Les mots sont, les mots font, les mots disent Les mots coulent, les mots roulent sur un fil

19/05/22

Un printemps éblouissant à Vert-Cottage (Hope Meadows #3), de Lucy Daniels

Pour ceux qui, comme moi, apprécient la petite promenade de santé dans la verte campagne anglaise, mais qui soupirent d'ennui à suivre l'héroïne dans ses aventures redondantes, sachez que le prochain épisode se consacrera à de nouveaux personnages !

Un printemps éblouissant à Vert-Cottage

Il était temps, car ce troisième tome s'essouffle !

On y retrouve notre chère Mandy Hope, vétérinaire et responsable d'un refuge pour animaux abandonnés, au cœur de nouvelles prises de tête pour défendre ses idéaux. Cela commence avec les enfants de son copain, avec lesquels elle ne fait pas d'efforts d'où une mésentente totale lors de weekends houleux (elle leur sert du tofu lors de leur première rencontre). Les enfants sont certes intransigeants, car ils digèrent le divorce de leurs parents, les nouveaux partenaires, les bébés à venir etc. Alors que Mandy se demande juste si elle est apte à accepter les bagages de son amoureux. Maintenant qu'elle est face à cette réalité, elle doute. Imaginez ce que doit penser le chéri... ahem.

Autre sujet qui met en transe notre pasionaria de la cause animale : l'implantation d'une usine sur une zone protégée, ou censée l'être, car elle seule peut prouver que des écureuils s'y nichent et que le chantier doit cesser sur le champ. Sauf qu'elle se met à dos les villageois qui ont besoin d'une croissance économique. Elle met en péril la clinique vétérinaire de ses parents, d'ailleurs très effacés, parce que la maman a des soucis de santé. Enfin voilà. Mandy Hope : son métier, sa passion, les animaux.

Non, ça ne la rend pas très sympathique et j'avoue qu'elle est tombée dans la caricature de la militante acharnée. Heureusement, son amitié avec James (qui revient en force) et sa relation privilégiée avec ses parents montrent une image plus humaine, plus attachante. Parce que j'ai de plus en plus de mal à la supporter. ^-^ Et naturellement, le charme bucolique est toujours très présent ! Vert-Cottage reste en effet une série distrayante, avec un soupçon d'authenticité et d'évasion qui fait un bien fou.

HarperCollins Poche - 2022 - Traduit par Marion McGuiness

⭐⭐⭐


Witch Games : Liaison interdite, de Shana Lyès

Espoirs déçus avec cette nouvelle romance paranormale (qui devait hélas relancer le genre chez Harlequin.) 

Witch GamesHannah appartient à une longue lignée de sorcières et, selon la coutume, doit renoncer à tomber amoureuse - mais pas à devenir nonne non plus. En effet, la jeune femme aime batifoler et collectionne les aventures d'un soir selon un subterfuge bien rodé. Ni vu ni connu, elle glisse un filtre d'amnésie dans les boissons de ses prétendants et efface ainsi leurs souvenirs après avoir passé du bon temps ensemble. Après quoi, chacun peut pousuivre son chemin sans la moindre culpabilité. Joie et plaisir pour tous.

Du moins, c'était le cas jusqu'à sa rencontre avec Lionel. Son Bon Samaritain qu'elle ne cesse de croiser partout. Depuis qu'elle a posé les yeux sur lui, elle est incapable d'activer le mode reset. Entre eux, l'attraction est purement physique. Mais une autre connexion prend forme. Et elle a beau dire, elle a beau faire, ce bel inconnu est plus tenace qu'on ne le pense.

Ça semble mignon et très tentant ?

Malheureusement leur idylle va sonner trop artificielle à mon goût. La sensualité, les dialogues... c'est plat ! Et le manque d'action, surtout dans la première partie, qui est longue à se mettre en place, renvoie la sensation d'une romance rapide. Clairement, ça manque de tension sur ce point. Dommage. Je n'ai pas accroché aux personnages non plus - ils sont sympas mais ordinaires. Car tout est très formel. Et le prénom Lionel, je ne peux pas. #sorry

Que dire sur cet élément lié au métier de Shana Lyès ? Ce n'était pas indispensable. Les allusions astrologiques sont trop présentes. L'histoire n'en avait guère l'utilité. Ou quand on n'en a cure, comme moi, c'est inintéressant au possible. #sorrybis

Bref. Petit bilan mitigé autant pour ce titre que pour les retrouvailles entre Harlequin et la romance fantastique. Pour l'heure, j'ai le sentiment d'avoir lu un exercice appliqué mais sans fantasie. Peu d'originalité. La plume est charmante, mais la lecture reste ennuyeuse. 

Ceci reste évidemment mon avis personnel. 😞

Harlequin - coll. &H - 2022

⭐⭐⭐

Posté par clarabel76 à 14:00:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

Ella la promise (Witch and God #1), de Liv Stone

Cette lecture s'accompagne d'un chœur de louange qui m'a d'ailleurs fait céder à la tentation. Hélas, comme souvent, j'ai eu le sentiment d'avoir été flouée car je suis peu déçue par ma lecture, découverte en format audio.

Ella la promise

Je sortais de mon marathon des Accords Corrompus de Kelly St Clare au moment de me lancer dans cette nouvelle aventure. Est-ce que la comparaison avec la Tatuma et le roi Jovan a été fatale ? Nul doute. Toujours est-il que j’ai trouvé l’héroïne trop naïve et son prétendant excessivement tourmenté.

Ella est une jeune sorcière sans dons. Elle est étudiante et vit tranquillement dans le monde des humains. Pourtant, c'est elle qui est choisie pour devenir la promise du dieu Deimos, le petit-fils de Zeus. Son monde s'écroule. Elle n'avait rien demandé, là voilà soudain propulsée dans des intrigues où sorcières et dieux se livrent une bataille ancestrale. C'est Deimos lui-même qui a exigé son alliance. Lui, le dieu de la Terreur, ténébreux et taciturne... Ella n'a plus qu'à lier son sort à cet inconnu.

Si j'ai été séduite par l'univers fantastique, par les guerres intestines, les secrets, les trahisons, les ambitions etc. j'ai été moins emballée par la romance. Tellement niaise. Peu crédible. Ella est certes jeune et naïve, c'est aussi une nana pétillante, qui refuse de se lamenter sur son sort. Elle est curieuse et soucieuse d'apaiser les tensions. Face à elle, Deimos est un personnage torturé. Et barbant. Résultat, leur relation manque cruellement de maturité. Sensation de vide, de futile. Je n'ai pas été convaincue. De plus, l'intrigue se concentre sur leur romance donc exacerbe l'impression d'une lecture creuse. Très clairement, ça ne mérite pas l'engouement ci et là. Les goûts changent, les miens ne sont plus dans la tendance ! ^-^ 

La couverture est cependant très belle ! Bon point là-dessus.

©2021 Hachette Littératures (P)2022 Audiolib

  • Lu par : Charlotte Campana
  • Durée : 10 h 56
  • Un peu déçue par la lecture audio. La voix donnée au personnage de Deimos est rocailleuse et boudeuse. Déjà que le dieu est de tempérament renfrogné et fuyant. Ça tue le mythe. A contrario l'héroïne est charmante mais tellement naïve (la demoiselle a vingt ans). L'histoire se concentrant sur leur romance, là aussi ça pêche car ça sonne vite creux et futile. L'action passe au second plan, c'est dommage. Pour moi, oui cette lecture joliment emballée est une déception.

⭐⭐⭐

04/05/22

Les recettes du chef, de Jean-Philippe Arrou-Vignod

Les recettes du chefQuand j'ai découvert ce dernier né de la famille des Jean-Quelque-Chose, j'ignorais ce dont il était question, à savoir un guide pour jeunes lecteurs qui souhaiteraient devenir écrivains.

Certes, on retrouve les frasques de notre rimbabelle chérie : le rendez-vous chez le coiffeur, le défi de papi Jean, la collecte des amandes, le déjeuner au restaurant, les flocons de neige et les parties de boules enfiévrées, mais ça reste assez succinct. Par contre, le texte s'accompagne de conseils, de trucs et astuces de l'auteur.

Puisque j'apprends, après coup, qu'un concours est organisé pour permettre à une plume en herbe de toucher son rêve ! Et pas seulement par procuration, à travers Jean-B qui lui aussi participe au concours à l'insu de sa famille.

La découverte du texte, imprimé dans le journal régional, se tiendra cérémonieusement le dimanche matin, face à un public ébahi. Haha. Règle numéro un : pour ne pas perdre la face, il faut manier l'humour, la fantaisie et la dérision avec panache. Ajoutez la tendresse, et l'univers est sauf ! Ouf.

J'ai donc foncé yeux fermés pour écouter les nouvelles aventures des Jean - j'adore le format audio qui les met en scène de façon savoureuse et espiègle. Par contre, il est vrai que ce livre est court, très court. Plus court que d'habitude ? J'applaudis néanmoins le concept de donner des pistes pour se lancer dans l'aventure tout en intégrant nos joyeux lurons, et l'initiative du concours pour les 8 à 12 ans est top.

©2022 Editions Gallimard Jeunesse (P)2022 Editions Gallimard Jeunesse

⭐⭐⭐⭐

CONCOURS / du 28 avril au 26 mai

Jean-B., le célèbre personnage de Jean-Philippe Arrou-Vignod, héros de son nouveau livre Les Recettes du chef te met au défi de raconter tes propres histoires ! Choisis le sujet qui t'inspire le plus et raconte ton histoire en 100 à 300 mots !

  • Une drôle de visite (Raconte une visite chez le médecin de façon humoristique.)
  • Une bêtise mémorable (Raconte une de tes bêtises, parmi celles dont tu te souviens le plus !)

👁️ Participer au concours 

Posté par clarabel76 à 10:00:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

03/05/22

La Carte postale, d'Anne Berest

La Carte postaleCette lecture est excellente ! Cela se lit comme un roman à suspense. On cherche d'abord à savoir qui a adressé cette carte postale et que signifie ce message testamentaire. Rapidement, l'histoire nous entraîne sur les traces d'Ephraïm et son épouse Emma, leurs trois enfants, Myriam, Noémie et Jacques. Puis, vient la question de l'appartenance : être juif, porter un héritage, s'inscrire dans la famille. Petite réflexion spirituelle. Et enfin, l'impact de la démarche qui entretient les souvenirs et scelle le tombeau des disparus.

Cela donne un roman de 500 pages qu'on lit quasiment d'une traite tellement c'est captivant. On plonge dans les heures sombres de l'Histoire, des rafles, de la déportation, des camps, de l'Hôtel Lutétia. On fouille les archives des administrations, dans le chaos de l'après-guerre, les lettres de dénonciation, les spoliations, les excès de zèle. On trouve aussi des coïncidences troublantes qui surviennent dans les recherches d'Anne et sa mère - les prénoms, les lieux, les choix de vie. On se passionne pour leurs discussions et leurs nombreuses supputations. En somme, on ne s'ennuie pas.

Je me souviens encore du jour où la Grande Prêtresse OdL avait fait l'éloge du livre. Cela m'avait donné envie. La parution en format audio a permis de satisfaire ma curiosité, je ne suis pas déçue non plus, d'autant que l'interprétation est épatante. C'est un roman qui est riche en émotions, qui nous transporte dans le passé, qui réserve son lot de joies et de peines, qui nous pousse à réfléchir sur la notion d'appartenance, d'identité et de transmission. C'est aussi une histoire qui mérite d'être entendue et qui a le mérite de rendre un hommage, pudique et intelligent, aux disparus. On n'écrira jamais le roman de trop à ce sujet. Très bon titre !

©2021 Éditions Grasset & Fasquelle (P)2022 Audiolib

  • Lu par : Ariane Brousse
  • Durée : 14 h env.
  • Suivi d'un entretien avec Anne Berest.
  • Ariane Brousse incarne à merveille les personnages hauts en couleur de cette saga qui court sur plus d'un siècle.

⭐⭐⭐⭐

Posté par clarabel76 à 18:45:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,


01/05/22

Set et match ! de Liane Moriarty

Set et matchTout commence par une disparition. Ou non, tout se déclenche quand une jeune femme, battue par son compagnon, toque à la porte des Delaney en réclamant leur assistance. Joy ne s'embarrasse d'aucune question et accueille l'inconnue chez elle. Avec ce soupçon d'empressement pour combler l'ennui ou le vide de son existence ?

Mais ses enfants (adultes) voient cette histoire d'un mauvais œil. Ils vont chercher à pousser la nouvelle amie de leur mère dans ses retranchements. Lui faire avouer ce qu'elle cache. C'est sûr, pour eux, que Savannah a des intentions coupables. Elle est trop serviable, trop indispensable. Joy Delaney clame pourtant qu'elle se sent enfin libérée des tâches ménagères (comme la cuisine). En fait, cette intruse sert d'élément déclencheur aux confidences et aux non-dits. La famille Delaney n'est pas une famille ordinaire non plus. Le couple de Joy et Stan était à la tête d'une école de tennis et avait débusqué un futur champion qui a hélas quitté leur écurie. Leurs quatre enfants ont été poussés à faire carrière dans le sport mais sans succès. Aujourd'hui, Brooke, Logan, Amy et Troy se prennent toujours les pieds dans le tapis (ils ont divorcé, n'ont pas d'enfants et ont des carrières incertaines). C'est comme si l'arrivée de Savannah leur renvoyait soudain la déception de leur mère quant à leur parcours en dents de scie.

C'est ce qu'on découvre au fil des pages, à travers une construction habile et ingénieuse - à la Moriarty, j'ai envie de dire. La narration alterne passé et présent, se penche sur LA disparition et sur l'enquête de la police. Elle brasse les témoignages, les regards, les sentiments et les certitudes. C'est finement joué. Tout ce petit monde s'exprime car tout le monde a beaucoup à dire, et pas seulement sur l'inconnue, l'intruse, la disparue, mais aussi sur la vie, le couple, l'amour et ses désillusions, le poids des attentes, la frustration et l'amertume. Et puis, le fil rouge met en appétit. On s'interroge sur qui, pourquoi, comment. Nos petites cellules grises sont à la fête. Le roman traite des histoires de famille (j'adore ça) avec une tension psychologique qui ne faiblit pas. La progression de l'intrigue est assez lente, mais n'enlève rien la sensation d'un rythme haletant.

En bref, je valide cette lecture qui a su me captiver pendant 500 pages (15 heures d'écoute) (très bon audiolib d'ailleurs). Le point final est à double tranchant. Remarquable !

©2022 Éditions Albin Michel (P)2022 Audiolib

  • Lu par : Marcha Van Boven
  • Durée : 15 h 10
  • Lecture agréable et entraînante, avec une intonation juste, une mise en scène subtile, un ton mesuré et une envie d'en savoir plus. J'ai cependant accéléré la vitesse, par convenance personnelle, car interprétation trop modérée à mon goût. 

⭐⭐⭐⭐

Posté par clarabel76 à 14:30:00 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , ,

29/04/22

Rêves de Liberté (Accords Corrompus #4), de Kelly St Clare

reves de liberté

L'heure est grave. Il s'agit du dernier tome de la série des Accords Corrompus. Et mon cœur s'affole. Comment vais-je surmonter le vide et la perte ? Ô tragédie. Tout ça pour dire que, vraiment, je suis conquise. Définitivement. Et je relirai sans hésitation les quatre tomes pour retomber en amour.

Yep. Ça ne rigole plus pour nos héros. Les derniers événements n'ont plus laissé de place aux doutes et ont entraîné la Tatuma Olina et le roi Jovan à soulever leurs armées pour affronter leur destin. L'épopée sera longue et dangereuse. Mais la tension sera également sensuelle. Au fil des chapitres, la relation du couple a fait battre mon petit cœur tout mou. Je sais ce qu'ils ont en tête, ce qu'ils veulent et désirent, mais ce qu'ils doivent endurer pour l'obtenir aussi. Argh. Voilà qui promet un festival d'émotions, au cœur du champ de batailles. Oui, on adore ça.

C'est tout bon, sans fausse note, sans faute de goût, sans raccourci, sans cliché. Tout bon, vraiment. Au cours des quatre tomes, l'histoire a beaucoup évolué et bouleversé les attentes. Les personnages ont appris, ont grandi, ont aimé. Et les mondes à explorer ont été multiples. Les deux royaumes opposés, Osolis et Glacium, mais aussi l'Oscala et sa traversée périlleuse, les cercles extérieurs où la misère s'entasse, les peuples cachés et les regards qu'il faut lever vers le ciel.

Ai-je déjà précisé que j'étais amoureuse ? Parce qu'il y a tout de même des émotions fortes dans ce dernier tome. Des drames, des larmes, des départs. Et mon cœur, en miettes. Certaines déclarations font un peu perdre la tête. Bon sang, si ce n'était pas déjà fait, j'aurais été totalement fichue. “The answers will always be no," he says. I smile sadly over my shoulder. "Always is a very long time.” Les répliques de Jovan font mouche. Et ses ruses, inattendues. C'était adorable de l'entendre réciter son plan et relever tous les indices semés comme un petit poucet. C'était parfait ! J'ai gloussé comme une dinde.

Pour son univers, son imaginaire et ses personnages, foncez découvrir cette série. Ça a été mon coup de cœur du Mois d'Avril ! ♥

éditions Bookmark, coll. Infinity - 2019 pour la traduction

 ⭐⭐⭐⭐⭐

Admirez cette carte pour un aperçu des mondes à découvrir.

rêves de glace carte

Posté par clarabel76 à 18:30:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

28/04/22

Rêves de Feu (Accords Corrompus #3), de Kelly St Clare

Reves de feu

Ayant lu les quatre tomes de la série d'une traite, sans prendre des notes, j'avoue que mes émotions forment un ensemble homogène. Détailler chaque tome me devient un peu plus compliqué, à ce stade ! Haha. Disons que c'est très, très bon. Tout s'enchaîne et s'enflamme pour nous faire vivre une expérience de lecture exaltante !

Franchement, je relirai cette série sans hésitation. J'ai démarré cette année 2022 sur les chapeaux de roue, après ACOTAR en janvier. Maintenant les Accords Corrompus. Que demande le peuple, n'est-ce pas ? Un peu d'amour, d'espoir et de rêve dans un univers incroyable, avec des combats et une guerre entre deux royaumes que tout oppose. Yipi. 

Dans ce troisième tome, la tension monte d'un cran. Olina prend de plus en plus conscience de la charge de son héritage, mais doit encore se résoudre à affronter ses vieux démons. La Tatum sème la terreur sur Osolis et envoie ses troupes sur Glacium. C'est une femme blessée, incontrôlable. Seule sa fille pourrait freiner sa folie. Ou pas. La Tatuma a du pain sur la planche, à commencer par cerner le traître dans ses rangs. Le roi Jovan reste aveugle et sourd à ses remarques - leurs échanges sont toujours incandescents. Et cette électricité entre eux, mamma mia. 

Depuis son arrivée chez les Brumas, Olina a beaucoup changé et taillé sa détermination dans la roche, plus combative et indépendante que jamais. Par contre, elle est encore vulnérable sur le plan des émotions. C'est comme un magma de chaud et froid qui bouillonne en elle. Olina est troublée. Entre désir et envie, son cœur balance. L'incertitude la guette, l'avenir pèse aussi sur sa conscience. Pour la soutenir, on trouve autour d'elle une brochette de fidèles tous attachants, drôles et incontournables. Des amis, une famille. C'est top, sans fausse note.

Cerise sur le gâteau pour Jovan. Ne l'oublions pas. Cet homme est parfait, même s'il est bougon, autoritaire et fougueux face à la Tatuma. Elle aussi est irritante à attirer les ennuis à la pelle. Mais cet instinct protecteur, qu'il cherche à contenir, awww... c'est adorable. De toute façon, ce tome nous réserve de grands moments de frustration et de glamour. Ja valide tout. Youhou. Beaucoup d’action au programme - surtout dans les derniers chapitres - et un drame en perspective. Non, je n'ai pas envie que ça se termine !

éditions Bookmark, coll. Infinity, 2018 pour la traduction ♥

⭐⭐⭐⭐⭐

Posté par clarabel76 à 18:30:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

Rejetée (La bête de l'ombre #1) de Jaymin Eve

J'avais déjà eu une première impression mitigée à propos de la série La malédiction des dieux, mais je voulais donner une chance à cette nouvelle aventure. Je m'attendais à une histoire de loups et de métamorphes. Et puis, pas du tout.

RejetéePourtant, au départ, ça y ressemble fortement. Mera Callahan est une louve en devenir mais son sort est scellé depuis la trahison de son père (qui a tenté d'assassiner l'alpha). Depuis, la jeune fille a été traitée en paria. Molestée et injuriée par la meute, Mera en a souffert et s'est jurée de se venger en brisant ses liens. Or, le soir de sa première transformation, c'est aussi celui de la révélation de son compagnon. Un choc. Car celui-ci va odieusement la renier et provoquer une souffrance inouïe. Mera hurle à la mort et fait intervenir des créatures qui ne devaient pas s'échapper de leur royaume. Ceci expliquant la venue fracassante du dieu des créatures surnaturelles. Pas content du tout. Il lance sa sentence sur la meute et expédie Mera sur son épaule avant de s'éloigner.

C'est là que ça part en cacahuète car on passe dans une dimension parallèle (avec une bibliothèque de rêve et une tanière où une armoire fournit vêtements et accessoires sans sourciller). Des mondes, des portes, un sortilège. Je ne vous raconte pas la sensation de n'y-rien-comprendre qui vous tombe dessus. On se retrouve avec une lecture au rythme hyperactif, avec poussées hormonales et crises hystériques. Un joyeux bordel, donc. Point de consolation avec le casting : le syndrome Willa Knight frappe à nouveau. Sauf si vous aimez les héroïnes malhabiles, morveuses et collantes. Le personnage de l'ombre se résume à une entité immense, hyper puissante mais très colérique. Lui non plus n'a aucun respect pour Mera. Il la houspille sans cesse et lui hurle dessus. C'est pénible.

En somme, j'ai du mal. C'est brutal, pas drôle et parfois lourd (la nuit de la faerie, sérieux ?). L'histoire traîne en longueur, mélange les genres et devient confuse. Suis pas fan non plus du modèle de romance qui se profile. Ça se base sur des rapports de force. Trop tyranniques. Bof bof bof. L'héroïne a certes du cran mais a aussi un certain penchant pour l'appel au meurtre. Argh. Je reste donc sur ma faim même si j'ai envie de connaître la suite. Jaymin Eve a un style particulier qui n'est, je pense, pas trop mon délire. Par contre, j'aime beaucoup les couvertures !

éditions Bookmark, coll. Urban fantasy, 2022 pour la traduction

#Rejetée #NetGalleyFrance - à venir : Tome 2 le 26 octobre 2022.

⭐⭐⭐

Posté par clarabel76 à 18:00:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

27/04/22

L'Assassineuse (Keleana #1), de Sarah J. Maas

Enfin ! Je me lance dans cette première série de Sarah J. Maas en me targuant d'avoir pu éviter le moindre spoiler jusqu'à présent donc je fonce avant que ça me rattrape.

Keleana 1Encore une fois, nous avons un début de série qui décolle en douceur. Tout commence dans un camp de prisonniers où est retenue la redoutable Keleana Sardothien, assassineuse condamnée pour travaux forcés. Le prince héritier a pourtant décidé de l'en extirper pour la présenter au tournoi organisé par son père, le roi d'Adarlan. Une vingtaine de candidats doivent s'affronter pour devenir son champion, comprendre : sa main armée. On lui promet un contrat et la liberté. La jeune femme, brisée par une année de souffrances, accepte. Keleana n'a pourtant rien perdu de son mordant. Elle reprend vite du poil de la bête en séjournant au château et en s'attelant à son entraînement en compagnie du capitaine de la garde. Elle est surveillée, mais elle aussi épie. Car des phénomènes étranges se répètent et viennent perturber le déroulement du tournoi. Keleana est trop méfiante pour partager ses doutes et poursuit seule son enquête.

Dès les premiers chapitres, j'ai mordu à l'hameçon et scruté les moindres détails en ramassant tous les petits cailloux abandonnés sur mon chemin. C'est son truc, à Sarah J. Maas. Semer des indices partout. Bref. Au départ, le personnage de Keleana peut surprendre car elle n'est pas aussi terrible que sa réputation laisse entendre. C'est une demoiselle presque superficielle (elle aime les toilettes et batifoler avec le prince). Mais c'est un rôle de façade. Son caractère va s'étoffer et réserver du lourd. Pour l'heure, on observe et on prend des notes. On explore et on se questionne. Les personnages vont et viennent, avec leurs non-dits et leurs actes manqués. Ça sent le coup de théâtre, hmm. J'ai beaucoup aimé sa relation avec son capitaine, au passage. Avec la scène du duel, quand les deux mains touchent la ligne blanche du cercle, awww... c'était magnifique !

Me voilà de nouveau toquée d'un univers fantastique, empreint de magie, de créatures démoniaques, de tension dramatique et d'autres bonnes surprises. J'en suis toute excitée ! ♥

La Martinière J. / 2020 pour la nouvelle édition - traduction par Anne-Judith Descombey

⭐⭐⭐⭐

Posté par clarabel76 à 19:30:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,