27/11/06

Le nouveau magasin d'écriture - Hubert Haddad

Voici un livre dont vous allez en entendre parler sur ce blog :

nouveau_magasin_d_ecriture

Souvenez-vous du jeu littéraire déniché sur le site des éditions Zulma qui conviait quiconque à se lancer dans le projet audacieux de l'écriture ! Aspirant écrivain ou non étaient les bienvenus !.. ça me plaisait et puis les résultats du petit jeu étaient plutôt surprenants. Bon allez, c'était tellement déconcertant que parfois le texte final n'était pas au goût de quelques blogueuses talentueuses. Souriant encore à leurs arguments (ah, les filles !..), je vous livre ici les 6 principes majeurs de l'écriture :

1. Ne plus jamais dire : "ça n'a pas de sens", "ça ne veut rien dire". Le sens en art est multiple, polyvalent, interférent, versatile comme un ciel normand, imprévisible comme un destin.  (...)

2. Il faut se laisser surprendre, sortir du lien causal qui régit l'ensemble de nos conduites. Aucune création ne naît du vide mais d'un chaos préalable. Accepter le chaos sans constriction, donc.

3. Accepter la fantaisie, l'absurde, le saugrenu, et même l'inégalable bêtise.

4. "On ne fait pas de bonne littérature avec de bons sentiments." Bien plus, on ne fait pas de la mauvaise littérature avec les ordonnancements du surmoi.  Contournez vos censures, moquez-les : l'humour est un bain de jouvence où la plume doit se noyer à demi en permanence. Soyez cruels et brutaux sur la page. Vous n'êtes pas le chaperon de vos personnages...

5. Ecrire, c'est d'abord travailler avec et sur la fragilité. Ne jamais émettre de jugement de valeur, de critique négative, d'impatience moralisante...

6. Un texte par ailleurs n'est jamais l'application d'un principe (...) La passion prime, une fois le champ d'action mis en place.

Ceci pour commencer à parler de ce volumineux livre de 938 pages. Une mine pour les amoureux des mots, et ce n'est pas nécessaire d'aspirer à devenir écrivain ! Comme moi, véritable passionnée de la langue, je savoure les conseils de Hubert Haddad et me régale de ces ateliers et autres exercices d'écriture. D'ailleurs, je vous en proposerai quelques-uns, en plus des autres présentations de ce magasin chic et excitant...

Posté par clarabel76 à 22:38:00 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags : ,


11/10/06

La Madone des Sleepings - Maurice Dekobra

Madone_des_sleepingsLondres, dans les années 20. La fantasque et ravissante Lady Diana Winham fait couler beaucoup d'encre par son exubérance, sa beauté et ses frasques amoureuses. Veuve et proche de la ruine, elle entreprend de détourner les racontars mondains en dansant nue pour un spectacle de bienfaisance. Lady Diana a une idée pour renflouer ses caisses et confie à son secrétaire, le Prince Gérard Séliman, la mission de se rendre à Berlin pour corrompre quelques responsables bolchéviques et récupérer l'autorisation d'exploiter ses champs de pétrole en Géorgie. Mais cela se corse : le responsable Varichkine tombe fou amoureux de la belle Lady Diana, au grand dam de la maîtresse officielle, l'égérie rouge, Irina Mouravieff.

Duel de tigresses, conflits politiques et batifolages entre Londres, Berlin, le Caucase et l'Ecosse... "La Madone des Sleepings" est un roman qui cabriole follement. Mais qui est cette Madone ? « Elle est veuve, ravissante, ruinée et reçoit environ sept cent trente invitations à dîner chaque année. Elle danse nue dans les œuvres de bienfaisance et ne cesse de voyager. On la surnomme La Madone des Sleepings. » C'est Lady Diana, une vraie icône de mode, l'élégance personnifiée, un tempérament de feu, qui s'enhardit aux plus extravagantes démonstrations pour braver la bonne société à laquelle elle appartient, mais la ruine imminente la rend folle, prête à accepter un mariage arrangé pour sauver les faux-semblants. La jalousie rageuse de son ennemie, Irina Mouravieff, va mettre en péril la vie du dévoué Prince Séliman. Ce dernier est à Londres depuis six mois, chassé impunément de New York par une épouse en furie et bafouée (l'anecdote ne manque pas de soulever quelques sourires !), et est devenu le secrétaire gentleman de la belle sans toucher un pécule. Séliman et Lady Diana ne sont pas amants, juste très liés par une affection réciproque.

Bref, les aventures de cette Lady Diana, contées par un Prince Séliman aux abois, relèvent d'une grande imagination. L'auteur, Maurice Dekobra, est un grand reporter et un traducteur des romans de Defoe, London et Twain. Il faut d'ailleurs préciser que ce roman a été publié pour la première fois en 1925 et a reçu un accueil débordant d'enthousiasme pour ce roman romantique, intrépide, drôle et croquignolet ! C'est merveilleusement écrit, fruité et délicieux, savamment moqueur, jamais méchant et une ôde sans égal pour une galante britannique, chic et effrontée, impudique et sans morale, malgré tout adorable ! J'ai été conquise par ce roman, par cette histoire pleine de rebondissements, par les personnages fougueux, redoutables et romanesques en diable ! "La Madone des Sleepings" ne doit plus tomber dans les oubliettes et a eu cette aubaine de revenir sur le devant de la scène. Emparez-vous très vite de cette Lady Diana conquérante, du Prince Séliman en chevalier servant, et des troubadours, louves et autres Messaline qu'on croise au fil des pages ! Juste pour conclure : "La Madone des Sleepings n'a pour auréole que le cercle vicieux de ses caprices et pour chapelle que les chambres de luxe des grands palaces..." Divin !

Zulma

Posté par clarabel76 à 20:14:00 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : ,

08/10/06

La Solution Esquimau - Pascal Garnier

La_solution_esquimauC'est l'histoire d'un roman où Louis, le personnage central, décide de tuer sa mère pour récupérer l'héritage. Puis, il décide d'accomplir le même acte de "bon débarras" pour les parents de ses amis. Hop, ni vu ni connu. Il adopte là la Solution Esquimau : "il tue les parents comme les Esquimaux abandonnent leurs vieux sur un morceau de banquise, parce que c'est naturel, écologique, bien plus humain et beaucoup plus économique que de prolonger leur interminable corvée dans des mouroirs sinistres". C'est également l'histoire de l'auteur de ce roman, un certain Pierre (le mensonge n'est pas loin...). Il est réfugié dans une maison sur la côte normande, reçoit la visite d'une petite amie, d'une adolescente fugueuse, de voisins privés de télévision, et d'un meilleur ami qui est passé à l'acte. Comme Louis !

"La Solution Esquimau" est paru pour la première fois en 1966 aux éditions Fleuve Noir. C'est une excellente idée de la part de Zulma de remettre à l'honneur ce titre franchement hilarant, décapant, immoral et sombre. Humour noir garanti, c'est vrai. Les épisodes entre Louis et son auteur s'adressent quelques messages en écho, mais leur point commun au final est cette désolation permanente : deux paumés, deux déchets célibataires, vie sociale égale zéro. Le roman piétine, l'écrivain tente de puiser l'inspiration dans l'expérience sinistre de son meilleur ami, mais l'entreprise salvatrice de ce dernier inquiète son campagnon. "Je ne suis pas un héro d'un de tes bouquins", lui dit-il. Comment se sortir de ce guépier ?.. Comment rattraper le Louis du roman dans le roman ? La Solution n'est pas si évidente. A ceci, s'ajoute l'impression de flou, de confusion permanente, où fiction et création s'emmêlent les filets. Parfaitement déconcertant, donc forcément intéressant, le roman de Pascal Garnier mérite une révision en toute innocence, le sourire au coin des lèvres...

Zulma

Posté par clarabel76 à 17:52:00 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags : ,