05/03/19

L'appel du néant, de Maxime Chattam

L'APPEL DU NÉANT POCKET

Après La conjuration primitive (excellent) et La patience du Diable (sombrement efficace), on retrouve notre WonderWoman - alias Ludivine Vanker - dans une affaire suintant la menace terroriste (l'auteur précise avoir écrit deux fois ce roman avant les événements de 2015). Et on comprend pourquoi.

Dans cette copie totalement revue et corrigée, on ne peut s'empêcher d'imaginer la version autrement plus torturée que cette mouture assez fade et fastidieuse. On est loin des nuits blanches promises et des cauchemars plus vrais que nature. L'enquête s'ouvre sur la découverte d'un corps amoché sur la voie ferrée puis par l'intrusion de la sécurité intérieure dans les locaux de la section de recherches. Très vite, Ludivine va adhérer aux théories amenées par ce Marc Tallec et le suivre dans sa traque des fanatiques avec ses excès en tout genre. Mais quelle frustration.

En effet, le tout est parsemé de discours philosophiques et d'analyses politiques qui exposent la complexité de la tâche en évitant également les raccourcis faciles. L'auteur est attentif aux détails et aux clichés, on sent le souci de bien faire et le travail de recherches... sauf que cela alourdit l'enquête initiale. À force d'avancer à pas prudents, le rythme fait défaut : quid de l'intensité dramatique ? C'est faible, avec quelques invraisemblances dans le déroulement de l'histoire. Le rôle attribué à l'héroïne est surjoué (le chapitre 31 a bien failli me perdre). En somme, c'est assez inégal et donne la sensation d'un roman long et un peu mou. Notre Chattam habituel, adepte de la part sombre et de la racine du mal, semble anormalement sage et raisonnable dans cet ultime épisode. #tristesse

Par contre, le format audio est très, très bon. Le lecteur pour Audiolib - Sylvain Agaësse - maintient la gravité et le désespoir avec une constance salutaire. Son interprétation vous tient en éveil et donne envie d'aller jusqu'au bout. 

©2017 Éditions Albin Michel (P)2018 Audiolib

L'appel du néant audiolib

également disponible en format poche chez POCKET (2019)

 

Posté par clarabel76 à 13:30:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,


24/01/19

La nuit de l'ogre (Chris Kovac 2), de Patrick Bauwen

La nuit de l'ogre audibleChris Kovac est de nouveau dans la tourmente : une jeune fille a oublié dans sa voiture un sac contenant un bien sinistre cadeau. En poussant les analyses, l'homme découvre que cette étudiante serait la fille disparue de sa surveillante en chef. Celle-ci lui demande de mener une enquête en toute discrétion... ce sur quoi, on se doute, notre médecin urgentiste va s'illustrer en renouant avec ses pires cauchemars.
Son meilleur ennemi, le commissaire Battista, est également dans la place. Son équipe a investi les tunnels du métro, recueilli un corps et poursuivi les investigations. En fait, les deux intrigues sont liées et conduites en parallèle - non, je ne spoile pas - c'est écrit sous nos yeux. La vérité vraie.
Et pourtant, il ne faudrait pas se fier aux apparences car Bauwen est extrêmement habile en la matière. À ce propos, il est préférable d'avoir lu Le Jour du chien au préalable, essentiellement pour se familiariser avec les personnages et le fil rouge de cette série. Oui, un fil rouge. En fait, une voix anonyme et sépulcrale, qui cogne dans votre tête et vous hante dans votre sommeil. On ne moufte pas, c'est effroyable. Je ne suis pas prête de soigner mes insomnies avec un tel régime... mais passons.
J'avais déjà bien accroché avec le premier roman, cette fois j'ai trouvé qu'il était encore plus redoutable : on plonge dans les coulisses des sociétés secrètes, du corps médical, des réseaux secondaires, des fascinations macabres etc. Même Maxime Chattam pourrait s'en enorgueillir. On a un Kovac complètement ravagé, toujours intuitif mais résigné à franchir toutes les limites. Toutefois, on l'accompagne dans ses dérives et ses délires, au diable leurs effets anxiogènes. Les enchaînements se révèlent percutants, les rebondissements ahurissants (rien vu venir : c'est fou !). En bref, j'ai trouvé cette lecture bluffante. On n'a certes pas encore tout résolu, un psychopathe court les rues, le suspense reste entier et les démons sont à la fête. Bauwen nous tient en haleine avec une rouerie remarquable. Applaudissements dans la salle. 

©2018 Albin Michel (P)2018 Audible Studios

L'interprétation de Sylvain Agaësse est TOP. Peut-être pas utile d'en rajouter une couche avec les personnages tordus... on a compris, hein. 

 

Posté par clarabel76 à 11:30:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

16/01/19

Le jour du chien (Chris Kovac 1), de Patrick Bauwen

le jour du chienUn soir, après son service, le docteur Chris Kovac est victime d'une agression dans le train. Il découvre après coup les images sur internet et là c'est le choc car il surprend dans la foule le visage de son épouse décédée trois ans plus tôt.
Comment est-ce possible ? Avec son beau-frère Sam, il a identifié le corps de Djeen. Pleuré sa mort. Maudit le coupable. Jamais effacé ce souvenir. Et aujourd'hui, son fantôme resurgit brutalement et fait vaciller ses remparts.
Kovac décide de relancer l'enquête, au grand dam de la police. Et ce faisant, il va remuer les cendres et s'attirer des antipathies. À commencer par le Chien, un psychopathe en cavale, farouchement obsédé par la femme qu'il a poussée sous les roues du métro.

Tout ça m'a fait penser, au départ, à un roman de Harlan Coben : les fausses certitudes, les réapparitions du passé, les vieux démons qui bondissent hors des placards, le pauvre type qui se débat comme un diable pour débusquer la vérité...
Je pensais avoir toutes les cartes en main, et puis pas du tout. Patrick Bauwen nous en bouche un coin. Il va clairement nous balader et tracer son histoire en empruntant des pistes inattendues. Suspense, surprise et révélations s'en donnent à cœur joie. Résultat, c'est pas mal du tout.
On a une lecture audio entraînante - Sylvain Agaësse est formidable - au cœur d'une mécanique redoutable et efficace. Elle donne parfois l'illusion d'un cauchemar éveillé et nous abandonne sur une perspective glaçante que 
La nuit de l'ogre devrait dissiper sans tarder. Affaire à suivre, donc...

©2017 Albin Michel (P)2017 Audible Studios

Posté par clarabel76 à 20:45:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

08/11/16

Purgatoire des innocents, de Karine Giébel

Purgatoire des innocents

Ô douleur ! ô misère ! Ce roman de Karine Giébel ne nous épargne rien. L'auteur nous plonge dans une histoire sombre et d'une extrême violence avec ce supplément d'âme qui n'appartient qu'à elle. C'est un très bon roman, mais ô combien éprouvant. 
Suite à un braquage loupé dans une bijouterie, Raphaël conduit ses complices et son frère William, blessé, dans un village paumé où il oblige une vétérinaire à le secourir. Une arme braquée sur elle, Sandra n'a pas d'autre choix. Elle se plie aux exigences des intrus qui s'installent de force dans sa grande maison isolée, mais la jeune femme n'est pas sotte. D'instinct, elle comprend qu'elle peut retourner la situation à son avantage et manipule à sa guise les uns contre les autres. Très vite, la cohabitation tourne à l'aigreur et un lourd climat de suspicion opprime les occupants. Le retour anticipé du mari gendarme va également chambouler les plans, car Patrick n'est pas homme à se laisser abuser.  
OK. Je pense être foncièrement tordue à me complaire dans la lecture de tels ouvrages ! Ce roman très, très noir inspire à la fois le plus vif dégoût, une fascination morbide et une totale incompréhension. Car comment elle fait, l'auteur, pour puiser de telles horreurs et s'en extraire ensuite pour retourner à un semblant de vie ordinaire ? C'était la question que je me posais déjà à la lecture de La conjuration primitive de M. Chattam qui semblait aussi prendre son pied à décrire âprement des séances de tortures insoutenables et cauchemardesques. Dans le roman de K. Giébel, on bascule donc dans l'horreur et le sadisme, avec ce spectre de la folie et de la fatalité brandi au-dessus des personnages. C'est moche et inacceptable. Plus d'une fois, mon cœur s'est arrêté de battre. Je répugnais à poursuivre l'écoute, et pourtant je restais pendue à mon ipod, par dépit et aussi d'effroi, car je crevais d'envie de connaître la fin du calvaire. Cette expérience de lecture est franchement éreintante et ne se raconte pas. Le scénario est d'une perversité sidérante, mais son orchestration est magistrale et bluffante. J'attends déjà le prochain titre disponible en exclu sur Audible. ^-^

Texte lu par Sylvain Agaësse (durée : 15h 23) pour Audible FR - Septembre 2016

>> En téléchargement & en exclusivité sur Audible.

©2013 Univers Poche (P)2016 Audible FR

Purgatoire des innocents | Livre audio

Posté par clarabel76 à 09:00:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

02/09/14

La Patience du diable, de Maxime Chattam

Il est clairement préférable d'avoir lu La Conjuration primitive avant celui-ci.

La Patience du diable

L'histoire nous renvoie auprès de Ludivine Vancker, lieutenant à la Section de Recherche de Paris. La jeune femme est encore fortement traumatisée après les douloureux évènements survenus dix-huit mois plus tôt. Elle a tout tenté pour garder la tête hors de l'eau, même un stage chez le criminologue Richard Mikelis, avec qui elle a appris à cerner la sombre psyché des dangereux sociopathes. Très attachée à son boulot, elle peut s'appuyer sur une équipe solide et efficace, dont Segnon, son socle, sa valeur sûre, qui veille sur elle comme un bon papa gâteau.

Bref, un soir, en région parisienne, l'équipe intervient pour une arrestation de dealers, mais découvre avec horreur qu'ils ne transportent pas de la drogue, mais de la peau humaine ! Une découverte que les inspecteurs ne recoupent pas tout de suite avec la soudaine épidémie de violence qui sévit en France : deux ados qui tirent sur les passagers d'un TGV, des bombes artisanales déposées dans des salles de cinéma, des pistolets à eau remplis d'acide abandonnés dans un centre commercial, un commando suicide dans un restaurant... Le monde est devenu fou !

Mais tout ceci rappelle tristement à Ludivine la sinistre « conjuration primitive », une théorie flippante à laquelle elle avait été confrontée, et qui semble se rejouer sur les mêmes accords, à un seul détail près : l'implication du diable en personne. Hallucinations ou nouveaux préceptes délirants? La gendarmerie est à cran. Le lecteur aussi. Parce qu'on nous assomme de nouveau avec une succession de violence, avec force détails macabres et sanguinolents, et qu'on n'a pas le temps de dire ouf que les faits nous abreuvent, nous étouffent.

C'est la mécanique imparable de M. Chattam, et c'est sombrement efficace. Le livre est peut-être un tout petit peu moins bon que le précédent, avec un goût de réchauffé, mais le résultat est au final infaillible : on ne lâche jamais le morceau et on gobe tout !! La version Audiolib est en cela angoissante à souhait. La réalisation sonore étant quasi inexistante, cela vous fige une ambiance, glaciale et stressante, c'est bluffant. La lecture a de nouveau été confiée à Sylvain Agaësse, qui avait parfaitement réussi à instaurer une tension palpable dans le précédent opus et renouvelle brillamment l'exploit.

On sort de là avec le sentiment d'avoir vu ses cauchemars réveillés et sa paranoïa exacerbée ! Un cocktail de sensations dérangeantes mais tellement grisantes, qui nous fait revenir livre après livre...

Audiolib, juillet 2014 ♦ texte intégral lu par Sylvain Agaësse (durée d'écoute : 14h 45) ♦ éditions Albin Michel, mai 2014

11/02/14

La conjuration primitive, de Maxime Chattam

IMG_0613

Oh, purée ! Quelle lecture sensationnelle, mais ô combien éprouvante ! L'histoire débute quelque part dans les montagnes, un jeune gendarme toque à la porte d'un profiler à la retraite, puisqu'il aurait besoin de ses précieux services pour aider sa brigade à résoudre une affaire complexe. Le type dit niet, avant de se rétracter suite à un énième acte abominable, relayé par la presse. Une redoutable machination est en place, qui impliquerait tous les tordus de France et Navarre à se mobiliser pour faire entendre leur Cause et créer une nouvelle donne.

Bon sang de bon sang ! C'est qu'on ne rigole pas du tout. Et je vous épargne les scènes abjectes des faits et autres méfaits de ces malades, qui prennent leur pied en bichonnant leurs penchants sadiques. Parfois je me disais, ouf l'auteur va faire l'impasse, il s'arrête juste au moment crucial, et puis non ... quelques lignes plus loin, on est en plein dedans, dans la gadoue, dans l'innommable, l'impensable, l'intolérable. Mais comment il fait, l'auteur, pour jongler entre sa petite vie tranquille et son univers d'écrivain sans cesse au bord du gouffre  ?!!

J'adore les thrillers qui me collent des sueurs froides, avec Chattam c'est comme avaler un café sans crème et sans sucre, tellement noir que ça vous filerait presque un ulcère à l'estomac, mais pas de problème, j'en veux encore ! Pourtant, l'histoire est rude, les rouages grinçants, irritants, le rythme infernal, la bascule dans l'horreur est incessante, la surenchère n'est pas loin, mais j'étais déjà cuite. Je me suis même surprise à vouloir mettre mon quotidien entre parenthèse pour reprendre ma lecture et connaître la suite de l'histoire.

La version Audiolib est sans fausse note, juste un poil agaçante dans l'interprétation du profiler, mais il faut dire aussi que, même sur papier, c'est un type aux aptitudes surestimées, qui ne fait que de la figuration dans la résolution de l'intrigue et qui apparaît simplement en monsieur-je-sais-tout la plupart du temps. Un rôle surfait, pas assez exploité ! L'interprétation de Sylvain Agaësse ne nous le sauve pas, puisqu'il lui donne un air docte et désagréable ! Sinon, l'équipe de la Puzzle Squad est très attachante. La mise en scène est flippante à souhait, elle tient en haleine, nous plonge dans l'angoisse et l'horreur, le contrat est rempli, le lecteur mis k-o.

Audiolib, janvier 2014 - texte intégral lu par Sylvain Agaësse (durée d'écoute : 13h) - éditions Albin Michel, mai 2013

Posté par clarabel76 à 08:00:00 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , , , ,