04/12/18

Un Noël pour le Loup - Les bonshommes de neige sont éternels - Pas de cadeau pour les bêtes - Elvis et l'homme au manteau rouge

Un Noël pour le loup

Ce n'est pas facile de se racheter une conduite quand on traîne une réputation de grand méchant loup. Notre héros repentant souhaiterait organiser un grand réveillon de Noël et convier tous les animaux de la forêt. Pour dire de pardonner ses méfaits du passé. Mais voilà, la confiance n'est pas chose acquise. Tous se méfient du prédateur et boudent son invitation. lls rôdent néanmoins aux abords de la forêt, spectateurs d'une pantomine invraisemblable... mais incroyablement touchante.

C'est finalement le cœur gros que j'ai refermé cet album, aux magnifiques illustrations, et dans lequel Thierry Dedieu y glisse une grande tendresse et beaucoup de modestie à raconter le mea culpa d'un loup hélas impuissant à faire peau neuve. C'est tout simplement parfait !

Un Noël pour le Loup, de Dedieu

seuil jeunesse, 2017

=============================

 

Les bonshommes de neige sont éternels

Cette histoire fait suite À la recherche du Père Noël et prend des nouvelles du bonhomme de neige alors que l'hiver est en train de tourner la page. Or, celui-ci ne semble pas s'en préoccuper. Par inconsience ou ignorance ? Par contre, ses amis sont terriblement inquiets. Que va-t-il devenir une fois la neige fondue ? Et l'histoire de rappeler le cycle naturel de l'eau dans cette aventure, qui se déroule entre ciel et mer, et qui pousse quatre copains dévoués à prendre tous les risques pour sauver leur bonhomme de neige préféré.

Une fois encore, j'ai été totalement séduite par les couleurs et les images qui s'étalent en grand format dans cet album. Amitié et humour complètent ce rendez-vous... très attachant.

Les bonshommes de neige sont éternels, de Dedieu

seuil jeunesse, 2016

=============================

 

Pas de cadeau pour les betes

Les animaux de la forêt ne reçoivent jamais de cadeaux à Noël. C'est comme ça. Or, cette année, une surprise de taille attend nos amis les bêtes. (En fait, un paquet est tombé accidentellement du traîneau. Mais chut. Fermons les yeux.) Le blaireau, l'écureuil, la lapin, le corbeau, le rouge-gorge, mais aussi le sanglier, la biche, l'ours, les canards, le renard et j'en passe... ils sont tous là, réunis autour de ce paquet mystère. Le Père Noël ne les a pas oubliés ! Grosse émotion dans la forêt. Mais comment vont-ils se partager ce seul cadeau ? La discussion est ouverte, les arguments se bousculent, les supputations pleuvent. Et blablabla.

La chute de l'histoire est bien sympathique, mais avant cela, la lecture fait place aux échanges et à la communion. Elle rappelle aussi que les fêtes existent pour rassembler les proches, les familles, les amis, les âmes seules etc. Une chouette lecture, qui met son grain de sel en toute légèreté.

Pas de cadeau pour les bêtes, de Paul Martin & Antonin Louchard

seuil jeunesse, 2018

=============================

 

Elvis et l'homme au manteau rouge

Quand Ole Könnecke décide de raconter un conte de Noël, attendez-vous à une histoire désopilante et à rebrousse poil des clichés sirupeux de la saison. Ha, ha, ha. Et c'est drôlement bon !

Nous sommes donc le 24 décembre. Elvis est un garagiste aux allures de rockeur. Il a fermé son atelier pour préparer les fêtes, quand une panne d'électricité vient saper son moral. En fait, un individu vient de foncer dans le poteau : un type portant une barbe blanche et un manteau rouge. Quelle idée de se balader en traîneau ! Elvis gronde de mécontentement car ce type le force à reprendre du service, faisant des pieds et des mains pour accélérer la cadence. Forcément, tout va aller de travers et le festival des incongruités ne fait que commencer.

Quelle histoire désopilante ! On croise une équipe de bras cassés très attachants, un petit grand-père à la mémoire qui flanche et des rennes affamés qui partent en roue libre. J'ai rarement lu une histoire de Noël aussi déjantée et savoureuse. On en redemande.

Elvis et l’homme au manteau rouge, par Ole Könnecke

de la Martinière J. (2017)

=============================

 

 


12/11/18

Quand les poules auront des dents - Zou le zoo - Nous avons rendez-vous - La toute petite Olga - La Princesse au bois se cachait

Petite farandole d'albums, parfois ensorcelants, souvent cocasses, sans cesse surprenants !

Quand les poules auront des dents

Voici Colette, une petite poule ordinaire, qui vit en ville, dans un immeuble, et qui se lève tous les jours, de bon matin, pour se rendre au boulot. Elle a tout juste le temps d'avaler un petit-déjeuner et de faire une toilette rapide avant d'attraper le bus de 6h15. Puis, longue journée à pondre, pondre, pondre... Le soir, elle est claquée et se vautre dans le canapé, pour bouquiner ou regarder la télé.

Mais notre Colette frise le burn-out, quand elle devient peu productive, elle est convoquée dans le bureau du big boss et se fait remonter les bretelles. Pire, elle perd son job et doit pointer au chômage. Colette est au bout du rouleau, elle vole des conserves au supermarché, prend la poudre d'escampette et part se baigner à la mer !

Vous trouvez ça absurde ? Pourtant, cette histoire est laborieusement racontée par un papa à son petit garçon. Certes, lui aussi rouspète quand son père s'emballe avec des détails... une poule n'a pas de dents (pas besoin de les brosser), elle ne sait pas lire et encore moins nager, surtout si elle a oublié son maillot ! Il faut se concentrer, voyons.

Cet album est drôle : il est aussi bourré de dérision et de double sens, avec une histoire qui fait la part belle à l'imagination, au rituel du coucher et à la complicité familiale. Une lecture totalement décalée, façon André Bouchard. Sympa.

Quand les poules auront des dents, d'André Bouchard

seuil jeunesse, 2018

=========================

 

zou le zoo

 

Ce pop-up est ingénieux, poétique et inattendu. Voyez plutôt... Le zoo est en folie : un alligator rêve de revoir sa boue chaude et soyeuse. La baleine proteste, le cacatoès trouve que c'est une idée comique, le dodo rappelle qu'il est interdit de déguerpir, tandis que l'éléphant dit banco. Ah, s'enfuir, enfin : retrouver l'harmattan, ce vent chaud comme un hammam...

On assiste à un vrai spectacle d'un zoo en pleine effervescence. Les langues se délient, les mots ne cessent de rouler. Ça grouille et ça gronde. Ça soupire à chaque coin de page, ça défend ses idées et ses rêves. L'ambiance est électrique dans ce zoo qui nous en fait voir de toutes les couleurs, et qui nous fait aussi voir du pays.

Au milieu de ce graphisme qui s'éclate, des effets pop-up qui font toujours des merveilles, la conversation se poursuit, écoutez bien, l'alphabet se récite, le texte joue avec les sons et les allitérations. C'est doux à l'oreille, ça fait plaisir aux mirettes. Cet album est rayonnant et complètement fou. Franchement top.

Zou le zoo ! de Cécile Roumiguière & Éric Sangelin

seuil jeunesse (2018)

=========================

 

nous avons rendez vous

Il règne une véritable ambiance énigmatique dans cet album de Marie Dorléans !

En pleine nuit, deux enfants sont tirés de leur lit par leurs parents, car ils ont tous rendez-vous. On n'en sait pas davantage, mais tous se préparent sans un bruit et sans prononcer un mot de trop. On chuchote de se dépêcher, puis on se faufile dans les rues endormies. La petite famille presse le pas, avec son objectif en tête. La ville est silencieuse. Parfois, une lumière brille à la fenêtre d'une maison... Chut, le temps presse et le chemin est long. Il ne faudrait pas être en retard à ce rendez-vous mystérieux. Que de suspense !

On se prend totalement au jeu de cette virée nocturne, auréolée de secrets et de points d'interrogation. C'est beau, c'est excitant. Et les illustrations sont magiques ! Un album fascinant, à découvrir avec des yeux ébahis.

Nous avons rendez-vous, de Marie Dorléans

seuil jeunesse, 2018

=========================

 

La princesse au bois se cachait

Une reine donne naissance à des jumeaux, Alaric et Hilde, mais le garçon tombe gravement malade. La reine se rend donc chez une sorcière qui lui promet de l'aider... en échange de quoi, elle devra lui donner sa fille. La reine, effondrée, accepte malgré tout. Le temps passant, les jumeaux vont grandir loin l'un de l'autre. Le garçon est devenu un chasseur intrépide, la fille une vraie beauté. Elle vit en totale harmonie avec la nature et peut prendre l'apparence d'un animal. Un jour, Alaric croise Hilde dans la forêt. Il est subjugué mais ignore qu'il s'agit de sa sœur. Celle-ci doit pourtant se cacher à cause d'un sortilège : impossible de quitter les bois ou son frère meurt.

Cela ne se voit sans doute pas, mais la couverture est en noir et blanc... avec du doré ! Comme les illustrations qui accompagnent le texte. Et c'est très, très beau ! La lecture aussi est surprenante, bouleversante surtout, car il est question de sacrifice et d'amour. Tout simplement, remarquable.

La Princesse au bois se cachait, de Dedieu

seuil jeunesse, 2018

=========================

 

La toute petite olga

On boucle notre tour de piste par une mignonnerie. Place à une adorable héroïne, haute comme trois pommes. 

La toute petite Olga est la dernière d'une famille comprenant cinq filles qui veillent toutes jalousement sur elle. Aussi, quand elle exprime le désir de voyager ou de visiter la grande ville, ses sœurs sont effrayées car leur petite Olga a tout pour être heureuse dans leur datcha à l'orée de la forêt. Pourtant, un matin, la fillette se faufile en cachette et sans un bruit.

Elle va alors découvrir un monde très éloigné de son cocon : il fait froid, il y a du monde partout, c'est l'inconnu. Mais Olga s'accroche et s'arme de courage en pensant à ses grandes sœurs. Elle est fascinée par les couleurs, les gourmandises, les escarpins dorés aux talons de douze centimètres... Elle gambade fièrement dans les rues, elle n'a plus peur de rien.

Avec un peu de courage et beaucoup d’humour, la petite Olga va se débrouiller comme une grande et apprendre à se faire confiance sans personne pour la guider. Au final, la fillette va rentrer sagement à la maison. Ses proches seront soulagés et heureux. Le lecteur, lui, est totalement séduit. Cette lecture est en effet un enchantement (un univers de merveilles et de couleurs) : un conte russe fabuleux qui donne le sourire aux lèvres.

La Toute Petite Olga, d'Olivia Godat & Raphaëlle Barbanègre

de la Martinière jeunesse, 2018

=========================

 

15/04/18

Pêle-Mêle : Où êtes-vous ? - Le Roy qui voyageait avec son royaume - Le trop petit poucet - Le voyage

où etes vous barrouxUn jeune roi, à qui tout souriait, était en pleine déprime car il s'ennuyait profondément. C'était avant d'avoir l'idée génialissime de lancer une partie de cache-cache géante ! Tous ses loyaux sujets sont donc conviés à participer, en se planquant ci et là, tandis que le roi va compter jusqu'à 100 dans son coin. 

Mais le roi est imbattable. Il débusque aussi sec la salamandre, l'oursin, le bigorneau, le panda ou le cochon d'Inde. Il fouille à travers les fourrés, il parcourt le fond des mers ou s'envole vers les cimes des montagnes. Ses sens sont en éveil et il trouve tout le monde (aigle royal, ibis rouge, puce de Mozambique...). 

Tout le monde ? Euh, pas vraiment… Ses conseillers n'osent lui signaler qu'ils sont sans nouvelles du dodo, du tigre de Tasmanie, du grizzli de Californie, du crapaud doré, de la tortue géante de l'ile de Pinta... Car cette lecture n'est pas sans rappeler la disparition de certaines espèces animales, menacées par la folie des hommes. 

En quelques mots, par le biais d'une histoire douce et rigolote, le message est passé pour sensibiliser les plus jeunes à la protection animale. C'EST IMPORTANT ! 

Où êtes-vous ? de Barroux

seuil jeunesse, 2018

****************************

 

Le Roy qui voyageait avec son royaumeConnaissez-vous l'histoire passionnante du roy de Gallicie, qui aimait collectionner les objets insolites et écouter les récits épiques des grands explorateurs ?

Alors, approchez et tendez l'oreille...

Car cet album va vous transporter dans un univers baroque et burlesque, où un petit homme rêve de vivre à son tour de folles épopées en parcourant le monde... non sans veiller à son confort, sans perdre de temps ou d'énergie inutile, en s'assurant également d'avoir ses poires confites, ses chaussons, sa cour, sa bibliothèque, en bref la moitié de son château auprès de lui !

Humour cocasse et esthétisme déjanté pour fable absurbe qui raconte la folie des grandeurs (et des voyageurs du dimanche). C'est piquant, c'est drôle. On aime, forcément. 

Le Roy qui voyageait avec son royaume, de Dedieu

seuil jeunesse, 2018

****************************

 

 

le trop petit poucetLa facétie de Martine Camillieri est de retour ! Elle recycle cette fois le conte du petit Poucet, né dans une famille pauvre, que les parents cherchent à abandonner, ses six frères et lui, en pleine forêt.

Mais le dernier de la fratrie est rusé, d'abord il piste son chemin avec des petits cailloux, puis se fait rouler en prenant des bonbons aussi étincelants que des perles. Résultat, la chouette voleuse chipe le butin et nos bambins sont carrément paumés. Impossible de trouver le chemin de la maison !

En pleine déroute, ils débarquent chez un couple d'ogres et manquent de passer à la casserole. Notre petit poucet, toujours malin, trompe le patriarche avant de filer nez au vent (en gagnant une paire de Crocs magiques). Hihi... C'est franchement très, très drôle. 

L'auteur propose une version hyper souple du conte traditionnel en glissant des traits d'humour, des trucs glauques et un peu gore (après tout, Charles Perrault & les frères Grimm ont ouvert la voie). Et cela donne un texte joyeux, totalement décomplexé et d'une affolante dérision.

On retrouve également un univers atypique, fait de petites babioles souvent récupérées dans les coffres à jouets, et là je pense à ma fille qui était également capable de bidouiller tout un monde à partir de trois fois rien (ah, les précieuses surprises Kinder !). Feuilleter les albums de Martine Camillieri réveille chez nous une tendre nostalgie... en gloussant de plaisir. C'est TOP !

Le trop petit poucet, de Martine Camillieri

seuil jeunesse, 2018

****************************

 

le voyage caroline pellissier mathias friman

Place à une lecture étonnante, par son univers onirique et sa vision philosophique... de l'enfance ! Un rendez-vous épatant, pour un voyage extraordinaire. ☺

Léon le lion, Hippolyte l'hippopotame et Sergent Poivre la girafe ont décidé de partir en expédition pour rencontrer des enfants (et ainsi apprendre à mieux les connaître). Ils débarquent donc dans un zoo, non sans s'être préalablement dévêtis, et en s'interdisant de parler pour juste observer leurs sujets d'études.

Ainsi donc, les enfants sont une source inépuisable de découvertes et d'étonnements - ils s'amusent de tout, ils vivent leurs émotions à fond, ils gesticulent sans cesse, ils jacassent à longueur de journée, ils veulent tout comprendre, tout essayer. Mais les enfants sont aussi des rêveurs, des créatures parées d'une imagination débordante. Pour nos trois scientifiques, la découverte s'avère très enrichissante et peu banale !

À votre tour de plonger dans ce monde à part, ce voyage magnifique et fascinant ! Un album d'une rare élégance, très beau, très pointilleux et follement lyrique.

Le Voyage, de Caroline Pellissier & Mathias Friman

seuil jeunesse, 2018

****************************

 

20/11/17

Pêle-Mêle : Déluge chez les fourmis - Une histoire d'amour - Le Totem - Pourquoi les lapins ne portent pas de culotte ?

Déluge chez les fourmis

Panique à bord ! Un orage se prépare et suscite une vive agitation chez les fourmis. Car la pluie submerge tout, et nos fourmis tentent d'échapper aux flots déchaînés en se réfugiant sur la mousse. Après la tempête, c'est le carnage. Les fourmis sont face à un spectacle de désolation - pas de temps à perdre, il faut tout nettoyer, épurer la fourmilière de la moindre goutte d'eau pour éviter de fragiliser les fondations. Une fois les corvées bouclées, nos fourmis ont bien mérité un petit casse-croûte de champignons sur les bords de la rivière. Mais gare au pic-vert en quête de déjeuner !

L'illustratrice - graphiste et ingénieur papier - Elmodie nous régale à nouveau d'un album génial, qui laisse éclater 7 pop-up époustouflants, lesquels nous embarquent et nous font vivre la vie ô combien laborieuse des fourmis. C'est impressionnant, poétique et de toute beauté ! Après Un singe dans la neige et Matelot à l'eau, ce nouveau rendez-vous est tout aussi enchanteur et interpelle les jeunes lecteurs, séduits par la mise en scène enlevée, la couleur verte et l'atmosphère rafraîchissante. Un gros big-up d'amour ! ♥

Déluge chez les fourmis, d'Elmodie

De la Martinière jeunesse, 2017

 

-------------------------------------------

 

Une histoire d'amour

Lorsque Georges et Josette se rencontrent la première fois, c'est le coup de foudre ! Pique-nique, bal, sérénade au clair de lune... Josette a la tête qui tourne, mais est totalement séduite. Le couple se marie, adopte un chien puis fonde une famille. Le bonheur est parfait, le temps passe, la maison s'emplit puis se désemplit du boucan domestique. Et ainsi file une petite vie simple et heureuse.

En gros, c'est une banale histoire d'amour, avec ses joies et ses peines, une histoire ordinaire et pourtant si belle aux yeux des protagonistes. Et universelle, car il en existe tant, des histoires pareilles ! Bien sûr, pour ajouter une touche originale, Gilles Bachelet met en scène deux gants de la marque MAPA et raconte leur histoire de manière cocasse et fabuleuse.

L'auteur se sert de petits détails du quotidien pour planter son décor ou pour recréer des situations qui font sourire, chaque page fait illusion, et l'imagination déborde aussitôt ! Un album original, touchant et authentique. 

Une histoire d'amour, de Gilles Bachelet

seuil jeunesse, 2017

 

-------------------------------------------

le totem

Superbe lecture que celle du Totem ! Dans un village indien, le chef réclame un nouveau totem - le précédent a été grillé par la foudre. L'artiste de la tribu ne lésine pas sur les moyens, et hop hop hop, il fait son job et montre fièrement son œuvre. Seulement, le chef n'est pas content du tout. L'artiste repart en quête d'inspiration, il décide de tailler un totem toujours plus haut, plus grand, plus fort. Mais le chef n'est toujours pas satisfait.

Finalement, après une longue nuit de réflexion, l'artiste sculpte un totem pas très grand, assez gros, avec un nez imposant, un sourire grimaçant et une mine patibulaire... Bingo ! le fruit de son labeur conquiert le chef ébahi. Et pour bien comprendre la chute de l'histoire, mieux vaut la découvrir par soi-même ! L'auteur, lui, se contente d'une phrase sibylline : Rien n'est plus grand, rien n'est plus haut que l'orgueil d'un chef.

Une lecture extra ! Pour son humour, pour son graphisme, pour ses couleurs, pour son histoire sans texte, pour sa symbolique et pour le silence qui plane au-dessus de chaque page... l'imagination fait mouche ! Bravo. 

Le Totem, de Gilles Baum & Thierry Dedieu

Seuil jeunesse, 2016

 

-------------------------------------------

Pourquoi les lapins ne portent pas de culotte

On termine ce tour de piste avec un album déjanté et à l'histoire complètement dingue ! Zou est un petit lapin qui chante très faux et qui est fou amoureux de Betty, mais celle-ci n'a que faire de ses déclarations puisqu'elle compte déjà une flopée d'admirateurs. Frustré, Zou cherche à se distinguer de la masse, quand il a soudain l'idée d'enfiler une culotte chipée à un humain. Après quoi, c'est bim bam boum dans le cœur de la belle !

Les lapins, jaloux, sortent à leur tour de leur zone de confort et vont chaparder du linge chez les bipèdes. Et le cafouillage enfle, enfle... car le comportement des lapins devient ingérable. Cela se tire dans les pattes, cela spécule, cela conspue, cela tombe en embuscade, cela se déchire. Hanlala, la communauté est au bord de l'implosion. Même les aigles aux yeux perçants ont été attirés par ces spots colorés qui courent en toute insouciance dans les champs !

Voilà qui explique concrètement pourquoi les lapins ne portent pas de culotte ! Croyez-moi, la lecture est hilarante et invite petits ou grands à se régaler des multiples références qui s'y nichent. Chaque anecdote est désopilante, racontée avec un humour décapant. Il y a une totale liberté de ton, des clins d'œil et des boutades qui en feront glousser plus d'un ! Super sympa. ♥

Pourquoi les lapins ne portent pas de culotte, d'Antonin Louchard

seuil jeunesse, 2016

 

 

26/09/13

Un royaume sans oiseaux de Gilles Baum et Thierry Dedieu

IMG_9559

« Parce qu'il est inconsolable de la mort de son oiseau de compagnie, le maharadja Akhlalmash décrète que plus aucun oiseau ne vivra dans son pays. Personne sous peine de mort ne devra posséder un oiseau. Tout oiseau survolant son royaume devra être abattu. »

IMG_9560

Les gardes passent aussitôt à l'action et traquent les oiseleurs sur les marchés. Ni bec, ni plumes, par ordre du maharadjah. Râhi a peur et décide de conduire ses oiseaux dans un autre pays. Le voyage sera long, Râhi avance lentement à travers des tableaux merveilleux. Jamais il n'était allé aussi loin.

IMG_9561

Enfin Râhi parvient aux confins du pays mais découvrent des soldats en train de s'équiper pour partir en guerre. Ils sont sur le point de franchir la frontière pour attaquer le royaume sans oiseaux ! Râhi envoie ses oiseaux prévenir les gardes mais ils sont pris pour cible, ils tombent comme des mouches, seul le dernier, exténué par sa course, se pose sur le balcon de la fille du maharadjah. Juste à temps pour rassembler une armée et repousser l'ennemi.

IMG_9562

Toute la puissance de cette belle histoire se retrouve dans les illustrations aux couleurs chaudes et flamboyantes. Chaque double-page est un spectacle pour les yeux.

C'est un album d'une très grande beauté, au ton un poil solennel, qui vous fait voyager et découvrir des paysages merveilleux.

Un royaume sans oiseaux de Gilles Baum et Thierry Dedieu (Seuil jeunesse, septembre 2013)

Posté par clarabel76 à 15:30:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

11/10/08

Pourquoi les vaches plaisent-elles autant, A toute sorte de gens Obstinément? *

Serait-ce à cause de leurs si beaux yeux
Ou bien à cause de leur sens de l'observation
À cause de leurs pis à lait
Qui sait le pourquoi
De cette attirance là...

IMGP6169

 

 

 

Au début, je pensais que le professeur Tatsu Nagata était un nom bidon, qu'on colle sur cette collection destinée aux jeunes enfants. Et puis non ! C'est un vrai scientifique, mondialement reconnu, qui publie des livres ayant la vocation de faire aimer la nature et les animaux. C'est du sérieux, donc ! On a encore plus de mal à le croire quand on commence à feuilletter ces albums : franchement c'est risible, les illustrations frisent l'absurde mais - à y regarder de plus près - ce n'est pas totalement ridicule non plus. Aucune ânerie dans le propos. On lit une fiche signalétique sur l'ours ou la vache qui est à la fois éducative, simple et amusante. Voila le topo : du documentaire, oui ! du rébarbatif, non !

Cette collection s'adresse à un très jeune public, dès 2-3 ans, et pourra être utilisée en classe de maternelle. Il existe d'autres titres, dont la baleine, le renard, la fourmi, le gorille, le cochon, la taupe, la grenouille etc. 

Les sciences naturelles de Tatsu Nagata : La vache / L'ours
Illustré par Thierry Dedieu
Seuil jeunesse, septembre 2008 - 8,50€

www.thierrydedieu.com
www.tatsunagata.com

IMGP6170

(aperçu)

Les sciences naturelles de Tatsu Nagata : La vache

Posté par clarabel76 à 09:00:00 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,