01/10/19

En poche ! L'anniversaire, de Robyn Harding

l'anniversaireImaginez une soirée d'anniversaire pour votre fille de 16 ans : sous votre toit, entre copines, pas d'alcool ni de drogue, interdit aux garçons. Au programme, on trouve de la pizza, du gâteau, de la musique et des films. Vous partez vous coucher sur vos deux oreilles (en avalant un comprimé avec du vin)... jusqu'à ce qu'on vous tire de votre sommeil, en pleine nuit, pour faire face à une adolescente aux yeux exorbités et les mains ensanglantées.

Et là, c'est votre idéal familial qui explose. Votre idée d'une petite vie parfaite brutalement laminée. Les Sanders, qui menaient une existence confortable, grande maison, voitures de luxe, loisirs à outrance, avaient façonné cette illusion au fil des ans et de nombreux efforts. Ce qu'on lit ensuite, c'est tout ce qu'on ne voudrait pas connaître : des ados idiots, des mères au bord de la crise de nerfs, des hommes démissionnaires, des profs complaisants, des avocats aguerris, des réseaux sociaux venimeux, de la course à la popularité, du diktat des apparences, des mensonges et des faux-semblants... On ne voudrait pas y croire, et pourtant c'est tellement vrai.

Dans ce roman, tous les personnages sont détestables. Ils font ou disent des trucs qui vous énervent profondément. On a envie de les taper, de les secouer. Sûr que la lecture est horrible pour l'agacement qu'elle suscite. Mais ça parle de cette vie moderne qui va trop vite et qui broie les plus faibles dans son sillage. C'est flippant - vraiment - et ça se lit d'une traite ! Soupirs. Frissons. Refus d'y croire, et pourtant...

Pocket (2019)

Élodie LEPLAT (Traducteur)

 

 

Posté par clarabel76 à 19:00:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,


En poche ! La coupure, de Fiona Barton

la coupureAprès la découverte d'un squelette de bébé, sur un chantier de Londres, trois femmes voient leur passé resurgir et réveiller des souvenirs soigneusement enfouis.
Entre Angela, brisée depuis la disparition de son nouveau-né, Emma, marquée par une adolescence difficile et sa relation conflictuelle avec Jude, sa mère, convaincue d'avoir perdu son amant par sa faute, le lien semble donc invisible mais réel.
Kate Waters, une journaliste en manque de scoop, pressent une histoire bien poignante à raconter dans ses colonnes. Elle a du flair et de l'empathie, assez pour avancer ses billes et détricoter les mailles des vieilles rancœurs tenaces.
Face à ces nombreuses pistes, j'ai ressenti beaucoup de confusion et de perplexité au cours de ma lecture. Le début est assez lent et étrange, car l'histoire met peu à peu en place des éléments, a priori ordinaires, qui se révéleront décisifs une fois qu'ils seront assemblés tous ensemble.
En attendant, on prend notre dose de révélations sordides et d'ambiance sinistre. À vrai dire, le suspense n'est pas fou ni haletant, le roman baigne dans le drame et l'émotion, pourtant rien n'est laissé au hasard et on attend avec une certaine fébrilité l'enchaînement des indices.
Résultat, même si le roman de Fiona Barton n'est pas très original, il accroche bien son lecteur et distille une sensation oscillant entre le malaise et l'addiction. Une bonne pioche, donc.

Pocket (2019)

Séverine QUELET (Traducteur)

Le personnage de Kate Waters a déjà fait ses preuves dans La veuve. Redoutable journaliste, elle flaire dans cette nouvelle affaire les indices qui pourraient bien lui coûter quelques nuits blanches. Car toutes les histoires ne sont pas bonnes à être publiées... Encore moins quand elles font resurgir des vérités que personne ne souhaite connaître.

 

Posté par clarabel76 à 19:00:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

30/09/19

Les Jours de ton absence, de Rosie Walsh

Les jours de ton absenceUne simple rencontre qui peut faire tout chavirer...
L'histoire entre Sarah et Eddie commence sur un coup de foudre. Une relation courte et intense qui marque le couple. Tous deux promettent de garder contact et de se revoir. Mais le temps passe et Eddie ne donne plus de nouvelles.
Aux interrogations de Sarah, s'opposent les doutes de ses proches. Fragilisée par un récent divorce, n'aurait-elle pas fantasmé cette liaison ? Pourquoi n'accepte-elle pas l'idée d'une rupture ? D'une séduction facile et sans conséquence ?
Pourquoi Sarah s'accroche à cet inconnu comme une désespérée ?
Finalement, son entourage donne raison à ses angoisses et soutient ses recherches. Jusque-là, moi aussi j'étais curieuse de connaître les raisons de cette étrange disparition. Qui est Eddie ? pourquoi un tel silence ? On échafaude des tonnes de théories, comme sa mort. Toutes ces questions incitent donc à pousser plus loin et poursuivre la lecture.
Toutefois, mon côté rationnel a aussi été pas mal chatouillé car il faut de l'abnégation (de la patience) pour supporter cette héroïne aux abois. Sarah bascule dans l'obsession, limite la démence. Je n'ai pas ressenti d'empathie pour ses problèmes mais j'étais curieuse de comprendre le mystère d'Eddie.
Malheureusement pour moi, l'histoire a viré au drame larmoyant. La troisième partie m'a totalement larguée. J'ai été franchement dépitée par les révélations et la tournure des événements...
Bref. Très décevant, tout ça. Ou disons pas mon délire. 

Par contre, excellente lecture faite par Virginie Méry (dont la voix vous semblera familière... notamment pour les accros aux séries, comme Drop Dead Diva).

©2018 Éditions Les Escales. Titre original : The Man Who Didn't Call. Traduit par Caroline Bouet (P)2019 Lizzie

 

Posté par clarabel76 à 13:30:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

10/09/19

Les cœurs brisés ont la main verte, par Abbi Waxman

Les cœurs brisés ont la main verte BelfondÀ l'instar du roman Le goût de la vie, celui-ci aussi est une petite bulle de tendresse et de seconde chance.
Lili a perdu son mari dans un accident de voiture et vit depuis quatre ans sous une cloche avec ses deux filles et son chien. Pour les besoins de son boulot, elle est inscrite à un stage de jardinage où elle rencontre Edward. La romance ne se boucle sans doute pas en deux chapitres mais la connivence qui s'installe est un modèle de patience, de sourire et d'étoiles dans les yeux.

Car c'est simple mais adorable. On s'attache également à suivre Lili dans son mode de vie bordélique, sa relation très proche avec sa sœur Rachel et les liens qui se nouent avec les élèves du groupe. On prend ainsi place dans un petit monde turbulent mais qui prend le temps de babiller en toute insouciance ou de mettre son grain de sel dans le jardin des uns et des autres.
Ça plane sur un petit nuage et ça chasse les idées noires. Ça évoque aussi la vie dans ce qu'elle a de beau, de doux ou d'improbable à offrir. C'est comme le jardinage - une terre à fouiller, des mains à salir, des graines à planter, des mauvaises herbes à arracher... un éternel recommencement !
Et au milieu, il y a le chagrin de Lili - un chagrin incommensurable et d'une rare violence. Depuis, la jeune femme a peur de tout et surtout elle refuse d'abandonner sa tristesse en acceptant de sortir avec d'autres hommes. Ce serait une trahison à son amour perdu et Lili n'est pas prête.
Voilà qui augure une lecture pleine de sagesse et de sensibilité. On a tantôt le cœur lourd tantôt le sourire banane mais on ressort de cette histoire sur une sensation de bonheur et d'apaisement. Outre les idylles qui fleurissent sans crier gare, on s'attache au parcours d'une héroïne engluée dans son deuil et cernée par des compagnons formidables ! On a frôlé le coup de cœur...

Belfond (2017) 

Julia TAYLOR (Traducteur)

Collection : Le Cercle Belfond

REPRIS EN FORMAT POCHE CHEZ POCKET

Les coeurs brisés ont la main verte Pocket

 

Posté par clarabel76 à 12:30:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

02/09/19

Le Chemin des falaises (Le Moulin du loup #2), par Marie-Bernadette Dupuy

Le chemin des FalaisesRetour au Moulin du loup dans la verte campagne charentaise, sur les terres de la famille Roy, alors unique papetier du pays. Amoureuse d'un bagnard en fuite, Claire avait rongé son frein pour vivre au grand jour leur bonheur en dépit de nombreuses déconvenues.
Cette suite promettait des retrouvailles, des émotions, des tourbillons. Et j'ai récolté des soupirs et des grimaces. En cause, le comportement de Jean : colérique, jaloux, impétueux. Mais aussi la sensiblerie excessive de Claire, devenue étrangement chichiteuse et barbante. Résultat, leur relation est souvent ponctuée de chamailleries inutiles et lassantes.

Ce gros roman de 790 pages, qui s'ouvre en 1905, décrit longuement la vie paisible au Moulin : les enfants grandissent, les cœurs battent à l'unisson, les espoirs s'enflamment et les illusions aussi se brisent. En fait, on suit des scènes de vie quotidienne avec le sentiment que c'est mou. Il y a bien des coups de canif dans le contrat, des gueulantes qui font claquer les portes... mais ce n'est jamais foufou non plus. On attend aussi les tourments de la guerre - qui survient finalement au 3/4 du livre ! On se dit que ce n'est pas grave. Après tout on sait que l'ambiance de cette saga est principalement sentimentale. On se passionne à juste titre pour les amours impossibles et les secrets de cette famille ordinaire. On s'attache à la brave Raymonde, au gentil Léon, à la délicieuse Faustine, à l'impossible Étiennette, au vieux Colin, à la pimbêche Bertille, au fougueux Matthieu et à l'intrigante Blanche... Finalement cette lecture se lit avec ses défauts car elle possède un goût de revenez-y auquel j'ai honteusement succombé.

Pocket (2016)

Après Le Moulin du Loup, Le Chemin des falaises poursuit l'histoire touchante d'un couple dans la tourmente des sentiments, des drames de la vie et de la tragédie de la guerre.

©2009 Presse de la Cité (P)2017 Sixtrid

 

Posté par clarabel76 à 11:45:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,


31/07/19

Le casse (Fox and O'Hare #1), de Janet Evanovich & Lee Goldberg

LE CASSEJ'ai tenté la pause Stéphanie Plum en voulant faire connaissance avec Kate O'Hare l'autre héroïne de Janet Evanovich mais ça a été une mauvaise pioche. Là où Stéphanie est risible à courir comme une cinglée dans Trenton, Kate est tristement rigoureuse et hyper conformiste dans son job. Pas très fendard à lire, quoi.

Agent du FBI, Kate est obsédée par un escroc notoire qu'elle traque depuis des années. Mais Nick Fox est un vrai passe-muraille qui use de son charme pour échapper à tout contrôle. Finalement la blague tourne court et le type est arrêté. Kate filerait presque un mauvais coton d'avoir atteint son but (trompe son ennui comme elle peut) jusqu'à ce qu'elle découvre que Nick s'est encore fait la malle.

Direction une île grecque pour des retrouvailles étonnantes car un étrange deal est alors proposé à ce couple impossible. Sauf que voilà... ça ne fonctionne pas ! J'ai trouvé l'ensemble hyper convenu et décevant. Les personnages agissent comme des pantins à qui on a distribué les cartes. C'est trop facile, trop attendu. Bref. Ça manque de pétillant et de dérision. Manque clairement un truc qui me fait douter quant à la suite de cette série. :-/

Pocket (2017)

Elisabeth LUC (Traducteur)

 

 

Posté par clarabel76 à 11:45:00 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

Le grand huit (Stephanie Plum #8), de Janet Evanovich

LE GRAND HUITC'est la déprime post-rupture dans ce tome 8, si bien qu'on suit mollement l'enquête de Stéphanie qui recherche une femme en fuite avec son enfant. Après un divorce difficile, son ex menace de porter plainte et agite la caution du droit de garde. D'où l'intervention de notre experte qui a été engagée par la voisine de ses parents.
Mais cette mission voit aussi l'intrusion de la mafia avec des tueurs sans foi ni loi, en plus de semer la terreur dans les rues de Trenton, ils paradent dans des déguisements grotesques - genre, un costume de lapin ou un masque de Clinton - et foutent franchement les jetons !!!
À maintes reprises, Ranger ou Morelli interviennent pour prendre des nouvelles ou mettre leur grain de sel. Ce serait tellement plus simple si Stéphanie disait enfin POUCE et prenait des vacances au soleil. Malheureusement Miss Plum est obstinée et orgueilleuse. Elle refuse de passer pour une faible femme et enchaîne les déconvenues.
Oui, oui, encore un DDC impossible à attraper. On ne perd pas le nord non plus. Et ça saoule...
Ajoutez aussi que le Magicien entre en piste et réclame le paiement de sa dette. Sauf que je ne suis pas contente. C'est loin d'être fini avec Morelli, s'il fallait que l'héroïne de Janet Evanovich croque le fruit défendu pour s'en convaincre... Je soupire, je peste, je râle.
Voilà.
En plus, ça se termine très abruptement - niveau intrigue, on a fait mieux car on a le sentiment d'un travail bâclé et bouclé à la va-vite. Mouaip...

Pocket (2006)

Philippe LOUBAT-DELRANC (Traducteur)

 

 

Posté par clarabel76 à 11:45:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

Septième ciel (Stephanie Plum #7), de Janet Evanovich

SEPTIÈME CIELJe n'avais pas forcément prévu d'enchaîner ce présent tome car j'avoue être un peu lasse des cavalcades de Stéphanie Plum ! C'est non seulement toujours la même chanson mais souvent excessif et assez débile car trop immature. À force, ça use.

Cette fois, Stéphanie se coltine un vieux teigneux - déprimé et carrément cinglé - qui fuit dans toute la ville au volant d'une Cadillac et qui riposte avec une arme au poing. Sa mission se barre dans tous les sens et ne tient pas nécessairement en haleine...

Non, hélas, ce n'est guère excitant. Toujours les mêmes combines, les mêmes situations ubuesques, les mêmes tergiversations. J'ai parfois l'impression de retrouver les mêmes chapitres prémâchés qu'on recolle mot pour mot au fil des tomes. Ça me saoule.

Heureusement j'y trouve aussi mon compte car je suis absolument, totalement, complètement fan de Morelli. Ses rares apparitions sont du miel pour mon cœur. Et j'enrage contre Miss Plum qui ne reconnaît pas l'évidence et qui joue un jeu dangereux avec Ranger. ARGH.

Pocket - 2005

Philippe LOUBAT-DELRANC (Traducteur)

Posté par clarabel76 à 11:45:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

Six appeal (Stephanie Plum #6), par Janet Evanovich

SIX APPEALStéphanie Plum, c'est encore et toujours la même rengaine : une tendance disproportionnée à se mettre dans le pépin à cause de son entêtement (parfois) puéril.
Et ça donne, encore et toujours, des bagnoles qui prennent feu, des types lourdingues qui collent aux basques, des DDC qui refusent de suivre la meilleure chasseuse de primes, des virées nocturnes pour acheter des barres de chocolat, des boulets qui handicapent sa vie sexuelle et des enquêtes qui sont souvent résolues au pif... disons-le clairement.

Dans cet épisode, Stéphanie doit accessoirement retrouver Ranger étrangement mêlé à une affaire de meurtre. Sa grand-mère vient emménager dans son appartement. Elle adopte sans le vouloir un chien à l'appétit insatiable. Et Morelli ronge son frein pour partager un peu d'intimité avec sa douce.

On a donc de bonnes séquences cocasses - heureusement - car le profil global fait penser à du copier-coller pur et dur. À consommer à doses homéopathiques... ou pas !

Pocket - 2004

Julie SIBONY (Traducteur)

☆☆☆☆☆☆☆
- La vache, si je gagnais un dollar pour chaque bagnole que tu bousilles, je pourrais déjà prendre ma retraite, lança Lula en arrivant.
- C'était pas ma faute.
- Ouais, c'est jamais ta faute. Ça doit être une question de karma. T'as vingt sur vingt au compteur à emmerdes quand il s'agit de bagnoles.
☆☆☆☆☆☆☆

Posté par clarabel76 à 11:45:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

Cinq à sexe (Stephanie Plum #5), de Janet Evanovich

CINQ À SEXECela fait un moment que je voulais reprendre cette série car on ne lit jamais assez de bouquin rigolo et garanti sans prise de tête ! Et puis c'est tellement bon de glousser en tournant les pages d'une histoire complètement foldingue. J'ai donc retrouvé cette chère Stéphanie Plum, alias la Chasseuse de primes Explosive, dit-on. *rires* L'effet promis a été radical.

Dans cet épisode, Stéphanie est chargée de retrouver un oncle évaporé dans la nature, de passer les menottes à un Munchkin teigneux, de démêler une facture réglée à la société des ordures ménagères, d'échapper à un Champion revanchard qui lui promet un rendez-vous avec Jésus, de calmer ses hormones et de manger trop de glucides. Voilà, voilà.

En bonus, nous avons également une Lula remontée à bloc et une Mamie Mazur à l'écoute de nouvelles expériences. Sans oublier, évidemment, des voitures noires qui tombent comme des mouches. Des cadavres qui se ramassent à la pelle. Ranger qui fait tomber le masque. Et Morelli qui fait du Morelli ! Bref. Entre interdit, mystère et charme canaille, notre cœur fait BOUM. Reste maintenant à savoir à qui Stephanie a passé ce fichu coup de fil... bon sang. Cette petite phrase finale m'a mise k-o.
Six appeal, me voilà !

POCKET - 2003

Philippe LOUBAT-DELRANC (Traducteur)

 

Posté par clarabel76 à 11:45:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,