10/03/14

Les Légendes de Blackwell : Les Loups de l'Apocalypse (1), de K.L. Armstrong et M.A. Marr

IMG_0745

Totale surprise que ce roman ! Je n'avais pas noté sur l'instant qu'il s'agissait d'une nouvelle série écrite à quatre mains par les auteurs à succès que sont Kelley Armstrong et Melissa Marr. J'avoue que cela a ensuite contribué à mon envie d'en découvrir plus, car je n'étais pas particulièrement motivée par l'histoire. Ma foi, la surprise aura été bonne, avec quelques défauts notables.

Nous sommes donc dans la petite ville de Blackwell, en Dakota du Sud. Matt Thorsen, 13 ans, est le fils du shérif, le benjamin de la famille, celui qu'on raille volontairement et dont on reproche toujours de ne pas être au niveau des aînés. Et pourtant, Matt est destiné à accomplir un grand destin puisqu'il vient d'être déclaré le Champion de Blackwell, celui qui doit combattre le serpent de Midgard lors de Ragnarök.

Pardon ? comment ? qu'est-ce ... ? Eh oui, Matt est en fait le lointain descendant du Dieu Thor. Toute la ville est très, TRES attachée à ses coutumes ancestrales et cultive le mythe avec soin. Entre fêtes folkloriques et traditions transmises de génération en génération, le poids de l'éternel enjeu pèse lourd sur les épaules. De plus, Matt découvre qu'il doit s'allier avec ses ennemis s'il veut survivre, mais là... point trop n'en faut !

Je vous invite à découvrir ce petit roman foisonnant, dont l'idée de départ était de transposer la mythologie scandinave à une société d'aujourd'hui (on pense à Percy Jackson !), idée très pertinente, construite avec habileté, en proposant aussi une intrigue fouillée, truffée d'action et de suspense, et avec des personnages (trois principaux) assez attachants. Par contre, bémol sur l'écriture simpliste et trop travaillée à cet effet, on sent la retenue des auteurs, habitués à écrire pour un public plus mature, ici je l'ai ressentie comme une contrainte.

Cela n'en demeure pas moins une lecture divertissante et agréable à parcourir pour des enfants (bons lecteurs), amateurs de mythologie et d'aventures passionnantes. Deux autres tomes vont suivre.

Milan, février 2014 - traduit par Emmanuelle Pingault ♦ illustration de couverture : Vivienne To

Posté par clarabel76 à 08:30:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,


28/02/14

Lulu n'a peur de rien, par Judith Viorst et Lane Smith

IMG_0666

Après Lulu et le brontosaure, place à une nouvelle aventure aussi drôle et enlevée, toujours servie par les illustrations désopilantes de Lane Smith ! La fillette a certes gagné en sagesse, mais est toujours aussi déterminée à aller au bout de ses envies. Comme ses parents refusent de céder à sa dernière lubie en date, elle décide de gagner son argent de poche en devenant la promeneuse en chef des chiens du quartier.

Trois adorables toutous vont ainsi bénéficier de ses services d'expert, ahem, vous vous doutez bien qu'on ne s'improvise pas calée en canins du jour au lendemain, et notre demoiselle va en voir de toutes les couleurs ! Séquences très, très drôles à prévoir ! Bon, heureusement son petit voisin Fleichmann vient à sa rescousse, avec ses croquettes, sa flûte en bois et son charabia allemand.

Mais le problème, c'est que Lulu DÉTESTE le petit voisin Fleichmann. Ce garçon insupportablement parfait. Ce garçon modèle. Ce garçon qui sourit niaisement. Ce garçon tellement poli que tous les adultes l'adorent. Ce garçon si serviable qu'il refuse le moindre centime, sous prétexte que cela lui fait plaisir de rendre service. Argh, Lulu n'en peut plus de ce Fleichmann. C'est le garçon à abattre !

Comble de malchance, elle doit le supporter tous les matins car lui seul a le véritable don avec les animaux. Jusqu'au jour où elle va exploser de colère et lui dire le fond de sa pensée. Han, han, pas bien, Lulu, pas bien du tout... Et comment il va réagir, notre Fleichmann ? En lui bottant les fesses, à son tour.

La morale de l'histoire fera sourire les enfants, qui adorent rouspéter après Lulu. Elle incarne le bon et le mauvais des jeunes bambins, car elle n'est pas parfaite mais elle a conscience de ses erreurs. Elle apprend à s'excuser et corriger ses défauts. Du moins, accepte-t-elle aussi qu'on lui donne un coup de pouce, sans vouloir arracher les yeux de son bon samaritain.

Judith Viorst joue aussi de cette tendance à râler et faire preuve de mauvaise foi, en donnant l'impression de raconter son histoire comme si elle s'adresse directement au lecteur. Elle a pour cela recours à de nombreux apartés, fait des temps morts, use de parenthèses, de questions-réponses et entretient le suspense au sujet de la fameuse lubie de Lulu, qu'on ne découvre qu'à la toute dernière page.

Lecture très divertissante, pour une série qui ne peut que ravir petits et grands lecteurs.

Milan, janvier 2014 - traduit par Nathalie Zimmermann

IMG_0685

IMG_0686

IMG_0687

Posté par clarabel76 à 10:30:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

16/01/14

Extra doux de Mac Barnett et Jon Klassen

IMG_1397

Par un après-midi glacial, dans une petite ville glaciale, toute blanchie par la neige et noircie par la suie des cheminées, Annabelle trouva une boîte remplie de fil multicolore. Elle se mit à tricoter un pull pour elle, pour son chien, pour un copain jaloux, pour son animal aussi... et jamais elle ne manqua de laine ! Elle continua de faire plaisir et se mit à tricoter pour toute sa classe, pour son instituteur, pour les villageois, tous les villageois, sauf un... qui se contenta d'un bonnet ! Et même la ville revêtit une parure de laine.

Tant et si bien que la rumeur enfla et les curieux accoururent du monde entier pour rencontrer cette fillette qui tricotait à l'infini. Mais un archiduc aussi se pointa, fine bouche... Il lui proposa une fortune contre sa boîte magique, mais la fillette refusa. Mais l'homme ne se contenta pas d'un refus !

Charmante  histoire sur la générosité (et le plaisir de tricoter !), qui ne s’épuise pas tant qu’on cultive cette qualité avec naïveté et détermination. Les illustrations sont délicates, le moelleux de la laine ressort impeccablement dans le paysage hivernal. C'est sobre, mais poétique. Très beau ! 

Milan, janvier 2014

IMG_1398

IMG_1399

IMG_1400

IMG_1401

IMG_1402

Posté par clarabel76 à 11:00:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

12/12/13

Le Cercle des confidentes, 1. Lady Megan par Jennifer McGowan

IMG_9737

Londres, 1559. Meg Fellowes, 17 ans, comédienne de la troupe de la Rose d’Or, est arrêtée pour vol et se sait condamnée à la potence. Pourtant, on lui propose une alternative : accepter de faire partie d’un groupe de demoiselles d’honneur très spéciales - des espionnes au service de la reine Élisabeth d’Angleterre. Meg est chargée d'être les yeux et les oreilles de la souveraine, auprès de qui elle doit faire un rapport sur tout ce qu'elle entend et voit (la jeune fille est dotée d'une mémoire exceptionnelle, elle est notamment capable de réciter une conversation entière en espagnol alors qu'elle n'y comprend goutte).

Mais les intrigues de la cour sont nombreuses, fourbes et tordues. Meg doit jouer sur plusieurs fronts et se retrouve forcée de faire des choses qui vont à l'encontre de sa conscience (trahir ses amis, espionner la reine elle-même, avoir un faible pour un courtisan peu recommandable). De plus, elle a appris que la précédente jeune fille qui avait tenu son rôle a été assassinée au cours de ses fonctions, de quoi lui donner le tournis et quelques frayeurs supplémentaires. Meg vient de pénétrer dans une arène cernée de dangers, d'interdits et de mensonges.

Superbe introduction d'une nouvelle série historique alliant charme et mystère (dans la même veine que The Agency de Y.S Lee ou La maison du magicien de Mary Hooper) ! La lecture rassemble une intrigue efficace, avec du suspense et de l'espionnage, des trahisons et des complots politiques à foison. L'héroïne est une fonceuse, qui ne doute de rien et qui fait aussi preuve de droiture et de noblesse du coeur. Par contre, l'action est assez lente, l'histoire est ultra détaillée, compacte et parfois confuse, elle est également ralentie par des éléments insignifiants (les discussions, les leçons, les passages secrets à débusquer...). C'est un ensemble, certes, mais c'est générateur d'une pointe d'ennui à mi-parcours du livre.

Sans quoi, l'intrigue amoureuse, aussi minime soit-elle, est mignonne et croustillante, il me tarde d'en connaître les développements dans les prochains tomes à paraître ! Car cette série est attachante, riche d'un contexte historique qui refuse de faire tapisserie. Quelques défauts seront à corriger, sinon c'est très bien pour un début ! Cela donne envie d'en lire un peu plus...

éditions Milan, coll. Macadam, septembre 2013 - traduit par Marie Cambolieu

Posté par clarabel76 à 08:15:00 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

09/12/13

#8PM, par Jeff Sampson

IMG_0115

J'ai été agréablement surprise par ce roman, même s'il m'a demandé un peu de temps pour m'habituer à son histoire fort mystérieuse, j'ai fini par lui trouver un certain potentiel. Car malgré les petits défauts ci et là, je suis sûre qu'ils seront corrigés par la suite pour offrir une intrigue plus dense, plus palpitante. Pour l'heure, c'est la mise en bouche, on goûte, on tâte, on s'interroge et on attend. Emily Webb est une jeune fille de 16 ans, réputée calme, discrète et timide. Pourtant, tous les soirs, après 8 heures (8pm), elle se transforme en une fille délurée, en quête de sensations fortes, de rencontres et d'interdits à braver. C'est plus fort qu'elle, comme si elle était soumise à une incontrôlable pulsion, sa personnalité se dédouble. Ce n'est pas seulement gênant, mais inquiétant pour elle, car depuis quelques jours un tueur en série rôde dans les rues de la ville et a déjà fait deux victimes.

Il faudra toutefois un peu de patience pour dépatouiller le croustillant derrière l'amoncellement d'informations et autres spéculations que nous sert l'auteur en début de roman. Cela peut paraître brouillon, alors que cela a le simple dessein de planter un décor et de cerner le contexte. On peut cependant se satisfaire de l'humour particulièrement corrosif de la jeune Emily et du suspense prégnant de bout en bout ! Pour un avant-goût prometteur, c'est plutôt pas mal. La série s'annonce étonnante et excitante, en trois tomes, la suite est déjà disponible #8PM : Effets Secondaires.

éditions Milan, coll. Macadam, octobre 2013, traduit par Mim (Deviant : 1.Vesper) ♦ Déception pour la couverture & le titre français, j'ai une préférence pour la maquette de l'édition américaine (en un clic). 

Posté par clarabel76 à 08:15:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,


12/11/13

Le Chat botté de Charles Perrault et Raphaël Gauthey

IMG_9768

À la mort de son père, un jeune homme se retrouve seul au monde. Sans argent ni maison, il s'en va par les chemins avec son chat. Oui mais voilà, ce n'est pas n'importe quel chat !...

IMG_9769  IMG_9770

Penchons-nous maintenant sur cette version proposée par Raphaël Gauthey, au ton plus vif et moderne, sans le moindre soupçon de second degré. Soupirs.

IMG_9771  IMG_9772

A vrai dire, ce qui m'a plu, immédiatement, dans cet album, c'est son format, son esthétisme et son beau papier. On comprend tout de suite qu'on a entre les mains un ouvrage d'une qualité remarquable ! Je suis moins sensible aux images et à l'ambiance générale de cette adaptation, mais c'est une question de point de vue...

Le Chat botté de Charles Perrault et Raphaël Gauthey (éditions Milan, septembre 2013)

Posté par clarabel76 à 09:00:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

25/06/13

Rencontrer un véritable super-héros dans la vraie vie peut se révéler une expérience inoubliable

IMG_8992

Jack Vandal est le rejeton d'un couple de super-méchants, dont les projets de détruire la planète sont souvent contre-carrés par le Capitaine Justice, l'idole de toute une génération. Jack, lui, tente de mener une vie de collégien ordinaire, sous une fausse identité. Mais les choses se compliquent avec l'apparition de son Don (la combustion spontanée), mais surtout de Sophie Martin, la nouvelle élève qui semble aussi avoir un secret à préserver !

En fait, il s'agit de la fille du Capitaine Justice. Jack en reste bouche bée mais ne lui parle pas du poids de son héritage, seulement de son statut de super-héros. Certes, il doit choisir son camp mais ce n'est pas gagné. Être un super-méchant, pour lui, ce n'est pas une sinécure non plus. Ses parents ne le forcent pas, même s'ils le conduisent au Salon annuel du Super-Méchant, en tout bien tout honneur.

Cette lecture est extrêmement drôle et bien rythmée, cela a été une vraie bonne surprise au moment de la découvrir (je n'aime pas beaucoup la couverture). Les personnages sont étonnants, de pures caricatures, mais le trait est forcé exprès, sans jamais être lourd. L'auteur s'amuse à dépeindre un super-héros en véritable businessman en terme de marketing, tandis que les méchants font doucement rigoler (on les aime d'être si redoutables !). L'intrigue est simple, mais sait tenir en haleine. Il y a sans cesse de l'action, du rebondissement et beaucoup d'humour aussi.

Les enfants apprécieront, sans nul doute. Les parents également, en lecture orale notamment.

Jack Vandal, par Lee Bacon
Milan jeunesse, 2013 - traduit par Amélie Sarn
illustration de couverture : Sébastien Telleschi

Posté par clarabel76 à 16:30:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

11/03/13

"I want to live in a world where I know the rules, where people are just people."

IMG_8653

Syrli Ainsley n’a jamais vu le ciel. Son monde se termine au bord de la barrière en forme d’immense dôme d’énergie qui entoure tout ce qui reste de l’humanité. Pendant des siècles, la ville a nourri cette barrière en puisant l’énergie magique que ses enfants engendrent quand ils atteignent l’adolescence.

Lorsque c’est au tour de Syrli, elle apprend qu’elle est plus qu’une adolescente, qu’elle appartient à la légende elle-même. Contrainte de fuir pour éviter de devenir à vie une sorte de batterie humaine, Syrli doit se battre et quitter son monde. Elle est traquée. Mais elle sait que d’autres adolescents semblables à elle ont fui et se cachent dans le bois de Fer.

Quel univers étrange et confus ! Longtemps j'ai eu le sentiment de n'y rien comprendre, c'est triste à dire. L'intrigue est aussi longue à se mettre en place, ce qui n'aide pas à trouver ses repères. Sincèrement j'ai peiné pour m'accrocher à cette histoire. Et puis les personnages sont vagues, pas très attachants non plus. J'ai traîné, attendu, espéré la petite étincelle ... finalement j'ai refermé mon livre de dépit. Pas du tout convaincue, séduite ou embarquée par ce qu'on me proposait. Dommage !

Syrli, par Meagan Spooner
Milan, coll. Macadam, 2013 - traduit par Guillaume Fournier

Posté par clarabel76 à 11:15:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

09/03/13

Aucun retour n'est possible, lorsqu'on quitte l'univers du réel pour entrer dans celui où le mystique règne en maître.

IMG_8644

Nous retrouvons notre petit couple formé par Vincent et Kate avec une joie non feinte, c'est frais, mignon et attendrissant. Le roman s'ouvre sur une histoire qui étale leur bonheur comme des feux d'artifice dans le ciel. C'est enivrant si on s'attache à une manifestation romantique et idéalisée du premier grand amour. Et puis l'auteur nous vend du rêve parisien en long, en large et en travers. Paris, la ville des amoureux, revêt son costume de noblesse.

Donc, après le départ de Charlotte et Charles, ce sont Violette et Arthur qui se joignent à la bande des revenants dans leur lutte contre les numa. Ces derniers restent mystérieusement discrets, aussi la vigilance est de mise. Kate et Vincent ont scellé leur destin, mais la jeune fille craint toujours de le perdre. Aussi son beau prétendant a juré de trouver une solution pour leur permettre de vieillir ensemble. Il n'ose rien lui avouer, mais physiquement il affiche une mine fatiguée qui contrarie la demoiselle. Du coup, Kate prend l'initiative de faire ses propres recherches et investit un univers obscur bien trop dangereux.

Encore une fois, ce sont les derniers chapitres qui nous tiennent en haleine et nous font vivre des sensations fortes. L'intrigue n'est toutefois pas très surprenante, j'avais deviné un gros paquet des rebondissements, mais la lecture n'en est pas moins agréable. Il y a tous les ingrédients pour faire chavirer les petits cœurs sensibles : de l'action, du dévouement, de la trahison, du sacrifice, du combat et de l'amour aussi. C'est rondement bien mené, pas bouleversant non plus, c'est pour un public adolescent et c'est très, très bien comme ça. Le troisième tome, Qu'importe l'éternité, est déjà annoncé pour le mois de juin ! De quoi satisfaire notre curiosité.

Que la mort nous sépare, par Amy Plum
Milan, coll. Macadam, 2013 - traduit par Marie Cambolieu

Posté par clarabel76 à 10:30:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

10/12/12

Les Chroniques de Wolf Springs, tome 1 : Déchaînés, par Nancy Holder et Debbie Viguié

“What kind of freaks are they? Is this some result of banjo inbreeding?”

IMG_8365

Katelyn vient de perdre sa mère, elle quitte la Californie pour s'installer chez son grand-père, Mordecai McBride, qu'elle ne connaît pas du tout. C'est un type rustre, qui aime la chasse et la solitude, il impose à sa petite-fille des règles de vie très strictes : pas de sortie la nuit tombée, pas de promenade dans la forêt environnante, pas de balade en solo, tout simplement, et des leçons pour apprendre à tirer avec une arme à feu. Huuu, quel scandale pour cette petite mijorée herbivore, qui passe son temps à se plaindre et à pleurnicher.

Déjà, Katelyn ne me plaît pas des masses ! Mais je fais l'impasse, après tout l'ambiance de Wolf Springs n'est pas dénuée de charme, si l'on apprécie le côté petite ville américaine, figée dans le temps, baignant dans ses légendes, ses mystères et ses secrets. Un peu de poudre aux yeux, et me voilà presque séduite. Katelyn entame sa vie de lycéenne, se lie d'amitié avec Cordélia, une solitaire qui ne s'entend pas non plus avec sa famille, et fait la route tous les jours avec Trick, le mauvais garçon aux blagues pourries, mais très chevaleresque, ce qui pourrait chatouiller la jeune fille.

Bon, celle-ci croise aussi le cousin de Cordélia, Justin le motard, et là c'est le coup de foudre. Du genre, magnétisme animal. Elle lui saute dessus, il lui avale la langue, elle s'accroche à lui comme à une bouée de secours, il pourrait la dévorer sur place. Ahem et triple ahem. Après ce petit flirt très poussé, Katelyn tente de remettre ses idées en place en bûchant sur son exposé (une vieille histoire sur une mine d'argent, et un Cerbère qui sème la terreur dans la région). Dans le même temps, Wolf Springs est frappé par une série de meurtres. Les langues se délient, les masques tombent, Katelyn court tous les risques et sa nouvelle meilleure amie ne cesse de pâlir, blêmir et balbutie des excuses à la gomme.

Au programme, donc, un enchaînement d'évènements, de non-évènements, de passions débridées, d'émotions fortes et de révélations fracassantes... Pfiou ! J'ai slalomé sur la piste entre le bon et le moins bon, mais au final je sors décontenancée par ma lecture, riche en promesses, mais tenues à la légère. Peut-être la faute à une construction malhabile, des personnages qui s'éparpillent et font des grands gestes en poussant des cris très fort, sans le moindre intérêt. C'est un peu dommage, j'avais perçu le potentiel du livre, mais au final il me laisse insatisfaite et frustrée. La suite tranchera ! Sans quoi, je suggère aussi la découverte d'une autre série méconnue, 13 to Life de Shannon Delany - j'en appelle aux éditeurs français !

Milan, coll. Macadam, 2012  -  traduit par Marie Cambolieu

Posté par clarabel76 à 08:30:00 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,