18/10/10

Pêle-Mêle Clarabel #10

Véritable COUP DE COEUR pour :

IMG_0485

C'est écrit en couverture, entrez ! N'attendez plus, ça vaut le détour.

IMG_0486

« Mon père et ma mère.
Et moi.
Qu'est-ce que j'ai oublié,
entre mon père et ma mère et moi ?
Le vent ? La lumière ?
»

IMG_0487 IMG_0488 IMG_0489

Cet album est MAGNIFIQUE : entre les illustrations de Joanna Concejo et le texte de Sébastien Joanniez, l'alchimie est juste parfaite ! Beaucoup de poésie, de douceur, au service de la rêverie, et une petite ritournelle qui revient en fond sonore... c'est tout simplement prodigieux. L'enfant se découvre au fil des pages, comme il découvre sa place dans le monde, l'approche est sensible, cernée avec tact, c'est même d'ailleurs une terrible injustice de tenter d'évoquer cette magie, car je ne trouve pas les mots équivalents à ce que j'ai pu ressentir.  Il faut dire aussi que le lecteur n'est pas seulement spectateur pépère, juste bon à tourner les pages, à pousser des cris d'exclamation et de ravissement, il est également convié à compléter le tableau, oui, toi, toi qui me regardes, ta place est parmi tous. C'est FASCINANT !

Entrez ! de Sébastien Joanniez / Joanna Concejo (rouergue, 2010)

IMG_0244

Chic ! Un nouvel album de Maurizio A.C. Quarello ! Un album qui mêle humour et moquerie en dénonçant l'hypocondrie, la surmédication, la posologie excessive, sans prendre note des effets secondaires, la manie de se rendre trop vite chez le médecin pour le moindre petit bobo.

Monsieur X se réveille et constate qu'il perd ses cheveux. Un premier docteur lui prescrit une lotion qui développe un effet secondaire. Le lendemain, Monsieur X. se découvre un conjonctivite et se rend chez l'ophtalmo. Il prend ses gouttes mais de nouveau un autre effet secondaire se manifeste et lui refile des boutons sur le visage. Un autre spécialiste lui conseille une pommade, Monsieur X s'en tartine et rebelote : encore des effets secondaires, encore des visites chez des docteurs et des remèdes qui n'en finissent pas de lui en faire voir de toutes les couleurs. Spectateur de ce ridicule manège, le chien de Monsieur X exprime tout ce que nous ressentons. C'est pathétique, et un peu triste d'en être rendu à ce stade, mais c'est drôle ! Et la fin n'est pas mal... Monsieur X revient à son point de départ, tant pis, il s'en contentera,

en fin de compte, cela aurait pu être pire.

Effets secondaires, Maurizio A.C. Quarello (Le Rouergue, 2010)

Nous avons également aimé La Tour de Léo, essentiellement pour ses illustrations.

IMG_0247

Léo est un petit garçon qui aime entasser ses jouets et admirer la tour en contemplant son équilibre. Puis, il pousse le tout et redécouvre ses jouets. C'est tout simple. (En fait, je me suis amusée à reconnaître les titres des livres dans la tour de Léo.) J'aime beaucoup les illustrations de Julie Mercier. L'histoire n'a pas retenu mon attention (je pense que cet album s'adresse aux plus jeunes).

La tour de Léo, André Benchetrit / Julie Mercier (Le Rouergue, 2010)

 

 

et enfin, l'heure du drame a frappé...

 

IMG_0491

le doudou de Lola a disparu !!!

IMG_0492

panique générale, la maison est passée au peigne fin, mais le doudou reste introuvable !

IMG_0495

aux grands maux les grands remèdes : un avis de recherche est lancé...

IMG_0497 IMG_0498

tout le monde se mobilise et très vite Lola se retrouve avec 22 petits carrés pour son doudou - patchwork, avec tous une odeur particulière : de rôti, de frites, de gratin doré, de cambouis, de terre séchée, de jasmin et d'oeillets. Maman lave et recoud ensemble tous les morceaux ...

« Mais Lola trouve que le doudou ne sent rien et qu'elle est trop grande maintenant. On range le doudou au fond de la grande armoire. Et Lola fait du vélo avec Lili, devant la maison, sur le trottoir. »

Cette fin m'a laissée sur ma faim. Je sais bien que l'histoire voulait aider la petite Lola à dépasser le manque et à retrouver son sourire en jouant avec ses camarades. Le doudou, c'est le compagnon idéal durant la petite enfance. Vivre sans, cela veut dire grandir, se joindre aux autres, accepter de perdre les dernières traces de l'enfance. Bref. Tout le monde est sensible à la perte d'un doudou, d'ailleurs les habitants du quartier se serrent les coudes pour lui venir en aide. C'est étrange, parfois, ce qu'on s'imagine et ce qu'on pense ... J'ai l'impression d'être passée à côté, je ne vois pas le lien entre la solidarité des uns et des autres et le détachement sec et brutal de la petite fille quand elle retrouve un doudou. J'ai besoin d'y réfléchir encore, cet album m'est bien sympathique mais me chiffonne aussi.

Le doudou de Lola, Irène Cohen-Janca / Natacha Sicaud (Rouergue, 2010)

NB : Natacha Sicaud avait illustré le roman d'Alex Cousseau, Prune et Rigoberto (que j'adore), c'est donc un vrai bonheur - et une surprise ! - de la retrouver ici !!!


21/01/10

Les Demoiselles du Palais-Royal ~ J. Esther Singer

Seuil, 2009 - 288 pages - 12€
illustrations de Natacha Sicaud

Les_demoiselles_du_Palais_RoyalCette série historique pour les lectrices de 12-14 ans est absolument fraîche, divertissante et très agréable à lire. Elle s'inscrit dans la veine des Annie Pietri (Les Orangers de Versailles) et Anne-Marie Desplat-Duc (Les Colombes du Roi-Soleil). L'histoire se passe sous la Régence, en 1718. Les héroïnes sont quatre cousines issues de la bonne société - les jumelles Henriette et Héloïse de Gaumont, et les soeurs Bertrade et Blanche de Pontivy. L'histoire raconte comment Héloïse et Henriette vont, un peu malgré elles, devenir les espionnes à la solde du Régent et déjouer le complot contre le jeune roi Louis XV.
L'auteur s'est attachée à beaucoup détailler le contexte historique en plus des personnages avec un soin proche de la pédagogie. C'est d'ailleurs juste l'infime défaut que je pourrais lui reprocher, ce souci de présenter pénalise légèrement la fluidité du romanesque. Les héroïnes sont charmantes, les situations qu'elles vivent sont peu crédibles et l'inéluctabilité des intrigues nous sautent vite aux yeux. Néanmoins, cela reste un bon moment de lecture, j'ai beaucoup aimé l'écriture de J. Esther Singer, la légèreté des demoiselles et leurs traits terriblement typés (l'une est frivole, l'autre se passionne pour l'étude, encore une autre est pieuse et la quatrième totalement transparente !).
On retrouve dans ce livre les qualités et défauts du genre, car la série se veut à la fois instructive et distrayante. On brasse les complots, les soupirants, les projets de mariage, l'ordre de la Mouche-à-miel, les morts mystérieuses et l'exil avec la même évidence, ou limpidité. Je me répète, mais j'ai trouvé cette série absolument charmante ! Et la couverture est bien jolie.
A signaler la parution rapprochée des deux tomes suivants : le deuxième en mars 2010 et le troisième cet automne.

 

03/07/07

Les enfants lisent aussi durant les vacances (1)

prune_et_rigobertoVoici un petit roman très mignon qui porte la touche fantaisiste d'Alex Cousseau. Déjà auteur de l'irrésistible Tout le monde s'embrasse, sauf moi, il continue d'enchanter le lecteur avec Prune et Rigoberto, une histoire qui se passe dans une piscine, mettant en scène deux enfants un peu timorés.

Ce jour-là, le maître nageur a demandé à tous les élèves de porter un pyjama pour la leçon. Il faut apprendre à nager sous l'eau avec le poids des vêtements trempés. L'idée fait rigoler les petits camarades, mais personne ne fait attention à Prune, une petite fille paralysée, toute blanche d'effroi et qui commence à pleurer. Rigoberto a bien observé la fillette et aimerait l'aider, même quand elle disparaît du bord de la piscine pour se réfugier sous les douches. Le garçon la suit et fait tout son possible pour vaincre ses inquiétudes.

Il est maladroit, il pense savoir pourquoi Prune est effrayée. Mais qui peut vraiment comprendre ce qu'est la peur ? Car Rigoberto doit également admettre que son coeur fait des bonds plus forts en pensant à Prune. La peur, ça ne s'explique pas. De manière générale : tomber amoureux ne s'explique pas, pleurer non plus. En somme, l'inconnu fait peur mais gagne à être "dompté". Le mieux est de prendre son courage, se jeter à l'eau et advienne que pourra !

C'est tout gentil, c'est tout simple. Les dessins de Natacha Sicaud soulignent parfaitement les traits d'innocence de ce joli petit couple. Dans le fond, l'histoire parle beaucoup d'amour avec l'aide des paraboles. Il faudra donc être attentif à bien tout expliquer à l'enfant qui, dès 8-9 ans, pourra se sentir concerné par ce roman.

100 pages - collection Zig Zag aux éditions du Rouergue - Février 2007

tout_le_monde_s_embrasseGrégoire, neuf ans, tombe amoureux d'une vendeuse de chaussures qui a vingt ans. C'est Léonor. Elle est jolie et le petit Grégoire est fou d'elle. Il rêve de la revoir. Belle aubaine : elle devient sa babysitter ! Léonor et Grégoire commencent à devenir très proches, le garçon le sent ainsi... L'univers de Grégoire est simpliste et sympathique. Et puis l'amour flotte partout : le chien est amoureux d'une taupe, papa et maman s'embrassent tout le temps. Il semble alors logique pour Grégoire que la belle Léonor va succomber à ses paroles d'amour !

Le texte, abordable dès 8 ans, s'accompagne des illustrations rondes et comiques de Nathalie Choux. Alex Cousseau a écrit là une franche histoire sympathique et attachante, c'est un livre sur l'amour, l'innocence et l'optimisme à toute épreuve. Qu'importe le résultat, le principal est d'y croire et d'espérer ! Vive l'amour, semble dire ce livre !

112 pages - Coll. Zig Zag aux éditions du Rouergue - Février 2004