13/02/20

La Princesse de l'Automne (Shikanoko #2), de Lian Hearn

Aux sources du «Clan des Otoris»... Le deuxième livre de la nouvelle épopée fantastique de Lian Hearn.

A63825

Cette suite à L'enfant du Cerf est sans temps mort (un petit résumé ouvre le livre pour ceux qui ont la mémoire qui flanche). On retrouve donc Shikanoko en mauvaise posture : seul et abandonné dans la forêt. Il retrouvera néanmoins son vieux sorcier et la belle enchanteresse dont il recevra en mission la charge de son étrange progéniture.

Mais tout est lié. On se souvient d'une prémonition selon laquelle Shikanoko devait tuer les jeunes démons. Trop tard, le destin est enclenché. La Princesse de l'Automne a également scellé son sort : elle devait escorter le fils de l'empereur vers une cachette sûre, et puis son chemin a croisé celui de Shikanoko.

Les deux clans ennemis sont en guerre, les espions grouillent, les traîtres vont et viennent, les secrets sont dévoilés, les esprits rôdent et la vengeance s'arme de patience pour s'abattre sans pitié. C'est une lecture qui n'en finit pas de nous surprendre et de nous enchaîner à sa narration hypnotique et captivante.

Avec toujours le cœur battant la chamade et les yeux écarquillés de stupéfaction !

On passe à la suite sans attendre : L'Empereur Invisible

Gallimard jeunesse (2017) - traduit par Philippe Giraudon

Superbe couverture, illustrée par : Yuko Shimizu

 

Posté par clarabel76 à 12:45:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,


11/02/20

L'Enfant du Cerf (Shikanoko, #1) par Lian Hearn

A58814C'est encore une immersion hallucinante que nous propose Lian Hean à travers cette série (en quatre tomes) qui s'inspire des grandes épopées guerrières du Japon médiéval. Comme souvent avec les romans japonais, les noms des personnages me freinent un peu pour me sentir à l'aise et naviguer à l'aveugle. J'ai besoin de temps pour m'acclimater et mémoriser la distribution.
Nous suivons donc le jeune Kazumaru, orphelin de père, condamné par son oncle, abandonné en pleine montagne où il rencontre un sorcier et reçoit un masque de cerf au pouvoir remarquable. Désormais Shikanoko (son nom adulte) voyage en compagnie d'un vieux sage et d'une belle enchanteresse qui fera tourner les sens du seigneur Kiyoyori. Lorsque son fils, le jeune Tsumaru, est enlevé, l'homme n'a plus trop le choix que de se rendre chez le prince abbé pour prêter allégeance. Une conspiration contre l'empereur gronde, mais Kiyoyori reste fidèle à ses valeurs.
Humm... en fait, c'est pratiquement mission impossible de présenter cet ouvrage car l'intrigue est nouée de mille nœuds qui cadenassent le plan de façon remarquable. Plus on progresse dans la lecture, plus les liens nous apparaissent et nous ébranlent.
Car c'est une sempiternelle histoire de pouvoir, de vengeance, d'amour et de jalousie. Une histoire avec des accents fantastiques car les bois sont hantés par des esprits, les personnages sont possédés et la magie circule dans l'air. C'est assez sombre aussi car les ambitions - et les passions - sont dévorantes. Je ne vous raconte pas la fin, mais j'étais sous le choc !
Impossible de ne pas ouvrir La Princesse de l'Autumne dans la foulée.

Gallimard jeunesse, 2017 

Couverture illustrée par : Yuko Shimizu

Traduit (anglais) par : Philippe Giraudon

Lian Hearn dévoile dans ce «prequel» les origines mythiques du «Clan des Otori». Elle nous plonge dans un monde envoûtant où se mêlent les aventures de samouraïs traditionnelles et une dimension surnaturelle d'une grande originalité.

 

Posté par clarabel76 à 11:45:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

26/06/19

La Voix des Ombres, de Frances Hardinge

J00220

Une atmosphère à part, une écriture envoûtante, un rythme assez lent, une intrigue complexe... Beaucoup de points positifs, et pourtant cette lecture aura également suscité doute et interrogation. 

L'histoire se déroule dans l'Angleterre du XVIIe siècle, sous Charles Ier. Makepeace est une petite fille qui fait chaque nuit des cauchemars. Elle voit des fantômes, des monstres... bref. Sa mère la pousse à lutter contre ses crises et à tirer un trait sur leur passé. En effet, elle doit tout ignorer de son père et ne jamais envisager de le retrouver. Au décès de sa mère, Makepeace est malgré tout expédiée dans sa famille paternelle. Nouveau monde, nouvelle vie. Ce qui l'attend risque fort d'exacerber ses angoisses et ses terreurs... mais ne nous hâtons pas.

Car vraiment l'histoire s'inscrit lentement pour décrire son univers - tout semble si étrange et glaçant. Pourtant, le charme opère difficilement et le début est laborieux. J'aime bien, j'aime pas. Nous sommes loin de la petite promenade insouciante dans la forêt enchantée... bien loin de là. J'avais toutefois envie de connaître la suite car une aura incroyable se dégage du livre. Invisible mais palpable. Avec tout plein de mystères, de zones d'ombre, de complots, de guerres, de trahisons, de personnages malveillants, avec des histoires de possession, de malédiction et des secrets. C'est indescriptible mais grandiose.

Cela ne me déplaisait d'ailleurs pas de m'installer dans un coin pour replonger dans mon gros bouquin de 500 pages. J'y trouvais même une forme d'excitation et d'impatience. C'est là aussi le pouvoir ensorcelant du roman ! Un drôle de phénomène qui inspire des sentiments confus et contradictoires... mais jamais, non jamais négatifs.

Gallimard Jeunesse (2019) - Traduit (anglais) par Philippe Giraudon

Illustrateur de couverture : Aitch

 

Posté par clarabel76 à 10:45:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

28/11/14

Le clan des Otori, de Lian Hearn

édition spéciale, incluant les trois premiers volumes de la saga ! 

IMG_2341

Ce volume contient :
Livre I - Le Silence du Rossignol
Livre II - Les Neiges de l'exil
Livre III - La Clarté de la lune

Tomasu vit dans les montagnes avec sa famille et échappe in extremis au massacre des troupes du clan des Tohan. Il doit sa survie à un voyageur solitaire, un certain Shigeru du clan des Otori, qui l'embarque avec lui. Le garçon doit désormais s'appeler Takeo et devient son fils spirituel. Mais Shigeru est contraint de sceller une alliance avec les Tohan, qui retiennent en otage la très belle Kaede, porteuse d'une malédiction (ses fiancés meurent les uns après les autres). En l'épousant, Shigeru fragilise sa position et celle de son clan, déjà secoué par des conflits internes.

“Le Clan des Otori” est une saga follement romanesque, dont la trame ne cesse de nous captiver du début à la fin ! Elle nous transporte au cœur d'un Japon médiéval flamboyant, avec ses traditions et ses légendes, où les notions d'honneur sont souvent bafouées par la folie des hommes. La lecture réserve son lot d'action, d'amour, de drames, de trahison, mais aussi de destinées bouleversantes et bouleversées, avec une multitude de personnages (et un memento fort appréciable, à la fin, pour s'y retrouver dans les clans, les familles et les liens entre tous)

C'est donc une fresque fabuleuse et enchanteresse, qui figure parmi mes incontournables et mes valeurs sûres ! Cette belle édition réunissant les trois premiers volets paraît opportunément pour les fêtes... et quel cadeau magnifique ! 

Gallimard jeunesse, novembre 2014 ♦ traduit par Philippe Giraudon (Tales of the Otori)

Posté par clarabel76 à 08:30:00 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

08/03/14

Le Clan des Otori : Les Neiges de l'exil & La Clarté de la lune, par Lian Hearn

*** spoilers, spoilers, spoilers ***

Eh oui, j'ai enfin lu la suite ! ;o) Alors je fais un topo rapide.

Dans le 2ème tome, Takeo et Kaede sont séparés : lui a rejoint la Tribu pour renouer avec ses racines, sans grand enthousiasme non plus, il se sent davantage l'héritier spirituel de Shigeru du clan des Otori mais a conclu un pacte et doit désormais s'acquitter de sa part du contrat, la famille Kikuta va lui mener la vie impossible en représailles. De son côté, Kaede part retrouver sa famille dont elle avait été séparée depuis des années, des retrouvailles qui ne s'annoncent pas follement grisantes non plus, car de nouvelles alliances sont déjà mijotées dans l'ombre. Pour notre beauté éplorée d'avoir été séparée de son amant, les épreuves n'ont pas fini de jalonner son chemin. 

Surprise ! le troisième tome voit notre couple réuni ... et marié ! Ils ont bravé tous les interdits et excité la colère des uns et des autres. Sire Araï est sur le pied de guerre, il veut la tête de Takeo et déclare haut et fort le mariage nul et non avenu. Le garçon affiche ses ambitions et cherche à étendre son pouvoir, mais pour apporter la paix sur les Trois Pays. Il est guidé par une prophétie, « quatre victoires et une défaite », se sent galvanisé, même s'il garde au fond de lui l'annonce de sa mort « de la main de son fils ».

Et puis, rebelote, notre couple est séparé, déchiré, confronté à des événements douloureux. Kaede fait montre d'incohérence en se jetant dans la gueule du loup, Takeo est acculé, meurtri, résigné. Un piège diabolique se referme sur nos amants maudits, à ce stade, n'en doutez plus, on tourne les pages du livre à toute vitesse. Même les personnages secondaires nous interpellent, avec leurs propres drames, comme Shizuka, l'ancienne dame de compagnie de Kaede, ou Yuki, belle et rebelle, folle amoureuse de Takeo.

Résultat de recherche d'images pour "le clan des otori"

IMG_0627

Cette saga se boucle avec panache, la lecture n'aura eu de cesse d'être palpitante, avec de l'action, de l'amour, des drames, de la trahison, des destinées bouleversantes et bouleversées, des personnages multiples (heureusement, il existe un memento à la fin des livres pour se repérer, parfois les noms japonais nous embrouillent...).

Cette série est indiscutablement à la hauteur de toutes les louanges qui l'entourent. Elle permet de voyager, rêver, trembler, soupirer, c'est magique ! Je vais finalement lire les deux autres livres qui se sont greffés à la trilogie. Comme une envie de ne pas quitter cet univers trop tôt...

Folio, juillet 2004 (pour le tome 2) et octobre 2005 (pour le tome 3) - traduit par Philippe Giraudon pour les éditions Gallimard jeunesse

24/01/14

Le Clan des Otori, tome 1 : Le Silence du rossignol, par Lian Hearn

IMG_0446

J'avais entamé la série en 2008, mais j'avais négligé de la terminer. À force de remettre à plus tard, j'ai fatalement tout oublié des nœuds de l'intrigue, en plus des noms et des clans à retenir, des lieux, des enjeux, des drames, des trahisons. Bref, je n'avais plus d'autre choix que de m'y replonger et d'avaler cul-sec !

L'histoire : Tomasu vit dans les montagnes avec sa famille et échappe in extremis au massacre orchestré par les troupes de sire Iida, chef du clan des Tohan. C'est un voyageur solitaire, un certain Shigeru du clan des Otori, qui lui sauve la mise et l'embarque avec lui. Le garçon doit désormais s'appeler Takeo et devient le fils spirituel de Shigeru.

Ce dernier est contraint de sceller une alliance avec les Tohan - argh - en acceptant d'épouser la très belle Kaede, une héritière des pays de l'Ouest, retenue en otage par le seigneur ennemi. La jeune fille, porteuse d'une malédiction, est instrumentalisée pour fragiliser Shigeru et son clan, lequel semble déjà affaibli par des guerres internes qui font rage.

De toute manière, toute l'intrigue n'est qu'un vaste complot visant à éliminer les uns et les autres, à semer le chaos, à brouiller les cartes. Même le jeune Takeo devient un pion au centre de ce grand échiquier, lui dont les origines apparaissent sous un jour nouveau, faisant craindre les plus endurcis et distiller de la duplicité chez les plus fidèles.

Ce début de saga est absolument romanesque, bouleversant et palpitant ! J'ai été totalement emballée par cette épopée, au cœur d'un Japon médiéval flamboyant, avec ses traditions et ses légendes, mais surtout ses notions d'honneur souvent bafouées par la folie des hommes.

Folio, septembre 2003 - traduit par Philippe Giraudon pour les éditions Gallimard jeunesse

Posté par clarabel76 à 08:30:00 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : , , , ,