23/06/18

Pêle-Mêle : Voilà l'été - Le vent se lève - À la plage

voilà l'été

Plongez au cœur de l'été, dans cet album de Pauline Kalioujny qui évoque à merveille tous les sons, toutes les odeurs et tout le charme de cette saison... Soleil, plage, chaleur, langueur : on s'y croirait. Cet album est un appel aux vacances, à la détente, aux jeux de mer, aux goûters, aux siestes, aux chants des mouettes et des hirondelles. Tout un poème.

Bref, avec son petit format et ses pages cartonnées, l'album nous fait voyager et rêver. Sa petite mélodie nous ensorcelle. Ses couleurs nous émerveillent, ses illustrations nous touchent et ses surprises nous font craquer. C'est parsemé de mille trésors cachés - au lecteur de partir à la découverte !

Voilà l'été, de Pauline Kalioujny

seuil jeunesse, 2018

=====================

le vent se lève

Une fillette et son chien se prélassent dans le jardin. Il fait beau, le soleil brille. Et puis le vent se met à souffler, de plus en plus fort. Bientôt c'est la tempête, l'orage gronde, les grêles crépitent. C'est l'apocalypse. Mais tout finit par s'apaiser. Et l'arc-en-ciel inonde à nouveau le paysage de ses rayons multicolores. 

C'est le déchaînement des éléments dans cet album - comptez sur un graphisme impressionnant, où formes et couleurs explosent dans une cacophonie contrôlée. Ajoutez un vocabulaire pertinent, les mots justes pour décrire la valse du chaos et du calme, sans oublier de belles illustrations dans un plan fixe (la maison et son jardin) qui scotche le lecteur, avide de connaître la suite de l'histoire...

Vous obtenez ce rendez-vous séduisant avec Marie Saarbach, qui va vous épater ! ☺

Le vent se lève, de Marie Saarbach

seuil jeunesse, 2018

=====================

 

A la plage

Oh qu'il est drôle, cet album ! Beau aussi, mais c'était déjà une évidence rien qu'à voir la couverture... On imagine déjà une histoire qui sent bon le sable chaud, le soleil, la mer et les vacances. On a tout ça, c'est vrai, mais plus encore car c'est une histoire racontée avec beaucoup d'humour - je le répète - et qui a fait le choix de voir le monde à hauteur d'enfant. Imaginez donc, des paires de fesses à perte d'horizon, des ventres mous, des tonnes de pieds où sont accrochés des gens qui restent à ne rien faire pendant des heures...

Une petite fille passe la journée à la mer avec sa famille. Elle promet de ne pas s'éloigner, de creuser son trou et de chercher des coquillages en restant dans le radar maternel. Et puis, sans rien dire, elle part explorer les alentours. Après tout, il faut juste se souvenir que le parasol est rouge et en face de l'eau pour retrouver son chemin. Bien sûr, l'enfant va se paumer et perdre ses repères. Tout s'embrouille dans sa tête, derrière devient devant, tous les parasols se ressemblent, il faut retourner là où tout le monde arrête de montrer ses fesses.

“On réalise qu'on s'est perdu quand on est sur le point de pleurer.” 

Et bim, on tourne en rond et on compte : des fesses, plus de fesses, la mer, les parasols, les serviettes, les sacs de sandwichs... tous les mêmes, et puis ouf ! L'appel de la pizza qui sauve tout. J'ai adoré cette histoire qui nous transporte, nous donne le sourire et nous ravit par ses magnifiques illustrations. On plonge véritablement dans le monde de l'enfance et des vacances. La lecture est parfaite. ♥

À la plage, de Susanna Mattiangeli & Vessela Nikolova

seuil jeunesse, 2018

=====================