27/11/12

Teaser Tuesday #42

IMG_8235

Pourquoi sommes-nous sur Terre ?

Pour fêter son anniversaire,
pour apprendre à compter,
pour être patient,
pour se battre,
pour faire confiance,
pour s'aimer,
pour embrasser les nuages,
parce que c'est un
e preuve d'amour...

Ce n'est pas seulement l'enfant qui se pose cette grande question, c'est aussi le chat, le boulanger, la grand-mère, le marin, et même le canard ! Chacun a en effet sa propre raison de vivre. Ou sa propre idée sur la question.

Cet album a été concocté avec un zest d'humour, beaucoup de tendresse et une grosse louchée de poésie. Il est plus qu'accessible pour les jeunes lecteurs et donne matière à réfléchir sur cette fameuse grande question ! 

A noter : Cet album est la réédition d'un titre paru aux éditions Être, primé à Bologne en 2004. 

La Grande Question, par Wolf Erlbruch (éd. Thierry Magnier, 2012)

IMG_8236

IMG_8237 

IMG_8240

Posté par clarabel76 à 08:45:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,


08/11/12

...rien d'autre que des adolescents qui n'avaient pas trouvé mieux que de passer leur puberté en compagnie les uns des autres...

IMG_8154

Triste année de Terminale pour Louise. Alors qu'elle devrait se préparer avec assiduité pour son bac, en prévision de ses nombreux projets, elle n'a strictement plus le goût à rien. Sa meilleure amie, Claire, est à l'hôpital. Malade d'avoir trop maigri, de n'en avoir rien dit et de s'enfermer dans sa bulle de dépression. Cette nouvelle a eu pour effet de faire voler en éclats leur petit groupe d'amis, qui comprenait Baptiste, Tom et elles.

Louise est désormais seule avec son chagrin, sa colère, sa nostalgie et son incompréhension. Baptiste a abdiqué, Tom a fui, seule Louise s'accroche à ses souvenirs. Elle a beaucoup de mal à tourner la page, à avancer. De toute façon, elle se sent incapable. Après avoir vécu une telle histoire d'amour, ensemble, tous les quatre, elle se dit que c'est impossible de vivre sans.

Ce roman est une véritable petite pépite d'émotions, je vous le garantis, sitôt que vous lisez les premières pages, vous n'avez plus envie d'en décrocher. Au départ, un simple coup d'oeil à la couverture (très jolie, au passage), me laissait penser que ce serait une histoire mignonne, pour me changer les idées. Terrible erreur. Finalement j'ai eu le sentiment de replonger quelques années en arrière, à cette époque douce et bénie où l'on ne vit que pour ses potes, notre oxygène à nous, et où on n'imagine pas une seconde que tout ça puisse s'arrêter un jour. Bah si. Petite moue de crispation.

L'histoire est une lente, et longue, immersion au pays du Spleen (le chemin vers la rédemption et la guérison est semé d'embûches !). Malgré tout, l'histoire de Louise nous tient tellement à coeur, avec sa détresse poignante, sa sensibilité à fleur de peau et son désespoir chevillé au corps. Bon sang, que c'est fort, troublant, bouleversant ! Cela vous parle d'une jeunesse éclatante et exaltée, qui s'accroche à ses promesses et qui boit la tasse dès qu'un obstacle se présente. Reste le plus dur, oublier pour mieux s'arracher. Je ne suis pas prête d'oublier cette lecture (une belle écriture, une histoire poignante, des personnages attachants, une amitié qu'on croyait invincible, un amour absolu), j'ai adoré !

Pieds nus dans la nuit, par Marjolaine Jarry
éd. Thierry Magnier, 2012 - illustration de couverture : Agathe Demois

Posté par clarabel76 à 08:30:00 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

26/09/12

Tu vas kiffer le navet !

Avec un titre pareil, je sentais la base de ma nuque me picoter et se crisper... mais faisons preuve un peu d'humour ! Aujourd'hui, soyons jeune, soyons fou. Ce cahier de recettes simples et gourmandes est une idée pas forcément originale mais attentive à décomplexer nos bambins en matière de saveurs inconnues, de produits de saison et des bases essentielles en cuisine (la mayonnaise, tout bêtement, ou la pâte à tartiner au chocolat). L'approche du cuisinier est simple, mais sincère. Sébastien Guénard a envie de communiquer son goût des bonnes choses, à partager son amour du métier et à réconcilier les plus récalcitrants avec des aliments bons et sains. Enfin bref, il y en a pour tous les goûts (tajine de poulet, carottes et mirabelles ; feuilletés de poires au roquefort ; salsifis gratinés au jambon blanc ; smoothie abricot-coco...), pour toutes les bourses et tous les niveaux ! Et si vos enfants continuent de faire la fine bouche devant un plat d'épinards, d'asperges ou de haricots, n'hésitez pas à les renier ! ^-^

IMG_7847

IMG_7848

IMG_7849

Sébastien Guénard, chef du restaurant Miroir (Paris 18e), explique ses motivations : J'ai voulu, avec ce cahier, montrer que cuisiner n'est pas difficile et qu'il suffit d'un peu d'imagination pour faire des plats simples et goûteux. Si certains aliments n'inspirent pas confiance au premier abord, c'est en apprenant à les cuisiner, en s'appropriant ces recettes, en les personnalisant, en les accomodant selon les goûts et les envies du moment, qu'on découvrira leurs saveurs et les surprises gustatives qu'ils recèlent ! 

Tu vas kiffer le navet ! (cahier de recettes simples et gourmandes) par Sébastien Guénard et Adeline Monnier (éd. Thierry Magnier, 2012)

Posté par clarabel76 à 11:15:00 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : , , ,

20/09/12

★☆ Le Calme de la Nuit ★☆

Une petite histoire avant de se glisser sous la couette et d'éteindre la lumière ?

IMG_7852

IMG_7853

IMG_7854

IMG_7855

Je vous recommande la lecture de cet album, aux couleurs magnifiques et au texte si doux et poétique comme une berceuse. La nuit tombe sur un paysage de campagne. Les animaux s'en vont couvrir leurs petits. La chouette, sur sa branche, contemple ce petit monde. La lune brille, scintillante dans ce ciel couleur d'encre. Et le vent souffle dans les feuilles, murmurant un ffff... en guise de bonne nuit. Fermez les paupières, les mauvais esprits ont été chassés, vous pouvez dormir en toute tranquillité. Belle nuit à tous ! 

La nuit se remplit de rêves.

Le Calme de la nuit, par Virginie Aladjidi, Caroline Pellissier & Emmanuelle Tchoukriel
éd. Thierry Magnier, 2012

18/09/12

D'un bond d'un seul et sans hésitations On se documente sur la navigation (...)

IMG_7821

Personne ne comprend ni pourquoi ni comment la bibliothèque Jacques-Prévert se retrouve à voguer sur l'océan. A bord, le directeur, la bibliothécaire, un prof de technologie, la 6èmeF au complet, et Saïd l'infernal, qui se trouvait là par hasard. C'est à partir de cette idée farfelue que Florence Thinard a imaginé une histoire dynamique et originale.
La survie va très vite s'organiser à bord de la bibliothèque flottante, les ouvrages dans les rayons vont servir de sources d'inspiration et autres guides pour nos rescapés. Il faut tout réapprendre : gérer la nourriture et la boisson, songer à protéger ses arrières et installer des tours de garde sur le toit.
Histoire improbable, certes, mais d'une naïveté charmante, cette lecture possède plus d'un tour dans son sac. Elle séduit, embarque son lecteur, fait partager la vie en communauté, ouvre l'esprit d'aventure et apprend à dépasser ses limites. Jules Verne et Michel Tournier font également partie du voyage, de quoi éveiller la curiosité.
On y lira aussi, entre les lignes, un joli hommage aux bibliothécaires et à leur dévouement sans bornes. Florence Thinard parvient à nous proposer une balade sympathique et dépaysante, avec un zest de fraîcheur hautement bénéfique. C'est follement surréaliste, mais ça fait toujours plaisir. Et puis ma fille était en 6èmeF, alors oui ça fait sourire encore plus.

Encore heureux qu'il ait fait beau, par Florence Thinard
éd. Thierry Magnier, 2012 - illustration de couverture : Barroux

* titre emprunté à une chanson des Frères Jacques 

Posté par clarabel76 à 11:30:00 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , ,


04/09/12

Tu grandis, ma princesse. Ne t'inquiète pas, c'est juste que tu deviens une femme.

Parmi les nouveaux titres de la rentrée, il y a cet album magnifique, aux illustrations de toute beauté, au texte tendre et poétique.

IMG_7746 

IMG_7748

IMG_7749

IMG_7750

Tous les mercredis, au café du Palais, une jeune fille brune, aux lunettes rouges, attend sa grand-mère. Les habitués du café observent en silence son manège (tranquille, dans son coin, elle dessine sur une ardoise avec des craies de toutes les couleurs). Elle aussi est spectatrice avide et curieuse du ballet qui se joue devant elle : des amoureux qui semblent tant s'aimer, des bonnes soeurs qui s'offrent des bouts de laine et des aiguilles pour tricoter, une mère et son fils qui n'ont pas le temps de poser, le patron à la tête d'ours qui swingue au son de Night and Day, une tata débordée qui lui glisse L'écume des jours entre les mains... 

J'ai aimé chaque mot du texte, j'ai scruté chaque détail des illustrations, j'en ai pris plein les yeux, j'ai soupiré, rêvé, relu ou murmuré des passages. J'étais déjà totalement séduite par la couverture et le format de l'album, je n'ai pas hésité une minute au moment de l'ouvrir, j'ai retenu mon souffle, je me suis dit que je tenais un objet magnifique, page après page je n'étais pas déçue, j'ai adoré les couleurs et la mélodie du texte, je me répète, mais je sentais la difficulté de partager mon enthousiasme, mon éblouissement, le bonheur que cette lecture m'inspire. Alors, j'ai jeté l'éponge, je n'ai pas réfléchi, à la place je préfère délivrer des bouts, des mots, des traits, des tons, ensuite je pense que la rencontre n'appartient qu'à vous.

IMG_7747

La salle est pleine.
Hirondelles noir et blanc sans fil où se poser, le serveur et deux serveuss virevoltent. Elle, elle sourit en les regardant avancer en crabe entre deux tables, un seau à champagne dans une main, un plateau en équilibre dans l'autre. Les voix chuchotées, les mots qui fusent, les ordres de plats lancés en cuisine, les odeurs de viandes rôties, de chocolat noir et de fromages mêlées... c'est le moment qu'elle préfère.

Une Princesse au Palais, par Cécile Roumiguière & Carole Chaix
éd. Thierry Magnier, 2012

Posté par clarabel76 à 17:30:00 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : , ,

06/07/12

Bel été !

IMG_7691

IMG_7692

Posté par clarabel76 à 19:45:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

30/05/12

Une fille presque banale

Peu de gens le savent. En apparence, j’ai tout d’une fille banale. Rien de particulier à signaler sur mon compte, je ne suis pas du genre à me faire remarquer, bien au contraire ! Je fais tout pour être comme il faut, le but étant bien sûr qu’on « me donne le bon Dieu sans confession ».
Pourtant, j’ai un secret. Je vole, je tire, je pique, je choure, je dérobe.

IMG_7544

Romane cultive en secret le vice de voler (des meringues, des gommes, des stylos, bref des bricoles). C'est une petite voix dans la tête qui la pousse à agir sur l'instinct, alors qu'elle jure à chaque fois de ne plus s'y laisser prendre. Elle veut s'acheter une nouvelle conduite, ne se risque plus à rôder dans les allées des magasins, et en veut à sa mère de l'obliger à faire des petites courses, en somme c'est un peu la faute des autres si elle est tentée.

Un jour, grosse révélation : sa tante préférée lui révèle qu'elle est une chapardeuse patentée, elle dispose même d'un aimant spécial pour chiper des articles de mode sans complexe. C'est un jeu, ou ça y ressemble. Romane, elle, a conscience de mal agir, elle redoute le jour où l'agent de sécurité posera sa lourde main sur son épaule, un simple geste qui condamne tout, mais malgré cette pensée obsédante, elle chipe sans vergogne.

Parce qu'elle est invitée chez Mattéo, le garçon qui fait battre son coeur, Romane a choisi de sortir le grand jeu. De belles fringues tape à l'oeil, le cadeau d'anniversaire qui fait plus que plaisir, bref l'adolescente se lâche... mais à quel prix ! La chute sera rude, douloureuse, bonjour la honte ! Toutefois, l'heure de la rédemption va enfin sonner, et cette prise de conscience, bien que tardive, sera merveilleusement récompensée, et c'est tant mieux car l'histoire se termine sur une belle morale, sans avoir l'air de donner des leçons.

C'est un très beau texte de Raphaële Frier, un titre tiré de la collection Le feuilleton des Incos, qui veut que l'auteur entre en contact avec ses lecteurs au moment de l'écriture du livre, je me sens toujours étrangère à ce principe de bon échange, même si je trouve l'idée généreuse. Néanmoins, je ne boude pas le plaisir de découvrir des petits romans de grande qualité, celui-ci ou celui de Gaia Guasti par exemple.

Volé plané, par Raphaële Frier
éditions Thierry Magnier, coll. Le Feuilleton des Incos, 2012 

Posté par clarabel76 à 17:30:00 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : ,

11/05/12

Viens, mon beau chat, sur mon coeur amoureux...

IMG_7392

Dans ce chouette petit roman, on trouvera :

- une fillette autoritaire
- son meilleur ami qui pense tout le contraire de ce qu'il fait
- des parents qui s'aplatissent comme des carpettes
- une grand-tante revêche
- un petit frère pleurnichard
- une maman débordée, et qui invente des recettes de cuisine douteuses
- un chat au pelage satiné
- une maison étrange, cachée au milieu des détritus, et protégée par un jardin de camélias
- une armée de chats qui aiment l'odeur de la morue
- une salle de musique, et des miroirs
- un moulin à café qui transforme les larmes en bonbons

Enfin bref, voilà une belle lecture envoûtante, hantée par des personnages inquiets et inquiétants, à commencer par Marguerite, la vieille dame au visage félin, avec des pouvoirs de sorcière, qui vit seule entourée de chats, mais aussi les trois enfants, curieux et craintifs, qui vont sortir de cette aventure plus confiants, Armand va apprendre à dire non à voix haute, Flavie va s'adoucir et se dire que finalement elle est douée pour la musique, Marius va sécher ses larmes de crocodile, seuls les parents Marilac resteront des pantins, tandis que la grand-tante Clarisse sera sérieusement secouée.

C'est une lecture magique, poétique, enchanteresse. Gaia Guasti possède un vrai don de conteuse, avec sa touche de facétie et de fantaisie.

La dame aux Chamélias, par Gaia Guasti
éd. Thierry Magnier, coll. Le feuilleton des Incos, 2012 

Posté par clarabel76 à 17:30:00 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : ,

06/05/12

Une Brigitte, des framboises, quelques vers de terre, des cacahuètes et des chats, des oiseaux...

Je vous présente Brigitte, la brebis qui n'avait peur de rien.

IMG_7371

Contrairement à ses copines qui craignent le loup, Brigitte s'en moque et passe son temps à manger. Elle raffole des framboises, en mange des tonnes, quitte à attraper mal au ventre. Pendant ce temps, le troupeau est divisé. C'est la panique chez les bovidés et le sauve-qui-peut ressemble souvent à des missions-suicides. Après tout, qui sait d'où vient le danger ? A plusieurs reprises, les moutons font tout et n'importe quoi. Résultat, le troupeau se décime à vue d'oeil.

Brigitte, elle, continue d'engloutir ses framboises et ne se préoccupe pas des drames qui se jouent aux alentours. Un blurp plus tard, elle finit par lever son museau de son festin et veut retrouver les copines. A la place, ce sera le loup lui-même qui fera office de comité d'accueil. Gloups.  

Ne vous planquez pas sous la couette, il n'y aura point d'effusion de sang, au contraire c'est une autre substance rougeâtre qui va dégouliner sur les pages... hihi, c'est très drôle ! Et notre Brigitte nous réserve d'autres surprises, notamment la rencontre avec Michel le mouton. Souvenez-vous, il pensait n'avoir pas de chance. En voilà un joli clin d'oeil. Ces deux albums cultivent l'art de l'humour acide et désopilant, je vous promets que vous ne regretterez pas la découverte ! 

Brigitte, la brebis qui n'avait peur de rien par Sylvain Victor (éd. Thierry Magnier, 2012)

IMG_7373 IMG_7375

*********************

Autre lecture qui part dans tous les sens, avec une histoire de vers de terre, de cacahuètes, d'oiseaux et de chats, tout le monde se mange et s'avale sans réfléchir, la chaîne alimentaire en perd son latin et il est temps de remettre de l'ordre dans tout ce bazar. 

IMG_7376

Avant, les vers de terre mangeaient des cacahuètes. Les oiseaux mangeaient les vers de terre. Les chats mangeaient les oiseaux. Personne ne mangeait les chats. Alors un ver de terre très énervé a pété un câble : un jour, il a mangé un chat ! Mais un oiseau a avalé le ver de terre, et l'oiseau a été mangé par un chat. Ouille, ça part en quenouille car, si on y réfléchit bien, un chat a mangé un chat. 

C'est complètement farfelu, un peu compliqué, savamment désordonné mais l'histoire tient la route. Cela vous explique l'équilibre alimentaire, son fonctionnement, son ordre et son importance (mine de rien). C'est représenté par des illustrations qui s'éclatent, sur chaque double page, en un festival de couleurs et de bestioles. Le principe est cocasse, particulièrement ingénieux surtout, puisque nos yeux roulent de haut en bas, et de gauche à droite, tant les détails courent comme des fourmis sur un plateau. De quoi impressionner le lecteur, sans prétention, mais avec facétie.

Les vers de terre mangent des cacahuètes, par Elisa Géhin (éd. Thierry Magnier, 2012)

IMG_7377 IMG_7378 IMG_7379 IMG_7380

Posté par clarabel76 à 16:00:00 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , ,