21/07/08

Les Cavaliers des Lumières : Le règne de la Barbarie *

Si seulement sa mère n'avait pas eu cet accident, peut-être Théo ne se serait jamais intéressée à ce jeu maudit. Pour effectuer son travail de deuil l'adolescente a choisi de couper tout contact avec l'extérieur, de ne plus parler à personne, de rompre avec ses amis. Elle vit désormais dans sa bulle, accrochée à un jeu online où elle s'est révélée prodigieuse, atteignant le niveau 5, comme quatre autre joueurs dans le monde. C'est exceptionnel, et Théo n'en est pas peu fière.

Après une fâcherie avec son père, qui s'inquiète (à juste titre), Théo est privée d'ordinateur jusqu'à nouvel ordre. L'ado doit remonter la barre et obtenir des résultats scolaires plus brillants. Elle s'aperçoit alors de sa terrible addiction au jeu et passe outre l'interdiction paternelle en se connectant en cachette. Là, un soir, elle surprend des scènes qu'elle n'aurait pas dû voir. Mais elle s'imagine aussitôt qu'il s'agit d'un léger bug, ce n'est pas méchant et ne porte pas à conséquences. Erreur !

Les jours suivants, d'étranges événements surviennent dans la vraie vie de Théo. Sont-ce des hallucinations, des alarmes (trop de jeu, des neurones embrouillés)... ? Elle décide alors de se connecter sur le site du jeu et contacte les autres joueurs du niveau 5. Bizarrement, ces derniers partagent les mêmes doutes : la terrible armée des Barbarians est-elle sortie de la sphère ludique et virtuelle pour s'immiscer dans leur monde ? !

IMGP5862

Je vous laisse découvrir ce qu'est exactement le jeu d'héroïc fantasy (les Barbarians Killers) qui est devenu la principale nourriture de notre jeune Théodora. C'est un monde étrange, menacé par des forces obscures, et les cinq meilleurs joueurs mondiaux se verront attribuer le titre honorifique des cavaliers des lumières, avec pour charge de protéger, de combattre et de résister. De longues descriptions s'ensuivent, mêlées au récit par les terrifiantes menaces qui frappent le Monde Nouveau (ainsi est appelée l'humble société dans laquelle nous vivons !).

Préparez-vous à quelques surprises de taille, car la vicissitude de ces créatures sournoises s'attaquent à toutes les personnes qui cherchent à aider Théo et les Barbarians ne mettent pas de gants pour dissuader et faire peser la menace !!! Leurs armes sont redoutables, car le commun des mortels ne voit pas la même chose que Théo, qui se retrouve ainsi isolée, incomprise et totalement déboussolée. Elle seule détient la preuve que les Barbarians s'incarnent sur Terre avec pour mission d'éliminer tous les Cavaliers.

Après son père, c'est son ancien meilleur ami qui est touché, puis des camarades de chambrée. Accident de voiture, incendie volontaire, bain de sang... la liste ne finit pas de s'allonger. Théo choisit de partir sur l'ile de Wight, dans un manoir austère, de style victorien. Elle aura recours à la bonne vieille méthode de compulser des livres dans une bibliothèque pour ses recherches avant le grand rendez-vous avec ses pairs. Car Théo a découvert qu'elle pouvait s'introduire en personne dans le jeu et franchir la frontière séparant l'irréel du réel... Incroyable !

Mêlant la quête épique, le tourbillon fantastique et le souffle d'aventure, ce roman brasse moults références et légendes pour alimenter son intrigue haute en couleurs. C'est entraînant, aidé de quelques pauses bénéfiques dans le coeur de l'action, mais le suspense est toujours entretenu à un train d'enfer. Le climat de terreur rampante par la menace des Barbarians est bougrement efficace, on s'accroche, on guette et on attend au tournant la suite de l'épopée...

Un deuxième volume va paraître courant Novembre 2008 (la série est en cinq tomes). Ce livre porte la signature de deux auteurs fort remarqués pour leurs romans policiers : Brigite Aubert et Gisèle Cavali.

Les Cavaliers des Lumières, Le règne de la barbarie * - Aubert & Cavali

Plon, mai 2008 - Coll. Jeunesse / Heroïc - 300 pages. 13€

A également été lu par Marie

Posté par clarabel76 à 09:00:00 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags : , , ,


26/06/08

Powerboy - Jean Cavé

Jehan a rencontré son destin dans le métro, du moins c'est ce qu'il s'imagine. Il faut dire aussi que la suite des événements peut prêter à confusion et laisser croire qu'il a bel et bien raison !.. Un jour, donc, il croise le regard d'un type, très grand, habillé en noir, qui le fixe en retour. Un drôle de picotement gagne le garçon qui ne lâche pas des yeux cet individu, c'est comme si un fil invisible les reliait, pense-t-il. Suite à cela, Jehan est convaincu de détenir un étrange pouvoir : celui de convaincre les autres, de prendre le contrôle de leur subconscient et de les faire agir suivant ses désirs. Il décide de faire un essai sur cet homme un peu louche en lui ordonnant, mentalement, d'ouvrir la bouche.

Et alors, l'autre lui obéit ! Paniqué, Jehan se sauve du métro. Il n'a pas réussi à annuler son ordre et regarde avec effroi le pauvre malheureux avec la gueule cassée. Peu de temps après, le cauchemar le rattrape dans une chambre d'hôpital. A la suite d'un malaise à l'école, Jehan est envoyé pour des examens de routine au centre hospitalier. Groggy, il pique un petit somme et, à l'heure de son réveil, il croise son voisin de chambre qui n'est autre que... Bouche Ouverte ! Cri d'horreur, panique, tentative de s'échapper, bref notre adolescent vire de toutes les couleurs.

IMGP5789

Mais qui est cet inconnu ? Il se présente comme étant le grand Parrain des Magiciens et vient annoncer une bonne nouvelle à Jehan. Un peu sonné, celui-ci l'écoute vaguement mais se force à adhérer à sa démonstration lorsque tous deux s'adonnent à un travail pratique en direct. Ainsi, Jean a des pouvoirs exceptionnels, il peut hypnotiser son entourage ! Il en profite sans vergogne et ses premières victimes sont ses professeurs, ses camarades de lycée et même une jolie demoiselle qu'il aimerait beaucoup embrasser. Soit, parfois ce don n'a pas l'air au point et provoque des catastrophes en série. Est-ce une raison suffisante pour s'en priver ? Non. Mais jusqu'où notre Powerboy va exercer son ascendant ? Et possède-t-il vraiment des pouvoirs particuliers ?

Avec humour Jean Cavé démontre qu'au moment de l'adolescence, quand on doute un peu de soi, on devient la proie de ses propres superstitions. Plonge-t-on franchement dans le paranormal ? Ce roman paraît en détenir les ingrédients mais la recette n'est pas miraculeuse et l'explication à la fin pourra grandement décevoir les allumés du pouvoirs de l'Impérium (Harry Potter, à jamais dans nos coeurs !!!). En somme cette lecture sympathique délivre davantage un message de confiance en soi, sous couvert d'effets extraordinaires et de coincidences étranges. Cela se lit, mais le lecteur est en droit d'en réclamer plus ! Je ne suis pas convaincue, mais simplement parce que je ne corresponds pas à la cible visée. Par contre, dès 11-12 ans c'est sans souci !

Plon jeunesse, janvier 2008 - 178 pages - 10€

Powerboy

Posté par clarabel76 à 08:30:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

L'oeuf du démon - Eric Boisset

Zacharie reçoit par erreur un colis dont le nom du destinataire a disparu. Il l'ouvre et découvre à l’intérieur de ce paquet un objet mystérieux en forme d’œuf sur lequel est inscrit une courte phrase en langue arabe. Il fait appel à son meilleur ami Farouk qui le conduit chez sa grand-mère, Latifa. Cette dernière a une attitude de stupeur et prétend ne pouvoir les aider. Qu'à cela ne tienne ! A force de roueries, Zacharie va réussir à déchiffrer les incriptions gravées sur l'oeuf. Il s'agit d'un avertissement. Mais nos deux compères font la sourde oreille et bravent l'interdiction : alors, leur apparaît un certain M. Jean, un maridin à l'aspect inoffensif et très sympathique, qui leur promet, tel le génie de la lampe d'Aladdin, monts et merveilles.

Dans le dos de son meilleur ami, Farouk va être bercé (et céder) aux chants des sirènes de la tentation. Or, l'esprit du l'oeuf va le prendre au piège. Pour s'échapper de cette emprise, Farouk se plonge dans les rites magiques berbères et doit confesser sa terrible erreur à sa grand-mère et Zacharie.

Au début, celui-ci est choqué d'avoir été trahi par son pote et puis l'enchaînement des événements, plus la pression du maridin, forcent les uns et les autres à trouver une solution au plus vite ! (Le final est d'ailleurs inattendu !)

IMGP5779

Première impression d'entrée de jeu, c'est une lecture simple et entraînante, qui s'adresse aux plus jeunes (dès dix ans). Il y a beaucoup d'humour, des répliques qui feront mouche et le lecteur pourra facilement se retrouver dans les personnages (Zacharie et Farouk). Cette histoire rappelle inévitablement la lampe magique d'Aladdin, sauf que le génie ici est plus tordu et machiavélique. On s'éloigne également des clichés : pas d'apparition dans un nuage de fumée, aucun dandysme. Notre Démon porte bien son nom ! Il salue son arrivée dans un fracas de table et de chaise renversées, il est le champion des fourberies, fait tourner en bourrique ses victimes (Farouk est affublé d'une tenue sortie des Mille et Une Nuits en pleine école !). C'est un esprit redoutable.

Par ailleurs, on découvre le don du sacrifice, le sens de la loyauté et le prix d'une amitié forte grâce à Zacharie, Farouk et la grand-mère Latifa. Ce sont trois personnages ordinaires, qui ont des qualités et des défauts. On ne nous vend pas un énième ouvrage fantastique, avec des héros aux supers pouvoirs. Eric Boisset concocte une vraie intrigue réussie, pleine d'imagination et très drôle. Je suis tout à fait persuadée que ce livre saura séduire les jeunes lecteurs, dès 10 ans. 

plon jeunesse, mai 2008 - 218 pages - 13€

 

L'oeuf du démon

Posté par clarabel76 à 08:30:00 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : ,

05/06/08

Je veux vivre - Jenny Downham

Depuis quatre ans, Tessa vit avec la maladie - une leucémie contre laquelle elle ne bataille plus car elle se sait condamnée. Elle n'a que seize ans et ressent de la colère. Entre les jours à rester dans son lit, sans bouger ni envie de sortir, et les moments où elle veut croquer la vie à pleines dents, Tessa a dressé une liste de dix choses à accomplir avant de mourir. Ce sont des trucs que doivent vivre toutes les adolescentes normales, selon elle : braver l'interdit, prendre de la drogue, conduire sans permis et faire l'amour ! Avec sa meilleure amie Zoey, Tessa a choisi de cocher un par un les points de sa liste, au gré de sa santé qui lui joue des tours, de son corps qui flanche et des sonneries d'alarme. Son temps est compté, la jeune fille sait qu'il faut faire vite. Brûler la vie par les deux bouts pour se sentir en vie.

IMGP5583

Le moins que l'on puisse dire, c'est qu'on ressent toute la véhémence de la jeune fille atteinte de leucémie, très lucide sur son sort. Oui, c'est de la colère qui transpire de ce texte, une envie de hurler et de saccager tout. Tessa, seize ans, nous embarque dans ses délires, elle est totalement incontrôlable, assez énervante et capricieuse, mais touchante aussi. On comprend que ses réelles motivations sont masquées par la trouille. Peur de mourir, peur d'être seule. C'est un beau portrait tout en ambiguité qui ressort de ce livre. On n'échappe pas au pathos, en un final assez longuet qui gâche un peu l'absence de sensationnalisme, ou ce que j'avais ressenti comme étant exempt de toute volonté de s'étaler. Une adolescente de seize ans, condamnée à mourir, ne veut pas dire non et elle se bat. C'est un cri de vie et d'amour. Et puis paf, les vingt dernières pages font traîner les adieux, la séparation, l'inévitable. Oui, c'est très émouvant, mais c'est aussi un peu "too much" à mon goût. Néanmoins, au coeur de toutes ces pages marquées par la maladie, une belle histoire d'amour pointe son nez et apparaît telle une superbe parenthèse, de même la relation entre le père et la fille est juste tout simplement bouleversante, très poignante. Cela change des schémas classiques, et c'est bien. Un très bon livre, émouvant et sensible.  

Il existe deux éditions pour ce roman : pour la jeunesse et pour les adultes. Car c'est un livre destiné à tous, et qui clame un grand SOS.

Plon, juin 2008 - 390 pages - 17€

Traduit de l'anglais par Aleth Paluel-Marmont - titre vo : Before I die.

A été lu aussi par Miss Brownie et par Mélanie (Book in)

Posté par clarabel76 à 09:00:00 - - Commentaires [53] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

08/04/08

Mes Premières Fois - Claire Loup

mes_premieres_foisJulie vient de décrocher le bac et s'apprête à passer un été rempli d'insouciance avec sa meilleure amie Lola, et du petit ami de celle-ci. Au gré des grands et petits événements estivaux, Julie fait aussi le point et se remémore ses premières fois marquantes, en tant que jeune adolescente. Cela passe par le premier examen scolaire (le Brevet), le premier petit ami et le premier baiser échangé, à la première visite chez les gynéco, les premières vacances sans les parents, la première cuite ou le premier chagrin d'amour. Joies et déboires d'une jeunesse dorée, actuelle et désinvolte.

J'ai été séduite par cette jolie couverture d'Audrey Charissoux et j'ai plongé les deux mains devant dans ce roman pour la jeunesse qui me promettait plusieurs heures de détente. J'avoue, les premières pages me faisaient doucement rigoler, je me revoyais souvent ci ou là, peut-être parce que nous avons toutes eu le même souffle de pensée devant les 27 premières fois présentées dans ce livre par Claire Loup (jeune auteur, qui signe là son premier roman), et ce malgré les écarts de génération. (Je n'ai plus quatorze, quinze ans !!! Mais ça n'empêche pas !) Donc, j'ai pris grand plaisir à parcourir ce roman, tout en lui reconnaissant des défauts mineurs (il est futile, léger, assez mièvre et puéril) ; néanmoins cela ne m'a jamais rebuté ni donné envie de jeter mon livre par la fenêtre. Loin de là. Avec cette lecture, j'ai pu constater que l'âge est plus qu'un chiffre, c'est un état d'esprit !

Bref, c'est mon constat à 30 ans passés, aucune sévérité et point de cynisme de ma part, j'ai lu ce livre d'une traite et je l'ai apprécié purement et simplement ! C'est frais, très drôle, c'est aussi un éclairage intéressant pour les petites jeunes d'aujourd'hui qui vont l'ouvrir et pourront s'en servir comme un guide (là j'extrapole) pour déculpabiliser, décomplexer et/ou déstresser. Et puis l'histoire de Julie est fichtrement bien ancrée dans son époque, avec une aisance remarquable. La demoiselle nous livre plusieurs chapitres de son expérience d'ado, dans un cadre propret et idyllique (citadine, à Paris, famille relativement aisée et hyper cool) et cela pourra accentuer la part romanesque de cet ouvrage rose ! Bon pour se relaxer et rigoler. Claire Loup se révèle un auteur plein de promesses.

Mes Premières Fois, par Claire Loup

Plon jeunesse, 2008 - 248 pages - 13€

Posté par clarabel76 à 08:30:00 - - Commentaires [13] - Permalien [#]
Tags : ,

06/12/07

Le conte des hérétiques - Sarah Singleton

conte_des_heretiquesAngleterre, au 16ème siècle. En ce temps-là, la reine Elizabeth fait adopter la religion protestante à tous ses sujets, mandatant certains émissaires pour chasser les prêtres envoyés de France pour servir l'Eglise catholique d'Angleterre. Les catholiques sont brimés, soupçonnés de trahison et considérés comme des hérétiques.

La famille Dyer a longtemps été de fervents catholiques pratiquants, aujourd'hui le père est envoyé pour des voyages d'affaires qui l'éloignent du foyer, la mère et les deux filles vivent dans des conditions difficiles, et le frère est étudiant à Oxford. Un jour, celui-ci leur rend visite en compagnie d'un prêtre pourchassé, Thomas Montford, qui demande asile. Le frère repart aussitôt, n'ignorant pas la menace qui pèse sur les siens.

Elizabeth assume très vite le poids du secret. Elle-même vient de rencontrer une créature étrange en se rendant à l'ermitage. C'est une jeune fille à la peau verte, qui se nomme Isabella Leland. Qui est-elle ? Que fait-elle, d'où vient-elle ? Elizabeth l'ignore encore. Pour l'instant, lady Catherine qui vit au manoir Spirit Hill fait appel à ses services de demoiselle de compagnie et lui demande de vivre quelques jours auprès d'elle. La proposition n'est pas pour ennuyer l'adolescente, mais ne peut se refuser. La venue de Kit Merrivale, envoyé de la Reine, inquiète davantage Elizabeth. C'est un bel homme, au charme ténébreux, qui dégage un mélange d'attirance et de crainte.

Elizabeth a double raison de se soucier de son sort : sa famille cache un prêtre en fuite, recherché par Merrivale, et Isabella vient également d'être recueillie au manoir. Et elle fait bien de se méfier, lady Catherine lui avoue que Kit va arrêter sa mère et que la jeune fille doit à sa bénéfiction d'avoir la vie sauve. De plus, Isabella semble détenir des secrets et des pouvoirs qui font d'elle, aux yeux d'une catholique, un être maléfique et démoniaque.

Elizabeth va se retrouver au coeur d'un lot d'actions tournoyantes, elle seule peut sauver sa mère, ne pas trahir le prêtre Thomas et lui assurer une nouvelle cachette, sans éveiller les soupçons de Merrivale. Or, ce dernier n'est pas facile à duper et sa soif de vengeance va décupler après avoir découvert que la jeune fille manipulait son entourage. Quant à Isabella Leland, son mystère est révélé au lecteur au fil des pages. En attendant, elle joue un rôle qui demeure dans le clair-obscur, et c'est dans un tourbillon de fantastique qu'apparaîtra enfin son utilité.

Aventure romanesque ou féérique, conte légendaire et intrigue merveilleuse, le roman de Sarah Singleton pioche dans le genre imaginaire pour raconter une histoire passionnante. Le théâtre redoutable de cette Angleterre du 16ème siècle est admirablement dessiné, dans un style soigné et irréprochable. On suit le personnage d'Elizabeth en vibrant, se demandant comment elle pourra sortir de ce traquenard. Tout la condamne, et soudain l'histoire nous entraîne dans un monde totalement différent, un univers du pays des ombres, le monde caché d'Isabella (mais là, inutile d'en dire plus !).

L'histoire est envoûtante, elle plaira aux jeunes (dès 14 ans) et aux plus vieux !!!

Plon jeunesse - 333 pages - Traduit de l'anglais par Myriam Borel -  17,50 €

Posté par clarabel76 à 08:00:00 - - Commentaires [37] - Permalien [#]
Tags : , ,

15/03/07

FBI et les neuf vies du chat - Sophie de Mullenheim

FBI_neuf_vies_du_chatFabien Barthélémy Isthory, plus connu sous le diminutif de FBI, est détective historique. A l'aide de livres anciens et de sa secrète machine à remonter le temps, le VART, il accomplit des miracles dans son bureau 1515 au 110ème étage d'une tour new-yorkaise. Installé depuis deux ans aux Etats-Unis, ce jeune français connaît une reconnaissance florissante, ce qui lui a permis d'embaucher une femme de ménage, la jeune et jolie Marilyn.

La grande aventure rocambolesque de Fabien commence par le plus grand des hasards, après deux voyages dans le temps et un constat aberrant : un chat au pelage bleuté et sans queue semble être un agent déterminant dans le cours des événements historiques. En rencontrant le Pr Colley, maître de conférences sur les chats, Fabien partage ses déductions, auxquelles s'ajoutent les précieuses informations du professeur : ce chat dénommé Cobalt compte neuf vies à son actif, il faut retrouver sa trace pour mieux cerner son incroyable mission.

Sophie de Mullenheim n'en rajoute pas des tonnes pour placer aussitôt son lectorat dans l'ambiance et l'action trépidante. Cette chasse au matou prend une singulière tournure, enrichie par des sauts dans le temps, nous offrant la possibilité de revivre des scènes historiques d'une certaine envergure (la mort de Cléôpatre, le naufrage du Méduse, les contes de Charles Perrault, etc.). L'auteur est très scrupuleuse pour expliquer ses théories et le concept de "détective historique" au bord d'un "VART" plutôt original, mais bien pensé, bien étudié. Les lecteurs pourront ainsi apprécier ce mélange, l'idée n'est nullement rebutante, bien au contraire !
On soulignera cependant le détail qui "dénonce" le roman pour la jeunesse à travers le personnage de Marilyn, franchement un peu niais, qui trouve son patron "trop mignon", "trop craquant". Mais il est vrai que c'est un roman avant tout destiné pour séduire les adolescents, aucun doute possible qu'ils puissent demeurer hermétiques à cet univers nimbé d'investigations, de rebondissements et de vrais instants marquants dans la grande histoire. Voilà une sympathique invitation à plonger le nez dans un manuel sensé et captivant !

Plon jeunesse, 305 pages  (janvier 2007).

Posté par clarabel76 à 07:00:00 - - Commentaires [17] - Permalien [#]
Tags : ,

08/03/07

Les fantômes de Century - Sarah Singleton

centuryDans un manoir grisâtre, deux soeurs coulent dans une molle torpeur, aux journées toutes rythmées selon le même rituel, sous la coupelle acariâtre de leur gouvernante Galatée.
Mercy et Charity commencent à s'ennuyer. Un jour, Mercy a vu une femme prise dans les glaces et a couru prévenir sa jeune soeur. Cela signifie certainement quelque chose, à ceci près qu'une autre étrange circonstance était survenue peu de temps auparavant, quand Mercy avait trouvé un perce-neige sur son oreiller.
En fait, Mercy voit des fantômes. C'est une particularité qui n'est pas exceptionnelle dans sa famille. Les Verga viennent d'Italie, ils se sont installés en Angleterre, et aujourd'hui Mercy et Charity sont seules avec leur père Trajan. Aussi bizarre que cela puisse paraître les jeunes filles n'ont plus le moindre souvenir de leur mère Thécla.

Un autre jour, Mercy croise un homme près de la chapelle. Il se prénomme Claudius et lui demande son aide. Selon lui, seule Mercy est capable de les sortir de ce sommeil où ils sont tous cloués depuis une éternité, et en perçant ce mystère Mercy pourra également ... revoir sa mère !
La jeune fille est troublée, mais elle décide de fouiller les couloirs plongés dans les ténèbres de Century. Leur manoir est poussiéreux et renferme des couloirs qui la plongent dans des voyages à travers le temps. Apprenant l'initiative de sa fille, Trajan tente de la dissuader de débusquer cette fausse vérité promise par Claudius. Or, ce dernier a aussi affirmé que le père de Mercy tiendrait des propos mensongers.
Qui croire ? Pour Mercy, le chemin vers "la lumière" s'annonce houleux, rebondissant et prometteur de délicieux frissons.

Oui, vous avez bien lu : dans ce roman destiné à la jeunesse (mais pas seulement, moi je vous le dis !), on y croise un manoir plongé dans la pénombre, un temps infini, des fantômes, de la sorcellerie, une jeune héroïne fougueuse, bref des ingrédients qui rappellent la sacro-sainte recette des romans victoriens, dont Wilkie Collins en tête de liste !
Honnêtement, l'histoire est palpitante. Au départ, l'histoire commence de nos jours. Un antiquaire fait la trouvaille dans un grenier d'un manuscrit intitulé "Century" rédigé par Mercy Galliena Verga, 1890.
L'instant d'après, le lecteur plonge dans un autre temps, une autre dimension. Qu'on puisse y adhérer ou non revient à discuter des goûts et couleurs des uns et des autres, mais il faut absolument saluer un point de réussite des "Fantômes de Century" pour son ambiance. C'est complètement abouti, on y croit, on s'y laisse absorber. C'est passionnant !
Ce roman a été couronné "Meilleur livre pour la jeunesse" en Grande-Bretagne.

Plon jeunesse, 282 pages (2007). Trad. par Myriam Borel.

Posté par clarabel76 à 07:30:00 - - Commentaires [22] - Permalien [#]
Tags : ,