Les mots sont, les mots font, les mots disent Les mots coulent, les mots roulent sur un fil

20/02/20

Au soleil redouté, de Michel Bussi

Au soleil redoutéCinq passionnées de lecture sont conviées à participer à un atelier d'écriture animé par leur auteur fétiche, Pierre Yves François. Les festivités ont lieu sur l'archipel des Marquises, la terre promise pour Gauguin et Jacques Brel. Autant dire que ce court séjour sera prolifique pour Marie-Ambre et sa fille Maïma, pour Clémence l'idéaliste, Martine la blogueuse belge, Eloïse la timide, pour Faryène et son mari Yann. Tous seront logés à la pension Au soleil redouté, tenue par Tanaé et ses filles.

Dès le premier soir, l'écrivain vedette réclame de la sincérité, du pur, du vrai. Ses groupies boivent ses paroles et griffonnent leurs petits carnets (= leurs bouteilles à la mer) en composant sur l'énoncé : avant de mourir, je voudrais... Mais au petit matin, l'homme a disparu. Les esprits chauffent, imaginent la mise en scène étudiée exprès, une « murder party » pour pimenter le séjour et la folle du logis, ambiance Dix Petits Nègres version polynésienne ! On tombe fatalement sous le charme.

Heureusement la lecture tient ses promesses : pour ses décors de rêve et pour son scénario captivant. C'est tout bon ! L'auteur nous balade, nous maraboute et nous pigeonne comme à son habitude. Je n'ai pas cherché plus loin et j'ai absorbé ce philtre d'amour en mon âme et conscience. Très bonne lecture, vraiment, ce Michel Bussi tient la distance et donne des envies d'évasion... Bravo.

©2020 Michel Bussi et Presses de la Cité (P)2020 Lizzie

Le titre Au soleil redouté est extrait de la chanson Les Marquises, auteur-compositeur Jacques Brel © 1977 Editions Jacques Brel.

Côté technique, ce livre audio ne déçoit pas non plus : Emmanuel Lemire est un comédien attentif, scrupuleux, jouant des nuances, n'exagérant aucun rôle, ne singeant pas non plus les voix féminines. Non, il fait le job. Tout simplement. Et c'est un bonheur à écouter ! Clairement, un bon plan pour se détendre ou s'échapper du quotidien un peu grisâtre... 

 

Posté par clarabel76 à 18:45:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,


18/02/20

Rendez-vous avec le crime (Les détectives du Yorkshire #1), de Julia Chapman

Cette première incursion à Bruncliffe s'est conclue sur une note réjouissante !

Rendez-vous avec le crimeD'un côté, le mystérieux Samson O'Brien débarque à moto pour ouvrir une agence de détective privé. Or cet homme est loin d'être un inconnu car il a quitté la région quatorze ans plus tôt et rentre au pays en provoquant un tollé auprès de la population. Delilah Metcalfe, la première, lui colle un pain en pleine figure. Précisons qu'il s'agit aussi de sa propriétaire...

Les finances de son agence matrimoniale étant dans le rouge, elle range finalement sa fierté dans la poche et accepte d'empocher son loyer. Pouvait-elle imaginer que les prétentions de son voisin seraient utiles plus tôt que prévu ? Car Delilah est en train de perdre ses clients dans des circonstances inquiétantes... Un vent vengeur souffle sur Bruncliffe !

Bref. On s'envole pour 380 pages d'une lecture étonnamment frétillante. Je n'aurais pas parié là-dessus au début car les premiers pas ne sont vraiment pas frivoles (on comprend que Samson se met au vert à cause de son boulot et que le passé des Metcalfe et des O'Brien n'est guère radieux). Et puis l'histoire laisse place à un peu de désinvolture (mais ça zigouille à la chaîne). Les personnages secondaires sont drôles, certaines situations sonnent cocasses. Une bonne ambiance s'installe, avec l'air de la campagne en toile de fond. Ça fait un bien fou... doucement mais sûrement on prend ses marques, on aime ça et on se donne même Rendez-vous avec le mal !

©2018 Traduction française : Éditions Robert Laffont. Traduit par Dominique Haas. (P)2020 Lizzie

Excellente lecture faite par Odile Cohen... autrement dit, la voix de Bridget Jones ! Vous ne manquerez pas de lâcher un petit sourire, au départ... en faisant le rapprochement. L'interprétation est donc très agréable, entraînante et vraiment divertissante. C'est d'ailleurs une excellente série à découvrir en format audio !

#challengebritishmysteries chaperonné par @lou_myloubook et @hildelle

 

La mort au bord de l'étang (Mary Lester #3), par Jean Failler

La mort au bord de l'étang Mary LesterPetite lecture récréative : La mort au bord de l'étang n'est ni renversant ni ébouriffant mais permet une détente appréciable dans une parfaite ambiance « old school » !

Au cours d'une partie de chasse, un homme est victime d'un accident. Son fusil vient de lui exploser en pleine face, sous les yeux de sa jeune épouse et d'un autre invité. Témoin de la scène à distance, Louis Boulois se précipite pour organiser les premiers secours et prévenir la gendarmerie. Nouvellement arrivée dans la région, le lieutenant Mary Lester épluche le dossier pour valider les conclusions mais va évidemment soulever un lièvre. La jeune enquêtrice, précédée de sa réputation, ne se laisse guère impressionnée par les notables de la ville. Elle peut également compter sur la bonhomie de Louis Boulois, un ancien fermier et vieil ami de la famille, qui lui raconte le déroulement des faits dans ses moindres détails.

Il se dégage un certain charme suranné dans cette série (entamée au cours de l'été 2016). C'est assez agréable et très reposant. L'intrigue se situe dans une petite ville en Cornouaille que l'auteur décrit tendrement au point de nous faire regretter ce parfum d'antan ! N'attendez pas d'enquête criminelle médusante, le déroulement est simple, d'ailleurs Mary Lester intervient assez tardivement. Et la solution coule de source. Visez davantage l'atmosphère, les paysages, les traditions paysannes, le vieux Louis et son chien Rodrigue... un bon petit « cosy crime » !

France Loisirs, 2016

Série : Mary Lester

Collection : Collection Piment

 

17/02/20

À la recherche d'Alice Love, de Liane Moriarty

À la recherche d'Alice LoveAprès une chute sur la tête en faisant du sport (alors qu'elle n'aime pas ça, pense-t-elle), Alice Love découvre dans la foulée qu'elle n'a plus vingt-neuf ans, mais dix ans de plus. Une décennie vient de s'effacer dans son esprit... et badaboum. Son mariage prend l'eau, ses enfants sont des inconnus, sa meilleure amie a disparu, sa sœur file un mauvais coton, sa mère se découvre une nouvelle jeunesse et sa grand-mère est une blogueuse émérite !
Alice a la sensation d'avoir basculé dans un monde inconnu et tente de se réapproprier cette nouvelle existence. Au gré de ses tâtonnements, elle nous entraîne aussi dans un incroyable cheminement ponctué de révélations inattendues. C'est d'ailleurs le point fort de l'auteure qui nous fait croire un truc (lequel se révèle complètement faux) et qui nous balade pendant tout le roman en allant de surprises en surprises.
C'est très, très bon ! Habile et prenant... vraiment captivant.
Par contre, Alice est agaçante. Elle se comporte d'abord comme une fillette immature et capricieuse. Puis quand les cases se remplissent, son personnage se peaufine, s'adoucit, gagne en nuances. C'est moins stressant. Mais on ne décroche pas tout du long de ses errements car on a envie de découvrir la suite de son parcours. J'ai peut-être quelques réserves sur le dénouement mais ce n'est pas insoutenable non plus.
Bref. Pour moi, c'était un bon roman qui se lit vite et bien ! Distrayant, simple et sans prétention. ☺

©2019 Éditions Albin Michel (P)2020 Audiolib

Comédienne habituée aux livres audio, Valérie Marchant offre une performance sans défaut en conviant le lecteur à lui faire confiance pour suivre cette histoire ! Voix agréable, intonation pondérée, personnages variés, interprétation sans chichis ni aucune exagération... le format audio est parfait ! J'ai également passé un très bon moment par ce biais.

 

Posté par clarabel76 à 11:45:00 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,

13/02/20

La Princesse de l'Automne (Shikanoko #2), de Lian Hearn

Aux sources du «Clan des Otoris»... Le deuxième livre de la nouvelle épopée fantastique de Lian Hearn.

A63825

Cette suite à L'enfant du Cerf est sans temps mort (un petit résumé ouvre le livre pour ceux qui ont la mémoire qui flanche). On retrouve donc Shikanoko en mauvaise posture : seul et abandonné dans la forêt. Il retrouvera néanmoins son vieux sorcier et la belle enchanteresse dont il recevra en mission la charge de son étrange progéniture.

Mais tout est lié. On se souvient d'une prémonition selon laquelle Shikanoko devait tuer les jeunes démons. Trop tard, le destin est enclenché. La Princesse de l'Automne a également scellé son sort : elle devait escorter le fils de l'empereur vers une cachette sûre, et puis son chemin a croisé celui de Shikanoko.

Les deux clans ennemis sont en guerre, les espions grouillent, les traîtres vont et viennent, les secrets sont dévoilés, les esprits rôdent et la vengeance s'arme de patience pour s'abattre sans pitié. C'est une lecture qui n'en finit pas de nous surprendre et de nous enchaîner à sa narration hypnotique et captivante.

Avec toujours le cœur battant la chamade et les yeux écarquillés de stupéfaction !

On passe à la suite sans attendre : L'Empereur Invisible

Gallimard jeunesse (2017) - traduit par Philippe Giraudon

Superbe couverture, illustrée par : Yuko Shimizu

 

Posté par clarabel76 à 12:45:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,


12/02/20

Les Royaumes de Feu #5 : La Nuit-la-plus-claire, de Tui T. Sutherland

A66187

Retour sur l'Aile de Sable Sunny, qui entend déjouer la fatalité et faire face à sa destinée. Seule, contre tous. Naïve ou inconsciente ? En tout cas, sa bravoure l'entraîne vers de lointaines contrées, véritables niches à embûches. C'est chaud.

Quel beau final ! Il survient au terme d'un marathon endiablé et boucle ce dernier tour de piste avec tous les ingrédients qui ont fait de la série un succès mérité : de l'amitié, du courage, de l'humour, des sacrifices et des émotions.

C'était une lecture forte en intensité. J'ai tremblé pour nos dragons, j'ai cru leur fin proche mais j'ai renoncé à tout défaitisme. Bref : j'ai chaviré au rythme des combats (des trahisons) et des espoirs (cœur battant à fond de train). C'était époustouflant.

Vraiment une série passionnante à lire et à faire lire.

Gallimard jeunesse (2016) - traduit par Vanessa Rubio-Barreau

 

Le final grandiose du premier cycle des Royaumes de Feu, un univers riche et fascinant.

Partagez l'aventure de cinq jeunes dragons aussi valeureux qu'attachants.

 

Posté par clarabel76 à 18:45:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

Les Royaumes de Feu #4 : L'île au secret, de Tui T. Sutherland

A66186

Avant-dernier tome de la série (cycle 1) !

Dans cet épisode, on suit l'Aile de Nuit Comète qui a été capturé par son clan pour y rendre des comptes. En effet, celui-ci devait espionner ses camarades et a failli à sa mission. Sa position est donc très inconfortable. Lui qui n'avait déjà pas confiance en lui et qui pensait ne pas mériter sa place au sein de la Prophétie...

Le roman se construit comme les précédents : nouvelle contrée à découvrir, nouveau clan à adopter, nouvelles mœurs et nouveaux dangers à essuyer. On garde aussi une bonne part d'humour car Comète retrouve la volubile Destiny qui cherche à étaler sa science mais qui brasse surtout du vent.

Par contre, ça ne rigole plus dès que les méchants sortent les griffes et crachent du feu. On fait le plein d'action et de péripéties... avec un final qui vous laisse dans l'expectative. Comment ? quoi ? pourquoi ? non, pas possible !

Vite, vite... la suite !!!

Gallimard Jeunesse (2016) - Traduit par Vanessa Rubio-Barreau

 

 

 

Posté par clarabel76 à 18:45:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

Bienvenue à Korototoka, par Anne Østby

Bienvenue à KorototokaCinq copines du lycée se retrouvent sur une plantation de cacao aux îles Fidji. C'est Kat qui a lancé l'invitation pour bousculer le quotidien ronronnant de ces femmes rompues aux tâches ménagères, aux contraintes familiales, aux habitudes immuables, au quotidien sans saveur, aux lendemains désenchantés.
Toutes approchent de la retraite et n'ont pas connu une existence rocknroll, exception faite pour Kat l'aventurière. Toutes relèvent donc le défi pour plonger dans une expérience hors normes : exotisme, dépaysement, émotions et lâcher prise.
On souhaite donc lire une histoire de seconde chance menée tambour battant, mais on se retrouve avec une rétrospective d'actes manqués et de regrets. En gros le ton est plus strict et taciturne. Quarante ans ont passé pour Sina, Ingrid, Lisbeth, Maya et Kat. Aucun contact, juste des souvenirs.
Le roman fait le bilan des unes et des autres... ce qui apparaît finalement assez ordinaire (parfois cliché) et plat. Je n'ai pas ressenti d'effervescence, d'excitation ou de folie. Par contre j'avais envie de hurler pour que ça bouge un peu !

Et en plus, point de gourmandise à se mettre sous la dent. #frustration

Nil (2019) - Traduit par Hélène Hervieu

Magnifique couverture, qui reflète la promesse d'une lecture lumineuse (hélas non garantie) !

 

Posté par clarabel76 à 11:45:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

11/02/20

Bed Bug, de Katherine Pancol

Bed BugVraiment... vraiment... vraiment pas convaincant !
J'avais hésité à me ruer sur ce roman au moment de sa parution (je me revois en librairie en train de lire les premières pages avant de reposer le bouquin)... sceptique, oui. Finalement j'ai succombé au format audio parce que j'ai TOUT lu de Katherine Pancol depuis des années... et avant son succès populaire suite à sa saga des Crocodiles etc.
Mais non, vraiment pas ! Quelle déception.
On découvre l'histoire de Rose, une jeune chercheuse en biologie, passionnée par les insectes et leur vie amoureuse. Elle rêve de sauver le monde et de trouver LE remède pour soigner le cancer par exemple. Par contre, sa vie sentimentale ressemble au désert de Gobi. La nana est une grande idéaliste, une romantique rêveuse avec des penchants inavouables, capable de fantasmer devant son boucher en train de lui préparer ses paupiettes ! Ouais, ouais, ouais.
Bref. Rose s'amourache d'un collègue qui travaille à New York. Le béguin semble à sens unique mais notre héroïne est entière, passionnée et fonceuse. Le jour où on lui offre l'opportunité de poursuivre son travail à NY, on ne la retient plus, elle s'envole et tire déjà des plans sur la comète (et fait l'amour les fenêtres ouvertes ?). Mais le type, lui, bah il s'en fiche un peu. En plus, Rose a un lourd bagage familial, pas de papa, une maman très égoïste et froide, heureusement sa grand-mère veille sur son équilibre... fragile, car Rose suit une thérapie en faisant une obsession sur les zizis.
Moui, moui, moui. C'est à la limite du ridicule sauf qu'on nous dit que c'est plutôt de la tragicomédie. Parce que Rose fait un blocage... la vision d'un pompon de marin va la tétaniser sur place. Pourquoi ? L'histoire ne nous tient pas en haleine, elle nous attriste et loupe son portrait de jeune femme moderne dans une société brute et brutale. On veut du prince charmant, finalement pas charmant, on veut de la tendresse et des paillettes, et puis voilà, quoi.
Bref. Le thème est redondant (souffrance des femmes, cruauté des hommes, indifférence de la mère). Mais j'ai trouvé ça fastidieux et décevant.

©2019 Éditions Albin Michel (P)2019 Audiolib

Lecture plutôt sympathique de la narratrice (cette fois, ce n'est plus Marie-Eve Dufresne, que j'adore).

Par contre, le choix est discutable quant à donner un accent trop typé pour certains personnages (comme Big Denise). Trop cliché ! On trouve aussi une petite mélodie légère qui ponctue chaque chapitre. Cela donne l'illusion d'un programme joyeux avec la promesse d'un moment léger et distrayant... euh, pas tellement. Le contenu est assez grave sous une façade insouciante.

 

Posté par clarabel76 à 11:45:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

L'Enfant du Cerf (Shikanoko, #1) par Lian Hearn

A58814C'est encore une immersion hallucinante que nous propose Lian Hean à travers cette série (en quatre tomes) qui s'inspire des grandes épopées guerrières du Japon médiéval. Comme souvent avec les romans japonais, les noms des personnages me freinent un peu pour me sentir à l'aise et naviguer à l'aveugle. J'ai besoin de temps pour m'acclimater et mémoriser la distribution.
Nous suivons donc le jeune Kazumaru, orphelin de père, condamné par son oncle, abandonné en pleine montagne où il rencontre un sorcier et reçoit un masque de cerf au pouvoir remarquable. Désormais Shikanoko (son nom adulte) voyage en compagnie d'un vieux sage et d'une belle enchanteresse qui fera tourner les sens du seigneur Kiyoyori. Lorsque son fils, le jeune Tsumaru, est enlevé, l'homme n'a plus trop le choix que de se rendre chez le prince abbé pour prêter allégeance. Une conspiration contre l'empereur gronde, mais Kiyoyori reste fidèle à ses valeurs.
Humm... en fait, c'est pratiquement mission impossible de présenter cet ouvrage car l'intrigue est nouée de mille nœuds qui cadenassent le plan de façon remarquable. Plus on progresse dans la lecture, plus les liens nous apparaissent et nous ébranlent.
Car c'est une sempiternelle histoire de pouvoir, de vengeance, d'amour et de jalousie. Une histoire avec des accents fantastiques car les bois sont hantés par des esprits, les personnages sont possédés et la magie circule dans l'air. C'est assez sombre aussi car les ambitions - et les passions - sont dévorantes. Je ne vous raconte pas la fin, mais j'étais sous le choc !
Impossible de ne pas ouvrir La Princesse de l'Autumne dans la foulée.

Gallimard jeunesse, 2017 

Couverture illustrée par : Yuko Shimizu

Traduit (anglais) par : Philippe Giraudon

Lian Hearn dévoile dans ce «prequel» les origines mythiques du «Clan des Otori». Elle nous plonge dans un monde envoûtant où se mêlent les aventures de samouraïs traditionnelles et une dimension surnaturelle d'une grande originalité.

 

Posté par clarabel76 à 11:45:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,