découvrir. Je n'hésite plus, je suis accro !

Milan, coll. Macadam - 314 pages - 10,50€
traduit de l'anglais par Amélie Sarn
   

--) d'autres avis : Tvless, Mes Imaginaires,

La chronique de Sophie Pilaire, sur ricochet

Posté par clarabel76 à 17:30:00 - - Commentaires [35] - Permalien [#]
Tags : , , ,