15/10/16

Béatrice l’Intrépide, de Matthieu Sylvander & Perceval Barrier

Béatrice l’Intrépide

Béatrice l’Intrépide rêve d'un destin d'héroïne. Les contes de prince et princesse, oubliez ça, ce n'est vraiment pas pour elle ! Et pourtant, c'est bien pour rencontrer un prince à marier qu'elle chevauche la contrée, avec sa jument Véronique, se laissant joyeusement détourner de son but pour venir au secours d'une princesse en robe verte, pour zigouiller une bête affamée, et pour sauver un enfant des eaux. Quelle aventure !
Son arrivée au château sera probablement accueillie avec circonspection, car la reine en personne passe au crible toutes les candidates à marier. Son fils ne saurait se satisfaire d'une élue quelconque. Béatrice, elle, se répand en babillages sur ses exploits accomplis et se régale de sandwiches au pâté. C'est assez pour séduire la souveraine, avant de lui révéler la vérité crue sur son fils. Un cas désespéré. Un alien. Un ermite... depuis ses huit ans ! Ah, ah. En découvrant la supercherie, forcément, le lecteur en rit. 
Puis, c'est le Diable lui-même qui viendra lui donner du fil à retordre. La Bête sème la panique  dans un village où les habitants sont obligés de sacrifier leurs fils en offrande, mais voilà que la “source” est tarie. Les villageois se lamentent sur leur triste sort et ne voient pas d'autre solution que de concéder une vache maladive, au grand mécontentement de leur tortionnaire. Seulement, en cachette dans un sac en toile, Béatrice l'Intrépide a réussi sa mission d'infiltration et confronte son ennemi. En trouvant le pot aux roses, le lecteur de nouveau se gausse ! 
La réalité est, certes, follement cocasse, d'où des solutions rusées et moqueuses. Comment ne pas sourire ? Pendant ce temps-là...,
« Béatrice l'Intrépide n'est jamais lassée d'exploits, et lorsqu'elle chevauche dans les collines, son regard parcourt sans cesse la campagne afin d'y repérer les malheureux, les misérables, les opprimés, les persécutés, en un mot les victimes qui  pourraient avoir besoin de ses services. Elle obéit en cela à sa destinée d'Aventurière et d'Héroïne, et elle écrit au jour le jour les chapitres de sa propre Légende. »

Ce conte original décoince les clichés ^-^ et promet une lecture où la bravade féministe tient bon la barre ! C'est rigolo, illustré aussi joyeusement. Le duo Matthieu Sylvander & Perceval Barrier est extrêmement rigoureux dans sa volonté de sortir des sentiers battus avec un sens de la dérision aux petits oignons.  Miam.

L'école des loisirs, septembre 2016

Posté par clarabel76 à 09:45:00 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , ,


25/05/16

Un monde sauvage, de Xavier-Laurent Petit

Un monde sauvage

- La Maslenita au feu ! La Maslenitsa au feu ! 
C'était la même chose, chaque année, à l'arrivée du printemps. Les enfants, les parents, les jeunes, les vieux, les femmes, les hommes... On était tous là, tous ceux de Slobodnié, y compris le minuscule bébé de Klara, notre voisine, qui disparaissait sous le manteau matelassé de sa mère. Rien qu'à nous entendre hurler ce jour-là, on aurait pu croire que nous étions des milliers. Mais Slobodnié n'était qu'une minuscule bourgade perdue au bout du bout de la taïga. À part les loups, les ours et les renards, personne ne pouvait nous entendre. L'air sentait la fumée, le miel, le girofle et les blinis. Il faisait un froid à fendre les pierres, mais on se réchauffait en dansant autour du feu, en buvant et en braillant comme des déments. On fêtait le printemps, qui n'arriverait que des semaines plus tard.

Dans une contrée isolée de l'Extrême-Orient sibérien, Felitsa, une jeune ado russe, a coutume de faire l'école buisonnière pour suivre sa mère dans ses tournées de garde-forestier. Celle-ci vient de relever des traces d'une maman tigre pleine et n'ignore pas qu'elle constitue désormais une proie de rêve pour les braconniers. Le père de Kostia, un camarade de Felitsa, est d'ailleurs la bête noire de sa mère, même si elle veille au grain, son impuissance est grande en apprenant que son échalas de fiston cherche à prendre du galon.

Dans une ambiance sauvage et fascinante, se dessine une vie rudimentaire, basée sur la simplicité, les traditions et le respect de la nature. Et c'est l'homme qui vient y mettre sa pagaille, en traquant férocement des espèces protégées, en glissant vers l'interdit, en se gavant de paradis artificiels ou en cédant aux émulsions hormonales... Observatrice sensible et attentive, Felitsa diffère de ses amis en boudant le shopping, les fêtes, les soirées arrosées, les danses lascives. À la rentrée prochaine, elle devra partir en ville pour poursuivre ses études et quitter l'école de la taïga si chère à sa mère. En attendant, elle va être au cœur des événements tragiques de ce printemps en pleine mutation, dont l'auteur va livrer tous les secrets et les enjeux en déployant force et émotion, insouciance et ferveur. Des drames personnels et familiaux viendront ponctuer l'histoire vers une issue poignante, d'où l'on retiendra essentiellement la valeur symbolique de la préservation des valeurs ancestrales et de l'environnement. Un roman qui complète merveilleusement l'œuvre de l'auteur pour une lecture toujours riche en réflexion et pleine d'une promesse d'évasion. Dépaysement assuré. 

L'École des Loisirs, mai 2015

 

Posté par clarabel76 à 09:00:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

La Poule qui avait pondu un boeuf, de Christian Oster & illustré par Jean-Luc Englebert

La poule qui avait pondu un boeuf

Branle-bas de combat à la ferme ! Denise la poule vient de pondre un bœuf. Oui, un bœuf. Gros, gras, imposant. Passablement niais et interloqué. On croit rêver. Denise fait aussitôt appel à son amie Marge, qui a une théorie à ce propos. Denise a probablement avalé un B avant de pondre un bœuf, car tout le monde sait que le B devant l'œuf donne un bœuf. Voyons, voyons... Aurait-elle avalé une banane ou un bouillon ? De la brioche, de la betterave, du beurre, de la biscotte, des bigorneaux ? Non. Juste du blé. C'est déjà une piste ! Tous les trois partent ainsi à travers la campagne pour mener leur enquête. En chemin, rien d'anormal... jusqu'à ce qu'ils croisent un fermier en train de s'époumonner Hue ! hue ! devant son attelage inexistant. Son histoire réserve encore de belles surprises à nos enquêteurs en herbe et peut-être aussi la solution à tous leurs problèmes. Cette lecture revisitée et à l'humour farfelu, dont Christian Oster se fait le spécialiste, se lit avec des yeux ronds comme des billes et un sourire jusqu'aux oreilles. C'est certes invraisemblable et tiré par les cheveux, mais ce zeste de fantaisie interpelle à juste titre les plus jeunes, qui débutent en lecture, et qui vont se triturer les méninges avec cette leçon de B qui rend un œuf bœuf (et inversement) ! Très drôle, simple, efficace, avec des illustrations de Jean-Luc Englebert aussi cocasses et tendres pour accompagner cette promenade bucolique. Une valeur sûre, toujours. 

Mouche de L'École des Loisirs, mai 2016

Posté par clarabel76 à 09:00:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

07/05/16

Chut ! je lis : Le Club de la Pluie Brave les tempêtes, de Malika Ferdjoukh

IMG_6235

Deuxième tome des aventures du Club de la Pluie - club composé de Rose, Milo, Ambroise et Nadjet. Tous les quatre sont élèves à l'internat des Pierres-Noires à Saint-Malo et ont pour passion commune de traquer des mystères et résoudre des énigmes comme les mythiques Club des Cinq ou Clan des Sept d'Enid Blyton. ^-^ On retrouve ainsi deux nouvelles histoires - Le fantôme des Pierres-Noires et Le mystère des chaussons rouges - lues par Alice Butaud (Rose), Clémentine Niewdanski (Nadjet), Benoît Marchand (Milo) et Vincent De Bouard (Ambroise) pour une passionnante écoute d'une heure et 16 minutes qui nous plonge dans une ambiance crépusculaire, un peu hors du temps, truffée de références cinématographiques du Golden Age hollywoodien ou issues des classiques de la littérature anglaise (Jane Eyre ou Rebecca), voire aussi des polars américains. La 1ère histoire nous présente Jeanne Eyrmont, filleule de la directrice, qui débarque en pleine nuit, toute tremblante et timorée, craignant son ombre et s'imaginant être victime d'hallucinations. Accompagnée de sa cousine, Rachel Danvers, elle file dans sa chambre sans demander son reste. Le Club va très vite s'interroger sur ces deux jeunes femmes, l'une plus malheureuse jour après jour, et l'autre se livrant à des agissements nocturnes douteux. Heureusement, nos détectives en herbe veillent au grain pour sauver Jeanne de la folie qui la guette ! La deuxième histoire est cette fois influencée par le Magicien d'Oz avec une affaire de souliers en rubis qui vont disparaître, un suspect idéal (Milo, fils de forains) et une détective redoutable, Pippa Marlotte, qui a presque tout piqué au héros de Chandler.

J'ai de nouveau été transportée par l'écriture, l'atmosphère, les personnages, la teneur des intrigues, l'humour et les inspirations globales qui font de cette série un petit bijou et un ravissement perpétuel. C'est bien écrit, c'est intelligent et facétieux, ça possède un charme fou et ça brasse une multitude de clins d'œil culturels qu'on découvre et redécouvre au fil des lectures. Je ne cesse d'être agréablement surprise et enchantée. Malika Ferdjoukh apporte de la noblesse et une grande tendresse dans ses romans. Et cela me touche beaucoup. Encore une série fortement conseillée, à écouter ou lire (existe aussi en collection Neuf). ♥

Chut ! les livres lus de l'École des Loisirs, avril 2016

Musique composée et interprétée par Cécile Maisonhaute - Illustration de couverture : Cati Baur

♣♣♣♣♣

Vient de paraître le 3ème livre de la série :

 

Le Club de la Pluie et les forbans de la nuit 

Posté par clarabel76 à 09:00:00 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

16/04/16

Super JC, de Jean Leroy & Marie-Anne Abesdris

Super Jc

En trouvant dans le grenier la collection de vieux comics de son père, Jean-Christophe se prête à rêver de devenir un superhéros à son tour. C'est entendu, appelez-le Super JC. En tant que superhéros, il n'a naturellement plus le temps de jouer avec sa petite sœur ou de faire un câlin à sa maman, il doit s'entraîner, s'entraîner, s'entraîner. Devenir le plus fort, le plus costaud, le plus rusé. Dès le lendemain, à l'école, il met en application ses acquis en provoquant en duel Rodolphe le Brutal. Oh non... Super JC a surestimé ses capacité, et le voilà en train de mordre la poussière ! Quelle humiliation. Heureusement Wonder Romane vient à la rescousse. Toutes les filles de l'école se réunissent alors autour de lui pour clamer ses mérites et vanter la non-violence. La musique, c'est tellement plus cool. Sur ce, Super JC range sa panoplie de justicier au placard et l'échange contre sa guitare qui fera de lui un super musicien (et la coqueluche des filles) maintenant. Un texte court, joliment illustré, pour une histoire sur les héros d'aujourd'hui qui brillent autrement que par leurs gros bras et qui assument pleinement leur sensibilité. Une lecture tendre et drôle comme il faut, truffée d'illustrations rigolotes.

Mouche de L'École des Loisirs, août 2015

Posté par clarabel76 à 09:30:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

Le petit Réparateur d'insectes, de Nastasia Rugani & Charline Collette (illus.)

Le petit réparateur d'insectes

Le grand Réparateur d'insectes a décidé de prendre sa retraite. C'est désormais son fils Noc qui va devenir le gardien du monde des pattes et des ailes, quelle fierté pour ce papa ! Seulement, au cours de la cérémonie de l'Aiguille d'argent, celle-ci s'éteint brutalement dès que le garçon pose sa main dessus. L'assemblée retient son souffle, jusqu'à l'intervention divine de Youmi l'écureuil protecteur de la vallée. Laissons-lui un peu de temps, assure-t-il pour tranquilliser les insectes volubiles. Mais le problème de Noc est ancré en lui : l'enfant a la phobie des bestioles, il déteste ça et rêve de les écraser au lieu de les Réparer. Sa nouvelle fonction est pour lui un cauchemar sans fin. Il n'ose pas avouer sa peur bleue des insectes pour ne pas décevoir son père ni faillir à l'héritage familial. S'il ne tenait qu'à lui, ce serait sa sœur Lulu qui reprendrait le flambeau, sauf qu'on devient Réparateur de père en fils, depuis la nuit des temps !  

J'ai follement apprécié ce petit bouquin, qui m'a enchantée avec son histoire déjantée et surprenante. J'ai adoré son humour, sa fantaisie et sa bizarrerie. On découvre ici le monde des insectes sous un jour nouveau - ils sont extravertis, désobéissants, voire impolis et grincheux - et à côté de ça, on suit également une histoire sur la famille, qui parle de tradition et transmission, de relation entre frère et sœur, d'espoir, de phobie et de frustration. On plonge aussi avec bonheur dans un univers coloré et aux illustrations foisonnantes. C'est vif, éclatant, joyeux et plein de drôlerie. Un sacré petit bouquin aux accents délicieusement kafkaïens (les dialogues sont surréalistes) qui se savoure et se découvre en toute simplicité ! 

Mouche de l'Ecole des Loisirs, Mars 2016

♣♣♣♣

Posté par clarabel76 à 09:30:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

01/04/16

Camarades, de Shaïne Cassim

Camarades EdL

Quelque part en Normandie, Eulalie se languit du retour de sa mère, la fougueuse Clara, qui parcourt l'Europe en quête de nouvelles rencontres et autres sensations fortes. La jeune fille vit chez sa grand-mère, parmi les vergers, jusqu'au jour où la colère l'emporte et lui fait commettre le geste de trop. Gisèle, la parisienne, manque de mourir sous les coups de son père et trouve refuge auprès d'une femme médecin, Pernille, et son compagnon Søren. Au Pays de Galles, Eddie, un garçon rêveur, perché sur un arbre, aspire aussi à une autre vie, à d'autres horizons. Sa rencontre avec le journaliste Galbraith lui donne cette fabuleuse opportunité de quitter son petit coin paumé pour apprendre le métier qui le passionne. Leur chemin croisera aussi celui d'Evgueni, un garçon russe, efflanqué, fuyant, craintif et méfiant. Ses cauchemars ne disent pas sa fuite éperdue depuis le bagne, où il était retenu prisonnier, jusqu'à la ville de Varsovie, se dérobant aux traques intempestives de la police du Tsar. Ce petit monde se croisera dans la maison de Montrouge du vitupérant Garaï... ancien amant de Clara et père méconnu d'Eulalie. Et toutes ces destinées continueront de dessiner leurs contours avec autant d'emphase et de passion, que d'indécision et d'anxiété.

Je me suis naturellement sentie aspirée par cette jeunesse, cette fougue, cette soif d'apprendre et de découvrir autrement. C'était exaltant. J'aurais d'ailleurs voulu que ça ne s'arrête pas et que l'auteur se lance dans une trilogie, pour mieux développer cette belle fresque romanesque, sur fond historique (la guerre de 1870, la Commune, Napoléon III...) et éviter ainsi cette sensation de fin bâclée et d'une lecture riche en possibilités sabordées. Quelle frustration. Malgré tout, le roman s'est révélé enivrant ! J'ai beaucoup,  beaucoup aimé. 

L'École des Loisirs / Février 2016

Afficher l'image d'origine

Crédit illustration @ Communardes ! de Wilfrid Lupano & Lucy Mazel / Anthony Jean / Xavier Fourquemin

 

Posté par clarabel76 à 09:00:00 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , ,

11/03/16

La Pyramide des besoins humains, de Caroline Solé

La Pyramide

Christopher est un gamin fugueur de quinze ans, qui vit maintenant dans la rue, sous un bout de carton, dans le quartier chinois de Londres. Christopher Scott est aussi le candidat n° 12 778 du nouveau jeu de télé réalité, la Pyramide des besoins humains, dont le principe - en plus de s'afficher sur internet et de gagner en popularité - consiste à gravir les échelons en se basant sur la théorie de Maslow. Un nom qui sonne comme le marshmallow, sans le moelleux et l'onctuosité. Christopher, donc, veut détourner la règle du jeu et être l'élément perturbateur du programme. Tout en préservant son anonymat, il poste le minimum syndical pour attiser la foule, obtenir des points et arracher son passe pour les étapes suivantes. Ce jeu finit toutefois par lui tourner la tête, par renforcer son écœurement, sa rage et sa colère, par le renvoyer à la source de son problème - le pourquoi de sa fugue, le tableau au vitriol de sa famille et du père. La lecture est sans nul doute poignante. Elle cogne direct en plein cœur et ne nous laisse pas souffler, mais cette perspective sombre est aussi démoralisante. Chris est un adolescent sans cesse sur le qui-vive, qui agit de façon contradictoire, d'une part il s'insurge des gloires éphémères et réclame un peu d'attention, mais refuse paradoxalement qu'on s'intéresse à lui et accorde difficilement sa confiance aux autres, sauf exception pour son pote Jimmy qui vend des hot-dogs en mettant trop de moutarde ou le vieux Scratch-Scratch qui repère les flics à des kilomètres à la ronde. Son quotidien dans la rue est lui aussi tristement réaliste (solitude, pauvreté, désespoir, bagarre) et vient accentuer l'amertume du roman. J'ai clairement mal vécu cette histoire, beaucoup trop négative, trop anarchiste, trop dénonciatrice de tout et rien à la fois (125 pages, c'est peu). Dans une intention de livrer un message fort et percutant, le roman finit par s'éparpiller et embrouiller le lecteur (du moins, en ce qui me concerne... car le livre a très bonne presse auprès de mes camarades). Je pense finalement en avoir trop attendu et être restée sur le carreau. Dommage. Mais la violence décrite dans l'histoire - déclamée comme du slam - résonne comme un cri du cœur, qui mérite sincèrement qu'on s'y attarde... Un roman qui suscite une rélle réflexion, à étudier en classe par exemple. 

L'École des Loisirs / Mai 2015

« Je coupe les fils. Plus de marionnette au bout de leurs ficelles. »

La-pyramide-des-besoins-humains-Campagne

Posté par clarabel76 à 09:30:00 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : , , ,

22/01/14

Calpurnia, de Jacqueline Kelly ❤

IMG_0422

Calpurnia Tate a onze ans et vit dans une ferme au fin fond du Texas, avec ses parents, ses frères et son grand-père. Nous sommes en 1899. On attend beaucoup de l'unique représentante féminine parmi la progéniture des Tate, apprendre à coudre, jouer au piano, se tenir droite, arborer de belles boucles soyeuses. En bref, devenir une parfaite maîtresse de maison. Calpurnia demeure, cependant, une petite fille curieuse et intrépide. Un après-midi de canicule, alors qu'elle se baigne dans le lac, elle a une révélation : il lui faut apprendre les sciences, observer le monde (sa faune et sa flore) et comprendre son fonctionnement.

Armée de son précieux petit carnet, elle note donc tout ce qu'elle observe. Elle attire ainsi l'attention de son grand-père, éminent naturiste, qui va la prendre sous son aile et l'initier au monde magique des sciences naturelles. Mais toute l'histoire ne tourne pas uniquement autour de cette passion, puisqu'il est aussi question de la vie de tous les jours, de la famille et des merveilleuses petites anecdotes qui concernent les proches de Calpurnia, qui s'improvise anthropologue en étudiant avec facétie (et circonspection) les agissements de ses proches (ses frères et l'amour, hanlala !).

Et franchement, on se régale ! Nous avons là, à la fois, un roman historique, un récit initiatique, une chronique familiale, un ouvrage scientifique, bref un roman foisonnant, riche, excitant et remarquablement écrit, avec humour, finesse et tendresse. C'est un bonheur à lire, un petit bijou littéraire, avec une héroïne tellement attachante. Calpurnia est curieuse, avide d'apprendre et de comprendre, pourtant elle n'en demeure pas moins frileuse dès lors qu'il lui faut grandir et accepter de voir son monde évoluer. J'ai adoré aussi sa famille turbulente mais tellement chaleureuse. Une lecture à encourager et à conseiller fortement !

École des Loisirs (grand format), mars 2013 - traduit par Diane Ménard
Illustration de couverture : Beth White

Posté par clarabel76 à 08:15:00 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,