16/02/09

Mille soleils splendides - Khaled Hosseini

« Mariam n'ayant jamais porté de burqa, Rachid dut l'aider à enfiler la sienne. La partie rembourrée au sommet, lourde et un peu étroite, lui enserrait le crâne comme un étau, et le fait de voir à travers le grillage lui parut très étrange. Elle s'entraîna à marcher avec dans sa chambre mais, comme elle était déstabilisée par la perte de sa vision périphérique et que l'étoffe se collait contre sa bouche, l'empêchant de respirer, elle ne cessait de trébucher, se prenant les pieds dans l'ourlet de la robe. »

51jN9vLghDL__SS500_Dans l'Afghanistan des années 70 à nos jours, deux femmes nous font partager leurs destinées en un mélange de passion, d'émotion et de désarroi. Mariam vit seule avec sa mère, répudiée par sa famille pour avoir été la maîtresse de son employé, le grand et riche Jalil. La petite fille idolâtre son papa, qui lui rend visite une fois par semaine, et refuse de donner foi aux propos acrimonieux de sa mère, rendue jalouse et haineuse par le temps. Pour son quinzième anniversaire, Mariam émet une demande : se rendre au cinéma, dans la ville de son père. Mais le rendez-vous tourne au cauchemar et aura des conséquences désastreuses sur la vie de la jeune fille.

Laila a grandi à Kaboul dans un foyer aimant et stable, son père est un intellectuel, il enseigne la poésie, et sa mère a un caractère difficile mais supportable. Elle a surtout peur pour ses fils, partis au combat (nous sommes dans les années 80) et va d'ailleurs perdre la raison en apprenant leur mort. Laila a heureusement son meilleur ami Tariq pour l'aider à surmonter le quotidien morose à la maison, jusqu'au jour où celui-ci annonce qu'il doit quitter le pays avec ses parents. Un monde s'écroule, noyé sous les bombardements.

Mariam et Laila vont se croiser, se rencontrer, vivre ensemble. Elles vont partager le toit du même homme, Rachid, qui est un monstre de violence et de misogynie. Le roman raconte leur quotidien, semblable à celui de milliers de femmes afghanes, dans un pays ravagé par les conflits. La place des femmes, elle, n'a fait que dégringoler dans l'estime des hommes, c'est parfois très révoltant à lire à travers des yeux d'occidentale. Roman prenant et poignant, il est écrit pour être lu d'une traite et pour accrocher le lecteur sensible à ces deux destinées de femmes fortes et remarquables. Jusqu'au bout on a le coeur un peu lourd, peut-être la faute à un sentimentalisme trop poussé. En tout cas, le but est atteint : roman dévoré et fort apprécié !

10/18 - 410 pages - 8,60€
traduit de l'américain par Valérie Bourgeois

Posté par clarabel76 à 08:00:00 - - Commentaires [25] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,