11/07/17

Appelle-moi, de Sophie McKenzie

Appelle moiCoincée dans un dîner d'affaires, rendez-vous important pour son mari Will, Livy ne peut répondre au coup de fil urgent de son amie Julia. « Appelle-moi. Besoin de te parler. » C’est le dernier texto qu'elle reçoit avant de découvrir son amie morte sur son canapé. La police conclut très vite à un suicide, sa famille se plie aux rapports de l'enquête, seule Julia refuse d'accorder du crédit à une telle éventualité. Lors des funérailles, elle croise un individu qui la foudroie du regard. Serait-ce le mystérieux Démon Blond dont Julia avait brièvement évoqué l'existence ? Livy ne sait plus à quel saint se vouer, étant donné le maigre soutien dans son entourage, elle consent à accompagner cet invidivu dans sa quête de la vérité. Julia aurait été assassinée, car elle aurait découvert le nom du meurtrier de Kara, la sœur de Livy morte des années plus tôt. Un crime non résolu qui n'a jamais cessé de hanter leurs mémoires. Livy est donc frappée de stupeur au fur et à mesure qu'elle fouille dans la vie de son amie, révélant des pans cachés qu'elle n'aurait jamais soupçonnés. Soudain, les certitudes de Livy s'effondrent... déjà fragilisées par une vie conjugale en pleine déroute et le sentiment d'être trompée par son mari.

Pour avoir précédemment lu Je ne t'oublierai pas - une femme enquête sur la disparition de son bébé, qu'elle croyait mort à sa naissance - je n'ai pas été surprise par la tortuosité de l'intrigue dans ce deuxième roman, car je m'attendais à suivre un déroulement aussi pervers et hallucinant. Seule crainte, qu'il tire sur les mêmes ficelles et répète le dénouement aux fausses pistes sidérantes. Finalement, l'histoire use des bonnes vieilles recettes et sert un scénario alambiqué, au suspense bien troussé et au rythme endiablé, mais a la décence de surprendre le lecteur en injectant de nouvelles ressources et en le conduisant là où il ne s'y attend pas. Basique, mais efficace. Au final, c'est un bon roman qui assure le show - frissons, tension et angoisse. Un divertissement honorable.

  • POCKET Thriller / 2017
  • Traduit par Florence Bertrand [Trust in me]

Posté par clarabel76 à 14:00:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,


27/02/13

"C'est trouver l'amour qui compte. C'est ça, le principal."

IMG_8614

"Ça faisait mal. Très mal. Et il y avait beaucoup de sang, aussi." C'est la première phrase de la première nouvelle parmi les huit qui constituent ce recueil. Une phrase racoleuse, qui vous place tout de suite dans l'ambiance. Parce qu'il faut le reconnaître, ils sont drôlement forts, ces Anglais. Ils vous balancent leurs histoires courtes avec un aplomb redoutable, beaucoup de finesse et une drôlerie qui fait mouche, sans compter le ton et la forme qui ne font pas dans la dentelle, mais qui bien évidemment parleront instinctivement aux adolescents.

Dans le lot, on trouve tout de même deux textes classiques, le premier de Mary Hooper, le deuxième de Bali Rai. Ce sont deux histoires qui se passent ailleurs, dans l'Angleterre victorienne ou en Inde, deux cultures différentes, mais avec des parcours de femmes marquées durement par la vie et le désespoir. Sans quoi, on plonge sans complexe dans le petit monde des adolescents, à l'heure où les désirs ne sont plus tabous, où l'on est curieux, impatient, craintif et rêveur. L'incursion est réaliste, jamais déplacée, je pense que les auteurs ont été, à plusieurs occasions, bien en phase avec leur public.

A mon sens, Patrick Ness tire véritablement son épingle du jeu avec un texte percutant sur l'homosexualité, et dont la particularité veut que les mots les plus violents et crus soient dissimulés par un trait noir, ce qui laisse encore plus de place à l'imagination. Quant aux autres nouvelles, de qualité très honorable, elles séduiront immédiatement les ados par leur volonté de faire simple, juste, crédible et actuelle. L'ensemble est parfois cru, mais jamais déplacé, même la grossièreté est justifiée.

Voilà un recueil à faire lire dans les écoles (niveau collège et plus), pour rappeler à nos jeunes impatients / curieux de goûter le fruit défendu qu'il existe des règles essentielles : l'impact émotionnel. Car après tout, "le moment où on cesse d'être puceau est un truc intime qui devrait se trouver derrière un trait noir, plutôt que les insultes et les conneries sur le sexe". Parce que, "faire l'amour pour la première fois, ce n'est vraiment pas très important. C'est trouver l'amour qui compte. C'est ça, le principal."

La première fois (recueil de nouvelles) par Anne Fine, Bali Rai, Jenny Valentine, Keith Gray, Mary Hooper, Melvin Burgess, Patrick Ness & Sophie McKenzie
Gallimard jeunesse, coll. Scripto, 2011 - traduit par Laetitia Devaux et Emmanuelle Casse-Castric