17/02/17

Le garçon qui nageait avec les piranhas, de David Almond

Le garçon qui nageait avec les piranhasDéjà séduite par la couverture illustrée par Oliver Jeffers, j'étais vivement intriguée par cette histoire de garçon et de piranhas. Avisant également le nom de l'auteur, David Almond, j'étais frétillante de joie à l'idée de plonger dans un univers fabuleux et de savourer une lecture hors du commun.
Eh bien j'avais raison d'espérer. Le résultat a été renversant, enchanteur et déjanté. Le roman raconte l'histoire d'un jeune garçon, Stanley Potts, qui vit heureux chez son oncle et sa tante. Suite à la fermeture du chantier naval, Oncle Ernie perd son boulot mais entreprend de transformer leur maison en une conserverie de sardines, maquereaux et pilchards. La manufacture prend toute la place, le travail est colossal, heureusement le succès est au rendez-vous. Oncle Ernie est néanmoins obsédé par le rendement et en oublie de célébrer l'anniversaire de son neveu ! Pour se consoler, Stanley se rend à la fête foraine installée en ville et découvre le stand de la pêche miraculeuse avec ses misérables petits poissons rouges. Touché par leur détresse, le garçon négocie avec le forain pour lui acheter son stock, en échange il accepte quelques corvées pour payer la note. Mais au cours de la nuit, Oncle Ernie est frappé d'un nouveau coup de folie. Le réveil est cauchemardesque, Stanley quitte la maison pour rejoindre la caravane Dostoïevski et poursuivre la tournée en leur compagnie.
C'est le début d'une chouette aventure qui entraîne notre jeune héros à la découverte du monde et de ses possibilités. Le garçon est un grand sensible, avec un cœur d'or, si bien qu'il attendrit quiconque le croise sur son chemin. Même Nitasha, la fille du forain, grincheuse et renfrognée depuis le départ de sa mère, va retrouver le sourire. Appelé à accomplir de grands exploits, Stanley Potts rencontre la légende vivante, Pancho Pirelli, l'homme qui nage avec les piranhas. Le destin de l'enfant va de nouveau être bouleversé, sous nos yeux ébahis et rêveurs. Franchement, j'ai adoré ce petit roman. Il est à la fois étonnant, gai, joyeux, fou et adorable. L'histoire aussi est lumineuse, drôle et attachante, surtout grâce à son personnage central, Stanley Potts, un garçon remarquable pour sa simplicité, sa générosité et son courage. La lecture peut sembler naïve mais elle est surtout éblouissante et nous émerveille de page en page en nous tirant des sourires ! 

Traduit par Diane Ménard pour les éditions Gallimard Jeunesse - Octobre 2015

Illustrations d'Oliver Jeffers ♥

Posté par clarabel76 à 10:45:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,


27/10/16

Mon ami Fred, par Eoin Colfer & Oliver Jeffers

Mon ami Fred

Combiner le pouvoir de l'imagination à celui de l'amitié, c'est tout le talent de cet album pastel et raffiné. Voici l'histoire de Fred, un ami imaginaire lassé d'aller et venir dans la vie des enfants, sans possibilité de s'attacher ou rester pour l'éternité. Fred entre dans la vie des mômes pour les divertir un bref instant, puis la réalité reprend ses droits et chasse Fred de la carte. Il redevient cette petite ombre si légère qu'un simple souffle de vent peut l'attraper et l'emporter dans le ciel. 
Un jour, enfin, Fred voit son rêve se concrétiser : un enfant, Sam, qui est tout comme lui, perdu dans ses lectures, la tête dans les nuages, passionné de musique et de plomberie... Ces deux-là étaient faits pour se rencontrer. Aussitôt les deux copains deviennent inséparables et partagent les mêmes délires : faire semblant d'être Français, étudier l'art du mime, fabriquer des masques japonais et écrire une BD. Leur signature : le Duo Super-Doué.
Hélas, de nouveau le drame s'annonce. Sam ne fait que parler d'une nouvelle copine, qui s'appelle Sammi. Il passe de plus en plus de temps avec elle, au détriment de Fred, seul, triste, résigné. Prêt à s'effacer. Et c'est là que la magie intervient. Le miracle de l'amitié ! Après tout, “ce n'est pas parce qu'un ami est imaginaire que l'amitié n'est pas réelle”. Oh yeah. 
Franchement, voilà une belle, belle lecture teintée d'humour, de fantaisie, de tendresse, de confiance et d'espoir ! C'est tout simplement féerique. Les mots d'Eoin Colfer sont d'une grande justesse à évoquer la place du fameux ami imaginaire, qu'on découvre animé d'une sensibilité propre et d'une nature fantasque. Lui aussi rêve d'un alter ego avec qui tout partager. Alors, pourquoi ne pas provoquer la rencontre entre deux amis imaginaires ? Avec un peu d'électricité, de chance et de magie, rien de plus facile, on peut tout obtenir ! ^-^
Comptez aussi sur la touche d'Oliver Jeffers pour raconter cette histoire de façon ludique et adorable : les silhouettes floues des personnages imaginaires, les petites notes de couleurs, les faciès sans pareil des amis réels, tous expriment l'exubérance et l'authenticité, au service d'une lecture éclatante et riche en subtilités. Un vrai régal pour cette coédition unique et exemplaire. ♥

Gallimard Jeunesse / Kaléidoscope - Octobre 2016

Afficher l'image d'origine

Posté par clarabel76 à 09:00:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

17/12/14

Rébellion chez les crayons, de Drew Daywalt & Oliver Jeffers

IMG_2525

Duncan vient de recevoir un gros paquet de lettres, de la part de ses crayons de couleur ! Rien ne va plus, entre réclamation, sentiment d'injustice, ras-le-bol, indiscrétion, usure anticipée, tromperie, négligence... les crayons ont leur mot à dire et ils l'expriment haut et fort ... et en couleurs ! 

C'est très, très drôle. Vachement original. Et bon enfant. Jugez plutôt.

Le rouge se plaint de trop travailler (pompiers, pommes, Noël, Saint Valentin, il n'arrête jamais !), le violet réclame plus de rigueur (ne pas déborder du dessin), le beige se sent seul au monde (à part le blé ?), le gris est épuisé (trop de pachydermes, pas assez de petits cailloux ou de bébés pingouins), le blanc se sent absent,  le noir en a marre de souligner les contours, le vert est satisfait de son sort (croco, dino, arbres et grenouilles, tout lui va !), le bleu est au bout du rouleau, le rose exige d'être plus présent dans la vie du garçon, le pêche se sent « nu ».

Sans oublier LA fameuse querelle entre le jaune et l'orange qui estiment tous deux être LA couleur du soleil (avec preuves à l'appui !). À Duncan de trancher, une bonne fois pour toute.

Le format est audacieux, il y a beaucoup d'humour, de tendresse et de finesse. Et l'enfant ne regardera plus ses crayons de couleur de la même façon, car oui eux aussi ont des états d'âme ! C'est subtil, mais super efficace. On le lit et le relit, avec énormément de bonheur.

Kaléidoscope, mars 2014

IMG_2526  IMG_2527

IMG_2528  IMG_2529

IMG_2530

Posté par clarabel76 à 08:30:00 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , ,

10/12/14

Le Filou de la forêt, d'Oliver Jeffers

IMG_2517

Une affaire bien mystérieuse secoue la forêt : depuis quelque temps, les branches des arbres disparaissent, quand ce ne sont pas les arbres eux-mêmes ! Une enquête est ouverte, mais nulle trace du voleur. La communauté des bois est ébranlée et convoque une réunion exceptionnelle : à force de discuter âprement, ils en viennent à s'accuser mutuellement... mais tous ont un alibi solide qui les innocente complètement.

Pendant ce temps, les crimes se multiplient et le voleur continue d'agir en toute impunité. Le lecteur, lui, devient complice malgré lui en découvrant le coupable, pom-pom-pom, accomplir ses méfaits dans le dos des investigateurs. Ah, ah, ah, quelle tendre ironie ! 

Inventive et drolatique, cette histoire fait mouche et conquiert un lectorat qui s'esclaffe et en redemande. On y retrouve tous les codes rattachés au genre policier (suspense, vocabulaire, mise en scène). Tout y est, on y croit dur comme fer. Et on apprécie, également, la petite touche de burlesque dans la ligne conductrice, le texte et les expressions des personnages. C'est follement bon, on ne voudrait jamais que ça s'arrête ! 

Kaléidoscope, août 2009 ♦ traduit par Elisabeth Duval (The Great Paper Caper)

IMG_2518  IMG_2519

IMG_2521  IMG_2522

IMG_2523  IMG_2524

Posté par clarabel76 à 10:30:00 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

22/03/13

♪♫ Cet élan est à moi ! ♥

IMG_8702 

Wilfred, un jeune garçon, trouve en pleine nature un élan. Il décide aussitôt de l'adopter et d'en faire son animal de compagnie. Il lui donne, pour commencer, le nom de Marcel.

Puis, il édicte plusieurs règles, pour expliquer grosso modo ce que Wilfred attend de son nouvel ami : ne pas faire trop de bruit quand il met un vinyle sur son tourne-disque, toujours aller où le garçon veut, ne pas trop s'éloigner de la maison, offrir un abri contre la pluie, sortir son propriétaire d'un mauvais pas ...

Est-ce qu'un élan peut devenir un bon animal de compagnie ? Wilfred pense que oui. Nous, on pense tout le contraire ! Mais surtout, c'est le retournement de situation qui se produit au cours de l'histoire (et à la fin, aussi). C'est vraiment très drôle, charmant, avec une petite pointe de malice pour taquiner personnages et lecteur.

Alors, je suis absolument, totalement fan d'Oliver Jeffers, donc forcément ce nouvel album ne pouvait que combler mes attentes. Un petit plus, dans son esthétisme, puisque l'auteur s'est inspiré de décors réels en arrière-plan (des paysages de montagnes et de plaines), mais aussi de papier peint vintage pour y juxtaposer ses propres dessins. Effet très chic ! Ajoutez la pelote de laine bleue ... ou l'autre variante du fil rouge, vous comprendrez que cet album est, encore une fois, truffé de petits détails qui ne comptent pas pour des prunes !

Cet élan est à moi, par Oliver Jeffers (Kaléidoscope, 2013)

Posté par clarabel76 à 11:45:00 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : , ,


07/02/13

La famille Ohé : Le nouveau pull-over, d'Oliver Jeffers

IMG_8545

La famille Ohé a ceci de particulier qu'ils sont tous exactement pareils. Jusqu'au jour où Rupert se mit à tricoter un pull, puis l'enfila et défila auprès des siens en crânant, les Ohé en furent tous choqués et scandalisés !

Mais Rupert était fier de sa différence. Gillespie décréta à son tour qu'être différent était intéressant. Alors lui aussi se mit à tricoter un pull-over assorti à celui de Rupert.

Fantastique, génial, chic idée ! Maintenant ils sont deux à être différents. ^-^

De ce fait, être différent devint à la mode (et tout le monde se mit à porter des pulls) !

Cet album est extrêmement drôle, et pas seulement parce que l'humour d'Oliver Jeffers est fin, irrésistible, incomparable. Cet album montre avec subtilité les travers de notre société qui cherche à créer une mode, dans le but de se distinguer ou simplement pour qu'on le remarque (c'est courant), et voilà que cet effet de mode crée l'envie, la jalousie et l'imitation. Du coup, tout le monde copie tout le monde et finit par se ressembler.

C'est drôle, parce que la situation est tournée en ridicule. Il faut cultiver sa différence, c'est certain, mais cela ne veut pas dire qu'il faut se comporter comme un mouton (qui suit la tendance en broutant bêtement).

Le style minimaliste et en apparence simple d'Oliver Jeffers me séduit encore une fois. J'aime, j'aime, j'aime. Prochain album à paraître fin mars 2013 : Cet élan est à moi. ♥

La famille Ohé : Le nouveau pull-over, par Oliver Jeffers (Kaléidoscope, 2012)

Posté par clarabel76 à 12:45:00 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , ,

16/03/12

And they ALL got stuck !

Un petit garçon veut récupérer son cerf-volant coincé dans un arbre. Le cerf-volant est récalcitrant mais le petit garçon est très persévérant, et surtout, il est doué d’une imagination phénoménale, exubérante…et joyeusement délirante.

IMG_6948   smileyc002  

problème : le cerf-volant est coincé dans l'arbre
solution : lancer la chaussure pour qu'il tombe
problème #2 : la chaussure est coincée dans l'arbre 
réaction : huh ?! 

Les solutions ne vont pas manquer face aux tentatives de faire tomber le cerf-volant de l'arbre, hélas les problèmes vont s'accumuler et la problématique number one va perdurer ! Quel dilemme. Le jeune héros d'Oliver Jeffers est un garçon têtu, qui ne manque pas de ressources, j'en ai encore les yeux ronds comme des billes rien qu'à me souvenir de certains recours pour le tirer de son mauvais pas. C'est tendrement saugrenu (le coup de la scie, par exemple), complètement fou, un peu absurde, et plus l'histoire avance, plus elle s'enfonce dans l'exagération (les pompiers, le phare, et même la baleine !). La façon dont Oliver Jeffers a voulu interpréter la ténacité des enfants alors qu'ils s'attaquent à leurs problèmes est désopilante, c'est une interprétation qui part dans tous les sens, et parce qu'elle est extravagante, elle plaît énormément.

Une lecture qui procure beaucoup de plaisir, et qui est toujours aussi magnifiquement illustrée. 

Coincé, par Oliver Jeffers (Kaléidoscope, 2012)

-) l'album est lu par l'auteur himself en vidéo  

22/12/11

Willy Wonka, Willy Wonka... The Amazing Chocolatier.

Everybody give a cheer !

IMG_6184


IMG_6187

 

IMG_6189

 

Trois grands classiques, en version animée (pop-up) et tous parfaitement réussis ! Effet magique et fascinant. Mon préféré, l'histoire de Charlie. Parce que l'esprit pop-up trouve vraiment ses lettres de noblesse. En plus, l'histoire me fait toujours rire et saliver. Oliver Jeffers, aussi, forcément... Être boulimique des livres, quelque part, ça vous parle. Et enfin, petit instant de tendresse à partager avec Petit Lièvre Brun et Grand Lièvre Brun. Ou qui parviendra à déclarer son amour PLUS GRAND, PLUS FORT, PLUS BEAU que l'autre.


Devine combien je t'aime, par Sam Mc Bratney & Anita Jeram (Pastel, 2011)
L'extraordinaire garçon qui dévorait les livres, par Oliver Jeffers (Kaléidoscope, 2011) 
Charlie et la chocolaterie par Roald Dahl & illustré par Quentin Blake (Gallimard jeunesse, 2011) 

06/05/11

Pêle-mêle Clarabel #33

Quel bonheur de retrouver les petits héros de Perdus ? Retrouvés ! d'Oliver Jeffers.

IMG_3775 IMG_3776

Le pingouin rêve de voler, le petit garçon cherche toutes les astuces possibles, mais il faut se rendre à l'évidence : les pingouins ne volent pas. C'est alors qu'une affiche attire son attention (Vous rêvez de voler ? Le spectacle forain recherche un nouveau boulet de canon vivant.) et le pingouin disparaît. Quel drame. Nos deux meilleurs amis sont séparés et sont tristes l'un sans l'autre. Bien entendu le petit garçon n'abandonne pas l'idée de retrouver son pingouin et d'être présent au moment où celui-ci en aura le plus besoin ! Tout est là : l'amitié, la séparation, la tristesse, l'obsession du rêve qu'on n'atteindra jamais, l'espoir, la trouille, le sentiment d'abandon et d'impuissance, les retrouvailles qui vous nouent l'estomac... Ce sont des émotions fortes, tantôt joyeuses ou désabusées, que parvient à nous transmettre Oliver Jeffers avec un style faussement minimaliste et encore moins naïf. Et puis ses petits héros sont vraiment attachants ! (kaléidoscope, 2011)

Cette histoire de boulet de canon vivant m'a fait penser à JIM POP de Tom Henni,

IMG_3779

Ou l'incroyable numéro du célèbre homme-canon : Jim Pop est projeté en l'air mais, coup de théâtre, il s'envole au-dessus du filet et est propulsé si loin qu'il fait le tour du monde ! L'album est composé de doubles pages où l'on suit dans la partie supérieure ce qu'il se passe sous le chapiteau du cirque et dans la partie inférieure nous suivons la trajectoire fantasmée de Jim Pop autour de la planète. Les couleurs sont pétantes, comme l'histoire !

IMG_3780 IMG_3781 IMG_3782 IMG_3783 IMG_3784 (Rouergue, 2011) 

Un autre spectacle qui ne manquera pas de vous faire sourire, Le loup ne nous mangera pas ! d'Emily Gravett.

leloupne

Emily Gravett revisite le conte des 3 petits cochons et du loup. Cette fois, notre trio n'a peur de rien et le prouve à travers une formidable représentation : ils viennent de capturer le grand méchant loup, admirez ! La bête est docile, apprivoisée, courbe l'échine et connaît son maître. (Effectivement, le Loup se plie à leurs caprices avec une déconcertante facilité !) Le stress monte. Quel suspense. Quand arrive le show où nos cochons dodus et roses se glissent entre les crocs acérés, le coeur du lecteur loupe un battement... Prudence est mère de sûreté. Voyons, les cochons ! Les histoires de bravoure sont souvent des cochonneries. Héhé. Nous avons là du Emily Gravett tout craché - c'est facétieux, joliment croqué, judicieusement détourné, avec un final qui survient après le roulement de tambours. (Ce n'est pas mon préféré non plus. Je trouve qu'il lui manque cette petite touche magique et espiègle qui caractérise le style de cet auteur, dont j'admire beaucoup le travail.)  (Kaléidoscope, 2011)

19/03/08

banniere_lectures_de_miss_C

Et si on parlait d'amitié, qui fait la crème de la vie de tous les jours de ma Miss ? Aussi, parce qu'on tous besoin de petites perles et de douceur en ce moment...

lettre_a_emilie

Pour commencer, voici l'histoire d'une grande complicité et d'une belle amitié entre deux petites filles, confiée à une lettre... Emilie et la narratrice se connaissent depuis toujours, elles ont grandi ensemble, ce sont les meilleures amies du monde. Ensemble, elles s'inventent un monde nouveau. Elles jouent, se racontent des histoires, font des bêtises ensemble, ne se quittent jamais. « On se dispute parfois, on se brise, on pleure... C'est difficile mais, des fois, même si on le sait, on ne peut pas s'en empêcher. On se fait mal pour rien et notre coeur éclate (comme un pétard), si fort qu'on n'arrive plus à s'aimer. » (...) « Mais quand on se regarde dans les yeux, des yeux très profonds, si profonds qu'on a le vertige, on n'a plus besoin de mots pour faire la paix. »

Et la petite touche finale : « Nous deux, on fait partie du même arbre. On a toujours les mêmes racines, même si nos feuilles prennent parfois des vents différents... » Magnifique, je trouve ! Cette histoire d'amitié est racontée avec pudeur, avec des mots justes et qui procurent beaucoup d'émotion. Ma fille connaît une amitié fusionnelle avec une petite copine, mademoiselle A., elle est aussi brune que ma Miss est blonde. Ce sont deux inséparables, des âmes soeurs. Elles se connaissent depuis la maternelle, mais leur amitié a su grandir en même temps qu'elles. Je trouve ça ... mignon et craquant ! (Comme ce livre, qui était prédestiné !)

Lettre à Emilie, de Maud Roegiers

Éditeur : Alice jeunesse, Bruxelles - 11,40 €

je_ne_suis_plus_un_bebe

Aïcha dort pour la première fois chez sa copine Sarah. Sa maman est très inquiète. Aïcha, elle, est sûre qu'elle va bien s'amuser ! Le livre lui aussi prend plaisir à faire le parallèle entre l'état d'angoisse de la maman, et ce que vit la fillette de son côté. Car bien sûr, autant la maman est verte d'inquiétude, autant la petite s'éclate comme une folle ! ... C'est le genre de livre qui fait comprendre aux parents l'envie d'indépendance de l'enfant, alors que c'est carrément une situation angoissante pour les géniteurs.

Je vois d'ici les réactions impertinentes de mes soeurs (bidonnées derrière leur écran) ; parce qu'il me faut vous avouer que ce livre parle de MOI. Non, la maman de la petite Aïcha n'est pas excessive, ni abusivement stressée ! Tout le monde sait que le rôle de parent est d'accompagner l'enfant, de l'aider à prendre son envol pour quitter le nid (ahem), et qu'il ne faut pas trop le couver, ni le surprotéger. (Là je sens que je vais jeter mon corps dans la Seine, bras en croix, telle une âme en peine... Clin d'oeil à ceux qui comprendront !) En fait j'ai excessivement rigolé avec ce livre, tellement je me suis retrouvée dans le portrait de la maman. Il me semble, aussi, avoir déjà entendu le sacro saint Je ne suis plus un bébé, maman ! de la bouche de (l'ingrate) Miss C. Damned. Maintenant j'en ris, mais je me rappelle avoir passé une journée entière à me ronger les ongles et bouder toute nourriture parce que ma fille était en sortie scolaire, par exemple (elle n'avait que 3 ans !!!). Je vous rassure, je suis (un peu) guérie. Et ma fille est très heureuse !

Je ne suis plus un bébé, maman ! Thierry Lenain / Laurence de Kemmeter.

Nathan poche / 5.65 €

on_rentre_a_la_maison

C'est l'histoire d'un petit garçon qui trouve un avion dans son placard à jouets. Zou, en route pour l'aventure ! Notre intrépide bonhomme s'envole loin, très loin, au-delà des nuages, parmi les étoiles et plouf ! problème technique sur l'avion, obligation de se poser sur la lune. Au même moment, arrive une petite soucoupe volante, également en détresse mécanique, qui vient se crasher sur le croissant de lune. Nos deux compères font ami-ami et décident de se porter secours. Le garçon retourne à la maison pour les outils et le bidon d'essence, mais entre-temps il oublie sa mission et passe un bon moment devant le poste de télévision. Quand soudain, il se rappelle son camarade en détresse et repart aussitôt ! ...

Ce nouvel album d'Oliver Jeffers est un festival d'imagination ! L'histoire est malicieuse, mais elle prend une plus grande dimension grâce aux illustrations, lesquelles sont truffées de détails. C'est drôle, superbe, très beau à contempler. Tout simple, aussi.

Cf. L'avis de Mélanie (Book in!) & Eolune

On rentre à la maison, Oliver Jeffers

Kaléidoscope - 12,50€

** J'en profite pour souhaiter à ma kikine de soeur un bon anniversaire ! **

Posté par clarabel76 à 07:30:00 - - Commentaires [28] - Permalien [#]
Tags : , , ,