31/07/19

Quand soufflera le vent de l'aube, par Emma Fraser

quand soufflera le vent de l'aubeÎle de Skye, début du XXe siècle.
Flora MacKenzie rêve de suivre les pas de son père médecin. Mais l'attention poussée d'un jeune lord - suivie de son étrange disparition - va bousculer ses plans et impliquer la famille MacCorquodale (ses voisins & modestes métayers) dans la même tourmente.
En gros, le fils Archie s'enfuit en Amérique, la fille Jessie renonce à ses études d'infirmière. De son côté Flora part vivre à Édimbourg et tire un trait sur son passé.

Le reste du roman va s'appliquer à raconter les parcours des deux femmes tout en décrivant le contexte sociétal avec un regard très réaliste. Il y a forcément un peu de romanesque dans l'histoire (le sort de Flora et Jessie est franchement triste).
On n'échappe pas non plus au procès sur la misère des plus pauvres, la condition féminine, les pratiques de la médecine, les récits de guerre (des plaines de la Serbie à la retraite vers le Montenegro). 
Tout ça pour une lecture poignante et vibrante d'émotions.

Mais il m'aura manqué cette petite flamme pour affoler mon imaginaire... Une atmosphère trop lourde, des coups du destin implacables, des personnages accablés par des revers trop injustes. Tout n'est pas léger, léger non plus.
Toutefois, cela reste une découverte non moins intéressante malgré quelques réserves.

Pocket (2018)

Traduit par Abel Geschenfeld, Dominique Haas & Odile Demange

 

Posté par clarabel76 à 11:45:00 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , ,


Le Moulin du Loup, de Marie-Bernadette Dupuy

LE MOULIN DU LOUPÔ agréable surprise ! J'ai quasiment bu d'une traite les 680 pages du roman ! Un exploit.
En fait c'est super facile et très entraînant à lire. On monte à bord du train en toute bonhomie et on ne le quitte plus avant le terminus. Préparez-vous cependant à une histoire sentimentale mais que voulez-vous... j'ai perdu tout sens commun et n'ai pas boudé mon plaisir.
L'histoire se passant dans la région d'Angoulême a également interpellé la vacancière que je suis car j'aime beaucoup le cadre verdoyant et campagnard. Bref. Chez la famille Roy dont le père, maître papetier, a quelques difficultés pour honorer ses dettes, l'heure est grave.
L'homme a accepté de marier sa fille Claire au fils Giraud non sans savoir que Frédéric traîne une réputation de brute débauchée. Celui-ci jure pourtant de se ranger pour les beaux yeux de Claire... n'imaginant pas qu'elle vient de succomber au charme d'un bagnard en fuite et qu'elle est prête à tout pour le sortir des griffes de la police.
La lecture va ainsi enchaîner les heurts et bonheurs de cette famille et de leurs proches à travers des alliances, des trahisons, des mariages, des naissances, des morts et tout ça. On absorbe ainsi une grande quantité de scènes crémeuses et parfois trop mielleuses. J'étais néanmoins scotchée et impatiente d'avancer car la lecture est honteusement addictive.
Mais la Claire du début - la jeune fille intrépide et désinvolte - devient une créature plus sombre et amère au fil des chapitres. La morosité et le mélodrame s'abattent sur son existence. Elle semble se résigner trop facilement et devient l'ombre d'elle-même. Quelques 100 pages avant la fin, on ne vibre plus du tout à ses aventures ou disons qu'on aimerait bien une sérieuse reprise en main pour soutenir à nouveau ses combats.
Affaire à suivre dans Le Chemin des Falaises.

Saga familiale, amours impossibles et secrets de famille : en Charente, les aventures semées d'embûches d'une jeune fille rebelle et d'un bagnard, à la fin du XIXe siècle. 

©2015 Presses de la cité (P)2016 Sixtrid

Le Moulin du loup sixtrid

 

11/07/19

Le lilas ne refleurit qu'après un hiver rigoureux, de Martha Hall Kelly

Septembre 1939 : les hordes nazies déferlent sur la Pologne. Un hiver rigoureux s'installe en Europe. Commence aussi le début de l'horreur pour les tristement célèbres « Lapins » de Ravensbrück. 

Le lilas ne refleurit qu'après un hiver rigoureux

On croise dans ce roman trois portraits de femmes très distincts : Caroline, vivant confortablement à New York, travaille pour un fonds de soutien aux réfugiés et tombe amoureuse d'un acteur français (bientôt envoyé à Drancy) ; Kasia, une jeune polonaise idéaliste, s'embarque dans la résistance mais sera arrêtée devant le cinéma en compagnie de ses proches ; et enfin Herta, une fière allemande, très ambitieuse, ne supportant plus d'avoir étudié la médecine sans obtenir la reconnaissance de ses pairs, accepte un poste dans un camp de rééducation pour femmes.

Même si j'ai trouvé la lecture globalement entraînante, je dois reconnaître que l'ensemble est parfois trop lisse et mielleux. Les démêlés sentimentaux de Caroline n'apportent pas grand-chose. Sa vision de l'héroïsme est vécue à travers son amour aveugle (et interdit). Les témoignages de Kasia et Herta sont davantage plus éloquents. À partir de la page 400, de toute façon, l'histoire devient plus diluée et moins originale. Ce n'est plus aussi accrocheur, sauf peut-être l'affrontement entre la victime et son bourreau. Sinon on a vite fait le tour.

Cela reste une bonne lecture sur un sujet trop triste mais qui manque parfois de caractère.

Pocket (2019) - Traduit par Géraldine d'Amico

La voix de Caroline Breton incarne sobriété, justesse et émotion sans débordement. C'est très bon.

le lilas martha hall kelly

©2018 Leduc.s. Traduit de l'anglais par Géraldine d'Amico (P)2018 Audible Studios

 

 

Posté par clarabel76 à 19:45:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

10/07/19

L'oubli, par Emma Healey

L'oubli, d'Emma HealeyRemarquable ! Ce roman nous glisse dans la peau de Maud, une vieille dame atteinte de la maladie d'Alzheimer. Avec elle, on perd aussi ses repères, on radote, on confond le présent et le passé, on tourne en rond. C'est bluffant.
Vivant seule dans sa maison, assistée de sa fille et de sa petite-fille, Maud a pour obsession son amie Elizabeth. Sans nouvelles de sa part, elle est persuadée qu'elle a disparu. Elle harcèle son fils de coups de fil, se rend au commissariat de police, se faufile dans son jardin. Elle rassemble ainsi les preuves mais demeure impuissante à alerter ses proches.
En creusant bien, on réalise aussi qu'une autre tragédie se mêle à ses souvenirs avec la disparition de sa sœur Sukey, près de soixante-dix ans plus tôt, laissant sa famille dans la plus grande incertitude, les doutes planant toujours sur son mari Franck.
Commence alors le véritable challenge du roman, à savoir comment démêler la vérité dans ce magma de pensées embrouillées ? C'est toute la prouesse de l'histoire qui nous confine dans l'esprit de Maud - narration à la 1ère personne - et qui nous fait avancer à tâtons dans la lecture. Aucune action, une analyse pertinente et une tension psychologique au taquet.
On embarque à bord avec une totale confiance, curieux de connaître la suite et soucieux du personnage de Maud dont la maladie est décrite très justement. Un premier roman réussi !

Pocket (2015) - Traduit par Corinne Daniellot pour les éditions Sonatine

Titre VO : Elizabeth is Missing

 

Posté par clarabel76 à 11:30:00 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , ,

08/07/19

Filles de la mer, de Mary Lynn Bracht

Ce roman inspiré de faits historiques est passionnant mais également déchirant pour tout ce qu'il rapporte ! Pfiou... c'est très dur à lire parfois.

Filles de la mer

C'est l'histoire d'une jeune coréenne de seize ans qui, en 1943, a été arrachée à sa famille pour être envoyée dans un bordel en Mandchourie et servir de “femme de réconfort” aux soldats japonais. Témoin de son enlèvement, sa jeune sœur n'a jamais pu oublier ce jour tragique. On la retrouve près de soixante-dix ans plus tard en train de manifester sur les places de Séoul pour connaître son sort.

Raconté par alternance, le roman nous tient en haleine à travers les voix de Hana et Emi dont chaque parcours soulève bien des injustices, des drames, des larmes, de l'horreur. J'ai eu la boule au ventre plus d'une fois au cours de ma lecture. Et pourtant, pour rien au monde je n'aurais voulu mettre pause ou abandonner ce livre.
D'un côté c'est hyper poignant et douloureux à encaisser. D'un autre, on est surpris par sa force romanesque et obnubilé par la suite de l'histoire. On a autant envie de soutenir les deux sœurs et de découvrir leur sombre destinée.

C'est sans doute paradoxal à avouer mais j'ai adoré ce roman ! Je ne suis d'ailleurs pas prête d'oublier le sort misérable des coréennes victimes de l'esclavage sexuel (et plus largement, les ravages imprimés par la grande Histoire sur ce coin du Pacifique). Absolument traumatisant. Un bel hommage est également rendu à la culture des haenyeo - ces fameuses filles de la mer qui plongent en apnée pour pêcher. Une vraie lecture coup de poing.

©2018 Robert Laffont. Traduit par Sarah Tardy (P)2019 Audible Studios

Le choix de la lectrice a également été décisif car Micky Sebastian est une comédienne formidable - sa voix, son interprétation, sa sensibilité, sa justesse... Tout est extrêmement poignant, bouleversant, percutant. Je ne suis jamais déçue des lectures qu'elle exécute ! C'est tout simplement prodigieux.

 

Repris en Février 2019 chez POCKET

FILLES DE LA MER pocket

 

 

Posté par clarabel76 à 11:45:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,


02/07/19

221b Baker Street, par Graham Moore

221b Baker StreetCet habile roman à suspense mêle deux enquêtes à près d'un siècle d'écart. Mais les spectres qu'on y croise n'en sont pas moins imposants.

En 1893, Conan Doyle décide de tuer sciemment son personnage fétiche mais rencontre une grogne populaire sans précédent... sa jalousie et sa haine envers Sherlock Holmes ne font que se renforcer. L'ironie voudra qu'il va finalement jouer au détective avec son ami Bram Stoker et ainsi se rapprocher du héros honni. 
Janvier 2010. Un membre d'une société holmésienne annonce crânement avoir enfin mis la main sur le journal perdu de l'écrivain. Mais on retrouve le type assassiné dans sa chambre d'hôtel... étranglé par le lacet de sa chaussure. Pour Harold White, la dernière recrue des Baker Street Irregulars, commence aussi une enquête palpitante en compagnie d'une charmante journaliste.

Quelle lecture fort sympathique et étonnante ! On ne nous demande pas de connaître par cœur tout Sherlock Holmes ou Conan Doyle pour savourer toutes les subtilités de l'intrigue. On se dit juste que c'est comme un roman policier entre deux époques (contemporaine et victorienne) avec des personnages passionnants. Il y a du vrai et du faux dans l'histoire - les notes finales viendront mettre leur grain de sel - pour le reste, ça se découvre, ça se discute, ça soulève des interrogations, ça fuse et ça use. Tout ça pour dire que le rythme, l'ambiance et l'histoire tiennent la dragée haute. Et c'est pas mal du tout.

J'ai aimé ce personnage d'un Conan Doyle qui bouillonne contre sa création et qui réalise aussi n'avoir rien compris à son influence dans les foyers populaires. J'ai aimé plonger dans les rues de Londres pour faire semblant de vivre une enquête à la Sherlock. J'ai aimé enfin le passage au présent, toujours sur les traces du mythe, à fouiller dans les archives et élaborer toutes folles théories. C'est franchement très distrayant à lire. J'ai vraiment passé un bon moment.

Pocket (2013) - Traduit par Françoise Smith pour Le Cherche Midi

Titre VO : The Sherlockian

 

13/06/19

En poche ! La Nouvelle Vie de Kate Reddy, de Allison Pearson

La Nouvelle Vie de Kate Reddy Poche

Pour Kate Reddy, bientôt 50 ans, mariée et mère de famille, la roue tourne comme marée en carême. Entre ses deux adolescents plongés dans les affres de la puberté (popularité, réseaux sociaux, apparence, clan, défis idiots, jeux vidéo) et son mari en pleine reconversion professionnelle, Kate surnage.
Contrainte de reprendre le boulot pour maintenir le navire à flot, elle fait alors face à un gouffre immense. On fait comment pour revenir sur le marché quand on a tout plaqué pour torcher les mômes et les parents séniles ? On rejoint une association de Revenantes. On ment sur son âge. On redouble d'efforts pour ne pas vendre la mèche. On jongle entre rendez-vous et autres joyeusetés, en espérant aussi ne pas sombrer dans la folie. On analyse avec amertume et acuité le monde qui nous entoure, la compétitivité acharnée, la phallocratie ambiante, le corps qui lâche, les bouleversements hormonaux, les désordres amoureux, le retour du grand amour et le rappel à la raison. Argh.
Tout, mais vraiment TOUT, dans ce roman sent le vécu, le concret, le juste, le conforme au réel. C'est même parfois flippant... D'un autre côté, il y a une telle énergie chez Kate Reddy, une volonté de fer et un humour caustique, si bien qu'on sourit pas mal en oubliant les tracas.
La vie de Kate est bien remplie et on peste comme elle contre cette sensation d'être toujours le pivot central (ras-le-bol parfois). Du coup, on se défoule et on adore râler contre les coachs de vie qui prônent le foie gras végétal, contre les jeunes loups aux dents longues qui se moquent de Madonna, contre les belfies, contre les services clientèle tatillons, contre les démons de minuit ou contre les tapis de yoga qui ne servent à rien.
En tout cas, on a tous en nous quelque chose de Kate Reddy... ce n'est pas notre ami Johnny qui dirait le contraire ! Voilà une lecture qui vous booste et vous donne envie d'enfiler les cuissardes pour jouer la choré de Beyoncé en hurlant ♫♪ Who run the world ? ♪♫

POCKET (2019) - 640 pages / Traduction de Julie Sibony

Originaire du Pays de Galles, Allison Pearson est journaliste au Daily Telegraph. Son premier roman, Je ne sais pas comment elle fait, paru en 2002, a été adapté au cinéma en 2011 avec Sarah Jessica Parker. En 2018 a paru La Nouvelle vie de Kate Reddy aux éditions du Cherche Midi, reprenant le personnage de Kate Reddy déjà présent dans son premier livre. Allison Pearson vit à Cambridge avec ses deux filles.

 

Posté par clarabel76 à 13:30:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

18/05/19

En poche ! Le Manuscrit inachevé, de Franck Thilliez

LE MANUSCRIT INACHEVÉ pocket

Le lecteur est prévenu d'entrée de jeu : il s'agit d'un manuscrit inachevé, un roman dans le roman, bouclé par une tierce personne.

Deux histoires s'inscrivent donc en parallèle : la traque d'un tueur en série par deux policiers confrontés aux pires horreurs et l'enquête d'une femme écrivain pour retrouver sa fille kidnappée par un maniaque aux inspirations proches des sévices qui fleurissent dans ses romans à succès. Accrochez-vous, car c'est un vrai casse-tête !

Direction la Côte d'Opale, le vent, le sable, le brouillard... une villa posée sur les dunes et un mystère obsédant. On plonge très vite dans un dédale interminable, avec une intrigue tordue et une énigme finale ! Heureusement, le rythme est tendu, les pistes sont nombreuses, parfois brouillonnes, avec une solution peut-être trop facile.

Mais on reste dans le très bon, avec suspense glaçant et logique implacable, ambiance oppressante et clins d'œil foisonnants. Une recette toujours bougrement efficace.

POCKET (2019) - 624 pages

 

Posté par clarabel76 à 17:45:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

13/05/19

Je t'aime, de Barbara Abel

je t'aime barbara abel pocketMaude (divorcée) et Simon (veuf) forment un couple fusionnel. Ils vivent avec leurs enfants respectifs dans une grande maison bourgeoise et partagent un bonheur sans nuage. Un jour, Maude surprend la fille de son compagnon en train de fumer du cannabis dans sa chambre. La jeune fille promet d'en rester là si sa belle-mère n'en touche pas un mot à son père. Pourtant, quelques mois plus tard, un accident de la route fait vaciller tout ce petit monde. Alice est placée en garde à vue. Simon crie à l'injustice. Le couple est alors aspiré dans un chaos contre lequel il ne va pas pouvoir lutter.

C'est aussi tout un mécanisme improbable qui se met en branle. Un enchaînement de circonstances qui ressemble à un jeu de quilles. La boule est lancée et va tout fracasser sur son passage. Et ça vacille, et ça tombe, un peu au hasard, mais ça fait des ravages. J'ai lu d'ailleurs ce roman en une goulée - avec la sensation d'être en apnée. J'étais tellement médusée. L'histoire ressemble à un immense sauve-qui-peut où suinte le désespoir. Il n'y a aucune violence ni de manipulation perverse. Simplement c'est l'histoire d'une famille qui agit n'importe comment par amour. Certes, les conséquences sont désastreuses. Le drame survient là où on ne s'y attend pas. Et on assiste à cette pagaille avec stupeur et horreur.

C'est très, très bon. Un peu choquant mais tellement prenant.

Parution POCKET (2019)

©2018 BELFOND (P)2018 LIZZIE

Ceci n'est pas exactement une histoire d'amour, même si l'influence qu'il va exercer sur les héros de ce roman est capitale. Autant d'hommes et de femmes dont les routes vont se croiser au gré de leur façon d'aimer parfois, de haïr souvent. Parce que dans les livres de Barbara Abel, comme dans la vie, rien n'est plus proche de l'amour que la haine.

Cachou Kirsch est une lectrice remarquable ! Sa performance nous glace le sang dans les veines. C'était en parfaite adéquation avec la description du cauchemar décrit. Une tension latente, mais glaçante. C'est excellent !

Couverture de Je t'aime

 

Posté par clarabel76 à 13:45:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

10/05/19

En poche ! Les Dix Vœux d'Alfréd ♥

les dix voeux d'alfred pocket

Ah, quel bonheur à lire ! L'histoire est simple mais adorable. Elle est pleine de tendresse et de bienveillance, avec des personnages croquignolets et des aventures truculentes, tout ça dans une ambiance bon enfant, franchement on se régale !

Direction un petit village breton, Le Camboudin, Alfréd (avec un accent) dresse une liste de vœux pour ses dix ans (rencontrer un vrai cowboy, conduire un tracteur, voir la mer et goûter la mythique trouspignôle). Rien n'est impossible pour un môme qui n'a que des petits vieux comme copains ! Son grand-père, Alfred (sans accent), est son principal partenaire dans le crime. Et il faut avouer que ces deux-là vont nous réserver de bonnes parties de fous rires. Leurs aventures sont alors racontées sans lourdeur, on sent la bonne humeur derrière chaque mot, on se berce de nostalgie et de douceur. C'est formidable.

Certes, parfois la vie est rude pour notre jeune héros : sa mère boit beaucoup trop et a un caractère de cochon. Lui, Alfréd, rêverait d'un foyer ordinaire, de vacances à la mer, de journées spéciales rien qu'à deux... Au lieu de ça, il découvre que les adultes sont des menteurs, qu'ils ne sont pas dignes de confiance et qu'ils ne comprennent rien aux surprises. Enfin bon, ça reste une belle aventure à lire et relire. J'ai adoré son énergie et son humour pétillant : je n'avais pas envie d'être à la fin, trop tôt, trop court, j'en voulais encore ! C'est bon comme tout. 

POCKET 2019

Attention... ils sont de retour !

Les Amours d'Alfréd

Posté par clarabel76 à 12:30:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,