14/11/18

Par un matin d'automne, de Robert Goddard

Par un matin d'automneLeonora Galloway est en pèlerinage dans la Somme pour se recueillir sur la tombe de son père et confier à sa fille tous les secrets entourant son histoire de famille. En effet, le mystère a longtemps plané sur ses parents : sa mère est morte peu après sa naissance, laquelle est survenue un an après la disparition de son père, mort au combat. Cette ombre au tableau familial a ainsi profité à la seconde épouse de son grand-père, une séductrice impénitente, qui a également manipulé son entourage pour dérober l'héritage et exacerber le sentiment de culpabilité de Leonora. Le temps a passé mais les souvenirs sont toujours vivaces. C'est, du moins, ce que m'inspire cette lecture, intense, romantique et captivante. On replonge dans le passé des personnages, dans une Angleterre isolée, en pleine campagne, là où se situe le manoir de Meongate. On revit les bonheurs et malheurs de la narratrice, le drame de ses parents, et tant d'autres vies fauchées ou emportées par le destin impitoyable... J'avoue avoir préféré, de loin, toute la première partie du roman, à Meongate, qui colle typiquement aux grands classiques anglais, car la suite réserve plus ou moins de bonnes surprises (la succession de rebondissements s'avère un peu pénible car peu crédible au final). Somme toute, la lecture est facile, elle s'écoute non sans une certaine dévotion et on y prend goût ! Au casting, Olivier Chauvel est excellent, Bénédicte Charton tient la distance même si elle accentue un poil trop la note mélodramatique à son interprétation.

©2010 Sonatine. Traduit de l'anglais par Marie-José Astre-Démoulin (P)2017 Audible Studios

 


30/03/18

Les larmes de la liberté, de Kathleen Grissom

Les larmes de la liberté audible

James Pyke est devenu un homme riche et respectable, bien intégré dans la société bourgeoise de Philadelphie. Adopté par la famille Burton, il a su se construire une réputation d'orfèvre et séduire un large public féminin. James est célibataire, mais entretient une liaison avec Caroline Preston, une femme mariée à un type imbuvable. Aussi, pour couper court aux rumeurs, James décroche une bourse du musée et part dans le Sud étudier les oiseaux, son autre passion. Mais notre homme a, en fait, d'autres motivations cachées et doit retourner au plus vite sur les terres de son passé qu'il a quittées, vingt ans plus tôt, après avoir tué un homme. Après s'être sauvé de Virginie, James a été secouru par Henry, un esclave en fuite, lequel est aujourd'hui en grande détresse car son fils Pan a été kidnappé par des trafiquants. Apprenant également que le secret de ses origines commence à transpirer, James précipite son départ.

Ce roman peut être lu dans la continuité de La colline aux esclaves, même si les deux œuvres sont assez indépendantes. On retrouve ici le personnage de James, fils d'un planteur et d'une esclave, qui a masqué ses origines pour évoluer dans un monde de faux-semblants, d'où l'on perçoit la fragilité et la détresse. D'ailleurs, tout dans cette lecture est romanesque à outrance. Au cours de son voyage dans le Sud, James va rencontrer la famille Spencer, un veuf et ses deux filles, qui vont l'accueillir sur leur propriété et lui faciliter sa prise de contact avec leurs voisins. Coup de chance pour lui, Pan n'est pas bien loin et James va tracer son chemin bon an mal an. C'est sûr que l'histoire abonde en clichés et revers providentiels, le parcours de James est jalonné de péripéties et de rebondissements palpitants, qui font tenir en haleine et aussi lever les yeux au ciel. C'est fleur bleue et assumé, OK pour moi. Par contre, les premiers rôles m'ont souvent agacée, mais j'ai beaucoup aimé le majordome Robert, la pétulante Adélaïde et l'inoubliable Sukey !

L'histoire est donc belle et attachante, peut-être moins prenante que La colline aux esclaves, probablement parce que j'ai été moins touchée par la voix d'Olivier Chauvel et son interprétation parfois trop caricaturale, mais l'écoute est, malgré tout, agréable et captivante !

©2017 Leduc.s. Traduit de l'anglais (États-Unis) par Isabelle Allard

(P)2017 Audible Studios. Texte lu par Olivier Chauvel. Durée : 12h 25

 

Posté par clarabel76 à 11:45:00 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

20/09/13

ღ Enquête au collège - L'intégrale (tome 1) ღ

IMG_9253  heart red

Un régal, vrai de vrai ! Sur papier déjà, les histoires de Rémi, Mathilde et P.P. Cul-Vert sont désopilantes en diable. On se marre, on savoure, on en redemande. Version audio, c'est le festival de l'humour grâce à une interprétation tout à fait remarquable d'Olivier Chauvel. C'est vivant, pétulant et brillant. On se sent immédiatement à son aise, au cœur de l'action. On vit et partage les aventures particulièrement cocasses de nos trois amis, on vibre sitôt que la tension monte d'un cran, en cela le narrateur a vraiment joué le jeu, il chuchote, il vitupère, il gronde, il flambe ... il est génial !

Cette intégrale réunit les trois premières histoires de la série, comprenant Le professeur a disparu ; Enquête au collège ; P.P. Cul-Vert détective privé. Ce sont des intrigues rigolotes, avec du suspense et du mystère, dans lesquelles nos trois héros font preuve de pertinence pour démêler les fils de leurs enquêtes. C'est du léger, léger, mais c'est très bon aussi. Les enfants adorent, moi aussi.

J'ai même un petit faible pour le personnage de P.P. Cul-Vert, absolument insupportable pour son nombrilisme patenté, et pourtant l'auteur n'a pas grossi le trait et a su nous le rendre sympathique et attachant. Sans lui, je pense que les histoires de Rémi et Mathilde n'auraient pas le même peps ! Lisez, pour vous en convaincre, la troisième enquête (P.P. Cul-Vert détective privé) qui se passe en Angleterre. C'est tout bonnement irrésistible, tout y est, l'humour, la caricature, les clichés, l'enquête bidon.. c'est un ré-gal !

Allez, un petit extrait : « Au fur et à mesure que les rangs s'éclaircissaient, j'avais du mal à modérer mon impatience. Parmi les quelques Anglais qui restaient, une famille ignorait encore la chance qui était la sienne : avoir tiré au sort, dans cet échantillon d'élèves disparate et bruyant, le seul, l'unique Pierre-Paul de Culbert... Un pur produit du raffinement français allait entrer dans leur foyer tel un rayon de soleil dans ce soir pluvieux. Je devais être à la hauteur de ce moment historique. »

Impayable, n'est-ce pas ?

Enquête au collège - L'intégrale (tome 1) par Jean-Philippe Arrou-Vignod (Gallimard jeunesse, coll. Ecoutez Lire, août 2013)
Textes intégraux, lus par Olivier Chauvel. Durée d'écoute : env. 5 h 20.