30/11/18

Bilan du mois : Novembre 2018 ♪♫•*¨*•...•*¨*•♫♪

Christmas-Wallpaper

Ambiance du moment ♫♪ Oh baby baby it's a wild world It's hard to get by just upon a smile ♪♫

Petite baisse de régime dans nos lectures, mais avec du bon, du très très bon ! 

Broadway Limited : Un Shim-sham avec Fred Astaire, de Malika Ferdjoukh

Les oubliés du dimanche, de Valérie Perrin

Chantage au presbytère (Agatha Raisin enquête 13) de M.C Beaton

Didier, la 5e roue du tracteur, de Ravard & Rabaté

 

♪♫•*¨*•...•*¨*•♫♪

 

Et côté séries TV :

Glitch : série australienne (diffusion 2016-2017)

Glitch

Un étrange phénomène survient dans le cimetière de Yoorana, petite ville australienne : six personnes s'extirpent miraculeusement de leurs tombes. Ce ne sont pas des zombies. Pas forcément des morts récentes non plus. La plupart ont un peu la mémore en vrac. Impossible d'expliquer pourquoi ou comment mais le choc est là. De son côté, le shérif s'attache la complicité du docteur pour ne pas ébruiter cette affaire (d'autant plus que l'homme est face à son épouse décédée et devra lui expliquer qu'il a refait sa vie et blablabla). On devine les diverses complications, la dimension émotionnelle, la portée scientifique, les bruissements médiatiques et la micro touche surnaturelle qui va apporter suspense, tension, drame et rebondissements à cette série qui se regarde sans un enthousiasme débordant mais avec une certaine curiosité. Une troisième saison est attendue car le dénouement me laisse perplexe...

 

Les Nouvelles Aventures de Sabrina : série US (diffusion 2018)

Sabrina Netflix

Connaissant déjà la série des années 90, je ne pouvais échapper à cette nouvelle adaptation très largement médiatisée. On y retrouve une Sabrina Spellmann charmante, orpheline élevée par ses deux tantes, qui doit prochainement fêter son seizième anniversaire et donc accepter de renoncer à sa vie humaine pour suivre pleinement sa formation de sorcière. Mais l'adolescente hésite, consciente d'être manipulée. Elle désire conserver son libre-arbitre et crée ainsi la zizanie au sein de l'assemblée satanique. Des forces obscures grondent autour d'elle, mettent la pression et parfois leur menace à exécution. En même temps, Sabrina doit faire bonne figure auprès de ses amies et de son petit copain Harvey.

Concrètement, j'ai été un peu paumée en découvrant cette Sabrina 2018. Ambiance 50s raffinée mais assez décalée (un peu comme dans Bates Motel). Les personnages apparaissent brouillons et empêtrés dans un scénario qui part parfois dans tous les sens. Grosse surprise aussi de suivre une intrigue sombre et torturée (très éloignée de la version nostalgique sirupeuse). En bref, c'est un rendez-vous assez déconcertant et un peu fourre-tout. À voir sur la durée et la direction envisagée.

 

Bodyguard : série britannique créée par Jed Mercurio (2018)

Bodyguard BBC

Autre coup de com' avec cette nouvelle production BBC : Bodyguard a déboulé dans un concert d'éloges, avec un casting en or. Comment résister ? Bodyguard, c'est l'histoire d'un type désabusé et encore traumatisé par son passé de militaire, David Budd, aujourd'hui reconverti dans la protection rapprochée. Après avoir déjoué un attentat à la bombe dans un train, il est promu à la garde de la Ministre de l'intérieur, Julia Montague, qui fait couler beaucoup d'encre, car décriée pour ses convictions et décisions fracassantes (en gros, tous les militaires la détestent). La première rencontre entre Budd et la politicienne est désastreuse. Et puis... et puis... Scénario choc et très troublant. Attention, c'est du lourd, du torturé, de l'explosif. Ambiance parano et électrique sur toute la ligne. J'avoue, j'ai été complètement désarçonnée car je n'avais pas imaginé un truc pareil. C'est bon ? Oui ! Mais c'est rude.

 

Gilmore Girls: A Year in the Life série créée par Amy Sherman-Palladino (diffusion 2016)

Gilmore Girls

Et là, c'est le drame. Le revival de Gilmore Girls, ou comment sérieusement déprimer en quatre épisodes. Grosse, grosse désillusion de retrouver nos chères Gilmore et la ville de Stars Hollow dans ce projet poussif et tristement caricatural. Je suis fâchée. Rory est affligeante (oubliez la jeune fille brillante et ambitieuse, rencontrez une trentenaire déconnectée de la réalité, prétentieuse et sans but dans la vie). Au secours ! Comme beaucoup d'aficionados, j'étais excitée de replonger dans ma série doudou par excellence. Résultat : totale sidération, sensation de supercherie, clichés, lourdeurs... mais pourquoi ?! Par contre, grosse émotion à l'évocation de la perte de Richard Gilmore (Edward Herrmann) et immense amour pour Emily Gilmore interprétée par Kelly Bishop, sensible, drôle, mordante, bref impeccable.

 

Les Demoiselles du téléphone (Las Chicas del Cable) : série espagnole (diffusion depuis 2017)

les demoiselles du téléphone 1  les demoiselles du téléphone 2

Et pour finir, je plaide coupable, cette telenovela collectionne mauvais goût, acteurs médiocres, scénario tarabiscoté, overdose de guimauve et tout ça. C'est horripilant, cousu de gros fil blanc, et pourtant ça a un effet addictif - ohmygod - j'étais horrifiée de moi-même de suivre un programme aussi déplorable. Honte honte honte. L'histoire se déroule à la fin des années 20, dans une entreprise moderne de télécommunication, où des jeunes femmes de tous horizons vont se croiser et interagir avec leurs motivations personnelles. L'époque me faisait fantasmer, première désillusion avec une bande sonore complètement à côté de la plaque (musique contemporaine). Les toilettes, par contre, sont superbes. D'autres déceptions vont couler de source, je n'en ferai pas étalage, disons juste que je tiens à souligner le grand paradoxe de cette série : j'avais pleinement conscience de regarder une daube mais mon cerveau était lobotomisé. Je précise que j'ai mis un terme à mon autoflagellation au cours de la saison 2. Pfiou.

 

Séries en cours : Thirteen reasons why - Under the Dome

 

 

Posté par clarabel76 à 18:30:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,


30/10/18

Bilan du mois : Octobre 2018 ♪♫•*¨*•...•*¨*•♫♪

halloween tricks treats

Ce mois-ci, côté lecture, on a adoré :

♥ Broadway Limited T1 : Un dîner avec Cary Grant, de Malika Ferdjoukh ♥

Rien ne va plus sous les étoiles, de Jenny McLachlan

Le journal de Chloe Snow : Confessions toujours plus catastrophiques, d'Emma Chastain

Les Dix vœux d'Alfréd, de Maude Mihami

Ne la quitte pas des yeux, de Linwood Barclay

La Faute, de Paula Daly

Vintage, de Grégoire Hervier

Mort sur le Nil, d'Agatha Christie & lu par Samuel Labarthe

 

♪♫•*¨*•...•*¨*•♫♪...♪♫•*¨*•...•*¨*•♫♪

 

Côté séries TV, on n'a pas chômé non plus, avec...

Beau Séjour (série belge néerlandophone diffusée en 2017)

hotel beau sejour

Une adolescente se réveille dans une chambre d'hôtel, couverte de sang, et comprend qu'elle est morte. Sans souvenir de sa soirée, elle erre comme une âme en peine dans la petite ville de Dilsen-Stokkem et cherche à démasquer le coupable. Non, ce n'est pas un zombie. Est-ce du paranormal ? Non plus, et on s'en fiche un peu de savoir l'explication de ce phénomène. Pour pimenter la sauce, Kato est vue par une poignée de proches (son père, sa meilleure amie, le cousin de son petit copain etc.). Pourquoi, comment, etc. L'histoire est sombre, poignante mais rapidement prenante. Histoire de familles brisées, non-dits, trahisons, trafics, on comprend que la vie à Dilsen-Stokkem n'est pas calme et innocente. Ce que la série révèle, au fil des épisodes, est inattendu. La tension dramatique tient sur un fil tendu du début à la fin. C'est très, très bon.

 

La Forêt (mini-série française diffusée en Belgique puis en France courant 2017)

la forêt netflix

C'est encore l'histoire d'une adolescente portée disparue, dans la petite ville de Montfaucon, dans les Ardennes. Une affaire qui rappelle d'autres disparitions inquiétantes survenues quelques années auparavant et liées à la forêt qui encercle la ville... Les habitants retiennent leur souffle, tandis que l'enquête dévoile secrets et drames qui ébranlent la communauté. Encore une fois, l'ambiance m'a totalement muselée. J'ai enchaîné les épisodes, curieuse de connaître le dénouement, atterrée par les révélations et les rebondissements. Samuel Labarthe et Frédéric Diefenthal, entre autres, sont excellents.

 

The Mist (série US inspirée d'après la nouvelle de Stephen King, diffusion 2017)

the mist netflix

Un épais brouillard tombe sur la ville de Bridgton et sème la panique en provoquant hallucinations, violences et phénomènes paranormaux. Quelques habitants trouvent refuge dans le centre commercial, d'autres dans une église et encore dans le bureau de police. Forcément, l'âme humaine est faillible : survive face au danger devient mission impossible. Les nerfs lâchent, la suspicion galope à vitesse grand V et les crimes se perpétuent. Halte là : c'est vraiment mauvais, mauvais. Même si on retrouve le noyau dur du grand Stephen King, la réalisation est affligeante : acteurs médiocres, scénario tiré par les cheveux... j'ai halluciné plus d'une fois. Paradoxe : j'ai regardé les dix épisodes jusqu'au bout. Et poussé un cri d'horreur à la dernière minute. No way. Je jure qu'on ne m'y reprendra plus.

 

The Haunting of Hill House (série US diffusée en 2018 sur Netflix & inspirée d'après un roman de Shirley Jackson)

the haunting of hill house

Lorsque la famille Crain s'installe à Hill House, elle tombe sous le charme de cette imposante demeure chargée d'histoires. Cependant, les enfants sont rapidement imprégnés par son aura et deviennent sujets à des cauchemars, des apparitions, des terreurs nocturnes... Le climat devient lourd, une nuit, quand le père charge ses trois filles et deux garçons dans la voiture jusqu'à l'hôtel voisin, avant de rentrer au petit jour, la chemise couverte de sang. Son épouse est morte. Quel drame a eu lieu à Hill House ? Une vingtaine d'années plus tard, la plus jeune de la fratrie manifeste des troubles de la personnalité et retourne dans la maison de leur enfance... où elle se suicide. Ce nouveau drame vient chambouler Steven, Shirley, Theodora et Luke, tous forcés à se réunir pour les funérailles et mettre à plat non-dits et mensonges familiaux. Résultat, la série tient la distance, c'est flippant, poignant, éprouvant. Beaucoup d'intensité dramatique, un scénario élaboré et des personnages convaincants... mais je n'en suis pas sortie fatalement conquise (action lente et longue).

 

The Paradise (série BBC diffusée entre 2012-2014 & inspirée d'après le roman de Zola)

Paradise BBC

Une jeune campagnarde est embauchée dans un grand magasin où elle se fait rapidement remarquer pour ses idées et son ambition. Elle tape dans l'œil du grand patron, au grand dam de ses collègues... et surtout de la fiancée du bellâtre ! Au départ, j'ai regardé la série par curiosité mais n'en suis pas tombée amoureuse car des détails me chiffonnaient. Malgré tout, j'ai enchaîné les deux saisons... pointant toujours du doigt les mêmes défauts (les acteurs principaux peu charismatiques) et néanmoins intriguée par les petits rebondissements de l'histoire, les personnages secondaires plus attachants, l'époque et l'ambiance anglaise particulièrement savoureuse... Ce n'est pas excellent, pour un programme BBC j'ai vu mieux, mais ce n'est pas rédhibitoire non plus car le charme est présent, la fascination BBC aussi. Parmi mes préférences, j'aimerais citer Katherine Glendenning, la fausse méchante du casting. ☺

 

The Crown (série américano-britannique créée par Peter Morgan, diffusée depuis 2016 sur Netflix)

the crown

Est-ce utile de présenter cette série déjà culte ?
En tout cas, je vous dis : couronne britannique, secrets d'alcôve, acteurs brillants, glamour & émotions. C'est tout bon.
Suis absolument accro. Même le compte Instagram est excellent !

 

 

 

Posté par clarabel76 à 18:45:00 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

28/09/18

Bilan du mois : Septembre 2018 ♪♫•*¨*•...•*¨*•♫♪

quirky vintage girl

***********

Lus (cet été, mais rapportés en septembre) :

La dernière confidence d'Hugo Mendoza, de Joaquin Camps

Chère Mrs Bird, de AJ Pearce

Pas facile d'être une fille facile, d'Anna Premoli

Sans plus attendre, de Kristan Higgins

Comment le faire craquer en 10 leçons, de Joanna Bolouri

Trop beau pour être vrai, de Kristan Higgins

Poppy Wyatt est un sacré numéro, de Sophie Kinsella

On n'est jeune que deux fois, d'Adena Halpern

Les proies du lac, Kate Watterson

 

*********** 

Vus :

Spring Tide (Springfloden) : série suédoise (2016) inspirée d'après le roman Marée d'équinoxe

spring-tide

Une étudiante enquête sur un meurtre vieux de vingt ans (une inconnue a été enterrée vivante sur une plage et est morte noyée par la marée), parce que son père avait également bossé dessus avant de mourir. En voulant retrouver son ancien collègue, elle apprend qu'il est devenu SDF mais déterminé à venger ses semblables violentés par des voyous qui filment leurs exploits avant de les poster sur internet. Voilà une bonne série, au scénario poignant, qui ne montre pas que le bon côté de la Suède idyllique et idéalisée. Sinon, cela m'a donné envie de reprendre la lecture des romans écrits par Cilla & Rolf Börjlind (Cinqs lames d'acier, Colère blanche).

 

Trapped : série islandaise créée par Baltasar Kormakur (2015)

Trapped

Un cadavre mutilé est repêché dans le port d'une petite ville au nord de l'Islande, bientôt coupée du reste du monde à cause du blizzard. Un ferry tout juste arrivé du Danemark est contraint de rester à quai. La cohabitation avec les locaux s'annonce tendue, d'autant plus qu'un criminel se cache vraisemblablement parmi eux. Et le chef de la police n'est pas à la fête, depuis que son ex est de retour en ville. Ambiance glaciale dans ce polar qui tient en haleine et nous plonge dans une histoire sombre et implacable. On frissonne, on enchaîne les épisodes et on n'en revient pas des tours et détours du scénario. Très bon, tout ça !

 

The Rain : série danoise créée par Jannik Tai Mosholt, Esben Toft Jacobsen et Christian Potalivo (2018)

the rain netflix

Le synopsis faisant fortement penser au roman de Virginia Bergin, j'ai régardé par curiosité la saison 1 de cette série danoise. Tout commence par une pluie toxique qui décime la population. Un jeune frère et sa sœur sont envoyés par leur père (scientifique) dans un bunker pour y vivre en cachette. Au bout de quelques années, ils vont chercher à retrouver leur père et comprendre ce qui est arrivé au reste du monde. À l'extérieur, pourtant, le danger rôde toujours... dans l'air, mais aussi chez les rares survivants qui vont croiser leur route. Cela s'annonçait pas trop mal : un monde post-apo ravagé, des origines du mal encore énigmatiques, manipulation politique et un extrémisme scientifique qui enflamme les esprits... On y croit, et puis le résultat est assez bancal avec des personnages (jeunes adultes, principalement) débordés par leurs émotions et leurs hormones. En fait, c'est parfois risible et à côté de la plaque. Pas trop mon délire non plus. La série n'est peut-être pas mauvaise, juste inégale et perfectible.

 

The Innocents : série britannique créée par Hania Elkingon & Simon Duric (2018)

the innocents

Deux adolescents amoureux décident de s'enfuir loin de l'autoritarisme du père de la jeune fille. En route, ils croisent un type louche qui cherche justement à la kidnapper. L'adolescente va complètement paniquer et révéler une particularité dont elle-même ignorait l'existence. Après quoi, la série ne va cesser de nous surprendre. On est loin d'une banale romance interdite, l'histoire vire plutôt à la quête infernale pour comprendre un lourd secret de famille, avec en sus une touche fantastique et une ambiance captivante. Les ramifications de l'intrigue sont d'ailleurs plus nombreuses et opaques qu'en apparence. Les acteurs sont très attachants (excellent Harry Polk, alias Percelle Ascott). Et la musique, géniale !

 

Dark : série allemande créée par Baran bo Odar (2017)

dark netflix

Des phénomènes étranges se produisent dans la ville de Winden, autour d'une grotte et d'une centrale nucléaire. Ses habitants sont d'ailleurs tous impactés. En menant l'enquête pour retrouver son fils, un policier replonge dans son enfance alors que son jeune frère disparaissait dans des circonstances similaires. En fait, il faut bien s'accrocher car l'histoire va mélanger passé et présent à travers la destinée de plusieurs familles (depuis 1953 à 2019). C'est complètement fou, mais le scénario est habile, surprenant et compliqué aussi. Il ne faut surtout pas en perdre une miette tant l'ensemble est entremêlé. L'ambiance de cette petite ville allemande est également flippante, ce qui rend la fascination encore plus forte.

 

Anne with an E : série canadienne créée par Moira Walley-Beckett,
d'après le roman
de L.M. Montgomery (Anne of Green Gables)

anne with an e

Aaaaah, j'ai adoré ! Une belle bulle de fraîcheur dans cette grisaille : cette nouvelle adaptation du grand classique de Lucy Maud Montgomery est discutable (on s'éloigne beaucoup de la trame romanesque) mais inspire bonheur et bien-être. Impossible de résister. Les acteurs sont parfaits (Gilbert Blythe, en tête). Et les thèmes abordés sont multiples et avant-gardistes (féminisme, homosexualité, comment vivre sa différence dans un monde uniforme). Vivement la suite !!! 
PS : Le générique est superbe.

 

 

 

Posté par clarabel76 à 17:45:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :


30/06/18

Bilan du mois : Juin 2018 ♪♫•*¨*•...•*¨*•♫

beach bike balloon

Il fait chaud ! il faut beau ! les vacances approchent ! et voici les bonnes pages du mois !

☼ La ferme du bout du monde, de Sarah Vaughan

☼ Les tribulations d'une cuisinière anglaise, de Margaret Powell

☼ Le parfum du bonheur est plus fort sous la pluie, de Virginie Grimaldi

☼ Jake Djones : Gardien du temps, de Damian Dibben

☼ Moi, Simon, seize ans, Homo sapiens, de Becky Albertalli

☼ La terrifiante histoire de Prosper Redding, d'Alexandra Bracken

... entre autres  

kid-summer-themed-pool-party-vintage-swim-cap

Posté par clarabel76 à 12:00:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

30/03/18

Bilan du mois : Mars 2018 ♪♫•*¨*•...•*¨*•♫♪

tulipe rose

Voici le printemps ! mars, avril au doux sourire,
Mai fleuri, juin brûlant, tous les beaux mois amis !

extrait: Victor Hugo, Toute la lyre

 

 

Le célèbre catalogue Walker & Dawn, de Davide Morosinotto

Une fille au manteau bleu, de Monica Hesse

Le sel de nos larmes, de Ruta Sepetys

Mes nuits à la caravane, de Sylvie Deshors

Coment maximiser (enfin) ses vacances, d'Anne Percin

 

Trois baisers, de Katherine Pancol

Gaspard ne répond plus, d'Anne-Marie Revol

En attendant Monsieur Bellivier, de Britta Röstlund

Un traître à Kensington Palace, d'Anne Perry

Après l'incendie, de Robert Goolrick

 

(Moisson du mois de mars 2018)

 

Posté par clarabel76 à 18:30:00 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags :

28/02/18

Bilan du mois : Février 2018 ♪♫•*¨*•...•*¨*•♫♪

 Reading and laughing

 

Baby it's cold outside ! Entre la neige, le froid, les inondations & autres réjouissances, cet hiver infernal force la lectrice insatiable à se barricader dans son chez-soi et ne plus en déloger jusqu'à nouvel ordre !

Voici venir la petite récolte du mois sans tambour ni trompette ☺

 

Sauveur & Fils S.1 de Marie Aude Murail  [#

Les Super Méchants : Opération Chatons Zombies d'Aaron Blabey [#]

Essence de Fred Bernard & Benjamin Flao  [#]

Couleurs de l'incendie, de Pierre Lemaitre [#]

Une histoire des abeilles de Maja Lunde [#]

Quand sort la recluse de Fred Vargas [#]

Le Bois des Ombres, de Barbara Dribbusch  [#]

Trop de morts au pays des merveilles, de Morgan Audic [#]

 

 Image associée

Joan Fontaine in Suspicion (1941)

 

Posté par clarabel76 à 18:45:00 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :