25/10/17

GRUPP, de Yves Grevet

GRUPPStan et ses parents tombent des nues en apprenant l'arrestation de Scott, l'aîné de dix-sept ans, soupçonné d'être à la tête du GRUPP. Ce mouvement, constitué de protestataires pacifiques, cherche à s'émanciper de la société LongLife qui a la mainmise sur leur vie grâce à des implants qui gouvernent non seulement leurs pensées et leurs actes, mais qui traquent aussi les moindres faux pas. C'en est trop pour ces jeunes gens épris de liberté et d'indépendance. Ils ont donc choisi de mener leur rébellion en sortant en douce et en organisant des fêtes clandestines, tout en dessinant des graffitis sur les murs. Rien de méchant, jusqu'au jour où un des garçons de la bande décède accidentellement. Scott est envoyé en prison, sa famille est effondrée. En premier lieu, son frère Stan cherche à comprendre et à obtenir des réponses. Il fouille, il piste, il enquête sans relâche. Par contre, il sent également le danger poindre. Des individus lui collent au train, s'introduisent dans la maison et envoient des messages de mise en garde. De son côté, Scott se ferme comme une huître et refuse de parler à ses proches. Sa vie en prison est un enfer. Et malgré une libération anticipée, le garçon est marqué à vif et n'est plus que l'ombre de lui-même.

C'est toujours grisant de plonger dans un roman de Yves Grevet, car on ne sait jamais d'avance ce qui nous attend. Cette fois encore, le rendez-vous a été à la hauteur des espérances - ce sont 520 pages d'une densité époustouflante. On se glisse dans un monde d'espionnage et de suspense en tâtonnant à l'aveugle. C'est lent, c'est bon, c'est excitant. On ne pressent rien des pistes à venir, on explore et on goûte à toutes les éventualités d'une intrigue rondement menée. Car, de fil en aiguille, le lecteur se remet en cause et étudie la perspective d'un avenir qui prône la sécurité au-dessus de la liberté. Du Yves Grevet pur jus. Avec sa construction minutieuse, ne laissant rien au hasard, le roman nous absorbe donc avec avidité et nous entraîne dans un dédale de décryptages autour d'une organisation secrète et d'une société ultra sécuritaire. Les clans s'opposent, les enjeux aussi. Très bon point pour cette lecture riche et pénétrante !

Syros, 2017

Pour rappel, Yves Grevet est notamment l’auteur de Méto et l'un des auteurs de la série U4 (Koridwen). Les thèmes qui traversent ses ouvrages sont les liens familiaux, la solidarité, la résistance à l’oppression, l’apprentissage de la liberté et de l’autonomie. La trilogie Méto, qui l’a fait connaître, a été récompensée par 13 prix littéraires.

Posté par clarabel76 à 10:30:00 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,


26/02/16

Nox L'intégrale, de Yves Grevet

Lecture du weekend, en édition collector ♥♥♥ 

IMG_5329

Petit rappel :

Une ville basse enveloppée d'un brouillard opaque, plongée dans l'obscurité.
Des hommes contraints de marcher sans cesse pour produire de la lumière.
Un héros qui se bat pour vivre auprès de celle qu'il aime.
Des amis d'enfance qui s'engagent dans des camps adverses.
Une jeune fille qui vit dans la lumière, à la recherche de la femme qui l'a élevée.

Syros / Octobre 2015 pour la présente édition

IMG_5330   IMG_5331

IMG_5332

Posté par clarabel76 à 18:45:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

20/05/14

Un auteur, une série & un livre-jeu : Yves Grevet

IMG_0931

H.E.N.R.I est une petite série sympathique, par l'auteur de Méto, qui s'adresse aux lecteurs débutants.
En classe, Manon a un nouveau voisin. Il s'appelle Henri. La maîtresse a dit qu'il venait de très loin. Il plaît bien à Manon, avec son air de venir de la Lune. Mais au fil de la journée, la petite fille se rend compte que le garçon est étrange et qu'il a des pouvoirs extraordinaires. Discrète, Manon va veiller sur son secret, même quand la récré s'éternise, sous le regard ahuri des maîtresses figées sur place, ou quand ils vont tous les deux réussir leurs exercices de maths en battant des records de vitesse.
C'est de plus servi avec de jolies illustrations colorées, qui rendent les personnages encore plus attachants ! Un peu de suspense, du fantastique pour une histoire sans prétention, plantée dans un cadre familier aux jeunes écoliers.

H.E.N.R.I. a les oreilles qui bougent / H.E.N.R.I. a onze doigts, par Yves Grevet et Jess Pauwels  (Nathan, coll. premiers romans, mai 2014)

Productif, Yves Grevet nous propose aussi une étonnante aventure futuriste,  en compagnie de la famille Boyau qui vit en 4014 et va s'offrir un voyage dans le temps en visitant le 21e siècle. La discrétion est de mise, mais avec un père inventeur de génie, une mère historienne, deux presque frères, en fait deux clones malencontreusement sortis de leur sommeil artificiel, et Obeurk le chien aux deux têtes et quatre pattes (et aussi deux paires de fesses), accessoirement doué de parole... l'aventure s'annonce mouvementée pour notre jeune héros de 12 ans, Victor.

Le voyage dans le temps

La particularité de l'ouvrage veut qu'une quarantaine de jeux chemine le cours du récit, ce qui implique une participation accessoire du lecteur (les tests ne sont jamais compliqués et n'handicapent pas le mouvement général si l'on ne souhaite pas y mettre son grain de sel). L'ensemble est correct et divertissant, parfait pour des enfants niveau primaire. Cette lecture pourra accompagner leurs vacances dans la joie et la bonne humeur ! 

Le voyage dans le temps de la famille Boyau de Yves Grevet et Julien Meyer (Syros, mai 2014)

Posté par clarabel76 à 08:30:00 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

15/03/14

♥ Méto, L'intégrale ♥

C'est le weekend, le soleil brille, c'est l'occasion idéale de lire ou relire la trilogie d'Yves Grevet, Méto... depuis le temps que je vous serine avec !

IMG_0770

Certes, c'est un impressionnant pavé de 885 pages mais vous ne verrez pas le temps passer. C'est une saga magistrale, qui vous happe et ne vous lâche plus avant la dernière ligne. L'univers est foisonnant, mystérieux, envoûtant. Soixante-quatre enfants vivent coupés du monde, dans une grande maison. Chacun d’eux sait qu’il devra en partir lorsqu’il aura trop grandi. Mais qu’y a-t-il après la Maison ?

Et mon coeur de battre toujours plus fort... ♥  N'attendez plus ! 

IMG_8017

⋆⋆ édition agrémentée du storyboard par Thomas Ehretsmann ⋆⋆

Méto, l'intégrale par Yves Grevet (Syros, septembre 2012)

Plus récemment, l'auteur a également publié une série en 2 tomes - NOX (en cours de lecture). Je sais, mon deuxième prénom c'est Désirée. ;o)

Posté par clarabel76 à 08:45:00 - - Commentaires [11] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

09/02/12

L'école est finie

L'école de demain fera le bonheur des plus riches ! Pour les autres, il leur sera demandé de signer un contrat avec des entreprises afin d'équilibrer la balance : en échange de l'enseignement, les élèves seront employés pour améliorer la productivité de ces généreux mécènes. Ahem. Et pour mieux motiver les troupes, quoi de mieux qu'une distribution de bons d'achat ou un tableau des mérites ? N'en demandez pas davantage. Le jeune héros de cette histoire travaille chez Jardins et Maisons et il a une amoureuse, Lila, qui est chez Speed-fooding. Mais les parents de la jeune fille estiment qu'elle perd son temps et qu'elle ne bénéficie pas d'une instruction à sa juste valeur, aussi décident-ils de l'envoyer dans une école du maquis. La police va enquêter, le garçon sera interrogé, une pression énorme reposera sur ses frêles épaules... De cette histoire, naîtra une prise de conscience : l'acte de désobéissance. En revoyant sa petite copine, le garçon comprendra que la liberté a un goût amer mais que ça vaut le coup de tout mettre en péril pour aller au bout de ses convictions. De nouveaux mots enrichissent son vocabulaire : oser, s'opposer, croire, changer, avenir.

IMG_6731

Un petit roman de seulement 44 pages, mais un texte percutant où les principes de l'école, telle que nous la connaissons, sont remis en question. Yves Grevet imagine que dans la société de 2028 nos enfants vont nous reprocher de n'avoir pas su refuser ce qu'on nous imposait au début du XXIème siècle. C'est une politique-fiction, mais ce roman fait réfléchir... Accessible pour les lecteurs dès 9 ans.

« - Quel est le cours que tu préfères ?
- Le cours d’histoire. J’ai la sensation de mieux comprendre le monde. »

L'école est finie, par Yves Grevet (Mini Syros, 2012)

Posté par clarabel76 à 08:30:00 - - Commentaires [9] - Permalien [#]
Tags : ,

07/04/11

Lorsque vous avez éliminé l'impossible, ce qui reste, si improbable soit-il, est nécessairement la vérité.

IMG_3307Contrairement à Méto, je trouve que le nouveau roman d'Yves Grevet s'inscrit davantage dans la case jeunesse (ce qui n'est nullement péjoratif). Au départ, il est question d'un devoir de classe, ou plutôt d'une expérience littéraire (un peu comme ce roman, d'ailleurs), le sujet est simple : Postez-vous seul(e) à un endroit du centre-ville entre 9 heures et 10h30, et écrivez ce que vous voyez ou ce que cela vous inspire. La forme est libre. C'est d'ailleurs utile de le préciser, car les élèves de cette classe de 1ère vont s'adonner à cet exercice avec beaucoup de génie. Nous sommes très loin du formatage scolaire (ce qui a aussi pour autre effet pervers de rendre l'ensemble peu crédible, je le crains), mais on s'en moque puisque c'est un vrai régal ! Avec mention spéciale pour les commentaires de la prof qui sont drôlissimes.

A côté de ça, une enquête se met en place. Le même jour, à la même heure, le notaire de la ville est assassiné et la police n'a aucun indice. Erwan, le narrateur, et sa charmante complice Cassandre s'improvisent alors détectives car ils sont persuadés que les réponses se trouvent dans les copies de leurs camarades. Ainsi, portés par des divagations poétiques, des rapports scientifiques, des observations délirantes et des certitudes à faire frissonner de plaisir, nous suivons leurs hypothèses jusqu'à la résolution finale du problème. Bon, j'avoue, l'énigme est peu à peu devenue à mes yeux un outil secondaire.

J'ai en fait beaucoup aimé les détails farfelus et originaux du roman - on a même une image enthousiasmante des adolescents, que j'imagine peu répandue mais ce n'est pas bien grave, et puis ça divertit. Tout est positif et délicieusement rafraichissant dans ce livre. Il est riche d'éléments qui ne se prennent pas au sérieux, comme les copains d'Erwan qui ont créé le club des mangeurs de gâteaux (avec salve d'applaudissements, ôde à la gourmandise etc.). Génial, non ? En tout cas, ça fait saliver. Ainsi, pour de multiples raisons infimes, j'ai trouvé cette lecture extra, sans être exceptionnelle non plus. La plume d'Yves Grevet est toujours un pur bonheur. Et puis, il fallait oser rebondir après le succès de Méto et ne pas décevoir les fans. C'est donc totalement différent, et je trouve ça admirable.

Seuls dans la ville (entre 9h et 10h30) - Yves Grevet
Syros (2011) - 215 pages - 13,90€
illustrations : Jérôme Meyer-Bisch

Posté par clarabel76 à 09:45:00 - - Commentaires [17] - Permalien [#]
Tags : , ,

11/03/10

Ce Monde rejette ses enfants.

Ne te fais pas d'illusions : la seule voie de la survie est l'obéissance envers ceux qui détiennent du pouvoir.

meto3C'est un Monde à part que je quitte en tournant la dernière page du tome 3 de la série Méto. Un Monde absolument fascinant, oppressant, mystérieux, flippant et affolant... mais un Monde qui fait réfléchir, qui donne les clefs aux lecteurs pour les mettre en garde sur la manipulation et la maîtrise sous la peur d'une société. L'auteur fait bien comprendre qu'il faut désobéir, agir avec intelligence en employant les mêmes méthodes que l'oppresseur, et tenir tête. J'essaie d'en dire le moins possible, c'est dur. Sachez toutefois que le principe est brillant et Méto, le narrateur, est un garçon ingénieux, qui force l'admiration.

Je passerai donc sous silence l'histoire de Méto car elle s'apprécie dans la surprise et l'étonnement qu'elle suscite. Des questions, vous vous en poserez en tournant les pages et en enchaînant les volumes. Et vous apprécierez ce souci de ne jamais se répéter, d'appréhender trois univers très distincts, comme la possibilité de tester toutes les éventualités de l'Île et les maigres choix qui s'offrent aux enfants. Chaque livre a été pour moi une découverte et un bonheur de lecture.

Le tome 3 apporte enfin toutes les réponses, en quelques 380 pages. C'est le livre le plus épais de la trilogie, il faut dire que toute la première partie est dense, palpitante, du genre roman d'espionnage et d'aventure, c'est à se demander encore une fois où l'histoire va nous entraîner. La fin survient beaucoup trop vite, là c'est la lectrice frustrée qui fait des siennes, celle qui ne voulait pas lâcher la main de Méto et qui se voyait bien s'installer encore quelques chapitres dans ce Monde étrange, qui fait aussi la part belle à la solidarité et la fraternité.

Ahlala, c'était bon. C'était bien. 

Méto, tome 3 : Le Monde ~ Yves Grevet
Syros, 2010 - 380 pages - 15,90€

1 badge Méto est offert ave ce livre !

l'avis de Tiphanya

Posté par clarabel76 à 11:15:00 - - Commentaires [20] - Permalien [#]
Tags : , , ,

02/03/10

Crac !... Le bruit est à peine audible, mais il réveille tout le monde.

J'ai très souvent croisé la série d'Yves Grevet sans jamais oser lui accorder une minute de mon précieux temps, j'avais très envie de m'y plonger, la couverture illustrée par Thomas Ehretsmann ne me laissait pas indifférente, je ne la trouve pas particulièrement belle mais elle m'incite à m'interroger sur ce que cela cache, et quoi de mieux pour entraîner le lecteur vers un sentier qu'on n'ose pas souvent emprunter, si ce n'est le sens de l'aventure et un zest de curiosité.

meto1

Mine de rien, Méto est une série qui a fait son petit bout de chemin. Le premier tome a été honoré du prix Tam-Tam Je Bouquine en 2008, et les lecteurs émettent tous des avis très positifs. J'avais envie, plus qu'envie. Et comme toujours, dans pareil cas, je traîne les pieds. Allez comprendre.

Trêve de blabla. Je me suis donc jetée dans le grand bassin et je remonte tout doucement à la surface, en scrutant l'horizon car j'attends la sortie imminente du tome 3. Voilà ce qui est bien avec cette série, c'est une trilogie et les trois tomes sont déjà disponibles (soit, le troisième sera là dans quelques jours). Pas la peine de s'arracher les cheveux de la tête, vous pouvez enchaîner la lecture tome après tome en vous pourléchant.

De toute façon, c'est préférable : une fois lancés dans le premier livre, vous n'avez qu'un désir en souhaitant lire la suite aussitôt (prévoyez donc vos achats, ne vous faites pas avoir sous peine de grosse frustration !).

Mais de quoi ça parle, dis-moi Clarabel ?  Han han. En fait, je n'ai PAS DU TOUT envie de vous raconter l'histoire. Moins vous en savez, et mieux c'est.

OK. Parce que je suis une gentille fille, je vous glisserai ces quelques mots : Une Maison sur une île, une soixantaine d'enfants, tous distincts selon des rubans de couleur, avec la trouille du crac (le lit ou le ruban), parce que qu'est-ce qu'il se passe après ? Dans cette Maison, les règles sont strictes, les repas pris à heure fixe selon un rituel établi, les corvées ne manquent pas, les enfants doivent se dépenser physiquement en pratiquant du sport et suivent des cours sur la culture de la pomme de terre ou la chaudière (tout un programme !).

Le reste, c'est suspense. Mystère et boules de gomme.

Allez, allez... je vous garantis que vous allez être scotchés et que vous lirez les trois tomes sous moufter. Prenez le temps de respirer, fermez un peu cette bouche béante, vous risquez de baver.

Bonne lecture !

Méto, une série écrite par Yves Grevet
Syros, 246 pages.
Tome 1 : La Maison  (2008)
Tome 2 : L'île (2009)
Tome 3 : Le Monde (2010)

meto2   meto3

Et un petit extrait :

- Tu dois compter jusqu'à 120 avant de toucher tes couverts et laisser un espace de cinquante secondes entre deux bouchées. A part cela, tu peux manger autant que tu veux dans la limite du temps imparti pour le repas.
J'entends Crassus qui respire fort près de moi. Il a les yeux dans le vague et semble perdu.
- Ecoute les petits qui comptent à voix basse...
- 115... 116... 117... 118... 119... 120...
Crassus est surpris par le bruit que font... d'un coup soixante-quatre mains qui empoignent une fourchette. Quelques secondes plus tard, il me regarde en mâchant. On n'entend presque plus rien. Bientôt, on perçoit de nouveau la voix de petits qui égrènent 46... 47... 48... 49... 50... Moi, il y a longtemps que je ne compte plus. Je sens, à chaque fois, le moment exact où je peux piquer ma fourchette. Crassus mange jusqu'à la dernière seconde. Il a planté soixante-douze fois : le maximum. Je le sens fatigué soudain, sans doute le stress que génère, au début, ce rituel du repas. J'ai oublié de lui dire que c'est dangereux de manger trop, surtout après avoir connu la faim comme lui, mais à quoi bon ? M'aurait-il entendu ?
Nous nous levons. Je le soutiens un peu. Marcus me frôle.
- Surveille-le, il ne dois pas vomir.
- Je sais.
- Qu'est-ce qu'il a dit ? demande Cassus.
- Rien. Je te propose de faire une petite promenade pour t'aider à digérer. Tu es trop lourd pour aller jouer.
- On va où ?
- Au phare. De là-haut, on peut voir toute l'île. Il y a beaucoup d'escaliers, mais on va y grimper doucement.
- J'ai un peu mal au ventre.
- Si ça ne va pas, parle-moi. Evitons les catastrophes.

 

 

Merci beaucoup Anne !

Posté par clarabel76 à 10:15:00 - - Commentaires [53] - Permalien [#]
Tags : , , ,