Les mots sont, les mots font, les mots disent Les mots coulent, les mots roulent sur un fil

06/02/16

264 Papattes sur la banquise, par Philip Reeve & Sarah McIntyre

264 papattes sur la banquise

Cette troisième aventure du fantastique duo - Philip Reeve & Sarah McIntyre - nous emporte vers les paysages glacés et opalescents du Grand Nord pour une lecture dynamique et enjouée !

Shen, un jeune orphelin ayant grandi sur les mers, à bord de La Belle Étoile, va changer radicalement de vie après le naufrage de son navire, prisonnier du gel, et la fuite de son équipage, qui a emporté une partie de la cargaison et abandonné le garçon avec les soixante-six carlins laissés sur le carreau. Or, ces adorables petites créatures vont finalement se révéler d'un courage exemplaire et emmener Shen jusqu'au village de Sika, une fillette déterminée à sauver la vie de son grand-père malade, en participant à une course folle, censée les conduire au Palais des Neiges et voir tous leurs vœux s'exaucer.

La compétition est un brin féroce, du fait du parcours semé d'embûches, des adversaires tous plus redoutables les uns que les autres, de leurs attelages dernier cri, rivalisant de technologie ou de vitesse, sans oublier les pièges et les coups bas pour pimenter l'épreuve. Mais c'est également pimenté d'humour, de fun et de dérision qui rendent cette aventure exaltante de bout en bout. Les personnages sont des clichés ambulants, croqués avec facétie, les petits carlins sont craquants, imbattables sur la piste, malgré leur gabarit, ils tiennent la distance et ne craignent pas le froid grâce à leurs pulls en laine.

On croise aussi en chemin des monstres marins ou des yétis malicieux, qui gavent leurs convives de platées de pâtes, en espérant ne plus se séparer d'eux. Shen et Sika se démarquent par leur jeunesse et leur fraîcheur, deux héros au cœur tendre, prêts à rendre service, à secourir les candidats en détresse, sans faillir, sans frémir. C'est là aussi une belle leçon de bravoure. En bref, l'histoire est truculente, forte de détails palpitants, emballée dans un écrin fascinant (on retrouve la touche bichromie dans les illustrations et les décors). Les enfants, en manque d'aventure à l'esprit loufoque, mais également ponctuée d'émotion, y trouveront leur bonheur à coup sûr ! ;-)

Seuil jeunesse / Septembre 2015

Traduit de l'anglais par Raphaële Eschenbrenner (Pugs of the Frozen North)

Afficher l'image d'origine

Afficher l'image d'origine

source : Sarah McIntyre

Et cet adorable carlin, pour répondre au concours lancé par les auteurs ;-)

Afficher l'image d'origine

source : Suki and the City

Posté par clarabel76 à 17:30:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

05/02/16

Destination inconnue, d'Agatha Christie

 Destination inconnue

Les services secrets britanniques sont aux cent coups, depuis l'étrange disparition du scientifique Thomas Betterton. Son épouse prétend ne rien savoir mais annonce qu'elle doit quitter le pays sur avis médical. Olive Betterton prend donc son vol pour Marrakech mais est victime d'un accident. Hospitalisée, en piteux état, la femme décède en glissant quelques mots à l'oreille d'une inconnue, venue exprès à son chevet. Hilary Craven, fraîchement recrutée pour servir d'appât, doit usurper l'identité de Mrs Betterton et continuer son voyage vers l'inconnu, en supposant qu'il la conduira jusqu'au scientifique. C'est grâce à sa chevelure rousse, semblable à celle de l'épouse décédée, que son sort a basculé vers une destinée plus excitante et romanesque. Car Hilary n'avait plus le goût de vivre et ruminait des idées suicidaires lorsqu'elle a rencontré un agent convaincant et sarcastique (leur première entrevue est franchement piquante !). Elle prend vite à cœur sa nouvelle mission et s'embarque pour une série d'aventures inattendues et passionnantes. Ce roman d'espionnage, pour le moins original et audacieux pour l'époque, ancrée au début des années 50, s'inspire d'une aura politique très pesante, celle de la guerre froide, avec les courants communistes, les idéologies flamboyantes, la démocratie remise en question et la fuite des cerveaux, devenue une récurrence inquiétante pour le monde occidental. Les considérations philosophiques apparaissent donc de façon flagrante et priment parfois sur l'action, sans toutefois susciter de l'ennui ou du désintérêt. En effet, plus que son histoire d'agent double et de duperie, Agatha Christie propose un regard équivoque sur l'époque d'après-guerre et rend sa lecture plus enrichissante qu'une simple distraction ! 

Le Livre de Poche ♦ Publication Septembre 2010 pour la présente édition ♦ Traduction de Janine Lévy (Destination Unknown, 1954)

bannerfans_16489672 (61)   bannerfans_16489672 (68)

#Jeu littéraire : Vintage Mystery Cover Scavenger Hunt 2016 : un globe terrestre

Mort sur le Nil, d'Agatha Christie

Mort sur le Nil

Scandale dans la bonne société anglaise ! La belle et riche héritière, Linnet Ridgeway, vient d'épouser son régisseur, Simon Doyle, auparavant le fiancé de sa meilleure amie, Jacqueline de Bellefort. Le couple convole en justes noces en Égypte, avec l'extrême désagréable surprise de trouver l'amoureuse déchue à leurs trousses. Voilà une attitude fortement désobligeante. Jacqueline se défend d'être jalouse ou haineuse, mais son attitude prouve tout le contraire. Hercule Poirot, lui, est également troublé pour l'entêtement de la demoiselle, dont il avait déjà croisé le chemin à Londres, alors qu'elle se trouvait en galante compagnie et ne cachait rien de ses sentiments amoureux. Pour notre détective belge, c'était assurément une démonstration excessive et préoccupante. Alors que ce joli monde embarque à bord de la même croisière sur le Nil, l'ambiance est aussi lourde de sensualité que de cupidité autour de ce singulier trio. Et le danger gronde... Ce livre est sans doute celui dont j'ai vu et revu le plus souvent l'adaptation tv, à tel point que l'histoire a fini par s'imprimer dans mes petites cellules grises. Merci Hercule ! Il n'empêche que j'ai pris grand plaisir à voguer sur le Nil en compagnie de ces voyageurs crapuleux (la brochette de personnages est large et croustillante), en plus d'assister à un mélodrame de premier ordre, qui s'avère poignant jusqu'au bout. Un très grand roman, encore une fois. 

Le Livre de Poche, 2001 pour la présente édition ♦ Traduit par Robert Nobret & Elise Champon (Death on the Nile, 1937)

description
Emily Blunt as Linnet Ridgeway

bannerfans_16489672 (61)   bannerfans_16489672 (67)

#Jeu littéraire : Vintage Mystery Cover Scavenger Hunt 2016 : un plan d'eau

04/02/16

Sidney Chambers et l'ombre de la mort (Les Mystères de Grantchester), de James Runcie

Sidney Chambers et l'ombre de la mort

Les amateurs des séries policières du dimanche soir, sur France 3, connaissent probablement déjà Sidney Chambers et ils ont bon goût car Grantchester est une série de qualité, inspirée des livres de James Runcie. Sidney Chambers est donc chanoine à Grantchester, près de Cambridge, c'est aussi un jeune homme charmant et célibataire, disponible pour ses ouailles et prêtant volontiers une oreille compatissante dès lors qu'on le sollicite pour s'épancher. C'est ainsi qu'il reçoit la confidence d'une femme éplorée par la mort de son amant, qui vient de se suicider, or celle-ci refuse de croire cette théorie et implore le pasteur de mener une enquête discrète. Après quoi, notre Sidney va prendre goût aux intrigues policières et s'investir, souvent à la demande de son ami, Geordie Keating, inspecteur à Scotland Yard, dans des histoires louches, impliquant des vols, des empoisonnements et même des meurtres ! Soudain la vie cléricale vous paraît tellement plus excitante... si grisante qu'elle éloigne notre homme d'église de ses fonctions premières, au grand dam de son assistant, Leonard Finch. Le livre se compose donc de six petites histoires, qui s'enchaînent sur 350 pages, tout en entretenant un lien invisible entre elles. On y retrouve ainsi la même brochette de personnages pittoresques, comme Mrs Maguire, la gouvernante revêche, ou la pétillante Amanda Kendall, une amie de longue date, désormais sa tendre complice, avec ambiguité amoureuse perceptible, sans oublier le chien Dickens, nouvelle coqueluche du village. Le contexte des années 50 participe aussi au charme et à l'élégance de la lecture, et si l'esprit général est assez poudré, cela n'occulte pas des thèmes subversifs, comme la violence sexuelle et l'homophobie, qui viennent quelque peu noircir le tableau bucolique. Grantchester reste néanmoins une série d'ambiance et de caractère bon chic bon genre, où l'action lente et la réflexion métaphysique prennent le pas aux pérégrinations de notre chanoine préféré, amateur de jazz, de backgammon, de whisky et de bière brune. C'est sans esbroufe et très classique, mais plaisant à lire pour qui recherche une forme de détente dépaysante (et apprécie la formule du “cozy mystery so british”). ;-)

Actes Sud / coll. Actes Noirs ♦ Janvier 2016 ♦

Traduit par Patrice Repusseau (Sidney Chambers and the Shadow of Death, 2013)

Grantchester

💂👸💂👸💂👸💂👸💂👸

bannerfans_16489672 (63)  Challenge ABC Policier Thriller

03/02/16

Astrid Bromure, Tome 2 : Comment atomiser les fantômes, de Fabrice Parme

Astrid Bromure FP

source: Fabrice Parme

Chic, Astrid Bromure est de retour ! Et dans cette nouvelle aventure, c'est avec grande surprise qu'on découvre ses parents - qui brillaient par leur absence dans le 1er tome. Certes, trop accaparés par leurs activités, confiant volontiers leur fillette aux bons soins de leurs domestiques zélés, M. et Mme Bromure n'en sont pas moins des parents responsables, soucieux de l'éducation de leur enfant. Ne jurant que par l'institutrice à domicile ou l'école privée, ils se retrouvent aux abois en apprenant que la première a démissionné et l'option n°2 est condamnée (effectif complet). Astrid émet alors son intention de rejoindre les rangs d'une école particulière, le manoir de Canterville, qui se targue d'offrir “un savoir-faire ancestral en matière d'enseignement”. Allons donc, Astrid serait prête à signer pour connaître les joies de l'internat ? Partager sa chambre et la vie en communauté ? La bonne blague. Ne douchons pas l'enthousiasme débordant de notre héroïne pour autant. Et c'est clairement excitée qu'elle débarque au Manoir, accueillie par une Mademoiselle Poppyscoop exaltée, qui ne va rien lui cacher du drame terrible qui a frappé les propriétaires des lieux, lesquels continuent de hanter les murs de l'école... brrr ! Or, d'autres peines attendent notre demoiselle. Elle, si bonne élève, collectionne les meilleures notes mais se met à dos toute la classe. Résultat, c'est la fille la plus impopulaire de l'école. Arrivent alors à la rescousse, ses camarades de chambre, Rebecca et Gladys, les jumelles intrépides et effrontées... qui ne rêvent que de fuguer ! 

La lecture est toujours aussi drôle et déjantée. Qu'on parle de fantômes, de réputation ou de célébrité, d'éducation ou d'apprentissage, l'histoire est riche en anecdotes et situations saugrenues, sans jamais négliger la petite touche de sensibilité. C'est un sacré mélange, dosé avec intelligence et espièglerie. J'apprécie aussi beaucoup les décors, les couleurs, les dessins, l'ambiance rétro et faussement guindée, en plus de la personnalité vive et pétillante d'Astrid, du grain de folie et des excentricités des personnages qui gravitent autour. Bref. Cette série est en train d'affirmer son tempérament décalé et peaufine ses histoires, sa distribution et son decorum pour charmer un lectorat largement conquis (jeunesse, mais pas que). Définitivement TOP. ♥

Rue de Sèvres / Janvier 2016

 

Posté par clarabel76 à 09:00:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,



Akissi, Tome 6 : Sans amis, de Marguerite Abouet & Mathieu Sapin

Akissi Sans amis

Rien ne va plus, dans la vie d'Akissi, depuis l'arrivée dans sa classe d'une nouvelle élève, Sido, qui attire tous les regards parce qu'elle est belle, coquette, intelligente, vit dans une grande maison, reçoit des tonnes de jeux tout droit de France... et en bonus, elle s'est fait croquer la jambe par un lion ! Comment lutter contre ça ? Akissi est démoralisée. Elle vient de se faire voler la vedette, voit tous ses potes se détourner d'elle pour papillonner autour de Sido et refuse obstinément de se joindre à la joyeuse bande. Trahie, elle se sent. Vicieuse, sera sa vengeance. Car Akissi n'a pas dit son dernier mot. Après avoir longtemps chouiné sur son sort, tourné comme une âme en peine dans la maison et alerté sa famille de son état catatonique, la fillette a des idées plein la tête pour reprendre la première place dans le cœur de ses amis. Concours de danse, vol de béquilles, chouchoutage de bébé, apprentissage du tir... rien ne lui résiste ! Akissi est vive, intrépide, farceuse et rigolote. Ses aventures virent toujours à l'imprévu, comme cette incroyable mission d'héroïsme, qui rendra notre Akissi si populaire... qu'elle aura de nouveau le monde à ses pieds. ;-) Ah, ah, ah. C'est franchement réjouissant, avec pour héroïne une petite chipie attachante, même si elle accumule les mauvais coups et les mensonges, son cœur est bon, et c'est ce qui compte. Ses aventures nous font également découvrir une Afrique authentique, dans ses couleurs et son folklore, avec un charme exotique efficace sur toute la ligne. De l'humour, des histoires rocambolesques et une évasion promise... c'est tout bon ! Ce sixième tome est une réussite.  

Gallimard Bande Dessinée / Novembre 2015

IMG_5682   IMG_5683

IMG_5684   IMG_5685

Posté par clarabel76 à 09:00:00 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , ,

02/02/16

Nymphéas Noirs, de Michel Bussi

NYMPHÉAS NOIRS

À Giverny, berceau de Claude Monet, la découverte du corps d'un ophtalmologiste gisant dans l'eau, plaie béante au cœur, crâne ouvert, provoque un choc émotionnel, même s'il faut bien admettre que la victime n'était pas sans tache non plus. Réputé pour être un coureur de jupons, Jérôme Morval aurait payé sa nature butineuse. Et très vite, les rumeurs grondent dans le village, des photos sont adressées anonymement aux enquêteurs, rendant perplexe le nouvel inspecteur, Laurenç Sérénac. Avec son look de jeune motard, blouson de cuir, sourire rebelle, l'homme fait palpiter le cœur de la ravissante institutrice, Stéphanie Dupain, dont le mari devient, dans la foulée, le suspect principal. L'adjoint Sylvio Bénavidès tente de freiner les ardeurs de son supérieur, certes beau gosse et érudit, tout en fouillant activement dans les archives des musées, dans les mémoires collectives, ou se lançant sur la piste de tableaux volés, des Monet authentiques, débusquant par la même occasion la mort accidentelle d'un môme de onze ans, classée sans suite, malgré les protestations de la mère convaincue du contraire. Cette lecture, finalement, possède un charme éthéré, calfeutré sous la couche du suspense, des crimes à répétition (eh oui... ce n'est pas faute d'avoir été prévenus non plus), des silhouettes floues et fuyantes qui parcourent les rues de Giverny, ressassant des souvenirs, élaborant des théories, tels “des yeux de hibou qui voit et sait tout”. C'est aussi une lecture étrange, empreinte d'émotions et chargée de points de suspension. On devine plus qu'on ne suppose, tout en pénétrant dans une intrigue nébuleuse et inquiétante, mais tout de même enveloppée dans un voile vaporeux, du moins c'est ce que je ressens après avoir tourné la dernière page. La fin du roman est franchement déconcertante. Limite poussive, pour dire la vérité. J'avais anticipé ce revirement et les révélations qui en découlent, aussi je n'ai pas été totalement ébahie par la découverte. Mais l'entourloupe est brillante et originale, drôlement bien suggérée et servie royalement sur un plateau. On est en droit de relire le roman pour le considérer autrement ! Livre après livre, Michel Bussi convainc, séduit, touche et surprend. Il use et abuse de jeux de miroirs pour semer la zizanie et mystifier son lecteur, lequel saisit les nuances et apprend à déjouer les plans de l'auteur, sauf que ce petit jeu de dupes fait vite tourner les têtes et esquinte les nerfs. Mais c'est de bonne guerre. ;-) À la lecture, Colette Sodoyez, plaisante et agréable, nous embarque dans cette histoire pour le moins troublante et évanescente. 

 Audiolib / Janvier 2016 ♦ Texte lu par Colette Sodoyez (durée : 13h 40)

Téléchargez l'extrait (mp3, 2 Mo)

Pocket, Édition Collector / Novembre 2015

01/02/16

Dossier 64 / Les Enquêtes du Département V (n°4), par Jussi Adler Olsen

DOSSIER 64

Les affaires roulent, pour notre équipe du Département V, qui a le vent en poupe. Même si, pour l'heure, leur principale préoccupation semble être de résister à l'épidémie de grippe qui sévit dans le commissariat, les vieux dossiers s'empilent sur les bureaux et réclament à cor et à cri leur attention. L'inspecteur Carl Mørck, toujours autant à côté de la plaque, voit ses vieux spectres resurgir, concernant la fusillade dont il a réchappé in extremis, contrairement à ses deux partenaires. Des zones d'ombre persistent, empoisonnent son existence et son moral, notre inspecteur est à cran, aussi cède-t-il de bonne grâce aux insistances de ses assistants, Assad et Rose, pour se préoccuper de la disparition, dans les années 80, de Rita Nielsen, une fan de Madonna, également connue pour vivre de ses charmes. Le département V l'ignore encore, mais cette affaire est plus que sulfureuse, voire carrément glauque et scandaleuse. Car elle va mettre à jour des pratiques honteuses de la médecine, avec la complicité des services sociaux et sous l'égide d'un parti politique extrêmiste. Il était une fois, l'île de Sprogø... où des filles paumées étaient envoyées dans un institut d'aliénées pour y subir, en plus des sévices corporels, des stérilisations forcées et des tortures mentales. Franchement, abject. Parmi elles, se trouvait la jolie Nete Hermansen, une victime abusée parmi tant d'autres, sauf que... Trente ans plus tard, Nete est résolue à se venger et décide d'inviter ses anciens bourreaux à prendre le thé, pour solde de tout compte. Accrochez-vous aux détails et aux descriptions dégoûtantes et méprisables... c'est assez tendu et démoralisant. Pour le reste, c'est avec grand plaisir qu'on suit les frasques de notre trio de choc - Carl et sa relation amoureuse avec sa psy sexy, Assad et ses nombreux secrets sur son passé et ses origines, Rose, fantasque et rebelle, dont on comprend un peu mieux les troubles de la personnalité... Bref. On ne s'ennuie pas. J'ai même trouvé que l'auteur s'éclatait davantage à dessiner son petit monde et privilégiait cette belle connivence, parfois au détriment de l'enquête qui décolle quelque peu tardivement. En tout cas, cette lecture a le goût des retrouvailles pittoresques et déjantées, avec une équipe complètement barrée, mais tellement attachante qu'il me tarde déjà de renouer avec. Les personnages sont, incontestablement, le point fort de la série.

Audiolib / Janvier 2016 ♦ Texte lu par  Julien Chatelet (Durée : 16h 51) ♦ Traduit par Caroline Berg (Journal 64) pour les éditions Albin Michel ♦ Sortie Le Livre de Poche, Janvier 2016 également. ;-)

Dossier 64   Challenge Nordique 2016

30/01/16

Bilan du mois : Janvier 2016 ♪♫•*¨*•...•*¨*•♫♪

january2

Mes lectures, pour ce début d'année : 

♣ Avant toi, de Jojo Moyes

♣ Veux-tu m'épouser 100 fois ? de Holly Martin

♣ Ma grand-mère vous passe le bonjour, de Fredrik Backman

♣ Le monde caché d'Axton House, d'Edgar Cantero

♣ Birdman & Viscères, de Mo Hayder

♣ La mystérieuse affaire de Styles, d'Agatha Christie

♣ Cartes sur tables, d'Agatha C.

♣ Meurtre en Mésopotamie, d'Agatha C.

♣ Le comte du Monte-Cristo, d'Alexandre Dumas 

 

⛄⛄⛄⛄⛄⛄⛄⛄

 

Séries TV : 

2 Broke Girls (CBS 2011) série créée par Michael Patrick King & Whitney Cummings

Comme cette série était souvent associée à New Girl (avec Zooey Deschanel), la qualifiant de rendez-vous essentiel pour une rigolade assurée, j'ai mordu à l'hameçon... avant de me mordre les doigts. L'histoire est assez banale : Max et Caroline sont serveuses dans un Diner de Brooklyn, mais alors que la première a trimé toute sa vie pour joindre les deux bouts, la suivante est une princesse déchue des beaux quartiers (disons que son père un semblant de B. Madoff désormais en prison). Caroline est fauchée, mais pas désespérée, car son optimisme débordant lui fait entrevoir une nouvelle opportunité en comprenant que sa coloc de fraîche date est une pâtissière douée qui se sous-estime. Elle a un plan en béton et l'incite à accepter une association pour créer à deux une boutique de cupcakes.

On suit alors leurs aventures déjantées, au cours d'épisodes durant à peine une vingtaine de minutes, dans un bel esprit survolté. C'est peut-être efficace à petite dose, mais j'ai vite trouvé la série usante et répétitive, sans compter que les rires sur fond sonore et les sempiternelles gesticulations des actrices ont fini par me lasser. Ai donc vu la saison 1, bien apprécié les séquences humoristiques, mais n'ai pas embarqué sur le long terme.

Béguin assumé pour les personnages secondaires, Han (le proprio) et Oleg (le cuisinier obsédé). 😍

Afficher l'image d'origine   Afficher l'image d'origine

cbs 2 broke girls super bowl commercial

 

📺💻📺💻📺💻📺💻📺

Scandal (ABC, 2012)  série américaine créée par Shonda Rhimes

Arf, Scandal... ou comment je peux être agacée par cette série et continuer de la regarder en pointant du doigt tous ses défauts mais enchaîner les épisodes, encore et encore, sans pouvoir me convaincre de cesser cette prise de tête. Peu emballée par la saison 1 (trop courte), j'ai malgré tout voulu donner une chance à la saison 2 et l'ai trouvée bien meilleure car plus consistante.

Olivia Pope est une brillante experte en relations publiques, réputée pour la gestion des crises, qu'elle contrôle avec une équipe de bras cassés, “ses gladiateurs”, composés d'avocats ou de détectives endurcis, ayant tous un passé bien chargé et une dette à vie envers leur patronne. Au départ, on s'intéresse donc à la conduite de dossiers épineux que le cabinet d'Olivia prend en charge en tentant de désamorcer la bombe... Et puis, l'histoire s'étoffe en révélant sa liaison sulfureuse avec Fitzgerald Grant, accessoirement président des Etats-Unis. Ahem, ahem. Ouais, c'est moche. Et surtout pas crédible. Car la série nous les présente comme des amants maudits qui passent leur temps à s'aimer et se déchirer, seuls contre le monde entier, en plus des magouilles politiques, des secrets, des pactes et des trahisons. Sauf que, voilà... Un, leur aventure amoureuse me gonfle royalement. Deux, la série est aussi truffée de clichés à la gomme (boire du vin à la bouteille ou se verser un verre d'alcool dès que tout va mal... c'est moi ou je vieillis?). Trois, Olivia Pope est super élégante mais ne sait pas marcher avec ses talons. Quatre, du suspense... enfin ! Et là je remercie les scénaristes d'avoir saisi la balle au bond en partant de Quinn Perkins vers Defiance et tout le tralala. Ça, c'était biiiien !!! 😚

 

📺💻📺💻📺💻📺💻📺 

The Fall (RTÉ One/BBC 2, 2013)  série britannique créée par Allan Cubitt

bbc made by me gillian anderson the fall

Au départ, j'ai été totalement emballée par cette série. L'histoire se passe à Belfast, où sévit sournoisement un tueur en série qui traque des jeunes nanas ayant toutes le même profil, mais c'est seulement suite à l'arrivée d'une commissaire divisionnaire, envoyée de Londres, que l'affaire sera entendue et viendra mettre leurs services en alerte. Stella Gibbons est une femme séduisante, qui assume son sex-appeal en s'adonnant aux “douces nuits”, tout en cultivant un détachement émotionnel. L'étrangleur de Belfast, lui, est un type anodin, marié, père de famille, psychologue spécialisé auprès des personnes endeuillées. Le genre irréprochable, intelligent et au physique attrayant. La série ne fait pas de mystère sur son identité et nous réserve même le plaisir de partager ses traques et son mode opératoire. Super, ça fait pas flipper du tout, du tout. 😫

Jamie Dornan, dans son rôle, est terrible. Et la tension psychologique, franchement efficace. Par contre, sur le long cours, l'histoire prend du plomb dans l'aile et devient trop lente, trop déprimante, trop chiante. Sinon, j'ai bien aimé retrouver une Gillian Anderson magnifique, flic tenace et imperturbable, en attendant l'événement de 2016 = le retour de X Files ! ;-)

interview 2015 season 2 gillian anderson fg

 

📺💻📺💻📺💻📺💻📺 

Homeland (Showtime, 2011) série créée par Howard Gordon & Alex Gansa
(d'après Hatufim, la série israélienne créée par Gideon Raff)

Après avoir gloutonné les deux premières saisons, menées à un train d'enfer, j'ai craint que la machine était grippée en démarrant la 3ème saison. Bon sang, qu'on en finisse avec les grimaces de Carrie, ses crises et ses délires obsessionnels pour Brody... Et puis, bim bam boum. La fille complètement bluffée. Un scénario drôlement bien futé. Je n'ai rien vu venir. L'histoire a réussi à me mener en bateau et, malgré quelques longueurs, a enchaîné surprises et ondes de choc en se bouclant avec brio. Après ça, impossible de bouder la saison 4. Il fallait que je sache... Et mazette, encore une fois, c'est chaud, c'est intense, c'est brûlant, c'est impitoyable. J'ai été à cran tout du long. Franchement, je l'ai trouvée excellente.

Je souffle un peu avant de regarder la saison 5 car je commence à devenir parano et voir des complots partout. 😋 

 

📺💻📺💻📺💻📺💻📺 

The Americans (FX, Saison 2-2014) série créée par Joe Weisberg

Afficher l'image d'origine

Ouh, que de souffrances avec cette saison 2 ! Non pas qu'elle soit mauvaise, mais j'étais simplement paumée au moment de la reprendre (j'ai regardé la saison 1 il  y a un an maintenant et j'avais honteusement oublié de nombreux détails). Bref. J'ai un peu galéré pour me mettre dans le bain, avant de bien accrocher. Je n'en fais pas non plus MA série fétiche, mais j'apprécie le contexte historique et les intrigues d'espionnage. 

Notre faux couple, Phillip et Elizabeth Jennings, a donc réussi à surmonter leur crise conjugale qui mettait en péril leur couverture d'agents du KGB. Tous deux ont réalisé que les sentiments avaient finalement pris le pas sur les apparences et devaient l'intégrer dans leurs missions, tout en préservant leur famille. Seulement, Paige, leur fille aînée, en pleine crise d'ado, fouine dans leurs affaires et trouve un refuge dans la religion, ce qui crée une ambiance d'enfer à la maison. Moscou va aussi mettre son grain de sel et rappeler au couple qu'ils ne sont pas maîtres de leur vie ni de leur progéniture. Ajoutez un indic qui part en roue libre, un couple d'illégaux qui va être sauvagement assassiné, un scientifique kidnappé qui implique le Mossad, et le voisin qui bosse au FBI, également en pleine tourmente sentimentale... C'est pire qu'une partie de poker menteur. Tout est faux, archi faux. Les dissimulations sont légion, les tromperies et les trahisons aussi. On perd vite son latin. Et puis la violence est gratuite, le sexe aussi (y'en a trop... ). Ce n'est pas un univers glamour et léger, au contraire c'est poignant, dramatique, avec des conséquences, souvent, terribles. Très démoralisant, tout ça. 

PS : J'aime bien le billet des inrocks qui parle d'une fiction chuchotée pleine d’une élégance discrète, efficace et déliée à la fois, parfois aux confins de la série B”. 😋

Afficher l'image d'origine

 

 La suite, au prochain épisode ! ;-)

Posté par clarabel76 à 10:30:00 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

29/01/16

Le Comte de Monte-Cristo, d'Alexandre Dumas

Le comte de Monte-Cristo I

Il m'aura fallu pas moins de six jours pour lire et écouter les deux fois vingt-cinq heures de cette œuvre remarquable et, heureusement, captivante ! Pfiou. Quelle lecture, mais quelle lecture ! L'histoire commence à Marseille, en 1815. Le jeune Edmond Dantès, un marin de dix-neuf ans, débarque chez son père pour fêter sa bonne fortune - il sera prochainement promu capitaine de son propre navire et va épouser celle qu'il aime, Mercedès. C'était sans se méfier des jalousies de son entourage, dont le dénommé Danglars, comptable à bord du Pharaon, et Fernando, son ami d'enfance, également amoureux de sa jolie fiancée catalane. Ces deux-là rédigent une lettre de dénonciation contre le pauvre Dantès, accusé de soutenir Bonaparte en exil sur l'île d'Elbe, et n'ont aucun scrupule à le savoir expédié au Château d'If pour une longue, longue peine de quatorze ans. Edmond n'a pas le temps de réagir lorsque la foudre s'abat sur lui pour bousiller sa vie. Il est sonné, naïf et incrédule, il n'a de cesse de plaider sa cause, soutient son innocence, mais ne se doute pas d'être le pion central dans une tragi-comédie orchestrée par ses semblables. Au bord du désespoir, se sachant oublié des siens, Edmond doit son salut à son voisin de cellule, l'abbé Faria, qui le mettra en garde et lui confiera son projet d'évasion, avec un trésor à la clef. Après quoi, Dantès va reprendre du poil de la bête et se prétendre la main vengeresse de Dieu. Il deviendra le mystérieux Comte de Monte-Cristo, qui va se faufiler comme une anguille parmi ses ennemis pour les démolir sournoisement les uns après les autres. 

Voilà une magistrale interprétation, par Eric Herson-Macarel, d'une œuvre époustouflante et étonnante de modernité ! On ne voit pas le temps passer tant le rythme est enlevé, l'action dense et la trame romanesque flamboyante. Et puis il y a un vrai suspense au cœur de l'intrigue, où l'on ne devine pas tout des ressentiments de Dantès, ou du moins ne partage-t-on pas tous ses plans machiavéliques pour assommer ses ennemis. On le surprend dans la peau de Simbad le marin, de l'abbé Busoni ou de lord Wilmore, on le découvre derrière une porte dérobée au chevet d'une jeune fille qu'on tente d'empoisonner, il est ici ou là, partout et ailleurs, insaisissable et implacable. Chaque petite pièce apportée n'est jamais anodine et vient compléter un tableau magistral pour assouvir sa vendetta personnelle. Chaque intrigue secondaire, chaque anecdote ou chaque rencontre est introduite exprès pour servir un ensemble arachnéen. Dumas tisse fil par fil la trame de son roman, piochant dans les éléments du théâtre (rebondissements, déguisements, suspense et révélations) ou préfigurant le genre policier et les romans d'aventure avec le super-héros masqué qui fait justice lui-même. C'est prodigieux. J'ai été complètement soufflée. 

Sixtrid / Décembre 2015 ♦ Texte intégral lu par Eric Herson-Macarel

 

“A tous les maux il est deux remèdes: le temps et le silence.”

 

et la suite... Le comte de Monte-Cristo II

Le comte de Monte-Cristo s’est installé à Paris. Par sa magnificence, sa spiritualité et ses étranges manières, il devient la personnalité la plus recherchée de la haute société. C’est justement ce qu’il voulait afin de pouvoir mettre en place son implacable vengeance. Son plan redoutable est conduit sur un rythme haletant et réserve bien des révélations qui ne cessent de surprendre. Quel final ! ;-)

Sixtrid / Décembre 2015 ♦ Texte interprété par Eric Herson-Macarel

Rappelons aussi le lobbying de miss Cécile dont l'enthousiasme débordant a su me motiver pour découvrir cette œuvre classique d'une richesse extraordinaire. Merci d'avoir contribué à cette découverte !  😘

Posté par clarabel76 à 09:00:00 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : , ,