09/12/16

Le Trône de Fer Tome 4 : L'Ombre maléfique, de George R.R. Martin lu par Bernard Métraux

Ce tome fait suite à La Bataille des Rois et se révèle globalement n'être qu'un épisode de transition, assez creux, et néanmoins essentiel à la bonne compréhension de la série. ☺

L'ombre maléfique

Le royaume des Sept Couronnes est désormais plongé dans le chaos, la mort de Robert Baratheon a logiquement installé son héritier Joffrey sur le trône, mais sa légitimité est contestée. Décrié comme étant le pantin à la solde des Lannister, sa mère Cersei et son oncle Tyrion, désormais la Main du Roi, Joffrey ne rallie aucun seigneur à sa cause. Les frères de Robert, Stannis et Renly, partent en guerre. Robb de Winterfell s'autoproclame roi du Nord et envoie ses troupes à la conquête de territoires ennemis. Disons que, dans l'ensemble, ça s'affronte dans tous les coins, le royaume est à feu et à sang. Même Theon Greyjoy se lance dans la mêlée pour affirmer crânement son autorité, frustré par une sœur à qui l'on confie des missions plus valorisantes. Il faut dire aussi que Asha Greyjoy a salué leurs retrouvailles, au bout de dix ans, par une humiliation publique, en se faisant passer pour une autre tandis qu'il la courtisait hardiment. Jalousie, ambition, pugnacité, trahison et mésalliance... Les ingrédients du bouillon croquent sous la dent, mais laissent un goût amer en bouche.

L'intrigue générale est donc assez stratégique. On survole les positions des personnages, on suit leurs motivations, on tente parfois de cerner leurs plans, sans quoi il y a peu d'action susceptible de surprendre le lecteur. Certes, un prétendant aux sept couronnes va décéder, dans des circonstances très nébuleuses et qui seront sans doute exploitées par la suite (je l'espère). Le personnage de Robb Stark est totalement zappé : l'héritier de Winterfell est parti en campagne, mais ses exploits sont relatés par ouï-dire. Sa mère Lady Catelyn erre comme une désespérée alors que sa famille se délite, Sansa est retenue prisonnière des Lannister pour épouser Joffrey (quelle cruche, celle-ci), Arya se cache sous les oripeaux d'une servante de cuisine à Harrenhal où se trouve Tywin Lannister (quelle ironie), Bran est seul à Winterfell et fait de plus en plus de rêves tristement prémonitoires... Jon Snow, toujours flanqué chez la Garde de la Nuit, vient de franchir le Mur pour parcourir des contrées étranges et dangereuses. 

Ainsi, toutes les araignées tissent leur toile avec fourberie et audace, des personnages secondaires surgissent, comme Osha la sauvageonne, Asha l'insolente et intrépide sœur de Theon Greyjoy, et aussi Ygritte la fille du Nord. De son côté, l'exotique Daenerys prépare son retour fracassant, suivie de trois jeunes dragons déchaînés. L'ambiance est assez sombre et pesante, elle n'égale sans doute pas la tension dramatique du premier volume mais se propose de nous divertir autrement. Pour le coup, je dois admettre que la lecture audio est grandement efficace pour s'absorber dans ce récit teinté de fureur et de folie. On y avance à petits pas chassés, hypnotisés par l'interprétation de Bernard Métraux. Ce dernier n'a de cesse de nous plonger au cœur des méandres, avec sa gouaille, sa force et son sens très pointu de la théâtralité. C'est assez impressionnant... (même si le choix des voix nasillardes pour les personnages, principalement féminins, me fait hérisser les poils sur les bras). Le format audio offre ainsi une sacrée immersion dans l'univers foisonnant du Trône de Fer ! Je poursuis l'aventure... 

[A Game of Thrones]

Trad. de l'anglais (États-Unis) par Jean Sola

Lu par Bernard Métraux - Durée d'écoute : environ 14 h

Collection Écoutez lire, Gallimard  /  Mars 2016

 


22/11/16

Qui es-tu, Alaska ? de John Green, lu par Julien Allouf

Qui es-tu AlaskaRedécouverte du roman de John Green avec la version audio.
Lu par Julien Allouf, le texte nous transporte efficacement dans cet univers confiné d'un pensionnat privé et élitiste, où des jeunes gens désabusés se rencontrent, lient des amitiés fusionnelles et multiplient les expériences, parfois jusqu'au-boutistes, d'où une issue qui laisse aussi un goût amer. 
Miles Halter est en quête d'un “Grand Peut-être” (dernières paroles prononcées par Rabelais sur son lit de mort). Après avoir quitté une vie morne et sans panache, il débarque à Culver Creek en nourrissant de grandes ambitions. Avec ses nouveaux camarades, il se laisse vite entraîné dans le tourbillon des premières fois : premières cuites, premières amours, premiers baisers volés et premiers désirs sexuels... Ô sombre insouciance d'une jeunesse exubérante mais fracassée. Car on comprend qu'au-delà des excès, l'histoire est aussi à fleur de peau. Ces jeunes gens ivres de plaisir et de malheur se donnent une posture, ils jouent un rôle, adoptent des noms de code, se moquent des interdits, veulent tout et tout de suiteParmi eux, il y a Alaska Young. Fascinante et mystérieuse, Alaska cristallise toutes les passions. Elle est belle, brillante, mais aussi lunatique, boudeuse, cachotière, menteuse et manipulatrice. Une jeune fille caractérielle, mais blessée et insaisissable. Ce sont aussi toutes ses failles qui guident l'intrigue du livre, pour venir éclabousser la vie de Miles, dont on suit le parcours sans grande empathie, en déplorant son caractère passif et obsessionnel.  
La lecture n'est pas tendre, elle ne nous cajole pas dans le sens du poil. Elle irrite exprès, agace profondément et nous enchaîne dans son “labyrinthe des malheurs” avec une pointe de sidération. Entre révélations bouleversantes et sentiments d'oppression, voilà un roman singulier qui raconte la difficulté de grandir, d'aimer et de s'accepter avec son lot de regrets et de déceptions. Chose inattendue, ma relecture me semble plus critique car je porte sur le livre un autre regard, un regard plus amer, même si je me souviens avoir ressenti un étrange malaise la première fois. Et puis il y a eu le “phénomène” Nos étoile contraires, qui a consacré l'auteur et renvoyé ce titre comme étant le roman générationnel par excellence. Je ne lui conteste pas ce fait, mais je préfère garder une certaine distance et émettre quelques réserves sur le contenu du livre (détails crus, personnages désœuvrés, attitudes navrantes & ambiance déconnectée de toute réalité). À manipuler avec précaution. 

Texte lu par Julien Allouf pour les éditions Gallimard / coll. Écoutez Lire

Novembre 2016 - durée : 7h 30

Traduit par Catherine Gibert

Posté par clarabel76 à 19:00:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

24/10/16

Mémoire de fille, d'Annie Ernaux lu par Dominique Reymond

Mémoire de fille

Annie Ernaux replonge dans l'été 1958, alors qu'elle était une toute jeune fille d'à peine dix-huit ans, sortant de son école religieuse, innocente de la vie et du monde. Elle débarque à la colonie de S. dans l'Orne en tant que mono et tombe sous le charme de son supérieur, H. Ce type abuse d'elle honteusement, mais la jeune Annie, tellement naïve, s'accroche à lui et ne s'apesantit pas sur sa première nuit (loupée) avec cet homme, qui cherche un plaisir brutal et égoïste.

Le compte-rendu est extrêmement violent, donnant des détails crûment, sans trace d'émotion ni le moindre état d'âme. Comme une volonté franche et résolue de s'affranchir de la petite Annie Duchesne. La fille de 58 cherche en effet à s'émanciper de son éducation de jeune campagnarde et envisage la sexualité comme une étape pour appartenir à un groupe, aussi elle se donne sans réfléchir et se soumet au désir de l'autre. Mais son attitude est raillée, la jeune fille tombe en dépression, son corps exprime son traumatisme (boulimie, aménorrhée).

L'écoute du livre audio devient rapidement une expérience douloureuse, d'abord parce que le récit est lu très froidement par Dominique Reymond, d'une voix grave et sensible, quasi atone, ce qui ne favorise pas un sentiment d'empathie. Puis, l'étalage de l'agressivité sexuelle est déplaisant, en plus de mettre mal à l'aise. Je me sentais dans la peau d'une voyeuse, dépositaire d'une histoire confiée sans retenue, supportant un troublant jeu de rôles entre le “elle” et le “je” pour bien marquer la distance intectuelle et la condamnation de la petite Annie D. (“son désir, sa folie, son idiotie et son orgueil, sa faim et son sang tari”). Je n'ai pas adhéré au principe, trouvant cette attitude désagréable et prétentieuse.

Ce livre, non vraiment, n'a pas su me toucher, ni m'émouvoir. Je l'ai trouvé insupportable à écouter, à comprendre, à cerner. Je vais à contre-courant de la tendance générale qui crie au génie dès qu'un livre d'A. Ernaux sort en librairie, mais personnellement je trouve ses récits de plus en plus lassants. 

Lu par Dominique Reymond pour Gallimard, coll. Ecoutez Lire / Octobre 2016

Durée : env. 3h 30

Bibliobs > VIDÉO. Faut-il lire “Mémoire de fille”, d'Annie Ernaux ?

Posté par clarabel76 à 08:45:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

20/09/16

En attendant Bojangles, d'Olivier Bourdeaut

En attendant Bojangles

Quelle lecture épatante !

Largement plébiscité par les libraires et les lecteurs, récompensé par de nombreux prix, ce roman n'usurpe pas l'excellente appréciation qui le précède et se révèle cet incroyable petit bijou de littérature qui donne du baume au cœur et des larmes aux yeux. Oui c'est tellement beau, à lire ou à écouter. Car n'hésitez pas à vous plonger dans la version audio (Gallimard, coll. Ecoutez Lire) qui s'accompagne d'une réalisation sonore impeccable, en incluant des extraits de la chanson de Nina Simone, Mr. Bojangles, auquel le titre fait référence. L'ensemble fait bon ménage. L'histoire est lue par le comédien Louis Arene de la Comédie Française, qui sert avec délice cette histoire d'amour fou en alternant l'innocence de l'enfant et la dévotion du mari au service d'une femme complètement toquée, mais qui n'en conserve pas moins toute sa superbe ! 

C'est donc l'histoire d'une rencontre entre un homme à l'imagination débordante et une femme fantasque qui vont allier leur grain de folie, se marier, fonder une famille et vivre de soirées pétillantes, à boire, à danser, à discuter avec la crème intellectuelle. L'homme et la femme forment un couple magique, intouchable. Leur fils souvent les observe avec émerveillement et tendresse. Lui aussi revendique sa part d'élucubrations loufoques que sa maîtresse réprimande, mais l'enfant est couvert par les excentricités de sa mère, qui préfère l'enlever du carcan de la société pour l'emmener dans ses délires, ses rêves et ses voyages. La réalité, hélas, rattrapera notre trio audacieux et s'invitera à la fête de manière brusque, intolérable et poignante. Clap de fin sur la valse étourdissante, retour au concret avec toujours la petite musique en toile de fond. Qui a dit que l'aventure était terminée ? Car Bojangles est éternel, et cette histoire nous le prouve. C'est triste et drôle, tragique et étincelant, dans un style inventif et poétique, qui saura vous éblouir, vous toucher et vous emporter au-delà de toute raison. Une lecture fantaisiste, mais si vraie, si sensible et sensuelle... ♥

Texte lu par Louis Arene pour les éditions Gallimard, coll. Ecoutez Lire (durée 4h 30) - Septembre 2016

Titre disponible aux éditions Finitude, qui ont eu du flair en dénichant cette pépite ☺

« Depuis notre pétaradante rencontre, elle faisait toujours mine d'ignorer la réalité d'une façon charmante. Du moins, je faisais mine de croire qu'elle le faisait exprès, car c'était chez elle si naturel. [...]
Son comportement extravagant avait rempli toute ma vie, il était venu se nicher dans chaque recoin, il occupait tout le cadran de l'horloge, y dévorant chaque instant. Cette folie, je l'avais accueillie les bras ouverts, puis je les avais refermés pour la serrer fort et m'en imprégner, mais je craignais qu'une telle folie douce ne soit pas éternelle. Pour elle, le réel n'existait pas. J'avais rencontré une Don Quichotte en jupe et en bottes, qui, chaque matin, les yeux à peine ouverts et encore gonflés, sautait sur son canasson, frénétiquement lui tapait les flancs, pour partir au galop à l'assaut de ses lointains moulins quotidiens. Elle avait réussi à donner un sens à ma vie en la transformant en un bordel perpétuel. »

 // 

  • GRAND PRIX RTL-LIRE 2016
  • PRIX DE L'ACADÉMIE DE BRETAGNE 2016
  • PRIX EMMANUEL-ROBLÈS 2016
  • PRIX ROMAN FRANCE TÉLÉVISIONS 2016
  • ROMAN DES ÉTUDIANTS FRANCE CULTURE - TÉLÉRAMA 2016

Posté par clarabel76 à 15:45:00 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

Le Cœur cousu, de Carole Martinez & Lu par Suliane Brahim

Le coeur cousu

Santavela, village du Sud de l'Espagne, terre de processions religieuses, de cancans, de lubies douces et magiques !  
Mariée à seize ans, Frasquita voit son mari perdre la boule après la naissance de leur premier enfant. Lui, le forgeron, se prend pour un coq et s'enferme dans le poulailler. À chaque fois que son épouse accouche de filles, c'est la même rengaine. Frasquita implore “les sagesses”, Blanca et Maria, de lui procurer des décoctions miraculeuses pour aider à la naissance d'un fils. Et un soir de lune rousse, Frasquita avale sa potion, fait ses prières et neuf mois plus tard, vient au monde Pedro el Rojo, son bébé poil de carotte. 
Mais la roue tourne pour Frasquita, devenue une pièce d'échange lors d'un combat de coqs que son mari va perdre. Elle quitte tout pour suivre un inconnu, part à travers l'Andalousie avec ses marmots et découvre un pays de légendes. Et l'histoire continue de rouler sa bosse sur un sol de poussière et de rocaille, farouche et indomptable. Il y a un côté flamboyant dans cette fresque romanesque et familiale, où le beau croise le tragique, les joies succèdent aux larmes, la poésie escamote le grotesque. 
Cette histoire insolite est rapportée par Soledad, la petite dernière de la famille. Elle aussi est belle et gracieuse, elle fait tourner la tête des garçons et pourtant elle refuse d'avoir un prétendant. C'est ancré dans ses gènes, dès sa naissance, sa mère a lu en elle un avenir fait de solitude, d'où son prénom Soledad. Dans son grand cahier noir, elle s'épanche rageusement : « Il me faut t'écrire pour que tu disparaisses, pour que tout puisse se fondre au désert, pour que nous dormions enfin, immobiles et sereins, sans craindre de perdre de vue ta silhouette déchirée par le vent, le soleil et les pierres du chemin. (...) Il me faut te tuer pour parvenir à mourir... enfin. »
Récit passionnel et fougueux, fable onirique et humaine, Le Cœur Cousu est un roman qui évoque à sa façon la transmission, la relation mère / fille, la sensualité, la folie, l'amour, les désirs et les rêves. C'est un univers pittoresque, hanté par
 un ogre, un homme qui sent l'olive, un bébé solaire, une prostituée au grand cœur, un chien jaune et un coq rouge, à l'instar d'un conte lumineux, où les scènes cruelles et cocasses témoignent du bonheur d'imaginer. Le merveilleux ici n'est jamais forcé : il s'inscrit naturellement dans le cycle de la vie. 

Lu par Suliane Brahim, pour Gallimard, Collection Écoutez lire - Durée d'écoute : env. 11h 30 
Avec grâce et sensibilité, Suliane Brahim nous transporte dans cette étonnante fable lyrique à travers l'Andalousie de la fin du XIXesiècle. 
Parution : 09-06-2016

 

Posté par clarabel76 à 15:00:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,


17/09/16

Écoutez lire : Matilda, de Roald Dahl

Matilda

À cinq ans, Matilda Verdebois est une petite fille très éveillée, véritable dévoreuse de livres, douée en mathématiques et en orthographe. Elle se fait pourtant toute discrète à la maison, car ses parents ne conçoivent pas la vie sans une série télévisée et la rabrouent souvent de ne pas être à leur image. 
Mlle Candy, son institutrice, détecte tout de suite son potentiel hors du commun et décide de la prendre sous son aile. Mais il faut d'abord composer avec le caractère coriace de Mlle Legourdin, la directrice de l'école, qui déteste les enfants, les nattes, les jupes plissées et les grandes oreilles. Elle prend aussi un plaisir sadique à persécuter les élèves en les humiliant publiquement.
Personne ne pipe mot. Cette femme est tellement immonde qu'elle est redoutée de tous, même les parents n'ont pas conscience de l'énormité de sa cruauté. Matilda est sidérée, tant et si bien qu'elle développe un don de télékinésie qui pourrait bien servir ses petites affaires... ^-^

L'histoire étale joyeusement l'esprit perfide et méchant des adultes, avec moult détails sur les tortures infligées aux enfants (tirer les oreilles, punir au coin sur un pied, réciter sa table de multiplication à l'envers, jouer du javelot avec les tresses, avaler un gâteau au chocolat en entier...). C'est féroce, mais cocasse. Les jeunes lecteurs l'ont d'ailleurs compris, en plébiscitant l'héroïne de ce roman délectable. 
Car Matilda est une fillette extraordinaire, qui compense sa malchance d'avoir deux parents crétins par un tempérament doux et avenant (même si la demoiselle sait faire preuve de rouerie pour les tourner en bourrique). Ça et la lecture de Dickens qu'elle affectionne par-dessus tout. Témoin de tant de malice, elle va s'improviser justicière de l'ombre et déployer ses super-pouvoirs ! 

La lecture faite par Christian Gonon, accompagné de 7 autres comédiens (Isabelle de Botton, Anne Canovas, Laetitia Godes, Amélie Gonin, Sarah Haxaire, Sandrine Le Berre, Thierry Pietra) est pleine de vie, guillerette et entraînante (superbe orchestration musicale). On retrouve dans ce livre l'humour mordant de Roald Dahl, sa fantaisie, sa moralité, ses fanfaronnades et une vision affligeante du monde des adultes. Hop, hop, hop... Le comique se substitue au terrible. On chasse les grimaces, on range les grincements de dents et on se réjouit du tournant des événements.
Public conquis. Applaudissements dans la salle.

Gallimard Jeunesse, coll. Ecoutez Lire - Juin 2016 pour la présente édition

Titre disponible en Folio junior n° 744

 

 

 

Posté par clarabel76 à 10:00:00 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

14/09/16

Écoutez lire : Le Petit Nicolas & autres histoire inédites, de Sempé & Goscinny

Pour chasser le blues de la rentrée, retrouvons le Petit Nicolas dans ses savoureuses histoires qui font passer l'école, les copains, les parents et la routine pour des valeurs sûres et réconfortantes ! ... Allez zou, dans la playlist !  

Six histoires inédites du Petit Nicolas

Au programme ! Nicolas et ses copains ont très envie d'aller au cinéma pour voir le dernier film sur D'Artagnan, mais décrocher l'accord du père n'est pas une sinécure. Nicolas a eu une mauvaise note en orthographe, au grand mécontentement paternel, seulement le garçon va fortement l'impressionner en étalant sa culture au moment de répondre aux questions d'un jeu à la radio en toute spontanéité. Le lecteur, lui, comprendra. Lors de la visite des parents dans la classe des garçons, les adultes ne tarissent pas d'éloges sur le comportement irréprochable des enfants, tous sages et appliqués, comme la maîtresse leur avait demandé, et puis un problème de mathématiques va soudain chiffonner les papas qui se chamaillent quant à sa solution. Le père de Nicolas reçoit la visite d'un vieux camarade de classe, mais celui-ci va briser l'image modèle en racontant des anecdotes coquines sur les bêtises de leur enfance. 

Ce sont grosso modo 43 minutes de bonheur à écouter des histoires pleines d'humour et de fraîcheur sur la vie de Nicolas et ses copains. Un petit vent de nostalgie souffle aussi sur la lecture, qui n'est pas pour me déplaire. 

Les trois comédiens, Alain Chabat, Patrick Timsit et Elie Semoun, prêtent à tour de rôle leur voix au Petit Nicolas (chacun jugera de la prestation réciproque, en notant des petites préférences) mais globalement ils ont tous su restituer la candeur et l'espièglerie des jeunes héros. 

Musique originale: Christian Piget

La bonne surprise et autres histoires inédites du Petit Nicolas

Changement de disque, mais le contenu lui reste le même : des farces, des batailles, des punitions, des bonnes blagues et de la rigolade. Sept histoires inédites pour faire rire et sourire les petits et les grands.

En classe, Nicolas a réalisé le plus beau lapin en pâte à modeler et montre fièrement sa création à la maison, et là c'est le drame. Crise familiale avec grosse dispute hystérique. Franchement, le talent de Nicolas est incompris ! Pour avoir ramené une mauvaise note en arithmétique, Nicolas essuie la colère de papa et doit prendre des cours particuliers avec un jeune étudiant qui prend des billes et des rails de train pour faire sa leçon, seulement il se fait prendre la main dans le sac et claque la porte de la maison, sous le coup de l'humiliation. 
Le Bouillon est remplacé par Monsieur Mouchabière pour surveiller les garnements pendant la récréation, il est nouveau et beaucoup plus jeune. Les enfants choisissent de jouer aux avions et se donnent des noms de pilotes, mais Geoffroy veut être Buffalo Bill ! Dispute, punition, etc. Le surveillant ne rigole pas, puis s'emballe à force de regarder les garçons jouer aux aviateurs, et bam ! ... face-à-face avec le directeur et le Bouillon. Gloups. 
Nicolas et ses copains veulent bâtir un château-fort à la hauteur de leurs moyens (bouts de carton, feutres, babioles), quand papa décide d'intervenir en se lançant dans un projet toujours plus fou et ambitieux ! C'est sans se douter que les garçons ont également prévu de jouer à la guerre...
En rentrant à la maison, papa annonce une bonne surprise : 
une nouvelle voiture, toute verte. Au même moment, un gendarme lui colle une contravention car il a garé sa voiture devant sa propre porte de garage. Maman également est fâchée de n'avoir pas été concertée pour ce nouvel achat, son voisin se mêle des affaires de papa, Nicolas est rabroué, bref c'est la dispute générale et la surprise qui prend un goût de vinaigre.
Et pour finir, 
Marie-Edwige, la fille des voisins, une jolie petite blonde, invite Nicolas à jouer dans son jardin, le garçon découvre alors un nouveau jeu : l'infirmière. Puis tente de battre la fillette aux courses, mais aussi à la pétanque. Rien n'y fait, Marie-Edwige arrange les règles à sa sauce. Nicolas se lasse de perdre et décide de prendre sa revanche aux dames. Quel mauvais joueur ! ^-^

Benoît Poelvoorde est un narrateur excellent dans le genre: dynamisme, humour, fraîcheur, drôlerie. On ne se lasse pas d'écouter les histoires de Nicolas !

Musique originale : Michel Korb.

Le ballon et autres histoires du Petit Nicolas

On enchaîne avec les disques, on ne compte plus, c'est tellement rigolo à lire et à écouter ! Voici de nouveau sept histoires qui évoquent à merveille l'enfance, l'insouciance, les bêtises et les copains... 

Nicolas n'a pas de chance, sa mère vient de lui acheter un ridicule pull-over bleu avec un petit canard et se doute que ses copains vont se moquer de lui à l'école. Il est hargneux, cherche la bagarre mais la maîtresse calme le jeu à force de cajoleries qui font rougir toute la classe. Résultat, tous les copains réclament à leur maman le même pull ! 
Une nouvelle épicerie vient de s'ouvrir, selon un tout nouveau concept : pas de vendeur dans les rayons, on prend ce qu'on veut, on remplit son chariot métallique, puis on passe en caisse. Et là, c'est la fin du mythe. Ce n'est pas parce qu'il n'y a pas de vendeur que tout est gratuit ! Le supermarché vient de voir le jour, bonjour le choc des cultures ! ^-^
Nicolas prend connaissance d'un concours pour gagner une voiture. Le jeu est simple : il suffit de reconnaître des monuments célèbres. Le garçon se voit déjà au volant de son bolide et crâne devant ses copains. Et déjà les mômes se chamaillent car tous veulent monter dans la belle voiture mais Nicolas est très pointilleux. Finalement, ça fait trop d'histoires avec les copains, et aussi à la maison, du coup Nicolas renonce au concours.  
Pour s'occuper sur leur terrain vague, la bande a l'idée de créer un cirque. Les garçons se distribuent leur rôle (dompteur, acrobate, clown, etc.), ils prévoient la musique et la publicité avec de grandes affiches. Et les indispensables cacahuètes à vendre à l'entrée... Ah oui, le jeu devient un vrai cirque ! 
Nicolas se rend avec sa maman Au Grand Magasin et reçoit en cadeau un ballon de baudruche. Au retour, au moment de monter dans le bus, la mère surprend un bambin avec le même ballon qui éclate sous leur nez. Perplexe, maman décide de rentrer à pied sans demander son reste. Le chemin est long, pénible. Même papa est déjà rentré avant eux ! En voyant le ballon de Nicolas, papa a aussitôt envie de faire une blague à leur voisin M. Blédurt. Il glisse le ballon le long de la haie, juste au moment où M. Blédurt passe son sécateur, et bim ! Le père et le fils sont hilares, alors que maman est en pétard.
Geoffroy explique à ses copains qu'il prend des cours de judo et tente de faire une prise sur Alceste... Alceste, ce bon costaud qui ne décolle pas du sol. Les garçons pouffent de rire, et ça dérape : leurs
 jeux de brutes sont réprimandés par Le Bouillon qui n'entend rien à l'école de la loyauté. 
Et enfin, c'est l'Évènement. 
Tonton Eugène, le frère de papa, invite toute la famille au théâtre pour voir une opérette. Nicolas est fou de joie et s'embrouille avec les copains, certainement jaloux, mais rien n'entâche l'excitation du môme. Il n'a pas faim, a peur d'arriver en retard, est complètement survolté. Sa mère s'inquiète et pense qu'il est un peu fatigué. Non, non, Nicolas s'accroche à son rêve comme un forcené. Au moment d'arriver au théâtre, l'ambiance ouatée et chaleureuse enveloppe le garçon.. qui va s'écrouler de fatigue sur l'épaule de sa maman !  

Une lecture un brin nostalgique, avec ses chaussettes hautes, son vouvoiement, son mode de vie un brin désuet, ses vieux clichés sexistes, qui donnent néanmoins des repères réconfortants en recréant cette ambiance qu'ont connu vos parents ou grands-parents. Les activités sont dans l'ensemble enfantines, jamais mesquines. Certes, on se chamaille beaucoup entre copains, mais on se réconcilie aussi très vite ! C'est tout le bonheur de l'enfance, tout le charme et toute la tendresse... Benoît Poelvoorde y est excellent. 

Musique originale de Michel Korb.


Gallimard Jeunesse, coll. Écoutez Lire - en téléchargement sur Audible

 

Audible été enfant

08/07/16

Écoutez Lire : L'Omelette au sucre, de Jean-Philippe Arrou-Vignod

L'omelette au sucre

La série des Jean-Quelque-Chose est la lecture parfaite à partager en famille !

Prenez cinq garçons et leurs parents, puis plongez au cœur de leur quotidien, entre vacances à la neige, fête de Noël, cours de piscine, camp de scout ou séjour en Bretagne... Nous sommes en 1967, quelques mois avant la grève et les revendications syndicales, auxquelles nos garçons vont apporter leur pierre à l'édifice, avec leurs vélléités toutes personnelles. Après tout, qui ne tente rien n'a rien ! ^-^ À part ça, la tribu des Jean rêve toujours de télévision, bouquine chaque soir sous les couvertures avec une lampe de poche et s'imagine vivre les aventures du Club des Cinq. Avoir un chien comme Dagobert serait franchement génial. Bizarre, à la place leur père propose d'adopter une souris blanche !

Autre grande nouvelle pour la famille, maman attend un bébé. Les garçons, confiés aux bons soins paternels, auront alors l'honneur suprême de goûter à la fameuse omelette au sucre ! Incontournable. Et la lecture d'égrener de fabuleuses anecdotes qui font la part belle à la complicité et à l'esprit de famille. C'est chouette, simple, sans prétention. Il y a dans cette série une tendresse et une sincérité qui rendent la lecture confondante de bonheur. Sans compter que les histoires de famille nombreuse auront toujours un écho particulier chez nous... 

C'est donc à consommer sans modération ! Pour les lecteurs d'hier et d'aujourd'hui. Car toutes les générations peuvent se reconnaître dans cette formidable lecture ! 

L'interprétation faite par Laurent Stocker est excellente, avec une réalisation sonore très appréciable, qui donne une allure guillerette à l'écoute de cette chronique familiale indémodable (et qui figure parmi mes lectures fétiches !). ♥

Ecoutez Lire, chez Gallimard Jeunesse / Septembre 2008

Prix Lire dans le noir 2009, catégorie jeunesse.

 

Offre «  spéciale Kids » sur Audible.fr valable jusqu’au 31 août

Audible été enfant

Pour occuper sereinement vos enfants durant leurs trajets des vacances, testez les livres audio en découvrant parmi la sélection Jeunesse des textes joyeux, rigolos et incontournables (Le Petit Nicolas, Martine, Les Contes de la Rue Broca, La famille Motordu, P. P. Cul-Vert des Enquêtes au Collège, Le Chien des Baskerville, Le tour du monde en 80 jours...) ! 

Tout l'été, les titres du catalogue Jeunesse (jusque 10 ans) sont disponibles en téléchargement à moins de six euros.  N'hésitez pas. ☺

 

Posté par clarabel76 à 09:00:00 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

06/07/16

Écoutez lire : Cucu la praline est en pleine forme, de Fanny Joly

IMG_6425

Angèle Chambar, surnommée Cucu la praline par ses deux frangins, veut un animal de compagnie ! C'est décidé. Par deux fois, Victor et JM ont obtenu de leurs parents un refus catégorique. Seulement, Angèle a décrété qu'elle renverserait la tendance. Aussi, le jour où elle croise un chien perdu dans la rue, elle n'hésite pas une seconde pour le ramener à la maison et titiller la corde sensible de la famille... quitte à masquer les affichettes qui fleurissent désespérement dans le quartier !

Notre héroïne est une éternelle incomprise : ses frères lui cherchent bagarre continuellement, mais à ce petit jeu, Angèle ne manque jamais de ressources pour concocter des plans redoutables et se venger en douce, avec souvent une alliée de choc en la personne de la pétulante Mémé Chambar ! L'école aussi est parfois source de douces contrariétés. La fillette rêve de décrocher le premier rôle dans la pièce de théâtre, pour être la princesse de son Kévin Truffe adoré. Elle révise à fond son texte jusque tard dans la nuit, passe l'audition dans les règles de l'art, et puis bam... un diablotin facétieux va réserver de belles surprises dans la distribution !

C'est Fanny Joly, l'auteur, qui nous raconte ses trois histoires pleines de pep's, de joie, de tendresse et de rigolade pour une écoute franchement très agréable et divertissante. La série en général est de toute manière une vraie réussite, abordant des thèmes sur la fratrie, la famille, l'école, les copains, la rivalité, la jalousie... sur un mode sympathique et convivial. Avec ses 9 tomes, tous illustrés par Ronan Badel, la série est un pur régal. Seuls 2 titres sont disponibles en livres audio pour agrémenter joyeusement vos heures de voiture ou de voyage pendant les vacances ! 

Lu par l'auteur Fanny Joly (durée : 1h env.) pour Gallimard Jeunesse, coll. Ecoutez Lire, mai 2016

IMG_6424

Cucu la praline gagne le gros lot : Les frères d'Angèle se moquent d'elle parce qu'elle arbore le pull tricoté par Mémé pour l'accompagner à son club de tricot, forcément ils la traitent de Cucu la fayote. Le pire est à venir, car ils ont prévu de s'inscrire au stage de cirque, exprès pour l'embêter ! Rats pourris rabougris, droit devant !

Cucu la praline fait son cirque : Le cirque est en ville et c'est Cucu la praline qui va être la reine de la piste et faire des étincelles, même Kévin son amoureux va lui offrir un poème merveilleux. Un épisode magique, bourré de paillettes ! 

Cucu la praline n'a pas froid aux yeux : Au camping des Langoustines, c'est le paradis. Enfin, avant que les frères terribles ne transforment leur séjour en enfer. Vivement le retour à l'école, la guerre des bouchons et un rendez-vous secret au 13, rue du Cochon-pendu... Mystères et frissons en pagaille. 

Posté par clarabel76 à 09:00:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

12/05/16

Titus n'aimait pas Bérénice, de Nathalie Azoulai

Titus n'aimait pas Bérénice

Titus est empereur de Rome, Bérénice, reine de Palestine. Ils vivent et s'aiment au Ier siècle après Jésus-Christ. Racine, entre autres, raconte leur histoire au XVIIe siècle.

Mais l'histoire de Nathalie Azoulai est actuelle : Titus quitte Bérénice dans un café. Il la quitte pour sa femme. Il la rappelle, malade, alité. Pour s'en sevrer, elle décide de lire tout Racine et de plonger dans sa vie, son parcours, son œuvre.

Comprendre ce qu'il a été, un janséniste, un bourgeois, un courtisan. Comment a-t-il pu écrire pareille histoire de passion bafouée, de chagrin incommensurable, de tromperie, de trahison, de lâcheté... “Quand on parle d'amour en France, Racine arrive toujours dans la conversation, à un moment ou à un autre, surtout quand il est question de chagrin, d'abandon. On ne cite pas Corneille, on cite Racine. Les gens déclament ses vers même sans les comprendre pour vous signifier une empathie, une émotion commune, une langue qui vous rapproche. Racine, c'est à la fois le patrimoine, mais quand on l'écoute bien, quand on s'y penche, c'est aussi du mystère, beaucoup de mystère. Autour de ce marbre classique et blanc, des ombres rôdent.”

Devenu symbole d'une souffrance amoureuse, Racine prend vie sous la plume de N. Azoulai. Et c'est avec un réel intérêt qu'on suit ses traces et découvre les grandes étapes de son existence à travers ce récit biographique, fouillé, documenté, enrichissant et captivant. De temps à autre, vient se glisser l'amante blessée, qui cherche à adoucir sa peine. De ces brèves incartades, j'avoue avoir été peu sensible et davantage frustrée d'être détournée du portrait de Racine.

L'auteur a tout de même pris certaines libertés avec l'exactitude historique et biographique pour pouvoir raconter une histoire qui n'existe nulle part déjà consignée, “à savoir celle d'une langue, d'un imaginaire, d'une topographie intime. Il ne reste que peu d'écrits de Racine, quelques lettres à son fils, à Boileau mais rien qui relate ses tiraillements intimes. On dit que le reste a été brûlé. Ce roman passe certes par les faits et les dates mais ce ne sont que des portes, comme dans un slalom, entre lesquelles, on glane, on imagine, on écrit et qu'on bouscule sans pénalités”.

Texte ambitieux et récit chatoyant, parfois traité avec exagération et maniérisme... il reste de cette lecture une écoute sensible et mélodieuse, une sensation d'éparpillement, des idées, une érudition, au cœur de laquelle Elsa Lepoivre a su tirer son épingle du jeu.  

Gallimard, coll. Ecoutez Lire - juin 2016

Texte lu par Elsa Lepoivre (durée : env. 7h)

PRIX MÉDICIS 2015

Posté par clarabel76 à 09:00:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,