“Apprends-moi le goût de ton silence, L’amour c’est retrouver toute son enfance”

01/10/14

Velvet, de Mary Hooper

Velvet

Velvet travaille dans une blanchisserie, pour un salaire de misère et dans des conditions pénibles. Elle rêve naturellement d'une vie meilleure et enjolive son enfance (pourtant, peu reluisante et chargée d'un lourd passé) pour échapper à un avenir sordide. Aussi, saisit-elle sa chance lors de sa rencontre avec la célèbre Madame Savoya, réputée pour ses talents de médium, qui lui propose de devenir sa demoiselle de compagnie. 

Velvet accepte sur le champ et quitte son quartier populaire de Chiswick pour Regent Park, où elle est accueillie avec effusion par le séduisant majordome, George. La jeune fille tombe sous le charme. Elle oublie ses racines, néglige ses amis d'enfance et tourne le dos à son soupirant, l'adorable Charlie. Plus rien ne compte à part cette existence idyllique, à côtoyer du beau monde, participer aux soirées occultes et autres séances de spiritisme. Velvet est littéralement fascinée.

Et c'est vrai que ce roman exerce un véritable magnétisme ! La plume de Mary Hooper est toujours aussi élégante et décrit avec réalisme la société victorienne à travers ses us et coutumes, comme la pratique controversée de la voyance et la divination, qui était très à la mode à l'époque et attirait des personnalités comme l'écrivain Arthur Conan Doyle (qu'on croise dans le livre). Mais cette immersion est vécue via l'expérience d'une héroïne naïve et facilement impressionnable, d'où cette sensation frustrante d'être témoin d'une supercherie, d'en deviner les bouts de ficelle mais de demeurer impuissant pour la tirer de sa rêverie. Aussi assiste-t-on à son naufrage avec une certaine compassion.

J'ai beaucoup aimé ce roman, charmant et précieux dans sa conduite, alléchant par son histoire, attentif à broder une vraie trame romanesque et soucieux du contexte historique. De plus, le choix d'associer les couvertures françaises aux illustrations de Pierre Mornet sont aussi un atout de séduction et un attrait stylistique majeurs !

éditions Des Grandes Personnes, septembre 2012 ♦ traduit par Fanny Ladd et Patricia Duez

Posté par clarabel76 à 08:45:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,


30/09/14

Petit bilan du mois de septembre ♪♫•*¨*•.¸¸ ♥ ¸¸.•*¨*•♫♪

lalala

Septembre, mois de toutes les résolutions, des nouveaux départs et du blues de la rentrée ! 

J'ai lu (un peu) et aimé : 

♣ La Faiseuse d'anges, de Camilla Lackberg

♣ Complètement cramé ! de Gilles Legardinier

♣ Mon Ange gardien, de Julie James  

♣ L'Homme aux cercles bleus, de Fred Vargas  [relecture]

♣ Fakirs, d'Antonin Varenne  [relecture]

♣ Hunger Games 2 : L'Embrasement, de Suzanne Collins  [relecture]

 

Et grosse moisson de séries TV  (ça faisait longtemps)  ! ! 

Vu,la saison 1 de Bates Motel ... carrément FLIPPANT ! J'ai beaucoup aimé.

bates-motel

 

The Lost Room :  série unique concentrée en 6 épisodes. Scénario original et prenant. ☺

lostroom

 

Whitechapel (sur les traces de Jack l'Éventreur, une transposition très réussie !)

Whitechapel

 

Call the Midwife (saison 2) : simple et mignon, mais tellement attachant... j'adore les personnages, l'ambiance générale et la sensation de cocon douillet qu'elle procure ! 

call-the-midwife

 

The Americans, au contexte historique passionnant, la guerre froide dans les années 80, espionnage et contre-espionnage, un couple bidon aux prises avec les tourments amoureux.... très, très prenant !

theamericans

Masters of Sex (saison 1), recommandé par Muriel ! ;o) Je redoutais une série racoleuse, le pilote a failli confirmer mes craintes, mais la suite s'est révélée beaucoup plus fine et croustillante, avec séquences sulfureuses certes, mais ce serait oublier le scénario peaufiné, l'époque des années 50 follement chic, les personnages faussement propres sur eux, les intrigues combinées etc. C'est tout à fait fascinant ! 

Masters

 

et enfin Haven (d'après la nouvelle de Stephen King, Colorado Kid) ... ambiance géniale pour une histoire incroyable autour de phénomènes étranges qui frappent cette petite communauté du Maine, c'est assez basique au démarrage, puis de plus en plus captivant au vu des révélations faites, ça a été une vraie bonne surprise !

Haven

 ✿

♪♫ ... la famille, mon tourbillon perpétuel, l'histoire de ma vie... ♫♪♪♪

Posté par clarabel76 à 18:30:00 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , ,

La Saison des Mûres, de Polly Horvath

Saison des mûres

Raclette (non, ce n'est pas une blague) doit son prénom à un coup de folie de sa mère, le jour de son accouchement. Entre nous, j'ai d'abord pensé au plat montagnard, alors qu'il s'agit de la traduction de l'outil pour gratter... Enfin, passons. Cela vous donne un avant-goût de l'esprit complètement barge de cette lecture ! Et ma foi, j'ai failli lâcher l'affaire car je trouvais que cela partait dans tous les sens. Une jeune fille de 12-13 ans vit avec une mère égoïste qui, sous prétexte d'assouvir sa passion pour le Club de Chasse, décide de l'envoyer passer l'été chez de vieilles tantes dans le Maine.

Raclette fait alors la rencontre des « étranges dames Menuto », tante Penpen et tante Tilly, également connues dans le comté pour leur célèbre coulis de mûres gâtées. Les deux sœurs ont toujours des anecdotes insolites à partager, comme le suicide de leur mère, dont la tête a rebondi sur le sol en éclaboussnt les murs. Très glauque, en effet. À ce stade, Raclette doit hésiter entre pousser des cris d'horreur et se demander si ce n'est pas un cauchemar éveillé. (Nous aussi.) Peu de temps après, une autre adolescente, Harper, vient se joindre au trio. Mais que se signifient tous ces abandons ?!! Le Vallon Rose, pourtant, est niché dans les bois, cerné par les ours, donc difficile à repérer.

Ce roman, définitivement, ne fait pas la part belle aux mères trop lâches pour assumer leur rôle. Heureusement l'ambiance générale est à mille lieux de se morfondre : c'est fantaisiste, surréaliste, cocasse... et les sœurs Menuto sont deux petites vieilles adorables. Ce sont leurs excentricités aussi qui font d'elles des êtres aussi attachants et fabuleux. Mais tout ce qu'elles vont partager avec Raclette n'est pas si anodin (la traite des vaches, les leçons de natation, la philosophie bouddhiste... et ce sentiment inaliénable d'avoir trouvé une vraie famille). Ceci dit, il faut accepter d'entrer dans un univers loufoque, complètement tordu et sans repère. Et, somme toute, assez peu accessible pour un lectorat jeunesse.

Neuf (?!) de l'École des Loisirs, mars 2008 ♦ traduit par Hélène Misserly (The Canning Season) 
illustration de couverture : Alan Mets

☾  ☽

Vu dans Bouche d'Ombre un drôle de couple étonnamment ressemblant aux dames Menuto :

IMG_1969

Une belle réussite que cette bande dessinée écrite par Carole Martinez, l'auteur du roman Le Cœur Cousu ! 

Lou et sa bande de potes se livrent un soir à une séance de spiritisme, pour rigoler. Mais une fille du groupe (Marie-Rose) y est hyper sensible et sort bouleversée. Quelques jours après, le groupe est effondré d'apprendre qu'elle s'est suicidée. Lou rumine son chagrin et sa frustration. Elle a forcément oublié un détail, dans les tréfonds de son subconscient. Elle sollicite donc les services d'un spécialiste pour plonger en hypnose et fouiller ses souvenirs. Ce premier pas vers le monde occulte va ouvrir d'autres portes qui ne demandaient qu'à se révéler ! ...

J'ai beaucoup aimé cette lecture. On pénètre le monde des esprits et des rêves, tout en partageant la vie ordinaire de lycéens dans les années 80. Les dessins aussi sont soignés et jouent avec les tons opaques pour troubler davantage le lecteur ! C'est une série à suivre avec intérêt...

de Maud Begon & Carole Martinez (Casterman, mai 2014)   Lou1985

La Grande Traversée, d'Agathe Demois & Vincent Godeau

IMG_1970

Grâce à la loupe à filtre rouge, rangée sagement dans sa pochette en début de livre, on part à la découverte d'une étonnante traversée faite par un oiseau, de la banquise à la forêt tropicale... On croit la lecture reposante, d'apparence monochrome et lisse, page après page, dans des décors sur fond blanc et quelques silhouettes rouges en premier plan.

Penchez-vous davantage, cette lecture est bel et bien touffue et surprenante ! Car les détails ne manquent pas, sitôt que vous glissez votre loupe sur la page, l'effet est formidable, et d'autres vérités apparaissent : devinez ce que cache le ventre d'une femme enceinte ou même les galeries souterraines du jardin qui seraient des niches à trésors ?!

Cet album est beaucoup plus loufoque, fantaisiste, drôle et poétique qu'on l'imagine de prime abord. Vrai de vrai. Le travail des illustrateurs est fabuleux. 

Seuil jeunesse, septembre 2014

IMG_1971

IMG_1972

IMG_1973

 

Posté par clarabel76 à 09:30:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

Dans la peau d'un oiseau, de DanKerleroux

IMG_1893

« Un jour, je me suis réveillé dans la peau d'un oiseau, ou plutôt, en fait, dans ses plumes. 
Ça m'a fait un choc ! »

Cette petite histoire raconte une incroyable péripétie : vivre la vie d'un oiseau. C'est l'occasion pour le jeune héros de cette incroyable péripétie d'apprendre que l'oiseau dort debout sur une branche, qu'il mange des graines au petit-déjeuner, au déjeuner et au dîner (ça varie rarement), qu'il vit entouré d'une floppée d'amis et qu'ils aiment voyager ensemble pour se réchauffer aux rayons du soleil. Par contre, les amours sont des chasses gardées et il faut aussi se méfier des dangers environnants (comme les rapaces ou les chats). Et la pluie, non vraiment, ce n'est pas génial.

C'est dans l'ensemble mignon et joliment illustré, avec des répliques tordantes du héros de l'histoire. Un enfant y sera sensible et appréciera le ton intrépide de cette folle aventure ! (Et l'oiseau avec ses lunettes a une trogne absolument craquante...) 

La Martinière J., août 2014

IMG_1894

IMG_1895

IMG_1896

IMG_1897

Posté par clarabel76 à 09:30:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

29/09/14

Les Aventures de Kamo, de Daniel Pennac

Avec une préface de Quentin Blake !

Les aventures de Kamo

« Kamo, c'est l'école métamorphosée en rêve d'école, ou en école de rêve. »

 

Les aventures de Kamo sont un hymne à la camaraderie, la facétie et la bonne humeur. Les quatre histoires sont ici rassemblées en un seul ouvrage et offrent un plaisir de lecture, concentré sur 300 pages, qui parlent d'école et de la vie de tous les jours, mais avec un zest de fantaisie. Daniel Pennac s'y entend pour nous embarquer dans son univers farfelu. Forcément, j'ai été enchantée !  

Kamo est le meilleur ami du narrateur (« moi », tout simplement). Un jour, il propose à leur maître d'école de les aider à mieux préparer leur rentrée en sixième en jouant le rôle de plusieurs professeurs qui auraient différents caractères : un prof de français grincheux, un prof de maths dynamique, un prof d'anglais branché, un prof d'histoire assez cool, etc. Mais voilà, à force de subir ce tourbillon incessant, les élèves se sentent paumés et ne reconnaissent plus leur maître préféré. Il a sans doute pété un boulon, toutes ses personnalités ont fait fondre ses neurones, c'est devenu l'enfer en classe, les enfants réclament un dernier trimestre revenu à la normale...

L'histoire surprendra encore plus le lecteur en introduisant une notion romantique très chabadaba. J'en ai gloussé d'incrédulité, mais c'est tellement mignon dans le fond. Pourquoi s'en priver ? Et puis, ça fait rêver : un jeune homme au cœur d'artichaut, une belle désabusée, un petit mot doux égaré et bim bam boum la rencontre éclatante de promesses. Cela se savoure, tout de même.

La suite des aventures est tout aussi insolite, notamment Kamo et sa fameuse correspondante. Tout commence par un coup de colère. La mère de Kamo lui donne trois mois pour apprendre l'anglais (son 3/20 lui reste en travers de la gorge). Grâce à l'agence Babel, il entre en contact avec une certaine Catherine Earnshaw, une jeune fille au caractère bien trempé, mais qui révèle aussi une nature sensible et mélancolique. Aussitôt, Kamo tombe sous le charme, se confie à elle et perd tout sens commun dès lors qu'il est question de la petite anglaise. Une enquête s'impose !

Point de surprise derrière cette histoire, mais j'ai savouré la supercherie littéraire. De toute façon, chaque histoire a été un rendez-vous cocasse, ponctué de rires et de trouvailles originales. Daniel Pennac est un vrai raconteur d'histoires. On l'écoute, on le lit et on plonge illico. Ces histoires de collégiens, assez banales par principe, s'accompagnent d'une pointe d'excentricité qui frôle parfois le fantastique. Il n'est pas rare de déborder du cadre et de voyager dans le temps ou le récit même. C'est captivant, intelligent, bref incontournable. 

Gallimard jeunesse, coll. Bibliothèque « Les Chefs d'œuvre vivants de la littérature pour la jeunesse », octobre 2012 ♦  L'ouvrage regroupe : L'idée du siècle,  Kamo et moi, L'agence Babel, L'évasion de Kamo.

Posté par clarabel76 à 14:45:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

Deux Soeurs, un Destin tome 1 : La Trahison, de Maya Snow

Une très bonne série, disponible en format poche ! (6,95€)

Deux Soeurs, un Destin

Japon, XIIIe siècle. Kimi et Hana sont les filles du Jito et appartiennent à une famille noble et prospère. Elles ont reçu en conséquence une éducation traditionnelle pour faire d'elles des demoiselles accomplies, capables de tenir leur rang en société. Mais en secret, Kimi et Hana rêvent de devenir des samouraïs. Elles ont même obtenu l'autorisation exceptionnelle de leur père pour pouvoir s'entraîner avec des armes, dans le but aussi d'assurer leur propre défense en toutes circonstances.

Et en une nuit, la tragédie frappe la famille Yamamoto. Les filles n'ont plus le choix et doivent fuir. Elles trouvent refuge dans une école de samouraïs, sous une fausse identité (Kimi et Hana se font passer pour des paysans) et sont embauchées comme serviteurs. La vie au dojo leur offre un havre de paix temporaire, puisqu'elles n'ont pas oublié la trahison dont a été victime leur famille et entendent se venger pour laver l'honneur des Yamamoto.

Cette série, que j'ai découverte avec grand plaisir il y a quelques années, met à l'honneur la culture japonaise, à travers les arts martiaux, les samouraïs, leur code de l'honneur (le bushi), les ninja etc, mais souligne aussi l'importance des castes sociales, l'éducation des plus nobles à travers les cérémonies du thé, la danse et la calligraphie. C'est élaboré avec beaucoup de sérieux et d'authencitié, pour un rendu foncièrement captivant.

L'histoire n'est pas en reste et nous faire vivre des aventures palpitantes, portées par un duo très attachant. Kimi et Hana sont des héroïnes fortes et courageuses, qui ne passent pas leur temps à pleurnicher sur leur sort, malgré les épreuves et la perte de leurs privilèges et leur vie de confort. On découvre, de plus, l'ampleur des enjeux politiques, qui s'activent en coulisses et s'appliquent à instaurer un climat de terreur.

Pour l'heure, l'auteur déroule son tapis rouge, l'action s'annonce frétillante, selon un rythme soutenu et haletant. C'est une très bonne série, qui aura à cœur d'étonner son lecteur, encore et toujours.

Flammarion jeunesse, coll. Castor Poche, septembre 2014 ♦ traduit par Alice Marchand (Sisters of the Sword)

Posté par clarabel76 à 10:00:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

La Fille qui ne croyait pas aux Miracles, de Wendy Wunder

en poche !

La fille qui ne croyait pas

heart red

Cam est atteinte d'un cancer incurable, il ne lui reste plus que quelques mois à vivre, et c'est à Promise, petite ville du Maine, réputée pour accomplir des miracles, que sa mère et sa soeur choisissent de s'établir pour y passer le temps qu'il faut.

Mais Cam est une adolescente sarcastique et rabat-joie, elle se veut réaliste et blindée, refuse d'entretenir le moindre mythe. Son attitude exaspère ses proches, décidés à lui démontrer qu'à Promise les miracles existent bel et bien. Et c'est vrai que leur nouvelle existence y ressemble : Cam se sent en meilleure forme, elle a beau trouver des explications métaphysiques aux évènements hors du commun, elle commence peu à peu à douter et à croire en l'impossible.

Elle a aussi une petite liste secrète des choses à accomplir avant de mourir : voler des trucs débiles, coucher avec un garçon, briser les rêves de sa frangine, se comporter comme une adolescente de son âge, normale. (C'est la partie de l'intrigue qui m'a fait rappeler le roman de Jenny Downham, Before I die.) La seule différence, ici, c'est que Campbell est une héroïne qui contient sa rébellion à un degré dérisoire. Elle n'attend pas la mort avec impatience et soulagement non plus, c'est juste son sens de l'ironie qui fait sa force, sans la rendre insensible ou insupportable pour autant.

Campbell est une héroïne bougrement attachante, sa famille aussi est très drôle, et la vie à Promise relève du pur cliché (mais quel bonheur !). Pendant trèèès longtemps, on se prête à y croire, à espérer, à sourire face à l'évolution de la jeune fille. Elle va notamment vivre une très jolie histoire d'amour, c'est mignon comme tout, ça n'occulte pas le reste, la maladie reste présente, la mort aussi, et parfois on se surprend à pleurnicher et à éclater de rire en alternance.

Ce roman est source d'effets secondaires imprévisibles, croyez-moi, c'est un ensemble d'émotions, à la fois beau, doux et apaisant. C'est douloureux de tourner la dernière page !

Livre de Poche, septembre 2014 ♦ traduit par Raphaële Eschenbrenner pour les éditions Hachette (The Probability of Miracles)



Fin »