17/05/17

I am Princess X, de Cherie Priest

i am princess xEnfants, May et Libby se lient d'amitié et créent ensemble un personnage de BD, Princess X, reconnaissable par sa chevelure bleue, ses baskets rouges et son épée de ninja. Elles se lancent ainsi dans l'écriture de folles aventures et collectionnent rapidement une multitude de cahiers, témoins de leur foisonnante créativité. Puis, un jour, Libby est victime d'un accident de voiture avec sa mère. Sa disparition anéantit May, qui n'a pas le temps de dire ouf qu'elle apprend que le père de son amie a quitté la ville et abandonné les archives de Princess X à des associations au hasard. May a définitivement perdu le dernier lien avec May, son chagrin est insurmontable.

Quelques années plus tard, May est partie vivre à Atlanta après le divorce de ses parents et rentre à Seattle chez son père pour les vacances. Qu'elle n'est pas sa stupeur lorsqu'elle découvre des autocollants de Princess X parsemés dans toute la ville ! Son personnage est désormais une héroïne sur internet, mais nul ne sait qui se cache sous son identité. May est troublée, ne voulant pas admettre que son amie Libby serait l'instigatrice de ce nouveau jeu de pistes, car à la lecture des aventures de Princess X sur Instagram, May soupçonne que Libby n'est pas morte, mais traquée par un dangereux individu. 

-.- Le scénario hallucinant. -.-

J'ai plongé en toute innocence dans ce petit bouquin à la couverture tape-à-l'œil et au contenu tout aussi plaisant - un mélange de bande dessinée et de roman à suspense. La mise en scène est efficace, elle suscite la curiosité, se joue des codes modernes et propose une intrigue à tiroirs qui fait la part belle aux rebondissements. J'ai sans doute moins mordu à l'hameçon, car je correspondais peu à la cible visée, mais j'admets que le caractère inventif du produit est agréablement surprenant et bien ficelé. 

Bayard, 2017 - Trad. Vanessa Rubio-Barreau

Illustrations : Kali Ciesemier

Pour être au taquet : instagram.com/iamprincessx/

Posté par clarabel76 à 10:00:00 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , ,


14/03/17

Atlantia, d'Ally Condie

Atlantia FolioSœurs jumelles, Rio et Bay vivent dans la cité sous-marine d'Atlantia, créée exprès pour préserver l'espèce humaine de l'air pollué à la surface de la terre. Chaque année, une cérémonie invite les jeunes gens à prêter allégeance ou exprimer leur désir de rejoindre le monde d'En Haut. Une envie qui n'a jamais quitté Rio, qui se sent à l'étroit à Atlantia, mais qui a promis à sa sœur de n'en rien faire pour ne pas l'abandonner. C'est pourquoi le choc est grand à l'annonce du départ de celle-ci. Ne comprenant pas pourquoi Bay a agi dans le secret, Rio entreprend de mener son enquête, tout en cherchant le moyen de partir à son tour. Mais Rio doit veiller à préserver son identité de sirène - sa vie serait en danger - et ne se résout pas à contacter sa tante Sea, seule sirène officielle, pour obtenir des réponses à ses nombreuses questions. Car, peut-on réellement lui faire confiance ? Rio la suspecte d'être responsable de la mort de sa mère, alors ministre d'Atlantia, dont on a retrouvé le corps sans vie, dans des circonstances douteuses. Les filles ont fait profil bas par prudence, mais vraisemblablement leur famille avait le culte du non-dit, car Rio va aller de surprise en surprise, à sa plus grande déconvenue.

J'ai beaucoup aimé la mise en place de l'histoire, l'ambiance et le décor aquatique, la mythologie des sirènes, les enjeux d'une vie en autarcie, ses limites et ses dangers. Ce sont globalement les mêmes grandes lignes propres aux romans dystopiques, mais avec toute la délicatesse dont sait faire preuve Ally Condie (cf. sa série Promise). L'auteur parvient à créer une atmosphère unique, pleine de charme et de mystère, avec une trame romanesque délicate, qui inspire une certaine évanescence. C'est écrit avec tact, intelligence et sensibilité. On embarque sans difficulté dans l'histoire de Rio pour vivre en sa compagnie une aventure fabuleuse et surprenante. Autre point appréciable, c'est un livre autonome, qui déroule son fil en 400 pages, sans point de suspension. On prend, on goûte et on est pleinement rassasié ! Un livre qui se suffit à lui-même, pour une lecture agréable et riche en évasion. 

Gallimard Jeunesse - Coll. Pôle Fiction - Trad. Vanessa Rubio-Barreau - 2016

 

Atlantia

Posté par clarabel76 à 19:45:00 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , ,

30/09/16

Le Théâtre du Poulailler : Le Collège à la rescousse, de Helen Peters

IMG_7027Le premier tome ayant déjà rencontré un gros succès (Folio Junior - N°1656), la suite ne pouvait que conforter cette sensation d'une lecture réjouissante et faisant la part belle à l'entraide et l'harmonie familiale dans un contexte pourtant difficile (une famille marquée par le deuil qui se bat pour préserver son cadre de vie à la ferme).
Hannah Roberts rêve de décrocher le premier rôle dans Roméo & Juliette, la pièce que va jouer son école, mais voit son audition saborder par l'arrivée tonitruante du cochon de son père. Eh oui. Un détail inimaginable et parfaitement incongru, qui ne fait rire que les élèves et plonge le directeur dans une colère noire. Hannah se voit donc attribuer un simple rôle de figurante et assiste au sacre de Miranda la chipie. Autre lot de consolation, la jeune fille obtient la lourde responsabilité de mettre en scène leur pièce pour une représentation exceptionnelle au sein du concours de l'école. Hannah et sa meilleure amie Lottie ne savent plus où donner de la tête et dépoussièrent leur mythique Théâtre du poulailler pour les répétitions.
Pendant que les enfants fourmillent d'activités, entre l'école et les jeux d'espionnage des plus jeunes, la vie à la ferme connaît aussi un sursaut de fréquentation féminine. Les petits Roberts s'interrogent sur leur père : s'est-il inscrit à une agence matrimoniale pour retrouver l'amour ? Point du tout. Mais l'affaire n'en est pas moins grave : une compagnie des eaux est en train d'élaborer un nouveau projet de lac-réservoir, qui consisterait à inonder la vallée entourant la ferme de Clayhill. Tous poussent des cris d'horreur à l'unisson. Et partent aussitôt en campagne.
Une fois de plus, le théâtre va devenir une arme redoutable pour alerter le public, révéler les mensonges et secouer les consciences écologiques de leur communauté. Pour sauver la ferme familiale et l'écosystème qui en dépend, Hannah va déployer des trésors d'ingéniosité, quitte à faire des choix susceptibles de mettre en péril ses propres aspirations artistiques et autres ambitions personnelles. Qu'importe. Notre jeune héroïne a déjà démontré l'étendue de sa détermination et son attachement profond à ses racines (sa famille, ses amis, etc.) et ne reculera devant rien pour défendre ses convictions. 
C'est une lecture profondément émouvante mais qui dégage un maelström de fougue, de jeunesse et d'optimisme à tout crin qu'on en ressort plus ragaillardi que jamais. Les personnages aussi sont extrêmement convaincants dans leur démonstration de générosité et de motivation. Il y a un grand souffle de fraîcheur et de dynamisme qui fait voler les pages du livre, où l'ambiance simple et enfantine finit par nous embarquer totalement. Ce microcosme fascinant nous absorbe dans sa bulle et on s'y sent merveilleusement bien !

Traduit par Vanessa Rubio-Barreau pour les éditions Gallimard Jeunesse - août 2016

Titre original : The Farm Beneath The Water (The Secret Hen House Theatre #2)

Posté par clarabel76 à 11:45:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

19/09/16

Comment éduquer ses parents... 3. Plan catastrophe, de Pete Johnson

Plan catastrophe

Troisième tome de la série, Louis La Blague est de retour ! Et ça ne rigole pas. Papa étant désormais père au foyer, la vie à la maison réserve pour Louis et son frère Eliott quelques mauvaises surprises (donner un coup de main pour nettoyer les chambres, avaler les tentatives de repas cuisinés, encourager les efforts paternels, ne pas lui miner davantage le moral). Par contre, papa est toujours prompt à l'aider dans ses devoirs et se donne à fond pour décrocher un A ! Louis, pendant ce temps-là, doit préparer son prochain numéro pour la finale de l'émission des jeunes talents. Il est encouragé par “son agent” Maddy, également sa meilleure amie, avec laquelle Louis s'entend si bien qu'il réalise être aussi un peu amoureux d'elle. Et zou, il l'invite pour un dîner romantique, reçoit mille conseils de ses parents attendris, perd tous ses moyens face à sa copine qui se planque sous sa capuche pour camoufler sa tête de caniche. Un rendez-vous mémorable et franchement drôle ! La passion de Louis pour le show et l'improvisation peut sembler épuisante, excessive et irresponsable. Parfois cela l'entraîne dans des situations affolantes (raconter des sornettes à son professeur, subtiliser le courrier adressé à ses parents). Mais globalement l'histoire montre un visage fort sympathique du garçon, qui veut défendre son papa contre leurs voisins minables ou qui n'ose pas avouer son trac sur scène. Les situations s'enchaînent sans s'appesantir et donne une chouette dynamique au récit. La forme du journal intime promet aussi de l'humour, des fables et de la fantaisie. C'est distrayant et déjanté juste comme il faut. Une série qui plaît définitivement aux plus jeunes. 

Traduit par Vanessa Rubio-Barreau pour les éditions Gallimard Jeunesse 

Date de parution 15-09-2016

Posté par clarabel76 à 08:30:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

17/09/16

Comment éduquer ses parents...: 2. Le grand sketch, de Pete Johnson

comment eduquer

Catastrophe pour Louis ! Ses parents ont vraisemblablement avalé un élixir de jouvence et se comportent comme s'ils étaient de nouveau des adolescents. Cette régression est difficilement supportable pour le garçon, notamment quand son père fait irruption au collège en se la jouant cool et en mitraillant ses camarades d'expressions ridicules dans sa bouche ! Et puis il s'affiche avec des chemises affreuses, porte des baskets et une casquette à l'envers sur la tête. Même topo pour sa mère. Ses parents sont devenus cinglés. Incontrôlables. Louis regrette déjà d'avoir été complice, malgré lui, de ce revirement de situation. C'est lui qui a commencé à partager le lexique du parler djeun's. Quelle erreur monumentale. Maintenant ses parents veulent du swag et des soirées de malade à tout bout de champ. Il est urgent d'agir. Sa cote de popularité n'étant déjà pas fameuse au collège, elle ne cesse de dégringoler dans les profondeurs abyssales avec tout ce cirque. Plus compromettant, le garçon vient de décrocher sa place pour participer à une émission tv qui révèle les jeunes talents. Louis, qui veut devenir comique, voit enfin son rêve devenir réalité. Mais il n'a pas trouvé mieux de tourner ses parents en ridicule en les incluant dans son numéro et ses blagues, puis craint d'avoir dépassé les bornes en découvrant pourquoi son père agit aussi bizarrement depuis quelques semaines. Écrite sous forme de journal intime, cette histoire se veut non seulement drôle et ingénieuse, mais épingle les travers des parents qui ne respectent plus l'écart générationnel ! ^-^ On compatit largement avec le jeune garçon atterré par l'attitude de “ses vieux” qui se défendent de l'être et qui se tapent la honte sans même en avoir conscience. Au secours ! Une lecture à prescrire en famille pour éviter les dérapages et les crises majeures (cf. Marlon et Jessica qui signent des messages FB au sujet des Simpsons). Vos ados vous diront merci. 

Traduit par Vanessa Rubio-Barreau pour les éditions Gallimard Jeunesse

Folio Junior N°1771 - septembre 2016

 

Posté par clarabel76 à 11:45:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,


23/06/16

Léo Sacrin: Mémoires catastrophiques pour collégiens du futur, de L. A. Campbell

Léo Sacrin

Léo Sacrin a douze ans et doit rendre un devoir d'histoire qui consiste à rédiger le journal de son année scolaire destiné aux collégiens du futur. Son professeur envisage de glisser tous leurs cahiers dans une capsule qu'ils iront enterrer sous les gradins du terrain de foot. Galère en perspective pour Léo, qui ne comprend rien à l'utilité du projet (il déteste l'histoire) mais va s'y employer du mieux qu'il peut, en agrémentant son récit de petites photos, de dessins ou de frises chronologiques particulièrement rigolotes.

Élève moyen, pas très populaire, Léo se révèle pourtant un narrateur drôle malgré lui. Il nous raconte des anecdotes de son quotidien assez invraisemblables mais franchement cocasses. Premier point noir, il doit partager sa chambre avec deux petites sœurs qui portent encore des couches, ses parents sont prêts à négocier contre un B en histoire. Il se plaint aussi de son cartable trop lourd (pour secrètement acheter une trottinette hyper branchée) mais se coltine un caddy vintage pour trimballer ses bouquins ! Il porte des vêtements usés, trop grands pour lui, parce que sa mère New Age est contre le gaspillage et dicte à toute la famille un régime végétarien. Mais dès que celle-ci s'absente, son père et lui, allergiques au tofu, deviennent complices dans le crime en faisant un barbecue en plein hiver pour leur festin de viande grillée. 

C'est une lecture très attachante, qui tourne en dérision les petits bobos de la vie. Léo est sans doute le souffre-douleur de garçons bêtes et méchants, mais Léo a aussi un super pote qui partage avec lui ses coups durs (tous deux ne s'entendent pas sur le bal de l'école mais se damneraient pour débloquer le niveau de leur jeu vidéo qui les empêchent de décrocher le Graal). La vie, quoi. Avec son grain de folie et son lot de catastrophes. Cela se lit en un clin d'œil et cela fait penser au Journal d'un dégonflé ou à Big Nate dans le même genre. Une découverte qui vaut le détour. 

Traduit par Vanessa Rubio-Barreau pour Gallimard Jeunesse, 2013

Repris chez Folio Junior, mai 2016

Posté par clarabel76 à 09:00:00 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,

28/09/15

Tous nos jours parfaits, de Jennifer Niven

Tous nos jours parfaits

J'ignorais sur quelle pente glissante allait me conduire ce livre - mais je m'en méfiais, dès lors qu'il était comparé à d'autres romans à succès, réputés larmoyants (Nos étoiles contraires, Eleanor & Park). La lecture du 1er chapitre a d'ailleurs fait rugir ma sirène d'alarme - ados suicidaires, au secours ! J'ai donc décidé d'y avancer à tâtons, quitte à choisir de tout arrêter avant que ça fasse trop mal. Ralentir le processus qui consiste à glisser dans la vie des personnages, à tomber sous leur charme, à les aimer follement, tout en tentant de me prémunir contre cet attachement. Peine perdue. J'avais beau lever le nez de mon livre pour prendre une bouffée d'oxygène et me ressaisir, je me sentais irrémédiablement happée par l'histoire de Violet et Finch - deux ados en vrac, déprimés et inconsolables. Elle porte le deuil de sa sœur, lui se sent mal dans sa peau depuis toujours. Elle est choyée, chouchoutée, couvée. Lui est méprisé, hué, poussé à bout. Aucune égalité des chances. Et pourtant ces deux-là se découvrent sur un toit, se sauvent et ne se quittent plus. Pour les besoins d'un devoir scolaire, ils vont partir explorer l'état d'Indiana de la manière la plus insolite - je retiens, par ex., les caravanes recyclées en bibliothèques, plantées au milieu des champs de maïs. Et rêver. Bouquiner. Écrire. Chanter. Crier. Nager. C'est franchement beau. D'une beauté éclatante, mais illusoire. Car on perçoit très vite que le malaise de Violet et Finch est latent. C'est écrit sous chaque mot, cela imprègne tout le roman, pour vous guider vers l'inéluctable. Et fichtre, ça fait vraiment mal. « J'ignorais que ma vie serait changée à jamais parce que tu y es entré et que tu en es sorti aussi brutalement. (...) Je ne te pardonnerai jamais de m'avoir quittée ainsi. J'aimerais juste que toi, tu puisses me pardonner. Tu m'as sauvé la vie. Pourquoi je n'ai pas pu sauver la tienne ? » En plus d'être terriblement bouleversant et très émouvant, c'est un livre à fleur de peau, d'une sensibilité rare et précieuse, qui parvient autant à nous toucher qu'à nous donner le sourire. C'est injuste, mais enivrant.

Gallimard Jeunesse / Septembre 2015 ♦ Traduit par Vanessa Rubio-Barreau (All The Bright Places)

N.B : Après, ça reste personnel, mais je n'aime pas pleurer sur commande - chose qui se répand de plus en plus dans l'édition actuelle, depuis le carton de J. Green. On puise dans le vivier du poignant. Et moi, je n'aime pas le mélo ! Le roman de Jennifer Niven a pour lui d'être différent de la tendance, en se voulant simplement harmonieux et lyrique.

Posté par clarabel76 à 08:30:00 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

20/06/15

Les Quatre saisons des tout-petits, de Marion Billet

IMG_4099

Ce qui est chouette avec cet album, au-delà de s'initier au principe des saisons, en suivant un panel de personnages aux trombines adorables dans leurs activités qui s'étalent sur toute une année, c'est ce bonheur éclatant qui ressort des illustrations de Marion Billet. Cela vous saute aux yeux tant c'est coloré, c'est enfantin (pas simpliste), c'est joyeux et c'est ravissant. Un pur bonheur.

Ce monde des tout-petits vous paraîtra plus craquant que jamais ! On les découvre à la fête foraine, en vacances à la mer, à la patinoire ou à la campagne, mais aussi à la garderie, à un atelier de musique ou en cuisine, bref les activités ne manquent pas. Ce sont ainsi autant de mots à apprendre et de choses à reconnaître, avec en bas de chaque page, un petit jeu proposé au lecteur : trouve, montre et dis les mots.

Super accessible et attrayant, cet album est un imagier interactif qui veut stimuler le langage et favoriser l'échange quotidien avec les petits. La collection des « Littleland » (en VO) est une réussite et s'affiche sans prétention. Succès mérité chez les bambins ! 

Gallimard jeunesse, janvier 2015 ♦ Traduit de l'anglais par Vanessa Rubio-Barreau (Littleland All Year Round)

IMG_4100   IMG_4101

IMG_4102   IMG_4103

Posté par clarabel76 à 10:45:00 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,

22/10/14

Ça n'existe pas ! par Ella Bailey

IMG_2141

Par une belle matinée d'octobre, Violette remarque d'étranges phénomènes... Les objets se déplacent, certains disparaissent et des toiles d'araignées font de plus en plus leur nid dans la maison. La fillette a une explication claire, nette et précise pour chaque phénomène. Sont épinglés le chien gourmand, le chat maladroit, la pie chipie, le frérot gribouille, l'écureuil voleur de citrouille, l'araignée fautive... Il suffit de bien observer.

Car, tout le monde le sait, les fantômes, ça n'existe pas ! Et ce n'est pas parce que Halloween approche qu'il faut se farcir la tête d'idées saugrenues. Mais n'est-ce pas une façon, pour Violette, de se rassurer? La nuit, seule dans son lit, le parquet grinçant et les ombres effrayantes paraissent soudain exagérés. Dernière chance pour se convaincre ? Les fantômes, ça ...  !

J'ai adoré cet album ! Déjà pour son esthétisme (couverture toilée) et les illustrations d'Ella Bailey : charme vintage, trait naïf... Cela me rappelle le style d'Aurélie Guillerey que j'affectionne tout particulièrement. Avec une histoire simple mais rigolote, la lecture nous enchante. Elle propose aussi en fil rouge de trouver le petit fantôme caché dans chaque page. Une lecture pour le plaisir des yeux et pour s'amuser en exerçant son sens de l'observation. Très, très sympa ! 

Gallimard jeunesse, octobre 2014

IMG_2142  IMG_2143

IMG_2144  IMG_2145

IMG_2146  IMG_2147

IMG_2148

Posté par clarabel76 à 15:30:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

06/06/14

Ici et Maintenant, par Ann Brashares

Ici et maintenant

J'étais impatiente de lire le nouveau roman d'Ann Brashares, dont je trouvais la couverture absolument parfaite. Malheureusement j'ai été un peu déçue par le contenu... On suit l'histoire de Prenna Jones, une jeune fille de dix-sept ans, qui vit seule avec sa mère et vient de s'installer en ville. Elle mène une existence tout à fait ordinaire et ne souhaite pas attirer l'attention sur ses activités, mais au lycée un garçon tente de l'approcher et se montre de plus en plus pressant. Au lieu de quoi, Prenna met des barrières et l'évite à tout prix.

Son secret ? C'est une Voyageuse, qui vient du futur, en compagnie de toute une communauté qui a fui un monde ravagé par une épidémie transmise par une simple piqûre de moustique. Tous doivent se tenir à des règles strictes, comme de n'entretenir aucune relation intime avec un natif du présent. Aussi, l'insistance d'Ethan Jarves met Prenna dans l'embarras. Ses faits et gestes sont surveillés. La moindre de ses interrogations frise la dissidence et sa rencontre avec le vieux clochard du parc risque bien de mettre le feu aux poudres !

En résumé, l'histoire paraît riche et excitante, avec une entrée en matière toute en finesse, qui place intelligemment ses pions. Par la suite, le traitement m'a hélas semblé plutôt décousu, avec des moments forts, trop souvent entrecoupés d'instants erratiques. On a alors le sentiment d'être en mode automatique, on ne ressent plus du tout l'élan romanesque. Et c'est bien dommage ! Avec une intrigue aussi peu originale à la base, on se décide de reporter notre intérêt sur les personnages, mais ils déçoivent aussi, car ils sont la plupart du temps éteints et ne se détachent pas du lot (exception faite pour Ethan).

L'ensemble fait donc trop simpliste et pas assez passionnant sur la durée. Par contre, on retrouve la sensibilité de l'auteur, son goût pour la démonstration pudique des sentiments. Pour moi, la fin est déchirante à souhait et me comble au-delà de tout. La lecture, au bout du compte, se veut bouleversante, avec un roman qui privilégie les émotions et la retenue, n'espérez pas une aventure palpitante, inspiré d'un arrière-plan fantastique, ou dystopique (peu exploité). À partir de là, vous serez enchantés par ce rendez-vous très attendu !

Gallimard jeunesse, juin 2014 ♦ traduit par Vanessa Rubio-Barreau

Posté par clarabel76 à 08:30:00 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : , , ,