27/03/12

« Tu as reçu quoi pour tes quatorze ans ? J'ai appris que j'étais laide. »

IMG_6977

A quatorze ans, Zoé comprend qu'elle est laide. C'est le beau Walter qui le lui a dit et ça fait horriblement mal. Alors, Zoé décide de devenir méchante et se fait les griffes sur sa famille. Il faut dire que ses proches sont une invitation au défoulement, entre le père qui a renoncé à s'impliquer, la mère qui s'enferme dans la cuisine en grinçant des dents, le frère pas assez et les soeurs trop... le constat est déprimant !
Et comme cela ne suffit pas, Zoé crée un club réservé aux moches, le Club des Mouches. Le succès n'est pas au rendez-vous (qui a envie de s'afficher parmi les moches ?!), mais Zoé ne baisse pas les bras. A force de se lancer dans de nouvelles expériences et de se casser les dents, il est temps de prendre des mesures radicales : se mettre en spectacle, montrer sa laideur, ne plus se cacher en rejetant la faute sur les autres.

C'est un roman qui se veut fantaisiste dans son approche, dérisoire dans sa façon de décrire les choses, doux-amer dans son propos, et qui peut se vanter d'avoir un style inimitable. Je crois même que j'ai davantage aimé ce livre pour son écriture que pour l'histoire en elle-même. Dès les premières phrases, vous comprenez que vous tenez un livre désopilant, original et remarquable.
Et Zoé est une héroïne attachante, avec un solide sens de l'ironie, un humour féroce et une volonté de fer. Hélas, c'est aussi et surtout sa carapace, sa manière de se protéger. Parce que l'adolescence est cruelle, le regard des autres sans pitié, c'est compliqué de s'accepter et de faire en sorte que les autres vous acceptent aussi. Un vrai parcours du combattant.
Celui de Zoé est grinçant, touchant, virevoltant, montrant les doutes et les interrogations de la jeune fille, pour finalement révéler qu'il existe toujours une issue de secours. C'est un roman pétillant et mordant, servi par une écriture enivrante.
A découvrir, car la lecture est tout sauf triste !

Les aigles ne tuent pas les mouches, par Luc Baba smileyc002
éd. Thierry Magnier, 2011 - illustration de couverture : Olivier Marboeuf 

Posté par clarabel76 à 08:30:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,


20/03/12

Même les morts racontent une histoire.

IMG_6966

Le père de Sig, Einar, vient de mourir de froid en tombant dans le lac gelé. Tandis que sa soeur et leur belle-mère se rendent en ville pour chercher de l'aide, le garçon veille sur le corps. Quelques instants après, un homme s'invite chez eux et réclame son or. Celui que Einar lui aurait volé dix ans plus tôt.
Nous sommes en 1910, dans un coin paumé en Suède, à Giron, près du cercle polaire. Wolff est une brute épaisse, qui n'a jamais cessé sa traque en réclamant justice, sauf que Sig ignore tout de cette magouille et défend farouchement l'existence d'or dans leur modeste bicoque. La famille n'a jamais eu le moindre sou, comme le prouvent les longues années de galère et d'errance, depuis Nome en Alaska.
Commence alors un tête-à-tête pesant et angoissant, entre le vieux baroudeur et le garçon qui sort tout juste de l'enfance. Celui-ci se sent dépassé par la situation, il est mort de trouille et songe de plus en plus à se faufiler dans le cellier pour récupérer le précieux Colt de son père.
Et c'est dans cette atmosphère étouffante, qui glace pourtant le sang, que le roman se construit, alternant les scènes antérieures aux évènements présents afin de mieux comprendre d'où sort ce Wolff et qu'aurait pu faire Einar pour l'agacer à ce point.
C'est habile, remarquable et bluffant. Pas moyen de reposer le livre avant la fin. Le suspense est tendu au cordeau, dans un cadre peu ordinaire, ce qui ajoute au charme du roman. L'auteur a su jouer avec nos nerfs, c'était tellement bon, terriblement stressant mais vraiment bon !

Revolver, par Marcus Sedgwick smileyc002
éditions thierry magnier, 2012 - traduit par Valérie Dayre 
illustration de couverture : Séverin Millet 

06/03/12

Un bruit de moteur enfle et se rapproche. Au détour d'un virage apparaît un minibus, pleins feux.

IMG_6869

Cinq adolescents et leur éducateur partent en randonnée, quelques jours dans les montagnes. C'est l'occasion pour ressouder les liens du groupe, en partageant la vie au grand air et en appréciant les plaisirs simples qu'offre la nature. Jeff a un peu de mal à canaliser l'énergie de ces grands ados, mais la cohésion du groupe finit par se conforter après quelques mises à l'épreuve pas bien méchantes.
C'est finalement dans les dernières pages du roman que l'histoire prend un ton complètement différent, plus tendu, plus angoissant. Je n'en dévoile pas davantage mais j'avoue que j'ai été stressée, à moitié surprise, et du coup de plus en plus inquiète quant au dénouement de l'intrigue.
Croyez-moi, la fin est une vraie chute libre ! C'est flippant. J'étais bluffée, sonnée mais bluffée.
Je ne pense pas que je rangerai ce titre de Christophe Léon parmi mes préférés, mais je lui tire mon chapeau pour son action lente et son ambiance si proche des idées qu'il défend : parce qu'il est question de la nature et de l'environnement sauvage, celui qu'on doit préserver, découvrir et apprécier à sa juste valeur, et puis il y a les actes de violence, de barbarie et de bêtise infligés contre les espèces protégées. Et là, le roman fait preuve d'une grande intelligence, puisqu'il ne juge pas avec cris et fracas, la condamnation tombe, sans commentaire. C'est très, très fort car le lecteur sera seul critique en la matière.

La randonnée, par Christophe Léon
éd. Thierry Magnier, 2012 - illustration de couverture : Séverin Millet 

Posté par clarabel76 à 11:15:00 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , ,

01/02/12

Jeu de loup

Le grand Philippe Jalbert est de retour avec une histoire de LOUP ! Un instant de lecture drôlissime. Oui, parce que c'est l'histoire d'un loup qui gambade dans la forêt enneigée alors que son ventre crie famine, mais vraiment, le loup a très, TRES faim. Heureusement la délicieuse odeur de son mets préféré vient effleurer ses narines, et le loup est soulagé. La chasse peut commencer ! C'est alors que l'histoire prend un tournant étonnant, dont Philippe Jalbert a particulièrement le don, le secret et le génie. Souvenez-vous, Podlapin : c'était lui ! A ce propos, suite aux retours sur cette lecture, il m'est permis de rassurer les parents échaudés quant à la morale de l'histoire. Cette fois, il s'agit tout simplement d'une lecture pour se faire peur, dans un grand éclat de rire. 

IMG_6682 IMG_6683 IMG_6684 IMG_6685

Il y a une richesse dans le dessin et les détails pour entretenir le suspense, franchement c'est impressionnant. Le résultat est TOP ! Humour garanti. 

Jeu de loup, par Philippe Jalbert (éd. Thierry Magnier, 2012)

Posté par clarabel76 à 15:15:00 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags : ,

23/01/12

Quatre saisons

Un joli album, coloré et dynamique, pour égayer les quatre saisons qui rythment la vie d'Antonio et sa famille (semblable à la nôtre, aussi). 

IMG_6635 IMG_6636 IMG_6637 IMG_6638

Claire Franek est encore aux commandes, personnellement j'aime beaucoup. Chaque scène du livre est l'occasion de se pencher sur les détails, de sourire face aux titres et de se retrouver ci ou là, et même si ce n'est pas le cas, c'est une lecture-plaisir qui se passe de long discours ! 

Les quatre saisons d'Antonio Vivlavie, par Claire Franek (éd. Thierry Magnier, 2011)

Adultes et enfants s’amuseront en toute complicité de cette rumba du pschitt dans le nez, de cette valse des papiers cadeaux et du solo bien au chaud DVD, lait chaud, dodo, toutes musiques familières de l’hiver. Et qui ne se retrouvera pas dans ce tempo allegro du poisson d’avril, ce bal des pétards de l’été ou cette caddie-mélodie et refrain du code barre de l’automne ?...

Posté par clarabel76 à 10:45:00 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,


17/01/12

Teaser Tuesday #38

Bec-en-l'Air avait percé deux trous dans la nuit noire.
« Mais derrière la nuit on y voit clair ! » s’écria-t-il.
« Ohé ! Y a quelqu'un ? »

De l’autre côté de la nuit, là où l’on voit clair, 
il n’y avait pas le moindre petit bec en l’air.

IMG_6596 IMG_6597 

 De l'autre côté, dans la nuit noire, Bec-en-l'Air s'était endormi.
Mais par les deux petits trous, ça faisait des courants d'air,
ça sifflait,
ça soufflait
à lui ébouriffer les plumes. 

IMG_6594


Où il est question de la création du monde et de l'univers si poétique et distingué de Betty Bone.
Très chic. 

Bec-en-l'Air, par Martine Laffon et Betty Bone (éd. Thierry Magnier, 2011)

Posté par clarabel76 à 08:45:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

16/01/12

Tout schuss !

Une belle lecture de saison, avec cet album au charme norvégien, Tout schuss ! 

IMG_6584 IMG_6586 IMG_6587 IMG_6588 

Nous sommes dans un petit village de montagne en Norvège. Le jour se lève sur le mont Trafollé, et déjà les pistes sont prises d'assaut. C'est une journée bien chargée qui s'annonce, et qu'on découvre, page après page, en suivant là les skieurs, là les athlètes, là les explorateurs et là les promeneurs. Bienvenue dans un univers à part, ici la lecture se veut dépaysante, nous baignons dans la culture nordique, dans les années 50. Impossible de ne pas respirer, et raffoler, ce délicieux parfum de désuétude (la page des cagoules, notamment). On suit des tranches de vie amusantes, avec des détails cocasses et attendrissants, les illustrations sont ravissantes et la séduction opère doucement mais sûrement. Voilà un album simple, attachant et qui sait délivrer tous les beaux côtés de l'hiver. A découvrir, au chaud.

Tout Schuss ! par Bjorn R. Lie (Ed. Thierry Magnier, 2011)

Posté par clarabel76 à 12:00:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

21/12/11

Pêle-mêle Clarabel #49

IMG_6127

Paris, à travers les yeux de cinq peluches devenues touristes pour l'occasion, c'est tout simplement génial ! Le ton est drôle, les petites aventures que vivent Poussin, Papi Toutou, Madame Trompette, Tonton Mouton et Miss Titi sont naïves et rigolotes. Tous les grands monuments parisiens sont passés à la loupe, ça fait très cliché mais c'est ce qui fait la beauté de la capitale aussi : la Tour Eiffel et sa dentelle de fer, l'Arc de Triomphe  ou le grand parapluie de pierre, le petit déj au café de Flore, l'église de la Madeleine toute noire et toute moche (parce que Papi Toutou a marché dans une crotte de chien !)... Et le texte, souvent, vient ponctuer les jolies scènes ou les illustrations avec bon goût. Exemple : Il faut avoir bien peur du noir pour éclairer une ville comme ça. A croire que les habitants sont restés des enfants.
Un album facétieux et enchanteur !  

Peluches à Paris, par Bruno Gibert (Autrement, 2011)

IMG_6128 IMG_6129

Je vous invite également à découvrir l'album d'Akiko Miyakoshi parce qu'il saura à tous les coups vous surprendre ! D'abord c'est beau, gourmand, généreux, alléchant et simple. L'histoire est classique (une petite fille rejoint son père chez la grand-mère avec le gâteau qu'il a oublié). Il y a juste quelques petites touches de couleur, comme le rouge, pour rappeler le conte du Chaperon rouge... Cette fois, la petite fille va rencontrer des animaux qui vont la convier à partager un goûter. Et là j'ai fondu, le partage autour de la table est (comme je le soulignais) généreux et gourmand, c'est superbe, les dessins sont magnifiques, le réalisme est frappant... impossible de ne pas tomber sous le charme ! Un album à découvrir en toute confiance.

Un goûter en forêt, par Akiko Miyakoshi (Syros, 2011)

Et pour finir, un album mis en scène par 16 illustrateurs haut de gamme. POUR LES AMOUREUX DES LIVRES A IMAGES (et les amateurs du shopping avec une liste de courses à rallonge) ...  Excellent ! 

IMG_6130

L’asso Articho : A l’initiative de ce projet, cette association dédiée aux images tache de promouvoir des illustrateurs contemporains de différents horizons et univers en créant des évènements vivants : expos, parutions, soirées, marché, rencontres… Et publie une revue bimestrielle sur le street art, le graphisme et l’illustration : les cahiers de l’Articho. Illustrateurs participants à l’album: Benjamin Chaud, Nathalie Lété, Estocafish, Espen Friberg, Lili Scratchy, Florie Saint-Val, Arnaud Boutin, Vincent Mathy, Delphine Durand, Christian Aubun, Anouk Ricard, Yassine, Vincent Pianina, Postics, Chamo.

IMG_6131 IMG_6134

en savoir plus : http://asso-articho.blogspot.com/2011/11/rue-de-larticho-est-sorti.html

Rue de l'Articho (aux éditions Thierry Magnier, 2011)

02/12/11

Le souffle d'un matin

Faisons encore le plein d'émotions, avec d'abord de la tendresse, un peu de douceur, de l'amitié et beaucoup d'amour. C'est l'histoire d'un grand timide, Titus, qui voudrait bien inviter la petite nouvelle, jolie comme un coeur, pour le bal de la Saint-Valentin. Alors il fait appel au génie facétieux de son grand-père, l'incroyable Papyrus, pour lui donner le coup de pouce nécessaire (avec un gâteau d'affection par exemple) pour faire craquer l'élue de son coeur. C'est le deuxième livre mettant en scène Titus et son grand-père Papyrus, et la magie est toujours au rendez-vous. Isabelle Jarry a donné vie à des personnages tellement attachants, l'univers de Papyrus est unique et fabuleux, d'ailleurs les dessins d'Aurore Callias en sont l'interprétation joyeuse et parfaite, c'est sensationnel. On rêverait tous d'avoir un Papyrus dans sa vie ! 

LEBALDE

Place maintenant aux frissons avec une histoire de fantôme : la famille March prend ses quartiers à Forrest Lodge, une belle demeure perdue dans la campagne écossaise ; on y trouve le père, le grand-père, le fiston (Horace), la cousine (Olivia) et la gouvernante. La maison traîne la réputation d'être hantée, c'est vrai qu'on entend souvent des bruits bizarres la nuit dans les couloirs, mais Horace veut le voir pour le croire. Et chose promise, le voilà nez à nez avec le fantôme de Lord Aloysius Mac Bligh. Qui est-il ? que veut-il ? Et pourquoi sa cousine Olivia prend soudain des airs rêveurs, en jouant à l'infini des mélodies mélancoliques à la harpe ? Une petite histoire surprenante, à lire le soir dès que la nuit est tombée. Frissons garantis pour les plus impressionnables, avec une touche (petite) de romantisme pour ceux qui veulent, voilà qui nous rappelle les romans anglais du 18ème et 19ème siècle.

LAFIANCEEDE

Et pour finir, une lecture minuscule par la taille et pour le temps qu'on passe à feuilleter les pages du livre, mais alors un texte qui sonne les cloches de notre moi inconscient / indifférent / insouciant. Un jour, peut-être, viendra le temps où il sera interdit de planter des fruits et des légumes, où il faudra se cacher pour accomplir ce miracle, et où rien que le goût d'une petite tomate, qui a rougi après avoir vu les fesses d'un petit garçon, vous apparaîtra comme étant la saveur la plus exquise de votre vie ... Han, han. Voilà de quoi rappeler les plaisirs simples de la vie, mais pas que. Car parfois la désobéissance, c'est aussi un acte de liberté. Voili, voilà. C'est encore un texte de Christophe Léon, le seul, l'unique, dont j'apprécie infiniment le tact et l'intelligence. Merci ! 

LEGOUTDE

  • Le Bal de la Saint-Valentin, par Isabelle Jarry & dessins d'Aurore Callias (Gallimard jeunesse, 2011)
  • La fiancée du fantôme, par Malika Ferdjoukh & illustrations d'Edith (Mouche de l'école des loisirs, 2011) =) ce texte est paru en 1990 aux éditions Syros sous le titre Le fantôme de Forrest Lodge.
  • Le goût de la tomate, par Christophe Léon (Petite poche des éd. Thierry Magnier, 2011)

30/11/11

** Circus **

Aujourd'hui, c'est LA REVANCHE DU CLOWN. 

IMG_5978

Sa silhouette blanche se faufile sur scène pour admirer les animaux qu'il aime tant. Le clown est là, partout, encombré et encombrant. Il gêne, il est maladroit, il récolte le courroux du directeur, il est exclu de la troupe et de la piste. Il est seul, dans son coin. Triste. Mais il compte se venger. Alors le soir, il se glisse devant les cages des animaux et il entrouve toutes les portes avant de courir se réfugier sur la branche d'un arbre. Et il attend...  avant de chuter et de se trouver face à des museaux et des trompes d'animaux qui ont également pris la poudre d'escampette. Le bonheur du cirque, oui, ça se passe ailleurs. C'est la revanche du clown, un clown blanc qui s'échappe à dos d'éléphant, en jonglant allégrement avec ses savates, et en songeant avec bonne humeur à la colère de celui qui a osé chasser un clown de son cirque. 

Pas de texte dans cet album : uniquement les tableaux de Sara en papiers déchirés. Pour en savoir plus, l'auteur s'explique ici (notamment sur les sources de son inspiration) : http://universdesara.org/article.php3?id_article=163

La Revanche du Clown, par Sara (Ed. Thierry Magnier, 2011)

L'occasion de rappeler que le cirque est à l'honneur, rendez-vous à Montreuil, http://www.la-charte.fr/docs/cirque/  (cliquez sur le point qui clignote) (oui, c'est aussi le festival du livre de jeunesse sur les quais de Rouen) ... 

Image Montreuil  visuel-festival-livre-2011

Posté par clarabel76 à 12:45:00 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , , ,