Chez Clarabel (2)

16/04/14

16 ans, Total fiasco par Sue Limb (Jess Jordan #5)

IMG_0858

Ce livre figure juste avant 16 ans: S.O.S Chocolat !, qui a été traduit bien avant celui-ci, un choix éditorial que je ne comprends pas du tout... L'histoire fait état de la relation tendue entre Jess et Fred à l'occasion d'une soirée dansante qu'ils organisent pour une œuvre caritative. Mais à part les invitations déjà lancées, le couple n'a ni groupe, ni buffet, ni cagnotte (perdue), ni sketch. Le Bal du Chaos, au titre tristement prémonitoire, s'annonce un véritable fiasco.

Tandis que Jess multiplie énergie et efforts pour sauver leur projet, Fred a une attitude très bizarre, silencieux, il ne cesse d'esquiver sa petite copine, évitant tout dialogue. Jess, évidemment, est en pétard. Excédée de devoir tout gérer, accusant un stress pas possible, elle se sent seule au monde ! Chez elle, c'est le défilé des prétendants depuis que sa mère s'est mise à draguer sur internet. Comble du comble, le père de Jess se pointe à la maison, deux valises sous le bras, le moral à zéro.

Ce cinquième tome nous prépare à une issue inévitable, puisque le couple vedette est dans l'impasse, la série change de ton et ne se contente plus de sauver les apparences dans un grand éclat de rire. Jess et Fred traversent une crise, une vraie, ou c'est le signe d'un changement, d'une nouvelle ère. L'auteur a le bon goût de nous y amener en douceur, même si ça nous rend d'humeur chagrine. Ce sont finalement les parents de l'adolescente qui vont nous régaler de leurs péripéties... ça change !

Surtout, lisez ce livre juste après 16 ans, franchement irrésistible et avant 16 ans: S.O.S Chocolat !, l'ordre de parution VF a été inversé !!

Gallimard jeunesse, coll. Scripto, Avril 2014 ♦ traduit par Emmanuelle Casse-Castric

Posté par clarabel76 à 18:15:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,


Cocktail Club, de Madeleine Wickham

cocktail club

Trois copines, Roxanne, Candice et Maggie, se donnent chaque mois rendez-vous au Manhattan Bar pour avaler cocktails et rires afin de les soulager d'une pression professionnelle, ou sentimentale, trop appuyée. Ce soir-là, Candice reconnaît la serveuse, une certaine Heather, car son père aurait spolié sa famille des années plus tôt. Candice décide sur un coup de tête de racheter la conduite de son père et propose à Heather de venir bosser dans leur magazine de mode. Roxanne et Maggie trouvent son attitude précipitée et irréfléchie, mais sont trop accaparées par leurs propres soucis pour y interférer.

Roxanne vit une liaison amoureuse avec un homme marié depuis des années et sent une immense lassitude s'installer en elle. Maggie est heureuse, mariée, enceinte, prête à accoucher. Son mari et elle ont acheté une propriété à la campagne, mais Maggie va vite perdre la tête loin de la frénésie londonienne, avec un bébé sur les bras et la seule solitude pour ligne d'horizon. Ces trois-là, qui avaient toujours pu compter les unes sur les autres, ne vont plus se comprendre et leur amitié va partir en cacahuète.

J'ai été un peu déçue par ce livre, qui se lit pourtant très vite, sans réel déplaisir. Sophie Kinsella, qui signe sous le pseudonyme de Madeleine Wickham, se détache de son habituel sens de l'humour pour une histoire assez banale et tristoune. En vrai, ses personnages ne sont pas très attachants, à commencer par Candice, qui lâche ses vieilles copines pour une fille qu'elle vient juste de rencontrer. Une fille aux agissements douteux, qui rumine sa vengeance avec perfidie. Comment s'apitoyer sur le sort de Candice ?! Impossible. Mais le comble, c'est qu'elle s'en tire vraiment bien à la fin. Grr !

En somme, j'ai trouvé l'histoire trop classique, trop commune, trop policée, trop gnan-gnan, manquant cruellement d'humour, d'espièglerie, de second degré... Trop de petits détails qui agacent (haro sur l'aveuglement de Candice, les faux coups d'éclat de Roxanne, son orgueil mal placé, Maggie qui boit de l'alcool à neuf mois de grossesse...). Ce livre est à réserver aux inconditionnels de l'auteur, sans se départir de tout sens critique... ☺

Pocket, Septembre 2013 ♦ traduit par Marion Roman pour les éditions Belfond

15/04/14

La maison d'à côté, de Lisa Gardner

IMG_0819

Une nuit dans sa grande maison, Sandra Jones attend le retour de son mari, retenu par son boulot, leur petite fille endormie dans la chambre d'à côté. Mais la jeune femme va disparaître, sans laisser le moindre indice. Au lieu d'alerter immédiatement la police, d'interroger l'entourage, de manifester une sincère compassion, l'homme se comporte d'une façon qui va interpeller le commandant D.D. Warren chargée de l'enquête.

La suite, toutefois, ne sera qu'un condensé de promesses voilées : action fouillée, mais lente, suspense d'ordre psychologique, tension perceptible, sans être renversante, des personnages au passé trouble et inquiétant, sauf qu'ils ne suscitent aucune empathie. Pourtant, l'auteur ne ménage pas sa peine à vouloir brouiller les pistes pour tenir en éveil l'intérêt du lecteur... malgré tout, la sauce ne prend pas. J'avais misé gros sur la découverte de Lisa Gardner, en choisissant ce titre récompensé par le Grand Prix des Lectrices Elle, mais au final j'ai trouvé l'intrigue convenue, engourdie et sans effet de surprise. Une déception, pour ma part.

Le Livre de Poche, septembre 2012 ♦ traduit par Cécile Déniard pour les éditions Albin Michel ♦ éditions Thélème, février 2011 - texte intégral lu par Élodie Huber (durée : 12h 15)

Lecture papier en parallèle avec l'écoute du cd des éditions Thélème, que je découvre pour l'occasion. Très belle voix d'Élodie Huber, interprétation agréable et distrayante, mais réalisation sonore inexistante, aucune indication du changement de chapitre, un assemblage curieux, qui me laisse très franchement perplexe.

Du son sur les murs, de Frantz Delplanque

IMG_0832

Ancien tueur à gages, Jon Ayaramandi a pris sa retraite dans un petit coin isolé du Sud-Ouest avec sa musique, ses livres et ses potes. C'est sa jeune et adorable voisine, Perle, qui va le tirer de son train-train quotidien en lui signalant l'étrange disparition d'Al le pêcheur, qui a abandonné son matériel à sa place habituelle et n'est pas rentré à la maison. C'est accessoirement son petit copain, aussi redoute-t-elle le pire et tanne Jon de se bouger les fesses.

Lui n'est pas très chaud pour se mouiller, mais il ne peut rien refuser à Perle. Il mène donc sa petite enquête, recontacte son ancien patron, éprouve un mauvais pressentiment en tombant sur un vieux collègue, puis tente de cerner le disparu et réalise que celui-ci aurait aussi des petits secrets bien enfouis. Pour lui, Al est maintenant mort. Il a eu ce qu'il méritait. Et puis, bon ...

Ce roman est génial ! Rock-n-roll dans l'âme, dans l'écriture, dans les références, avec son étiquette “roman noir”, franchement il est peu conventionnel, très original dans son histoire, ses personnages, son parcours. On n'y entre pas avec l'espoir de dégoter une intrigue révolutionnaire, menée à fond de train, c'est tout le contraire, et c'est tout un monde qui s'ouvre à nous, l'auteur fait sa popote, avec force humour, punch et décontraction, le résultat n'en est que savoureux. Une découverte, une vraie, qui pousse à suivre ce Frantz Delplanque à l'avenir ! J'ai adoré. 

Points ♦ coll. Roman noir ♦ Mars 2014

Posté par clarabel76 à 08:15:00 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

14/04/14

Enfant 44, de Tom Rob Smith

IMG_0845

L'histoire se passe dans la Russie de Staline, en 1953, les agent du MGB traquent les dissidents et les font disparaître sans rencontrer la moindre riposte. Le peuple se tait, se camoufle, range sa rancœur au fond de la poche. Leo Stepanovitch Demidov est un agent haut placé, ancien héros de guerre, officier zélé et convaincu d'œuvrer pour le bien du parti. Lorsqu'il se rend chez un vieil ami en plein deuil, il rassure la famille en expliquant que leur fils n'a pas été assassiné, mais tué accidentellement.

Il rentre à Moscou sur les traces d'un vétérinaire, aux idées réactionnaires, qui s'est fait la malle, Leo lui sauve la vie en le repêchant dans un lac gelé, tombe malade. Au sortir de sa convalescence, il est convoqué pour une nouvelle arrestation : celle de son épouse, Raïssa dont la grande beauté fait décidément bien des jaloux... Terrible cas de conscience pour notre agent, qui risque de perdre ses privilèges en subissant un exil forcé dans un coin perdu de l'Oural.

De nouveau, des crimes inexpliqués, des corps éviscérés de jeunes garçons ou jeunes filles retrouvés dans la forêt, des interrogations en pagaille, mais aussi un acharnement manifeste à ne pas générer d'enquête plus aboutie, plus fouillée. On suit les grandes lignes du parti, ou on subit son courroux. Leo fait face aux failles du système, avec une connaissance accrue des drames qui se jouent en coulisses.

L'histoire est rondement menée pendant les 3/4 du roman, ambiance terriblement glaciale du régime stalinien, qui fait découvrir le revers de la médaille, avec les corruptions, ambitions personnelles, bourrages de crâne, drames conjugaux, petits et grands mensonges... Le roman tient ses promesses et est franchement prenant. Par contre, l'intrigue policière fait doucement glousser dès lors qu'on bascule vers la perspective d'un dénouement grossier et aberrant. Autant dire que j'ai trouvé ça frustrant, niais, passablement décevant.

Toutefois je lirai sans hésiter la suite, avec dans l'ordre : Kolyma et Agent 6, car j'ai été agréablement surprise par la vitesse avec laquelle j'ai parcouru cette lecture ! 

Audiolib, avril 2009 ♦ texte intégral lu par Frédéric Meaux (durée : 12h 20) ♦ traduit par France Camus-Pichon pour les éditions Belfond ♦ disponible en format poche chez Pocket, janvier 2010

Posté par clarabel76 à 18:30:00 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

Monster, de Patrick Bauwen

IMG_0827

Médecin urgentiste dans une petite ville de Floride, Paul Becker accueille un drôle de type que vient d'arrêter son ami policier, Cameron Cole, mais l'individu tente de s'échapper, retourne le cabinet puis est embarqué sans ménagement, laissant derrière lui un téléphone portable. Lorsque celui-ci sonne, Paul répond bêtement et bascule alors dans le terrier du lapin d'Alice !

Un inconnu le menace, son épouse et son fils disparaissent, son père surgit du passé, un enfant est kidnappé, un réseau pédophile est mis à jour, la police est sur les dents, Paul est soupçonné, il doit fuir, se cacher et affronter une force invisible, mais déterminée à lui rendre la vie infernale. Pourquoi, comment ? Bah, c'est ce qu'on se demande aussi.

Cela paraît gros, aberrant, trop facile et attendu, mais c'est paramétré exprès pour agripper le lecteur et rendre le récit happant, inquiétant et accrocheur. Cela se lit vite et bien, dans un registre divertissant, avec sueurs froides et pis tout ça. Par contre, ce n'est pas non plus aussi stupéfiant ni saisissant qu'on aurait pu le croire (trop de critiques dithyrambiques !), j'en avais certainement trop espéré, et au final j'ai trouvé ça limite présomptueux.

À la technique, c'est Antoine Tomé qui lit cette histoire aux allures cauchemardesques et aux ambitions vertigineuses. Il joue subtilement le jeu lorsqu'il se contente d'être le narrateur externe, car dès lors qu'il interprète les voix et les dialogues, au secours, c'est une horreur ! On se croirait dans un dessin animé au doublage ridicule, c'est franchement risible, insupportable et très décevant. 

Audiolib, janvier 2009 ♦ texte intégral lu par Antoine Tomé (durée : 14h 22) ♦ éditions Albin Michel, 2009 ♦ Prix Maison de la Presse

Posté par clarabel76 à 08:30:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

12/04/14

J'aime mes cauchemars de Séverine Vidal et Amélie Graux

IMG_0838

Même les petites filles adorent les cauchemars, et pas les trucs à paillettes, les petites lucioles et les licornes en peluche pour vous aider à vous endormir le soir... nan ! c'est surfait. Les petites filles chérissent leurs cauchemars, elles dorlottent leurs monstres, tant pis pour les réveils nocturnes, en larmes, les câlins de maman qui pense trouver toujours la solution... nan ! c'est pas possible.

Voilà un chouette album, décalé et délirant, sur l'art de dédramatiser les terreurs nocturnes et de prendre à rebrousse-poil tous ces clichés lénifiants pour voir la vie plus rose ! Avec les illustrations adorables d'Amélie Graux en toile de fond, qui font sourire et paraître les monstres encore plus attrayants (eh oui !). Cette lecture a tout bon : elle est délicieuse, drôle et décomplexante !  

♥ Gallimard jeunesse, coll. Giboulées, avril 2014 ♥

IMG_0840

Posté par clarabel76 à 09:45:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

11/04/14

Confessions d'une accro du shopping, de Sophie Kinsella

Confessions

Maintenant que j'ai vu le film, je peux relire le roman avec un plaisir double, puisque j'ai désormais des visages à mettre sur les personnages (et je trouve Isla Fisher parfaite et Hugh Dancy, ... !!). Rebecca Bloomwood a un gros problème : son addiction au shopping, aux achats compulsifs et aux dépenses folles. Pour elle, les mots soldes ou ventes privées sont magiques et la mettent dans tous ses états. Incontrôlable, elle serait capable de tout dévaliser dans les boutiques.

Toutefois, Becky a un budget à tenir, un budget qu'elle crève à chaque fois, lui faisant atteindre un gouffre très profond, que son banquier cherche à combler, à force de courriers répétitifs ou autres coups de fil pour convenir d'un rendez-vous. Becky, elle, se voile la face. Elle cache les lettres, invente des excuses bidon, fuit ses responsabilités. Plusieurs fois, elle tente de se prendre en main, de se raisonner, de faire un bilan, de retenir ses pulsions... Peine perdue.

J'adore les aventures de Becky, qui rivalisent d'une imagination folle et insensée, et qui résument la jeune femme à une créature frivole et insouciante, mais sans jamais nous la rendre détestable. Au contraire, on s'attache, on sourit, on soupire aussi, mais on la trouve géniale, dynamique, entière et généreuse. Dans ce 1er tome, nul ignore encore l'ampleur de sa décadence, Becky ment à son entourage et s'en tire bien, ses parents, Suze sa meilleure amie et même Luke Brandon ne sont pas au bout de leurs découvertes !!!

À suivre avec délice. C'est frais, pétillant, exaltant et ça file la pêche. ♥

Pocket ♦ mars 2006 ♦ traduit par Christine Barbaste pour les éditions Belfond ♦

Posté par clarabel76 à 08:30:00 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , , , ,



Fin »