Les mots sont, les mots font, les mots disent Les mots coulent, les mots roulent sur un fil

04/07/15

Écoutez lire : Le Camembert volant, de Jean-Philippe Arrou-Vignod

Se languir des vacances & patienter en retrouvant la fabuleuse famille des Jean Quelque-Chose... ♥

IMG_4280

Je ne me lasserai jamais des aventures de cette famille comptant six garçons, tous baptisés Jean, classés par ordre alphabétique, et dont l'entente ressemble à celle des grandes fratries : chamaillerie incessante, mais complicité à toutes épreuves.

Cette fois, la famille doit déménager de Cherbourg pour Toulon. En attendant, les enfants sont envoyés à la campagne, chez Papy Jean, où les attendent de belles parties de pêche ou de Monopoly. Cela transpire l'insouciance, l'inventivité et la rigolade, avec au programme : les jeux de plein air, les batailles de polochon, les douches froides dans le cabanon, les lampes de poche sous la couverture pour lire le soir, le front commun contre les cousins vantards... Et rire de plaisir, parce que Jean-A « s'écrase comme un yaourt nature sur la descente de lit » ou parce que Jean-C est pelotonné dans l'armoire embarquée par les déménageurs et ne s'arrête plus de compter.

Quelle péripétie ! Toutes ces anecdotes sont galvanisantes, sources de bonne humeur et rallument instinctivement de bons vieux souvenirs. C'est autant pour l'humour, la tendresse et la nostalgie qu'elle inspire que j'apprécie cette série. Et l'énergie prodiguée par Laurent Stocker, notre lecteur, sert avec bonheur et émotion cette chronique familiale, également le keepsake de l'auteur, où forcément on retrouve un peu de notre propre vécu ! ;-)

Gallimard jeunesse, coll. Écoutez Lire / mai 2015  ♦ Illustrations de Dominique Corbasson  ♦ Texte lu par Laurent Stocker de la Comédie Française (env. 2h 30)


Attendez-moi, de Dorothée de Monfreid

IMG_4206

Toute la bande des toutous est de retour et passent la journée à la mer pour faire de la voile. Les copains sont motivés et marchent à fond de train... sans se soucier de veiller sur Omar, qui est à la traîne et peine à suivre le rythme. De toute manière, il a toujours un wagon de retard !

Dès que le troupeau a posé les sacs et enfilé le maillot, installé la voile et poussé le bateau sur l'eau, notre retardataire se remet de ses émotions. Il les rejoint sur sa bouée, pique un petit roupillon, souffle, peste... Jamais content. Alors il échafaude un petit plan pour se venger. À lui le goûter, seul, sur les flots... tandis que les copains barbotent en toute insouciance.

Quelle histoire simple et joyeuse, sur un air de vacances, avec les copains, le soleil, la plage, le bonheur à l'état pur... On rigole, on se taquine. On pique-nique entre potes. La vie est belle, en toute légèreté. Ce plaisir de vivre est communicatif, on se sent immédiatement dans l'ambiance. Il y a très peu de texte, mais des illustrations pétantes, qui rendent la lecture vivante ET vivifiante ! Cet album estival fait un bien fou.

École des Loisirs, Loulou & Cie / mai 2015

IMG_4207   IMG_4208

IMG_4209   IMG_4210

Posté par clarabel76 à 10:00:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

Un jour à la mer, de Kimiko

IMG_4185

Lola passe la journée à la mer : elle plonge dans les fonds marins, nage en compagnie des poissons et croise une tortue et une pieuvre. Mais l'arrivée de la murène fait fuir tout ce petit monde. Lola n'est pas contente et rouspète. Elle inculque alors au poisson anguilliforme les notions d'amitié et de gentillesse pour changer sa vision du monde. 

L'histoire, assez basique et coquette, doit à son format pop-up de transcender la lecture. On découvre alors un album extraordinaire : couleurs éclatantes, monde merveilleux, poissons multicolores zigzagant dans les coraux, algues ondulantes, sirène à la chevelure soyeuse... On s'y croirait ! Ce décor tout en relief donne l'illusion de mouvement, invite à l'évasion et à la rêverie. C'est magique. Coloré et bichonné aux petits oignons. ;-)  

l'École des Loisirs, coll. Loulou & Cie / mai 2015

IMG_4186   IMG_4187

IMG_4188   IMG_4189

Posté par clarabel76 à 10:00:00 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,

Raoul : Attendez ! Je suis pressé ! de Michel Van Zeveren

IMG_3291

Raoul est un petit loup curieux, impatient, gourmand et intrépide. Il pose des questions sur tout, allant des graines de sucre sur les donuts, de celles qui font les bébés, du “sent-bon des toilettes” sur les joues de papa, de la “cicatriste” sur le ventre de maman, de l'éternelle envie pressante au moment des repas, de l'importance de se laver les mains, de la tablette interdite aux wc, de la grève du pyjama, du mystère de la goutte d'eau qui se noie dans le bain...

Ses parents font bonne figure et tentent de lui répondre sans perdre patience, même si souvent la lassitude ou la perplexité ne sont pas loin de les gagner. Inutile de nier l'évidence : on a tous eu un Raoul à la maison pour nous laisser sans voix (ou nous casser les pieds avec ses interrogations à la noix !). 

La lecture se présente comme une bande dessinée aérée, sous forme de 12 saynètes de la vie ordinaire, avec des dialogues vifs, tendres et drôles qui ne manqueront pas de vous faire sourire. Le ton, parfois décalé, est garanti sans tricherie ni niaiserie. Et ça, c'est vraiment chouette ! 

L'École des Loisirs / septembre 2014

IMG_3292   IMG_3293

IMG_3294   IMG_3295

Posté par clarabel76 à 10:00:00 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,

03/07/15

Les Fourmis, de Bernard Werber

Les Fourmis CD

Jonathan Wells vient d'hériter de l'appartement de son oncle Edmond, un éminent entomologiste qui a dédié sa carrière à l'étude des fourmis. Une seule consigne accompagne ce legs : ne jamais descendre à la cave. Mais Jonathan va braver l'interdiction ... et disparaître de la circulation. Aussitôt ses proches s'inquiètent et vont explorer la pièce souterraine, avant de s'évaporer à leur tour. Même les équipes de secours ou de gendarmerie vont s'éclipser mystérieusement.

À côté de ça, on découvre l'existence d'une colonie de fourmis, baptisée Bel-O-Kan, avec sa hiérarchie, ses codes rudimentaires de survie, ses stratégies de guerre... et ses modes de communication. Or, la cité est menacée par une arme de destruction massive dont les fourmis peinent à analyser la source et la signature. Pour l'instant, le danger est sournois. Seul le jeune mâle 327 est sur les charbons ardents. Et personne n'est sensible à ses discours alarmistes.

Vrai de vrai, si l'on m'avait prédit qu'un jour je lirais un livre sur les fourmis, j'aurais ri aux éclats. À part les quelques productions animées, vues avec ma fille, comme Fourmiz, Minuscule ou 1001 Pattes, je n'étais franchement pas attirée par les insectes. C'était sans compter sur l'émission de F. Lopez dans laquelle Bernard Werber était invité pour un weekend à la campagne. L'auteur y était apparu passionnant et possédé, et avait su donner l'envie de plonger dans son univers.

Qui n’a jamais rêvé vivre une expérience unique, dans un monde différent et plus passionnant que le nôtre ? Bernard Werber réalise ce rêve - vivre dans le monde des fourmis ! Quelle aventure inclassable, empruntant des tours et des détours scientifiques, documentaires ou épiques, tout en flirtant avec le genre du thriller, unique en son genre, avec tension psychologique, scène cauchemardesque et description gore.

C'est aussi grâce au comédien Arnaud Romain, qu'on partage cette expérience mémorable. Car son interprétation est flamboyante et caméléonienne ! Selon les personnages en scène, le comédien adapte sa voix, son intonation, son jeu. J'ai plus d'une fois été captivée par les modulations proposées et dois admettre avoir apprécié énormément cette ambiance grâce à son jeu d'acteur.

Mea culpa : j'ai préféré “la partie humaine” de l'intrigue (le mystère de la cave) au détriment des bestioles qui tombent vite dans une routine et enflamment de moins en moins notre imaginaire, passée l'originalité du début. Mais j'espère que les deux autres tomes rejoindront vite l'écurie Audiolib, car ma curiosité a été piquée au vif et j'aimerais connaître la suite de cette incroyable épopée ! 

Audiolib / juin 2015 ♦ Texte lu par Arnaud Romain (10h 34) ♦ Préalablement édité chez Albin Michel en 1991 !!! 



#8PM, tome 2 : Effets secondaires, de Jeff Sampson

8PM

Emily était une jeune fille sans problème, plutôt réservée, jusqu'au jour où sa personnalité a commencé à se dédoubler pour devenir une Emily de la Nuit, vamp incontrôlable, qui fait les 400 coups et drague les mecs lors des soirées alcoolisées. Mais c'était avant de découvrir sa nature profonde et de comprendre qu'elle avait servi de cobaye pour un laboratoire privé. Elle a depuis identifié d'autres jeunes gens dans son cas, zigouillé un meurtrier en série et renoncé à sa vie d'avant. Car les ennuis la poursuivent et Emily doit sonner le rassemblement de la “meute” pour prévenir la présence envahissante de “spectres” et repérer les nouveaux “déviants” qui circulent en électrons libres. Or, son amie Megan prend la mouche et pollue futilement une grande partie de l'histoire, qui déraille en une spirale infernale, mais pas démentielle non plus. Le rythme est bon, les personnages bien en place dans une intrigue peu exceptionnelle, mais pas déplaisante. On n'a pas une évolution fulgurante des caractères qui restent, pour la plupart, très juvéniles et peu fouillés. Je reste aussi perplexe à la lecture de l'univers dépeint (le truc où l'on se renifle... mouaip), même si l'auteur tente sincèrement de renouveler une mythologie ressassée (je spoile si je balance sa teneur), cela reste donc trop en surface à mon goût. Il s'agit de l'avant-dernier tome d'une série qui ne se distingue pas par son originalité, mais inspire une certaine sympathie.

Milan, coll. Macadam / avril 2014 ♦ Traduit par Mim (Deviants #2 : Havoc)

Posté par clarabel76 à 08:45:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

02/07/15

3 fois rien qui font tout, de Stewart Lewis

« J'ai toujours eu le sentiment de me préparer à vivre une autre vie ; comme si j'avais attendu sur un quai qu'un train m'emmène vers une destination inconnue, que je ne reconnaîtrais qu'en y arrivant. »

Trois fois rien qui font tout

Olivia rêve d'une vie parfaite, entourée de gens heureux, libérés de leurs soucis. Adoptée par deux papas adorables, hélas confrontés à des problèmes d'argent, elle choisit de se retrousser les manches pour dénicher un petit boulot. Le jour de son entretien, pour être l'assistante d'une directrice de casting, elle croise une voyante qui se propose de lui lire son avenir à titre gratis. La jeune fille est sceptique, mais quand elle réalisera que les prédictions entendues vont l'une après l'autre se concrétiser, Olivia se sent prête à labourer des terrains laissés inutilement en jachère.

La suite de l'histoire s'annonce invraisemblable, mais magique. Olivia va dénicher un vieux livre de cuisine, ayant appartenu à une certaine Rose Lane, en 1966. Les notes laissées en marge vont aussitôt l'attirer et lui dévoiler un portrait de femme très touchant. Peu de temps après, elle retrouve aussi son premier béguin. Puis fouille dans son passé pour connaître l'identité de sa mère... Et de fil en aiguille, l'intrigue procure une sensation de bonheur simple et gentillet. C'est comme lire une bluette sans aspérités, où les bons sentiments sont mis à l'honneur, ainsi que la résolution de tous vos rêves, en un claquement de doigts.

Parfaitement utopiste, ce roman ne nous déçoit pas pour autant car c'est toujours délicieux de se sustenter d'ingrédients légers et onctueux. Olivia incarne aussi l'adolescente de 16 ans comme il est rarement permis d'en croiser - adepte du vintage, réfractaire au téléphone portable et passionnée de cuisine au point d'en faire sa carrière. Cette jeune fille est un mythe absolu ! Mais c'est ce qui rend ce livre attachant et adorable. Je n'en attendais pas davantage.

La Martinière J. / février 2015 ♦ Traduit par Corinne Julve (The Secret Ingredient)

Posté par clarabel76 à 09:00:00 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , ,

Écoutez Lire : Cucu la praline, de Fanny Joly

Crever de chaud & se désaltérer en écoutant les aventures d'Angèle Chambar, 8 ans.

IMG_4213

Notre mistinguette a pour son malheur deux grands frères, Victor et JM, qui prennent plaisir à la taquiner du sobriquet de Cucu la praline. Elle déteste ça. Aussi, redouble-t-elle de malice pour se venger de leur bêtise légendaire !

Angèle est une héroïne astucieuse et espiègle, qu'on adore soutenir dans sa guérilla contre ses aînés (cf. le piège des bonbons, ah ah !). Cela vous transporte aussi dans le quotidien ordinaire d'une famille (qui cherche à mettre les petits plats dans les grands pour séduire le responsable d'un comité floral, au cours d'une soirée mémorable !).

Et ce sont ainsi 3 histoires courtes à lire ou écouter, au son de la voix de Fanny Joly, l'auteur de cette série délicieuse. La saison est propice aux livres audio (plage, transport, farniente, soleil). Je ne répèterai jamais assez la praticité d'un tel format à adopter sans rechigner ! ;-)

Gallimard jeunesse, coll. Écoutez Lire / mars 2015  ♦ Illustrations de Ronan Badel

Posté par clarabel76 à 08:45:00 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , ,

01/07/15

Happy end ! de Meg Cabot

Happy end

On ne présente plus Heather Wells, ex-lolita de la pop, reconvertie en employée zélée à la résidence universitaire de New York, où depuis quelques tomes elle s'improvise aussi détective maladroite mais sexy pour résoudre des meurtres en cascade. Fisher Hall a ainsi récolté la sinistre réputation du Dortoir de la Mort ! Fidèle à la tradition, ce 5ème livre de la série s'ouvre sur une découverte macabre - une responsable d'étage retrouvée sans vie dans sa chambre.

Branle-bas de combat à la direction, qui en a soupé de la mauvaise publicité et pensait redorer son image grâce à l'émission de tv réalité (cf. Ready to rock !). De plus, Fisher Hall accueille entre ses murs un VIR (un résident très important) en la personne du prince Rachid de Qalif, un héritier riche et séduisant, dont le passe-temps consiste à organiser des soirées alcoolisées, au sein même de la résidence, et où se pressent étudiants et personnel. Double scandale.

Mais Heather ne se contente pas d'avoir une vie professionnelle trépidante, puisqu'elle a aussi prévu de se marier avec Cooper Cartwright, l'homme de sa vie, et doit composer avec une vie familiale en conflit ouvert (toute sa fortune de lolita spoliée par sa mère et son petit copain) et un retour en fanfare de sa tendre génitrice. Cough, cough. Ambiance survoltée, électrique et savoureuse. La recette ne change pas et ne nous déçoit pas !

C'est délicieux, pétri d'humour, simple et efficace. Une lecture de pure distraction, où l'on a plaisir de retrouver des personnages attachants, confrontés à des situations saugrenues, avec un zeste de suspense pour pimenter le tout. Sans quoi, ce tome concentre essentiellement de la tendresse, du bonheur et de l'émotion, rien que dans le dernier chapitre, on a un sourire bécasse jusqu'aux oreilles ! Sans prétention, mais tellement bon.

Albin Michel, coll. Wiz / juin 2014 ♦ Traduit par Florence Schneider (The Bride Wore Size 12) 

Garçon cherche fille, de Meg Cabot

Garçon cherche fille

Kate vient de décrocher un job d'assistante de DRH pour The New York Journal (cf. Le garçon d'en face) mais doit hélas congédier Ida Lopez, une vieille dame employée à la cantine, qui vient de commettre un esclandre en refusant de servir une part de tarte à un cadre de l'entreprise. Kate est déprimée par cette perspective. Comble de l'horreur, elle reçoit peu après une convocation chez un avocat pour licenciement abusif !

Les ennuis ne font que s'enchaîner, son ex ne la lâche plus et la harcèle jusqu'à son lieu de travail, elle galère pour trouver un nouvel appart et squatte le sofa de sa meilleure amie Jen, alors que celle-ci est galvanisée aux hormones et tente d'avoir un bébé avec son mari. Sa supérieure lui reproche de porter des jupes trop courtes et la harcèle pour l'obliger à soutenir une version commune lors de la procédure juridique.

Au milieu de tout cela, Kate vient de faire la connaissance de Mitchell Hertzog, sexy, séduisant, drôle et original... Sauf qu'il est avocat, défend Ida Lopez et est le frère du fiancé de sa chef. Un vrai sac d'embrouilles. L'histoire est ainsi une déferlante de mails, de notes de service, d'extraits de journal, d'affichettes chipées ci et là pour conduire le récit à toute vapeur. On sourit beaucoup, c'est drôle, romantique et cocasse. Pas extraordinaire, mais super distrayant à lire. 

Hachette / juin 2014 ♦ Traduit par Luc Rigoureau (Boy Meets Girl)  ♦ Préalablement édité sous le titre Embrouilles à Manhattan (Marabout, 2006)