01/10/14

Velvet, de Mary Hooper

Velvet

Velvet travaille dans une blanchisserie, pour un salaire de misère et dans des conditions pénibles. Elle rêve naturellement d'une vie meilleure et enjolive son enfance (pourtant, peu reluisante et chargée d'un lourd passé) pour échapper à un avenir sordide. Aussi, saisit-elle sa chance lors de sa rencontre avec la célèbre Madame Savoya, réputée pour ses talents de médium, qui lui propose de devenir sa demoiselle de compagnie. 

Velvet accepte sur le champ et quitte son quartier populaire de Chiswick pour Regent Park, où elle est accueillie avec effusion par le séduisant majordome, George. La jeune fille tombe sous le charme. Elle oublie ses racines, néglige ses amis d'enfance et tourne le dos à son soupirant, l'adorable Charlie. Plus rien ne compte à part cette existence idyllique, à côtoyer du beau monde, participer aux soirées occultes et autres séances de spiritisme. Velvet est littéralement fascinée.

Et c'est vrai que ce roman exerce un véritable magnétisme ! La plume de Mary Hooper est toujours aussi élégante et décrit avec réalisme la société victorienne à travers ses us et coutumes, comme la pratique controversée de la voyance et la divination, qui était très à la mode à l'époque et attirait des personnalités comme l'écrivain Arthur Conan Doyle (qu'on croise dans le livre). Mais cette immersion est vécue via l'expérience d'une héroïne naïve et facilement impressionnable, d'où cette sensation frustrante d'être témoin d'une supercherie, d'en deviner les bouts de ficelle mais de demeurer impuissant pour la tirer de sa rêverie. Aussi assiste-t-on à son naufrage avec une certaine compassion.

J'ai beaucoup aimé ce roman, charmant et précieux dans sa conduite, alléchant par son histoire, attentif à broder une vraie trame romanesque et soucieux du contexte historique. De plus, le choix d'associer les couvertures françaises aux illustrations de Pierre Mornet sont aussi un atout de séduction et un attrait stylistique majeurs !

éditions Des Grandes Personnes, septembre 2012 ♦ traduit par Fanny Ladd et Patricia Duez

Posté par clarabel76 à 08:45:00 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,


13/12/13

L'Étang aux libellules, par Eva Ibbotson

IMG_0154

Pour éloigner de Londres sa fille Tally à l'annonce d'une guerre imminente, le docteur Hamilton décide de l'inscrire au pensionnat Delterton dans le Devonshire. Cette école est réputée pour prodiguer un enseignement progressiste et laxiste. La jeune fille est d'abord décontenancée, puis parvient à s'adapter au sein de cette communauté très attachante : nouveaux amis, professeurs atypiques, cours excitants... Tally prend rapidement goût à sa nouvelle vie.

Saisissant l'occasion de participer au festival de danse folklorique, organisé par le petit royaume de Berganie, la jeune fille mobilise les troupes pour se joindre à cette entreprise risquée (et se payer le luxe de rencontrer le roi Johannes, qui résiste vaillamment à Hitler). Leur spectacle est d'un amateurisme confondant, aux mille couleurs bariolées, paré de fleurs et de gesticulations insensées, mais au moins les enfants sont follement enthousiastes et motivés. Et puis, le drame arrive, c'est le cafouillage, il faut lever le camp sans plus attendre ... avec en mission secrète, celle de sauver le jeune prince Karil.

J'essaie d'en dévoiler le moins possible, car en fait ce roman est un véritable tourbillon d'aventures et d'émotions. Il se compose en plusieurs parties, aux multiples pistes de lecture, et nous en fait voir de toutes les couleurs. L'effet est magique, absolument fascinant. Il y a à la fois une dimension historique, romanesque et fantastique dans ce livre, qui est un incroyable mais fabuleux fourre-tout. On a aussi le sentiment d'être hors du temps, au cœur d'une ambiance intimiste et d'une histoire fantasque. Bien entendu, j'ai été immédiatement séduite par cette magnifique lecture, j'en suis sortie avec un sourire ravi jusqu'aux oreilles !

Albin Michel jeunesse, coll. Wiz, octobre 2011 - traduit par Cécile Arnaud - illustration de couverture : Pierre Mornet

Posté par clarabel76 à 14:30:00 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

30/08/11

Waterloo Necropolis

IMG_5212

Waterloo Necropolis est un roman qui parvient subtilement à nous piéger entre ses chapitres. On y suit l'histoire de Grace, et de sa soeur, Lily, qui est simple d'esprit. Toutes deux sont orphelines et vendent du cresson dans la rue pour joindre les deux bouts. Elles logent dans une pension de famille délabrée jusqu'au jour où les autorités décident d'expulser tous les locataires sans se soucier du devenir de ces pauvres hères. C'est alors que Grace choisit de faire appel à Mrs Unwin, rencontrée sur un quai de gare, dans des circonstances qu'elle aimerait oublier. Six mois plus tôt, en effet, la jeune fille de seize ans a accouché en secret d'un enfant mort-né et s'est rendue à Waterloo Necropolis pour y glisser son "paquet" dans un cercueil anonyme. La pratique était courante à l'époque, pour ceux qui n'avaient pas les moyens. 

Bref, Mrs Unwin est l'épouse d'un riche entrepreneur qui travaille dans les pompes funèbres. Elle est séduite par la beauté délicate de Grace et lui propose de l'employer comme pleureuse, tandis que Lily se voit promettre de suivre une formation de domestique auprès de leur fille Charlotte. Tant de générosité fait plaisir à voir, sauf que les intentions de la famille Unwin sont loin d'être honnêtes. La construction du roman laisse supposer un scénario habile et efficace, là deux hommes se frottent les mains en découvrant l'annonce dans le Times d'une recherche active d'une héritière, là une dame se promène avec son bébé dans le parc, là encore une odeur d'huile de macassar donne des frissons dans le dos... Impossible d'être dupe quant au dénouement de l'intrigue, mais ce serait dommage de se priver de la suite du film, Mary Hooper fait preuve d'une grande ingéniosité aussi et nous charme, à sa façon, avec son récit. 

Comme c'était déjà le cas avec La Messagère de l'au-delà, le roman dénonce une réalité sordide en nous plongeant dans les quartiers pauvres du Londres victorien. Le commerce autour de la mort est également passé à la loupe, d'autant plus qu'au cours de l'hiver 1861 le prince consort décède subitement et plonge le pays dans un grand deuil. Très franchement, ce livre est très appréciable, il est intelligent, réaliste et romanesque. J'ai beaucoup aimé (même si la fin semble trop belle pour être réelle).

Waterloo Necropolis - Mary Hooper
(Les Grandes Personnes), 2011 - 300 pages - 17,50€
Traduit de l'anglais par Fanny Ladd et Patricia Duez
illustration de couverture : Pierre Mornet 

> A été lu et apprécié par Sophie

Posté par clarabel76 à 12:15:00 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : , ,