08/11/17

Les fondus de l'Arctique, par Erwan Seznec

LES FONDUS DE L’ARCTIQUE

Voilà où ça peut mener de manger des poissons panés ! Antoine Delamoute vient de gagner un concours organisé par la société Celsius, qui a choisi d'emmener quatre collégiens sur leur navire scientifique pour une expédition jusqu'au Groenland. Julien, Joris et Marie sont les trois autres petits veinards à embarquer avec leur valise, leur slip chauffant et leurs moufles pour une aventure ô combien déjantée.
J'avoue, c'est très, très drôle à lire. Il ne se passe pas une page sans un élément désopilant, une réplique qui fait  mouche, un détail qui coince, un événement inattendu. On n'en perd pas une miette et c'est vraiment trop bon ! Car tout va rapidement de travers, à bord de La Suspicieuse, comme de démasquer un intrus parmi nos jeunes lauréats, puis d'apprendre que le capitaine est héminégligent, sans oublier le syndrome islandais qui frappe nos petits camarades, ou la crise de nerfs du patron des panés devant les caméras de la télévision, et que dire de la concurrence déloyale où tous les coups fourrés semblent permis !
L'histoire est complètement dingue et saugrenue, mais c'est de l'humour bon enfant et opportun. On trouve aussi des petits clins d'œil sympas, comme les noms des personnages (Roger Rouscaille ou Ernest Shackleton) et des illustrations adorables venues mettre leur grain de sel pour agrémenter de loufoquerie les 135 pages du roman. 
Une excellente découverte et une lecture distrayante au possible. À partager autour de soi. ♥☺

Neuf de l'école des loisirs, 2017

Illustrations de Vincent Bourgeau

 

Posté par clarabel76 à 10:00:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,


28/09/17

Strada Zambila, de Fanny Chartres

strada zambilaIlinca ne pardonne pas à ses parents d'être partis en France pour effectuer un remplacement dans un cabinet médical en Normandie. Sa sœur et elle sont restées à Bucarest, coincées dans leur petit appartement avec leurs grands-parents et leur ribambelle de chats. C'est par souci économique qu'ils ont pourtant fait ce choix, mais la fillette ne veut pas l'entendre. Son amitié avec Florin, un élève rom de sa classe, lui montre aussi qu'il y a toujours moyen de s'en sortir, quand la famille se serre les coudes. Ilinca a onze ans, elle est fâchée, elle boude les appels vidéos de sa mère, elle refuse de confier ses tourments et elle trouve le temps long. Les fêtes de Noël approchent, mais elles n'ont pas le même goût cette année. Quand sa mère leur rend une visite surprise, Ilinca se prête  à rêver d'un retour à la normale. Et puis... patatras.

Fanny Chartres a passé neuf ans à Bucarest, ce qui lui a inspiré l'écriture de Strada Zambila - un joli roman sur l'enfance qui souffre du manque. Manque des parents, manque d'argent, manque de tolérance, manque de communication. Bref. L'histoire fait un petit tour d'horizon et nous promène dans les ruelles d'un pays marqué par le communisme, où la pauvreté est encore le lot quotidien, mais jamais elle ne renvoie une image misérabiliste. On visite ainsi le marché aux fleurs, la place Saint-Georges, la rue Radu Calomfirescu, on se détend à la patinoire en buvant du chocolat chaud, on déguste des sarmale avec de la mamaliga. On profite au mieux du bonheur de vivre, et on savoure l'instant présent. Cela n'efface pas les clichés contre les “cueilleurs de fraises” (ceux qui partent à l'étranger pour un avenir meilleur) ou contre les roms (les tziganes, voleurs de poules, de cuivre, etc.). Après tout, « on ne voit bien qu’avec le coeur, l’essentiel est invisible pour les yeux ». Et à Bucarest, “le clair côtoie l'obscur, mais c'est justement cette cohabitation du beau et du laid qui fait toute sa beauté”.

Un petit roman lumineux, tendre et bouleversant par ses révélations - où l'on se dit que mentir aux enfants a ses limites. Il y a une grande sincérité et de l'intelligence dans cette histoire, qui cherche à toucher au plus juste le jeune lecteur. Celui-ci se trouve face à une vie éloignée de la sienne, qu'il découvre autrement que par des idées reçues, et dont il appréciera, espérons-le, toutes les différences et les richesses culturelles. Aoleu !

Neuf de l'Ecole des Loisirs, 2017

Illustration de couverture : Iris de Moüy

Posté par clarabel76 à 13:45:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

15/09/17

Anita mène l'enquête #2: Une lumière très étrange, de Norma Huidobro

ANITA MÈNE L'ENQUÊTE UNE LUMIÈRE TRÈS ÉTRANGEUn soir d'été, alors qu'elle rentre du restaurant avec sa grand-mère, Anita surprend une lumière étrange depuis la fenêtre d'une maison voisine. Puis plus rien. Seul le bruit d'une voiture qui démarre et part en trombe vient troubler la quiétude du quartier. Fatiguée, sa grand-mère lui recommande de se coucher sans plus tarder. Mais dès le lendemain, Anita se confie à son meilleur ami Matías, également son fidèle acolyte en matière d'enquêtes à résoudre (Anita est fan de Hercule Poirot et de Sherlock Holmes).

On ne fait plus les présentations de notre tandem, ou reportez-vous au précédent ouvrage, cf. Le parapluie à fleurs, pour goûter aux plaisirs d'une vie de quartier populaire, avec ses petits commerces, ses potins et ses secrets. Notre jeune héroïne savoure cette ambiance et s'y sent comme un poisson dans l'eau... Certes, elle rouspète souvent d'être coincée au salon de coiffure de sa grand-mère à servir du maté à la clientèle, sauf que cela s'avère également pratique pour glaner des informations et obtenir des indices.

J'ai été agréablement surprise par le suspense glissé entre les lignes, et par l'intrigue finement composée. Ma curiosité a été immédiatement titillée. C'est simple, on se prend au jeu et on élabore des théories sur ce rituel de la lumière et sur l'énigme du parfum lilas d'orient qui embaume le linge de toutes les ménagères. On peut penser ce qu'on veut, mais c'est conduit avec beaucoup de dextérité. Pas si naïf que cela, finalement ! Anita et Matías nous entraînent à leur suite et font de nous ce qu'ils veulent. C'est du tout-cuit. Ne manque plus que le choripain pour aider les petites cellules grises à s'activer, et hop. 

Une série de plus en plus réjouissante, qui nous installe en Argentine, au cœur d'un quartier chaleureux, où il fait bon croiser les figures familières et courir en douce après les mystères ! Très, très sympa.

Neuf de l'Ecole des Loisirs, 2017

Illustrations de Charline Collette / Traduction de Myriam Amfreville

 

♣♣♣♣♣♣

 

L'ÉCOLE DE MA VIE, de MARIE DESPLECHIN / Illustré par Glen Chaperon

 

l'école de ma vieEnfin les vacances d'été ! Pour Fanta, l'année scolaire n'en finissait plus de finir. Adieu le CP, place à l'aventure ! La fillette se rend, pour la première fois, en train à la campagne. Et quelle belle vie ! Tout est plus calme, la nature recèle des trésors insoupçonnés, on oublie les livres, les cahiers, les lectures du soir... On verra plus tard.

Mais les jours passent, et Fanta est à court d'excuses pour s'entraîner à la lecture à voix haute. C'est comme pour la piscine, quand l'amie de sa maman découvre qu'elle ne sait pas nager. Fanta n'est plus à un secret près !

Un petit roman sur la dyslexie et le casse-tête des enfants face à un texte où toutes les lettres se mélangent. Évidemment l'histoire montre qu'il ne faut pas dramatiser, être ou ne pas être intelligent, là n'est pas la question. C'est comme pour la nage, tout s'apprend. Et Fanta peut continuer de croire dans les étoiles en chuchotant des vœux. C'est tout plein de tendresse et d'espoir là-dedans ! 

Présentation en vidéo : YouTube.com


 

15/02/17

Le mystère Vandam Pishar, de Anne-Gaëlle Balpe

Le mystère de Vandam PisharLorsque Vandam Pishar apparaît pour la première fois dans la classe de Milo, tous les élèves scrutent avec intérêt ce garçon à la peau foncée, aux cheveux sombres, lisses et brillants, aux yeux si noirs qu'on voit à peine ses pupilles.
C'est surtout son attitude qui les surprend - le garçon campe farouchement sur ses jambes raides, les bras le long du corps, les doigts écartés. De plus, il refuse de retirer ses gants, il ne lance aucune boule de neige pendant la récré et il mange à la cantine un plat différent des autres. Il n'en faut pas davantage pour que leur imagination s'emballe. Et lorsqu'ils surprennent la maîtresse et le nouveau échanger d'étranges signes et parler d'une mission à mener jusqu'au bout, les enfants sont convaincus d'avoir affaire à une invasion d'extraterrestres !
En matière d'événements étranges, c'est vrai qu'ils en connaissent un rayon. Du jour au lendemain, leur ancien instituteur a disparu sans crier gare... ce qui a donné lieu aux plus folles spéculations. Échappée amoureuse, kidnapping ou espionnage, tout est passé en revue. Milo et ses copains se lancent aussitôt dans une enquête trépidante, entre filature sur le Chemin des étoiles et intrusion nocturne dans une maison grouillante de gelée verte, ils ne reculent devient rien pour percer le Mystère Vandam Pishar ! 
La lecture est délicieuse et fait la part belle à la fantaisie et aux fables qui naissent dans les jeunes esprits, souvent sous l'influence du cinéma ou de la télévision. La présente histoire est fantasque et fabuleuse juste ce qu'il faut pour titiller la curiosité des lecteurs. La fin, d'ailleurs, vaut le coup d'œil pour ses étonnants rebondissements. Histoire d'alien ou pas, voilà un petit roman réjouissant ! 

Neuf de l'Ecole des Loisirs, 2017
ill. de couverture : Maurèen Poignonec

 

Posté par clarabel76 à 09:30:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

07/01/17

Anita Mène l'Enquête : Le parapluie à fleurs, de Norma Huidobro

Anita mène l'enquêteCette charmante petite série nous invite en Argentine, dans le quartier de Barracas, où règne une ambiance paisible et familière. Cette tranquillité est hélas perturbée par une série d'événements inquiétants : une vieille dame inoffensive a été agressée dans la rue, son parapluie lui a été arraché et la maison de ses voisins a été visitée ! Quelle cacophonie en si peu de temps. L'émotion est à son comble et les commerçants s'indignent. 
Dans le salon de coiffure de sa grand-mère, Anita écoute les langues se délier et prend note des cancans qu'elle rapporte ensuite à son meilleur ami Matìas, dont les parents tiennent la rôtisserie (également le lieu incontournable pour se régaler des spécialités locales).
Tandis que l'enquête suit son cours, les deux enfants vont avoir un œil sur la grillée et sur la frite. En gros, ils ne vont pas en perdre une miette et mettre leur grain de sel. Ainsi, ils vont recueillir le précieux témoignage de la victime et retracer chaque minute du crime dans leur carnet à énigmes. 
À force de minutie, ils découvrent qu'un 
objet d'art aztèque a été dérobé au musée... mais doivent maintenant trouver le lien qui expliquerait pourquoi leur vie de quartier n'est plus qu'une pagaille sans fin (reportage tv, panne d'électricité générale...). On entend déjà les petites cellules grises en action ! 
Le suspense est léger mais donne à la lecture tout son charme et son piquant. Je ne doute pas que les plus jeunes apprécieront de suivre les deux détectives amateurs se coller à une enquête pour le moins étrange. Ils vont ensemble la décortiquer, avant de résoudre le mystère en s'inspirant des observations prodiguées au fil des chapitres. C'est là une approche pertinente au genre du roman policier !
Rendez-vous est pris pour un deuxième tome, annoncé en juin 2017, et retrouver avec plaisir Anita, Matìas, le quartier de Barracas et le Choripain ! ☺

Neuf de L'Ecole des Loisirs - Octobre 2016
Illustrations : Charline Collette

Posté par clarabel76 à 10:00:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,


11/06/15

Le Lutin du Cabinet noir, de Jean-François Chabas

Lutin du cabinet noir

Edgar et sa famille viennent d'emménager dans un nouvel appartement que la marchande des quatre-saisons qualifie de « hanté ». Et en effet, dans le cabinet noir, où le garçon est envoyé en punition, il fait l'étrange rencontre d'un lutin qui sent la violette. La pauvre créature a été enfermée par une vilaine sorcière et implore l'aide de l'enfant pour retrouver sa liberté.

Ni une ni deux, Edgar se sent investi d'une mission et déploie une multitude d'efforts et de bravoure pour apprendre par cœur la formule magique, puis pour réunir les éléments essentiels pour célébrer la Hounga. Vous n'y comprenez rien ? C'est normal ! Dans ce récit, tout est destiné à vous retourner la tête et la farcir d'idées folles mais géniales.

Jean-François Chabas s'est visiblement beaucoup amusé en rédigeant cette histoire et son plaisir est communicatif ! Qu'est-ce qu'on se marre à suivre ce bonhomme de neuf ans s'échiner à amadouer un lutin malin, avec un hamster russe et une boîte de Krisprolls... Cette lecture n'a pas fini de vous réserver son lot de surprises tout en points d'exclamation !

Aventure loufoque et éclatante d'imagination, avec des réparties au poil et des rebondissements à gogo... on en voit de toutes les couleurs ! Frissons et émotions garantis.

Neuf de l'École des Loisirs ♦ mars 2015 ♦ Illustration de couverture de Louis Thomas

Posté par clarabel76 à 09:00:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

10/09/14

Le Club De La Pluie (série), de Malika Ferdjoukh

Ces histoires ont préalablement été publiées dans la revue Moi je lis en 2010 et 2011. Elles font aujourd'hui peau neuve avec cette double publication, en s'affichant sous des couvertures signées Cati Baur. Un rendez-vous immanquable, qui me rappelle vaguement le Club des Cinq, mais au ton moderne et pétillant. J'ai adoré !!

Club de la Pluie au pensionnat des mystères  Le Club de la Pluie 2

Nouvellement inscrite au pensionnat des Pierres-Noires, à Saint-Malo, Rose se lie d'amitié avec deux camarades, Nadget et Ambroise, qui partagent comme elle le goût de l'aventure et des mystères à résoudre. Dès son arrivée, Rose reçoit une pluie de boulettes de pain, provenant de la tour de l'internat, avant de capter que ce sont des appels au secours. Dès lors, on ne retient plus notre trio intrépide, qui va errer en pleine nuit dans les couloirs labyrinthiques de l'établissement. bravant les tempêtes et les interdits, déjouant aussi la surveillance rigoureuse de l'adjoint, M. Belloc, lequel remplace la directrice de l'école depuis une semaine. Cette dernière a été appelée au chevet de sa mère malade et a plié bagages en quatrième vitesse.  

On frissonne de peur, mais avec un grand sourire aux lèvres, pour cette série bichonnée avec amour par Malika Ferdjoukh. L'ambiance aux Pierres-Noires est complètement décalée : passages secrets, courants d'air, fantômes et secrets ancestraux hantent les murs de cette vieille bâtisse. Un vrai décor de cinéma, façon Frankenstein. Mais que de réjouissance ! Les quatre histoires mêlent avec brio humour, suspense et un soupçon de fantastique. C'est gentillet, composé à partir d'éléments ordinaires, avec souvent un dénouement expéditif et peu surprenant, mais sans conséquence fâcheuse. ^-^

Après tout, il y a un réel travail d'écriture et ce soin précieux d'instaurer un univers unique, débordant de peps, d'esprit, de fantaisie, qui est la marque de fabrique de Malika Ferdjoukh. On retrouve aussi sa passion pour le cinéma (aaah, La Mélodie du bonheur, ou les souliers rouges de Dorothy ! ) et on s'amuse à pointer toutes les références aux grands classiques des romans policiers ou fantastiques (Rouletabille, Leblanc, Dupin pour Edgar Poe, Dumas, Moriarty, Watson, etc.). Même la détective Pippa Marlotte semble avoir été inspirée d'après le nom du héros de Chandler, Philip Marlowe, incarné par Humphrey Bogart à l'écran. ☺

Je m'emballe, je m'emballe... Une chose est sûre : cette série jeunesse est TOP, distrayante et merveilleusement bien écrite. Et les illustrations de Cati Baur sont un accompagnement, désormais, indispensable !!! 

L'École des Loisirs, coll. Neuf, 2014 ♦ illustration de couverture : Cati Baur

Au sommaire, on trouve : L'énigme de la tour, Le voleur de Saint-Malo, Le fantôme des Pierres-Noires et Le mystère des chaussons rouges

  ❋  ❋  ❋  ❋  ❋ 

Dans la foulée, j'ai également lu  Robin au fond des bois
(texte initialement publié en 2010 dans la collection Voyage en page sous le titre Robin dans les bois).

Robin au fond des bois

Ce court roman de 75 pages propose une lecture au style très différent, à l'atmosphère plus sombre et oppressante. C'est l'histoire de deux frères, Robin et Jules, qui sont envoyés chez leur grand-mère pour le weekend. Ils doivent prendre le train pour couvrir la distance des 32 kilomètres, un trajet simple et sans heurt, ils ont l'habitude et apprécient de pouvoir se gaver en sucreries sans la surveillance des parents. Mais ce soir-là, Robin prend peur lorsqu'il s'aperçoit qu'ils voyagent avec un garçon de sa classe : Brendan Strekfus, une grosse brute sadique, qui passe son temps à terroriser ses camarades. Alors, Robin saute du train et décide de parcourir la distance restante à vélo, à travers la forêt. Les deux frangins n'en mènent pas large, seuls et transis de froid. Ils ne sont pas à l'abri d'une mauvaise rencontre non plus... FRISSONS GARANTIS !!! Malika Ferdjoukh m'a totalement bluffée avec cette intrigue pesante, poignante et qui prend aux tripes. Les jeunes lecteurs vont adorer avoir peur. 

Folio junior, août 2014 ♦ illustrations d'Olivier Balez ♦ couverture : Philippe Munch

19/02/14

Brochettes à gogo, d'Anne Fine

IMG_0657

Prié de débarrasser le plancher durant les travaux de rénovation de la cuisine, Harry supplie son oncle Tristram de l'inclure dans ses projets, à savoir passer une semaine de vacances sur une île, où habite sa petite copine prénommée Belle de Jour. Cette dernière est une baba-cool, qui loge dans une vieille maison près d'un ruisseau, et qui passe son temps à entrer en harmonisation avec l'Univers ou à communiquer avec les fées dans les champs.

Les garçons, eux, sont sceptiques. Ajoutez que le régime alimentaire constitué de thé à l'oseille, terrine d'orties ou pâte à tartiner à base de pissenlits ne les fait pas sauter au plafond ! Mais ils sont coincés là une semaine, plus de bateau avant le samedi suivant, les carottes sont cuites. Aussi, voient-ils en lot de consolation la perspective de la fête du village où ils pourront se gaver de frites et participer au concours de brochettes.

Pour tuer l'attente, Harry et son oncle nous font vivre des péripéties déjantées au coeur d'une campagne sauvage, hantée par des silhouettes fantomatiques, mais carrément excentriques sitôt qu'on s'accroche d'elles ! Les habitants baragouinent un langage incompréhensible et portent tous la barbe, à l'exception d'un jeune agent de police... Belle de Jour n'y serait pas étrangère. Méfiance !

Quelle lecture joyeuse et farfelue ! Anne Fine s'est fait plaisir à écrire cette histoire, tout comme Agnès Desarthe a pris autant de bonheur à la traduire, cela se ressent tout de suite. Le lecteur est ainsi embarqué dans une aventure débordante d'humour et de dérision. C'est un vrai régal, surtout que certaines scènes sont franchement cocasses et qu'on trouve une belle brochette de doux-dingues prêts à être internés ! Chouette couverture d'Adrien Albert, au passage...

Neuf de l'École des Loisirs, traduit par Agnès Desarthe - illustration de couverture : Adrien Albert

Posté par clarabel76 à 11:45:00 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

18/02/14

Teaser Tuesday #52

« Les pères des autres collégiennes les attendent dans la rue. Ou bien certains entrent aussi dans le collège, mais les filles se fâchent. Elles deviennent rouge écrevisse, elles enragent. Elles regardent vite vers les garçons pour vérifier qu'ils ne remarquent pas que leurs pères patientent dans l'enceinte du collège. Moi, je ne me fâcherai jamais contre mon père parce qu'il se montre. Le pauvre, je ne vais pas renier onze ans d'amour pour dix malheureux garçons dans la cour.

Mon amie Marie et son père se crêpent tout le temps le chignon. Elle ne comprend pas que je m'entende si bien avec le mien. Forcément, elle ne pense qu'à Jeff, un cinquième 2 qui ne la regarde pas. C'est à désespérer de porter un bandeau rouge dans les cheveux. La pauvre déteste cette couleur, mais elle l'a choisie pour lui. Elle a pensé que son bandeau ferait à Jeff l'effet du rouge sur un taureau. Elle a, comme elle s'en vante, employé les grands moyens. Résultat zéro. “Il est peut-être daltonien”, a-t-elle conclu.
Marie ne comprend rien à ma traîne et à mes dentelles. Je suis beaucoup plus mûre qu'elle. Je n'ai aucun problème à me jeter dans les bras de mon papa. Il en a besoin. Mais depuis mon entrée au collège, papa ouvre moins grand ses bras. Croit-il que j'ai grandi ? Il est fou. De mon côté, je suis bien plus tranquille avec lui qu'avec un Jeff dans la tête. Quand je sors de classe, je n'ai pas besoin de porter un bandeau rouge pour que mon père me sourie. Il ne voit que moi. »

IMG_0608

Voilà un petit roman délirant, servi par la plume excentrique et décalée de Claire Castillon, qui réussit haut la main son deuxième test en section jeunesse (après Tous les matins depuis hier). On sourit beaucoup en lisant les interrogations de l'héroïne, Nancy Pinsault, qui contemple sa famille “avec un moteur dans le ventre” qui ne cesse de rugir de déplaisir.

Certes, elle adore son papa mais s'imagine que sa mère a une liaison avec le dentiste. Depuis, elle scrute leurs moindres faits et gestes. Malheureusement, un scandale familial a déclenché une crise planétaire : depuis, tout le monde se fait la tête à la maison et l'ambiance est moisie. Nancy veille au grain mais craint que ses parents divorcent !

Cette lecture est un hymne à la fantaisie enfantine, qui correspond très bien au style de Claire Castillon, d'ailleurs elle a aisément trouvé ses marques pour se glisser dans la peau d'une môme de 11 ans. C'est vif, rigolo, dynamique et délicieusement extravagant.

Un maillot de bain une pièce avec des pastèques et des ananas, par Claire Castillon
Neuf de l'École des Loisirs, février 2014 - ill. de couverture : Séverin Millet

Posté par clarabel76 à 08:15:00 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , ,

17/02/14

Un auteur, deux livres : Christine Avel

« Hier, c'était mon anniversaire. Pour mes onze ans, j'étais sûr qu'il allait m'arriver quelque chose d'incroyable. Comme à Harry Potter.
L'an dernier en CM2, j'ai lu Harry Potter. Toute la série, de 1 à 7, sans m'arrêter. À la fin, j'étais sûr d'une chose : pour mes onze ans j'allais recevoir, comme Harry, une lettre m'annonçant que je suis un sorcier né par erreur dans une famille de non-sorciers, des Moldus. La lettre m'inviterait à poursuivre mes études dans une école de magie où on m'aurait inscrit, en secret, depuis des années. Là, je découvrirais enfin mes dons pour me transformer en animal, par exemple, ou pour l'arithmancie : c'est la science des chiffres magiques.
Je ne l'ai dit à personne, bien sûr. Ni à mes amis à l'école, ni à mes frères, encore moins à mes parents. Personne ne m'aurait cru.
Mais moi, j'en étais sûr. Des mois que j'attendais ça.
Je savais qu'il allait m'arriver quelque chose. J'avais raison. »

IMG_0611

Une histoire qui commence ainsi, en faisant allusion à Harry Potter... forcément, il ne m'en fallait pas davantage ! J'ai plongé. Bon, évidemment il arrivera au jeune garçon (Abel) une autre aventure, puisqu'il va se voir offrir un voyage en Finlande, par le concours de circonstances très bizarres. Le hic, avec ce périple, c'est qu'il doit passer une semaine chez un mathématicien de renom... alors qu'il n'a franchement pas la bosse scientifique. C'est se moquer du monde ! Abel est en pétard.

Mais heureusement, cette évasion lui sera bénéfique, on s'en doute, et lui apportera ce petit regain de confiance en lui qui lui faisait cruellement défaut. En effet, contrairement à tous les membres de sa famille, des génies en puissance, lui est un élève quelconque, il a ce que sa mère appelle “le creux des maths” (pas la bosse, non, le creux !).

Libéré de cette pression, le garçon, seul en Finlande, va vivre des aventures complètement farfelues (j'ai hélas trouvé que c'était trop court, pas assez détaillé, mais je pense qu'un enfant n'y verra que du feu !) car la conclusion est super apaisante et nous rappelle que nos enfants ont “le temps de grandir, le temps de voir” et qu'ils peuvent faire “des tonnes de choses dans leur vie”.
Une petite lecture pour le plaisir, racontée sur un ton rafraîchissant !

Le creux des maths (Neuf de l'École des Loisirs, mars 2012 - ill. de couverture : Séverin Millet) 

IMG_0616

Deuxième bonne surprise avec ce petit roman se passant dans l'obscur village de Nébouzat-le-Froid, en Auvergne. Depuis des générations, les habitants se sentent floués au détriment de leurs voisins d'en face, à Nébouzat-le-Chaud, qui se trouve sur le bon versant de la colline, toujours au soleil. Mais surtout, ils sont les détenteurs de précieux trésors, comprenant des “traces de dinosaure authentiques et grottes troglodytes”.

Tout ça turlupine Éloi, son grand-père et son grand frère Fabien. Jusqu'au jour où la chance va leur sourire, enfin... Le chien Jojo a trouvé un os, sans nul doute une pièce rare et inestimable, et il n'y a plus qu'à fouiller le jardin pour trouver le reste du trésor !

L'aventure va partir dans tous les sens, pour le plus grand plaisir du jeune lecteur. Les personnages sont attachants, animés par une soif de reconnaissance et de gloire qui leur ferait presque perdre la raison. C'est raconté avec panache, beaucoup d'humour et un soupçon de dérision. On passe un très bon moment, c'est toujours aussi frais et divertissant.

La revanche de Nébouzat-le-Froid (Neuf de l'École des Loisirs, avril 2013 - ill. de couverture : Gabriel Gay)

Posté par clarabel76 à 18:00:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,