16/11/17

Pêle-Mêle : Petites histoires de nuits - Patate pourrie ! - Les trois petits casse-pieds - Chien Pourri ! à Paris (pop-up)

PETITES HISTOIRES DE NUITS

Au moment de se coucher, l'Ourson demande à sa maman trois histoires pour s'endormir. La maman n'hésite pas une seconde et commence par l'histoire de la gardienne de nuit, qui fait le tour de la forêt avec son gong magique, pour s'assurer que les retardataires filent droit, après quoi elle se couche à son tour au son le plus doux et le plus tendre du gong. L'histoire suivante raconte l'aventure de Zhora, la petite fille avec son épée qui s'était perdue. Le jour de la grande cueillette, l'enfant rêve de trouver une mûre et s'en va près du lac, mais impossible de retrouver son chemin de retour ! Jacko Mollo, une chauve-souris, lui propose alors de l'héberger pour la nuit. 

Et vous connaissez l'histoire du monsieur avec son grand manteau qui a perdu son sommeil ? Chaque nuit, Bob se tourne et se retourne dans son lit en quête d'une miette de sommeil. Il sort donc dans les bois pour dénicher un remède miracle et demande à son ami Otto une astuce. Celui-ci lui suggère de prendre un bain avec son manteau. Ô merveille, Bo plonge dans le lac et trouve une pierre-message. Après quoi, il peut rentrer chez lui et s'assoupir en toute quiétude. 

Satisfait des trois histoires, l'Ourson se blottit en boule et s'apprête à fermer les yeux, sa maman lui colle un bisou sur la joue en lui souhaitant de “choisir son étoile pour s'endormir”. Une lecture poudrée de rose, originale et fantaisiste, qui a aussi le mérite de faire voyager l'enfant dans le pays des rêves ! ☺

Petites histoires de nuits, de Kitty Crowther

pastel de l'école des loisirs, 2017

--------------------------------

 

PATATE POURRIE

Simon a du chagrin, car sa copine Lou fait les yeux doux à Mamadou. En rentrant à la maison, Simon est déchaîné et se défoule. C'est du “patate pourrie” à tout va, ses parents se fâchent et l'expédient fissa dans sa chambre. La mort dans l'âme, Simon prend une grande décision - Lou et lui, c'est fini. Face à sa dulcinée, les mots sortent de sa bouche... et c'est le drame. Aaah, le chagrin d'amour vu et vécu à travers les yeux d'un enfant ! On connaissait Simon et son tempérament ronchon, mais on le découvre sentimental et sensible. En effet, dans cet épisode, notre petit lapin va vivre des émotions très, très fortes... pour une lecture, somme toute, drôle et charmante. Efficace, en tout cas.

Patate pourrie ! de Stephanie Blake

l'école des loisirs, 2017

--------------------------------

 

LES TROIS PETITS CASSE-PIEDS

Allongé sur le canapé, Papy fait une petite sieste quand, soudain, un énorme brouhaha le réveille en sursaut. Dans sa ligne de mire : trois petits-enfants à l'assaut de la télé - c'est l'heure des dessins animés. Argh. Papy rouspète, « il y a mieux à faire que de regarder la télé ». Raconter des histoires ? Seulement si Papy varie son registre. Commence alors l'histoire de trois petits casse-pieds... Bingo, Papy bluffe son public en les embarquant dans une aventure qu'il invente au gré de sa fantaisie, allant de rebondissement en rebondissement, comblant au mieux les desiderata des bambins. Au final, tout le monde s'en tire à bon compte. Cela glousse joyeusement, le pouvoir de l'imagination brille de mille feux. C'est la franche rigolade de découvrir pareille rouerie au sein du foyer, et quelle belle connivence entre les enfants et leur grand-père. Une lecture vraiment drôle et pétillante. ☺

Les trois petits casse-pieds, de Jean Leroy & Matthieu Maudet

l'école des loisirs, 2017

--------------------------------

 

CHIEN POURRI À PARIS

Chien Pourri et son ami Chaplapla en ont assez de jouer au Monopourri sur leur vieille serpillière. Pourquoi n'iraient-ils pas visiter Paris, si un camion poubelle veut bien les prendre en stop ? Mais leur tournée va prendre un tour inattendu, car les amis croisent un gamin éploré d'avoir perdu ses parents. L'occasion pour eux de tirer profit de leur visite guidée pour mieux mener leur enquête ! ... C'est une lecture en 3D qui s'offre à nous, via cette édition spéciale, format pop-up. Chaque page donne à découvrir des décors magnifiques, illustrés joliment par Marc Boutavant, dévoilant au passage un Paris folklorique, quelque peu nuancé par des couleurs sombres et des revers moins lisses. Beaucoup de jeux de mots, de situations cocasses et de rebondissements pimentent judicieusement cette histoire, qui pourra plaire au plus grand nombre. Il faut juste rappeller que Chien Pourri est une série qui cartonne depuis sa création en 2013. Et c'est tout à son honneur. ☺ 

Ce titre est paru en 2015 dans la collection Mouche.

Chien Pourri ! à Paris : Pop Up ! de Colas Gutman & Marc Boutavant

l'école des loisirs, 2017 

 


14/11/17

Pêle-Mêle : Bart is back + Comment sauver son couple en dix leçons (ou pas) + La BD de Soledad

Bart is backEn 2015, un fait divers sordide fait la une des journaux en Floride - un chat enterré depuis cinq jours est sorti de la tombe sous le nez de son propriétaire abasourdi. L'animal a aussitôt été surnommé Zombie Cat. S'inspirant de cette histoire, Soledad Bravi imagine à son tour la folle épopée d'un chat ressuscité à travers ses neuf vies. Et croyez-moi, c'est trash ! Sitôt revenu à lui, après avoir été aplati par un camion, Zombie Cat est déchaîné après les humains et bouffe tout ce qu'il trouve sur son chemin, il parvient aussi à réveiller la fibre révolutionnaire chez ses camarades et les incite à redevenir sauvages. Puis Zombie Cat se lance dans la chanson, subit une chirurgie réparatrice, prend des vacances et s'envole en Chine. Là-bas, il sera kidnappé, séquestré, bouilli, rasé, enduit de glutamate, égorgé, grillé au chalumeau, vendu en sucette sur le marché... STOP ! C'est particulièrement dégoûtant, mais d'un humour caustique décapant. C'est féroce, mais piquant. Après tout, l'auteur dénonce les pratiques douteuses concernant la culture alimentaire en Asie, mais l'auteur retourne la question : voudriez-vous être une oie à Noël ? un agneau à Pâques ? et tout le reste de l'année, un cochon, un bœuf, un poulet, un lapin, un cheval ? ... À bon entendeur, salut. ☺

Bart is back, de Soledad Bravi

Folio BD, 2017

 

-------------------------------

 

Comment sauver son couple en dix leçonsJ'ai pour habitude de lire les albums jeunesse de Stephanie Blake, d'où ma grande surprise de la découvrir dans ce registre pour public adulte, où elle explore des facettes de son talent et de son humour au-delà des attentes usuelles. Et c'est tant mieux. Elle raconte donc l'histoire d'un couple usé par les années de mariage, du moins la femme est en pleine crise existentielle et aspire au renouveau. Mais elle doute. Elle s'interroge sur la vie à deux, elle fantasme et hésite à tout plaquer. Elle décide donc de mettre en pratique “10 leçons” de survie, qui conduisent souvent à la déconfiture. Ce portrait de couple est fatalement dans le vrai et renvoie des reflets que le lecteur percevra ci ou là pour son compte personnel. Surtout, n'y voyez aucune prétention à vous sortir de la mélasse, tout est à prendre au second degré. En clair, c'est délicieusement revanchard, sans réelle volonté de changer la donne, ni de bousculer les idées reçues. C'est plein d'humour et très actuel, mais surtout truffé de dérision avec une chute qui prête à sourire ! ☺

Comment sauver son couple en 10 leçons, de Stephanie Blake

Folio BD, 2017

 

-------------------------------

 

Pour rappel, on retrouve également l'univers récréatif de Soledad Bravi dans des compilations annuelles, qui regroupent toutes les planches parues dans ELLE, et qui racontent des tranches de vies pleines de légèreté et d’autodérision. Avec des illustrations inédites et d'autres surprises. 

BD DE SOLEDAD 1 BD DE SOLEDAD 2 BD DE SOLEDAD 4 

La BD de Soledad, Rue de Sèvres

 

Posté par clarabel76 à 11:30:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

19/05/16

Je veux pas déménager ! de Stephanie Blake

Je veux pas déménager

Lorsque ses parents lui annoncent qu'ils vont bientôt déménager, Simon voit rouge. Hors de question. Trêve de discussion. Et puis il hurle un bon gros “M'en fiche” qui calme tout le monde. La nuit, Simon rumine sa décision. Niet, niet, niet. Il ne quittera pas sa maison de toujours, celle où il a grandi, et dont il connaît tous les petits bruits bizarres. C'est son territoire. Point final.

Seulement, pas loin de là, son petit frère Gaspard sanglote dans sa chambre. Lui non plus ne veut pas déménager. Simon, alors, change de braquet. Et pour mieux rassurer son cadet, il lui explique que c'en est fini de cette maison “beurk kakadoi” et qu'ailleurs ils auront une chambre plus grande avec des lits en hauteur. Ensemble, ils se feront de nouveaux copains. Tout va bien.

Le lendemain matin, les deux frangins ont une réponse bien troussée pour écourter le couplet des parents. Quel toupet ! Simon le Superlapin n'est pas à une contradiction près, mais il est tout simplement génial dans le rôle du grand frère responsable, qui a recours à l'humour pour chasser les craintes et effacer les chagrins. Les albums de Stephanie Blake avec son héros Simon ont définitivement la cote. 

L'école des Loisirs - Mai 2016

Posté par clarabel76 à 18:30:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

21/11/15

NULtiplications, de Stephanie Blake

IMG_4985

Simon n'est pas doué en multiplications. Il a beau tenter d'apprendre ses tables par cœur, rien n'y fait, il ne comprend rien. En classe, ses camarades se moquent de lui. Le traitent de nul. Ne veulent plus de lui pour jouer aux billes. 

Alors, quand il rentre chez lui, Simon est en pétard. Il est odieux avec ses parents, lance des insultes, tape du pied et du poing. Que cache cette colère ? 

Attention, il n'y aura pas de solution miracle, pas de méthode magique pour permettre aux enfants d'assimiler les multiplications. Il faut apprendre, certes. Pour Simon, le déclic a lieu en pleine nuit, avec son sac de billes.

L'histoire, ici, s'appuiera davantage à décomplexer les enfants qui ont des lacunes à l'école et qui pourraient manifester un comportement agressif pour cacher leur vulnérabilité.

Les albums de Stephanie Blake ont coutume d'accompagner le quotidien des enfants avec tendresse et humour - le duo gagnant. Celui-ci ne fait pas exception à la règle.

L'école des Loisirs / Août 2015

IMG_4986   IMG_4987

IMG_4988   IMG_4989

Posté par clarabel76 à 10:00:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

13/12/14

Je veux pas aller à la piscine ! de Stephanie Blake

IMG_2604

Simon vient d'apprendre une terrible nouvelle : toute sa classe doit se rendre à la pisicine, avec séance dans le grand bain, annonce fièrement son papa. Quelle horreur ! Le petit lapin est catégorique : « Jamais de la vie ! »

Pas question de s'exhiber en maillot devant tous, avec son bonnet sur la tête, le corps grelottant de froid et la trouille au ventre de plonger dans l'eau... non, non, non ! Il en fait même des cauchemars la nuit, rêvant qu'un monstre aquatique va l'avaler. Ses parents n'en peuvent plus. Jamais de la vie, jamais de la vie .... 

Simon n'a plus le choix : il est face à son destin. Tandis que ses copains bondissent avec excitation, lui avale difficilement sa salive... C'est alors qu'il croise la petite Lou, qui tremble encore plus que lui sur le bord du bassin. Simon n'écoute que son courage et lui propose de se jeter à l'eau main dans la main. 

Finalement, la piscine, ce n'est pas la mer à boire ! ;-)

Un album qui se dispense de commentaire, car tout est explicite : Stephanie Blake a abordé avec beaucoup d'humour, mais non moins de sensibilité, la peur de l'eau et de la piscine. C'est une lecture tout à fait décomplexante, allez hop ... on plonge ! 

L'École des Loisirs, octobre 2014

IMG_2605  IMG_2606

IMG_2607  IMG_2608

Posté par clarabel76 à 10:45:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,


15/06/14

Pêle-Mêle Clarabel #56

Mon chien, de Stephanie Blake / Loulou & Cie, mai 2014

Mon chien

Balthazar, le chien de Sally, n’en fait qu’à sa tête, comme prendre un bain, mettre un slip ou un pull-over, et faire aussi quelques pas de danse. Cette histoire est en fait librement adaptée de la comptine anglaise “Old Mother Hubbard” et le résultat est plutôt charmant. 
Le texte est écrit en rimes et ressemble à une ritournelle dans laquelle on suit une petite fille faire ses courses, de son côté son chien ne vit pas vraiment une vie de chien (il prend un bain, il porte un slip, une ceinture, un top, un short...). Un chien en slip, forcément ça fait rire les enfants ! 
Je n'ai pas été très convaincue par les illustrations de Stephanie Blake (encore une fois), surtout dans les expressions de la fillette. Mais l'album est coloré, chouette, gai, entraînant et rigolo ! Idéal pour les enfants en maternelle et crèche.

 

Au feu Petit Pierre ! par Adrien Albert / L'École des Loisirs, mars 2014

Au feu Petit Pierre

Grand format, 30 x 27, pour cet album d'Adrien Albert... pour qui je ne cache plus mon enthousiasme.

Une fois encore, je me suis régalée à parcourir les pleines pages de cet album formidable, qui nous raconte l'histoire de Petit Pierre et de ses amis : Jars et Orang-outan. Patientant dans leur caserne de pompiers qu'une alarme retentit, ils n'écoutent que leur courage sitôt leur feuille de route (confiée par Maman) en poche. Vite, la ville est la proie des flammes. Orang-outan s'arrête en chemin pour remplir la citerne en pompant l'eau de l'étang, Petit Pierre et Jars eux se rendent sur les lieux.

Et là, couic, un petit coup d'aspirateur superpuissant pour y voir plus clair, on sonne la trompette, on dégaine une lance à eau aussi intrépide qu'un lasso, on court à perdre haleine, on sauve grand-mère et son bocal de poisson rouge et on saute par la fenêtre pour atterrir sur un canapé éjectable, mais très confortable, sans oublier de lancer une fusée pour signifier au pompeur d'eau de cesser ses efforts...

Ah, quelle aventure ! L'imagination s'éclate à chaque coin de page, c'est un pur régal, on sourit tout le temps, parce que l'histoire nous en fait voir de toutes les couleurs. C'est un album génial, inventif et rayonnant, à l'histoire merveilleusement virevoltante ! J'étais aux anges.

 

Sassou de Jean-Charles Sarrazin / l'École des Loisirs, avril 2014

Sassou

C'est la couverture qui m'a donné envie d'ouvrir cet album, et je n'ai pas été déçue. 
Sassou est un petit garçon, rusé et intrépide, qui est surpris par la pluie au moment de se rendre chez son grand-père pour lui porter un pot de miel. Ah, ah. Il se réfugie dans une grotte, mais flûte, elle est déjà occupée par un lion, un léopard et une hyène. Tous trois le dévisagent en se pourléchant les babines. Vite, il lui faut un plan d'action pour sauver sa peau. L'enfant ne se laisse pas déstabiliser, fait preuve de malice et alors, quelle rigolade !

On peut y voir une version - très détournée - du petit Chaperon rouge, version exotique et sauce aigre-douce. Le résultat, lui, est juste excellent : histoire classique, mais humour décalé. Les illustrations aussi en mettent plein les mirettes, avec toutes ces couleurs qui rappellent la savane, l'Afrique, les contrées lointaines... oui, on rêve, on s'évade. Cet album réserve de bien belles surprises !
À conseiller.

20/12/13

Carton tout plein #5 : Caché ! de Stephanie Blake

IMG_9487

« Retrouve-moi ! » dit P’tit Loup caché dans la ville. Et le voici en train de se faufiler dans le décor, sur la place du marché, dans la boulangerie, le musée ou aussi au zoo. Pas facile de le retrouver parmi les carottes, la foule en liesse, les animaux ou la collection de tableaux...

Pour commencer, on se régale de ce beau rose pétant, puis des dessins aux traits généreux qui ne font que s'étaler sur des pages et des pages à n'en plus finir... Ce fourmillement de détails sert habilement le jeu de cache-cache qui s'instaure entre le lecteur et le petit loup vert, sur le modèle de l'indécrottable Où est Charlie, sauf que Stephanie Blake a adapté son propos à son jeune public (cible 3-5 ans).

Et puis le ton est farceur, tendrement exagéré, de quoi conforter l'enfant à se mettre en avant pour démasquer P’tit Loup, à la barbe de l'adulte. On sort de là avec la sensation d'avoir partagé une lecture guillerette et bienfaisante, arrosée de couleurs vives et revigorantes. Tout le monde est content, succès garanti.

IMG_9488

IMG_9489

@ Loulou et Compagnie, octobre 2013

Posté par clarabel76 à 18:45:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

26/04/12

Ferdinand, est-ce que c'est toi qui fais tomber la neige ?

ferdinandPour la première fois de sa vie, Ferdinand, qui vit chez son grand-père, va enfin connaître une existence stable en s'installant pour de bon dans cette nouvelle ville et en allant à l'école. Il intègre aussi une classe pour les enfants qui ont du mal à suivre le cursus classique, lui, Ferdinand, souffre d'un manque de concentration, son copain Babouche pousse des cris sans prévenir, sa petite copine Gaufrette n'ouvre jamais la bouche, Ibis se planque sous la table, Aria refuse qu'on la touche et tape tous ceux qui l'approchent, et ainsi de suite... Leur maîtresse, mademoiselle Mouette, se bat régulièrement avec la directrice qui désapprouve ses méthodes de travail, d'ailleurs une nouvelle fermeture de classe est annoncée et Ferdinand veut trouver une solution.

Par trois fois dans le roman, Ferdinand va rencontrer des personnes qui vont lui venir en aide en lui confiant un objet qui peut le tirer d'affaire (un porte-clef en forme de fusée pour faire léviter son plateau de cantine, un collier de chien qui permet de se télétransporter, ou un skate-board pour remonter dans le temps). A sa façon, Ferdinand est donc un superhéros avec des micropouvoirs, et ça turbine à fond la caisse dans sa tête pour solutionner toutes ses petites contrariétés. Mais le garçon a encore une épine dans le pied : il est fou amoureux de Zibeline, une ravissante pimbêche, qui le fait tourner en bourrique.

Est-ce qu'il parviendra à l'amadouer ? C'est ce qu'on découvrira par la suite, cf. Les nouveaux micropouvoirs de Ferdinand. Cette première approche est tout simplement savoureuse, très drôle, écrite sous l'inspiration de la fantaisie et du grain de folie, c'est un joli mélange, pas du tout absurde, de plus les observations de Ferdinand à la fois nous touchent et nous donnent envie de sourire. On y découvre également toute une brochette de personnages atypiques, et qu'on a très envie d'adopter. C'est un univers fantasque qu'a voulu partager Hélèna Villovitch, qui montre aussi que le monde des enfants n'est pas toujours tendre ou candide, c'est en tout cas une chouette invitation à accepter !

***********

ferdinand2Ferdinand s'est probablement réjoui trop vite de la bonne conclusion de ses aventures dans le livre précédent, puisque son grand-père risque de lui bouleverser l'existence en lui annonçant qu'il a trouvé le boulot de ses rêves, mais qu'il faut partir aux Etats-Unis et quitter tous leurs amis. Rarement cette perspective lui a fichu un coup au moral, car Ferdinand se sent bien dans ses baskets et ne veut pas rompre avec cette existence qui lui sied à merveille. Un nouveau pacte doit être conclu : Ferdinand peut rester, mais ça se complique très vite...

L'adulte qui est censée l'héberger doit être hospitalisée, le voilà donc chez Babouche parmi sa nombreuse fatrie, puis chez Zibeline... sa douce et tendre Zibeline, qui vit dans le secret dans une grande maison abandonnée, sans responsable légal à ses côtés, et ça, Ferdinand ne peut l'entendre. Comment une fille aussi époustouflante peut vivre dans le mensonge ? Voilà donc sa nouvelle mission : percer son mystère, comprendre ce qui la dérange chez les enfants du foyer, pourquoi se voile-t-elle la face, etc. etc.

A l'occasion, Ferdinand va aussi réaliser deux souhaits : devenir invisible et croiser son double. Dans une certaine limite, bien entendu. Cette nouvelle découverte du monde de Ferdinand m'est apparue moins légère et insouciante, puisqu'on suit deux enfants livrés à eux-mêmes, deux enfants dont les histoires comportent des zones d'ombre et de silence (les parents disparaissent, donnent très peu de nouvelles, vivent leur vie sans souci de leur progéniture). Cela peut paraître délicat, mais le traitement de l'histoire ne se veut pas du tout dramatique, même quand deux pyromanes tentent de commettre leur crime en attaquant la grande maison de Zibeline (un passage qui rappelle Maman, j'ai râté l'avion, d'ailleurs cité en exemple). La lecture offre son quota de situations loufoques, c'est appréciable, pas du tout triste, et cela reste une belle découverte !

Ferdinand et ses micropouvoirs  &  Les nouveaux micropouvoirs de Ferdinand, par Hélèna Villovitch
Neuf de l'Ecole des Loisirs, 2011 - 2012  /  illustration de couverture : Stephanie Blake  smileyc219

15/12/10

"avec des étincelles rouges tourbillonnant dans ma tête"

IMG_1272

Mags, c'est une petite fille comme je les aime dans les livres, à douze ans elle observe le monde avec un aplomb remarquable, elle n'est pas bête, bien au contraire, et elle n'aime pas qu'on la prenne pour une idiote. Comme souvent, pour mieux se protéger, Mags est grincheuse, sarcastique et se vexe très facilement.

Ses rapports avec sa maman, par exemple, ne sont pas au beau fixe. Depuis le décès du père, elles sont venues vivre dans une maison à l'orée de la forêt, où Mags court s'y réfugier pour gambader et creuser des terriers. Elle y fait la rencontre d'un oiseau violoniste, Gillian, que Mags ne cesse de nommer Miranda, parce qu'elle trouve que cela lui colle mieux. Elle trouve aussi que Gillian a une petite tête de gerbille et un talent étourdissant en matière de musique. Dès qu'elle l'entend jouer du violon, Mags décolle. Elle ferme les yeux, imagine des danseuses de flamenco, et ça tourbillonne et donne des frissons.

Gillian a également un problème : elle veut passer des auditions dans une école reconnue en Angleterre, elle a besoin d'argent pour s'y rendre, sa mère Zelda prétend qu'ils n'ont plus un rond, et son père a disparu de la circulation. Mags décide alors de fourrer son nez dans leurs histoires de famille, mais gare au couac !

Tout cela est écrit de manière pertinente, comme s'il s'agissait du texte de Mags elle-même puisqu'elle prétend écrire son propre roman. C'est aussi drôle et émouvant, la fin surtout m'a serré la gorge, parce que la petite Mags est bougrement attachante, et parce qu'on a vite compris qu'elle cachait sa tristesse, son manque de père et qu'elle faisait un peu exprès d'être en brouille avec sa mère pour ne pas avoir à avouer son chagrin. Et même quand ça part dans tous les sens avec Gillian, on a encore une fois envie de l'aider, de se dire flûte, c'est pas de bol. C'est une mêle-tout attentive et précieuse, une fillette sensible, mais qui refuse de passer pour faible. J'ai beaucoup aimé son côté sauvageon, sa grosse voix un peu rauque, sa maladresse et son désir de bien faire. C'est vraiment touchant, avec une légère touche poétique. C'est une jolie lecture, vraiment.

Les trois premières notes - Siobhan Parkinson
Neuf de l'Ecole des Loisirs (2010) - 238 pages - 11,00€
traduit de l'anglais (Irlande) par Dominique Kugler
illustration de couverture : Stephanie Blake
 

Posté par clarabel76 à 18:30:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

10/09/09

Mon sorcier bien-aimé ~ Audren

Neuf de l'Ecole des Loisirs, 2009 - 78 pages - 8,00€
Couverture de Stephanie Blake

mon_sorcier_bienaimeAmazir Casablanquette a neuf ans, c'est un sorcier, avec un balai qui vole et une baguette magique, il est fils et petit-fils de sorciers, et mène une vie très, très normale : il va à l'école, même s'il doit taire ses pouvoirs, et il est amoureux de la jolie Leslie Cocovino. Hélas, Amazir s'ennuie. Il trouve qu'être sorcier n'est pas un cadeau du ciel, c'est barbant car tout est attendu, aucune place à l'imprévisible, pas besoin non plus de se casser la tête pour réussir, une formule magique et ça roule comme sur des roulettes. Alors Amazir choisit de renoncer à être sorcier et c'est le drame !

J'attendais plus d'Audren à travers ce petit roman, agréable mais pas renversant. Cette histoire de sorcier ne sert finalement qu'à détourner un message plus lisse : être fier de ses origines, accepter ses différences. Je suis vaguement déçue de l'absence de fantaisie dans son traitement, et même l'humour est beaucoup trop en retrait. Toutefois, cela reste du Audren donc c'est tout de même bon. Et j'aime bien la couverture de Stephanie Blake.

 

Posté par clarabel76 à 17:20:00 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : , , ,