20/05/19

Brigade Verhoeven Tome 2 : Irène, par Pascal Bertho & Yannick Corboz

BRIGADE VERHOEVEN 2 IRENEDans Rosie, nous rencontrions pour la première fois Camille Verhoeven, commandant à la Brigade criminelle. Nous le retrouvons en couple avec Irène dans cette adaptation du roman de Pierre Lemaitre : Travail soigné.
Camille pensait profiter de ses vacances pour être auprès de sa femme, qui est enceinte et prête à accoucher. Au lieu de ça, il est rappelé d'urgence au bureau pour une affaire qui lui vaudra bien des nuits blanches. Et pour cause, un tueur en série se joue de lui. Il sème dans Paris et sa banlieue des cadavres en s'inspirant de grands classiques policiers.
Avant de tirer ça au clair, Verhoeven et son équipe courent comme des tarés et cherchent à trouver LE détail pour confondre le tortionnaire. En attendant, la lecture est intense, l'ambiance est lourde et le suspense haletant. On pressent le compte à rebours. La pression du criminel sur le commandant Verhoeven - lui et pas un autre - est tendue. On sent le duel implacable entre deux ennemis jurés. Et on flippe.
Les auteurs ont admirablement construit leur bande dessinée, glissant quelques planches pour jouer avec nos nerfs. Les plus attentifs comprendront qu'il faut se méfier... que rien n'est anodin. Qu'au détour du chemin, l'émotion sera grande et renversante. J'en soupire, j'en tremble, je peste de rage.
Bref. L'immersion est donc totale - c'est un roman plus noir que noir. Cette fois, les descriptions ne suffisent pas - les images sont incarnées. Ça cogne dur et fort. J'avais pourtant déjà lu le roman, il n'empêche que j'ai encaissé difficilement ce que la BD me proposait. On ne s'y prépare jamais totalement...
Mais c'est réussi. On a la tête farcie d'horreurs et le cœur au bord des lèvres. Mais on applaudit le travail - le scénario et la mise en page sont grandioses. L'histoire est poignante, mais percutante. J'ai aimé aussi que des romans policiers viennent appuyer une enquête en cours - le personnage du libraire est impressionnant.
Très bon boulot, les gars ! Au suivant... 

SÉRIE EN 4 TOMES ♦ RUE DE SEVRES (2019)

 

Posté par clarabel76 à 11:30:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,


23/04/19

Pêle-mêle : La Cité sans nom - Le fils de l'Ursari - La Romance de l'ogre Yosipovitch

la cité sans nom 2  la cité sans nom 3

La Cité sans nom est une série palpitante et riche en émotions !

L'histoire se déroule dans une cité déchirée par des années de guerre, de convoitise et de conquête. Désormais, tout semble assez paisible et stable sous la coupe de l'Empire des Lames sauf que le calme n'est qu'apparent. Encore des complots, encore des trahisons, encore des vengeances... Au cœur de l'action, nous découvrons Kaidu et son amie Rat qui parcourent les ruelles et les toits de la ville loin des regards indiscrets. Ils ont noué une relation de confiance à force de se lancer des défis et sont maintenant inséparables. C'est ensemble qu'ils ont aussi décroché le respect de leurs aînés en déjouant un attentat même si le chaos n'a pas dit son dernier mot et entend déchaîner sa puissance pour renverser la politique en place.

Cette lecture est animée par un souffle d'aventure et d'émotion qui nous embarque tout de go. On ne voit plus les pages défiler, on est pris dans le rythme et on a envie de connaître la suite sans plus tarder. C'est aussi une belle aventure humaine, avec une amitié forte entre Kaidu et Rat, dont on connaît les racines et les souffrances intimes, les secrets de famille et les sacrifices. Faith Erin Hicks a donc réussi à combiner les genres pour une immersion spectaculaire dans son univers : rebondissements, suspense, action, tendresse, émotion et humour sont du nombre. Elle ne déçoit pas non plus sur la durée (contrairement à 5 Mondes) et nous offre un divertissement de haut vol qui fait toujours plaisir à découvrir. C'est fort !

La Cité Sans Nom, par Faith Erin Hicks

-SÉRIE EN 3 TOMES-

Rue de Sèvres (2018, 2019)

=====================================

LE FILS DE L'URSARI

Cette adaptation du roman de Xavier-Laurent Petit exploite toujours et encore des sujets sensibles et d'actualité (sur la situation des réfugiés et leurs conditions d'accueil). On suit donc le destin d'une famille de Roms qui doit son voyage en France à une crapule et qui va vivre de misère et de galères pour le rembourser. On comprend de suite que la lecture ne sera pas légère et insouciante. Et on plonge dans une ambiance sombre et poignante. La famille partage un cabanon insalubre, aux abords de Paris. Pas de papier, pas d'argent. C'est système D pour survivre.

Au milieu, le jeune Ciprian porte un regard candide sur son entourage (on devient mendiant professionnel ou emprunteur de portefeuilles) mais le môme n'est pas non plus ignorant de la précarité qui les entoure. Outre le chantage, la police est présente. Il faut souvent louvoyer ou se planquer. Aucun détour possible. Une journée sans travail, c'est un lendemain qui déchante. Enfin, la spirale est infernale : à lire, c'est dur. Heureusement l'histoire laisse poindre une lueur d'espoir quand Ciprian surprend des joueurs d'échecs au Luxembourg. Et le garçon analphabète perçoit plus qu'il ne comprend ce qui se trame sous ses yeux. En plus, l'enfant pensait être discret mais c'est loupé ! ... De là, commence donc un autre apprentissage pour Ciprian. Celui de la confiance, du respect, du cadre et de l'avenir.

Mis en scène par Cyrille Pomès et Isabelle Merlet, ce parcours est sans fard, sans glamour. C'est assez rude aussi même si ça raconte la vie réelle et hélas actuelle. Une BD instructive et efficace pour sensibiliser les plus jeunes. 

Le Fils de l'Ursari, de Cyrille Pomès & Isabelle Merlet

D'après le roman de Xavier-Laurent Petit

Rue de Sèvres, 2019

=====================================

 

ROMANCE DE L'OGRE YOSIPOVITCH

Dans les Noires Forêts de l'Oural, vit un ogre solitaire et à l'appétit particulièrement vorace. Mais lorsqu'il croise la douce et ravissante Bella, cyclope de son état, son cœur s'emballe, ses yeux voient trouble, sa langue devient bête et ses mains baladeuses. Vlan, la Bella ne s'en laisse pas conter et lui colle une torgnole en pleine poire. Ce malatru doit apprendre les bonnes manières s'il souhaite lui conter fleurette. Devenir un vrai gentleman, pour un ogre rustaud, le challenge est de taille. Et le rendez-vous posé : s'il ne montre pas patte blanche d'ici vingt-quatre heures, notre Édouard sera dévoré tout cru par sa dulcinée !

Dans cette fable, on croise aussi un blaireau et deux jeunes loups en sortie botanique - pris en otages par notre ogre aux abois. Commence ainsi une leçon de vie loufoque et saugrenue... avec des acteurs pour le moins effrayants. Ici, on ne badine pas avec l'amour. On le tartine comme Cyrano sous les yeux exorbités de trolls en délire. C'est complètement dingue - un peu rebutant aussi car les illustrations n'adoucissent pas les traits des personnages. Qu'importe, c'est une lecture rapide et juvénile qui aura tout loisir d'égayer l'heure du coucher ! 

La Romance de l'Ogre Yosipovitch, de Matthieu Sylvander & Anaïs Vaugelade (illustrations)

Neuf de l'école des loisirs, 2019

=====================================

26/03/19

Un été d'enfer ! de Vera Brosgol

Un été d'enfer Vera BrosgolVoilà une BD assez caustique dans son genre.
L'histoire raconte l'expérience traumatisante d'une gamine de neuf ans qui s'imaginait vivre des vacances inoubliables en partant camper quinze jours en pleine forêt. C'était son modèle de l'American Way of Life (Vera est originaire de Russie).
La désillusion sera énorme car la vie en pleine nature n'est pas une image de carte postale : hygiène douteuse et petites bestioles porteuses de la rage. Sans oublier les WC sauvages, baptisés Hollywood pour vendre du rêve. C'est la descente en Enfer pour Vera. 
Elle qui avait fait des pieds et des mains auprès de sa mère pour s'inscrire en camp scout comprend vite son erreur. Ses camarades non plus ne lui rendent pas la vie facile : c'est la plus jeune et la petite nouvelle du groupe. Elle n'a pas de seins, pas de soutif, pas de règles. Les filles sont sans pitié et se moquent d'elle en la tenant à l'écart. Les épreuves qui opposent garçons contre filles sont humiliantes (le jeu consiste à voler le drapeau de l'autre puis d'infliger des gages au perdant). Aucun esprit d'équipe. Plaisir sadique à écraser les plus faibles. Bisbilles entre nanas aux hormones bouillonnantes. On n'est pas loin du goulag avec une fabuleuse ambiance délétère.
Du moins, tout est rapporté d'après la vision de Vera. Elle condense ainsi le meilleur et le pire dans cette histoire tirée de souvenirs personnels - à quelques exagérations près. Mais elle produit une bonne histoire, non sans dérision et envie de partager l'envers du décor pour tous les pleurnicheurs de la planète. On a le droit de détester les colos et le camping ! On se sent aussi moins seul de vivre un été difficile et solitaire à la lecture de cette BD trop rigolote.

Rue de Sèvres, 2019 - traduit par Alice Delarbre

Posté par clarabel76 à 12:30:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

07/03/19

Pêle-mêle séries en BD : Yin et le dragon - Spill Zone - Aliénor Mandragore

yin_et_le_dragon_couv

Époustouflant final de cette série se déroulant dans la Chine des années 30, sur fond de guerre sino-japonaise et de légendes sur les dragons, autour d'une épopée bouleversante.

Au-delà de la couverture magnifique, l'histoire nous embarque dans un face-à-face glaçant entre la petite Yin et le terrifiant dragon noir, déterminé à exterminer l'espèce humaine. Beaucoup d'intensité et de drame dans ce dernier rendez-vous et une parenthèse mystique dans son dénouement : quelle surprise !

Heureusement, la connivence entre la fillette et ses amis est vraiment touchante et distille une pointe de tendresse dans ce grand champ de désolation. Une série étonnante et riche en émotions.

Yin et le Dragon (T3) : Nos Dragons Éphémères, par Marazano & Xu Yao

Rue de Sèvres (2019) - SÉRIE EN 3 TOMES (T1 / T2)

 

spill_zone_couv

Suite et fin de cette série écrite par Scott Westerfeld, auteur connu pour la série Midnighters, Leviathan ou Uglies. Spill Zone est son premier album BD. 

Le premier tome avait présenté les personnages et le contexte, puis s'était bouclé sur une étrange révélation concernant la petite sœur d'Addison et sa relation avec sa poupée (démoniaque). Cette fois, l'histoire passe à la vitesse supérieure : les forces malveillantes sont plus coriaces que jamais. Addison cherche à quitter la zone mais Vespertine va l'en empêcher en prenant possession du corps de Lexa. L'intervention de Don Zae pourrait être sa porte de secours... mais peut-on faire confiance à ce mystérieux garçon surgi de nulle part ?

Les secrets de la Spill Zone seront également révélés, en attendant la lecture est sombre et très nébuleuse. Difficile de succomber à une telle atmosphère, même si son suspense est tenace. Le dénouement est aussi vague et étonnant que promis. À lire pour les aficionados de l'auteur.

Spill Zone (T2) : Le vœur brisé, de Scott Westerfeld & Alex Puvilland

Rue de Sèvres (2019) - SÉRIE EN 2 TOMES

 

couv_mandragore_t4

L'aventure entraîne notre sémillante héroïne - Aliénor Mandragore - sur le territoire des Korrigans. La fée Morgane voudrait récupérer un objet confié autrefois à leur roi, mais pour y parvenir, la fille de Merlin et son camarade Lancelot vont devoir se heurter à un vrai casse-tête. Car les Korrigans ne sont pas aimables, pas conciliants, pas accueillants, bref pas du tout inoffensifs. Nos deux amis vont en faire l'amère expérience.

L'aventure est une fois encore pleine de verve, d'humour et d'enchantement dans cette relecture des légendes de Brocéliande ! Pour accompagner cette joyeuse frénésie, attendez-vous également à toujours plus de nostalgie et d'émotion. Aliénor s'interroge sur son propre destin et hésite à affirmer son désir secret d'emprunter une autre voie, sans décevoir les attentes de son père... Merlin, farouchement allergique à son triste sort. Lancelot ne faillit jamais, même si son dévouement va se retourner contre lui. Ce sont ainsi des séquences tantôt délicates tantôt cocasses (la chorégraphie improbable dans le labyrinthe... trop drôle !) qui laissent apparaître une grande profondeur à cette série très attachante. Laissons-lui poursuivre son chemin clopin-clopant. C'est un pur bonheur et un plaisir sans cesse renouvelé de replonger dans cet univers fascinant.

Aliénor Mandragore (T4) : Le chant des Korrigans, de Séverine Gauthier & Thomas Labourot

rue de Sèvres (2018)

 

14/11/18

Eden, Tome 1 : Le visage des sans-noms, de Fabrice Colin & Carole Maurel

eden le visage des sans nomsProche de son quinzième anniversaire, Jonas se prépare à l'Ascension, un concours d'entrée pour intégrer les Élus. Sa sœur Hélix a déjà obtenu son sésame et attend avec impatience de revoir sa famille.
Or, il semblerait que d'autres voies informelles permettraient d'atteindre le sérail et ainsi échapper à sa modeste condition. Au cœur de la ville, la classe laborieuse tire la langue pour joindre les deux bouts, tandis que les élus conservent le privilège de l'éducation et du pouvoir.
La colère gronde dans les ruelles sombres, les silhouettes se faufilent, les oreilles sont grandes ouvertes, les espions font leur sale besogne. Car la révolution est à l'œuvre chez des activistes qui refusent de se planquer davantage.
Jonas en découvre l'ampleur, un peu brutalement, et doit choisir son camp entre loyauté familiale ou ambition personnelle. Que décider ?
Un début de série engageant, asez lisse et ordinaire, car sans grosse surprise. On retrouve dans le scénario toutes les ficelles des romans dystopiques qui ont déjà fait recette : un monde en ruines, une cité bâtie sur les vestiges d'une autre (ici Phoenice est l'ancien San Francisco), le système de castes et la révolte en marche. Voilà, voilà.
La lecture n'est pas désagréable, ni inintéressante, mais j'attends plus de révélations, plus de rudesse et de prospection, car pour le moment je ne suis pas renversée par la tournure des événements. L'univers graphique est charmant. Série en cours.

Rue de Sèvres, 2018

 

Posté par clarabel76 à 11:20:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,


09/11/18

Pêle-Mêle : Pome - Rubis & sa clique - Avez-vous lu les classiques de la littérature ?

Ne passez pas votre chemin ! Voici quelques lectures savoureuses, qui vous feront passer un très bon moment.

POMEAprès Verte, découvrons Pome. Cette fillette vient d'emménager dans le même immeuble que notre apprentie sorcière. Très vite, toutes deux comprennent qu'elles partagent le même secret et deviennent inséparables. D'ailleurs, grand-mère Anastabotte a même accepté de donner des cours de sorcellerie, chaque mercredi après-midi, dans son atelier mythique. Mais gare aux langues bien pendues et aux idées trop loufoques... Nos demoiselles veulent percer la bulle qui enveloppe Gérard dans son ignorance, mais aussi créer un filtre d'amour pour rapprocher les deux aïeuls qui roucoulent autour d'un verre de porto avec l'air de ne pas y toucher. C'est délicieux, c'est frais, c'est charmant. La série de Marie Desplechin trouve une seconde jeunesse dans les illustrations de Magali Le Huche : on se régale à replonger dans les souvenirs d'une lecture exquise et facétieuse, où les personnages sont hauts en couleur et les patronymes sont rois ! Ça respire l'enfance, l'innocence, le bonheur... ça fait un bien fou.

Pome, de Marie Desplechin & Magali Le Huche

Rue de Sèvres, 2018

==========================

 

Rubis et sa clique élection sous tensionRubis pensait avoir trouvé un coin de paradis dans sa vallée luxuriante, seulement voilà : elle doit partager le terrain avec l'irascible Dindon (qui est en fait un tigre), très attaché à sa tranquillité et qui ne supporte pas l'intrusion de cette petite bavarde insupportable et sans-gêne. En plus, elle a débarqué avec une cohorte de créatures bizarres. Tous veulent s'installer, manger, roupiller, communiquer, bref empiéter son chez-lui si jalousement préservé. Rien ne va plus, il faut élire un chef et faire campagne pour remporter l'adhésion de la foule. Ha, ha. La guerre d'usure est impayable : Rubis est une fillette espiègle et déterminée, mais son adversaire est tenace. Grincheux, colérique, redoutable. Les échanges vont être sanglants... et drôles ! Toutefois, il ne faudrait pas négliger la menace qui rôde. Les ennemis que sont les Uskorgs sont en approche et peuvent tirer parti des dissensions pour débarquer avec force en réclamant leur trésor. Han-han. Cette série aussi n'a pas fini de surprendre : action, rebondissements, humour font bon ménage. Eddie Pittman, qui a fait ses classes chez Disney, a bien appris sa leçon et nous offre des séquences cocasses (on en trouve un avant-goût dans Mulan, Kuzco, Lilo et Stitch). Un cocktail généreux et succulent.

Rubis & sa clique : Élection sous tension ! d'Eddie Pittman

rue de sèvres, 2018

==========================

 

Avez vous lu les classiques de la litteratureRévisez vos classiques en quelques cases ! Soledad Bravi et Pascale Frey, toutes deux collaboratrices au magazine ELLE, ont sélectionné quelques bons vieux classiques de la littérature pour les résumer en images et avec humour. Oh oui, que c'est drôle ! Soledad s'y entend pour croquer avec fantaisie les déboires de la Princesse de Clèves ou de Madame Bovary, la sensualité de Chéri ou de Gatsby, l'exotisme de Karen Blixen (sans Finch), la folie vengeresse des Hauts de Hurlevent, l'humour de Molière, la tendresse de la Comtesse de Ségur (son enfance à travers Sophie), le génie de Hugo, de Balzac, de Zola... sans oublier le pari fou de condenser l'œuvre de Proust en moins de quatre pages par livre (accrochez-vous). Et bien, figurez-vous que cet exploit a été accompli ! Yes. Hip-hip-hourra. Simple, efficace et malicieux. Félicitations au duo de choc et de charme pour cet ouvrage qui dépoussière les grands classiques et donne envie de lire ou relire certains d'entre eux.

Avez-vous lu les classiques de la littérature ? de Soledad Bravi & Pascale Frey

rue de sèvres, 2018

==========================

 

09/07/18

Les mille et une vies des urgences, de Dominique Mermoux & Baptiste Beaulieu

LES MILLE ET UNE VIES DES URGENCESJe ne connaissais pas le roman de Baptiste Beaulieu, Alors Voilà, lui-même tiré de ses chroniques de blog : Alors Voilà. | Journal de soignées/soignantes réconciliées. Mais j'ai adoré cette adaptation illustrée par Dominique Mermoux.
C'est une lecture à la fois drôle, touchante et pleine de sincérité. Un témoignage sensible, mais sans sensiblerie futile, de la vie des urgences et des petites fourmis qui s'y bousculent. On y croise des internes au top, des hommes et des femmes avec leurs bagages, leurs désirs et leurs secrets, des chefs grincheux, des malades qui vont et viennent, des cas insolites ou farfelus, d'autres bouleversants, d'où les anecdotes à la pelle !
Tout commence avec la dame de la chambre 7 du cinquième étage - celle que Baptiste surnomme L'Oiseau de Feu, du fait de sa chevelure flamboyante. Gravement malade, cette femme est en train de s'éteindre mais résiste jusqu'au retour de son fils bloqué en Islande à cause du volcan en éruption. Pour combler cette attente, Baptiste décide de lui raconter des histoires.
Entre joie et peine, ce rendez-vous aux urgences est un patchwork d'émotions. On en sort le cœur plus gros, plus lourd, plus compatissant aussi. On éprouve une grande admiration pour le dévouement de Baptiste, Anabelle, Frottis, Chef Pocahontas, Blanche, Fabienne, Poussin, Brigitte, Solveig, Amélie, le commandant Viking etc. On rit et on pleure à leurs côtés (bienvenue aux soirées camouflage). En bref, on s'installe dans un coin et on les écoute...
C'est sans artifice, sans pathos. Juste de l'humanité et de la vie 
Très, très bon !

Rue de Sèvres (2017)

 

Posté par clarabel76 à 12:00:00 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , ,

Streamliner #1. Bye-bye Lisa Dora & #2. All-in Day, de 'Fane

Streamliner byebye lisa dora

Cristal O'Neil vit seule en plein désert avec son vieux père Evel, une ancienne légende des courses de vitesse au volant de sa mythique Black Widow. Ils sont propriétaires d'une petite station service sur des hectares à perte d'horizon.
Leur tranquillité va être mise à mal avec l'arrivée de Billy Joe, clope au bec, blouson en cuir et sourire carnassier. Leader des Red Noses, il a l'intention d'organiser une course sauvage, réunissant des milliers de pilotes intrépides.
Abusé par ce rassemblement de têtes brûlées, le père de Cristal va précipiter son malheur et mettre en jeu le titre de propriété de la station, contraignant sa fille à conduire la Black Widow pour sauver leur gagne-pain.
Tous ont la rage de vaincre et se contrefichent des règles. Mais tous sont alléchés par l'appât du gain ou par le désir de changer de vie. D'ailleurs le casting ne manque pas d'être époustouflant : outre la chanteuse de rock Calamity, les amazones des Black Panties ou les mystérieux frères Jarret, on trouve aussi  William Boney alias « The Kid » cherchant à échapper aux fédéraux à ses trousses...
On sent à la lecture de cette série (en deux volumes) la poussière du désert, la poudre de la carabine, la sueur et le sang des challengers, le sel des larmes aussi.
Et c'est avec fascination qu'on plonge dans cette ambiance - à la fois âpre et sexy, mais sans racolage. On s'attache aux personnages, leurs parcours et leurs histoires se dévoilent. On découvre plus loin la course médiatique et les magouilles politiques. Les autorités sont dépassées, le run du siècle est lancé.
Bref on suit les pleins et les déliés, les courbes impeccables, les freinages implacables, les moteurs qui chauffent et le caoutchouc qui brûle. La mort est défiée à chaque instant et la vie vécue à mille à l'heure...
Autant dire que j'ai gobé cette lecture avec exaltation. C'était intense et j'ai adoré !

Rue de Sèvres (2017)

 

Streamliner allin day

SÉRIE EN 2 TOMES - 'Fane offre avec Streamliner une œuvre sensible, explosive et déroutante qui lui ressemble.

 

Posté par clarabel76 à 11:45:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

07/07/18

Spill Zone, de Scott Westerfeld & Alex Puvilland

spill zoneTrois ans plus tôt, la ville de Poughkeepsie a été frappée par une étrange catastrophe, réduisant la population à un état de zombies figés sur eux-mêmes. Seuls quelques animaux (des rats, des chats des loups) ont survécu mais l'énigme reste entière car la zone a depuis été complètement interdite d'accès.
Addison n'hésite pourtant pas à enfreindre les règles et s'y faufile sur son bolide, avec pour seule arme un appareil photo. Elle mitraille tout ce qu'elle y voit et revend ses clichés à une riche collectionneuse. Tout ça pour subvenir aux besoins de sa petite sœur, Lexa, traumatisée et muette suite aux événements.
Leurs parents, qui travaillaient à l'hôpital, ont disparu. Les deux sœurs vivent dans une ferme isolée, à la frontière de la Spill Zone, et connaissent le coin comme le fond de leur poche. Toutefois, la cliente new-yorkaise propose à Addison un contrat plus juteux... et plus risqué : se rendre dans un local du centre hospitalier pour y récupérer un étrange coffret.
Parallèlement, un jeune militaire vient s'assurer que tout va bien chez Addison et sa sœur... risquant ainsi de découvrir les activités illicites de la jeune fille. Un jeune coréen débarque en ville, désireux de rencontrer la célèbre photographe. Et n'oublions pas la poupée en chiffon Vespertine, qui communique par télépathie et qui ne semble pas se contenter d'un rôle de simple figurante !
Tout est désormais en place pour que l'intrigue déploie ses ailes, car ce premier tome est assez évasif et curieux. Il règne une ambiance singulière - pas très attirante de prime abord - mais qui est à la fois angoissante et fascinante. J'attends de lire la suite pour mieux juger, car pour l'instant tout est mystérieux et incite à se poser beaucoup de questions ! 

Rue de Sèvres (2018)

 

Posté par clarabel76 à 11:45:00 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , ,

14/06/18

Je vais rester, de Lewis Trondheim & Hubert Chevillard

je vais resterFabienne et Roland viennent d'arriver en vacances à Palavas. Il fait super beau, une brise légère souffle sur le bord de mer. Le couple décide de faire un tour sur la plage en attendant de prendre possession de leur location. Soudain, une bourrasque de vent sème la zizanie chez les plagistes. Et bim, c'est le drame. Là je laisse volontairement planer le suspense... mais Fabienne va avoir le choc de sa vie et se retrouver dans la panade. Contre toute attente, elle décide de rester. Elle compte profiter des vacances déjà programmées et réglées en avance. Elle coupe son téléphone. Rencontre un type dans un bistro. Et refuse de s'épancher. Malgré une couverture estivale, la lecture réserve beaucoup de surprises et beaucoup d'émotions. J'ignorais totalement ce qui m'attendait. Bonjour la claque au tournant. J'ai été abasourdie par le coup de théâtre. J'ai même relu deux fois la scène, envoyé des snaps à mon entourage, car je n'étais pas sûre d'avoir tout compris. Le coup de massue, youhou. J'étais dépitée. Par contre, cela m'a donné envie de continuer ma lecture, d'accompagner Fabienne et de cerner ce qui se tramait dans sa tête, comment elle allait gérer son chagrin. Elle ne laisse rien filtrer, mais se donne une semaine pour flancher ou avancer. Rien que pour ça, je dois dire qu'elle est assez impressionnante - ou déconcertante - car on a un peu de mal à percer sa carapace. Mais cela reste une BD fascinante, au-delà du drame, du cynisme et de la gravité, on retrouve toute l'absurdité des faits divers insolites et l'émotion des amours fauchées trop tôt. À côté, il y a les paysages ensoleillés, l'insouciance des vacanciers, le bleu de la mer et le bruissement des activités touristiques. C'est dans ce doux contraste qu'on réalise aussi qu'on vit sur une drôle de planète ! En bref, un rendez-vous étonnant et riche en émotions.

rue de Sèvres, 2018

 

Posté par clarabel76 à 16:30:00 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , ,