02/05/16

Quatre murs, de Kéthévane Davrichewy

Quatre murs

« La fratrie est impitoyable, ne nous leurrons pas.
- Où sont passés nos liens, Élias ?
- Réna, ils sont insidieux, ni incassables, ni infinis. Ils ne t'ont pas fait que du bien. Cellule familiale.
- Qu'est-ce que tu veux dire ?
- Il me semble que la famille peut nous rendre plus forts mais aussi nous affaiblir. »

Après la mort du père, la mère décide de mettre la maison en vente et de donner une avance sur héritage aux cadets, les jumeaux Élias et Réna. Les aînés protestent pour la forme, avant de conclure à un accord et retourner à leur routine. Ni remords ni regret. Deux ans plus tard, les frères et sœurs se retrouvent sur une île grecque, chez Saul, la sentinelle du groupe. Dans l'anticipation des retrouvailles, tous les quatre font le point et tirent un bilan doux-amer des liens filiaux et fraternels, n'hésitant pas à écorcher la belle image d'une tribu unie et solidaire. Les non-dits remontent à la surface (l'accident qui a coûté la vie de leur cousin et handicapé à vie Réna), la responsabilité latente, le poids des attentes et le temps qui passe, les envies qui vont et viennent, les vies qui se séparent ou prennent des orientations opposées. Ce roman intimiste est particulièrement troublant et envoûtant. Il délivre, avec une rare sobriété et une économie de mots, des émotions fortes et poignantes sur les liens du sang et le rôle de la famille. Malgré les rancœurs et les propos caustiques, l'ensemble n'en reste pas moins un quasi chuchotement sur une petite centaine de pages racontant une histoire tout en clair-obscur, jamais trop cynique, ni mielleuse. Elle se dresse tel un funambule sur le fil du rasoir et jongle avec les vérités des uns et des autres, bousculant les certitudes et les idéaux, mais sans forcément provoquer de remous. La lecture se termine d'ailleurs sur un épilogue lumineux et dansant. Une fin rayonnante pour une lecture empreinte d'une grande sensibilité. 

10-18 / Mars 2015 ♦ Sabine Wespieser éditeur,  2014

« La famille nombreuse, c'était leur fantasme, pas le nôtre.
Ils convoitaient notre enfance. Une quête vaine, si lourde pour nous.
- Ils nous ont fait une belle enfance. »

Posté par clarabel76 à 09:00:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,


19/11/15

Amours, de Léonor de Récondo

Amours

Nous sommes en 1908 dans la campagne française. Victoire est mariée depuis cinq ans avec Anselme de Boisvaillant et se désespère du jour où elle lui donnera un enfant. Elle ne soupçonne pas les infidélités de celui-ci avec la petite bonne de dix-sept ans, Céleste, qui tombe dans l'embarras et reçoit les foudres de la colère de sa maîtresse lorsqu'elle s'en aperçoit. Pourtant, Victoire change d'attitude et accepte cette grossesse comme sa propre libération. Cet enfant sera celui-ci du couple, Céleste s'incline devant leur décision. Mais la maternité ne sera pas non plus la promesse du bonheur tant attendu et Victoire continue de s'enfoncer dans la torpeur, mettant la santé du bébé en danger. Céleste reprend donc ses prérogatives en se faufilant en douce dans la chambre pour nourrir son fils... jusqu'au jour où Victoire découvre le subterfuge.

La suite de l'histoire, qui implique l'éclosion des sentiments entre Victoire et Céleste, m'a laissée assez insensible. J'ai aussi trouvé le roman assez froid et taciturne, même si je lui accorde des qualités d'écriture indéniables, une ambiance raffinée et guindée, l'admirable transcription de la découverte exaltée de la sensualité et la tentative de briser les tabous. C'est un livre qui aborde sans équivoque le corps de la femme, ses désirs et ses instincts, dans un contexte bourgeois engoncé, bientôt bouleversé par les premières manifestations de l'émancipation féminine, à commencer par la mode et le retrait du corset. C'est joliment raconté, par l'auteur elle-même, c'est court aussi, seulement 4 heures d'écoute pour le livre audio, et ça brasse les barrières sociales et les convenances dans un joyeux fracas, mais ça n'a toutefois pas suffi à me toucher. J'ai fini par m'ennuyer au cœur de cette ambiance austère et déprimante qui imprègne le récit sans jamais parvenir à lui donner meilleure mine. J'en sors désappointée...

Sixtrid / août 2015 ♦ Texte lu par l'auteur (durée : 4h 15) ♦ Sabine Wespieser éditeur, janvier 2015 ♦ Prix RTL-Lire 2015 - Prix des Libraires 2015

Posté par clarabel76 à 11:00:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,