04/10/18

Pêle-Mêle : Concentre-toi - À moi ! - Ratapoil - Mon chien, Dieu et les Pokétrucs

concentre toi

Attablée dans la cuisine, une fillette a le nez plongé dans son livre... du moins, en apparence. Car très, vite, son esprit s'envole. Un oiseau, une vache, la table à repasser, le jardin... un rien la distrait et détourne son intérêt vers un imaginaire sans limite. Sa mère rouspète et la fait redescendre sur terre, concentre-toi, concentre-toi, mais l'enfant se perd dans ses rêveries et avoue qu'elle n'y comprend plus rien. Impossible d'être ici et là, partout à la fois, il faut choisir : être là, maintenant.

Une lecture qui déculpabilise l'étourderie ? C'est tout bon ! L'histoire raconte, par un habile patchwork de couleurs et de collages, l'imagination en folie, les idées foisonnantes, les questions qui s'éparpillent, les sourires et les choix par milliers. En bref, c'est tout en finesse et en poésie, une dispersion fantaisiste et enjouée, où l'enfant assume pleinement sa nature tête-en-l'air. Yes.

Concentre-toi, de Catherine Grive & Frédérique Bertrand

rouergue jeunesse, 2018

===========================

 

à moi marine rivoal

L'ours, sur sa banquise, se sent fort et puissant. Il grogne, il gronde, il tempête. C'est chez lui, ici. Sa banquise, sa banquette. Car peu à peu, la glace se fend, la banquise devient caillou errant au beau milieu de l'océan, et l'ours est désormais seul, flottant entre ciel et mer. Est-il toujours le plus gros, le plus fort, le plus puissant ? Sous le ton cocasse, se cache une réflexion profonde sur l'écologie et les perturbations climatiques. Un ours à la dérive, un monde en péril... des couleurs magnifiques et une mise en scène fabuleuse. Voilà un album très riche et fascinant !

À moi ! de Marine Rivoal

rouergue jeunesse, 2018

===========================

 

Ratapoil

Après Les Mous et Gouniche, voici Ratapoil tout poil dehors. Très embarassé par ses cheveux, qui n’en finissent plus de pousser n’importe comment, notre ami cherche des solutions pour domestiquer sa toison. Or, ses tentatives sont toujours vaines, même ses rencontres avec la mort (totalement déprimée), le grand moumounitou ou la fête Monique. Rien n'y fait. Jusqu'à ce qu'il avale une  potion... et se retrouve chauve ! Ohlala.

Oui, cette histoire est drôle et complètement loufoque. C'est bien évidemment à prendre au second degré, un peu tirée par les cheveux (ha-ha), mais l'ironie de Delphine Durand fait mouche et nous régale d'anecdotes farfelues, de clins d'œil et de délires en tous genres. On trouve aussi plusieurs techniques d'illustration au fil des pages, ce qui rend quelque part la lecture tout aussi étonnante (étourdissante ?) et originale ! On adopte. :)

Les incroyables aventures de Ratapoil, de Delphine Durand

rouergue jeunesse, 2018

===========================

 

Mon chien, Dieu et les Pokétrucs

Pauline boude, car ses parents ont décidé d'accueillir une famille syrienne, sans demander son avis. Ce qui la dérange, en vérité, c'est qu'elle doit désormais partager sa chambre, ses jouets et son chien. Zein est sympa, mais parle un français sens dessus dessous. À ceci, s'ajoutent des questions sur le monde qui ne tourne plus rond, sur les frontières, la possession, l'identité. De cette expérience, à force d'observer cette existence, Pauline, huit ans, a peut-être la solution idéale pour remettre la vie sur ses rails : « Quand je pense que c'est grâce à la guerre que j'ai rencontré Zein, ça me donne des frissons. C'est la seule chose bien pendant les guerres : les gens s'aident. Faudrait s'aider aussi pendant la paix, mais personne n'en a l'idée. Peut-être que c'est ça la solution de la guerre. »

Un joli roman qui parle d'amitié et de solidarité, qui traite aussi de l'actualité, avec beaucoup de drôlerie et de lucidité. Sans morale, sans chichis, sans politique, simple et essentiel, ça fait du bien !

Mon chien, Dieu et les Pokétrucs, de Myren Duval & Charles Dutertre

dacodac du rouergue (2018)

===========================

 


25/05/18

La plus belle de toutes, de Rachel Corenblit

La plus belle de toutesLPBDT revient pour sa deuxième saison avec six nouvelles candidates en quête de gloire, de fortune et de célébrité ! Elles ont seize ans et signé un contrat en béton, dans lequel elles s'engagent à partager six jours et cinq nuits dans un Palace, sous les yeux des caméras, jouant le jeu de la production avide de séquences fortes. Pas de place pour les états d'âme. Le public réclame des larmes, du buzz et du glamour. Que le show commence !

Sous le vernis artificiel, au-delà des portraits figés sur papier glacé, se dévoilent finalement des personnalités beaucoup moins anecdotiques et superficielles. Ainsi, nos six prétendantes - Eloane, Juliette, Barbara, Sacha, Kamélia et Shannon - vont prouver qu'elles ne sont pas de simples étiquettes, et encore moins des marionnettes entre les mains d'un système perfide et malsain.

Le procès n'est pas nouveau et Rachel Corenblit livre une analyse caustique de la téléréalité dans ce roman cruel et amer (cf. le dénouement). La mise en scène est assez expéditive - on assiste à peu de coups bas entre ados aux dents longues. Celles-ci vont au contraire s'entraider et faire capoter les plans du programme. On s'attend alors à une dénonciation dans les règles de l'art, et bim ! l'orchestration finale est verrouillée par les mains habiles d'une animatrice mégalo et rancunière.

La couverture est géniale, l'idée prometteuse et insolite. Cette lecture rappelle qu'au-delà du strass et des paillettes - « La télé est plus forte que tout. L'amitié, l'amour. Même la possibilité de se révolter n'existe plus. Tout est faux. »  - amen. ☺

doAdo aux éditions du rouergue (2018)

Posté par clarabel76 à 11:30:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

24/05/18

Brouzouf Tour ou la folle virée avec ma grand-mère complètement barrée, de Cécile Chartre

Brouzouf tourVictorien, quatorze ans, a des rêves en grand et une grand-mère toujours partante pour le soutenir dans ses projets. Lassés de regarder les candidats lambda décrocher le pactole à un jeu télévisé, ils décident de tenter leur chance pour remporter, à leur tour, “un maximum de brouzoufs” !

Contre eux, les obstacles s'accumulent - ils vivent à 800 kilomètres de Paris, n'ont pas un sou en poche et misent sur le covoiturage pour se rendre aux présélections. Mais l'aventure ne refroidit pas leur enthousiasme. Colette s'offre même le luxe d'un détour à Saint-Étienne pour revoir son premier grand amour.

Et que c'est drôle ! J'ai franchement souri sur toute la ligne - péripéties déjantées, rencontres improbables, échappées belles et humour à tous les étages. Le ton est pétillant, savoureux et cocasse. On ne s'ennuie pas un instant. L'histoire est farfelue et néanmoins pleine de tendresse. En gros, un petit bouquin franchement extra pour se détendre les neurones.

doAdo chez rouergue (2018)

96 pages

Thèmes : FamilleHumourRelation enfant/personne âgéeTravail / Argent / Chômage

 

Posté par clarabel76 à 19:00:00 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , ,

08/05/18

Captain Mexico, de Guillaume Guéraud

Captain MexicoLe jeune Paco est fasciné par la révolution. Son héros n'est autre que l'illustre Emiliano Zapata. Souvent, avec ses copains, Paco s'amuse à reproduire ses luttes et ses combats contre le dictateur Huerta. Quelle folle ambiance sur la place !
Mais sitôt de retour chez lui, l'ambiance n'est plus à l'effervescence. Quelques beignes par-ci, par-là, Paco apprend à grandir parmi la pauvreté et l'injustice. Sa famille et lui vivent près du Rio Grande, là où la frontière entre le Mexique et les États-Unis s'étire et paraît infranchissable.
Et depuis l'accession au pouvoir du nouveau président américain, Donald Trompette, les rêves des mexicains s'effondrent comme des châteaux de cartes. Toujours plus de gardes, toujours plus de barrières et de murs invincibles...
Quand son père annonce son intention de tenter sa chance, Paco oppose sa résistance - pas envie de s'éloigner des copains. Il faut exister ici et maintenant à Matamoros, faire la révolution et tirer des prisons tous les innocents !
Plus facile à dire qu'à faire... Du moins, c'était avant de dénicher un vieux sombrero aux pouvoirs magiques. Dès que Paco l'enfile sur sa tête, hop, il est englouti par l'immense couvre-chef mais se découvre des talents dignes d'un super-héros. 
¡ Arriba, los muchachos ! Captain Mexico ne craint rien ni personne. Défenseur des opprimés et des oubliés, le jeune agitateur dégaine ses convictions et soulève les foules au grand dam de Donald T., lequel n'a pas dit son dernier mot et convoque sur le champ un guignol en costume moulant à paillettes !

Ah, ah ! L'histoire se lit comme une vaste plaisanterie, mais ne cache pas non plus ses références et ses clins d'œil à l'actualité politique. Même les plus jeunes seront sensibles au message et soutiendront Paco et Captain Mexico au cœur des émeutes contre la tyrannie (et la bêtise, surtout). 
C'est un petit bouquin rigolo et bourré d'action. 
Laser explosif ! Crachat de grenades ! Souffle du cyclone !
Chaud devant ! ☺

daOdac du rouergue / 2018

illustrations de Renaud Farace

Posté par clarabel76 à 10:45:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

24/04/18

Pêle-Mêle : Minute papillon - Le coupable - Le poisson - Loupé - Tu vas voir - Tout doux - Lia - Hyper bien

Voici une pleine moisson d'albums tous plus fabuleux & qui m'ont tous énormément plu ! Une simple bafouille pour les découvrir et redécouvrir sans plus tarder... ☺ 

 

minute papillon le coupable

Une chenille se balade au milieu d’un jardin et se prend pour un ogre. Elle croque tour à tour : haricots, petits pois, aubergines, pommes, poires, etc. Mais à chaque légume ou fruit qu’elle avale, elle prétend déguster des animaux. Une aubergine devient une baleine, une pomme ressemble à des petits oiseaux ou elle prend des champignons pour des dinosaures. Et plus elle dévore, plus la chenille devient un arc-en-ciel ambulant - son alimentation lui donne bonne mine ! Après tout, son destin est aussi de devenir un papillon de toutes les couleurs. Tout est drôle et intelligent, avec un graphisme très original (ne loupez pas les petits détails subtils dans les dessins) !

Minute papillon ! de Gaëtan Dorémus (rouergue, 2017)

Ce matin, le bûcheron a perdu sa hache. Après avoir retourné sa maison pour la retrouver, il commence à soupçonner son voisin qui a tout du suspect idéal. La colère monte, les indices se multiplient. Le bûcheron s’acharne jusqu’à trébucher sur sa hache qu’il avait oublié de ranger. Ha ! ha ! Qu'est-ce que c'est drôle ! Le mélange des couleurs orange & vert donne aussi une forte identité à cette lecture. Un album réjouissant et franchement malin.

Le coupable, de Sylvain Alzial & Sébastien Touache (rouergue, 2017)

le poisson loupé

Un enfant contemple en silence la rivière avant de préparer avec minutie ses précieux appâts. Pendant ce temps, un poisson fait des ronds dans l’eau et profite de sa liberté. Mais il finit par mordre à l’hameçon et l’enfant le ramène sur la berge. Tous deux s'observent, puis le pêcheur choisit de relâcher sa proie. Il rentre chez lui non sans éprouver de la fierté, en plus d'être émoustillé par la perspective de tenter sa chance à nouveau. Un album lumineux et hors normes, avec des acryliques splendides et presque hypnotisantes ! Peu de texte, mais beaucoup de contemplation. Magnifique !

Le poisson, de Ronald Curchold (rouergue, 2017)

Un adolescent attend son bus, suspendu à son smartphone. Il échange des textos, fait des selfies, consulte l’heure, joue à Candy Crush, écoute de la musique… sans un regard sur la vie qui l’entoure. À ses côtés, un monsieur se satisfait du temps qui passe et du spectacle de la vie ordinaire. Seuls ses yeux bougent et observent : là une colonie de fourmis, ici une araignée, ou pas loin une petite plante sur le trottoir... Bientôt le bus va arriver mais l'un des deux va rester sur le carreau. Et toc ! Une petite mignardise pour chatouiller l'écart générationnel en se moquant, non sans tendresse, de cette jeunesse futile et hyperconnectée. ☺

Loupé ! de Christian Voltz (rouergue, 2017)

 

Le jour où les ogres ont cessé de manger des enfants un temps

En avant pour une lecture pleine de dérision et d'audace... Imaginons un monde avec des ogres qui ne mangent que des enfants, en gratins, au jus, en soupes ou en rôtis. Les enfants étaient traités comme du bétail, élevés dans des fermes et nourris avec du bio, du chocolat et des céréales. Jusqu'au jour où un mal étrange a frappé tous les ogres, perclus de douleurs, incapables d'avaler une bouchée de mômes. C'était fini ! Leur mode alimentaire était à revoir. D'où les légumes, des silhouettes amincies, un nouveau mode de vie et des ogres qui se fondent dans le paysage ni vu ni connu. Seul indice pour reconnaître les anciens ogres : ils sont tous végétariens. Une fable moderne complètement décalée et originale. Super drôle à lire aux enfants ! Mouahahah !!!

Le jour où les ogres ont cessé de manger des enfants, de Coline Pierré & Loïc Froissart (rouergue, 2018)

 

Un enfant, installé sur un ponton, s'amuse à jeter un caillon dans l'eau tout en se questionnant sur le temps. « 60 minutes dans une heure, c'est toujours comme ça. Mais qui de la minute d'ennui ou de l'heure de jeu paraît la plus longue ? » En arrière-plan, la vie continue de s'écouler : les paysages évoluent au gré des saisons, les gens vont et viennent... Henri Meunier prend le mot TEMPS au pied de la lettre pour donner mille facettes de l'apprécier. De son côté, Aurore Petit invite le lecteur à suivre des parcours, des évolutions, des trajectoires, des constructions, parfois à revenir en arrière pour comprendre tous les chemins empruntés par ce temps. Poétique et fascinant dans son genre ! J'ai été subjuguée...

1 Temps, de Henri Meunier & Aurore Petit (rouergue, 2018)

 

Tu vas voir tout doux

Cet petit album, destiné aux nouveaux nés, est une invitation à découvrir le monde qui les attend. Tu vas voir, tu vas voir... promesse ou ritournelle ? En tout cas, ce ne sont pas les possibilités qui manquent ! À explorer sous toutes les coutures, pour sa poésie et ses couleurs d'une grande tendresse : « le temps passe très vite, ou tout doucement... parfois on ne le voit pas passer... »

Tu vas voir, de Frédérique Bertrand (rouergue, 2018)

 

Entre le chaud (rouge) et le froid (bleu) se dessine le destin d'un ours polaire... contraint de quitter son igloo, menacé par la fonte des neiges. Il part donc à l'aventure et trouvera, en plus d'un nouveau foyer, l'amour ! Un album qui se lit comme une fable écologique, mais qui joue aussi sur les contrastes et qui dégage surtout beaucoup de douceur & de facétie. Ravissant !

Tout doux, de Gaëtan Dorémus (rouergue, 2018)

 

Lia Hyper bien

Lia rêve d'être autre chose qu'une fraise - pourquoi pas une pomme ronde et lisse, ou une poire qui ressemble à une petite montagne, ou encore une banane sur laquelle on peut glisser comme une balançoire, ou une énorme pastèque pour paraître puissante, et pourquoi pas une prune pour avoir une taille normale ou une cerise pour être plus petite ! ... Lia grandit et se perd dans ses pensées. Cet album aux illustrations d'une grande douceur raconte l'importance de l'identité et du caractère. On a tous envie de ressembler à quelqu'un d'autre ou de vouloir être différent... avant de conclure que chaque créature est unique. Outre cet aspect métaphysique, les enfants se régaleront du défilé fruitier qu'ils apprendront à décortiquer !

Lia, de Daniela Tieni (rouergue, 2018)

Charles est confortablement installé dans son jardin, quand une envie soudaine le frappe... une envie de faire du canoé ! Impossible pour lui de résister à cet appel. Il se prépare à partir, et bim une nouvelle envie le saisit, et encore une autre, puis rebelote ! Toute l'histoire n'est qu'une succession d'envies irrépréssibles à assouvir sans attendre car Charles est un hyperactif, qui tourne en boucle, sauf qu'au final, Charles le mutant revient dans son jardin pour faire la sieste ! Hyper bizarre, c'est vrai... mais hyper fascinant et original. Un album hors normes avec un contenu captivant. TOP.

Hyper bien, de Fred Fivaz (rouergue, 2018)

 


27/03/18

Mes nuits à la caravane, de Sylvie Deshors

Mes nuits à la caravaneGros cœur rouge sur ce roman, où l'on rencontre une bande de potes hyper attachante, dans la verte campagne limousine, autour d'une histoire simple mais prenante.
Lucile vit seule avec son père, qui a tendance à oublier son désespoir dans l'alcool. La mère est morte d'un cancer, le restaurant familial a brûlé dans un incendie criminel, l'assurance n'a pas remboursé les pertes. Le moral est donc au plus bas, mais Lucile refuse d'en accepter davantage. Ne supportant plus l'attitude indigne de son père, elle claque la porte de la maison et part s'installer dans la caravane au fond du jardin.
Ce lieu servait déjà de refuge pour sa maman, qui aimait peindre et s'isoler dans sa bulle. Et effectivement, la caravane est imprégnée des souvenirs maternels. Tout semble remonter à la surface, les émotions, le passé, les vieilles histoires d'amour et de jalousie, les rancunes tenaces, les dettes, les trahisons... Bref.
C'est en compagnie de ses meilleurs amis - Ben, Djoul et Léna - qu'elle se bricole un cocon douillet, lequel deviendra également le point d'ancrage pour les amateurs de musique et de poésie. Le cadre est féerique, l'ambiance festive et joyeuse, la lecture laisse également entrevoir une région au charme bucolique insoupçonné (Bellac et ses alentours), en plus d'une communion parfaite entre ces jeunes gens en plein apprentissage de la vie.
Dans le même temps, Lucile conduit promptement son enquête sur sa famille, marquée par les drames et les malheurs, et nous embarque dans sa longue traversée du tunnel, entre deuil, solitude et désarroi. C'est un parcours tranquille, avec juste ce qu'il faut d'espérance, de folie, d'amitié et d'amour. J'ai beaucoup aimé ! À lire et découvrir comme une parenthèse enchantée.

Rouergue, coll. doAdo (2018)

======================

Posté par clarabel76 à 20:00:00 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , ,

08/03/18

Comment maximiser (enfin) ses vacances, d'Anne Percin

Comment maximiser enfin ses vacancesJe pensais être guérie de mon béguin pour Maxime Mainard, lorsque j'ai découvert la sortie de ce nouveau roman, soit une 4ème saison inopinée, sachant la trilogie bouclée depuis 2012. J'étais partagée entre la surprise et la panique, bonne ou mauvaise nouvelle, dans les premières pages, j'ai douté, trouvant que le garçon exagérait bêtement le ton de l'éternel insoumis, opposé au système par principe - allait-on nous réchauffer une vieille recette sans la même saveur ?
Foin de tout ça. En vrai, j'ai totalement succombé. C'est toujours aussi bon, toujours aussi drôle, toujours aussi dérisoire et toujours aussi déjanté. On retrouve nos fidèles camarades dans des aventures improbables - une série de concerts sur la route des vacances - et c'est du bonheur en barre. Je n'ai pas pu m'empêcher de glousser au fil des pages.
Le bac en poche, Maxime plane sur son petit nuage mais rechute lourdement après son admission loupée à Sciences Po. Totale remise en question et perspective d'avenir dans le flou. Notre jeune ami fonde ses derniers espoirs dans son groupe de rock, Kremlin, et décroche un contrat inespéré pour jouer dans un festival sur le côte Atlantique. Quinze jours à se doper de rock et d'océan, ambiance camping où l'on répète dans les sanitaires, une licorne gonflée sous hélium flottant sur la tente !
Ah, sûr qu'il faut le voir pour le croire. Maxime a réuni sa bande au complet - Stéphane à la batterie, Christian à la guitare, Julius à la basse - sans oublier sa Kévinerie, mascotte attitrée, son amoureuse Natacha, sa pote d'enfance Alexandra et sa groupie de frangine Alice. La suite de l'aventure promet monts et merveilles, mais est surtout désopilante et vous communique une vraie fraîcheur de vivre.
C'est le remède radical pour une cure de bonne humeur ! Prenez-en à fortes doses !!!

éditions du Rouergue, 2017 

=====================

Vendus à plus de 100 000 exemplaires, les trois premiers tomes ressortent sous de nouvelles couvertures pour brasser toujours plus large un public qui n'aurait pas encore eu la chance de connaître le personnage. ♥

  

Posté par clarabel76 à 10:30:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

29/01/18

Encore plus de bonheur, de Rachel Corenblit

Encore plus de bonheur

Nouvelle saison pour l'héroïne de Que du bonheur ! dans laquelle Angela est décidée à tout déchirer et se défaire de son image de boulet du lycée.
Donc, maintenue en seconde après des résultats très moyens l'an passé, l'adolescente prend de haut ses camarades qu'elle juge mal dégrossis, en particulier ce Félix Arthaud immédiatement classé parmi les irrécupérables. De toute manière, Angela a d'autres priorités et encore le cœur  brisé par ses précédents déboires.
Sur le plan familial, tout part en sucette - son père est partisan vegan, sa mère a viré sa cuti et son grand-père en Ariège casse sa pipe. Le monde s'effondre. Angela a tout juste eu un mois de répit avant de renouer avec les embrouilles. 
Vis ma vie d'ado teigneuse et accablée de malchance ! Cest le programme du jour, à travers cette lecture réjouissante et débordante de pep's. Un rendez-vous léger et distrayant, sympa aussi dans la forme (mise en page façon journal, petits dessins rigolos). La formule est sans doute moins surprenante, mais le ton est toujours aussi mordant, plein de mauvaise foi et de dérision. On passe un vrai bon moment, sans prise de tête.
À suivre, j'espère...

éditions du Rouergue, coll. doAdo, 2017 

Posté par clarabel76 à 11:30:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

29/09/17

Benjamin et ses copines, de Vincent Cuvellier

Benjamin et ses copinesAprès Benjamin et ses copains, qui remettait au goût du jour trois titres du jeune héros éponyme (La Chauffeuse de bus ; Tu parles, Charles ! & Jean-Débile Monchon et moi), voici une nouvelle sélection des aventures de notre garçonnet, préalablement publiées entre 2003 et 2006. Place donc à : Vive la mariée, La nuit de mes neuf ans & Mon Père Noël. 

Vive la mariée, ou l'histoire féerique. Benjamin assiste au mariage de ses parents, en couple depuis de nos nombreuses années, et enfin décidé à sauter le cap de la bague au doigt et tout le tralala. Le garçon ne comprend pas ce soudain engouement, mais sa mère semble tellement tenir à sa robe meringue et à faire la fête avec les gens qu'elle aime. Mamie aussi affiche une mine nostalgique, heureusement qu'un vieux monsieur lui redonne le sourire, même si nul ne sait qui a invité cet individu ! 

Dans La nuit de mes neuf ans, Benjamin vient à peine de souffler les bougies de son gâteau d'anniversaire lorsque sa copine Anne débarque à l'improviste, le moral dans les chaussettes. Encore des histoires de grandes personnes, soupire Benjamin qui entraîne son amie dans sa chambre pour une nuit mémorable, entre gloussements, ronflements, chuchotements, larmes et chatouilles.

Dernier tour de piste avec Mon Père Noël. Comédien sans le sou, le papa de Benjamin peine à boucler ses fins de mois. D'ailleurs, en cette veille de Noël, il doit bosser toute la journée et fait promettre à son garçon de patienter sagement jusqu'à son retour. Mais le garçon a envie de bouger, pas envie de poisson pané, il préfère un gros sandwich bourré de frites avec un coca. Il erre ainsi dans les rues de la ville bourdonnante d'activités, avec des gens qui courent dans tous les sens, en quête du dernier cadeau. Benjamin suit le mouvement et arrive au centre commercial. Il croise alors une corbeille de bonbons, un Père Noël en pétard, une fée Clochette enjouée et de joyeux lutins. Voilà qui promet un réveillon enchanteur !

À travers ces trois histoires, ce sont aussi les instants de complicité qui sont mis à l'honneur. Ça et l'humour qui grouille à chaque coin de page, nous voilà parés pour bien rigoler. Benjamin est un jeune héros extra, attachant par son spontanéité et son regard sur le monde. C'est pétri d'innocence, malgré quelques gros mots fugaces, on se régale surtout du ton pétillant et enjoué de l'ensemble. Cette nouvelle édition permet ainsi aux nouveaux lecteurs de faire connaissance avec ce jeune Benjamin, dont les aventures ont été totalement relookées par les illustrations d'Aurélie Grand. Le résultat est charmant ! 

Rouergue Jeunesse, coll. dacOdac, 2017

EN LIBRAIRIE LE 4 OCTOBRE

Posté par clarabel76 à 17:00:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

23/06/17

Parmi les vivants, Tome 1 : Abel, de Valie Le Gall & Alex Cousseau

Parmi les vivants AbelAbel, “ce garçon qui semble arriver de nulle part, et avancer sans savoir où”, surgit en plein été dans la routine languide de Vlad, Esther et Inoke. Les trois amis, en vacances, sont intrigués par son allure peu commune - il porte un long manteau noir, de grosses chaussures en cuir brun. Ses cheveux sont en bataille, son teint pâle. Il erre avec désinvolture, mais semble percer l'âme de notre trio d'un simple regard. En vérité, Abel cherche à récupérer un médaillon perdu chez Esther, ainsi qu'un reliquaire en forme de cœur que deux fripouilles lui ont chapardé tandis qu'il sommeillait sur un banc.

Les trois amis se lancent sans réfléchir dans cette traque, contre la promesse d'une confession aussi fascinante qu'improbable. Celle-ci va mettre à jour un drame romantique datant du XVIe siècle et une quête d'amour impossible au compte à rebours enclenché. Vlad, Inoke et Esther vont également perdre quelques plumes dans cette histoire - Vlad est secrètement amoureux d'Inoke mais n'ose pas avouer ses sentiments, Inoke aime s'isoler dans la ferme de son père et pleurer en silence la mort de sa mère, Esther n'est pas dupe et cherche à être l'élément catalyseur de ce vaste imbroglio.

Le roman invite à l'exploration en évoquant les amours contrariés, entre passé et présent, entre les vivants et les morts. Avec ses accents fantastiques distillés par petites touches discrètes, il installe une ambiance surannée et nous convie, au détour des chapitres, à partager des secrets, enquêter et fouiller, récolter des indices et percer des mystères... Le cadre estival apporte aussi de la fraîcheur, de l'humour et un grand souffle d'évasion pour chasser l'idée d'un univers trop abscons, mais au dénouement inattendu et surprenant. Ce roman possède un charme étrange et pénétrant, grâce à une histoire dont les nouveaux éclairages ne manqueront pas d'être démêlés par la suite, Parmi les vivants 2. Louise. Une lecture complètement décalée avec l'ordinaire.

Rouergue, coll. épik, 2017

 “ Sa bêtise rivalise avec celle d'une carotte qui aurait pour projet de s'installer dans un terrier de lapin. ”

 

Posté par clarabel76 à 09:00:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,