Canalblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Chez Clarabel
26 janvier 2012

Boys don't cry, but men do.

IMG_6653

Un garçon de 17 ans se retrouve avec un bébé sur les bras, lui qui envisageait de partir à l'université, paf ! son univers s'écroule. Dante est donc en colère, contre lui, contre son ex et contre la petite chose, Emma, qui vient lui pourrir l'existence. Pendant longtemps il va se tenir au garde-à-vous, en souhaitant secrètement que cette parenthèse se referme, mais le temps passe et il doit assumer ses responsabilités. 
Le ton froid et détaché de Dante donne la pleine mesure de son insensibilité et de sa rancoeur, c'est déstabilisant. Il n'est pas, mais alors pas du tout attendri par Emma, contrairement à son frère Adam et à son père Tyler, bougon en apparence, juste et droit en son âme et conscience. Tout de suite, on se faufile dans ce portrait de famille avec crainte et curiosité, la mère brille par son absence, son décès a été un coup dur pour tous, le sujet a été clos, car on évite d'évoquer les sujets trop sensibles. Chez eux, les garçons ne pleurent pas. 
En fait, ils évitent carrément d'aborder les questions qui fâchent. Adam est homosexuel et ne s'en cache pas, ses proches font l'autruche, jusqu'au drame. Tous ces événements font que, finalement, la famille devra se serrer les coudes, abattre les remparts et ne plus se contenter de partager le même toit. Pour la première fois, ils devront former une vraie famille. 
Le roman nous fait partager ces instants avec beaucoup de pertinence et sensibilité, sans tralala, pour rendre un portrait de famille aux contours flous, ce qui apporte authenticité, force et justesse à l'ensemble. Toutefois, il m'a manqué le petit truc en plus pour être pleinement conquise.

Boys don't cry, par Malorie Blackman
Milan jeunesse, coll. Macadam, 2011 / traduction d'Amélie Sarn. 

"Je ne sais pas ce que Papa attendait. Pensait-il que le simple fait de considérer cette chose allait me faire changer d'avis. Croyait-il que je me dirais d'un coup que cuire des steaks toute ma vie était finalement un petit prix à payer pour avoir la chance de chérir cette petite chose ? Espérait-il que j'allais soudain me mettre à l'aimer ? Eh bien, ça ne marchait pas. Je ne ressentais rien."

Commentaires
J
Clarabel, je viens d'écrire mon commentaire sur le livre, il sera demain sur mon blog.<br /> <br /> Aussitôt écrit et planifié je suis allée lire ton message et... quelle justesse! Je retrouve bien ma lecture.<br /> <br /> Tu vois mon bémol repose sur l'association des deux histoires. C'est mon petit truc qui rend le coup de cœur incertain ;-) <br /> <br /> Je n'ai pas assez insisté sur la cellule familiale et je te trouve plus claire, je file rajouter un lien vers ton article ;-)<br /> <br /> Bonne soirée!<br /> <br /> juliette
Répondre
T
Une très belle lecture avec une famille attachante. J'hésite à dire que c'est un coup de coeur, en tout cas ça ,n'en est pas loin.
Répondre
C
non, je n'ai pas pleuré... je l'envoie à Bladelor, si jamais ça t'intéresse Cess ! ;)
Répondre
C
Ca fait pleurer ? <br /> <br /> Tu recommandes ?
Répondre
J
Clarabel, je pense laisser un message sur ma lecture (en cours) mercredi ;-)
Répondre
Chez Clarabel
Newsletter
2023 Reading Challenge
Clarabel has read 8 books toward her goal of 200 books.
hide
Sauveur & fils
Quatre sœurs : Geneviève
Audrey Retrouvée
Le sourire étrange de l'homme poisson
Calpurnia et Travis
L'homme idéal... ou presque
Trop beau pour être vrai
Tout sauf le grand amour
Amours et autres enchantements
Ps I Love You


Clarabel's favorite books »