07/03/19

Pêle-mêle séries en BD : Yin et le dragon - Spill Zone - Aliénor Mandragore

yin_et_le_dragon_couv

Époustouflant final de cette série se déroulant dans la Chine des années 30, sur fond de guerre sino-japonaise et de légendes sur les dragons, autour d'une épopée bouleversante.

Au-delà de la couverture magnifique, l'histoire nous embarque dans un face-à-face glaçant entre la petite Yin et le terrifiant dragon noir, déterminé à exterminer l'espèce humaine. Beaucoup d'intensité et de drame dans ce dernier rendez-vous et une parenthèse mystique dans son dénouement : quelle surprise !

Heureusement, la connivence entre la fillette et ses amis est vraiment touchante et distille une pointe de tendresse dans ce grand champ de désolation. Une série étonnante et riche en émotions.

Yin et le Dragon (T3) : Nos Dragons Éphémères, par Marazano & Xu Yao

Rue de Sèvres (2019) - SÉRIE EN 3 TOMES (T1 / T2)

 

spill_zone_couv

Suite et fin de cette série écrite par Scott Westerfeld, auteur connu pour la série Midnighters, Leviathan ou Uglies. Spill Zone est son premier album BD. 

Le premier tome avait présenté les personnages et le contexte, puis s'était bouclé sur une étrange révélation concernant la petite sœur d'Addison et sa relation avec sa poupée (démoniaque). Cette fois, l'histoire passe à la vitesse supérieure : les forces malveillantes sont plus coriaces que jamais. Addison cherche à quitter la zone mais Vespertine va l'en empêcher en prenant possession du corps de Lexa. L'intervention de Don Zae pourrait être sa porte de secours... mais peut-on faire confiance à ce mystérieux garçon surgi de nulle part ?

Les secrets de la Spill Zone seront également révélés, en attendant la lecture est sombre et très nébuleuse. Difficile de succomber à une telle atmosphère, même si son suspense est tenace. Le dénouement est aussi vague et étonnant que promis. À lire pour les aficionados de l'auteur.

Spill Zone (T2) : Le vœur brisé, de Scott Westerfeld & Alex Puvilland

Rue de Sèvres (2019) - SÉRIE EN 2 TOMES

 

couv_mandragore_t4

L'aventure entraîne notre sémillante héroïne - Aliénor Mandragore - sur le territoire des Korrigans. La fée Morgane voudrait récupérer un objet confié autrefois à leur roi, mais pour y parvenir, la fille de Merlin et son camarade Lancelot vont devoir se heurter à un vrai casse-tête. Car les Korrigans ne sont pas aimables, pas conciliants, pas accueillants, bref pas du tout inoffensifs. Nos deux amis vont en faire l'amère expérience.

L'aventure est une fois encore pleine de verve, d'humour et d'enchantement dans cette relecture des légendes de Brocéliande ! Pour accompagner cette joyeuse frénésie, attendez-vous également à toujours plus de nostalgie et d'émotion. Aliénor s'interroge sur son propre destin et hésite à affirmer son désir secret d'emprunter une autre voie, sans décevoir les attentes de son père... Merlin, farouchement allergique à son triste sort. Lancelot ne faillit jamais, même si son dévouement va se retourner contre lui. Ce sont ainsi des séquences tantôt délicates tantôt cocasses (la chorégraphie improbable dans le labyrinthe... trop drôle !) qui laissent apparaître une grande profondeur à cette série très attachante. Laissons-lui poursuivre son chemin clopin-clopant. C'est un pur bonheur et un plaisir sans cesse renouvelé de replonger dans cet univers fascinant.

Aliénor Mandragore (T4) : Le chant des Korrigans, de Séverine Gauthier & Thomas Labourot

rue de Sèvres (2018)

 


07/07/18

Spill Zone, de Scott Westerfeld & Alex Puvilland

spill zoneTrois ans plus tôt, la ville de Poughkeepsie a été frappée par une étrange catastrophe, réduisant la population à un état de zombies figés sur eux-mêmes. Seuls quelques animaux (des rats, des chats des loups) ont survécu mais l'énigme reste entière car la zone a depuis été complètement interdite d'accès.
Addison n'hésite pourtant pas à enfreindre les règles et s'y faufile sur son bolide, avec pour seule arme un appareil photo. Elle mitraille tout ce qu'elle y voit et revend ses clichés à une riche collectionneuse. Tout ça pour subvenir aux besoins de sa petite sœur, Lexa, traumatisée et muette suite aux événements.
Leurs parents, qui travaillaient à l'hôpital, ont disparu. Les deux sœurs vivent dans une ferme isolée, à la frontière de la Spill Zone, et connaissent le coin comme le fond de leur poche. Toutefois, la cliente new-yorkaise propose à Addison un contrat plus juteux... et plus risqué : se rendre dans un local du centre hospitalier pour y récupérer un étrange coffret.
Parallèlement, un jeune militaire vient s'assurer que tout va bien chez Addison et sa sœur... risquant ainsi de découvrir les activités illicites de la jeune fille. Un jeune coréen débarque en ville, désireux de rencontrer la célèbre photographe. Et n'oublions pas la poupée en chiffon Vespertine, qui communique par télépathie et qui ne semble pas se contenter d'un rôle de simple figurante !
Tout est désormais en place pour que l'intrigue déploie ses ailes, car ce premier tome est assez évasif et curieux. Il règne une ambiance singulière - pas très attirante de prime abord - mais qui est à la fois angoissante et fascinante. J'attends de lire la suite pour mieux juger, car pour l'instant tout est mystérieux et incite à se poser beaucoup de questions ! 

Rue de Sèvres (2018)

 

Posté par clarabel76 à 11:45:00 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , ,

02/05/09

Midnighters - 1. L'heure secrète ~ Scott Westerfeld

Jessica Day fait sa rentrée au lycée de Bixby en Oklahoma, elle a quinze ans, c'est la petite nouvelle et tous les regards sont braqués sur elle. Elle ne le sait pas encore, mais Rex a cerné qu'elle portait l'Empreinte. Il charge deux de ses camarades de la tester discrètement, afin de déterminer si elle est une des leurs. Les résultats ne sont pas concluants, et pourtant Jessica a quelque chose. Elle fait des rêves étranges, à minuit le monde s'arrête mais elle seule peut continuer d'évoluer dans cette dimension, et enfin des créatures de l'ombre lui sautent dessus, pas besoin de lui faire un dessin pour comprendre leurs intentions !
Jessica fait alors connaissance de la singularité de Rex, Dess et Mélissa. Entre eux, ils se nomment les Midnighters car ils ont en commun d'être nés à minuit, de vivre la vingt-cinquième heure et d'avoir des dons exceptionnels. Jessica comprend qu'elle possède aussi ce truc en plus, reste à savoir lequel.

midnighters

 

Un cinquième 'élément' fait son apparition, le genre rebelle au grand coeur. Ce qui lui importe le plus, s'amuser et ne pas prendre au sérieux la théorie de l'heure secrète. Il ne se mêle pas à la bande de Rex, quelques anicroches dans le passé ont fragilisé leurs rapports, mais on n'en sait pas plus. De son côté, Jessica a le béguin.
Mais cette histoire sentimentale, franchement, on aurait pu s'en passer. Elle n'est pas extraordinaire, plutôt plate et ennuyeuse, pas très mature. Et c'est quasiment un jugement d'ensemble que j'ai failli avoir, tant le début m'est apparu lent et pénible à décoller, sans style véritable, l'héroïne n'est pas sensationnelle, et les autres personnages aussi n'ont pas réussi à faire chavirer mon coeur. C'est bien parce que j'avais déjà lu le trop-plein d'enthousiasme soulevé par cette série que j'ai persévéré, maintenant je me demande si cela n'a pas créé une attente trop forte ! C'est toujours le piège...

Bref, passons. La deuxième partie du roman a su m'offrir un regain d'intérêt et je n'ai plus décroché avant la fin. On connaît le don de Jessica, cela ne signifie pas pour autant que l'histoire est fermée. Des petites allusions ont pointé leur nez, tous nos protagonistes ne seraient pas uniformes, ils ont l'étoffe des superhéros et en même temps ils doivent paraître des adolescents ordinaires, vêtus de noir de pied en cape, obligés de se fondre dans la masse grouillante des lycéens bêtas de Bixby. Cette ville, d'ailleurs, n'a rien en commun avec les autres localités de l'état d'Oklahoma, ce sont les gamins qui le disent, tout y est très bizarre ou trop nul, mais la banalité n'a pas lieu de cité. (On le comprend, vous connaissez beaucoup de repères de Darklings autour de chez vous ?!)

Je me raccroche aux branches comme je peux : je n'aime pas particulièrement les personnages, l'histoire est loin d'être renversante, mais elle est sympathique et riche en rebondissements, alors je tends mon espoir vers cette ambiance énigmatique du monde bleu, sorte de dimension parallèle où se côtoient Darklings et Midnighters (my god, mais dans quel monde sommes-nous !?!), et les tensions existant au sein des Midnighters, qui vont nourrir quelques clashes (non ?). Ce n'est pas possible que tout reste linéaire... je veux des larmes, de la trahison, des mensonges, des coups d'éclat (et du sang ? ne rêvons pas !). Le tome 2 s'annonce déjà (sortie le 7 mai, yes !).

Pocket jeunesse, 2009 - 335 pages - 13,50€
traduit de l'anglais (USA) par Guillaume Fournier

d'autres avis : emmyne, aurélie, maijo  (j'en oublie, je pense, oups)

Et je réponds d'avance : non, je n'ai pas encore lu la série Uglies.

 

Posté par clarabel76 à 12:30:00 - - Commentaires [29] - Permalien [#]
Tags : , ,